Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 06:46

Algérie: Bouteflika se dédouane

 

 

 

Sans le vouloir, et sans doute même sans s'en apercevoir, le chef de l'Etat a dressé, mercredi, son propre réquisitoire, le procès accablant de ses sept années de gouvernance, à l'occasion de cette sévère diatribe adressée à la justice algérienne dont il (re) découvre qu'elle reste toujours corrompue, incompétente et médiocre.

Abdelaziz Bouteflika a eu les mots que le petit peuple, écrasé par cet appareil arrogant, lourd et répressif, utilise généralement pour décrire la justice algérienne et parle, à son tour, de "pratiques discriminatoires qui distinguent certains juges, avocats, greffiers et notaires", reconnaît l'existence de " juges immoraux" et déplore, en faisant mine d'en être surpris, le fait que l’observatoire de prévention de la corruption, créé en 2006, demeure au point mort. Bref, à sa huitième année de règne, le premier magistrat du pays avoue avoir failli dans une de ses promesses capitales : changer la justice. Le moment est assez exceptionnel. Ecouter un pouvoir s'adonner à l'aveu de ses propres fautes a toujours a toujours été un épisode rare et déterminant dans la vie d'une nation. Les dirigeants algériens, même quand les y invitait l'évidence nue de la réalité sociale ou que les y obligeait la colère populaire, s'y sont toujours refusés.

Pour tomber dans le mea-culpa historique il faut soit du courage politique, ce dont le régime algérien est dépourvu, soit un dérapage dans la communication, ce dont, en revanche, le président de la République s'est parfaitement acquitté mercredi. En critiquant rageusement sa propre justice, avec un accent dépité et, par instants, désespéré, Abdelaziz Bouteflika s'est, du coup, reconnu deux grosses faillites personnelles l'échec dans la modernisation du pays et le fiasco dans la construction de l'Etat de droit. Le premier, on le devinait un peu. Maintenant, on le devine un peu plus. Les grandes réformes que le chef de l'Etat s'est engagé, avec de grands effets de manches, à conduire au cours de ses deux mandats, s'avèrent foucades de souverain. La justice, comme l'école ou le statut de la femme n'ont connu et ne connaîtront aucun bouleversement parce que le pouvoir de Bouteflika repose sur deux forces qui auraient tout à perdre de la modernisation et de la transparence : les islamistes et la mafia. Le reste n'est qu'un jeu de rôles. Le second constat nous renvoie à une vérité plus élémentaire: il n'y a de justice forte et crédible qu'indépendante, c'est-à-dire détachée du pouvoir politique et s'épanouissant dans une société démocratique bâtie sur les libertés et le droit. Ce n'est pas le cas de l'Algérie de Bouteflika.

Ayant peur de ses enfants, elle utilise, cyniquement, les tribunaux comme épouvantails. Du coup, la justice algérienne préfère à son indépendance un rôle peu honorable qu'elle assume notoirement, et plus notoirement encore depuis 1999, celui de bras armé du régime, au même titre que la police ou l'appareil fiscal, un redoutable appareil répressif distributeur de chantage et de terreur et dont le pouvoir se sert pour frapper ses adversaires, intimider ses opposants et museler la société. Elle est dans les vieilles fonctions médiévales de la justice. "Grattez le juge, vous trouverez le bourreau", disait, il y a un siècle et demi déjà, Victor Hugo. Ce n'est plus vrai dans la plupart des pays démocratiques aujourd'hui, mais ça le reste, en Algérie. La justice algérienne sert de régulateur à la tyrannie, permet aux gouvernants de rester en place, de conserver leur équilibre au milieu des tourments sociaux, de nettoyer pour eux la scène de tout mouvement protestataire. Elle a le privilège de donner à la répression qui frappe les partis politiques, les syndicalistes, les journalistes ou les citoyens contestataires, une texture légale qui s'égrène par des articles du code pénal. C'est cette même justice qui veille sur le confort du wali de Blida, pourtant confondu de graves malversations, qui s'apprête à juger, lundi prochain, l'enseignant syndicaliste Redouane Osmane coupable,lui, d'avoir revendiqué trop bruyamment une augmentation de salaires pour les professeurs de lycée ! Et pour avoir passé deux ans en prison sur la base d'un dossier honteusement trafiqué par la police de Zerhouni et l'administration de Benachenhou, je sais à quoi ressemble une justice qui exécute les instructions les plus indignes. Elle est moche et sans honneur.

