Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 07:02

C'est beau la culture… ! 

La Culture et l’école

Si les profs n'ont pas le sens de la dérision,

Ils sont bons pour une forte déprime !
---------------------------------------------------------------------------------------

- Quel est le plus grand navigateur au monde ?
- Internet Explorer !
- Quelle est la capitale de Taïwan ?
- Made-In
---------------------------------------------------------------------------------------

- De quelle œuvre est issue la phrase "To be or not to be" ?
- De "Questions pour un champion".
---------------------------------------------------------------------------------------
- Pourquoi dit-on de Jules César qu'il était un dictateur ?
 - Car il savait dicter plusieurs lettres à la fois ; il était très rapide.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Quelle est la taille de Hong-Kong ?
- 10 m, peut-être plus ; il est très grand !
---------------------------------------------------------------------------------------
- Qui était Léonard De Vinci ?
- Un très grand écrivain ; son œuvre principale est Da Vinci Code.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Qui était Galilée ?
- Un grand savant. Avant lui, la terre ne tournait pas. 
---------------------------------------------------------------------------------------
- Qui était le Général de Gaulle ?
- Un homme dans le dictionnaire. Il fut un protestant très pratiquant, catholique même. 
C'est pourquoi il a été enterré dans un village avec deux églises, à Colombay.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Expliquez-moi la règle des probabilités.
- C'est une règle mathématique mais on ne sait si elle existe ou pas.
- Vous êtes certain ?
- Eh non, puisqu'elle n'est que probable !
---------------------------------------------------------------------------------------
- Quelles sont les trois grandes périodes de l'humanité ?
- L'âge de la pierre, l'âge du bronze et l'âge de la retraite. Ce dernier est le plus court.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Comment est mort Napoléon ?
- Il a été décapité, comme Bonaparte et tous les rois, d'ailleurs.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Parlez-moi des croisades.
- C'est un voyage organisé. Il a été organisé par le Pape pour que les chrétiens se rencontrent et discutent entre eux.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Pouvez-vous me parler de l'âge de pierre ?
- Oui, Pierre avait entre 30 et 35 ans ; c'était un apôtre du Christ.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Parlez-moi de la Révolution française.
- Les Français s'insurgent ; ils prennent la Bastille. Cela se termine le 14 juillet avec des feux d'artifice.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Parlez-moi des capacités du cerveau
- Le cerveau a des capacités tellement étonnantes que, aujourd'hui, presque tout le monde en a un.
“Je n'en suis pas persuadé !” a répondu le professeur.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Qui a inventé le zéro ?
- Personne ne le sait. On peut dire que devant, il ne sert pas à grand-chose mais il est très utile car c'est le seul chiffre 
qui permet de compter jusqu'à 1. Sans lui, on aurait commencé à 2.
---------------------------------------------------------------------------------------
- La solidarité sociale a poussé l'Etat français à construire des H&M.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Un ovale est presque rond mais quand même pas.
---------------------------------------------------------------------------------------
- La décolonisation est quelque chose de nécessaire car on ne peut laisser les enfants en colonies de vacances toute l'année.
---------------------------------------------------------------------------------------
- Si De Gaulle n'apparait pas sur les photos de la conférence de Yalta c'est parce que c'est lui qui les a faites... évidemment !
---------------------------------------------------------------------------------------
- Pendant la guerre, les gens étaient très occupés par l'occupation.
Bonne Journée

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 06:29

La société actuelle est-elle dominée par la culture de la bonne bouffe ?.

Demain, tous végétariens ?

Éliminer de son alimentation toute nourriture provenant d’animaux morts. Longtemps perçu comme excentrique et marginal, le végétarisme suscite un intérêt croissant.

Les rayons cuisine, bien-être ou société des librairies abondent désormais en ouvrages consacrés à ce régime qui exclut viandes et poissons, tout en conservant œufs et produits laitiers, contrairement au végétalisme.

Le végétarisme est même considéré par certains comme une réponse possible à la question de la laïcité dans les assiettes, comme en témoignait une tribune dans le quotidien Le Monde en mars 2015 où sept personnalités réclamaient une alternative végétarienne dans les cantines scolaires.

