Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 23:43
Algérie : Le SMIG à 12.000 da en janvier

 

 

 

Bien que la tripartite de la nuit du dimanche ait eu quatre points à son ordre du jour, les partenaires sociaux avaient plus à coeur et comme priorité la conclusion du pacte national économique et social.

 

La signature, dimanche à 3 heures du matin à la résidence El-Mithak, du pacte national économique et social, a été qualifiée de moment exceptionnel par les partenaires sociaux. Cette tripartite même, qui en est à sa douzième édition, a été pour le gouvernement, l’UGTA et le patronat privé « un moment historique ». Entamés samedi vers 23 h, ses travaux ne porteront que sur le projet du pacte, étant entendu qu’en ce qui concerne les trois autres points à son ordre du jour, à savoir le relèvement du salaire national minimum garanti (SNMG), les augmentations des salaires et les conventions de branche, ils ont été « réglés » au préalable par plusieurs séances de négociations des groupes tripartites.

 

Le chef du gouvernement lui-même l’a reconnu lorsque, après son ouverture de la tripartite du samedi soir, il a demandé aux journalistes de quitter la salle vers minuit, « le temps, dira-t-il, que nous échangions quelques remarques parce que nous nous sommes déjà entendus sur tout ». Le huis clos a été donc adopté pendant près d’une heure et demie. L’on apprendra que la discussion a tourné autour du projet du pacte à propos duquel le président de la Confédération des opérateurs et entrepreneurs algériens a exprimé quelques petites réserves.

 

En le concluant hier dimanche tard dans la nuit, les partenaires sociaux estiment qu’« il permet de préparer les meilleurs arbitrages lorsque les objectifs économiques viendraient à apparaître contradictoires avec les aspirations sociales ». Dans leur communiqué commun lu par le ministre du Travail à la fin des travaux, ses signataires précisent « qu’il prend en charge les préoccupations des partenaires économiques et sociaux, définit les objectifs à atteindre ainsi que les principes devant guider la conduite de l’économie nationale, et enfin ce pacte doit promouvoir le développement économique et social du pays ». (Voir article sur le pacte de M. Mehdi.)

 

Dans leurs allocutions d’ouverture, les différents partenaires rappelleront que ce pacte est inscrit dans le programme présidentiel et que sa conclusion était donc une nécessité. L’ont signé le gouvernement, l’UGTA, la CGEO, la CAP, la CIPA, SEVE et la CNPA.

 

L’Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP), représentée par quatre de ses membres dont son président, Hcène Benyounès, a fait plutôt de la figuration puisqu’elle n’a pas été autorisée à apposer sa signature sur le projet du pacte (Voir article sur le patronat).

 

Pour ce qui est du SNMG, le chef du gouvernement note qu’il a un lien direct avec le pouvoir d’achat des travailleurs et en particulier les basses catégories. « Les mesures qui seraient prises à l’égard de ce dossier, a dit Belkhadem, auront une forte implication sur plusieurs catégories de la population et seraient de nature à répondre à leurs attentes ». Le communiqué commun consigne une revalorisation du SNMG passant ainsi de 10.000 à 12.000 dinars/mois avec effet à compter du 1er janvier 2007. Ce relèvement aura un effet de hausse sur certaines pensions de retraite, notamment celles des hauts cadres.

 

Enclenché en juin 2006, le processus de révision des conventions de branche et le démarrage des négociations à cet effet ont abouti à leur adoption « renouvelée » concernant le secteur public ainsi que l’adoption de la convention collective « cadre » du secteur privé.

 

L’UGTA et le patronat privé ont donc signé, pour la première fois de l’histoire du dialogue social, une convention collective qui permettra de « codifier les relations de travail et le processus d’augmentation des salaires chez les patrons privés », est-il écrit en conclusion du communiqué commun. Ce qui fait que puisque paraphée en présence du chef du gouvernement, cette convention a désormais force de loi. La tripartite est appelée ainsi à surveiller les privés.

 

En plus de leur signature du pacte, les partenaires sociaux ont paraphé chacun pour ce qui le concerne différents accords et conventions. Le genre de cérémonie a plutôt regroupé les SGP et les fédérations. Sur les 50 conventions négociées, 9 ont été signées lors de la tripartite, dont une entre la fédération Mécanique-Métallurgie et la SGP de tutelle. L’on apprendra par différentes sources que les syndicalistes ont pu arracher une augmentation des salaires des travailleurs de ces secteurs allant de 13 à 18%, avec des pics pour les entreprises en bonne santé financière atteignant les 23%.

