Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 18:37

Azro Nethor, le mont algérien qui exauce les prières 

Algérie - Femmes en attente de descendance, jeunes en quête d'emploi, ...

Des pèlerins grimpent jusqu'au Rocher de la prière du zénith (Azro Nethor) qui culmine à 1.884 mètres d'altitude en Kabylie, le 31 juillet 2015

Femmes en attente de descendance, jeunes en quête d'emploi, malades espérant une guérison : en Kabylie, ils sont des milliers à défier chaque été la chaleur accablante et gravir un pic coiffé d'une petite mosquée pour que leurs prières s'élèvent plus facilement vers le ciel.

Au cœur de la géographie tourmentée du massif du Djurdjura, à l'est d'Alger, le Rocher de la prière du zénith (Azro Nethor) culmine à 1.884 mètres d'altitude.

A son sommet, au bout d'un éreintant chemin abrupt et rocheux, est posée El-Jammaa Oufella (La mosquée d'en haut), minuscule lieu de prière dépourvu de tout confort, aux murs blancs creusés de niches où brûlent des cierges, mais qui n'abrite pas de tombes.

Venues de toute la Kabylie, mais aussi d'Alger, des milliers de personnes s'y succèdent trois vendredis de suite, ahanant sous un soleil écrasant, pour l'accomplissement d'un pèlerinage annuel qui tient à la fois de croyances maraboutiques et d'un rituel païen.

- Baraka divine -

Azro Nethor tient son nom d'une légende colportée de bouche à oreille depuis des siècles.

Un vieux bienfaiteur qui avait atteint le pic au moment pile où le soleil se trouvait à son zénith, mourut sur le lieu en achevant sa prière. Supposé avoir reçu la baraka divine, ce personnage n'a jamais cessé de faire des apparitions dans les villages voisins. Sa bénédiction, selon la croyance, sauva de la peine de nombreux habitants et même un plat de couscous qui dévala du haut du mont sans se casser et sans qu'un seul grain ne se perdit...

Depuis, un couscous géant est offert à chaque pèlerinage et des dizaines de moutons sont sacrifiés. Les pèlerins se rafraîchissent à l'eau d'une source à laquelle on prête des vertus purificatrices.

Au pied du mont, à l'abri d'une tente, des marabouts offrent des notes d'espoir à qui vient les solliciter. Des couples, des jeunes filles, des enfants baissent la tête sous un morceau d'étoffe pour entendre une prière. «L'année prochaine, tu reviendras ici au bras d'un mari, et dans deux ans avec un enfant», promet le marabout à une jeune fille dont le visage ressort illuminé par un sourire.

«Je viens ici depuis que j'ai 20 ans», raconte une septuagénaire, arrivée de Larbaa N'ath Irahen, à une cinquantaine de kilomètres de là. «La première fois, j'ai prié pour avoir un mari, ensuite pour avoir des enfants. Et après pour la paix.»

«Les saints ont entendu mes prières qui ont toutes été exaucées, c'est pour cela que j'y viens toujours», dit-elle.

Mais ce culte des saints et l'idolâtrie, encore enracinés en Algérie, sont durement combattus par les religieux orthodoxes musulmans.

Avant les bouddhas géants de Bamiyan, en Afghanistan, ou les mausolées de Tombouctou, au Mali, des groupes armés islamistes ont détruit dans les années 90 de nombreux sanctuaires maraboutiques qui constellaient le paysage algérien.

En Algérie, il n'y a pas de villes ou de villages sans au moins un mausolée, comme celui de Sidi Abderahmane, le saint-patron d'Alger.

- 'Féministe avant l'heure'-

La nouvelle génération croit moins aux histoires «bigotes» qui entourent Azro Nethor que les aînés - mais y voit d'autres avantages.

«La légende a été inventée par un féministe avant l'heure, révolté par le sort réservé aux jeunes filles dans ces montagnes», explique un jeune homme.

«Prisonnières dans la demeure paternelle, elles avaient peu de chances de se marier en dehors du cercle de la tribu. Avec la légende, elles pouvaient venir à Azro Nethor, être vues par les hommes des autres villages et ainsi multiplier les chances de se marier», poursuit-il.

