Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:42

Attention à l’aller, nous avons réussi un résultat piège

USM-Alger-vs-Al-Arabi-Koweit-Coupe-arabe-des-clubs-2013.jpg

 

L'attaquant de l'USM Alger, Noureddine Deham, s'est dit confiant quant aux capacités de son équipe de décrocher le trophée arabe des clubs de football face à Al-Arabi du Koweït mardi au stade du 5-juillet (17h30) en finale retour, mais se méfie de l'adversaire après le nul vierge (0-0) réalisé lors du match aller à Koweït City.

« Certes, à première vue on a réalisé une bonne affaire en imposant le nul à notre adversaire sur son terrain lors du match aller, mais ça reste tout de même un résultat piège », a déclaré à l'APS, le natif d'Oran.

« L'aspect psychologique sera déterminant lors de ce rendez-vous surtout qu'on est en fin de saison marquée notamment par un véritable « marathon » de rencontres auquel on est soumis », a-t-il ajouté.

Engagés sur quatre tableaux cette saison, les Rouge et Noir de la capitale étaient contraints d'abandonner la course au titre du championnat de Ligue 1, ainsi que celui de la coupe de la Confédération en raison de l'enchaînement des rencontres.

« Je qualifie de positif notre parcours cette saison, après avoir remporté la coupe d'Algérie. Il sera encore meilleur si on gagne cette coupe arabe, la première dans l'histoire du club sur le plan international. On aurait pu faire mieux dans les deux autres challenges si on n'avait pas été confrontés à une programmation démentielle », a regretté l'ancien buteur du MC Alger.

A 36 ans, Deham est aux portes de la retraite, et son souhait majeur est de s'offrir un doublé avec l'USMA, une source de motivation supplémentaire sur le plan individuel, lui qui s'est généralement illustré à chaque fois que Courbis lui fait appel.

« Je serais aux anges si je gagne cette coupe arabe avec mon club. Ce sera également mon premier trophée international, après avoir décroché la coupe d'Algérie avec le MCA et l'USMA », a-t-il souhaité.

Le joueur, issu de l'école de l'ASM Oran, reconnaît toutefois la difficulté de la mission qui attend son équipe mardi, conseillant de faire attention à Al-Arabi, qui lui a laissé « une bonne impression » lors du match aller.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:41

L’ouverture des plis pour l’acquisition des aéronefs s’est déroulée jeudi dernier

A 330 200 air algerie

 

La compagnie aérienne Air Algérie a procédé, jeudi dernier, à l’ouverture des plis des offres commerciales pour l’acquisition de 16 aéronefs neufs, dont 2 de transport de marchandises (cargo). Selon le communiqué de la compagnie, Air Algérie avait lancé le 11 avril dernier un avis d’appel d’offres international restreint pour l’acquisition de huit avions de 150 places, trois de 250 places, trois autres de 70 places et deux appareils cargo d’une capacité de 13 à 20 tonnes. La réception des offres a été clôturée mercredi dernier, a précisé la même source. La commission d’évaluation des offres débutera ses travaux à partir de dimanche prochain, selon la compagnie.

Cette acquisition permettra à la compagnie nationale, qui possède actuellement 42 appareils, de poursuivre le processus de renouvellement de sa flotte. Durant les dernières années, la flotte d’Air Algérie a été renouvelée graduellement à hauteur des deux-tiers pour un coût de 60 milliards de dinars, selon les déclarations de M. Boultif. Ces investissements seront destinés principalement au renforcement des destinations existantes et à la création de correspondances, notamment sur  le continent africain. Dans la nouvelle stratégie de développement d’Air Algérie, l’Afrique figure en première position, avec le renforcement des dessertes actuelles comme Dakar, Niamey, Bamako, Nouakchott, et plus tard Abidjan, en plus de l’ouverture de nouvelles dessertes. Dans le même sillage, les responsables d’Air Algérie comptent beaucoup sur la réalisation d’un hub pour se lancer dans le trafic de transit. C’est dans cette perspective que la possibilité d’intégration d’une des alliances Sky Team, Star-Alliance ou One World, a été annoncée. Il est utile de rappeler que le renouvellement de la flotte de la compagnie aérienne Air Algérie a commencé depuis au moins une décennie. En effet, au début des années  2000 il y a eu l’acquisition d’avions de nouvelle génération (NG) à l’image des Boeing 737-600 et 737-800 ou encore des Airbus A330 et des ATR. L’âge moyen des avions de la compagnie est passé de 17 ans en 2003 à 7 ans à fin 2010, faisant de la flotte d’Air Algérie une des flottes les plus jeunes du secteur. Actuellement, le pavillon national compte 43 appareils.

