Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 23:45

 

Samedi 11 octobre 2003 Villar de Mazarife - Astorga

Départ 8h00 -Arrivée 16h00 -  32.2 km / 895.1 km 

Le Pont d'Orbigo  

 

Nous avons repris notre chemin au départ de Villar de Mazarife. 

Après 2h30 de marche, nous avons traversé Villavante, avant d'arriver à Hospital de Orbigo. 

Le chemin traversant un plateau désertique n'avait pas d'attraits particuliers.

Par contre l'accès à Hospital de Orbigo se faisait par le fameux Pont roman d'Orbigo, un des plus célèbres sites du chemin de Compostelle. 

Le pont comportant vingt arches et mesurant 204 mètres était chargé d'histoire. 

C'est prés d'un petit village que fût construit un hôpital destiné initialement aux Pèlerins que se développa Hospital de Orbigo et ce dès le douzième siècle. 

Après avoir traversé le bourg nous avons repris le chemin en direction d'Astorga. 

Cette portion avait une végétation très variée, alternant cultures maraîchères, chênaies et plantations de peupliers tout au long du chemin jusqu'à Astorga.

Astorga est une ville chargée d'histoire. On peut y visiter : 

- Le Couvent San Francisco, 

- L'Eglise San Bartolomé, 

- La Plaza de Espana, 

- L'Ergastule romain (monument national et ancienne prison aux      esclaves) 

- La rue Pio Gullon qui mène vers la cathédrale, 

- L'Eglise Santa Marta, 

- La Chapelle San Esteban, 

- L'hôpital de San Juan

- La cathédrale d'Astorga, gothique à l?intérieur et baroque à l'extérieur. 

 

Ci-dessous El Acebo un charmant pett village sur le chemin

 

 

 

Ci dessus El Acebo un charmant petit village avant Astorga 

Ci dessous le Pont d'Orbigo

 

 

 

 

Ci dessus La Cruz de Santo Toribio prés d'Astorga

 

 

Ci-dessus La Cathédrale d'Astorga

Ci-dessous Le Palais épiscopal à Astorga

 

 

 A Astorga nous avons retrouvé les Suisses. 

Nous avons mangé ensemble. Nous avons profité de la présence d?un fax au restaurant pour envoyer un message à la patronne du refuge de Castrojeriz car nous ne désespérions pas de récupérer les chaussures à Gérard. 

Nous avons bien dîné . Tout allait à prés bien si ce n'était une petite douleur persistante à la cheville gauche. 

Nous avons passé une nuit assez reposante.

Le Pèlerin  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 23:45

 

L'Algérie veut 4 millions de touristes

à l'horizon 2015  

 

Bonjour, l'Algérie rattrapera t-elle ses voisins ? Elle en a les moyens, ce chiffre de 4 millions n'est-t-il pas sous estimé car 2015, c'est loin.

Le pays dispose d'un énorme potentiel

La stratégie de développement touristique de l'Algérie se précise. Freiné par une situation socio-politique complexe, le pays dispose d'un énorme potentiel. Aujourd'hui les choses se précisent et les déclarations politiques d'intentions se multiplient. 

Selon la presse algérienne, la dernière déclaration du ministre du tourisme sur la politique de développement du secteur ne laissent pas la place au doute : l'Algérie veut sa part du gâteau du tourisme méditerranéen.
Bien entendu, on ne fait pas venir les visiteurs d'un coup de baguette magique. Selon le ministre les capacités nationales d'accueil ont connu un accroissement de l'ordre de 21 000 lits durant les cinq dernières années, en même temps que les investissements en cours totalisent une capacité de 50 000 nouveaux lits.
Concernant la fréquentation étrangère, « le flux touristique provenant de l'extérieur est passé de 800 000 personnes en 2000 à 1 500 000 en 2004, avec une évolution des recettes passant de 95 millions de dollars en 2000 à 173 millions de dollars en 2004. »
Pour l'horizon 2015, les objectifs à atteindre sont de 4 millions de touristes en provenance de l'étranger. Cette hausse aurait pour conséquence l'accroissement de la capacité hôtelière de plus de 200 000 lits entraînant la création de 100 000 emplois directs et des rentrées de près de 1 milliard de dollars en devises.
La stratégie s'appuie sur un tourisme multi-thématique : balnéaire, thermal, saharien, culturel et d'affaires. Enfin, aucun développement n'étant possible sans volonté politique forte (le Maroc nous en donne chaque jour la preuve) l'investissement de l'Etat serait renforcé et la promotion de la destination « devra s'intégrer dans le système national de soutien et d'incitation à l'investissement. »
http://www.tourmag.com/L-Algerie-ve...015_a12393.html
 