«Aujourd'hui, nous venons aussi en quête d'une jolie rencontre», conclut-il.

D'autant que les femmes sont les plus nombreuses à accomplir l'ascension de ce mont où les miracles ne sont pas toujours l'oeuvre du ciel.

Mohamed A., médecin de 62 ans explique ainsi qu'il s'était rendu il y a trois ans avec sa vieille mère malade, privée de nouvelles d'un enfant vivant en Italie. Le fils est arrivé quelques jours après la supplique de l'octogénaire. Mais c'est le médecin qui avait supplié son jeune frère d'accomplir le voyage.

«Ma mère est morte soulagée, persuadée que son cri était parvenu jusqu'en Italie», raconte-t-il, étranglé par l'émotion.

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 18:17

Un homme appelle sa femme et lui demande :

 

Plus rusée qu'un renard = la femme !

"Chérie, on m'a invité pour un voyage de pêche avec mon patron et quelques-uns de ses amis. 
Nous serons partis pour une semaine. 
Cela représente une bonne opportunité pour moi d'obtenir cette promotion que j'attends depuis si longtemps, alors peux-tu, Stp me faire une valise avec assez de vêtements pour une semaine entière et préparer ma ligne et ma boîte à pêche. 
Nous partirons directement du bureau et je passerai par la maison rapidement pour prendre mes affaires. Oh, Stp peux-tu mettre dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleue

L'épouse trouve bien étrange l'histoire de son mari mais, en bonne épouse qu'elle est, elle fait exactement ce que son mari lui a demandé. 

La semaine suivante, le mari revient à la maison un peu fatigué mais, somme toute, content de son voyage.

Sa femme l'accueille à la maison et lui demande s'il a pris du poisson et combien il en a pris ? 
Il lui répond:

«Oh oui, beaucoup de saumons, des carpes soleil et quelques espadons. Mais au fait, pourquoi n'as-tu pas mis dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleue comme je te l'avais demandé ?" 
Vous allez adorer la réponse MESDAMES
Et sa femme de lui répondre :

"Je l'ai mis... il est dans ta boîte à pêche...!" 

Bonne journée… !
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 15:17

Soyons prudents...

Humour – Une soirée un peu arrosée

Nous le savons, on risque de plus en plus gros si on se fait contrôler positivement en rentrant chez soi après une soirée un peu arrosée.

Samedi 4 juillet, j'ai passé une très agréable soirée à l'occasion d’un mariage : apéritifs, bons vins, bière, Champagne, et un petit pousse-café pour terminer en beauté.

Au moment de prendre congé, j'ai eu l'intelligence de penser que j'avais peut-être dépassé la limite permise.

Alors, pour la première fois dans de telles circonstances, j'ai pris un bus pour rentrer chez moi.

Bien m'en a pris, car sur la route pour rentrer à la maison, il y avait les policiers qui filtraient les véhicules et faisaient souffler tous les conducteurs dans le ballon.

Voyant le  bus ils lui ont fait signe de passer, et je suis arrivé chez moi sans incident. 

C'était vraiment une surprise, car je n'avais jamais conduit de bus auparavant.
D'ailleurs, je ne me souviens plus où je l'ai pris, ni même l'endroit exact où je l'ai garé !!! 

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 23:48
Samedi 10 mars 2007- Coucher du soleil à l’Assekrem
 Nous nous réveillions congelés…mais une bonne nouvelle au réveil car le ciel était dégagé malgré une petite brume légère.
Nous pouvions voir nettement le Mont Akarakra que l’on semblait pouvoir toucher avec la main tant il était près de nous.
 
10-mars-2007--1-.jpg
 
le Mont Akarakra
 
 
10-mars-2007.jpg
 
Départ, direction l'Assekrem
 
 
10-mars-2007--2-.jpg
 
 
Une montée dans un désert caillouteux à l'aspect totalement désolé
 
Après notre petit déjeuner et le train train habituel, nous redémarrions à 9h15. Nous reprenions le Hoggar …le reg sec caillouteux par excellence….On dirait que toute la misère du monde s’y est abattue…On peut se demander ce qu’est venu faire en ce lieu le Père Charles de Foucauld. Nous rencontrions deux campements de Nomades, avant de nous arrêter à Afilal. Là il y avait de l’eau en abondance…Une rivière coulait et nous pûmes même voir quelques barbots dans les eaux claires et froides de l’oued….Nous en avons profité pour visiter les lieux et faire une toilette dont j’avais personnellement grand besoin.
Nous avons rencontré des touristes italiens et autres ; parmi eux se trouvaient trois sœurs qui effectuaient un pèlerinage en ces lieux imprégnés de spiritualité.
 
