Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 23:00

24 avril 1954, 66 ans déjà.    

Papa, tu nous as quittés si jeune 

En ce jour anniversaire de ta disparition, je te salue Papa, toi qui repose à jamais en cette terre d’Algérie, à Hussein-Dey plus précisément... 

Tu es parti si jeune que j’ai à peine eu le temps de te connaître....

Je repasserai certainement te voir très prochainement…

______________
_____________________________
Papa1-copie-1.jpg

 

 

100-0758.jpg 100-0760.jpg

Papa repose à Hussein-Dey

Si quelqu’un passe par hasard à Hussein-Dey, qu'il aille se recueillir sur sa tombe… Je remercie tous ceux qui se seront associés à cette démarche...  

Je remercie également les Gardiens du cimetière qui prennent soin de nos tombes

Le Pèlerin 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 18:14

Pyrénées: la dernière frontière sauvage

Cirque de Gavarnie

 

 

On y trouve plus de 2 500 lacs, des sources de promenades inépuisables, des animaux sauvages en quantité, une flore exceptionnelle. On y fait du sport extrême ou des activités plus douces. Accessibles à tous, les Pyrénées offrent un panel de loisirs quasiment illimité. Mais ce pays se respecte et se protège. Entre les utilisateurs de ce domaine, les touristes, les professionnels, les habitants bipèdes ou quadrupèdes, la cohabitation n'est pas toujours facile.

«On est passé de 0 à 45 ours en 20 ans»

Souvent pointés du doigt, les chasseurs revendiquent avec ardeur leur amour du massif : «La cohabitation ce n'est pas l'exclusion du chasseur», explique Jean Guichou, directeur de la fédération de chasse d'Ariège. «Nous aussi nous parlons de gestion de la nature, nous veillons à ne rien casser, à protéger ce qui doit l'être. Je souligne qu'on est passé de 0 à 25 ours en 15 ans et qu'on n'a pas gêné leur développement. Et je remarque aussi que de l'autre côté de la frontière les choses se passent mieux. Pour tout dire, nous ne sommes pas opposés au retour des espèces, si ce retour est naturel .»

Christophe Popelin, naturaliste et guide, insiste sur ce côté sauvage : «Voir les grands prédateurs est révélateur d'un écosystème complet. Concernant l'ours, si la problématique des «pour ou contre» existe bel et bien, j'invite les gens à la dépasser. Les Pyrénées, c'est un super-patrimoine, une montagne qui a moins souffert qu'ailleurs de l'aménagement du territoire et qui conserve des aspects sauvages. Ce qui est un gros atout. Je reçois de plus en plus de demande pour des séjours thématiques sur les traces de l'ours.

Claude Dendaletche, universitaire et écrivain, attiré comme un aimant par ce prestigieux massif comprend cette attraction, la partage et note qu'elle existe depuis très longtemps. L'empreinte de l'homme, il ne faut pas la surestimer dit-il en substance, «il y a beaucoup plus de terres sauvages que de terres aménagées tout le long du massif».

Claude Dendaletche, universitaire et écrivain (1).

«Un vieux mythe qui a toujours attiré»

Quelles sont les spécificités de la faune et de la flore dans les Pyrénées ?

On parle des espèces donc que ne trouve que dans le massif. La particularité très étonnante, c'est une zone parmi les plus riches d'Europe, bien plus riche que les Alpes, compte tenu de la petite surface du massif, (450 kilomètres de long et un peu moins de large). Il faut citer deux espèces qui ont disparu, l'ours et le bouquetin, ce qui est une forme d'échec social très important. Pour le bouquetin personne n'en parle. Il faut aussi souligner que des deux côtés de la frontière, il y a la même volonté d'agir pour garder les espèces.

Quelles sont selon vous les zones les plus intéressantes ?

Les zones de karst, le pic d'Annie et la partie navaro-aragonaise. J'ai toujours aimé les parties les plus hautes, le pic d'Anéto, le Monte Perdido, et curieusement elles ont été très peu étudiées.

Quels sont les dangers ?

On a souvent exagéré ou minimisé l'influence de l'homme. Elle est forte autour des stations de ski mais ça représente 10 % de la surface quand on est objectif. Quelques gros projets devaient se faire en Aragon mais ils ne se réaliseront pas faute d'argent.

Comprenez-vous la fascination qu'exerce le massif ?

Bien sûr, je vois des jeunes qui ont inventé des métiers modernes liés aux sports d'aventures. En Catalogne, de plus en plus de jeunes recolonisent de vieux villages. J'avais écrit il y a une trentaine d'années que l'avenir passait par le repeuplement. La frontière sauvage, c'est un vieux mythe qui a toujours attiré. Je viens d'écrire un livre qui raconte la traversée des Pyrénées de Viollet le Duc, il avait 19 ans quand il a effectué Bayonne- Luchon à pied.

1.«Viollet Le Duc, la traversée des Pyrénées», aux éditions Pimientos.

L'ours a repris sa place mais..