 

Information relayée par Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 23:20

 

Toulouse et Galiléo, le GPS européen  

Vous avez certainement entendu parler du GPS ; c’est un moyen de se situer dans l’espace. Grâce au GPS, le randonneur peut trouver son chemin, le touriste son musée ou son restaurant, le chauffeur de taxi arrivera à la bonne adresse. ..Les applications sont très nombreuses et variées. Il y a également de nombreuses applications professionnelles. Pour plus d’information, cliquez sur le lien ci-dessous :  

http://europa.eu.int/comm/dgs/energy_transport/galileo/applications/index_fr.htm

Mais le GPS développé aux USA à des fins militaires…et le civil peut pâtir éventuellement d’une priorité au militaire…ne serait ce qu’en cas de conflit armé par exemple. De plus, l’usager doit payer des royalties… La dépendance par rapport à des tiers nous coûte cher et ne favorise pas notre recherche scientifique. 

En fait, Il existe actuellement dans le monde deux réseaux de satellites de radionavigation, l’un américain (GPS), l’autre russe (Glonass). Tous deux ont été conçus dans cette optique militaire. Le système russe n’ayant pas suscité de véritables applications civiles. 

Pour palier ces inconvénients, l’Europe a répondu par le projet Galiléo… Galiléo constitue la véritable alternative à l’instauration d’un monopole de fait au profit du GPS et de l’industrie américaine. 

Si je vous parle particulièrement de ce sujet c’est parce que le siège de la Concession Galiléo doit s’implanter cette année à Toulouse…Ce dont tous les Toulousains tirent une certaine fierté .. en effet, la compétition a été rude…mais cela se fera à Toulouse. Toulouse était bien placé pour cela avec Airbus et ses activités spatiales…Les grands électroniciens tels qu’Alcatel, Thomson…voir Airbus lui même…. et j’en passe… 

En effet il faudra lancer une trentaine de satellites et avoir des centres électroniques de traitements des données assez « pointus »…  

GALILEO présente plusieurs avantages par rapport au GPS 

·Il est conçu et élaboré sur une base civile tout en intégrant dûment les protections nécessaires en matière de sécurité. A la différence du GPS à vocation essentiellement militaire, Galiléo offre ainsi, pour certains des services proposés, les garanties juridiques de fonctionnement exigées par les sociétés modernes, en particulier en matière de responsabilité contractuelle 

·Il est basé sur la même technologie que le GPS et offre un degré de précision similaire, voire supérieur en raison de la structure de la constellation de satellites et des systèmes terrestres de contrôle et de gestion prévus.

·Il possède une fiabilité supérieure et de plus, à la différence du GPS, Galiléo sera reçu sans aléas dans les villes et dans les régions situées à des latitudes extrêmes.

·Il constitue un véritable service public et offre à ce titre une garantie de continuité de services que le GPS n’offre pas.. priorité au militaire….  

Toutefois, Galiléo est complémentaire du GPS dans la mesure où 

·L’utilisation harmonieuse des deux infrastructures (double source) apporte un réel avantage en termes de précision et en termes de sécurité en cas de défaillance de l’un des deux systèmes.  

·L’existence de deux systèmes indépendants est bénéfique pour tous les utilisateurs qui pourront recevoir les signaux GPS et Galiléo sur un seul et même récepteur.  

Et c’est parti… ! 