10-mars-2007-2.jpg
 
Mustapha et Philippe à Afilal
 
Nous avons pu voir également un troupeau de plus de 150 chèvres…la gardienne tu troupeau, une dame âgée nous quémanda quelques bricoles à manger. Nous avons vidé nos sacs pour lui donner satisfaction…des barres de céréale….En effet nous n’étions désormais plus loin de la fin de notre périple et nous n’avions plus besoin de tels additifs …tant la cuisine touareg avait été amplement suffisante.
Nous nous sommes arrêtes quelques kilomètres plus loin, à 20 km de Tamanrasset. Nous y avons pris une petite collation.
Notre repas : une salade composée de verdure, salade, fenouil, tomates, fromage, clémentines et naturellement nos trois thés habituels.
Le Hoggar est très désertique et caillouteux ; le chemin qui nous mène à l’Assekrem est difficile d’accès; il longe un oued qui descend de l’Assekrem près de Tizouillac haut lieu de l’escalade.
Nous sommes près du plateau aiguille Taggaargist ??
 
10-mars-2007--3-.jpg
 
Rencontre avec d'autres Targuis
 
 
Philippe , Rachid et moi atteignions finalement le Refuge de l’ Ermitage de Charles de Foucauld
Après une courte halte nous grimpions jusqu’à l’Ermitage de l’Assekrem
- le site est si grandiose qu’un blog particulier lui sera dédié.
 
Nous y avons trouvé le Frère Edouard qui a décidé de vivre ici, si près du ciel et si loin de la civilisation (Oh certes il y a les Touristes…)
Frère Edouard est né en 1927 à Alger; il est arrivé à l’Assekrem en 1972…Il a vécu à Alger entre 1955 et 1972
52,5 ans en Algérie
Ordonné prêtre en 1951. il a vécu près de Saint Etienne France, entre 1952 et 1954.
 
Adresse :
 
Frère Edouard
BP 77
11000 Tamanrasset
Algérie
 
Frère Edouard a habité 4 à 5 ans cité Brossette à Hussein-Dey. Sa vie professionnelle. Il l’a passée en Algérie…Il a pris la nationalité Algérienne et reçoit donc une retraite du gouvernement Algérien.
 
Frère Edouard nous a présenté une copie de l’Encyclopédie des langues berbères et touareg (4 volumes) qu’avait confectionné le Père Charles de Foucauld….un travail immense …un hommage à
Civilisation Touareg (civilisation Amazir ?)
 
L’original se trouve à l’ INALCO (Institut National des langues orientales)
 
Frère Edouard évoquera les Poésies de Charles de Foucauld, les Poésie Touareg, les
Textes touareg en prose, Regards sur la culture Touareg, aux éditions
Salem Chaker (Edisud à Aix en Provence)
Frère Edouard nous évoquera les visites :
du Général de Gaulle et de l’une de ses phrases célèbres….. ??!!..
de l’Abbé Pierre
De sa formation Saint Cyrienne, il fût à l’origine de la localisation de la ville de Tamanrasset pour des raisons stratégiques….Les Français en effet étaient initialement installés à Tazrouk (à 160 km de Tamanrasset),  pour se fixer finalement sur les lieux actuels où a lieu une messe tous les matins.
Frère Edouard évoqua la fréquence des touristes :
D’octobre à mai :
50/ jour dont une majorité d’européens
De Juin – Septembre
2 à 3 par jour Surtout des Algériens
Ces chiffres n’atteignent pas ceux qui ont précédé l’époque de la décennie noire (bien que la région n’ai pas eu à souffrir du moindre trouble pendant cette période). 
Frère Edouard partage sa vie avec Frères Alain Edouard et Frère XXXX…..l’un parti à Tamanrasset
A pied et dos de dromadaire, l’autre parti apporter de l’aide à des amis situés à Tamanrasset.
Philippe prenait les photos des lieux…En effet, mon appareil de photo était en panne de batterie et heureusement, son appareil disposait encore d’un peu d’énergie…
Il prit donc les photos de ce fameux coucher de soleil dont Charles de Foucauld disait qu’avec les levers de Soleil, c’est à l’Assekrem que l’on trouvais les plus merveilleux au monde
 
