Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 13:42

Bonne grosse soupe d'Amour 

A la soupe

Préparer une grande casserole,
Couper les mots de colère,
Garder ceux qui sont adoucissants,
équilibrants et apaisants,
Brosser, peler et laver égoïsme,
Hacher les conflits et la froideur,
Enlever la peau de la contrariété et celle des ressentiments avant cuisson,
Rejeter le mauvais, annuler le négatif,
Combiner le respect et la courtoisie,
Ajouter une très grosse canne d'affections,
Une bouteille pleine de délicatesses,
Mesurer un gros contenant plein de bon sens,
Mettre le bouillon de la politesse bien dégraissé de l'inattention,
Un cube d'accessibilité,
Mêler la bonne attitude, la vitalité, l'enthousiasme,
Mettre un bouquet garni de paroles aimables,
Parsemer de poudre de disponibilité,
Saupoudrer de beaucoup, beaucoup d'amour,
accompagné d'une voix douce,
Ne pas mettre trop de reproches, attention, ça gâterait le tout,
L' ajout de la cordialité donne un très bon petit goût,
On peut varier avec la convivialité,
Certains préfèrent avec un soupçon d'étreintes,
Remuer délicatement,
Épaissir pour lui donner la texture veloutée de la tendresse,
Incorporer petit à petit l'humour,
Encore meilleure si on a préalablement prévu la bienveillance.
À feu doux, et porter à ébullition l'émerveillement,
Réduire le feu des arrière-pensées,
Laisser mijoter le don de soi et les p'tits bonheurs,
Poursuivre la cuisson dans une ambiance sereine et chaleureuse.
Un parfum agréable de compréhension se propagera
dans toute la maisonnée.
Varier les saveurs. Et sortez votre plus belle soupière !
Une soupe exquise, saine, équilibrée, bonne à se délecter,
chaude et très réconfortante.
Une recette appétissante, nourrissante et adaptable à toute la famille.
On peut l'accompagner de biscuits de gestes sympathiques
ou de croûtons de finesses, et d'un filet de bon accueil.
Déguster le plaisir de vous sentir rassasié.
Très bon choix lorsqu'on reçoit la visite à souper.
Un régal ! À la soupe !!! 

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 23:41
Samedi 3 mars 2007 - Un tour à Tipasa, la terre de mes ancêtres
 
Je me suis levé à 7h00 toujours plein de bonnes intentions mais je ne faisais plus que quinze minutes de gym puis je suis sorti.
Je n’aurai pas le temps d’aller au café…Les enfants s’apprêtaient à aller à l’école aussi après une bonne douche je me suis mis à préparer mon sac pour le Sud. Puis après son réveil, Philippe et moi sommes allés visiter le Port et Phare où je pris quelques photos.
En passant au Port je revis Watik en train de décharger les casiers de poisson. Je l’ai hélé ; il semblait heureux je me voir…Je revis également le grand Youcef…Je donnais rendez vous à Watik à 18h30….Il m’avait mis e coté du poisson…et je lui fit faux bond…Il faut dire que je rencontrais tant de monde à tous les coins de rue que je ne voyais pas le temps passer.
J’aimais bien l’ami Watik il était un Pêcheur confirmé et avait un savoir peu commun…J’adorais parler avec lui…Il avait bourlingué sur de nombreuses mers et avait un avis éclairé sur tous les sujets…
A Midi, nous étions invités chez Djamel et Houria dans leur somptueuse maison…Il faut dire que Djamel est entrepreneur en bâtiments et qu’il a pris tour particulièrement de sa maison…
Mais Houria râle sans cesse car il y a toujours un petit quelque chose qui n’est pas terminé…Djamel est tant occupé….
Au cours du repas, nous avons eu une longue discussion avec Djamel. Nous avons décampé à 16h15 pour Tipasa où nous sommes allés au cimetière où sont enterrés mon arrière grand père, mon arrière grand-mère et quatre de leurs enfants…je pris quelques photos…
Pour une fois Djilalli, le gardien du cimetière ne m’aura pas très fait courir…Il était chez lui.
Djamel connaît énormément de monde…Il s’arrête partout et prend énormément de monde en charge dans sa voiture…Heureusement que sa voiture est grande…. Et comme en plus, il a des tas de gens à voir et des tas de choses à régler cela nous prendra jusqu’à fort tard.
Philippe semblait ravi et participait énormément. De toutes façons il était déjà adopté par tous. En rentrant nous sommes passés par Hadjout (ex Marengo) et en rentrant sur Cherchell un peu avant Sidi Amar (ex Zurich), nous sommes passés devant la ferme de mon oncle Jean Panon, juste en face du camp militaire. Nous voici arrivés a l’entrée de Cherchell
Mais Djamel fait encore des tas de rencontres…Le voici interpellé pour un problème de tyrolienne.
Nous sommes finalement arrivés à Cherchell, juste pour mettre les pieds sous la table….En fait Isma a été fort occupée de son coté et nous irons dans un petit restaurant pour y prendre notre dîner…
C’était l’anniversaire à M’Hamed (72 ans – 3 mars 1935)…mais M’Hamed avait visiblement de la peine avec la perte récente de ses amis…Nous nul avions réservé une surprise et étions rentrés tôt à cet effet ….mais en rentrant M’Hamed dormait profondément…
Le soir nous avons retrouvé Watik au port….Il préparait un voyage en mer adriatique d’où il devait ramener un bateau acheté par un armateur Cherchellois….
Ah ! Ce jour il y avait une éclipse de lune….bien visible…Nous étions tellement fatigués que nous nous endormions sans assister à ce spectacle.
 