Le premier satellite du futur programme européen de radionavigation a décollé il y a un mois, à bord d’une fusée russe Soyouz (Ariane n’était pas disponible), depuis la base de Baïkonour (Kazakhstan). Au terme d’un vol de plusieurs heures, le premier élément de Galiléo a été placé sur orbite . C’est la première victoire pour l’Europe, mais aussi pour Toulouse 

Il n’en reste plus que 29 à lancer…afin d’être opérationnel d’ici la fin 2010…

Compilation effectuér par Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 23:00

 

Le CPE mène à tout, Voici pourquoi j'ai viré ma secrétaire. ....  

 

Je me suis réveillé ce jour là et j'avais 45 ans. 

Je ne me sentais pas très bien, mais j'espérais que ma femme me souhaiterait un joyeux anniversaire. 

A ma grande déception elle ne m'a même pas dit bonjour. 

 Au petit déjeuner, mes enfants ne m'ont pas parlé. 

Arrivé au bureau ma secrétaire m'a dit "Joyeux anniversaire". J'étais heureux car au moins elle s'était rappelée de moi, mais à ma grande tristesse mes collègues ne s'en étaient pas rappelé. 

A midi ma secrétaire m'a dit pourquoi ne pas manger ensemble? 

J'ai dit que c'était la plus belle chose qu'on m'avait proposée ce jour. 

Nous sommes partis prendre un verre et manger ensemble. 

Sur le chemin du bureau elle m'a dit: "Pourquoi retourner au boulot, si tôt un tel jour?" 

et elle me proposa de passer chez elle. 

Arrivés chez elle, elle m'a offert un verre et m'a dit: "Ça ne te dérange pas que je me mette à l'aise?" 

 J'ai répondu: "Quelle question!" et dans ma tête je me disais que ça pouvait être une expérience intéressante. 

 Elle est partie dans sa chambre et..  est revenue avec un énorme gâteau, suivie de ma femme, mes enfants, mon patron et tous mes collègues... 

Et moi j'étais comme un con à poil dans son salon... 

De la part d’une Correspondante fidèle 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 00:00

 

Algérie - Des Photos magnifiques

Si vous désirez voir des photos d'Algérie magnifiiques cliquez sur ce lien et vous pourrez les découvrir: 

http://www.photoalgerie.com/

Bien Amicalement,

  Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 23:15

 

Notre Vin vieilli dans nos bonnes vieilles barriques face à la Mondialisation

 

 

 

Oui aux ajouts de copeaux de bois…Cela se fait déjà chez nos concurrents…

Oui à l'irrigation pour les AOC et Vins de Pays jusqu'au 15 août, pratique jusque-là interdite depuis 1964..cela se fait également ailleurs….alors que l’on a de moins en moins de flotte…

Voici en résumé ce que propose un rapport des Producteurs de vin de notre pays…

 

Mais revenons au processus de vinification…il est vrai qu’en guise de barrique en chêne nombre de nos producteurs utilisent des barriques en acier inox …Adieu dons le bon goût de chêne …Dans les cuves, l'utilisation de copeaux de chênes, pratique courante dans les « wineries » du nouveau monde, serait autorisée pour toutes les catégories.

 

Pour palier cet inconvénient notre Groupement national se proposerait d’ajouter des copeaux de bois ….mais pas n’importe lesquels : des copeaux d'origine contrôlée issus de nos bonnes vieilles forêts françaises. Il paraît que même les experts n’y trouvent pas la différence.. alors…

 

Les viticulteurs bordelais réagissent dans l'ensemble plutôt favorablement à ces propositions.. Faire le vin pour le consommateur, et non pas celui du producteur (là je crois qu’ils exagèrent) est une très bonne idée, sauf pour la cinquantaine de véritables œuvres d'art que compte Bordeaux»…

 

« Avec les copeaux, nous serons à armes égales avec nos concurrents étrangers sur le plan qualitatif, mais nos coûts demeureront encore plus élevés», regrettent les viticulteurs bordelais.

 

Extrait de la « Dépêche du Midi du 30 septembre » , recomposé par vote Serviteur…

 

Si vous avez un avis sur la question, faites moi le savoir...