Vous vous étonnez, M. le président, de la misérable propagation de la corruption dans nos tribunaux. Mais comment reprocher à un juge qui a commencé par vendre son âme d'ensuite prendre goût aux charmes du négoce ? Une justice servile est forcément corrompue car il s'y produit un phénomène inéluctable : le juge qui se voit invité à exécuter un autre rôle que celui de rendre souverainement la justice change de camp et devient, par la force des choses, un membre de la famille rentière. Il s'estime fondé, par la nouvelle fonction "politique" qu'on lui assigne, à revendiquer sa part du butin en contrepartie de son silence ou de sa docilité. Et cette part, il la prend dans la transformation de l'acte de justice en produit marchand. L'ayant déjà fait au profit des gouvernants, il ne voit aucun empêchement à continuer à le faire pour ses propres intérêts. Et le pouvoir politique, premier bénéficiaire de la perversion de la justice, ferme les yeux. C'est la règle. Et tout le monde le sait. Aussi, à travers ses confessions sur le délabrement persistant de l'appareil judiciaire, un des berceaux privilégiés de l'épanouissement des libertés et indice majeur de la maturité démocratique, le président Bouteflika a-t-il avoué sa défaillance principale : l'Etat de droit a reculé en Algérie depuis sept ans.

Dans le monde où l'on vit, ce genre de banqueroute est impardonnable. Il disqualifie son auteur aux yeux de ses contemporains autant qu'à ceux de la postérité. S'il lisait Camus, le président algérien en aurait été prévenu : " Si l'homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout", a écrit celui qui nous invita à réfléchir sur le destin de Caligula. Mais alors pourquoi Bouteflika, qui est le principal donneur d'ordres à sa justice répressive et qui n'ignore rien de ses infamies, s'est-il lancé dans la stigmatisation d'un appareil qui lui est soumis au risque de jeter le discrédit sur sa propre gouvernance ? Je ne vois qu'une seule explication rationnelle à ce comportement : l'usage inconsidéré de la finasserie politique. La nouvelle stratégie du Président, affolé par tant de déconvenues durant ses mandats, semble tenir à la fois de Ponce Pilate et de Scapin. Bouteflika dégage sa responsabilité de la faillite nationale. Il se délie de toute entreprise qui aurait mal tourné durant son règne et impute ses déconvenues aux autres, aux juges cupides et attardés, aux gestionnaires incompétents, au terrorisme qui aurait perverti les esprits, aux ministres fabulateurs, c'est-à-dire à tout le personnel qui l'a servi et dont il s'aperçoit, dit-il, de l'inconsistance et de l'inaptitude à saisir son génie. Il se résout à planer au-dessus des bassesses humaines en attendant une grâce céleste qui frapperait ce pays. L'inconvénient avec la formule du Messie incompris est qu'elle a trop servi. Elle a dû mourir de vieillesse à La Havane, Tunis ou Pyongyang, révulsée par la soudaine lucidité des nouvelles générations pas dupes et revenues des anciennes litanies. Pour ne pas l'avoir compris, Bouteflika s'est inutilement tiré une balle dans la jambe, mercredi. Il ne lui reste plus qu'à assumer la morale de l'histoire: un Etat de droit ne se raconte pas. Il se construit.

source: le soir d'Algérie, information relayée par

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 23:34

 

SPORTS  DE  PLEINE  NATURE
Le Pays d'Auzat et du Vicdessos
vit à l'heure des sports d'aventure  

 

Aux confins de L'Andorre et au pied du Montcalm, ce pays pyrénéen se consacre aux sports de pleine nature 

Aux frontières de l'Ariège, de L'Espagne et de l'Andorre, La vallée du Vicdessos, torrent de montagne poissonneux que Longe la route d'accès jusqu'à Auzat, accueille chaque année les amateurs de sports de pleine nature. Au pied du Montcalm, "toit de l'Ariège" qui culmine à 3077 m, Les vacanciers peuvent pratiquer escalade, parapente, spéléologie, canyonning, équitation, VTT, ski, raquettes à neige, et bien sûr randonnée pédestre sur les 360 km de sentiers balisés, tous niveaux, aménagés dans la vallée qui comporte pas moins de trois refuges de montagne gardés (celui de Bassiès, du Pinet et du Fourcat, le plus haut de l'Ariège). 