 
10-mars-2007--5-.jpg
Le Coucher de soleil
Nous n’oublierons pas de ramasser deuxmorceaux de cailloux plats , des plus ordinaires, en guise de souvenir de ces lieux…
Comment vivent les Frères ? Comment sont ils ravitaillés ?
Une station météorologique (30 stations de ce type existent au monde) s’est installée tout près de l’Ermitage au sommet de l’Assekrem…De ce fait une navette apporte le matériel nécessaire au bon fonctionnement de la station et fournit également l’Ermitage deux fois par mois
La moindre goutte d’eau est récupéré. L’installation de 2 drains et la récupération des eaux des toits permettent d’approvisionner une citerne de 15 000 litres (lors d’un violent orage la citerne peut se remplir en 30 minutes)
Un tuyau de jonction en PVC noir légèrement enterré permet d’alimenter les locaux près vde l’Ermitage…Ainsi au plus froid de l’hiver, il sera toujours possible de prendre une douche de 40 ° entre 11h00 et 13h00 (au plus froid)
A 20h00 nous prenions notre dîner au refuge de l’Assekrem…
Le soir nous dormirons donc au refuge…au pied de l’Assekrem….je connaîtrais quelques problèmes pour recharger mon appareil de photos numérique… les lieux ne sont guère alimentés que par l’énergie solaire…mais j’y réussissais tout de même….J’étais prêt à conserver d’autres souvenirs de ce paysage merveilleux.
Nous nous couchions finalement dans une chambre du refuge …mais une fois de plus Rachid ne dormira guère…Je ronflais, parait-il de plus en plus…
A suivre…
Demain – Lever du soleil à l’Assekrem et retour à Tamanrasset
 Le Pèlerin
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 15:29

Et oui ….Sans cela ils pourraient exploser

Humour - Pour libérer la prêtrise de ses contraintes ridicules

Après une visite fructueuse chez les prostituées, le curé est revenu avec une maladie vénérienne...

Il se rend chez son médecin et, tout gêné doit lui montrer son zizi.
« Écoutez docteur, ça m'est arrivé après avoir mangé de la viande avariée ! »
Le médecin, pas dupe, lui prescrit un antibiotique.
« Prenez ça monsieur le curé et n’oubliez pas de revenir me voir dans trois semaines. » 
Trois semaines plus tard, le curé se présente chez le médecin.
« Voilà docteur, j'ai pris les médicaments que vous m'avez prescrits et tout va bien maintenant. »  
Le médecin, très diplomate, lui tend alors un préservatif en lui disant:
Lorsque vous remangerez de la viande avariée, monsieur le curé, mettez donc ça au bout de votre fourchette !

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 23:09
Vendredi 9 mars 2007 – Le Hoggar - La nuit du 9 mars fût la plus froide de l’hiver
 Mustapha prépare le feu pour le petit déjeuner..nous nous sommes gelés cette nuit
Le matin le vent avait faibli, mais il était toujours présent
Le temps semblait frais mais en fait c’est le vent qui accentuait l’impression de froid
Après notre petit déjeuner comme d’habitude, nos préparatifs habituels et un peu de toilette …..avec les moyens du bord, nous sommes partis vers 9h45.
Il est vrai que nous avions une roue à plat….mais Salah avait une pompe à main qui lui permettra de regonfler notre pneu   Je trouvais le procédé si archaïque que j’en pris une photo.
Salah se promettais de changer la chambre à air à la prochaine étape. Pendant ce temps Mustapha était de corvée de bois en vue de notre prochain arrêt. Rachid paraissait un peu fatigué….Il anticipait déjà
«  S’il y a encore du vent ce soir, je dors <dans le 4X4 » s’écriait-il…
Nous voilà enfin partis…Nous contournerons la montagne par l’oued Fotes (toujours lui)
Puis après une demi heure de route nous avons pris un grand oued, l’ oued Indalag où nous trouverons de nombreux dromadaires puis l’oued Tafete
Nous trouvions là des camps de nomades et distribuions le thé, les gâteaux, les allumettes les bonbons que nous avions emporté à cet effet.
 