Parallèlement au renouvellement de la flotte, le processus de développement d’Air Algérie a réalisé une nouvelle base de maintenance et entamé la modernisation de ses outils de gestion et systèmes d’information ainsi que la mise aux normes internationales de ses activités pour pouvoir faire face aux défis du marché. Cette stratégie a d’ailleurs permis à la compagnie de disposer d’atouts pour devenir plus compétitive sur le marché face à la concurrence.

Source La Tribune - Salah Benreguia

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:40

Plages : tout ne baigne pas dans l’eau…

Oran mer

 

Le manque de commodités conjugué à la mauvaise gestion et l’accès payant aux plages et parkings poussent les estivants algériens à choisir d’autres destinations, hors du pays de surcroît, plus accueillantes et moins chères. La saison estivale fait son entrée. Les plages du pays accueillent de manière précoce les premiers baigneurs. Du coup, les villes côtières s’apprêtent, comme chaque année, à accueillir les estivants du mieux qu’elles peuvent. Hormis les préparatifs traditionnels consistant en des travaux de ravalement et d’embellissement des rues ainsi que le nettoyage des plages, les autorités se contentent tout juste de marquer le coup d’envoi de la saison estivale avec des moyens rudimentaires. Une politique qui a montré ses limites. En sus des lacunes relevées partout à travers les stations balnéaires, où les commodités laissent à désirer, si elles existent bien entendu, l’accès payant aux plages est une autre entrave que les responsables du secteur et élus locaux doivent lever. En effet, la concession des plages et aires de stationnement (parkings) aux privés par voie d’enchères publiques, repose le problème de l’accessibilité des plages.

La concession des plages qui échappe souvent au contrôle de l’Etat, est une façon de dissuader les estivants qui choisissent d’autres destinations, à l’exemple de la Tunisie ou la Turquie, pour passer leurs vacances d’été et, de surcroît, à moindre coût. L’entretien des plages et l’hygiène de manière générale est une autre question qui fait également défaut. Sur les plages, le respect des normes d’hygiène est loin d’être le souci des commerçants saisonniers, dont certains s’improvisent juste pour l’occasion. L’hygiène, qui est d’ailleurs une menace sur la santé des estivants, interpelle les responsables concernés. Non sans nier les efforts déployés par les responsables locaux qui, parfois, font de leur mieux afin d’améliorer la qualité du service et garantir un bon séjour aux touristes, il faut dire cependant que l’accès gratuit aux plages doit être garanti à tous. L’on a vu et constaté le calvaire de ces familles qui, en bons citoyens voulant explorer et se baigner dans les belles plages du pays, se rabattent forcément sur d’autres stations balnéaires hors du pays, là où l’accès est gratuit et les frais d’hébergement sont à la portée des toutes les bourses. A titre d’exemple, cette année les agences de voyages proposent des séjours en Tunisie entre 38 000 et 45 000 DA. Pourtant, ce pays vient juste de se remet-tre d’une tempête provoquée par le Printemps arabe. Un budget du reste «modique» qu’un estivant doit dépenser en deux ou trois jours en Algérie, pour les seuls frais d’hébergement dans un hôtel pas du tout luxueux où le client n’aura même pas droit, à ce prix, à un petit déjeûner. Ceci étant, les élus locaux se plaignent souvent d’énormes lacunes et surtout des enveloppes budgétaires jugées insuffisantes. Incapables de doter les plages des commodités nécessaires au bon séjour des vacanciers, l’état des plages constitue un repoussoir pour les estivants et touristes étrangers. Les subventions allouées à l’aménagement et à l’entretien des plages doivent augmentées. Avec les moyens dont sont dotées les communes côtières, on ne peut pas prétendre à un tourisme proprement dit, du moins à un tourisme de masse. Les traditionnels préparatifs de la saison estivale et le recours à des plans d’action sociale comme «Blanche Algérie» ne contribuent certainement pas à faire de l’Algérie une destination d’abord pour les Algériens, ensuite pour les étrangers.