La beauté des paysages invite à La découverte de la haute montagne et de ses lacs, de la tranquillité des petits villages pittoresques accrochés à flanc de montagne, excellents belvédères sur la vallée. Leurs noms chantent comme L'eau vive du Vicdessos :

Saleix, joli village aux ruelles fleuries, 

Orus et sa belle petite église, 

Gestiès et Lercoul avec les oratoires de Sainte-Tanoque et Saint-Nicolas, aux pieds des anciennes mines de fer du Rancié, 

Suc-et-Sentenac avec sa chapelle du début du siècle et l'ancien presbytère où fut enfermée, en 1807, la "folle des Pyrénées", 

Goulier, village entretenu avec soin par ses habitants, 

Capoulet-Junac et son musée Paul Voivenel dédié au rugby, 

Marc et son église Saint-Antoine du Montcalm qui,montre le chemin du Montcalm... Vicdessos et Auzat sont les deux villages étape d'où le touriste peut rayonner alentours. Par la route, la vallée communique avec celle de Massat, par le port de Suc, appelé Port de Lers côté Couserans

Les nombreux étangs nichés haut dans la mon­tagne sont autant de buts de randonnée: Grands lacs de Soulcem, Izourt, Gnioure et du Fourcat, étangs Bleu, Majou, d'Arbu, des Bassiès, du Picot, de Peyregrand...

 

L'énergie de ces eaux alimente des centrales électriques et a permis aux usines d'aluminium Péchiney de s'implanter dans la vallée. Une usine d'embouteillage commercialise l'eau du Montcalm. Entre torrents et montagnes, la vallée d'Auzat Vicdessos entre­tien des liens privilégiés avec la vallée andorrane d'Ordino. 

Le château de Montréal-de-Sos est niché sur un belvédère qui domine les villages et la montagne de la Haute Vallée du Vicdessos. Cet éperon rocheux possédait d'importantes fortifications. Les vestiges en cours d'exploration, aujourd'hui visibles, sont ceux d'un grand château des comtes de Foix, utilisé aux XIIIème et XIVème siècles. Ce sommet abritait aussi un village disparu, niché sous la forteresse comtale. Lorsque au cours du XIVème siècle, les comtes abandonnèrent le château, les habitants se déplacèrent et créèrent le villa­ge actuel d'Olbier, au pied du précédent. Des fouilles archéologiques ont pu retrouver aussi des traces gallo-romaines, voire encore plus anciennes, qui tendent à prouver qu'avant le château des comtes de Foix, cette montagne servait d'oppidum aux populations de la Haute-Vallée du Vicdessos.  

 

Information de l'Office de Tourisme d'Ax les Thermes 

relayée  par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 06:18

À l'état sauvage 

Il était une fois, un gars qui prenait grand soin de son corps. Il levait  des poids et courait son 10 kilomètres tous les jours. Il mangeait sainement, prenait des vitamines, se couchait tôt, ne buvait pas et ne fumait pas non plus. 

 Bref, une belle bête... 

 Un bon matin, alors qu'il s'admirait dans son miroir, il eut un choc en réalisant qu'il était entièrement bronzé à l'exception de son pénis. Il décida de corriger cette anomalie sur le champ. Il se rendit à la plage, trouva un petit coin pas trop fréquenté et se recouvrit de sable sauf son instrument qu'il laissa découvert pour le faire bronzer. 

 Deux vieilles dames se promenant sur la plage remarquèrent la chose et l'une d'elles, au bord de la crise de nerfs, s'écria: - Il n'y a vraiment pas de justice en ce bas monde ! 

 - Que veux-tu dire ? lui demande sa camarade ! 

- Ben, quand j'avais 10 ans, j'en avais peur 

 - Quand j'avais 20 ans, j'en étais curieuse. 

- Quand j'avais 30 ans, j'en profitais. 

- Quand j'avais 40 ans, j'en demandais. 

 - Quand j'avais 50 ans, je payais pour en avoir. 

 - Quand j'avais 60 ans, je priais pour en avoir. 

 - Quand j'avais 70 ans, j'avais oublié que ça existait. 

-          Et maintenant que j'ai 80 ans, les maudites, elles poussent à l'état sauvage ! 

