Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 11:44

Qui parlait de la "grisette de l ' Europe ?

 

 

 

La France, quatrième destination préférée des investisseurs

Selon la CNUCED, la France a attiré l'année dernière 64 milliards de dollars de capitaux étrangers, un chiffre deux fois plus important que l'année précédente. Elle est 4ème au classement des pays les plus attractifs.

Les tenants du déclin de la France en seront pour leurs frais. Contrairement à ce que laisse entendre par exemple le Forum de Davos, les investisseurs ne boudent pas l'Hexagone, loin de là. Ainsi, selon des statistiques publiées lundi par la CNUCED, il a attiré l'année dernière 64 milliards de dollars de capitaux étrangers, un chiffre deux fois plus important que l'année précédente, et jamais atteint depuis 2001. Ceci grâce à une croissance économique bien meilleure que celle de ses voisins de la zone euro, et à une politique incitative en faveur des investisseurs étrangers. Du coup, la France se retrouve propulsée à la quatrième place au classement des meilleurs terres d'accueil, trois rangs plus haut qu'en 2004.
Mieux, même, elle est aussi le deuxième pays d'origine des investissements internationaux, avec 116 milliards de dollars disséminés à travers le monde.
Une performance qui, d'après la Cnuced, s'explique par l'abondante trésorerie des entreprises françaises après trois années de réduction de coûts.

Plus généralement, c'est l'ensemble de la vieille Europe qui semble avoir retrouvé la forme. Le Royaume-Uni est en effet passé devant les Etats-Unis et la Chine comme première destination mondiale des capitaux, en attirant pas moins de 165 milliards de dollars. Londres a surtout profité de la fusion entre les deux maisons mères de Royal Dutch-Shell, une opération à 74 milliards qui s'est soldée par le transfert du siège unique du groupe aux Pays-Bas. Les investisseurs ont en revanche un peu délaissé les Etats-Unis, qui n'ont attiré « que » 99 milliards d'IDE, 19% de moins qu'en 2004, alors que la Chine, elle, restait compétitive : 74 milliards ont atterri sur son sol, soit une hausse de 13%, ce qui conforte son statut de pays le plus prisé au sein du monde en développement.

Source l’Expansion.com, information relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Economie
commenter cet article
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 23:20

 

La vallée de Bethmale   

Une coutume légendaire        

et un lac objet de légendes 

     

Une vallée qui a gardé ses traditions profondément ancrées et qui possède un patrimoine exceptionnel

 

Etymologiquement, Bethmale signifie «mauvaise vallée» en gascon. Le lieu, pourtant, est magique. Situé dans un cirque sauvage et majestueux, à 1060 m d'altitude, l'étang est entouré de superbes forêts, dont la belle forêt de Cadus, et couronné par les roches abruptes du Mont Ner et du Pic Balam 

Joyau dans son écrin de verdure, le lac est peu profond. La jolie petite maison forestière, propriété de l'ONF, posée comme un champi­gnon sur un monticule rocheux, semble veiller sur ses eaux vertes et limpides. Ses rives, selon les saisons, sont tantôt tapissées d'une mousse ondoyante, tantôt recouvertes d'un ocre manteau de feuilles mortes.

 

 

 

 

 

e lac est aussi terre de légendes. Deux nymphes mêleraient leur chevelure dorée aux eaux cristallines, leur donnant ses reflets mordorés. C'était autrefois deux belles jeunes filles qui vivaient dans une cabane, au milieu d'une vaste prairie. Surprises dans leur sommeil, elles furent noyées dans les flots d'une source mystérieuse, à l'origine du lac actuel dont aucun ruisseau ne vient alimenter le débit... 

 

Les fées habiteraient bien ici. On raconte qu'un jour d'innocentes bergères s'ébattaient le long de ses rives quand elles aperçurent un âne magnifique. Aussitôt, elles décidèrent de grimper dessus toutes en même temps. Au fur et à mesure qu'elles l'enjambaient, sa croupe s'allongeait. Apeurées par un tel prodige, les dernières qui attendaient leur tour pour monter sur le dos du baudet donnèrent l'alarme. L'âne disparut mystérieusement dans un nuage de fumée. Il est vrai qu'aujourd'hui encore les apparences sont trompeuses et le lac source de mystère... La pointe recourbée des sabots de Bethmale a aussi sa légende.   