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:39

Le secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale établie à l’étranger reçoit des députés français

retraites-algeriens.jpg

Eux sont rentrés au pays

 

Le secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale établie à l’étranger, Belkacem Sahli, a reçu dimanche dernier une délégation parlementaire française chargée du dossier des immigrés âgés. «L’Assemblée nationale française m’a confié une mission. C’est celle des immigrés âgés qui est un nouveau phénomène en France et qui doit être appréhendé dans la dignité», a déclaré à la presse le président de la délégation, Denis Jacquat, à l’issue de cette audience. Il a rappelé que ces personnes «sont venues en France à un certain moment pour travailler, et maintenant, pour diverses raisons, résident soit en France soit en Algérie ou dans les deux pays». «Ces personnes ont des droits sociaux et le gouvernement algérien a attiré notre attention sur les difficultés rencontrées par certaines de ces personnes et nous l’avons bien noté», a déclaré M. Jacquat. Il a assuré que ce problème sera inscrit dans le rapport final de la mission d’information concernant les immigrés âgés, dont il est le président. Pour sa part, M. Sahli a indiqué que cette délégation parlementaire «s’intéresse aux conditions des immigrés retraités étrangers particulièrement les immigrés algériens et leurs conditions de vie en France». «Nous avons fourni toutes les informations nécessaires à cette délégation avant de l’exhorter à œuvrer pour améliorer les conditions de vie des membres de la communauté nationale établie en France, notamment les personnes retraitées et âgées», a-t-il poursuivi. M. Sahli a rappelé que ces personnes «ont, à une certaine période de leur vie, contribué avec efficacité à la prospérité de la France et dans le développement des relations entre les deux pays», affirmant qu’il n’était «pas acceptable» de les voir privées de certaines prestations médicales ou sociales. Enfin, le secrétaire d’Etat a émis le souhait que les recommandations de cette mission «soient dans l’intérêt des immigrés retraités algériens». Dans une de nos prochaines éditions, nous reviendrons plus en détail sur l’objet de la mission des ces députés français. 
Source Le Soir d’Algérie LSR

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:38

Au cœur de grottes centenaires

ouargla.jpg 

Un village touristique est en cours de restauration à Ouargla. Il s’agit d’un projet original dans un endroit paradisiaque : des grottes datant de 200 ans au cœur d’une palmeraie luxuriante. Il sera ouvert d’ici la fin de cette année. Le propriétaire n’attend que l’autorisation pour son exploitation.