Blagounette d’une Correspondante, relayée par 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 23:14

 

TARASCON

 

 

 

Une halte pour les vacances et l'histoire

 

 

 

 

 

Les amoureux des vieilles pierres et de la préhistoire trouveront leur bonheur autour de Tarascon. Tout d'abord les châteaux. Plusieurs sont à découvrir dont celui de Miglos, forteresse féodale qui dresse ses ruines entre la vallée de Vicdessos, Niaux et Capoulet. Au Moyen Âge, il défendait une partie de la contrée. Même s'il ne reste aujourd'hui que des ruines, à voir pour son donjon carré, sa grande salle pourvue d'une cheminée et sa tour carrée à l'ouest, surmontant une pièce au plafond voûtée. D'autres châteaux, comme celui de Quié, situé à l'ouest de Tarascon, le château du Calâmes, dans la charmante vallée de Saurat, le château de Montorgueil et le château de Rabat les Trois Seigneurs, méritent également le détour.

 

 

 

Une envie de remonter encore plus loin dans le temps ? Place au parc de la préhistoire, véritable musée vivant de l'homme magdalénien. Un univers à ne manquer sous au­cun prétexte pour marcher sur les pas des Cro-Magnon sur plusieurs hectares peuplés d'animations diverses. Pour ceux qui souhaitent tout simplement flâner dans Tarascon, attendez-vous à une ville tranquille, attrayante, sûre, animée et ensoleillée. Elle offre de nombreux services et bénéficie d'une dynamique grâce aux nombreu­ses associations.

 

Plongée dans le temps avec le parc de la préhistoire.

Remontez le temps et changez de peau en parcourant le parc de la préhistoire de Tarascon. Une formidable aventure où vous apprendrez comment les Magdaléniens faisaient du feu, chassaient au propulseur. Pour cela, vous pourrez essayer toutes les techniques d'une époque qui date de 15 000 ans avant J.-C. Et les animaux sauvages ? En suivant leurs empreintes, vous pour coup de projecteur dans le temps.

 

Les origines de Tarascon remontent à 15 000 ans. Une époque où vivaient les Magdaléniens. Ce sont ces hommes préhistoriques qui logeaient dans les cavernes à l'abri du froid et des animaux sauvages. Bon dans le temps pour arriver en 778. À cette date, Tarascon va connaître son heure de gloire. Les troupes de Charlemagne livrent un combat sans merci contre les Sarrasins dans la plaine et les refoulent. L'église de Sabart, connue sous le nom de

 

« Notre dame de la victoire », est construite : Sur les lieux mêmes de la bataille. Des siècles s'écoulent jusqu'aux guerres de re­ligion qui ensanglantait le pays. Une période noire pour tous les habitants de Tarascon. En 1568, Jean-Claude devint, sieur d'Audou ; l'atelier de fouille, l'atelier de peinture sur paroi,apprenez à manier le propulseur,à reconnaître les tra­ces des 32 espèces d'animaux que l'on croisait voilà moins de 20000 ans, dans le pays de Tarascon. Des animations reconstituant un cam­pement offrent une démonstration de taille du silex et d'allumage du feu.

 

 

 

Au delà, en revenant dans notre temps n'oubliez pas que le parc propose un restaurant, une boutique librairie, une aire de pique-nique. Au bout de l'aventure, un mu­sée vous attend avec audio guide, reportages, films, documentaires à la tête des réformés. Il prend le château comtal et massacre les catholiques. Le curé Baron, recteur d'Ornolac, est torturé avant d'être jeté dans l'Ariège du haut des rem­parts.  L'année suivante le baron de Miglos, est à la tête des catholi­ques. Il se porte à l'assaut du châ­teau dans la nuit du 8 au 9 juin 1569 et les huguenots meurent tous. Plus tard, en 1582, le sieur d'Audou reprend la ville aux catholiques au prix d'un nouveau massacre. En 1589, à la mort du protestant Rougairoux, le vicomte de Mirepoix, sénéchal gouverneur du pays de Foix, nomme le catholique Duthel au commandement de Tarascon. Les années passent et au XVIIème siècle, Louis XIII, Roi de France et son ministre, le cardinal de Richelieu, décident de la destruction de la plupart des citadelles de la région.

 

 

 

Information « La Dépêche du Midi »

 

Relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

-

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 18:40

Hot Line des FAI: encore 61 % d'insatisfaits

 

 

 

Alors que le projet de loi sur la consommation devrait être examiné le 18 octobre, une étude de 60 millions de consommateurs met en cause les services clients des FAI et la résiliation des contrats. 