 

Au IXème siècle, les Maures  envahirent les  Pyrénées. L'un d'eux séduisit une jeune fille de la vallée. Mais celle-ci était déjà fiancée à un berger qui, furieux, prépara une vengeance sanglante. Il déracina deux noyers dont la base formait un angle droit et la tailla pour confectionner deux sabots en forme de croissants de lune, à la pointe longue effilée comme un dard. Il attaqua les Maures avec ses compagnons, tua son rival et sa fiancée et défila dans les rues du village avec leurs deux coeurs accrochés aux pointes des sabots. Depuis, les belles jeunes filles de Bethmale se voient offrir ces sabots en cadeau de mariage, gage de fidélité. Un coeur est dessiné avec des clous dorés sur leur empeigne recouverte de cuir. 

 

 

 

 

Chaque année, au mois de juin, la montée des troupeaux lors de la trans­humance attire de nombreux randonneurs qui suivent les bergers et les ani­maux jusqu'au Cirque de Campuls où une fête campagnarde a lieu en pré­sence du groupe folklorique "La Bethmalaise".  

 

Information source « l'Ariègeois » 

relayée par  

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 
Repost 0
Published by henrithoa - dans Pyrénées
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 23:52

Airbus vend 150 appareils en Chine 

Je n'ai pas le temps de souffler ..Je n'ai pas terminé de vous annoncer deux bonnes nouvelles qu'une troisième apparait...Non, non l'industrie aéronautique européenne n'est pas morte...

Airbus a conclu un accord jeudi pour la vente à la Chine de 150 A320 et signé un accord final pour la fabrication des appareils sur place, a annoncé jeudi le nouveau patron du constructeur aéronautique Louis Gallois. 
Une usine d'assemblage d'Airbus A320 sera implantée à Tianjin près de Pékin et entrera en service à partir de 2009, a ajouté Louis Gallois. Ce sera la première usine d'assemblage hors d'Europe de l'avionneur européen. 
Le contrat de vente des 150 A320 s'accompagne d'une lettre d'intention pour l'achat de 20 A350, a ajouté le patron d'Airbus qui fait partie des chefs d'entreprise accompagnant le président français Jacques Chirac dans sa visite officielle dans l'ancien empire du Milieu 

Source FR2, information relayée par:

Le Pèlerin 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Airbus
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 23:29

Airbus  

Quelques bonnes nouvelles d’Airbus en attendant d'autres sur l’A380 et l’A350

 

1ère informationAirbus signe un accord cadre avec la Chine pour l'assemblage d'A320 en Chine. Airbus a signé aujourd'hui à Pékin un accord cadre avec un consortium chinois comprenant Tianjin Free Trade Zone (TJFTZ), China Aviation Industry Corporation I (AVIC I) et China Aviation Industry Corporation II (AVIC II) concernant la construction d'une chaîne d'assemblage finale de l'A320.

 

D'après les termes de l'accord, l'usine d'assemblage sera construite à Tianjin et prendra la forme d'une coentreprise détenue par le consortium conduit par TJFTZ et Airbus. Les autorités chinoises doivent encore donner leur feu vert. Le démarrage de l'usine est prévu pour les premiers mois de l'année 2009, avec pour objectif une production de quatre avions par jour à partir de 2011. 

 

2ème informationGrosse commande d’A319. La nouvelle compagnie low-cost américaine Skybus a passé une commande ferme de 65 Airbus A319, pour un montant catalogue d'environ 3,9 milliards de dollars, a annoncé jeudi l'avionneur européen dans un communiqué.

 

La compagnie n'a pas encore annoncé son choix de motorisation pour ses appareils mono couloirs, a précisé Airbus.

 

"En nombre d'appareils, cette transaction est l'une des principales commandes d'Airbus passées par un transporteur américain", s'est félicité l'avionneur.

 

Skybus, compagnie à bas-coût basée dans l'Etat de l'Ohio, commencera ses activités début 2007. La date de livraison des A319 n'a pas été précisé par Airbus.

 

La famille de mono couloirs A320, qui comprend l'A318, l'A319, l'A320 et l'A321 est le plus gros succès d'Airbus avec plus de 4.500 appareils commandés jusqu'à présent.