Selon les chiffres de 2013, 25 ours vivent dans les Pyrénées. Un chiffre à quelques unités près explique Sabine Matraire, du réseau Férus : «Il reste 4 ours qui font partie des 8 fondateurs de la réintroduction et ce nombre s'est divisé en deux groupes, il y a deux individus mâles qui vivent isolés entre le Béarn et les Hautes - Pyrénées.» Des ours qui ne connaissent pas de frontières et qui passent donc d'un versant à l'autre. Le sujet reste cependant source de tensions régulières entre éleveurs et défenseurs de l'ours : «Avec le temps, on montre que la cohabitation est possible il y a de moins en moins de zones concernées par la prédation», explique Jean Guichou, directeur de la fédération de chasse d'Ariège . Un nouveau plan ours devrait être mis en place d'ici la fin de l'année. Jean Guichou, souligne : «En 15 ans, on est passé de 0 à 15 ours, ils sont là, vivent leur vie et se développent on ne les gène donc pas.»

Le mythe du lynx invisible

Christian Riols n'a plus aucun doute. Le vice-président de la LPO Aude (Ligue de protection des oiseaux) collectionne les signes de la présence du lynx boréal dans les Pyrénées. Des deux côtés de la frontière. «Nous avons des indices pour une zone qui va du Béarn jusqu'à la Méditerranée. Mais curieusement pour les services de l' État, cette espèce n'est pas censée exister. Nous sommes comme qui dirait en conflit d'opinion. J'ai donc décidé d'en parler parce que j'en ai ras le bol de l'omerta, je souhaite que la présence du lynx soit reconnue, ça simplifiera les choses. En 2012, on l'a vu dans les Corbières, à 25 km du littoral. On a un signe visuel également en 2013. Sur les seuls départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, nous avons relevé 200 indices en deux ans.»

Pour autant Christian Riols ne veut pas donner une estimation en nombre de la population. «On ne peut pas chiffre, ce serait trop hasardeux. Mais on a des indices qui prouvent qu'il y a des mâles,d es femelles et mêmes des petits, ce qui nous fait penser qu'il y a quand même une population relativement importante.»

Fin observateur de la vie sauvage dans les Pyrénées, il avance deux explications de sa présence avérée : «D'une part la déprise agricole, d'autre part la reforestation. Ces deux éléments ont permis au lynx de se développer d'une manière favorable, au lynx et à ses proies.»

Selon lui, un des points les plus intéressants est l'amplitude des scènes sur lesquelles on a pu récolter des indices. «On a retrouvé des traces à plus de 2000 mètres d'altitude comme dans les garrigues à 300 mètres».

La marmotte vous surveille

La marmotte est une des rares espèces qui avait disparu des Pyrénées, sans qu'il y ait d'ailleurs d'explications précises. Un programme lancé avec succès dans les années 50 a permis sa réintroduction et elle coule depuis des jours heureux sur les pentes des Pyrénées. Heureux sauf quand ses couvées servent de pâture à l'aigle royal… mais ça, c'est le cycle naturel. On peut l'apercevoir mais c'est en général elle qui vous verra en premier lors de vos randonnées. Vous entendrez alors un cri perçant, la sentinelle donne l'alerte et la bande va se cacher. Si vous êtes patients elle ressortira prudemment.

Lacs, rivières et torrents

Oô, Gaube, Aumar, Issaby, Bethmale. le pyrénéiste Louis Audoubert a recensé dans le massif plus de 2500 lacs. Son dernier livre «Pyrénées, à la découverte des montagnes lacs et canyons» est un formidable guide pour les découvrir. La pêche, la rando, en hiver, en été, à l'est ou à l'ouest… il y a l'embarras du choix.

Les citadelles du vertige

Montségur, Quéribus, Lapradelles-Puilaurens... les châteaux cathares font la fierté des Pyrénées audoises et ariégeoises. Ils trônent fièrement sur des éperons rocheux. Symbole de résistance, lieux chargés d'histoire, ils sont aussi de formidables sites pour découvrir un pays autrement, en toucher du doigt ses racines, son esprit et ses spécificités . Et l'effort de l'ascension est toujours récompensé par une émotion intense. Montez à Duilhac-Peyrepertuse par exemple, contemplez et laissez aller votre imagination

Plusieurs loups rôdent dans les massifs de l'est pyrénéen

Selon le décompte des spécialistes il n'y a plus aucun doute pour la présence des loups dans les Pyrénées Orientales. Des traces de sa présence ont été également relevées en Ariège et dans l'Aude. Mais les chiffres varient d'une dizaine d'individus à plusieurs dizaines. Une présence qui serait avérée depuis une quinzaine d'années. Mais le loup s'aventure désormais en plaine et mardi matin un couple d'éleveur de Ribouisse, un petit village de l'Aude, a eu la désagréable surprise de découvrir sept de leur brebis égorgées par un loup.

De l'autre côté de la frontière, le «cheptel» semble plus important et rien n'empêche selon les spécialistes une éventuelle migration par les Albères. Pas de panique, le loup ne s'attaque jamais aux humains, et évite même de s'en approcher de trop près.