 

Non consignées dans le communiqué commun, les augmentations des salaires du secteur public économique varieront entre un minimum de 20% et un maximum de 25%, tandis que dans le secteur privé, elles le seront entre un minimum de 10% et un maximum de 20%.

 

Elles se feront selon différents accords salariaux que les fédérations UGTA ont négociés et conclus avec les SGP selon les moyens et capacités financières de chaque branche et chaque entreprise. Leur entrée en vigueur est en principe à partir de ce mois d’octobre. Le reste des 50 conventions de branche non signées lors de la tripartite, le seront ces jours-ci au niveau du ministère du Travail.

 

Pour sa part, le secrétaire général de l’UGTA a instruit ses fédérations à « mettre au propre » les différents accords salariaux afin de les rendre publics.

 

Pour rappel, après son investiture à la tête de la présidence de la République, Bouteflika avait exigé des partenaires sociaux de le laisser seul juge des décisions de toute tripartite. Alors s’est installée depuis 2000 une tradition qui voulait que ces décisions remontent en Conseil des ministres pour que le Président les approuve et leur donne un caractère d’exécution effectif.

 

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pour des considérations qui sont quelque peu difficiles à cerner dans leur fond, le Président a approuvé les décisions de cette 12e tripartite la semaine dernière, lors d’un Conseil interministériel qu’il a présidé avec les ministres concernés directement par leur mise en oeuvre.

 

Information - Le Quotidien d’Oran,

 

relayée par

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 23:21

 

Le Donezan 

Un «Pays» peu connu entre deux mondes

En général, un cairn est un tas de pierre en forme de petite pyramide ou bien de cône. Ils servent encore de repère aux montagnards dans le brouillard. C'est en fait l'an­cêtre des bornes de balisage actuelles. La tradition veut que ce soit les randonneurs eux-mêmes qui les entretiennent, en ajoutant une pierre lors­que cela s'avère nécessaire. 

 

 

Dans le Donezan, ils ont la particularité d'être d'un style tout à fait différent. En effet, ils sont circulaires, hauts de deux mètres et surmontés d'une poutre de deux mètres. En fait, c'est pour le facteur de la préfecture, qui devait passer le col de Pailhères en été comme en hiver, qu'ils ont été construits à la fin du XIX siècle, après qu'en 1789, le Donezan ait été incorporé à l'Ariège. Ce col de Pailhères, qui culmine à 2001 mètres, séparait donc la préfecture fuxéenne du Donezan. Malgré la présence de ces Cairns, de nombreux facteurs ont laissé leur vie dans ce passage très délicate franchir, notam­ment l'hiver. Ils ont été rénovés par le SIVOM du Donezan, en partenariat avec la commune d'Ascou, dans le but de mettre en valeur la conservation du patrimoine du Donezan et de laisser également des traces

 

C'est aux confins de l'Ariège, à la frontière de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, que se situe le Donezan. Les frontières de ce pays ont peu évolué au fil des siècles, en raison de sa géographie particulière. Peu connu des Ariégeois, voire méconnu, il est composé de sept villages : Mi-janès, Rouze, Le Puch, Artigues, Le Pla, Carcanières et certainement le plus connu, Quérigut. Ils se situent entre 970 et 1250 mètres.  

 

Rouze 

 

C'est le premier village à l'entrée du Donezan. Autrefois, pour se rendre en Espagne, les voyageurs contournaient ce village afin qu'il garde sa quiétude. 

 

Mijanes

  

Avec ses maisons construites est/ouest et serrées les unes con­tre les autres, l'ambiance y parait plus chaude, notamment lors des longs hivers. Un véritable nid protecteur au pied des montagnes. 

 

Artigues  

 

Ce nom signifie : « terre nouvellement défrichée « Conquise par les hommes, elle donne accès aux pâturages et aux forêts et s'est construit autour de son église. 

 

Le Puch 

Au sud d'une petite colline appelée « la Serre « il est protégé des vents froids du Nord. De par sa situation, il présente également l’avantage d'offrir le plus beau panorama de tout le pays de Donezan. 

 

Le Pla  

Au centre du Donezan, il se trouve dans une plaine, entouré de bois. 

 

Carcanières 

À l'est du Donezan, à son pied coule l'Aude mais aussi des sources thermales très anciennes, qui ne reçoivent plus personne aujourd'hui. 