A suivre…
 
Demain derniers préparatifs et départ pour Tamanrasset
 
Le Pèlerin
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 14:05

Une histoire de Bonnes Sœurs

Humour et publicité mensongère

Un homme était en train de rouler sur une route déserte quand il aperçut un panneau,

Celui-ci qui disait :
Les sœurs de la pitié – maison de la prostitution – 10 kms.
Il pensait qu’il rêvait, que c’était son imagination, mais en continuant sa route il vit un autre panneau…
Les sœurs de la pitié – maison de la prostitution – 5 km
Il réalisa que ces panneaux étaient bien réels. Il continua de rouler jusqu’au 3ème panneau :
Les sœurs de la pitié – maison de la prostitution – prochaine à droite.
Curieux, il tourna à droite. Dans un coin du parking était un petit bâtiment de pierre.
Sur la porte était inscrit : Les sœurs de la pitié.
Il grimpa les marches et sonna. La porte s’ouvrit et une nonne habillée d’un long vêtement noir lui demanda : « Que puis-je faire pour vous mon fils ? »
Il répondit : « J’ai vu un panneau le long de l’autoroute, et je suis intéressé… »
« Très bien mon fils, suivez-moi s’il vous plaît… »
Il passa par de nombreux passages et fut bientôt désorienté. La nonne s’arrêta devant une porte fermée et dit à l’homme, « Frappez à cette porte ».
Ce qu’il fait, et une nonne, tenant une tasse ouvrit la porte.
Elle lui demanda : « Placez 50€ dans cette tasse, et prenez ensuite la large porte en bois se trouvant à la fin du couloir »
Il prit les 50€ de sa poche et les plaça dans la tasse de la seconde nonne.
Il traversa rapidement le couloir, ouvrit la porte, la referma derrière lui…
Quand la porte se ferma, quelle fut sa surprise de se retrouver sur le parking face à un panneau signalant : « Allez en paix, vous venez juste de vous faire baiser

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 23:31
Notre Séjour en Algérie en Mars - Avril 2007
 
Prologue
 
Pour les 40 ans de mon fils Philippe je ne savais pas quoi lui offrir….aussi par challenge et pour me débarrasser un peu du problème que j’avais ce jour là, 20 septembre 2006, je lui proposais de l’emmener dans le Sud Algérien. Il me répondit spontanément d’accord…C’était une première pour chacun d’entre nous car:
 
Lui c’était la première fois qu’il mettrait les pieds en Algérie
Moi ce serait la première fois que je foulerais le Sud algérien
 
Le pré départ fut un peu laborieux.
 
En effet Philippe était en plein travaux d’électricité….Son électricien lui avait fait faux bond et il en avait ras la casquette.
 