 

Source Yahoo finance, information relayée par :

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Airbus
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 23:15

Michael Schumacher a reçu en cadeau une île située sur la côte de Dubaï. 

Valeur de ce modeste présent: 4,5 millions d'euros.

Au large de Dubaï, près de 300 îles artificielles formeront un planisphère où figureront tous les pays du monde. Le septuple champion du monde s'est vu offrir ce lopin de terre par le Sheik Mohammed bin Rashi al Maktoum.

L'île (de 10 hectares) située à Dubaï sera prête dans deux ans. On ne sait pas pour l'instant ce que compte faire Schumacher de sa nouvelle acquisition. Ferrari avait également décidé d'offrir un dernier présent pour le futur retraité, à savoir la dernière voiture qu'il a piloté, la Ferrari 248.

 

 

 

  Source Forum Algérie, information relayée par:  

 

Le Pèlerin

Repost 0
Published by henrithoa - dans Information
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 23:10

Haut Couserans 

La Cascade d'Ars  

 

 

Depuis La station thermale d'Aulus-les-Bains, c'est une randonnée facile, à travers une belle forêt de hêtres, qui permet d'atteindre en moins d'une heure la cascade d'Ars (1239 m), une des plus belles des Pyrénées. 

Impressionnante, avec ses 110 m de hauteur, elle est composée de trois grands ressauts qui, à la fonte des neiges, ne forment plus qu'un immense jet d'eau. 

Un sentier bien tracé permet d'atteindre ses différents paliers. Avec ses nombreux lacs, ses crêtes aériennes, sa faune et sa flore très variées, la vallée d'Ars est une des plus sauvages et des plus pittoresques du Haut Couserans. Au dessus de la cascade, les bons marcheurs peuvent découvrir l'étang des Truites et l'étang du Turon d'Ars, avec son Orry bien conservé.  

 

Information « La Dépêche du Midi» 

relayée par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Pyrénées
commenter cet article
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 09:10

Une vérité qui dérange : le réchauffement climatique en question 

Le film d'Al Gore est un plaidoyer sans concession pour la lutte contre le réchauffement climatique. Une démonstration efficace, mais qui souffre inévitablement de quelques facilités. Notre analyse scientifique du film  

 

Dans Le jour d'après, une ère glaciaire due au réchauffement climatique était sur le point d'envahir le globe. Mais là où Roland Emmerich avait imaginé un scénario catastrophe, Une vérité qui dérange est une démonstration scientifique en règle, s'appuyant sur les études scientifiques les plus récentes. 

Show à l'américaine 

Pour autant, la conférence filmée de "l'ex-futur président des Etats-Unis", comme se définit lui-même Al Gore, n'est pas austère. C'est même un show à l'américaine où il ne manque absolument rien : les images choc (les blocs de banquise qui s'effondrent, La Nouvelle-Orléans sous les eaux après l'ouragan Katrina, les inondations au Bangladesh...), l'émotion (son fils qui a failli mourir à 6 ans, son enfance dans le ranch de son père, sa défaite à la présidence de 2004...), et même parfois l'humour (dans une scène particulièrement efficace où il doit emprunter un élévateur pour atteindre la courbe de prévision des émissions de CO2). 

En une heure et demi, les principales causes et conséquences du réchauffement climatique sont égrenées, de la hausse continue des gaz à effet de serre à la fonte des glaciers en passant par le montée du niveau des océans et les tornades. 

Démonstration scientifique convaincante 

Les scientifiques sont dans l'ensemble unanimes à saluer le film. Jean Jouzel, climatologue et membre du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), se félicite même que "moins d'un an après, ses conclusions se retrouvent dans le film d'Al Gore". 

A part quelques raccourcis inévitables (des cheminées de centrales nucléaires, qui ne recrachent que de la vapeur d'eau, illustrent ainsi les rejets de CO2, et la grippe aviaire est attribuée à la "remontée vers le nord" des maladies tropicales), on voit bien que Al Gore maîtrise son sujet. On ne peut que saluer son initiative, d'autant plus qu'aux Etats-Unis le scepticisme sur le réchauffement est plus répandu qu'en France. 