Le loup est une espèce qui voyage beaucoup. Il faut donc s'attendre à le voir un jour ailleurs dans les Pyrénées. Mais les indices relevés dans les Pyrénées Française orientent les recherches vers un loup d'origine italienne. «Cela nous fait douter sur l'aspect naturel de la réintroduction quand on connaît la population des loups espagnols de l'autre côté des Pyrénées», estime le chasseur Jean Guichou.

Randonnées et sports extrêmes

Bien sûr, il y a le GR 10, trace devenue mythique qui relie l'océan atlantique à la mer Méditerranée par les sommets pyrénéens. Une distance de plus de 800 kilomètres que l'ultra trailer catalan Kilian Journet a bouclé en huit jours de course à pied, mais qui se fait en une quarantaine de jours de marche quand on est normalement entraîné. Un GR qui peut se déguster par bribes avec le même plaisir.

Qu'on soit marcheur, vététiste cavalier ou cycliste, les Pyrénées offrent un superbe terrain de randonnée. Et une mine de sensation quasi inépuisable. Été hiver, printemps ou automne, la palette est complète des deux côtés des Pyrénées. Pour les sportifs aguerris ou les débutants, la sensation de plonger dans un monde à part est quasiment identique.

Hydrospeed, canoë, rafting, alpinisme, via ferrata, ski avec toutes ses variantes, en toute saison donc on peut tenter la grande aventure. Adrénaline garantie mais les pratiques plus douces sont également possibles tout le long du Massif. Une petite randonnée à La Rhune, une nuit au Pic du Midi, une marche dans les Albères ou au lac de Cap de Long ne nécessitent pas forcément un entraînement intensif et apportent leur lot de sensations dépaysantes.

Et c'est une des caractéristiques majeures des Pyrénées, d'est en ouest, elles offrent un panel d'activités qui restent accessibles à tous, en toute saison et pas forcément en payant. Un luxe rare de nos jours.

www.gr10.fr, www.pyrénées-passion.info, www.ariège.com

L'aigle et les autres rapaces

Signe qui ne trompe pas sur la bonne santé du massif, toutes les espèces de rapaces ont été conservées sans avoir besoin d'un programme de réintroduction comme ce fut le cas dans les Alpes ou le Massif central. A tout seigneur tout honneur, on peut observer l'aigle royal mais aussi le gypaète barbu (qui avait pratiquement disparu en France, sauf dans les Pyrénées), les vautours, les milans, le faucon, la buse…ou le très discret Grand tétras. Toutes ces espèces ont profité de certaines mesures d'aide au nourrissage pendant l'hiver, prises dans des secteurs précis pour aider au maintien de l'espèce.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 13:33

Nostalgie

L'Algérie à une autre époque 

Entre Saint Eugène et Alger, 
Est le quartier ou je suis né. 
Entre Casbah et Carrières Jaubert, 
C’est là aussi qu’est né mon père. 
Sur la rive gauche d’un ancien oued, 
Oui,…. Je suis né à Bab El Oued.

 

C’était ma foi un beau quartier 
Un quartier plein de vie, un quartier animé. 
Espagnol, italien, arabe, maltais, 
Tous ensemble apprenions le français 

C'était la tour de bab-el-oued 
Quand on parlait dans notre bled. 
Notre français était très pimenté 
Il était même très pigmenté 
Par les couleurs qu’on lui donnait. 
Des couleurs aujourd’hui un peu oubliées. 

Etchaffé par une voiture, la honte à la figure 
Putain d’sa mère il avait la vie dure. 
En bas la mer un jeu tu tapais 
Quand tu faisais tchouffa les autres y rigolaient. » 

Dans mon quartier on n’utilisait pas de « reloje » 
Ce n’était pas la peine il y avait les Trois Horloges 
Contre les hauts et les bas 
Il y avait la Bassetta 
Il y avait « Blanchette » à l’entrée du marché, 
Il était très connu il vendait des beignets, 
Derrière l’arrêt des trams sur la petite place 
Il y avait « l’italien » qui nous vendait ses glaces, 
Il y avait Slimane et son épicerie 
Il y avait Lassale et sa charcuterie. 
Prés du passage souterrain 
Il y avait Moati et son commerce cossu 
Cela était normal il vendait du tissus. 
Il y avait Torrés magasin de chaussures, 
Rue Suffren, Devesa, ses boudins à l’oignon, 
Le cinéma Bijou qui manquait d’attraction.

 

La « maison Jaubert » la « cité des moulins » 
Avenue de la Bouzareah, rue Sufren, rue Franklin. 
Prés de l’usine Bastos, à coté du Plazza, 
La boulangerie Amar, la boucherie Khaliffa, 
Montiel le charbonnier, Lounés le marchand de légumes 
Le bistro des Flechero juste là au coin 
L’Armée du salut, et le moutchou du coin 
C’est là que j’ai vu le jour, 
Alors que mon père péchait au cassour. 