Moi c’était les problème de logistique qui me causaient souci…J’allais dans le sud, je ne savais pas ce qu’il fallait emporter. Mon ami Rachid, qui était sensé s’occuper de tout attendait que j’arrive pour régler le tout…
 
Je suis donc parti chargé comme une mule en pensant que nous ferions le tri à Cherchell
 
 
01 mars 2007 - Décollage de Toulouse et halte à Cherchell
 
1er-mars-2007-Vue-aerienne-de-Cherchell-2.jpg
 
Cherchell vue aérienne

01-mars-2007--4-.jpg

Cherchell Place des Martyrs

01-mars-2007--3-.jpg
 
La rue qui mène à l'académie militaire
 
 
01-mars-2007--2-.jpg
 
La Fontaine - Place des Martyrs
 
 
01-mars-2007--1-.jpg
 
Le Marché de Cherchell
 
 
01-mars-2007--2--copie.jpg
 
 
Le repas du soir chez M'Hamed
 
Nous sommes donc partis ce 1er mars de Toulouse Blagnac à 13h15 ….L’avion était à l’heure et sommes arrivés sans problème particulier à 14h30 à l’aéroport international d’Alger ( ex Maison Blanche). Le contrôle des papiers fut assez long en effet les autorités américaines avaient annoncé un autre onze septembre et les Policiers étaient sur les dents (à l’heure où je vous écris, ils ne s’étaient presque pas trompés…11 avril…).
Rachid nous attendait bien, mais mal informé il nous attendait à une autre porte….enfin une heure de rab en Algérie c’est vraiment peu….
A 16 h 30 nous embarquions dans son Scénic, direction Cherchell. Le temps était radieux. Nous eûmes droit à notre traditionnel embouteillage sur la rocade d’Alger…mais enfin après une heure de route nous étions à l’ouest d’Alger, direction Tipasa…Enfin je pouvais voir la cote bleue merveilleuse….radieuse et j’avais une envie folle de me baigner…Elle est encore un peu fraîche….Nous nous sommes arrêtés au Romana à Tipasa, histoire de nous rafraîchir le gosier et présenter à mon fils la maison de son arrière - arrière grand père….Alexandre. Nous faisions provision de boissons et arrivions à Cherchell ; là, tout le monde nous attendait
Isma la maîtresse de maison, mais sa sœur Fellah, son époux Mourad, un amoureux d’Aéronautique travaillant à la maintenance Air Algérie…avec qui j’adore parler d’Airbus…
Naturellement il avait le Patriarche «  Le Jeune vieux » comme il aime bien s’appeler…M’Hamed
Philippe semblait ravi de cet accueil et cela me faisait plaisir….
Nous avons passé la soirée chez Ben Aïssa le cycliste, un amoureux de la nature et de la contrée algérienne. Nous avons bu et rebu de la « gazous » naturellement….Nous nous sommes couchés à minuit, et nous avons bien dormi…L’air de Cherchell commençait à faire son effet
 
 
A suivre…
 
Demain un pic nic à Sidi Rachid où l’on prépare les Jeux Panafricains
 
Le Pèlerin 
 
 
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 13:46

Un vieux prêtre prend son bain

L'abbé au bain

L'abbé au bain

Un vieux prêtre prend son bain, il appelle Sœur Nathalie, la petite nouvelle, pour l'aider.

Après le bain, la Mère Supérieure va demander à la nonne est bien passé?

- Oh, ma Mère! J'ai été sauvée!...
- Sauvée? Par quel miracle?
- Et bien, lorsque le Père Joseph était dans le bain, il m'a demandé de le laver et il a guidé ma main

entre ses jambes en disant "C'est là que le Seigneur garde la clé du paradis".
Enervée, la Mère répond:
- Il a fait ça!
- Oui et il a dit que si sa clé fonctionnait avec ma serrure, les portes des cieux me seraient ouvertes

Et je serais sauvée.

Ensuite il a mis sa clé dans ma serrure.
- Ah oui, et?
- Au début, ça faisait mal, mais il m'a dit: "le chemin de la rédemption est rempli de douleur, mais

La gloire de Dieu emplirait bientôt mon cœur avec extase.

" Et c'est ce qui est arrivé, je suis sauvée!
- Le vieil escroc!

Il m'avait pourtant dit que c'était la trompette de l'ange Gabriel et ça fait 30 ans que je souffle dedans!

Le Pèlerin

La Bonne du Curé

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 18:39

Règles à ne pas oublier

Humour – La Société a ses règles

1- L'argent ne fait pas le bonheur mais il est plus confortable de pleurer en Mercedes qu'à vélo.

- - - - - - - - - -

2- Pardonne à ton ennemi mais n'oublie jamais le nom de ce con.

- - - - - - - - - -

3- Aide ton prochain quand il est dans la merde et il se souviendra de toi quand il y sera à nouveau.

- - - - - - - - - -

4- Beaucoup de gens sont en vie seulement parce qu'il est illégal de les tuer.