 

Quérigut  

C'est le chef-lieu du canton et sûrement le village le plus connu et le plus important du Donezan. Au pied des ruines d'un château féodal, Quérigut a la particularité de posséder l'habitat le plus ancien datant de 844, dans le hameau de Saint Félix  

Voilà donc un pays aux attraits multiples, véritable nid protecteur, qui mérite bien d'être découvert. D'autant plus qu'il possède un riche patrimoine historique. 

 

Le Château d’Usson

 

 

 

 C'est la plus ancienne des deux forteresses du Donezan. Bien qu'il soit probable que sa cons­truction remonte à la fin du Xe siècle, il est mentionné pour la Ire fois en 1035. Il a changé de propriétaire à maintes reprises, appartenant tour à tour à la fa­mille de So et d'Alion, aux comtes catalans et de Foix, aux rois de France ou encore à la famille d'Usson de Bonnac, les derniers propriétaires. Il sera démoli en 1789, pierres par pierres, et servira de carrière. À l'heure actuelle, les anciennes écuries abritent la Maison du patrimoine. 

Les Cairns de Pailhères  

En général, un cairn est un tas de pierre en forme de petite pyramide ou bien de cône. Ils servent encore de repère aux montagnards dans le brouillard. C'est en fait l'an­cêtre des bornes de balisage actuelles. La tradition veut que ce soit les randonneurs eux-mêmes qui les entretiennent, en ajoutant une pierre lorsque cela s'avère nécessaire. Dans le Donezan, ils ont la particularité d'être d'un style tout à fait différent. En effet, ils sont circulaires, hauts de deux mètres et surmontés d'une poutre de deux mètres. En fait, c'est pour le facteur de la préfecture, qui devait passer le col de Pailhères en été comme en hiver, qu'ils ont été construits à la fin du XIX siècle, après qu'en 1789, le Donezan ait été incorporé à l'Ariège. Ce col de Pailhères, qui culmine à 2001 mètres, séparait donc la préfecture fuxéenne du Donezan. Malgré la présence de ces Cairns, de nombreux facteurs ont laissé leur vie dans ce passage très délicate franchir, notamment l'hiver. Ils ont été rénovés par le SIVOM du Done­zan, en partenariat avec la commune d'Ascou, dans le but de mettre en valeur la conservation du patrimoine du Donezan et de laisser également des traces de l'histoire de ce Pays

Information de « la Dépêche du Midi »  

Relayée par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 23:14

 

La Carrière de Talc de Trimouns  

 

Mines de talc à ciel ouvert situées à 1800 m d'altitude, sur le flanc du pic Soularac, à 9 km d'Ax-les-Thermes. C'est la plus grande car­rière de talc du monde. Ce gisement exceptionnel est exploité par la Société des Talcs de Luzenac qui achemine le minerai grâce à une noria d'énormes godets qui descendent par câble à l'usine située au village en contrebas. La carrière forme un immense amphithéâtre d'une blancheur immaculée. Visites guidées et commentées organi­sées à partir de l'Office de Tourisme de Luzenac. 

Pour plus d’information, cliquez sur le lien suivant :  

http://www.ariege.com/geologie/talc/index.html  

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 23:06

Airbus : Lufthansa a signé l'acquisition de 35 Airbus

 

Il y a tellement de mauvaises nouvelles au sujet d'Airbus que lorsqu'il y en a une bonne, je vous la communique 

 

La compagnie allemande Lufthansa () a signé un contrat portant sur l'acquisition de 35 Airbus neufs, confirmant l'annonce faite en septembre dernier. Cette commande porte sur cinq A319, dix A320 et 15 A321, ainsi que cinq A330 long courriers. En outre, l'accord comprend des options pour 30 mono couloirs Airbus supplémentaires.

 

Lufthansa est l'un des premiers et principaux clients d'Airbus et compte actuellement près de 150 appareils Airbus. "Nous sommes fiers que l'une des compagnies les plus prisées, déjà dotée de l'une des plus grandes flottes au monde, décide une nouvelle fois de développer sa flotte avec des mono couloirs Airbus et des A330", a déclaré Louis Gallois, Président et CEO d'Airbus et Co-CEO d'EADS.