Avenue de la Bouzareah, la boulangerie Seralta 
La pharmacie Sastre, et puis celle de Kamoun, 
Il y avait Henny, le boucher chevalin, Perez le coiffeur, 
Otto le confiseur,Spadaro « le voleur » 
Borras et Sampaul vous faisaient miroiter 
Les glaces que Grosoli fabriquait

 

Vous parlerais-je des cafés, ou bien de leurs « kemia » 
Tout ce qu’ils vous offraient remplaçait un repas. 
Carottes au cumin, pommes de terre au persil, 
Variantes et tramousses cacahuètes salées, , 
Escargolines, olives….tant qu’on en voulait. 
C’était un vrai délire, j’en ai le souvenir. 
Quand boire une anisette était un vrai plaisir. 

Vous parlerais-je de Raisville, Padovani, 
Les Voutes, la Pointe Pescade et les Bains des Familles ? 
Le stade Marcel Cerdan ou jouait le S.C.A (la spardenia) 
Ou bien des grandes rencontres A.S.SE / Galia 
Cela n’est pas la peine vous vous en souvenez aussi 
Et pourtant comme moi vous étiez un « petit » 
Je me souviens aussi de ce qui c’est passé 
Lorsque les Trois Horloges, notre centre d’intérêt 
Le 23 mars 62 devint un centre de gravité 
Et c’était vraiment grave, ce fut le début de la fin, 
Cela je m’en souviens 
Je m’en souviens très bien.

Auteur inconnu

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 10:06

20 choses que l'on ne sait pas sur la petite culotte

On en apprend tous les jours

Toutes les filles en portent et pourtant que sait-on vraiment sur la petite culotte ?

Voici 20 choses (forcément indispensables) que vous ne saviez peut être pas sur la petite culotte.

1 : Pendant des siècles, la culotte n’a tout simplement pas existé. Les hommes et les femmes ne portaient rien sous leurs vêtements. Ce qu’on appelait alors culotte étaient en fait les pantalons des hommes. Ce n’est qu’au milieu du XIX ème siècle que le concept de culotte tel qu’on l’entend aujourd’hui fait son apparition.

2 : Catherine de Médicis tente d’intégrer la petite culotte aux habitudes mode de l’époque ce qui déroute un peu les dames de la cour, les culottes étant alors réservées aux femmes de petite vertu. Elle aurait d’ailleurs piqué l’idée aux courtisanes vénitiennes.

3 : C’est l’arrivée de la crinoline qui popularise le port de la culotte. En effet cette structure placée sous les robes des dames se relève lorsqu’elles s’assoient ce qui dévoilent leur jambes et bien plus encore… Cacher son intimité devient nécessaire. Les chutes de cheval sont aussi une des causes de port de culotte obligatoire.

4 : L’ancêtre de la culotte remonte aux Égyptiens qui eux portaient des pagnes à double pans appelés « Schenti ».

5 : Étymologiquement, le mot culotte vient du terme « cul » qui signifie donc fesse en langage familier. Il peut aussi être rattaché au terme « culot » qui désigne la partie basse d’un objet.

6 : Il faut 2520 mètres de fil pur coton pour réaliser une culotte Petit Bateau.

7 : Les révolutionnaires appelés les « sans culottes » portaient le pantalon pour se différencier des aristocrates qui eux, portaient ce qu’on appelait alors la culotte, c’est-à-dire une sorte de short bouffant.

8 : En 2013, un voleur de petites culottes est interpellé en Poitou-Charentes. L’homme dérobait des petites culottes dans le jardin de ses victimes. Une famille, ayant décidé de se faire justice elle-même, a donc placé une caméra dans son jardin pour coincer le voleur ce qui a grandement aidé les policiers.

9 : Dans les sex-shops japonais, on peut trouver des distributeurs de petites culottes usagées. Une date de fraîcheur est indiquée sur l’emballage. (C’est fin, c’est très fin…)

10 : Une petite culotte anti-viol a été créée par la marque AR Wear. La culotte est muni d’un micro cadenas qui se contrôle grâce à un code à 4 chiffres. Sans le « déverrouillage », impossible d’enlever la culotte.

11 : Porter la culotte est une expression qui date de la fin du XVIII ème siècle et qui signifie assumer le rôle de l’homme dans un couple. Toujours en référence au fait que les hommes portaient des pantalons (qu’on appelait culottes) et les femmes exclusivement des jupes et des robes.

12 : Lorsque la culotte est passée dans les mœurs vers le milieu du XIX ème siècle, on l’appelait le « tuyau de modestie ». Poésie.

13 : Les Écossais ont une réponse toute faite lorsqu’on leur demande ce qu’ils portent sous leur kilt : « The futur of Scotland ».

14 : En 1992, Sharon Stone affole les cinéphiles dans Basic Instinct. Une scène restera dans les annales du cinéma. Celle de l’interrogatoire durant laquelle Catherine Tramell décroise et recroise ses jambes laissant deviner son non port de petite culotte. Sharon Stone a d’ailleurs déclaré que cela ne devait pas se voir au montage et s’est dite choquée non de la scène en elle-même mais d’avoir été trahie par son réalisateur.