 
9-mars-2007.jpg
 
Baraquements de Nomades
 
9-mars-2007--2-.jpg
 
Les Nomades jardinent un peu , blé quelques légumes
 
9-mars-2007--4-.jpg
 
 
Nous avons pu y voir des jardins où les Nomades Touaregs plantaient un peu de blé, quelques tomates et élevaient des chèvres qui de toute évidence manquaient de nourriture.
Il y avait un puits et nous avons fait le plein d’eau (photo)
 
 
9-mars-2007-2--1-.jpg
 
 
Provision d'eau chez les Nomades
 
 
Nous prendrons ensuite la direction de Tazrouk, le village le plus frais du Sud Algérien où il y a une fête réputée première semaine d’août. Notre chemin serpentera au milieu d’un paysage caillouteux….Direction Ahaggar 
Nous rencontrions un camion en panne ….une butée d’embrayage cassée….Salah s’arrêta car il y a une grande solidarité entre Touaregs ….Mais Salah ne pouvaient les aider et d’autre part le problème semblait en voie de résolution.
Nous étions sur l’ oued Ilafsaouene très large à cet endroit
Nous y trouverons une végétation un peu moins aride et quelques campements de Nomades Touaregs…Il est vrai qu’il faisait un peu frais….La montée s’accentua, lente et accidentée jusqu’au plateau de Tin AKaraba un plateau brumeux ….voir Internet ….
A Tifererin au milieu d’un paysage rocailleux et doté de rochers aux formes les plus diverses, je confectionnais un cairn dont je pris d’ailleurs quelques photos avec toute l’équipe.
 
 
_________
Quelques vues un peu brumeuses
 
 
Ci-dessous Votre Serviteur
 
 
9-mars-2007--6-.jpg
Mustapha et Philippe
9-mars-2007--7-.jpg
Philippe
9-mars-2007--8-.jpg
 
 
9-mars-2007--5-.jpg
Arrêt pour le Pin nic de la mi journée 
 
 
9-mars-2007--1-.jpg
Nous arrivions enfin tout prés de la montagne Akaraka sur le plateau Akaraka qui mène à l’Assekrem…Nous nous arrêterons à Mazoulet
Il y faisait très froid
A 17h30 nous nous sommes installés….Dès le coucher du soleil, nous nous sommes gelés.
Il y avait beaucoup de brume et c’est à peine si l’on voyait le massif Akaraka pourtant tout prés.
J’étais frigorifié….et Rachid se demandait ce que le Père Foucauld était bien venu faire dans< un tel endroit….Nous apprendrons plus tard que le thermomètre était descendu à 0° C en ce lieu et moins cinq à l’Assekrem ce qui faisait la nuit la plus froide de l’hiver saharien… !!
Mustapha avait préparé un bon feu dont je décidais de m’approcher….Il nous prépara une soupe bien chaude qui nous fit le plus grand bien….Le repas soupe, lentilles, orange, dattes, me réconforta d’autant plus que le ciel se levait et qu’à nouveau nous avions notre ciel tout étoilé…
Rachid nous fit le coup des malades mentaux
Je doublais mes vêtements ajoutais un second pull et un second pantalon enfilais mon bonnet le cheich autour du cou et m’engonçais dans mon duvet adossé au 4X4
Cette nuit là, même Mustapha, habitué à dormir qu’avec une seule couverture en prit une seconde, car il ne faisait vraiment pas chaud…
Je m’endormis vers 21h45 ….Rachid qui avait trop froid pris possession du 4X4 dans lequel il y dormit…plutôt mal d’ailleurs tant le froid était présent même à l’intérieur du 4X4
A suivre…
Le Pèlerin
 Demain – Coucher du soleil à l’Assekrem
 
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 15:14

Plus rusée qu'un renard = la femme ! 

 

Les hommes passent pour trompeurs, et les femmes pour rusées.