Malgré le travail de concertation réalisé depuis l'automne 2005 entre les opérateurs télécoms, les associations de consommateurs et le gouvernement (lire les articles du 29/08/06 et du 26/06/06), pour améliorer les services clients des fournisseurs d'accès Internet, la grogne continue de monter parmi les utilisateurs. C'est du moins ce que révèle une enquête réalisée pour la troisième année consécutive par le magazine 60 millions de consommateurs entre le 11 mai et le 18 juin dernier (lire la méthodologie).

Principal point noir de cette relation conflictuelle : les hotlines téléphoniques. 61 % des 4.016 internautes ayant répondu à cette enquête indiquent qu'ils sont peu ou pas satisfaits des services d'assistance téléphonique de leur FAI. Le prix de ce service (0,34 euro la minute pour la plupart des opérateurs) est la principale source de leur mécontentement. 74 % des personnes insatisfaites déclarent que ces hot lines sont trop chères. 

Un coût d'autant moins accepté que le service rendu par ces structures est jugé médiocre. 71 % des répondants estiment en effet que l'efficacité des services d'assistance des FAI est moyenne, voire mauvaise, soit un point de plus qu'en 2005. Dans ces conditions, la gratuité du temps d'attente des hot lines, déjà mis en oeuvre par Alice et Orange, et prévue par le gouvernement dans son projet de loi sur la consommation (qui devrait être présenté en Conseil des ministres le 18 octobre), suffira-t-elle à apaiser les esprits, si parallèlement, la qualité n'est pas au rendez-vous ? Rien n'est moins certain.

Autre facteur de mécontentement : la résiliation du contrat. 47 % des internautes interrogés déclarent avoir rencontré un ou plusieurs problèmes lorsqu'ils ont souhaité résilier leur abonnement. Une pierre d'achoppement récurrente, puisqu'en 2005, l'Institut national de la consommation enregistrait exactement le même pourcentage. Ce qui signifie qu'entre ces deux dates, la situation ne s'est pas améliorée. Sur ce point également, le gouvernement souhaite légiférer. en abaissant le délai de résiliation de deux mois à dix jours. 

Tous les FAI ne suscitent toutefois pas l'ire des internautes. Free, à l'exception des modalités de résiliation et de la qualité de l'assistance, et surtout AOL sont les mieux notés par leurs abonnés. Le premier capitalise 82 % de satisfaits, tandis que le second culmine à 86 %. Orange, Télé 2 et Neuf Cegetel font légèrement moins bien avec respectivement 76 %, 74 % et 71 % de satisfaits. Les plus mauvais scores reviennent à Alice (39 %), Numéricable (49 %), UPC-Noos (59 %) et Club Internet (60 %). De quoi réfléchir avant de changer d'opérateur. 

Méthodologie de l'enquête 

Les données de cette étude ont été recueillie grâce à un questionnaire mis en ligne sur 60millions-mag.com entre le 11 mai et le 18 juillet 2006. Les internautes étaient invités à répondre à plus de 60 questions sur leur fournisseur d'accès. Au total 4.016 personnes ont répondu à ce questionnaire.

Information FR2 relayée par 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 23:54

 

Rions ensemble - Catcheur  

C'est l'histoire d'un catcheur russe, qui est super fort parce qu'il a une prise spéciale, qui s’appelle la prise du Bretzel, il t'attrape, te bloque, te tord dans tous les sens, tu te retrouves la tête en bas, tout tordu, tu sais plus trop où t'es et hop, t'as perdu le combat.
Un catcheur américain doit rencontrer ce terrible catcheur russe, alors son coach le met en garde :
- Fais gaffe, petit, méfie-toi de la prise du Bretzel !
Si jamais tu te fais prendre et qu'il arrive à te faire la prise du Bretzel, c'est perdu : personne ne s'est jamais sorti de la terrible prise du Bretzel !
Le jour du combat arrive et, dès le premier round, Paf !
Le russe commence à faire la prise du Bretzel à l'américain !
Le coach, croyant le combat perdu, se prend le visage dans les mains, mais quand il relève la tête, il voit le russe planer dans les airs, retomber lourdement sur le ring et l'américain, extenué, parvient à ramper jusque sur le corps du russe, gagnant ainsi le combat.
Plus tard, dans les vestiaires, le coach demande à l'américain :
- Mais comment t'as fait pour te sortir de la terrible prise du Bretzel ?
Alors le catcheur lui explique :
- Ben voilà : d'entrée, il m'a fait la prise du Bretzel, j'ai rien compris, il a commencé à me faire des noeuds de partout, j'avais de plus en plus mal, j'étais la tête en bas, sur le point de m'évanouir... Quand soudain, devant moi, j'ai vu une paire de couilles. Je me suis dit que mordre dedans lui ferait lâcher prise, alors j'ai rassemblé mes dernières forces et...
Ben c'est dingue l'énergie qu'on peut avoir quand on mord ses propres couilles 

Source «SeniorPlanet», Information relayée par 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 23:54

 

  Ax les Thermes et Ax les trois domaines  

 

A moins de deux heures de route de Toulouse, 

Directement desservie par le train (SNCF) depuis Paris, 

Munie d’un télécabine reliant directement Ax les thermes au domaine skiable.  