15 : Il existerait une petite culotte anti douleurs menstruelles.  Réalisée en fibre synthétique nouvelle génération, elle stimulerait notre système naturel pour éviter certains petits inconvénients.

16 : En 2009 Sally P, une étudiante de 21 ans a déclaré gagner 300 € par mois en vendant ses culottes déjà portées sur internet.

17 : Une de premières provocations de Madonna (bien avant la simulation de masturbation sur scène) a été de jeter sa petite culotte dans la foule de ses spectateurs. C’était en 1987 devant 130 000 personnes au parc de Sceaux.

18 : Damian Lewis a déclaré avoir reçu pour l’un de ses anniversaires un paquet contenant 40 petites culottes de la part d’un groupe de fans, les «  Damian bunnies ». Sur chaque étiquette, étaient précisés,nom, âge et pays. Damian a fini par les mettre à la poubelle.

19 : En 2009, une culotte ayant appartenu à la Reine d’Angleterre a été mise aux enchères sur E-bay. Elle aurait oublié une valise dans un avion lors d’un voyage en 1968. L’estimation était de 5200 € en milieu d’enchère.

20 : Nombreux sont les hommes ne portant pas de caleçon (ex Thierry Ardisson)

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 18:42

L'amour est comme un arbre...

Drôle d'arbre

Drôle d'arbre

 L'amour est comme un arbre...

Il a besoin de racines fortes pour croître et prospérer.

Pas une simple passion qui s'essouffle très vite,

Mais un désir profond de vouloir partager

Et les joies, et les peines car l'Amour se mérite.

 

L'amour est comme un arbre...

Il faut un tronc solide pour traverser le temps,

Résister aux orages, aux tempêtes de la vie,

Sans devoir se briser aux moindres soucis présents

Où dès que viennent les rides quand jeunesse s'enfuit...

 

L'amour est comme un arbre...

Quand il est bien nourri, il donne de beaux fruits.

Ces doux fruits de l'amour que sont tous les enfants

Qui font battre le cœur des parents jour et nuit,

Et qui font d'un foyer un univers vivant.

 

L'amour est comme un arbre...

Alors ne laissez pas les bûcherons l'attaquer,

Qu'ils se nomment jalousie ou encore faux amis.

Eux qui feront tout pour vous faire chuter

Car l'Amour véritable déchaîne les envies...

Anonyme

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 18:29

Rebecca

Foret ariégeoise

Foret ariégeoise

Prosper coupe du bois dans les forêts d’Ariège

Où la jolie Rebecca cherche des champignons.

Brusquement le brouillard l’attrape dans son piège

Et la belle apeurée perd le Septentrion.

 

Elle tourne, affolée et quitte le sentier

Elle se heurte aux arbres, s’accroche dans les ronces,

S’étale lourdement, en oublie son panier,

Ses appels au secours demeurent sans réponse.

 

Soudain elle se sent accrochée par le bras,

Paralysée d’effroi, bien près de défaillir,

Elle voit, tout contre elle, Prosper, l’homme des bois.

 

Éclatant en sanglot elle va se blottir

Sur le poitrail velu de son rude sauveur

Puis, très reconnaissante, lui offre ses faveurs…

 

- Pour ton coupeur de bois embaumant la résine

Rebecca eût plus d’attraits que la fée Mélusine !

Pour le remercier de sa protection

Elle lui a donné bien des satisfactions !

 

Mais pour Rebecca aussi, perdue et paniquée

La force rassurante d’un homme baraqué

Était un beau cadeau, un don de la nature

Au parfum de sous bois et au goût d’aventure.

 

La belle a découvert au fond de la forêt

Que le brouillard sournois a parfois des attraits.

- Plus tard, dans la cabane de rondins équarris

Prosper et sa Rebecca se sont aimés, ont ri,

 

Puis ils ont eu besoin de quelques nourritures,

Alors le bûcheron prépara la Garbure.

Ce plat emblématique des rudes Pyrénées,

Des rochers ariégeois aux terroirs béarnais,

 

Fabrique des géants, bouscatiers, rugbymen,

Joyeux et forts en gueules, tous solides amants.

Pour faire la garbure, petit, d’abord tu dois

Avoir du vrai confit de canard ou bien d’oie.

 

Retires-en la graisse ou tu feras blondir

Deux oignons émincés sans les faire roussir.

Au fond d’une casserole met confit et oignons,

Puis deux litres d’eau froide, monte à ébullition,

 

Quand ça bout tu rajoutes un choux coupé en quatre

Dont tu retires les feuilles dures, jaunâtres.

Tu couvres et fais cuire pour une heure et demi.

Pendant ce temps tu coupes du pain complet rassis,

 

Tu râpes deux hectos de tome de Bethmale,

Sec, ancien, parfumé, aux saveurs animales.