Un homme appelle sa femme et lui demande :
"Chérie, on m'a invité pour un voyage de pêche avec mon patron et quelques-uns de ses amis. 
Nous serons partis pour une semaine. 
Cela représente une bonne opportunité pour moi d'obtenir cette promotion que j'attends depuis si longtemps, alors peux-tu, Stp me faire une valise avec assez de vêtements pour une semaine entière et préparer ma ligne et ma boîte à pêche. 
Nous partirons directement du bureau et je passerai par la maison rapidement pour prendre mes affaires. Oh, Stp peux-tu mettre dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleue

L'épouse trouve bien étrange l'histoire de son mari mais, en bonne épouse qu'elle est, elle fait exactement ce que son mari lui a demandé. 

La semaine suivante, le mari revient à la maison un peu fatigué mais, somme toute, content de son voyage.

Sa femme l'accueille à la maison et lui demande s'il a pris du poisson et combien il en a pris ? 
Il lui répond:

«Oh oui, beaucoup de saumons, des carpes soleil et quelques espadons. Mais au fait, pourquoi n'as-tu pas mis dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleue comme je te l'avais demandé ?" 
Vous allez adorer la réponse MESDAMES
Et sa femme de lui répondre :

"Je l'ai mis... il est dans ta boîte à pêche...!" 

Bonne journée… !
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 23:58
Jeudi 8 mars 2007 - Du Tassili au Hoggar
 
8-mars-2007.jpg
l ’oued Tin Tarabine
8-mars-2007-Oued-Tine-Tarabine.jpg
 
Toujours sur l ’oued Tin Tarabine
 
Je me suis levé à 6h35.
Nos deux Targuis étaient à peine éveillés…Ils se hâtèrent de préparer le petit déjeuner.
Mes deux autres compères dormaient encore.
J’en profitais pour faire une petite ballade
Après avoir escaladé quelques rochers, j’avais une vue magnifique sur l’oued tout proche
J’en pris d’ailleurs quelques photos
Je retournais au campement car le petit déjeuner devait être prêt.
Philippe et Rachid se lèveront vers 7h10 et nous avons pris notre petit déjeuner vers 7h30
Toute la colonie fit un tour sur l’oued à nouveau…Nous primes encore quelques photos souvenir et primes la route à nouveau vers 8h50.
Nous sommes repartis par l’oued de verdure…Nous y trouverons des troupeaux de dromadaires et un troupeau de chèvres dont je pris quelques photos.
Nous avons continué par l ’oued Tin Tarabine qui s’élargissait au fur et à mesure que nous avancions ;
L’oued par ailleurs était de plus en plus sec. Il était encadré de massifs rocheux (style canyon en plus large)
Dernière gravure du Tassili…un Tapinoir ; j’en pris quelques photos. 
8-mars-2007--1-.jpg

8-mars-2007--2-.jpg

Nous roulions le long de Dune Tegoulgourine à gauche Thiberlarlarine . En face Il y avait des dunes magnifiques et plus loin des montagnes encaissées formant ainsi un paysage extraordinaire.
Soudain devant nous, nous pûmes apercevoir un lac….mais ce n’était qu’un mirage…l’illusion était collective.
Nous pouvions admirer le Mont Mihat à droite du plateau…Notre 4X4 s’engagea sur la gauche du plateau où il y avait quelques arbres et où nous nous arrêterons pour déjeuner.
Nous étions dans l’ oued In Tahibinte
Après notre repas nous fîmes une petite sieste.
Il y eut un petit vent de sable et nous sommes repartis.
 Il nous fallait faire demi tour car nous nous étions avancés pour trouver un bon coin à l’abri du vent
Nous prenions à nouveau un plateau. Nous étions face à la montagne des Fotes….le vent était de plus en plus violent…Nous avons pris l’ oued Fotes …l’altitude était de 1100 m environ.
8-mars-2007-2--1-.jpg
 