 

At less than two hours car driving from Toulouse, 

Directly connected to Paris by train (SNCF) 

Resort directly linked to the village by a cable car 

1. Ax : Une station, 3 domaines 

Ax : One resort, three domains    

Glisseurs débutants, sportifs ou passionnés... 

Experienced sliders, beginners, athlefic or simply passionate

La station d'Ax c'est de la glisse pour tous avec ses trois domaines aux qualités variées :  

-          Des pentes douces au milieu des sapins à Bonascre 

-          Le plateau débutant et le ski d'altitude au Saquet 

-          La liberté des grands espaces dans les Campels.  

 

Une liaison par télécabine en moins de 10 minutes avec le village d'Ax les thermes où de chaleureux moments de détente vous attendent après le marché, les rues piétonnes, le cinéma, le casino, la remise en forme

The ski resort of Ax is thé sliders paradise wiïh ifs 3 différent domains: 

 

- Gentle pine covered slopes at Bonascre 

- The beginners slope and i altitude ski run at Saquet 

- Wide open spaces in thé Campels. 

10 minutes cablecar link wifh thé village of Ax les Thermes where you spend 

- Warm relaxing moments,  après-ski", the market, pedestrians streets, cinéma, casino, fitness centre. 

NOS NOUVEAUTES NEW EQUIPMENT 

47 canons à neige supplémentaires 

soit au total 127 canons pour garantir l'enneigement sur une grande partie du domaine skiable. 

47 extra Snow canons that guarantee a snow coverîng on a large part of thé slopes  

 

2. Bonascre 1400 m / 2000 m  

 

Glisse en famille  

Blotti au cœur de la forêt, ce domaine permet aux enfants et aux débutants de découvrir en douceur les joies de la glisse. Ici, vous trouverez tous les services d'un petit village de montagne : 

- Garderie, 

- Ecole de ski, 

- Location de matériel, 

-  Restaurants, discothèque, 

- Presse, épicerie, boulangerie... 

- Animations (course de luge, descente aux flambeaux...) 

Slide with your family 

Snuggled in thé heart of thé forest, this resort permits children and beginners to gently discover thé joys of sliding. 

Here you wtil find all fhe services of a small mountain village.

- Child care centre 

- Ski school 

- Equipmenf hire,
- R
estaurants, 

- Bookshop, grocer, bakery...  

 

3. Le Saquet : 1800 m / 2300 m 

Glisse et snowpark sur les sommets 

Vertes, bleues, rouges, noires... les pistes du Saquet sont autant de chemins pour découvrir à son rythme le spectacle des Pyrénées qui se dévoile sur ce Plateau d'altitude. 

Et n'oublions pas le snowpark pour les Riders accros de sensations fortes. C'est ici cette année que 47 canons ont été ajoutés sur les pistes Ours et le Plateau débutant. 

Slide and snowpark on summits 

Green, blue, red and black runs, thé slopes of Saquet are so many pathways to discover thé spectacular Pyrénées at your otvn pace as they unveil themselves on this high plateau. 

And dont forget thé snowpark for thé Riders thrill seekers. 

Its here that 47 canons hâve been added to thé "Ours" runs and the beginner's plateau. 

 

4. La glisse des grands espaces 

Une rencontre unique avec la montagne dans ce domaine où l'on se laisse griser par une intense sensation de liberté en glissant sur ses grands espaces dans un panorama grandiose. 

Slide on large open spaces 

A unique meeting with thé mountains on this domain where  you can give in to the sensation of freedom. Snowboard and ski in large open spaces with sensational views. 

Un été à Ax aussi tendance 

Centre agréé FFC avec : 

- Pistes VIT de descente auxquelles on accède grâce aux 2 télécabines qui fonc­tionnent tout l'été, 

- Piscine, Tennis,  Mur d'esca­lade avec initiation,  Balades en poneys,  Minigolf,  Deval'kart,  Arapaho, Promenades en forêt trampoline, Activités encadrées de découverte de la montagne.