 

 

 

Source «Yahoo-finance»

 

Information relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

 
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 07:08

Immobilier - Le Retournement

Branle-bas de combat sur le marché de l'immobilier. Après une croissance exponentielle des prix au mètre carré en Île-de-France, comme partout en province, voici que l'alerte à la baisse vient d'être lancée par les pros, et même par le Ministre Borloo. Alors, que faut-il faire ? Vendre aujourd'hui, acheter demain. Le point de vue de l’expert de France Info : 

 

Un concert "baissier" 

Le mois d’août 2006 restera dans les esprits comme celui au cours duquel les voix se sont multipliées pour signaler que la hausse des prix immobiliers touchait à sa fin. Il était temps
Les prix n’ont en effet cessé de monter depuis 1997 en région, 1998 en Île-de-France. Dans la plupart des villes, ils ont même plus que doublé. En dépit d’une absence totale d’inflation. Et sans que le moindre signal d’un ralentissement, pourtant jugé inévitable depuis longtemps par de nombreux observateurs, ne soit donné. 

Eh bien, le signal d’alarme vient d’être tiré. Début septembre, l’indice BoursoPAP (concocté par la Centrale des Particuliers sur la base des prix dans neuf grandes villes et diffusé par Boursorama) marquait une légère baisse. Fléchissement confirmé par les statistiques collationnées par les agents immobiliers membres de la Fnaïm. Et surtout par le ministre de la Cohésion Sociale (et du Logement), Jean-Louis Borloo, le 19 septembre à l’occasion du congrès de HLM ! "Les prix de vente sont désormais en baisse" annonçait le ministre qui prévoit "un recul sensible d’ici deux ou trois ans". Ce ne serait donc sans doute pas le moment d’investir dans l’immobilier "Borloo populaire" que le ministre vient de lancer… 

Comme pour mettre un point d’orgue à ce concert baissier, le bureau d’études BIPE annonçait discrètement, à la mi-septembre (et plus nettement une semaine plus tard dans le cadre du baromètre BIPE- Empruntis), que les prix devraient ralentir cette année avant d’entamer une baisse légère (4 %) en 2007, puis en 2008 (3 %). On attendra avec un intérêt tout particulier les chiffres que les notaires parisiens vont publier début octobre.

Vendre aujourd'hui, acheter demain ? 

À en croire notamment le BIPE, le scénario violemment "baissier" des années quatre-vingt-dix (en région parisienne) ne se reproduirait pas, mais une correction des prix serait à attendre. En clair, ceux qui veulent acheter paieront moins cher demain (ou plutôt après-demain).En dépit de la qualité de ceux qui les font, il est impossible de savoir si ces prévisions sont fiables. D’abord, elles ne reposent pas sur les mêmes bases (l’immobilier neuf chez Borloo, une partie de l’ancien chez les autres) Et puis, elles se fondent sur l’insolvabilité réputée croissante des acquéreurs, sur la hausse des taux et sur les exigences elles aussi croissantes des banques pour ce qui concerne les apports personnels. Ces facteurs peuvent effectivement jouer négativement.
En revanche, le "désir de propriété", la "décohabitation" ou la multiplication des ménages et, fait récent, la nouvelle baisse des taux à long terme incitent à la prudence : la fièvre acheteuse n’a guère de raisons de retomber. Voyez le marché britannique : il s’était assagi en 2004 (stagnation des prix), mais, en dépit de la hausse du coût des crédits, il est reparti de plus belle l’an passé.
La multiplicité des paramètres incite à la prudence concernant les prévisions. De mémoire d’homme, les retournements de marché n’ont jamais été annoncés d’avance, qu’il s’agisse de la bourse, de l’immobilier ou des matières premières qui flambaient encore l’été dernier. Une autre vérité mérite attention : les prix de marché sont toujours cycliques. Lisez : ils ne ralentissent pas progressivement, comme on l’espère dans l’immobilier, un jour ils baissent, comme on le craint. À juste titre, car plus les acheteurs sont convaincus qu’ils paieront moins cher demain, et plus ils sont tentés de différer leur achat, obligeant ainsi les vendeurs à réduire leurs prétentions. Au point, justement, de provoquer le ralentissement des ventes, puis la baisse des prix tant redoutée. Cette baisse est, autant que la hausse récente, une composante "naturelle" de l’économie… de marché. 