Source l’Internaute magazine, information relayée par: 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Information
commenter cet article
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 23:43

 

Cité de Saint-Lizier  

Cathédrales et Palais des Évêques renferment des trésors à découvrir  

 

La Cité des Évêques du Couserans, une Longue Histoire, depuis l'occupation romaine, jusqu'à La Révolution Française

 

 

 

 

Saint-Lizier, cité des Consorani avant l'occupation romaine, est l'antique capitale du Couserans. Au Vème siècle, elle devint le siège de l'évêché du Couserans et le demeura jusqu'au Concordat de 1801. La cité de Saint-Lizier constitue un ensemble architectural et historique de classe nationale. Elle conserve d'importants remparts gallo-romains et possède deux cathédrales datant de l'époque romane.

 

 

 

Citadelle de l'oubli, Saint Lizier de Couserans pleure encore aujourd'hui sur sa gloire et ses fastes passés. Il est peu de cités qui connurent dans nos Monts Pyrénées un destin aussi curieux et une existence aussi tourmentée. Elle vit le jour avec la guerre, lors des expéditions conquérantes de Rome, connut son apogée avec la foi, durant les siècles de rayonnement de son évêché et s'éteignit avec la liberté dans les débordements de la Révolution française. Durant près de deux mille ans elle fut tout à la fois cité de la guerre, temple de la méditation et foyer de la civilisation. 

La cathédrale de Saint-Lizier, située au cœur du village, a subi au cours des siècles de nombreux remaniements qui n'ont pas détruit son harmonie. Dans le cœur, de magnifiques fresques attribuées au "Maître de Pedret" ont probablement été réalisées avant la consécration de la cathédrale en 1117. 

A côté de la nef est situé un magnifique cloître à deux étages dont seul le rez-de-chaussée appartient au style roman; ses arcades reposent sur des colonnes simples ou jumelées, ornées de très beaux chapiteaux historiés ou décorés d'entrelacs.  

Le trésor de la cathédrale (XIIème-XVème), composé d'objets fins et délicats, illustre l'importance spirituelle et temporelle de l'ancienne capitale reli­gieuse. On peut y admirer en particulier une crosse dite "de Saint-Lizier" en ivoire et argent (XIème-XIIème), une mître d'évêque en soie blanche brodée d'or (Xllème), l'ancienne châsse de Saint-Lizier en bois peint (XIIIème), une crosse en cuivre émaillé (travail de Limoges XIIIème) et le buste reliquaire en argent de Saint-Lizier qui est un chef- d'œuvre de l'orfèvrerie toulousaine du XVIème. 

 

Notre Dame de la Sède, la cathédrale supérieure, appartient à un ensemble de bâtiments ecclésiastiques ayant subi de nombreux remaniements depuis l'époque romane. Belles boiseries, stalles du XVIIème, salle capitulaire du XIIIème. 

A proximité de la cathédrale de Saint-Lizier, dans l'Hôtel Dieu construit en 1764, une remarquable pharmacie du XVIIIème, encore utilisée de nos jours, dévoile ses trésors: pots de médicaments en faïence et verre, coffret de chi­rurgien militaire, sphère armillaire... 

Entouré d'un parc et d'un jardin en terrasses, le Palais des Évêques offre un magnifique panorama sur les montagnes du Couserans et la vallée du Salât. Il domine la cité médiévale de Saint-Lizier située sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle et où de nombreux monuments témoignent d'un passé prestigieux. Des origines jusqu'à la Révolution, les évêques eurent souvent à cœur d'embellir le site et d'accueillir les plus démunis. 

Le Palais des Evêques, bâti et aménagé au cours des siècles, L'an­cienne cathédrale Notre Dame de La Sède, édifiée sur une partie du rempart du Vème siècle, évoquent L'art religieux depuis Le Moyen-Âge. Dans Les caves et Les écuries sont présentées des expositions tem­poraires Laissant une grande place à L'art contemporain. Le site per­met de développer trois grands axes de collection : L'archéologie gallo-romaine est associée à La numismatique (échanges et tré­sors), L'ethnographie présente Les activités et rites de La vie quoti­dienne des pays de L'Ariège depuis Le siècle dernier, et L'histoire naturelle évoque La faune, La flore et Les ressources des Pyrénées ariégeoises. Les expositions permanentes évoluent au gré des acquisitions et des dons assurant La conservation d'un patrimoine unique et authentique: celui de l'Ariège et de ses habitants. 