 

 

Le Pèlerin.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 23:00

 

Vendredi 10 Octobre 2003 - Mansilla - Villar de Mazarife

Départ 7h15 Arrivée 17h00 40.1 km / 862.9 km

La Cathédrale de Leon

 

Votre Serviteur devant la Cathédale de Leone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Musée de Leon      

Ci dessus, le Centre Culturel de Léon

Les 2 photos ci-dessous ont été prise en 2005 devant l'égilse de Vilar de Mazarife...regardez les cigognes

Nous sommes partis plus tôt que d'habitude, puisqu'il faisait nuit lorsque nous sommes partis. Nous  rencontrions ainsi très tôt une pauvre Brésilienne qui avait l'habitude de partir le matin la première et d'arriver systématiquement la dernière. Elle avait un énorme mal aux pieds et marchait très lentement. 

Nous rencontrions également un marcheur sur le chemin du retour du Finistère. Il marchait depuis le 15 avril. 

Nous trouvions la brume tout le long de la matinée. Cela ne nous gênait guère car le chemin ne présentait alors pas de charme particulier. 

Nous avons traversé Villarente puis Arcabueja.  Le paysage de type agricole devenait plus verdoyant. Enfin nous atteignions Val de la fuente avant de descendre sur Léon et y accéder par ses faubourgs assez populeux. 

Nous sommes arrivés à LéonDeuxième ville du chemin espagnol après Burgos. La vieille ville était assez agréable . La Plazza Major se situe à proximité de la Cathédrale San Marcos de Léon, un chef d'oeuvre d'art gothique, ses cent fenêtres et ses vitraux magnifiques, bâtie à partir de l'an 1203..Nous nous rendions à l'Office de Tourisme tout proche pour essayer de régler le problème des souliers de Gérard. Il semblait que le gîte de Castrojeriz dont nous avions le numéro de téléphone n'était pas le bon. Nous laissions un message téléphonique sur le second (car il y a au moins deux refuges à Castrojeriz). Nous nous arrêtions à la sortie de Léon pour prendre 2 tortillas chacun. 

Sont également à visiter : 

-      l'église San Isidero la Romaine et ses 23 tombes royales,  

-      l'église Santa Ana,  

-      la Puerta Moneda

-      la Plaza del Grano  (place du grain),  

-      le Couvent de la Conception, 

-      la Plaza et l'église San Marcelo,  

-      la Puerta Cauriense.

...Il y a tant de choses à voir. Il me faudra y revenir...  

Nous avons repris notre chemin en direction de La Virgen del Camino et son église moderne datant de l'an 1961 ?..Hier.   

Nous avons pris le chemin de gauche, alternative au chemin longeant la nationale. Ce chemin plus agréable, bien balisé était recommandé aux pèlerins. Nous avons traversé successivement :   

- Fresno del Camino

- Oncina de la Valdoncina

- Chozas de Abajo avant d'arriver à  Villar de Mazarife

Arrivés à Villar,  bien que le bourg paraisse assez retiré,  nous avons  rencontré énormément de monde dont de très nombreuses Pèlerines. Le refuge était assez sommaire mais suffisant.  

Nous avons rencontré également Pierrette et Jean-Paul  vivant à Aussonne (à proximité de chez ma fille). Qui de plus est Pierrette avait partagé les bancs de l'école avec Gérard. Quelle surprise? !! Ils m'ont laissé leurs adresse mais je l'ai égarée...Il me faudra les retrouver. Le tout était très sympathique.  

Le soir nous trouvions non sans mal un restaurant où nous prenions un repas surprise  ma foi fort agréable. En guise de menu, nous n'avions que le recueil des compliments des convives du restaurant...

Nous prenions une espèce de pot au feu très abondant. Cela nous fit presque oublier que nous étions sur le chemin. C'était fort délicieux et la  patronne très sympathique.

De plus le vin rosé était abondant et fort agréable.

Je m'endormais vers 23h00.

                   Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2006 5 31 /03 /mars /2006 00:30

 

 

Le projet de loi présenté hier par le ministre de l'Intérieur, veut privilégier une immigration « choisie» fait polémique. 