Source France Info , étude relayée par 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 23:50

 

Grotte de Niaux 

Ce Sanctuaire de la Préhistoire a abrité les premiers hommes des Pyrénées 

2006 fête le centième anniversaire de l'authentification des peintures et gravures   

Le 22 septembre 1906, Le commandant Molard et ses fils escaladent Les contreforts de la montagne qui s'élève au-dessus du village de Niaux pour rejoindre L'entrée d'une caverne qu'ils aperçoivent à une centaine de mètres au-dessus du Vicdessos. Quand ils arrivent à cette importante ouverture, ils s'aperçoivent en fait que l'entrée est très étroite, envahie par d'innommables éboulis. Ils arrivent à se faufiler et se trouvent très rapidement dans une immense galerie dont il est parfois difficile de distinguer le plafond tellement qu'il est haut.  

Molard est à La retraite après avoir servi le pays comme officier supérieur durant des années et il a acquis une maison à Sabart, tout prés de Niaux. Pour occuper son temps, il se passionne pour toutes les anfractuosités des environs dont il fait systématiquement le relevé. Aujourd'hui, en compagnie de ses fils, il a décidé de pousser le plus possible l'exploration de cette caverne dont l'entrée se situe à 668 mètres d'altitude et dont l'immensité les étonne dès leur entrée dans le site. 

Ils parcourent près de 1400 mètres avant de parvenir au fond de la galerie principale mais reviennent sur leurs pas pour explorer des couloirs qui existent de chaque côté et qui leur ont paru limités. Ils empruntent une galerie qui s'ouvre vers l'Est à la moitié de la caverne. Après avoir monté sur un sol parsemé d'énormes blocs, au fond ils aboutissent à une large rotonde dont le sol est recouvert d'argile. C'est alors l'émerveillement: les parois portent des dessins noirs qui se suivent par groupes, utilisant souvent les courbes en relief ou en creux. Ils figurent des animaux : bisons, chevaux, cerfs... Dès leur sortie, ils demandent au docteur Félix Garrigou qui avait déjà remarqué ces dessins dès 1866 sans y prêter une grande attention, de venir les examiner de plus près; ils en informent également le professeur Emile Cartailhac, chargé de cours de Préhistoire à l'Université de Toulouse. Le Salon noir venait d'être découvert. C'était certainement pour l'Ariège la découverte la plus fabuleuse de tous les temps. Il y a juste 100 ans et cette année le Département fête cet événement avec éclat. Alors partons ensemble à la décou­verte de niaux.

 

 

 

 

 

 

 

Autour de Tarascon, vers le Vicdessos ou la vallée de l'Ariège, partout où le regard se porte, la montagne est creusée de cavités. Plus de 200 y ont été recensées! La plus célèbre pour ses peintures rupestres, parmi les plus belles au monde, c'est bien sûr la grotte de Niaux qui s'ouvre à flanc de montagne à l'entrée de la vallée du Vicdessos qu'elle domine d'une centaine de mètres. Elle possède des peintures préhistoriques remarquablement conservées dont la beauté et le nombre en font des chefs-d'œuvre de l'art pariétal, réputés dans le monde entier. 

Une fois l'immense porche franchi, par petits groupes, les visiteurs munis de lampes spéciales découvrent d'amples galeries qui condui­sent à 800 m de l'entrée à une rotonde naturelle appelée le «Salon noir». Ses parois ornées offrent un spectacle hallucinant et merveilleux. La beauté et le réalisme des peintures est saisissant: l'homme préhistorique a immortalisé des dizaines de bisons, chevaux, bouquetins et cerfs, les associant à des signes énigmatiques. Ces dessins, réalisés avec des oxydes naturels, marquent l'apogée de l'art magdalénien (environ 14 000 ans avant JC). Ils traduisent la vision du monde des peuples chasseurs d'Europe occidentale à la fin du Paléolithique. 

Les visites sont très réglementées afin de préserver l'état de ces peintures exceptionnelles. Le Parc la Préhistoire, installé à l'entrée de Tarascon-sur-Ariège, permet au plus grand nombre de visualiser les trésors de Niaux et de se familiariser avec les différentes techniques employées. Quelques kilomètres plus loin, la grotte de la Vache possède un gisement préhistorique très intéressant: armes outils en silex, belles gravures sur os, autant d'objets des chasseurs paléolithiques. 