« Le Secrétaire d’Etat chargé du tourisme, Hadj Saïd s’est fortement épris de ce projet lorsqu’il l’a visité en mars. D’ailleurs, il a affirmé que le Sud n’avait pas besoin d’hôtel de luxe mais de formules valorisant le tourisme local », rapporte le propriétaire de ce village, Abdelkader Halimi, qui attend toujours l’agrément. Le lieu a vu également la visite de l’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie. « Il a été impressionné au point de prolonger son séjour », ajoute M. Halimi. Ce projet portant une dénomination amazigh, « Idjdagh Tour », sera partiellement opérationnel d’ici à la fin de l’année en cours. Situé dans la palmeraie de Hassi Miloud, à 30 km de la wilaya de Ouargla, le village s’étale sur une superficie de près de 5 hectares. A l’entrée, une caverne a été aménagée en musée d’antiquité.  « Cette grotte a été creusée à même la la roche. Elle date de 200 ans, selon les experts », précise Abdelkader Halimi. En fait, les grottes étaient utilisées par les caravanes commerciales venant du nord du Maghreb en direction du Mali et du Niger. A l’époque, Ouargla, qui englobait les oasis d’El-Oued, Ghardaïa, Biskra, Tamanrasset, Illizi et Laghouat, était aussi une région importante de transit pour les caravanes commerciales. Les grottes de Hassi Miloud ont été transformées en Ikoumar (chambres en langue tamazight locale) et salons, selon l’architecture de la région. Le village compte 25 chambres et 5 suites. La spécificité est que chaque Ikoumar porte non pas un numéro mais un nom amazigh local. Les tunnels qui y mènent, transformés en ruelles, porteront également les noms des ksour de la région. Des chambres ont été également aménagées pour les couples mariés Une vraie symbiose entre traditions et modernité. Les meubles ont été importés de Tunisie. Le tapis traditionnel est de Ouargla. Les chambres ont été dotées d’une lumière tamisée qui met en valeur la couleur du sable. Le lieu n’est pas climatisé. Et pour cause, la fraîcheur est naturelle malgré une chaleur extérieure étouffante. « Cette palmeraie sera un vrai lieu de détente pour les familles des ksour qui se déplaçaient dès le début du mois de mai qui coïncide avec la cueillette des dattes, mais c’était une occasion aussi pour fuir la chaleur », observe M. Halimi. Le propriétaire a également prévu la réalisation d’une piscine. En outre, une grande « kheïma » (tente), installée dans la cour, a été aménagée en grand salon avec un grand tapis traditionnel en rouge et noir. Outre ces commodités, les repas proposés sont naturels. « C’est une nourriture 100 % bio », affirme-t-il. Dans la palmeraie, on y trouve un grand potager où sont cultivés pomme de terre, carotte, tomate, poivron mais aussi des fruits à l’exemple de la pastèque ». Le propriétaire élève aussi des vaches, des moutons et des lapins, et même des poissons. « La plupart des visiteurs du lieu ont apprécié nos plats. On a de jeunes cuisiniers, de vrais cordons bleus », lance Abdelkader Halimi.

Source Horizons N.B.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:37

Il conditionne le renouvellement de son contrat

courbis USMA

 

Indécision - Rolland Courbis n’a pas encore pris de décision quant au renouvellement de son bail avec les Rouge et Noir, qui prend fin au terme de l’actuel exercice.

Bien que la saison 2012-2013 ne soit pas terminée, la direction de l’USMA se penche déjà sur le prochain exercice, voulant que son équipe soit encore plus performante que celle de cette année. Pour cela, elle cherche à maintenir les cadres en fin de contrat, à l’image de Zemmamouche, renforcer le groupe, mais aussi et surtout maintenir l’entraîneur français, Rolland Courbis. Ce dernier, qui a été souvent critiqué au début de sa mission, a su renverser la vapeur et répondre à ses détracteurs, en témoignent les résultats réalisés jusque-là, et cette consécration en Coupe d’Algérie. Selon nos informations, il a été saisi officiellement par Rebbouh Haddad pour renouveler son bail. Il n’est pas contre cette idée, mais sous certaines conditions. Des conditions liées, selon les mêmes sources, à l’effectif, histoire de se mettre d’accord sur la liste des joueurs à libérer, et les postes à promouvoir. Le technicien corse veut avoir carte blanche, autrement dit, il ne veut voir personne se mêler de ses affaires ou contester ses décisions. Les mêmes sources nous confirment qu’il est décidé à écarter l’attaquant Ziaya, le gardien Daïf ainsi que le défenseur Bouzid, en attendant d’autres. Du côté du renforcement de l’équipe, il affirme que la période passée en Algérie lui a permis de connaître plusieurs joueurs, et être en mesure de décider à lui seul en ce qui concerne ceux qui peuvent apporter le plus escompté à l’équipe la saison prochaine. Toutefois, nous dit-on encore, Courbis ne veut pas encore évoquer son avenir, voulant d’abord se concentrer sur la finale de la Coupe arabe qui attend son équipe, demain, ainsi que la fin de la saison. Pour cette finale, justement, Courbis a décidé encore une fois de laisser certains joueurs au repos lors de la dernière rencontre du championnat face à la JSMB. Une attitude qui semble être cautionnée par la direction des Haddad, d’autant plus que leur équipe n’a rien à espérer en championnat, elle qui est déjà assurée de jouer une compétition internationale la saison prochaine (Coupe de la CAF), après son sacre en Coupe d’Algérie. Cette compétition continentale, faut-il le dire, ne semble pas emballer les Rouge et Noir, et ce qui s’est passé cette saison en est la parfaite illustration. Zemmamouche et consorts veulent, ainsi donc, l’emporter face aux Koweïtiens d’Al-Arabi, pour faire d’une pierre deux coups : offrir au club son premier sacre sur le plan international, et s’être assuré de participer à cette même compétition la saison prochaine. Sachant que le cumul de participations en compétitions internationales est interdit, la direction de Haddad choisira, fort probablement, la Coupe arabe, en cas de sacre bien évidemment, demain.