 

Le projet présenté par Nicolas Sarkozy hier en Conseil des Mi­nistres entend privilégier une im­migration « choisie ». Faisant va­loir que l'immigration pour mo­tif familial reste dominante, le ministre de l'Intérieur veut en­courager l'immigration « à des fins professionnelles ». Le projet durcit donc les règles d'entrée et de séjour des étrangers. Il sup­prime les régularisations auto­matiques accordées aux étran­gers entrés illégalement depuis plus de 10 ans ; il allonge la durée de séjour régulier nécessaire pour que l'immigré puisse être rejoint par sa famille et pour que le con-joint d'un(e) Français(e) ob­tienne une carte de résident. Il met aussi en place un titre de sé­jour « capacité et talents » vala­ble 3 ans pour les étrangers dont « la personnalité et le talent cons­tituent des atouts pour le déve loppement et le rayonnement de la France » et instaure l'obliga­tion de signer un « contrat d'ac­cueil et d'intégration » et de sui­vre une « formation civique et linguistique».  

Ce projet est fermement con­damné par les associations. Le collectif Uni(e) s contre une im­migration jetable, qui regroupe de nombreuses associations mais aussi le PCF, la LCR et les Verts, en a dénoncé hier « la philoso­phie utilitariste ». « Cette réforme constitue une véritable rupture en ce sens que, pour la première fois, on désigne officiellement comme « immigration subie » l'immigration de famille », a-t-il déclaré dans un communiqué. Le PS « refuse l'approche néga­tive et dépréciative de la droite et de Nicolas Sarkozy en particu­lier », a indiqué Mahdi Ouraoui, délégué national du PS.

Nota: L'Algérie et la Tunisie ne seraient pas concernés par ce projet, compte tenu des acords particuliers existants entre ces 2 pays et la France

Le Pèlerin

-


 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 00:15

 

Bouteflika, une partie de son parcours


Bonjour,
J'ai trouvé intéressant de poster ce texte qui illustre une partie de ce que est le président Bouteflika. Pour ou contre cette façon de le voir, à vous d'en juger!

Début de citation

  

 

 

Né le 2 mars 1937, à Oujda, au Maroc, Abdelaziz Bouteflika a adhéré très tôt au combat pour la cause nationale. Après avoir terminé ses études secondaires, en 1956, il rejoint l'Armée de Libération Nationale (ALN).

Si Abdelkader El-Mali dans les maquis de la Wilaya V historique :

Âgé à peine de 21 ans, il se retrouve chargé d'une double mission de contrôleur général de la wilaya V en 1957 et 1958. Officier en zone 4 et en zone 7 de la Wilaya V, il est ensuite attaché au PC de la wilaya V, puis, successivement, au PC du «COM Ouest», au PC de l'état- major «Ouest» et au PC de l'état- major général de l'ALN. En 1960, le Commandant Abdelaziz Bouteflika est affecté aux frontières méridionales du pays pour commander le «front du Mali » dont la création entrait dans le cadre des mesures visant à faire échec aux entreprises de division du pays de la part de la puissance coloniale; ce qui lui vaudra le nom de guerre de Si Abdelkader El Mali.

Aux prémisses d’une carrière politique prometteuse

En 1961, il entre clandestinement en France dans le cadre d'une mission de contact avec les leaders historiques de la Révolution détenus à Aulnoy.
En 1962, Abdelaziz Bouteflika est député à 1'Assemblée Constituante et devient, à 25 ans, ministre de la jeunesse, des sports et du tourisme du premier gouvernement de l'Algérie indépendante. Il est également membre de l’assemblée législative en 1963, avant d'être nommé, la même année, ministre des affaires étrangères
En 1964 il est élu par le congrès du front de Libération Nationale en qualité de membre de comité central et membre du bureau politique.
Abdelaziz Bouteflika prend une part active au réajustement révolutionnaire de juin 1965 qui verra l'instauration du Conseil de la Révolution - dont il est membre - sous la présidence de Houari Boumediène.