Son imposant porche s'ouvre dans les falaises du Cap de la Lesse et domine la vallée d'une centaine de mètres. En contemplant au loin la chaîne des Pyrénées et le fond plat de la vallée glaciaire, on comprend le travail d'érosion des glaciers et des cours d'eau successifs qui ont taraudé la roche, il y a des millénaires, donnant à la grotte et à l'entrée de Niaux leur immensité. Nous sommes au cœur de 13000 ans d'histoire et d'emprise de l'homme sur le milieu montagnard. La fin de la dernière glaciation entraîne une transformation du paysage et de la faune, homo sapiens" est présent dans les Pyrénées et pratique la chasse. Cette période du paléolithique supérieur correspond aux chefs-d'œuvre reconnus de l'art pariétal auxquels appartient Niaux. 

La grotte de Niaux est célèbre pour la qualité de ses desseins préhistoriques remarquablement conservés et qui traduisent la vision du monde des peuples chasseurs d'Europe occidentale à la fin du paléolithique. Cet art, qui a traversé les siècles grâce à des conditions naturelles favorables à leur conservation, nécessite maintenant d'être protégé. La grotte est ouverte dans le cadre de règles précises. 

D'amples galeries conduisent à 800 m de l'entrée, à une rotonde naturelle, le "Salon noir", dont les parois sont ornées de représentations de bisons, chevaux, bouquetins et cerfs associées à de signes énigmatiques. La pureté d'exécution de ces desseins réalisés avec des oxydes naturels marque l'apogée de l'art magdalénien (environ 11000 ans avant J.C.). Visite guidée sur réservation.  

Accès

A Tarascon-sur-Ariège prendre la D8 en direction d Vicdessos; à la sortie de Niaux à gauche une route taillée dans l roc monte jusqu'à l'entrée de la grotte (6km). Parking gratuit. 

 

À proximité de Niaux vous attend  

 

 

Le Parc de la Préhistoire.

Réalisé par le Conseil général de l'Ariège dans le cadre exceptionnel d'un des plus beaux paysages des Pyrénées, il vous propose une initiation à la Préhistoire et une découverte des origines de l'Art. Ce Parc est une invitation à la visite des nombreux sites préhistoriques (l'Ariège, un lieu idéal pour découvrir, apprendre, s'amuser et se détendre en famille ou entre amis. 

Sur la trace des Magdaléniens, vous découvrirez: 

 

- Le Grand Atelier: le plus grand fac-similé du monde préhistorique.  Dansz cet espace sombre de 2000m2 et de 6 à 8 mètres de haut, vous êtes comme dans une grotte. Muni d'un audio guide, vous suivez un parcours balisé qui vous présente et commente L'art préhistorique dans Les Pyrénées et dans Le monde. Les reproductions en fac-similé des traces comme La Dune des Pas d'enfants et Les différentes gra­vures et peintures, signes peints et objets sculptés sont mis en scène dans un univers de jeux d'eau, de sons et de Lumières, jusqu'au Salon Noir de Niaux (aujourd'hui fermé au public pour des raisons de conservation), restitué ici dans sa totalité. 

Une promenade dans Le temps (comptez 40 minutes à Ih30 selon votre intérêt) qui vous plonge dans L'atmosphère magique d'une grotte et vous permet d'imaginer Les émotions et Les gestes des artistes de La Préhistoire.  

Le Parc: 13 hectares pour une balade imaginaire au milieu des bisons de pierre, à travers le torrent des traces, le panorama de La chasse, le labyrinthe des sons et les cascades, sans oublier Le Pré des Pyrénées et l'évocation de la flore magdalénienne. 

Les ateliers et les animations. Peignez sur Les parois: comme nos ancêtres, vous pouvez dessiner, peindre ou graver, avec vos doigts, une baguette de bois ou un pinceau. Apprenez à faire du feu: avec un silex ou un morceau de bois... et beaucoup d'énergie! Créez des outils en silex: avec un galet percuteur, vous taillerez des morceaux de silex qui serviront à fabriquer des outils: grattoirs, perçoirs, burins... Exercez-vous sur une cible fixe à l'art de La chasse et de la pêche avec harpon et sagaie en bois de renne au bout de son propulseur. Initiez-vous aux techniques des fouilles archéologiques: avec de fins pinceaux et des grattoirs, vous comprendrez comment font les chercheurs pour reconstituer la vie de nos ancêtres. Identifiez des traces d'animaux: à vous de découvrir les 25 espèces animales à partir de leurs empreintes que vous moulerez et que vous pourrez emporter en souvenir. Découvrez L'art dans le monde: six écrans géants, des photos, des images virtuelles, une vidéo pour comprendre les différentes techniques et représentations utilisées dans les grottes ornées du monde entier (Brésil, Amérique, Chine, Australie...). Visite libre et guidée, audio guide gratuit. Ouverture tous les jours en juillet et août de 10h à 20h. Aire de pique-nique, restaurant, boutique de souvenirs. Chiens non autorisés, mais garde chien  votre disposition. Parc de la Préhistoire, route de Banat à Tarascon,          Tél.05.61.05.10.10.