La billetterie

Début de l’opération de vente ce matin
Les billets d’accès à la finale de la Coupe arabe des clubs, prévue demain, ont été mis en vente, ce matin, au niveau des guichets du stade du 5-Juillet. Selon la direction usmiste, il a été décidé au terme d’une réunion avec les responsables de l’OCO, de mettre en vente 50 000 unités au prix unitaire de 200 DA. La recette de cette rencontre, faut-il le rappeler, sera versée à une société à caractère caritatif.

Source Infosoir  Mohamed Benhamla 
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:35

Plusieurs classes de médicaments peuvent traiter l'hypertension artérielle.

hypertension.jpg

 

Revue de détails avec le Dr David Rosenbaum, chef de clinique au service Endrocrinologie-Métabolisme à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, cardiologue spécialiste de l'hypertension.

Les traitements de l'hypertension artérielle: quand sont-ils prescrits?

'Avant de prescrire un traitement médicamenteux contre l'hypertension. Il faut que celle-ci soit confirmée par plusieurs mesures en-dehors de la consultation, sur plusieurs jours, à différents moments de la journée. Ensuite, le médecin évalue le risque cardiovasculaire: gravité de l'hypertension, facteurs de risques associés, etc. Et, sauf très rares cas particuliers d'hypertension induite par une cause hormonale, par exemple, le traitement est à vie et est défini en fonction du profil du patient.' explique le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension.

Les bétabloquants et inhibiteurs calciques bradycardisants

Comment ça marche? 'Ils se fixent sur certains récepteurs qui commandent la constriction des artères et du muscle cardiaque', explique le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension. 'Ils réduisent donc la fréquence cardiaque, ce qui réduit le volume sanguin dans les artères et relaxent les muscles lisses qui tapissent les parois artérielles, autant de facteur réduisant l'hypertension.'
A qui les béta bloquants sont-ils prescrits? 'Les béta bloquants sont souvent prescrits, notamment aux personnes ayant déjà été victimes d'un infarctus.'

Leurs noms génériques: Aténolol, Acébutolol, Bisoprolol, Propanolol, Métroprolol.

Les diurétiques

Comment ça marche? 'Les diurétiques favorisent l'élimination du sel et donc de l'eau, en stimulant les reins. Ainsi, ils réduisent le volume sanguin ce qui diminue la pression dans les artères.', explique le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension.
A qui les diurétiques sont-ils prescrits? Les diurétiques sont de vieux médicaments qui ont faits leur preuve. Sauf insuffisance rénale, ils conviennent à tout le monde. 'On les prescrit par exemple aux personnes souffrant d’ascite ou d'oedèmes.' poursuit le médecin.
Leurs noms génériques: Bumétamide, Canrénone, Furosémide, Indapamide, Spironolactone

Les inhibiteurs calciques non bradycardisants

Comment ça marche? 'Ils s'opposent à l'entrée du calcium dans la cellule. Or celui-ci est responsable de la contraction musculaire. Ils ont donc un peu le même mode d'action que les béta bloquants en réduisant la contraction cardiaque et en favorisant le relâchement des muscles lisses des artères.', indique Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension.
A qui sont prescrits les inhibiteurs calciques? Ils peuvent être préférés aux béta bloquants en cas de contre indication de ceux-ci (asthme par exemple) et sont très efficaces pour lutter contre la rigidité du vieillissement artériel.