 
Registered centres (FFC) wifh VTT slopes accessible by 2 cablecars open ail summer.  Swimming pool, Tennis court, Climbing wall with initiation, Pony trekking, Minigolf, Karting, Arapaho, Forest walks, Trampoline and supervisée! mountain discovery activities. 

Information de l’Office de Tourisme d’Ax les Thermes 

relayée par :  

 

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2006 2 10 /10 /octobre /2006 21:39

Les histoires du petit Lionel 

 

La maîtresse demande à ses élèves de faire une phrase avec "et pourtant". 

Vas-y Pascal : 

Hier, j'ai été à la pêche avec mon papa et pourtant il pleuvait!" 

La maîtresse : "oui, ce n'est pas trop mal. A toi Isabelle". 

"le chat a attrapé une souris et pourtant elle courait vite!" 

La maîtresse:  « Voilà, c'est très bien. A toi Lionel". 

Lionel réfléchit un instant et se lance : "Les filles mouillent entre 

les jambes et pourtant elles ne rouillent pas !!!" 

La maîtresse très mécontente: "tu me copieras 100 fois je ne raconte pas de grossièreté en classe pour demain et tu prépareras une phrase correcte avec "et pourtant". Le lendemain, Lionel remet sa punition à la maîtresse. 

J'espère que tu as compris. Vas-y, dis-nous ta nouvelle phrase. 

Lionel : La terre est ronde (la maîtresse se dit: pour l'instant ça commence 

bien) et pourtant ça baise dans tous les coins !!! 

_________________________________________________________

La nouvelle institutrice a envie d'inculquer des notions de psychologie a ses élèves. Elle s'adresse à la classe en ces termes : 

Que celui qui a l'impression d'être stupide par moment se lève! Après 

une bonne dizaine de secondes, Lionel (encore lui!!) se lève... de mauvaise grâce. L' institutrice étonnée lui demande : 

Alors comme ça Lionel, tu penses que de temps en temps tu peux être stupide ? Non m'dame, mais ça me faisait de la peine de vous voir toute seule debout. 

__________________________________________________________

Qu'est-ce que le mouton donne, demande l'enseignante à ses élèves. 

De la laine, répond Delphine. 

Bien. Qu'est-ce que la poule donne ? 

Des oeufs, répond Karine. 

Bien. Et qu'est-ce que la vache donne ? 

Des devoirs, répond Lionel. 

____________________________________________________________

Lionel revient de l'école avec son bulletin : Des zéros partout. 

Quelle excuse vas-tu encore me donner ? Soupire sa mère. 

Eh bien! J'hésite entre l'hérédité et l'environnement familial. 

_____________________________________________________ 

Deux gamins sont assis dans la salle d'attente d'un dispensaire médical. 

L'un des deux pleure comme une madeleine. 

Pourquoi pleures-tu ? lui demande son pote Lionel. 

Je viens pour une analyse de sang, répond Jean-Marie. 

Eh alors! C'est ça qui te fait peur ? 

Oui. Pendant l'examen ils te coupent le bout du doigt. C'est mon frère

qui me l'a dit ! 

A son tour Lionel commence à sangloter. 

Le premier gamin hoquette de surprise. Son pote Lionel le téméraire qui 

pleure ? 

Pourquoi tu pleures, toi?

Parce que, moi, je viens pour une analyse d'urine !..

Blagounettes d’une Correspondante,relayée par 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 23:10

 

Les refuges de randonnée sur le GR 10,  en Haute Ariège 

 

1 Les Refuges gardés  

 

1.1 Refuge de l'étang d'Araing (1950 m)  

Gardiens : Joan Azéma, Anoura Barré et Alice Gilbert. 

Tél. 05.61.96.73.73. 

Gardé du 1/06 au 30/09 (mai et octobre sur réservation). 

Situé à 1950 m d'altitude, à la croisée des grands itinéraires pyrénéens,) 

HRP-GRIO, au pied du majestueux Pic de Crabère, le refuge domine le très beau et poissonneux étang d'Araing qui lui a donné son nom. 

53 places (hors gardiennage 12 places sont disponibles en gestion libre partie hiver). 