Dans un tian à hauts bords, tu disposes le pain,

Puis les feuilles de choux hachées pas trop rupin,

 

Le confit désossé coupé en filets minces,

Le fromage râpé de nos belles provinces,

Et puis tu recommences jusques à demi pot,

Et enfin tu arroses avec le bouillon chaud,

 

Tu saupoudres au dessus le reste du fromage

Et tu fais gratiner, à four chaud, sans brûlage.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

 

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

Source Anonyme

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 14:20

Joyeux anniversaire ma fille chérie

Sandrine

Sandrine

Et oui ma fille tu est née il y a quelques années

Je l’aurais dit plus tôt mais courte fut cette matinée

Une fille comme toi …Je ne pouvais mieux en rêver

Reste comme tu es et fais tout pour te bien conserver

 

Tu sais qu’ici on te connaît fort courageuse

On te sait valeureuse en plus d’être vertueuse

Et oui tu seras toujours la fille du mur de chez Henri

Celle qui court avec un sourire permanent et fleuri

 

Merci d’avoir été présente lors d’un blues passager

Ton sourire me permet ainsi de m’encourager

Je te remercie d’être là, ma charmante fille

Au fait, Il faudra un jour parler du patrimoine famille

 

Sans léser personne, je tiens à prendre racine ici

J’ai perdu mes racines, mon âme s’est endurcie

Mais c’est encore à Vèbre que je me plais le plus

C’est idiot mais j’ai besoin d’enraciner mes élus

 

Les gens ne savent pas ce que cela représente

Que de s’expatrier vers un lieu qui ne te tente

J’avais pensé m’implanter ici chez des sages

Je me contenterai de mes si beaux paysages

 

Vèbre est en effet magnifique ….Quant aux gens

Ils me semblent être assez peu arrangeants

Ils me semblent ne pas être adeptes du partage

Ici je serai toujours qu’un étranger de passage

 

Je m’y suis certainement assez mal adapté

J’ai aimé et me suis donné sans compter

Mais un jour je me suis senti un étranger

Cela m’a suffit pour, chez moi me réfugier

 

Je ne doute pas que la seconde génération

Soit soumise à beaucoup moins de pression

Je n’ai peut être pas une volonté suffisante

D’intégrer une âme un peu trop inconstante

 

Perdre sa dignité dans le moule des autres

Non à jamais je n’en serai l’apôtre

C’est un mal de famille que de donner du sien

Veiller d’abord à autrui et à préserver leurs biens

Sandrine et la convivialité

Sandrine et la convivialité

Il est vrai que je suis un peu rancunier

Mais mon esprit reste fidèle et peu cancanier

Mon amour lorsque acquit reste toujours disponible

Quand bien même mon âme n’est pas toujours infaillible

Je t’aime ma fille Chérie, reste ce que tu es

Tu as me semble-t-il gagné en maturité

Pour le plus grand plaisir de tes proches

Qui certainement savent l’apprécier

Tant pis….J’ai de l’Amour à revendre …

Mais je ne suis qu’un mauvais commerçant de moi-même

Je ne sais pas étaler ma salade et exprimer mes sentiments

Toi, tu sais que je t’ai toujours aimée

Reste comme tu es et surtout ne change rien…

Papa dit:

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 06:40

L'arbre à problèmes

Un coup de Blues … !

Le charpentier que j'avais embauché pour m'aider à restaurer ma vieille maison venait de terminer une bien dure première journée. Une crevaison lui avait fait perdre une heure de travail, sa scie électrique avait sauté et voila que son vieux camion refusait de démarrer.

Pendant que je le reconduisais chez lui, il est demeuré silencieux comme une pierre. En arrivant, il m'a invité a rencontrer sa famille. En nous dirigeant vers la porte, il s'est arrêté brièvement près d'un petit arbre, touchant l'extrémité des branches de ses deux mains.

En ouvrant la porte, il s'est transformé de façon étonnante. Son visage buriné s'est enveloppé d'un grand sourire, il a serré bien fort ses deux petits enfants et a embrassé sa femme. Après, il m'a reconduit à ma voiture. En passant près de l'arbre, ma curiosité était trop grande, et je lui ai demandé ce qu'il avait fait plus tôt.

" Oh, c'est mon arbre à problèmes, répondit-il. Je sais que les ennuis sont inévitables au travail, mais il est aussi certain que les difficultés n'ont pas leur place à la maison avec ma femme et mes enfants. Alors, en revenant à la maison chaque soir, j'accroche mes problèmes aux branches de l'arbre.

Le matin suivant, je les reprends. Ce qui est étrange, dit-il en souriant, c'est que lorsque je sors pour les reprendre le matin, il n'y a jamais autant de problèmes que j'en ai accrochés la veille au soir."

Anonyme

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 13:52

Maman j’ai perdu la tête

A en perdre la tête

A en perdre la tête

Ma fille avait un copain
Qui s'appelait Romain
Un jour au petit matin
J'étais dans mon jardin

Cela me semblait bizarre
Qu'elle vienne me voir
Je la sentais plein de désespoir
Elle avait le regard noir

Son humeur était grise
Elle ne me fit même pas la bise
Elle tordait sa chemise
Elle me dit : Il faut que je te dise

Je crois que nous avons fait une bêtise
Romain un soir m'a prise
Et m'a enfilé sa queue de cerise
Je n'ai pas pu résister a sa friandise

Il était excité et il a vidé ses valises
Eh bien fillette c’est la mouise
Par ses temps de crise :
Pour moi, c'était ma hantise

Mais vous êtes inconscients
Mais ou avez tu la tête mon enfant :
Elle me répondit : Mais Maman
Mais dans la boîte a gants.. !