- - - - - - - - - -

5- L'alcool ne résout pas les problèmes...mais le lait et l'eau non plus.

- - - - - - - - - -

Et les autres règles, tout aussi importantes

- - - - - - - - - -

- Il ne faut pas avoir peur des chevaux sous le capot mais de l'âne derrière le volant.

- - - - - - - - - -

- Ce ne sont pas les enfants sur la banquette arrière qui font les accidents mais bien les accidents sur la banquette arrière qui font des enfants...

- - - - - - - - - -

- Il ne faut pas boire au volant, il faut boire à la bouteille.

- - - - - - - - - -

- L'argent n'a pas d'odeur mais quand on n'en a pas, ça sent la merde.

- - - - - - - - - -

- Quand tu t'adresses à une femme, il faut un sujet, un verbe et un compliment.

- - - - - - - - - -

- Les femmes qui se vantent d'être courtisées par beaucoup d'hommes ne devraient pas oublier que les

produits à bas prix attirent beaucoup de clients.

- - - - - - - - - -

- Pour les riches : des couilles en or....et pour les pauvres : des nouilles encore.

- - - - - - - - - -

- Dites à quelqu'un qu'il y a 300 milliards d'étoiles dans l'univers et il vous croira. Dites lui maintenant que la peinture n'est pas sèche et il aura besoin de toucher pour en être sûr.

- - - - - - - - - -

- Certains jouent aux échecs,...d'autres les collectionnent.

- - - - - - - - - -

- Mieux vaut se taire et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet.

- - - - - - - - - -

- C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que tant de gens paraissent brillants avant

d'avoir l'air con.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 14:40

Tunisie : Les Algériens à la rescousse d'un tourisme tunisien boudé par les Européens

Tunisie - Sécurisation des plages

Tunisie - Sécurisation des plages

Un mois après l'attentat de Sousse qui a fait 38 victimes, la Tunisie peine à faire venir les touristes cet été, mis à part ses voisins algériens, venus en masse en signe de solidarité.

En Tunisie, un mois après l'attentat sanglant perpétré dans la station balnéaire de Sousse, qui a fait 38 victimes étrangères, le secteur touristique est en crise. Mi-juillet, la Tunisie comptait déjà deux millions de nuitées annulées. Alors que de nombreux pays européens ont conseillé à leurs ressortissants d'éviter le pays, seuls les Algériens sont venus en masse après une importante mobilisation sur les réseaux sociaux, au nom de la solidarité avec le voisin tunisien.

Proximité, offres bon marché : la Tunisie reste une destination privilégiée des Algériens chaque année plus nombreux à passer la frontière. Des touristes non-européens, peut-être une piste pour les stratégies futures. C'est tout du moins ce qu'espèrent les agences de voyages tunisiennes, alors que le pays est à la recherche de solutions pour sauver la saison actuelle mais aussi pour assurer l’avenir.

Source France 24 Reportage de Sandro Lutens.

Le Pèlerin
 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 13:33

Humour – Bravo les Pompiers

Les pompiers de la ville de La Londe

Les pompiers de la ville de La Londe

Les pompiers de la ville de La Londe ont uni leurs efforts pour sauver une jeune fille, prénommée Manon, prise dans une clôture d'acier. Ils réussirent à la libérer après plusieurs heures de pénibles efforts.
Le Chef des Pompiers a déclaré: "Ce fût un sauvetage particulièrement difficile. Il nous a fallu un bon moment pour établir un plan afin de l'extraire sécuritairement de cette clôture". 
Bien que sa vie n'ait jamais été en danger au cours de la manœuvre, tous les pompiers ont avoué avoir eu chaud pendant le déroulement de l'opération surtout que tout ce travail n'a pu être fait à l'aide d'outils spécialisés, toute l'opération de secours s'est déroulée à main nue.
Elle a été conduite à l'hôpital d'Hyères par mesure de précaution mais a pu immédiatement regagner son domicile.
Cette photo de l'évènement ne laissera personne indifférent...
Voici la victime:

La Victime

La Victime

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 17:30

Les réserves du Fermier

Humour – L’agriculteur face au développement de la Technique

Un fermier commande une trayeuse automatique à vache très high-tech.

Comme sa femme est partie faire des courses il décide, après un mélange de fantasme et d'hésitation, de l'essayer sur... lui-même.