8-mars-2007--3-.jpg
 
8-mars-2007--4--copie-1.jpg
La vallée était légèrement verdoyante et très agréable et nous avons à nouveau cherché un coin pour y passer la nuit…Il nous faudra une demie heure pour trouver quelque chose de convenable, car le vent se faisait de plus en plus violent (nous apprendrons au retour que les touristes qui se trouvaient alors dans le Tassili se lèveront avec 40 cm de sable sur leurs duvets et couvertures)
Nous avons laissé notre 4X4 pour marcher un peu et explorer les environs
Nous marcherons longuement à pied au milieu de la végétation.
Rachid et Salah d’un coté, Philippe Mustafa et moi de l’autre.
Nous avons trouvé des traces de gazelles….visiblement elles étaient nombreuses mais étaient bien cachées…les hommes la chassent malgré l’interdiction alors….
Nous avons vu des ânes qui se sont enfuis à notre approche..
Nous avons grimpé sur la colline voisine….la vallée en contre bas était magnifique et j’en pris de nombreuses photos
 
Ci dessous , une vallée asez verdoyante
8-mars-2007--6-.jpg
 
8-mars-2007--7-.jpg
Tayouste Mustafa récupérait le Tayouste ce chewing gum sur les acacias.
Les épines d’acacia sont très solides….l’un d’elles me transperça la semelle et se planta dans le pied ….J’étais pourtant convenablement équipé. …
Impossible de les en sortir….Mustafa me les arrachera avec ses dents…. !!
De retour au campement, le vent ne nous avais pas quittés….Salah nous préparera une protection contre le 4X4, avec les couvertures, protection qui nous permettra de dîner sans encombres…..Quant à eux ils firent comme d’habitude ; ils semblaient aguerris contre le vent.
Ce Soir nous mangerons des spaghettis et notre soupe habituelle et toujours nos dattes de Ghardaïa.
Le soir nous étions dans nos duvets de bonne heure
Rachid nous fit encore le coup de la misère
La nuit, est ce le fait de mes ronflements est ce l’effet des deux ou encore le tout, Rachid ne s’endormira que vers 3h30 du matin….Il passa le temps à regarder le spectacle merveilleux des étoiles fixes ou filantes , nous conta -t-il dit il le lendemain.
De mon coté je dormirai assez bien pour ne me réveiller que vers 5h00 du matin
A suivre…
Demain – Le Hoggar - La nuit du 9 mars fût la plus froide de l’hiver
Le Pèlerin
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 15:04

Quand passent les cigognes

La vie des Nonnes au couvent

Trois cigognes se rencontrent dans le ciel et se demandent les unes aux autres

-Tu vas où ?

-Hooo, je vais chez un couple qui essaye d'avoir un enfant depuis 10 ans....Je leur apporte une petite fille.

- C'est cool !

- Et toi ?

-Je vais chez une dame qui n'a jamais eu d'enfants. Je lui apporte un petit garçon !

- C'est bien, je suis sûre qu'elle va être vraiment heureuse.

- Et toi ? demandent les deux cigognes à la troisième.

- Moi ? Je vais juste là, à côté, au couvent. Je ne leur apporte jamais rien mais j'adore leur foutre la trouille....

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 23:54
Mercredi 7 mars 2007 - Le Tassili du Hoggar (2) le site archéologique de Youf A Haket et l’oued magnifique Tin Tarabine
Photo du matin avant de partir
7-mars-2007.jpg
J’étais réveillé à 4h00 ; j’en ai profité pour faire ¾ d’heure de gym….J’ai en effet besoin de me remuer et je fais un peu de gras….je me suis rendormi jusqu’à 6h15….mes amis Touaregs venaient de se lever…..Philippe et Rachid se lèveront vers 7h00.
Après notre petit déjeuner habituel et le rangement des affaires sur le 4X4 nous sommes partis à 8h30….la routine….
Nous visiterons le site de Tagara ; nous traverserons le plateau de Hagbeti un plateau de 70 km de long….Nous nous arrêterons sur une dune, car le Toyota s’était quelque peu ensablé et il nous faudra pousser. Puis nous prendrons la direction de l’oued Tine Tarabine / Isilinterkfin où nous rencontrerons des touristes français mais aussi allemands et hollandais….assez peu loquaces…Nous échangeâmes quelques mots avec deux femmes touristes….mais nous n’étions pas là pour faire la causette
Il y avait un peu de végétation ( des coucourges), des dromadaires que nous n’approchions qu’avec méfiance…les femelles sont parait il agressives….. !! Nous y verrons des gravures rupestres ( Kulkaken)
 