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 07:22

Les citations  

Sacrée beuverie

Sacrée beuverie

« Le vin met à jour les secrets cachés de l’âme. »

Horace (65-8 av. JC)

« Le vin vous fait un cœur d’homme. »

Homère (vers le 9e siècle av. J.-C.)

« Le vin nous invite à la danse et nous fait oublier nos maux. Sans vin, il n’y a pas d’amour. »

Euripide (480-406 av. J.-C.)

Platon aurait même affirmé que de nombreuses leçons de son maître Socrate furent données à l’occasion de repas bien arrosés. Le vin aurait-il aidé au développement de la philosophie en Occident???

« Le vin a le pouvoir d’emplir l’âme de toute vérité de tout savoir et philosophie. »

Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704)

« Il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres. »

Louis Pasteur (1822-1895)

Le vin est même cité dans la Bible. D’ailleurs, dans presque toutes les religions, la vigne et le vin sont associés au monde divin.

La symbolique de la vigne et du vin est omniprésente dans l’Ancien Testament. Bien qu’elle mette en garde contre les effets de l’alcool en narrant l’histoire de Noé qui s’enivre au vin de Mossoul, la Bible donne généralement une image positive au vin : elle relate les vertus de ce breuvage lorsque que consommé avec modération, le comparant au sang de la vie et l’associant à la symbolique de l’eucharistie.

Dans l’Évangile selon Saint Jean, Jésus déclare : « je suis le vrai cep et mon père est le vigneron. Tout sarment qui ne porte pas de fruits, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruits. »

« Le vin réjouit le cœur des humains. »

Complètement beurré

Complètement beurré

Psaume 104, 15

« Le vin nourrit, rafraîchit et réjouit… Que le vin manque, les médicaments deviennent nécessaires. »

Extrait du Talmud

« Une barrique de vin peut faire plus de miracles qu’une église remplie de saints. »

Proverbe italien

Depuis, la vigne et les vendanges n’ont cessé d’inspirer de nombreux auteurs : Alphonse Daudet (« Trois jours de vendanges »), Alphonse de Lamartine (« La vigne et la maison »), Gustave Flaubert (« VIN : Sujet de conversation entre hommes, Dictionnaire des idées reçues ») et Paul Verlaine (« Vendanges, Jadis et naguère »).  
Baudelaire rendait hommage au vin des amoureux. Colette retrouvait ses souvenirs d’enfance dans le muscat de Frontignan. Rabelais glorifiait les crus de Touraine et parlait avec amour de la « dive bouteille » : il écrivit d’ailleurs dans Gargantua « Buvez, vous ne mourrez jamais ».

Certains écrivains ont également été propriétaires de vignobles, tels que Montesquieu dans les Graves (Bordeaux) et Lamartine dans le Mâconnais (Bourgogne). 

« La vigne et le vin sont de grands mystères.

Seule, dans le règne végétal, la vigne nous rend intelligible ce qu’est la véritable saveur de la terre. Quelle fidélité dans la traduction! Elle ressent, exprime par la grappe les secrets du sol. Le silex, par elle, nous fait connaître qu’il est vivant, fusible, nourricier. La craie ingrate pleure, en vin, des larmes d’or. »

Colette (1873-1954)

Les Gouttes de Dieu : la naissance de la culture du vin au Japon

De nos jours, l’hymne à la boisson de Bacchus continue d’inspirer les créateurs littéraires, et cela jusque dans la bande dessinée. Le meilleur exemple est le célèbre manga japonais « Les Gouttes de Dieu », écrit par Tadashi Agi et dessiné par Shu Okimoto. Le manga relate les aventures de deux jeunes Japonais s’affrontant pour découvrir treize crus et remporter ainsi l’héritage fabuleux d’un célèbre œnologue. Derrière la quête oenophile des deux jeunes héros se cache en réalité une véritable initiation au vin.

Mémorable...!

Mémorable...!

Vendu à plus de six millions d’exemplaires, ce manga est devenu un véritable phénomène d’édition (le tome 25 a été récemment publié au Japon; une quinzaine de tomes ont été publiés à ce jour en français). Grâce à l’emploi judicieux des expressions et des valeurs des jeunes et grâce à une description très respectueuse et poétique des vins, Les Gouttes de Dieu influence la vision des jeunes, surtout les trentenaires, vis-à-vis la boisson de Bacchus. Certains parlent d’une révolution culturelle. 

Le succès de ce manga est tel que des vignerons français ont acquis une notoriété inespérée au Japon grâce à une seule citation dans Les Gouttes de Dieu, leurs fioles se vendant du jour au lendemain dix fois plus cher.