Abdelaziz Bouteflika, un fin diplomate

Après ce virage politique, il sera reconduit dans les fonctions de ministre des Affaires étrangères où il animera, jusqu'en 1979, une action diplomatique qui vaudra à l’Algérie un prestige, un rayonnement et une influence qui l’établiront comme un des leaders du tiers monde, et, à ce titre, comme interlocuteur recherché des grandes puissances.
C’est lui qui définira ainsi la ligne directrice dont la diplomatie algérienne ne se départira plus par la suite. Elle s’articulera autour de deux principes majeurs : respect du droit international et soutien aux causes justes à travers le monde.
A ce titre, Abdelaziz Bouteflika se distinguera singulièrement, pendant plus d'une décennie, par une politique étrangère qui mène aux grands succès de la diplomatie algérienne.
Il jouera un rôle dans le renforcement et l'unification des rangs arabes lors du sommet de Khartoum de 1967.
Lors de la guerre d'octobre 1973 contre Israël.
Dans la reconnaissance internationale des frontières de l'Algérie et l'instauration de relations de bon voisinage et de fraternité avec les pays limitrophes.
La mise en 'échec de l'embargo contre l'Algérie suite à la nationalisation des hydrocarbures.
Abdelaziz Bouteflika joue également un rôle important dans la consolidation des organisations du Tiers-monde et le renforcement de leur unité d'action.
A ce titre, on citera entre autres actions qu’il a menées avec brio :
- Son action lors de la conférence des 77 et du sommet africain, tenus respectivement en 1967 et 1968 à Alger.
- Il contribuera, dans une mesure qui reste encore à saisir, à faire l'Algérie un des leaders du mouvement des non-alignés.
- Il a été et demeure un fervent et infatigable défenseur des processus de décolonisation dans le monde.
- Sous son règne sur la diplomatie, l'Algérie est devenue le porte-parole du tiers-monde et particulièrement dans sa revendication pour un nouvel ordre économique international.
Par ailleurs, au cours de cette période-phare de l’Algérie, il sera élu à l'unanimité Président de la 29ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, en 1974.
Abdelaziz Bouteflika obtient la mise au ban par la communauté internationale du régime sud-africain de l'Apartheid.
Il fera également admettre, malgré les oppositions tous azimuts, le leader de l'Organisation de Libération de la Palestine, feu Yasser Arafat, qui prononcera un discours devant l'Assemblée Générale.
En 1975, Abdelaziz Bouteflika présidera la 7ème session extraordinaire consacrée à l'énergie et aux matières premières dont l'Algérie était l'un des initiateurs.
En 1975 également, Abdelaziz Bouteflika brillera par son talent dans la consécration d’un accord de paix entre Saddam Hussein de l’Irak et le du Chah d’Iran. Cet accord de paix, conclu à Alger, empêchera une guerre fratricide et imminente entre les deux pays.


Début de la traversée du désert

A la mort du Président Boumediene, en 1978, et en tant que plus proche compagnon du défunt, il prononce une oraison funèbre mémorable. Ce sera prémonitoire, puisqu’il devient, dès lors, la principale cible de la politique de «déboumédiènisation». Ce qui le contraindra à un exil de plus de 6 années.

 

 

 

Première tentative de se réconcilier avec les siens

Bouteflika esquissera un premier retour en Algérie, en janvier 1987. Il signera la «motion des 18» consécutive aux événements sanglants d'octobre 1988. Il prend part au congrès du FLN en 1989, et il sera élu membre du comité central.
Après l’arrêt du processus électoral, moult propositions lui seront faites pour le faire revenir aux affaires. Elles seront toutes vaines. Il a été pressenti pour occuper les fonctions de ministre conseiller du Haut Comité d'Etat, instance présidentielle transitoire mise en place entre 1992 et 1994. Ensuite, on lui proposera de devenir représentant permanent auprès de l'ONU. Abdelaziz Bouteflika les déclinera toutes, au même titre d’ailleurs que celle de 1994, relative à sa promotion aux fonctions de chef de l’Etat dans le cadre des modalités et des mécanismes de la transition.
Quatre années se sont écoulées avant qu’il ne décide enfin, en décembre l998, de se présenter, en tant que candidat indépendant, à l'élection présidentielle anticipée d’avril 1999. il sera élu haut la main Président de la République le 15 Avril 1999.