 

1.2 Refuge du Fourcat (2445 m)  

Gardien: Philippe Bringay. Port. 06.85.77.64.47. [Gardé du 01/07 au 17/09. Le plus haut refuge ariégeois. Il est situé dans le cirque de l?étang Fourcat, couronné des pics du Tristagne (2878 m) et du Malcaras (2865 m) sur la HRP. 

45 places (hors gardiennage 12 places sont disponibles en gestion libre partie hiver). 

 

1.3 Refuge des Estagnous (2240 m)

 

 

Gardiens : Bernard Fraisse et Stéphane Amiel. 

Tél. 05.61.96.76.22. 

Gardé du 01/06 au 30/09 (en mai et octobre les week-ends sur réservation).! 

Situé à proximité de trois petits étangs aux eaux limpides (les Estagnous), 

au coeur de la réserve du Mont Valier, étape de la HRP et sur une variante du GR10. A proximité de la via ferrata. 

72 places (hors gardiennage 20 places sont disponibles en gestion libre en partie l'hiver).

Site : www.ariege.com/refuge-estagnous  

 

1. 4 Refuge d'En Beys (1980 m) Gardiens : Sylvain Frêche et Julien Militon. Tél. 05.61.64.24.24. 

Gardé du 1/09 et 30/09 (en mai et octobre sur réservation). Été 2006: fermé courant août jusqu'à la prochaine saison 2007 pour travaux (Téléphoner pour plus de précisions). Situé au coeur de la réserve nationale d'Orlu, étape du GR7 entre le col Pailhères et Porté-Puymorens, le refuge domine de quelques mètres l'éta d'En Beys où vous pourrez admirer au coucher du soleil l'embrasement d parois granitiques des Piques Rouges. 50 places (hors gardiennage 16 places sont disponibles en gestion libre partie hiver 

1.5 Refuge du Pinet (2242 m)  

 

Gardien: Daniel Cortade. Tél. 05.61.64.80.81. Gardé du 01/06 au 30/09 (vacances et week-ends autres périodes sur réser­vation). 

Situé au pied des 3000 mètres ariégeois, au c?ur du massif du Montcalm, au bord de l'étang du Pinet, magnifique belvédère sur la vallée de l'Artigues. 

57 places (hors gardiennage 19 places sont disponibles en gestion libre partie hiver).  

 

1.6 Refuge des Bésines  

Gardien: Jean-Claude Perry. Tél. 05.61.05.22.44. 

Gardé du 01/06 au 30/09 (hors saison sur réservation: 12 personnes mini­mum). 

Entouré de pins et d'une superbe flore, au c?ur de la vallée des Bésines, à 20 mn de son célèbre étang, la terrasse du refuge vous permettra d'admi­rer le panorama des pics alentours à la faune variée. Sur une des plus belles étapes du GR10.56 places (hors gardiennage 17 places sont disponibles en gestion libre partie hiver). 

1.7 Refuge du Rulhe (2185 m)  

Gardiens : Pascal Roine et Frédéric Conesa. 

Tél. 05.61.65.65.01. 

Gardé du 01/06 au 30/09 (mai et octobre sur réservation). 

À proximité de nombreux lacs. Flore riche et variée comprenant quelques espèces  rares.  Étape du GR10. Superbes sommets:  pic  Noir de Joclar (2627m), pic de Rulhe (2783m), pic Fourcade (2675m). Ces trois massifs peuvent se gravir en randonnée ou en escalade. 

53 places (hors gardiennage, 12 places sont disponibles en gestion libre en partie l'hiver). L'hiver cascade de glace de Joclar.  

 

1.8 Refuge de Bassiès (1650 m)

 Gardiens: Dominique et Philippe Dupui. Tél. 06.89.40.65.00 / 05.61.64.89.96.

 

 

Gardé du 01/06 au 30/09. 

Situé sur le GR1O, entre Aulus-les-Bains et Auzat, au bords des étangs de Bassiès, face au cirque granitique de la Pique Rouge (2676 m). Un refuge pour randonneurs et pêcheurs. 

50 places (hors gardiennage 15 places sont disponibles en gestion libre partie hiver). 

 

Information de l'Office de Tourisme de Tarascon 

relayée par  

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 23:05

 

Ils sont nés en Algérie

 

 

 

Pour les connaître, cliquez sur le lien ci-dessous:

 

 

 

 

 

http://www.oasisfle.com/culture_oasisfle/nes_en_algerie.htm

 

 

 

Nota : je pense que William Leymergie est né à Libourne en Gironde

Il y en a certainement d'autres , si vous les connaisssez, citez les moi.

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0