Voici d’autres citations et extraits d’oeuvres littéraires qui expriment particulièrement bien l’âme chantante du vin :

« Le vin, et je parle aussi bien de ce breuvage impersonnel et courant qui rafraîchit l’honnête soif du travailleur que de ces crus antiques dont le blason empanaché honore l’armorial de nos plus belles provinces, le vin a une triple mission, il est le véhicule d’une triple communion. La communion tout d’abord avec la terre maternelle… de qui il reçoit à la fois âme et corps. En second lieu la communion avec nous-mêmes. C’est le vin tout doucement qui échauffe, qui dilate, qui épanouit les éléments de notre personnalité… qui nous ouvre sur l’avenir les perspectives les plus encourageantes. Le vin est le professeur du goût, le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence. Enfin le vin est le symbole et le moyen de la communion sociale ; la table entre tous les convives établit le même niveau, et la coupe qui y circule nous pénètre, envers nos voisins, d’indulgence, de compréhension et de sympathie. »

Paul Claudel (1868-1955)

« Mettez un homme fatigué devant un repas copieux, il va manger avec effort et se sentira peut-être mieux. Donnez-lui un verre de vin ou d’alcool, il va immédiatement revenir à son meilleur état : vous le voyez revivre sous vos yeux. »

Brillat-Savarin (1755-1826)

« Bacchus : nom donné à une divinité bien complaisante qui fut inventée par les anciens pour avoir une bonne excuse de devenir saoul. »

A la votre

A la votre

Ambroise Bierce (1842-1914)

« Le vin est ce qu’il y a de plus civilisé au monde. »

Ernest Hemingway (1899-1961) 

« Le bon vin possède une double vertu. Il vous monte au cerveau,… vous sèche les sottes et mornes et âcres vapeurs,… vous fait l’entendement sagace, vif, inventif… Sa seconde vertu est de réchauffer le sang… C’est du vin que vient la vaillance. »

Shakespeare (1564-1616) 

 Profondes joies du vin, qui ne vous a connues ? Quiconque a un remords à apaiser, un souvenir à évoquer, une douleur à noyer, un château en Espagne à bâtir, tous, enfin, vous ont invoqué, dieu mystérieux caché dans les fibres de la vigne. Qu’ils sont grands les spectacles du vin illuminés par le soleil intérieur, qu’elle est vraie et brûlante, cette seconde jeunesse que l’homme puise en lui! Mais combien sont redoutables aussi ses voluptés foudroyantes et ses enchantements énervants. Et, cependant, en votre âme et conscience, juges, législateurs, hommes du monde, vous tous que le bonheur rend doux, à qui la fortune rend la vertu et la santé faciles, dites, qui de vous aura le courage impitoyable de condamner l’homme qui boit du génie. »

Charles Baudelaire (1821-1867) 

« Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets. »

Salvador Dali (1904-1989) 

« Le Vin est le professeur du goût, le libérateur de l’esprit, l’illuminateur de l’intelligence. »

 Paul Claudel (1868-1955) 

« Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur mordant, gagnent en chaleur suave. »

Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)

« Qu’ils sont doux bouteille jolie

Vos petits glouglous

Mon sort ferait bien des jaloux

Si vous étiez toujours remplie

Il en a également connu quelques unes

Il en a également connu quelques unes

Oh, bouteille, ma mie

Pourquoi vous videz-vous ? »

Molière (1622-id. 1673), dans Le médecin malgré lui 

« N’est-il pas raisonnable de penser que les gens qui ne boivent jamais le vin sont des imbéciles ou des hypocrites, des imbéciles, c’est-à-dire ne connaissant ni la nature, ni l’homme, etc., des hypocrites, c’est-à-dire des gourmands honteux, des fanfarons de sobriété, buvant en cachette ou ayant quelque vie occulte… Un homme qui ne boit que de l’eau a un secret à cacher à ses semblables. »

Charles Baudelaire (1821-1867)

« Qui n’aime point le vin, les femmes ni le chant,Restera un sot toute sa vie durant. »

Martin Luther (1483-1546)

« Dieu n’avait fait que l’eau, mais l’homme a fait le vin. »

Victor Hugo (1802-1885), dans La Fête chez Thérèse 

« Il s’agit du vin, c’est-à-dire de la partie intellectuelle d’un repas. Les viandes n’en sont que la partie matérielle. »

Alexandre Dumas (1762-1806)

« Le vin est le breuvage le plus sain et le plus hygiénique qui soit. »

Louis Pasteur (1822-1895) 

La pénicilline guérit les humains : le vin les rend heureux. »

Sir Alexander Fleming (1881-1955)

« Le vin console les tristes, rajeunit les vieux, inspire les jeunes, soulage les déprimés du poids de leurs soucis. »

Lord Byron (1788-1824) 

« Si le vin disparaissait de la production humaine, je crois qu’il se ferait, dans la santé et dans l’intellect, un vide, une absence, une défection, beaucoup plus affreux que tous les excès dont on rend le vin responsable. »

Charles Baudelaire (1821-1867) 

« In vino veritas (la vérité est dans le vin). »

Pline l’Ancien (23-79 apr. J.-C.)

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0