Leurs noms génériques: Amlodipine, Félodipine, Nicardipine, Nifédipine.

Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion et les antagonistes de l'angiotensine

Comment ça marche? 'L'angiotensine est une substance fabriquée sous l’influence de la rénine, elle-même sécrétée par une zone du rein. Son rôle est de provoquer la vasoconstriction, elle est donc source d'élévation de la tension. Les antagonistes de l'angiotensine, comme leur nom l'indique, bloquent son action, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) empêchent, eux, sa fabrication.', explique le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension.
A qui prescrit-on des inhibiteurs d'enzyme et des antagoniste de l'langiotensine? Ces classes de médicaments sont surtout prescrites chez les patients souffrant d’athérome, après un accident cardiovasculaire, chez les diabétiques et les insuffisants rénaux.

Leurs noms génériques: pour les IEC : Captopril, Enalapril, Ramipril pour les antagonistes de l'angiotensine : Irbésartan, Losartan, Valaran.

Les antihypertenseurs d'action centrale

Comment ça marche? 'Ils agissent au niveau du cerveau, en stimulant certains récepteurs qui vont bloquer le système sympathique. Or ce système, est le système d'alerte de l'organisme, il gère notamment les battements cardiaques et la constriction des vaisseaux.' souligne le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension.
A qui prescrit-on les anti hypertenseurs d'action centrale? 'Ils sont rarement donnés seuls ou d’emblée car ils ne sont pas les plus efficaces. Mais ils peuvent être utiles en association avec d'autres classes de médicaments.'

Leurs noms génériques: Alpha métyldopa, Clonidine, Moxonide.

Un médicament ou plusieurs?

'Très souvent, l'équilibre de la tension demande des ajustements. Pour parvenir à un résultat satisfaisant, on peut être obligé d’associer plusieurs classes de médicaments. En revanche, il ne sert à rien de prendre deux médicaments de même type. Deux inhibiteurs de l'enzyme de conversion ne fonctionneront pas mieux qu'un seul.', indique le Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension. En France, la moitié des hypertendus prend un seul traitement, 30% deux, 15% trois, 5% plus. Mais, il faut le rappeler, 50 à 60% des hypertendus ne le savent pas et ne sont pas contrôlés.'

Source Medisite  Hélène Mendigot, journaliste santé

Validé par Dr David Rosenbaum, cardiologue spécialiste de l'hypertension

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Santé
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 04:30

Les non-dits des japonais

autoroute-travaux-au-ralenti.jpg

 

Sur chantier, les travaux sont au ralenti depuis des mois par la volonté des Japonais qui ont réduit les effectifs.

Après avoir soulevé le courroux du gouvernement et provoqué une avalanche de déclarations du côté algérien, les Japonais de Cojaal se murent dans un silence étrange et refusent de répondre aux menaces officielles et aux questions des Algériens. Aussi bien au quartier général, situé dans la zone industrielle de Aïn Smara (13 km à l’ouest de Constantine), qu’au niveau de la direction de l’administration et des finances basée à Hydra (Alger), les responsables sollicités par El Watan ont opposé un niet catégorique à toute communication sur le sujet.
L’information donnée sur ces mêmes colonnes, faisant état de l’arrêt des travaux sur le tronçon Est de l’autoroute et justifié par Cojaal par le non-paiement des avenants, a suscité une vive réaction algérienne. Jeudi dernier, le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, avait sommé le consortium japonais d’accélérer le rythme des travaux au niveau du tronçon Constantine-Skikda et de le livrer dans les délais impartis. Le reste à payer réclamé par Cojaal a été «versé le 12 mars 2013 par le gouvernement», a tenu à préciser le premier responsable du secteur selon lequel «l’Etat a honoré son engagement et maintenant c’est au partenaire japonais d’être à la hauteur de ses obligations contractuelles». De son côté, le directeur de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) a confirmé le virement des sommes réclamées par le partenaire japonais au Fonds national d’investissement, le 12 mars dernier, en précisant que c’est Cojaal qui tarde à fournir le document de prorogation de caution, pièce nécessaire pour accéder aux fonds.