Il insère donc son sexe dans la trayeuse et la met en marche et ......

il ne met pas longtemps à réaliser que cet équipement lui procure un plaisir intense !

Une fois ''soulagé'', il essaye d'enlever le boyau de succion... malheureusement sans résultats !

Il lit donc hâtivement le manuel d'instruction, mais n'y trouve rien d'utile.

Il tripote tous les boutons de la machine... sans plus de succès.

Finalement, il se précipite sur son portable et appelle le service après-vente.

- Allo ! Je viens de me procurer votre nouvelle trayeuse. Elle fonctionne très bien, mais comment je fais pour l'enlever de la vache ?

- Ne vous tracassez pas, la machine se déconnecte automatiquement lorsqu'elle a collecté 10 litres...!!

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 20:27

La conscience

“La légende des siècles” (1859 - 1877) et “La conscience”

Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes,
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah,
Comme le soir tombait, l’homme sombre arriva
Au bas d’une montagne en une grande plaine ;
Sa femme fatiguée et ses fils hors d’haleine
Lui dirent : « Couchons-nous sur la terre, et dormons. »
Caïn, ne dormant pas, songeait au pied des monts.
Ayant levé la tête, au fond des cieux funèbres,
Il vit un oeil, tout grand ouvert dans les ténèbres,
Et qui le regardait dans l’ombre fixement.
« Je suis trop près », dit-il avec un tremblement.
Il réveilla ses fils dormant, sa femme lasse,
Et se remit à fuir sinistre dans l’espace.
Il marcha trente jours, il marcha trente nuits.
Il allait, muet, pâle et frémissant aux bruits,
Furtif, sans regarder derrière lui, sans trêve,
Sans repos, sans sommeil; il atteignit la grève
Des mers dans le pays qui fut depuis Assur.
« Arrêtons-nous, dit-il, car cet asile est sûr.
Restons-y. Nous avons du monde atteint les bornes. »
Et, comme il s’asseyait, il vit dans les cieux mornes
L’oeil à la même place au fond de l’horizon.
Alors il tressaillit en proie au noir frisson.
« Cachez-moi ! » cria-t-il; et, le doigt sur la bouche,
Tous ses fils regardaient trembler l’aïeul farouche.
Caïn dit à Jabel, père de ceux qui vont
Sous des tentes de poil dans le désert profond :
« Etends de ce côté la toile de la tente. »
Et l’on développa la muraille flottante ;
Et, quand on l’eut fixée avec des poids de plomb :
« Vous ne voyez plus rien ? » dit Tsilla, l’enfant blond,
La fille de ses Fils, douce comme l’aurore ;
Et Caïn répondit : « je vois cet œil encore ! »
Jubal, père de ceux qui passent dans les bourgs
Soufflant dans des clairons et frappant des tambours,
Cria : « je saurai bien construire une barrière. »
Il fit un mur de bronze et mit Caïn derrière.
Et Caïn dit « Cet oeil me regarde toujours! »
Hénoch dit : « Il faut faire une enceinte de tours
Si terrible, que rien ne puisse approcher d’elle.
Bâtissons une ville avec sa citadelle,
Bâtissons une ville, et nous la fermerons. »
Alors Tubalcaïn, père des forgerons,
Construisit une ville énorme et surhumaine.
Pendant qu’il travaillait, ses frères, dans la plaine,
Chassaient les fils d’Enos et les enfants de Seth ;
Et l’on crevait les yeux à quiconque passait ;
Et, le soir, on lançait des flèches aux étoiles.
Le granit remplaça la tente aux murs de toiles,
On lia chaque bloc avec des noeuds de fer,
Et la ville semblait une ville d’enfer ;
L’ombre des tours faisait la nuit dans les campagnes ;
Ils donnèrent aux murs l’épaisseur des montagnes ;
Sur la porte on grava : « Défense à Dieu d’entrer. »
Quand ils eurent fini de clore et de murer,
On mit l’aïeul au centre en une tour de pierre ;
Et lui restait lugubre et hagard. « Ô mon père !
L’œil a-t-il disparu ? » dit en tremblant Tsilla.
Et Caïn répondit : ” Non, il est toujours là. »
Alors il dit: « je veux habiter sous la terre
Comme dans son sépulcre un homme solitaire ;
Rien ne me verra plus, je ne verrai plus rien. »
On fit donc une fosse, et Caïn dit « C’est bien ! »
Puis il descendit seul sous cette voûte sombre.
Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre
Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain,
L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.

Victor Hugo

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article