Abdelaziz Bouteflika président de la République

Fraîchement installée au Palais d’El-Mouardia, le président donne le ton en réaffirmant sa détermination à rétablir la sécurité, la paix et la stabilité, ses chevaux de bataille dans une campagne électorale des plus tumultueuses.
Sans perdre de temps et faisant preuve d’une efficacité redoutable sur le terrain, il lance un processus législatif de concorde civile, consacré, le 16 septembre 1999, par un référendum qui recueille plus de 98% de suffrages favorables.

Les grands travaux de Bouteflika

Au plan interne

Le rétablissement progressif de la sécurité permet au Président Bouteflika d’entamer, sur le plan intérieur, un vaste programme de refondation de l’Etat algérien, à travers la réforme des structures et des missions de l’Etat, du système judiciaire, du système éducatif ainsi qu’un train de mesures économiques audacieuses, comportant notamment une réforme du système bancaire destinée à rendre l’économie algérienne plus performante, ce qui permettra à l’Algérie d’entrer dans l’économie de marché, de renouer avec la croissance et de réaliser des taux de croissance particulièrement élevés.

Reconnaissance de Tamazight comme langue nationale et officielle

Le Président de la République décide également, durant son premier mandat, de la constitutionnalisation de Tamazight et sa consécration en tant que langue nationale.
Il entame, durant son nouveau mandat en cours, un processus laborieux et courageux, constitutionnalisation de la langue Amazigh comme deuxième langue officielle de la République.

Au plan international


Sous l’impulsion du Président Bouteflika, l'Algérie se réapproprie son rôle de leader. Elle joue un rôle actif sans cesse plus important au niveau continental dans le cadre de l’Union Africaine et du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), dont le chef de l’Etat est l’un des initiateurs.
Au niveau africain toujours, le président Bouteflika n’a pas cessé d’œuvrer à la paix entre l’Ethiopie et l’Erythrée. La signature, à Alger, en 2002 des accords de paix entre ces deux pays, sous les applaudissements de la communauté internationale avec à sa tête la secrétaire d’Etat américaine aux Affaires étrangères Mme Madeleine Albright présente à la cérémonie et l’Union européenne, sera une reconnaissance de plus pour le rôle clé joué par ce faiseur de paix dans la réconciliation interafricaine.
Au niveau méditerranéen, ensuite, l'Algérie a conclu sous la houlette du chef de l’Etat un Accord d’Association avec l’Union Européenne, le 22 avril 2001.
L’Algérie est devenue aussi un partenaire incontournable du G8, en prenant régulièrement part à ses Sommets, depuis l'an 2000. Tout comme c’est grâce à lui que l’Algérie a été reconnue comme partenaire-clé de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans les affaires de sécurité dans le bassin méditerranéen, ainsi que son corollaire la lutte antiterroriste, notamment dans la région sahélo-saharienne. L’Algérie joue un rôle moteur dans le plan Pan-Sahel visant à assurer la paix et la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans cette sous-région.
Parallèlement, le Président Bouteflika n’a de cesse de fournir des efforts pour rendre possible la poursuite de la construction de l'Union du Maghreb Arabe, sans pour autant se départir du sacro-saint principe du droit des peuples à l’autodétermination, notamment la cause sahraouie.
Au plan arabe, le sommet d’Alger de mars 2005, sera un tournant historique pour la Ligue Arabe dans son processus de modernisation et d’adaptation aux défis qui guettent le monde arabe. Le génie du président réussira à imposer une réforme dans les structures et les mentalités figées qui ont grevé le fonctionnement de cette organisation.
Avec sa reconduction pour un second mandat présidentiel, et fort des acquis indiscutables de son premier mandat, Abdelaziz Bouteflika convie le peuple algérien à un référendum sur son « projet de paix la réconciliation nationale », dont la tenue est prévue le 29 septembre prochain, et ce, afin de tourner définitivement la page noire du terrorisme en Algérie et de libérer toutes les énergies saines et productives du pays pour relever les défis du 3e millénaire.
Au passage, il convient de signaler les avancées réalisées par l’Algérie depuis peu grâce à la révision du code la famille, l’institutionnalisation de la lutte contre la corruption et la poursuite des réformes engagées.
Ceci n’est que l’ébauche d’une carrière vaste et riche d’un homme qui ne s’est jamais départi de son engagement pour la paix. Son action antérieure et son engagement actuel au plan interne et dans les principaux forums mondiaux, sont toujours articulés autour des adjectifs Paix et Réconciliation.
Des nations entières sont témoins de l’apport de cet homme à ce noble et juste combat planétaire. L’action de cet homme s’inscrit dans les jours et années à venir.