 

Source Office du Tourisme de Tarascon

Information relayée par  

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 23:48

Allez les filles ... faites vous aussi plaisir !

 

Pourquoi l'homme penche-t-il la tête quand il réfléchit ?

 

Pour que ses deux neurones entrent en contact.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Pourquoi les hommes ont-ils la conscience tranquille?

 

Parce qu'ils ne l'ont jamais utilisée.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Pourquoi les hommes aiment-ils autant les voitures et les motos ?

 

Celles-là au moins, ils peuvent les manipuler.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Pourquoi la majorité des femmes conduisent mal ?

 

Parce que la majorité des moniteurs sont des hommes...

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quelle est la différence entre un homme et une tasse de café

 

Il n'y en a pas : les deux tapent sur les nerfs.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quelle est la différence entre un homme et un chat ?

 

Aucune, tous deux ont très peur de l'aspirateur.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Comment appelle-t-on un homme intelligent, sensible et beau ?

 

Un homosexuel.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quel est le point commun entre les nuages et les hommes ?

 

Quand ils s'en vont, on peut espérer une belle journée.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quel est le point commun entre les hommes qui fréquentent les bars pour célibataires ?

 

Ils sont tous mariés.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quelle est la différence entre un homme, une cravate et une ceinture ?

 

La ceinture serre la taille, la cravate serre le cou, l'homme sert à rien.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Quelle est la différence entre le cerveau d'un homme et une olive ?

 

La couleur.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Les mensurations idéales d'un homme ?

 

80 - 20 - 42 (80 ans, 20 millions d'euros sur le compte en banque et 42 degrés de fièvre)

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Que doit faire une femme quand son mari court en zigzag dans le jardin ?

 

 Continuer à tirer.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Les hommes sont la preuve que la réincarnation existe.

 

On ne peut pas devenir aussi con en une seule vie.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Pourquoi les hommes ont-ils les jambes arquées ?

 

Les choses sans importance sont toujours mises entre parenthèses.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Les hommes, c'est comme de l'essence :

 

des pieds à la ceinture, c'est du super,

 

de la ceinture aux épaules, c'est de l'ordinaire,

 

et des épaules à la tête, c'est du sans plomb.

De part Correspondante

Le Pèlerin

 



__,_._,___
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 23:31

 

Vicdessos  

Plongée au cœur des vallées d'Auzat  

 

Situés en haute Ariège, Vicdessos et les vallées d'Auzat offrent une plongée en pleine nature. Direction les vallées qui s'étendent jusqu'aux frontières d'Andorre et de l'Espagne. C'est dans cette zone de plus de 14 964 hectares que se transforme la pierre ferrue, extraite du rancié.

 

 

L'histoire de cette région est étroi­tement liée au minéral qui a fait le bonheur des nombreux mineurs et forgeurs qui se sont ins­tallés en haute Ariège au début du siècle dernier. Plus tard et suite à la découverte par l'Ariégeois Aristide Berges de la domestication de la force hydraulique, c'est sur la commune d'Auzat que s'installe en 1908 Une centrale électrique. La production industrielle d'électricité permet alors de fabriquer de l'aluminium

Une manne dont profitera la région de Vicdessos pour se développer. 

Aujourd'hui, rappelons que les vallées ont fait un autre pari : le pari touristique en s'efforçant de faire découvrir les charmes de la station en liant le sport avec la nature. En effet, le Montcalm, un des plus hauts massifs ariégeois, culmine à 3 000 mètres d'altitude. De quoi avoir la tête dans les nuages. Retour sur terre et direction la rivière. 

Les eaux de la vallée, riches en oligo-éléments ont été également valorisées avec une usine d'embouteillage situé sur le site d'Ornolac. Un dynamisme économique en lien direct avec la nature. 

Pourtant, inexorablement, la population de la vallée n'a cessé de décroître car la région de Vicdessos n'a plus d'activité lourde…..Même l’énergie hydro-électrique est devenue coûteuse en comparaison de l’énergie d’origine nucléaire vers laquelle les industriels se sont tournés. 