Le Trésor de Saint-Lizier est conservé dans l'ancienne sacristie où L'on accède par la travée Est du Cloître. Il comporte plusieurs pièces rela­tives aux attributs des évêques, des reliquaires et des objets du diose au site. On ne peut pas quitter Saint-Lizier, sans être parti­culièrement impressionné par La grandeur passée de cette cité. Les hommes qui se succédèrent, d'abord au commandement de l'oppidum romain, ensuite sur Le siège épiscopal, nous ont Laissé un trésor archéologique de premier ordre que nous avons le devoir de trans­mettre aux générations futures. 

Information source : l’Ariégeois 

relayée par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Pyrénées
commenter cet article
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 23:43

 

Lacs, bases de loisirs : allez tous à l’eau 

 

Oui dit vacances dit soleil, canicule, farniente et l'envie de se rafraîchir et de plonger dans une eau claire et fraîche, ce qui nous dirige directement vers le point d'eau le plus proche. En Ariège, les sites ne manquent pas. Lacs de plaine de vallée ou de montagne, c'est au choix. Foix-Labarre. L'aire nautique de Labarre, à Foix, s'étend sur 16 ha. Située à l'entrée nord de la ville, juste derrière le camping, elle of­fre toutes sortes d'animations en juillet et août : canoë-kayak, pédalo, basket-bail aquatique, ca­notage, pêche, buvette, pique-nique pour petits et grands, etc. Tél. 0561654419 Mercus-Garabet. La base nau­tique propose le plaisir de la glisse avec le téléski nautique de 700 m de long qui tracte jusqu'à huit skieurs en simultané, grâce à un-double câble. Sur 45 ha, la base propose également des pédalos, des balades en bateaux électri­ques, des initiations à la voile avec les « cataminus » et les optimistes. Tél. 05 6105 80 50 Léran-Montbel. 570 ha d'eau sont à la disposition des touristes et des Ariégeois. C'est le plus grand bassin d'étiage du sud-ouest. Un peu plus de 70 ha sont réservés à l'activité touristique. Sur le site, fonctionne une école de voile. On peut y pratiquer également le canoë, la pêche, le voilier quatre places, le pédalo, le bateau électrique et la baignade. Un site privilégié d'observation ornithologique et les sentiers de randonnée et de vélo permettent Saint-Ybars. Ce lac de 7 ha est ouvert toute l'année. Aire de jeux collectifs, baignade surveillée l'après-midi, boulodrome, plage, tennis, pédalo. Tél. 05 616918 04 Sainte-Croix-Volvestre. Situé en plein coeur du Volvestre, le lac de Sainte-Croix, d'environ 2 ha, attire chaque année beaucoup de monde. Les uns s'adonnent à la baignade et au bronzage tandis que les autres préfèrent la pêche. La baignade est surveillée en juillet et août. Tél. 05 6166 72 16 Mondely (photo). En Séronais, le lac de Mondely s'étend sur plus d'une cinquantaine d'hectares ment snack et buvette. Tél. 05 6164 59 84 (en été). Biros.  

 

 Il existe à Bonac-Irazein, une retenue d'eau d'environ 1 ha qui fait le bonheur des petits et des grands. A disposition sur place et près du lac, une patau­geoire, une aire de pique-nique, un boulodrome et des jeux pour enfants. Tél. 05 6196 03 61 Bethmale. A 25 km de Saint-Gi­rons en direction de Castillon-en-Couserans, sur la route du Col de la Core, le lac offre aux pêcheurs ses eaux limpides ou la truite est reine. Les environs du lac sont propices aux balades Les montagnes ariégeoises possèdent plus de 2.500 km de cours d'eau dont 400 recensés et répertoriés comme parcours praticables et accessibles aux sports d'eau vive : descente accompagnée, rafting, canoë-kayak. Voici quelques sites et clubs disponibles...