Voir les photos ci-dessous
 
7-mars-2007--3-.jpg
Puis nous nous dirigerons vers le plateau de Tercé où nous trouverons des rochers de toutes formes (champignons, phallus, tortues …)
7-mars-2007--5-.jpg
 
7-mars-2007--7-.jpg
 
Votre serviteur quelque part en ces lieux
 
7-mars-2007--6-.jpg
Nous nous arrêterons pour un pic nic à Youf aghlan ;
Ci-dessous le pic-nic de mi-journée par Maitre Mustapha
Après notre repas nous sombrions dans les bras de Morphée pour une bonne sieste….
Je pris quelques photos
Nous n’avons repris notre chemin qu’à 16h00
Nous sommes arrivés sur le site archéologique de Youf A Haket dont on voit ci-dessous le panneau indicateur
 
(
7-mars-2007--15-.jpg
7-mars-2007--14-.jpg
Le site était magnifique. Il y avait de nombreuses gravures dont beaucoup représentaient des éléphants
Il y a dû avoir un végétation intense à l’époque…et il y en avait encore quelques restes tant le site sous la forme d’un grand oued asséché était vert, avec de grands arbres témoignant d’une végétation passée luxuriante
Cela ressemblait au Kenya du moins aux flashes documentaires que l’on peut voir à la télé ou au cinéma.
Nous continuions sur le Tercé avec ses monuments étonnants dont je pris de nombreuses photos.
 
7-mars-2007--10-.jpg
Un monument du Tercé (mais comment tient-il ?
7-mars-2007--16-.jpg
Un éléphant
7-mars-2007--18-.jpg
Lever de lune naissant derrière les monuments
L’oued était vraiment magnifique…Il y avait de nombreux arbres…Nous nous y sommes arrêtés pour y passer la nuit.
Nous avons rencontre 5 4X4 de touristes conduits par un seul guide…Nous avons failli nous ensabler …du sable jusqu’à l’axe. Il nous faudra pousser à nouveau ….nous nous en sommes sortis
Nous nos sommes arrêtes un peu plus loin tout prés de roches représentants deux éléphants, tout près de l’oued magnifique Tin Tarabine 
Mustapha nous a confectionné une Taguéla (voir bison futé)….Il m’en donnera la recette (voir ci-dessous)
 
Recette de la Taguéla
 
Mettre 1kg de semoule dans une bassine
Ajouter de l’eau froide
Laisser gonfler un peu
Ajouter du sel
Pétrir pendant 8 à 10 mn de manière à ne pas former de grumeaux de l’extérieur vers le centre de la bassine
Ajouter toujours de l’eau au fur et à mesure de manière à former une pâte consistante prête à cuire
Mettre la boule au feu ; pour cela, débarrasser les cendres et laisser place à un lit de sable chaud
Y déposer la boule de pain et l’aplatir de manière à former une boule de 25 à 30 cm de diamètre environ et 5/6 cm d’épaisseur
Recouvrir de sable chaud que l’on avait mis préalablement de coté
Recouvrir le tout de braises incandescentes
Laisser cuire 30 mn environ
Une fois cuit l’on émiettera notre pain et le présentera dans nos assiettes
On y ajoutera notre sauce (objet d’une autre recette)
Je me suis régalé
Mais j’en ai abusé un peu trop et il me faudra user d’un peu de bicarbonate de soude pour me faciliter la digestion et passer une nuit malgré tout un peu agitée de ce coté là.
Le Targui qui menait 5 véhicules est venu dire bonjour à nos deux Targuis
Ils prendront le thé ensemble et échangeront de longs propos…visiblement, ils étaient heureux de se retrouver
Nous nous coucherons vers 22h00
Je voulais assister à mon lever de lune habituel….mais il y avait mes éléphants juste devant et lorsque je me suis endormi, la lune venait à peine d’apparaître vers 22h15 au dessus de nos deux pachydermes
Les autres dormaient déjà….il est vrai que je n’avais pas encore digéré mon excès de Taguéla…
 
A suivre…
 Demain – Du Tassili au Hoggar
 Le Pèlerin
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article