Or, sur chantier, les travaux sont au ralenti depuis des mois par la volonté des Japonais qui ont réduit les effectifs. La relation entre Cojaal et ses sous-traitants a connu aussi des perturbations suite au mouvement de protestation déclenché par ces derniers pour non-paiement des factures. Les Japonais ont expliqué ce retard de paiement par les caisses vides et ont annoncé de prochaines compressions d’effectifs pour les mêmes causes. Lors d’une réunion tenue il y a une semaine entre la direction et le syndicat d’entreprise, affilié à l’UGTA, les Japonais ont fait savoir au responsable du syndicat, Hocine Nakib, qu’ils risquent de mettre un nombre important d’employés au chômage technique, compte tenu du non-versement par le gouvernement des sommes dues.

Ceci dit, le conflit avec les sous-traitants a vite été réglé, puisqu’un accord a été signé samedi entre les deux parties pour le règlement par tranches de la totalité des factures avant la fin du mois de juin. Ce foyer est rapidement maîtrisé par ceux-là mêmes qui l’ont déclenché, un revirement qui n’est pas sans soulever des interrogations.Cette situation d’incapacité financière est-elle réelle ou bien répond-elle à une manœuvre de pression de la part de Cojaal ? Le consortium a-t-il été payé ou non ? Le choix du silence place en tout cas les Japonais dans le rôle du menteur et donne entièrement raison au gouvernement. Cojaal a-t-il été sommé d’afficher profil bas pour préserver des enjeux qui le dépassent ? Ou bien veut-il sciemment détériorer sa relation contractuelle pour maquiller l’abandon d’un projet dans lequel il se sent manifestement mal à l’aise ? Sur le terrain, le tronçon reliant Constantine à Skikda a connu un taux d’avancement considérable, mais contrairement au vœu du Premier ministre, il n’a pas été livré en mars et risque d’être retardé plus longtemps encore.

«Au niveau du PK 224, il y a eu plusieurs fois des affaissements de terrain, et les Japonais pensent à ériger un pont à cet endroit», affirme Talhi, un sous-traitant de Cojaal et membre de l’APW de Constantine. Si cette contrainte technique s’avère vraie, elle viendra compliquer une situation déjà trop gâtée par la complexité des ouvrages d’art prévus dans cette région à relief. Si pour les tunnels de Kef Lakehal (Constantine), il ne manque plus que de la mise en marche du système d’éclairage, ceux d’Ayoun Bouziane (Skikda) nécessitent encore des travaux.
On parle de quelques centaines de mètres linéaires avant la livraison du tronçon traversant Constantine et Skikda. Un tronçon assimilé à lui seul au projet du siècle. Ce dont on ne parle pas encore, c’est le tronçon traversant la wilaya d’El Tarf jusqu’à la frontière avec la Tunisie et où le taux d’avancement des travaux est presque égal à zéro !

Source  El Watan Nouri Nesrouche

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:20

Pourquoi les hommes sont les êtres les plus heureux ?

homme-heureux.jpg

 

Leur nom de famille ne change pas.

Ils ne peuvent jamais être enceinte

Les mécaniciens leur disent la vérité

Ils n'ont jamais à conduire jusqu'à une autre station essence pour faire pipi parce que les toilettes de la précédente étaient trop dégueulasses.

Ils ne sont pas obligés de réfléchir au sens dans lequel un écrou doit tourner.

Même travail et ils sont plus payés.

Les rides leur donnent de la personnalité.

Robe de mariée 2000 euros, location de smoking 50 euros.

Les gens ne fixent pas leur poitrine quand ils leur parlent.

Les chaussures neuves ne leur donnent pas d'ampoules.

Une seule humeur et c'est la même tout le temps !

Les conversations téléphoniques sont finies en 30 secondes.

Ils n'ont besoin que d'une valise pour des vacances de cinq jours.

Ils peuvent ouvrir eux-mêmes leur pot de confiture.