 

 

 

 

Stade d'eau vive du Rebech à Foix. Ce parcours de renommée internationale accueillera en 2010 les championnats du monde juniors de canoë-kayak. Long de 400 m, large de 10 à 40 m, il présente un dénivelé de 4 m, un débit d'utilisation de 15,100 m/s, et une niveau de difficulté de 1 à 4. Le stade propose en outre des activités libres ou encadrées (canoë, raft, nage en eau vive, etc.). Tél. 0561652065 

Station sports nature d'Auzat. Activités de loisirs autour des quatre éléments naturels (air, eau, roche et nature) : canyonning, descende, escalade, vélo, etc. Tél. 05 6164 87 53 Passeurs de vagues à Seix. Canoë-kayak, raft, canoë gon­flable, etc. Tél. 05 6166 84 88 Ariège Evasion à Ornolac. Canoë 3 et 2 places, kayak, canyonning. Tél. 05 61051111 Canoë-kayak club de l'Hers à La Bastide-sur-l’Hers et Léran. Canoë-kayak, raft. Tél. 0561017180.

 

Information de «la Dépêche du Midi» 

relayée par

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Pyrénées
commenter cet article
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 23:48

 

Ariège - Pays d’Olmes   

Dans  la fraîcheur du vert Pays  

 

On est tout près de l'Aude. Ici se rencontrent l'air médi­terranéen et l'air montagnard, ce qui donne une nature originale, alternant forêts de résineux et de feuillus. On est aussi en plein dans les terres cathares et cette époque troublée a laissé de pres­tigieux vestiges : les châteaux de Roquefixade et de Monségur notamment (voir pages suivantes). Autour de ces incontournables visites dans le coin, on découvre une nature authentique. Le Massif de Tabe (2368 m) veille sur ses trois vallées, l'Hers, le Touyre et le Douctouyre.

 

 

 

 

 

La forêt de Bélesta. C'est le paradis des résineux, à une altitude allant de 800 à 1000 mètres environ, avec près de 1000 mm de pluie par an. La forêt est composée en majeure partie de sapin pectine, puis d'autres essences ont été introduites : mélèzes, pins Weymouth (en voie de disparition) et pins sylvestres. La forêt a toujours eu besoin qu'on s'occupe d'elle, pour l'exploitation, le gardiennage, le marquage des bois à abattre... Les villageois des environs s'en chargeaient. Il y a plusieurs sentiers, notamment un qui va jusqu'au gouffre du corbeau : un trou impressionnant de 110 m de profondeur. Gorges de la Frau. Pendant environ cinq kilomètres, un chemin caillouteux et tortueux semble s'engouffrer dans les entrailles de la terre... Vous êtes dans les gorges de «l'effroi» («frau» en patois). Aux moments les plus spectaculaires, vous serez surplombés par plus de quatre cent mètres de rocs. Si le ruisseau disparaît souvent sous les cailloux et que l'endroit paraît bien sec, un gros orage peut le transformer en torrent ! Au début du siècle, on voulut d'ailleurs installer une route dans les gorges pour faciliter le travail des charbonniers qui descendaient le fruit de leur labeur à 'dos de mules. Un orage vint en une seule nuit tout détruire, les travaux ne reprirent jamais. Depuis, on a choisi de laisser tranquille ce petit coin de paradis.  

 

Fontaine de Fontestorbes. Les ouvriers peigniers de Lesparrou ont longtemps chéri la fontaine de Fontestorbes, la «fontaine dérangée» en occitan. Son débit alimentait l'Hers et réglait l'activité des usines ainsi que leur propre rythme de travail. De juillet à novembre, dès que le débit de la rivière baisse, la source devient intermittente. C'est dû à un siphon : un débit insuffisant provoque son désamorçage et donc l'arrêt de la sortie d'eau. Pendant cet arrêt, l'eau s'accumule en amont, remplit complètement le sipho, et le réamorce. Il y a alors sortie brutale d'eau, le siphon se désamorce, et ça recommence...  

 

Roquefort les Cascades. Caché au fond d'une vallée isolée, un lieu magique qui semble tout droit sorti d'un conte celtique. Plusieurs chemins mènent à la cascade de la Turasse, d'où l'eau tombe d'une vingtaine de mètres sur une mousse d'un vert presque irréel. Pour profiter pleinement du site, mieux vaut y aller après quelques pluies. Dans un recoin, on trouve une des plus belles cascades, et on peut même se baigner dans son bassin... si l’on n’en craint pas l'eau fraîche.  

 

Information de «la Dépêche du Midi» 

relayée par

Le Pèlerin

 

 

Repost 0
Published by henrithoa - dans Pyrénées
commenter cet article