Plein feu donc sur le tourisme et les activités de loisirs dont les estivants sauront tirer le meilleur profit. 

A l’heure de la canicule, en ville ou au bord de la plage, on appréciera la fraîcheur des nuits d’été  et une vie toute tournée vers la nature… 

 

Information « La Dépêche du Midi » 

relayée par  

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 23:31

Humour - Invasion de crocodiles à Marseille

Un ours polaire, un dauphin et un crocodile sont en train de discuter des vacances qui approchent.
L'un d'eux demande au dauphin :
- Tu vas où en vacances cette année ?
- Tu sais, ma femme a des nageoires, mes enfants ont des nageoires, moi aussi j'en ai, donc on va aller du coté de l'océan.
L'ours et le crocodile :
- Oh c'est bien !
- Et toi l'ours, où tu vas en vacances ? Demande le dauphin.
L'ours :
- J'ai beaucoup de poils, ma femme et mes enfants aussi, donc je pense que je vais aller au pôle nord.
Les autres :
- Cool !
- Et toi le crocodile tu vas où ?
Il dit :
- Ma femme a une grande gueule, mes enfants ont une grande gueule, moi j'ai une grande gueule, on va aller à Marseille...

De la part d’une Correspondante

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 23:22

50 ans et encore vifs ????

 

 

 

Un couple âgé fête son 50ème anniversaire de mariage en se payant un repas romantique avec musique et danse dans un restaurant du quartier. À un certain moment, l'homme se penche vers sa femme et lui dit: "Chérie, te rappelles-tu la première fois que l'on a fait l'amour, il y a 50 ans? On était allés derrière le restaurant, sur le bord de la clôture... Tu t'y étais appuyée et je t'avais fais l'amour!

 

"C'est sûr que je m'en souviens, voyons! "Que dirais-tu si on allait y faire un petit tour, question de raviver la flamme et vérifier si on est encore capable?" "Oooooooh! Marcel, vieux cochon!... Mais en réalité, je trouve l'idée très bonne!" Répond-elle

 

Le violoniste qui agrémente l'atmosphère les entend et se dit"Il Faut que je vois ça: deux petits vieux faire l'amour contre une clôture! ...

 

Juste jeter un oeil... au cas où ils auraient des problèmes." Discrètement il va les surveiller en entrouvrant la porte arrière. Il les voit marcher allègrement en s'appuyant l'un sur l'autre pour ne pas tomber, tout en s'appuyant sur leur canne. Finalement ils parviennent à l'arrière du restaurant et se dirigent vers la clôture. La vieille dame soulève sa robe, baisse ses bobettes et le vieil homme laisse tomber son pantalon... elle se retourne et se penche en s'accrochant à la clôture pendant que le vieux se rapproche d'elle.

 

Soudainement, ils se mettent à bouger dans des ébats sexuels des plus vigoureux, du jamais vu par notre violoniste qui en avait

 

 Pourtant vu de toutes les couleurs! Ils s'ébattent et sautent comme deux jeunes de 18 ans et tout. Cela dure plus d'une trentaine de minutes! Elle crie. Lui est accroché désespérément à ses hanches. Ils ont des débats des plus athlétiques que l'on ai jamais vu

 

Finalement, ils finissent pas s'écraser sur le gazon, totalement épuisés. Le violoniste, qui entre chaque partition retourne les voir, est intrigué et croit pouvoir apprendre le plus grand secret de longévité de l'acte sexuel.

 

 

 

 Il est complètement abasourdi!  Après une demi-heure à récupérer sur le gazon, le vieux couple retombe sur leurs jambes et se rhabille.

 

 Le violoniste qui les épie toujours et complètement médusé par la chose se dit: "Même si je dois passer pour un voyeur, il me faut leur demander leur secret. ce sera la chance de ma vie!"

 

 Comme le couple passe près de lui, il leur dit: "Excusez mon indiscrétion, mais je vous ai vu faire! Vous avez eu  une relation sexuelle incroyable qui a duré près de 40 minutes! Comment faites-vous? Vous avez dû avoir une vie sexuelle fantastique ensemble! C'est quoi votre secret?"

 

 "Mon ami, il n'y a aucun secret! " répond le vieil homme.«Il y a 50 ans, cette maudite clôture n'était pas électrique!!!!!"

 

 

 

Blagounette d’une Correspondante relayée par :

 

 

 

Le Pèlerin

 

>>

 

 

 

Partager cet article
Repost0