Le moindre geste agréable de leur part leur vaut de la reconnaissance.

Si quelqu'un a oublié de les inviter, cette personne peut quand même rester leur ami(e).

Leurs sous-vêtements coûtent au plus 15 euros pour un paquet de 3.

3 paires de chaussures sont plus que suffisantes.

Ils n'ont presque jamais de problèmes de bretelles en public.

Ils sont incapables de voir si leurs vêtements sont froissés ou tachés.

Tout sur leur visage reste de la même couleur tout le temps.

Les frites, le chocolat, les viandes en sauce, le pain avec la pizza ne leur posent aucun problème.

La même coupe de cheveux dure des années, peut-être même des décennies.

Ils n'ont que leur visage à raser.

Ils peuvent jouer avec des joujoux toute leur vie.

Un seul sac ou portefeuille et une paire de chaussures peu importe la couleur.

Une seule couleur pour toutes les saisons.

Ils peuvent se promener en short, quel que soit l'état de leurs jambes.

Ils peuvent s'arranger les ongles avec un canif de poche.

Ils ont le libre choix concernant le port d'une moustache.

Ils peuvent faire les courses de Noël pour 25 personnes en 25 minutes le 24 décembre.

Et on continue de se demander pourquoi les hommes sont heureux !!!...

Le pire...c'est que c'est vrai !!!

Envoie ce message à tous les hommes qui seront contents de le lire !
Et à toutes les femmes qui vont se plier en deux à la lecture de ces vérités.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:11

 Séances Sourires de la vie…. !

3-bananes.jpg

Amour sauvage 
Un couple est en pleine action, la pression commence à monter....
Elle : vas-y sauvagement !
Lui : oui !
Elle : ne soit pas timide !
Lui : oui !
Elle : montre que tu es un homme !
Lui : oui, oui !
Elle : dis-moi des choses sales !
Lui : la cuisine, la salle de bains, le salon...

Cadeau d'anniversaire 

C'est décidé, chérie, pour tes 50 ans, je t'offre un voyage au Kenya !
- Ah çà alors ! Et pour mes 60 ans , tu sais déjà ?
- Oui, je reviendrai te chercher. 

Un couple de randonneurs  

Un couple de randonneurs se promène à la campagne. La femme :
- Chéri...Ce paysage me laisse sans voix !
- Parfait, nous campons ici !

Un chef compréhensif 

Chef, pourrais-je quitter le bureau trois heures plus tôt, pour pouvoir 
aller faire du shopping avec ma femme ?
- Il n'en est pas question !
- Merci, Chef. Je savais que vous ne me laisseriez pas tomber.  

Dans un bar ...

Un homme va dans un bar et commande une bière.

Il la boit d'un coup, regarde dans sa poche et en commande une autre.

Il la boit et regarde dans sa poche, après avoir fait çà plusieurs fois, le serveur lui demande :
- Pourquoi après chaque bière vous regardez dans votre poche ? L'homme lui répond :

- dans ma poche il y a une photo de ma femme, quand je la trouverai belle je rentrerai a la maison
Jolie ou intelligente 
Chéri, qu'est-ce que tu préfères, une femme jolie ou une femme intelligente?
- Ni l'une ni l'autre, chérie, tu sais bien que je n'aime que toi! 

La beauté de la mariée 

Après quelques années de vie commune, un jeune homme décide de se marier avec sa petite amie. Comme il n'est pas du tout au courant des traditions, à la fin de la messe, il s'approche du curé et lui demande :
- Excusez moi mon père, je sais qu'il est dans la tradition que les jeunes mariés fassent une offrande au prêtre qui a célébré le mariage, mais je ne sais pas ce que les gens donnent en général '. Le prêtre lui répond dans le creux de l'oreille :
- En général, c'est en fonction de la beauté de la mariée. Plus elle est belle, plus la somme est élevée '.

A ces mots, le jeune marié se tourne vers sa femme. Il hésite quelques instants, plonge la main dans sa poche et tend une pièce d'un dollar au curé..
Le prêtre, compatissant, lui dit :
- Ne bougez pas, je vais vous rendre la monnaie.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article