 

 

 

Fin de citation  
Source : www.algerieconfidentiel.com  

 

Information relayée par Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 00:00

 Essai d'évacuation en urgence - l'Ambiance et les Toboggans

Airbus A 380 - 26 mars 2006 - Essai d'évacuation en urgence réussi.. !!  

Ajout de deux photos

 

J'apprends par Antenne 2 ce jour, la réussite de l'évacuation en urgence de l'A380.   

Je vous avais parlé lors d'un précédent article de tous les essais auxquels doit satisfaire un avion avant d'être déclaré bon de vol et transporter des passagers. Je vous avais promis une synthèse sur le sujet. ..Ceci reste toujours à faire.   

Aujourd'hui je vais vous parler d'un des aspects les plus spectaculaires qui nécessite des études approfondies et une préparation minutieuse.   

Il faut démontrer que l'on peut évacuer le nombre maximum de passagers et ce en moins de 90 secondes en cas d'évacuation  en urgence.   

Les passagers, généralement des volontaires, doivent être représentatifs de la population, c'est à dire que l'on doit trouver toutes les tranches d'âge. (ainsi un tiers des passagers doivent être âgés de plus de 50 ans).   

Les personnes ont donc embarqué sur l'avion et l'avion est censé avoir eu un crash ou un incendie... et, il faut évacuer tous ces gens là en moins de 90 secondes.. Pour corser le tout, seul, un coté des portes sera ouvert en urgence, les autres resteront closes...

Quel coté?.. les gens ne le savent pas. l'avion est dûment aménagé dans une configuration approuvée. Au coup de sifflet donc toutes les portes de l'un des deux cotés de l'avion s'ouvrent; les toboggans gonflables logés dans les portes se déploient  et tout le monde doit se trouver en bas, de préférence sain et sauf. Naturellement, Il conviendra au personnel de bord de guider les passagers car l'on a tendance à fuir par là où l'on est entré généralement. Ainsi il peut y avoir afflux de passagers sur une porte alors que d'autres ne voient que très peu de personnes y sortir.

Tout ceci est effectué en présence des autorités de certification (30 experts et 40 caméras infrarouge) qui assistent au travers d'écrans à la manoeuvre..   

La difficulté pour l'A380 c'est sa taille, ses deux ponts, un premier pont à 5 mètres au dessus du sol, un second à huit mètres; imaginez l'engin un immeuble de quatre étages et je ne parle pas de la dérive..   

Cet essai s'est effectué aujourd'hui 26 mars 2006 à Hambourg avec succés.   

Bien qu'au nominal, l'avion est construit pour transporter 550 passagers, l'on sait qu'en version  'haute densité' l'avion peut loger plus de 800 passagers. Aujourd'hui 873 personnes (853  passagers et 20 membres d'équipage) personnes avaient pris place dans l'avion. Ces 873 personnes ont  réussi à s'extraire de l'avion en 80 secondes, soit 10 secondes de moins qu'exigé. Une fracture de la jambe est à déplorer pour l'un des participants. Une trentaine de personnes souffrent par ailleurs de légères écorchures ou contusions.  

C'est un record;c'est la première fois qu'un essai est effectué à une telle échelle. 

L'examen des enregistrements doit servir aux services de certification européens et américains ( la FAA ), pour délivrer l'autorisation de vol de l'A380.  

Airbus doit livrer à la fin de l'année à Singapore Airlines , les deux premiers A380 destinés à l'exploitation commerciale. Mais les tests se poursuivent...  

 

Le Pèlerin  

 

Partager cet article
Repost0