Que de chemin parcouru pour ce régime dont les adeptes ont longtemps été considérés comme des "babas cools" affaiblis et pâlots ! « Jusqu’à récemment, les recommandations des nutritionnistes ont bien ancré dans la croyance populaire que la viande serait irremplaçable car elle donnerait “des forces”", estime Anne Jankéliowitch, ingénieure de l’alimentation dans son livre "Végétariens : le vrai du faux".

Aujourd’hui, le végétarisme est davantage pris en considération. "Tout se passe un peu comme si le temps avait donné raison aux végétariens", analyse Laurence Ossipow, sociologue et auteure de nombreux travaux sur le végétarisme (2). Nombre de ses pratiques et motivations philosophiques — respect de la vie animale, répartition plus équitable des ressources, gestion plus économe de la nature — sont désormais valorisées. Mais ce régime convient-il vraiment aux omnivores que nous sommes ?

L’alimentation végétarienne est globalement équilibrée

La pratique la plus répandue relève des habitudes dites ovolactovégétariennes qui éliminent de l’alimentation tout élément carné ou provenant d’animaux morts (viandes et poissons), y compris les graisses, les bouillons, les sauces. Les produits tirés de l’activité des bêtes vivantes (miel, œufs, produits laitiers) sont en revanche admis. De l’avis des nutritionnistes, il s’agit d’une alimentation équilibrée si des légumineuses (lentilles, haricots secs...), sources de protéines, et des oléagineux (noix, graines, huiles...), sources d’acides gras essentiels, sont associés aux céréales et aux légumes consommés quotidiennement. Il se distingue donc du végétalisme ou "véganisme" qui bannit tous les sous-produits animaux, pratique radicale critiquée par les experts en nutrition.

Elle subvient à nos besoins en protéines, tant en quantité qu’en qualité
Les protéines fournissent neuf acides aminés indispensables à l’organisme (formation des os, de la masse musculaire, défense de l’organisme) mais que le corps n’est pas capable de synthétiser. L’idée que les protéines végétales seraient "incomplètes" a fait long feu. Des données fiables ont montré que les protéines végétales fournissent l’ensemble des acides aminés essentiels à condition de pratiquer la complémentation protéique. Autrement dit d’associer les légumineuses (en moyenne 18 g de protéines aux 100 g) à des céréales (12 g aux 100 g) ou des fruits oléagineux et des graines (15 à 20 g aux 100 g). Ces sources complémentaires doivent idéalement être fournies au cours du même repas, en associant par exemple les lentilles au riz ou les pois chiches à la semoule. Par ailleurs, les protéines de l’œuf possèdent tous ces acides aminés essentiels dans des proportions équilibrées. Deux œufs de 60 g fournissent 15 à 16 g de protéines, soit l’équivalent d’un steak ou d’un filet de poisson de 100 g.

Réduire sa consommation de viande rouge est bénéfique pour la santé
Le végétarisme va dans le sens des campagnes nutritionnelles qui tentent d’imposer une plus grande consommation de fruits, de légumes et de céréales et une baisse de la consommation de viande rouge qui, en France, a triplé en 70 ans. La vaste étude Epic menée sur 521 000 individus depuis quinze ans a montré que les sujets qui mangent le plus de viande rouge (plus de 160 g/j) ont un risque significativement plus élevé de contracter un cancer du côlon que ceux qui en consomment moins. Des résultats publiés en 2013 estimaient ainsi que 3,3 % des décès survenus dans la population étudiée auraient pu être évités par une consommation de viande inférieure à 20 g/j (4). En revanche, les études ne montrent pas de différences significatives entre les végétariens et les petits consommateurs de viande, proche du régime crétois ou du "flexivégétarisme".

Œufs et produits laitiers sont de bonnes sources de nutriments
La vitamine B12, indispensable à la formation de l’hémoglobine du sang, est quasi absente des plantes mais présente dans le lait et les œufs. Quant au fer et au calcium, s’ils sont bien présents dans les végétaux (les légumineuses sont de bonnes sources de fer et le thym et la cannelle contiennent 10 fois plus de calcium aux 100 g que le lait), leur biodisponibilité demeure mal connue. Pour l’heure, les recommandations françaises sont donc de consommer des produits laitiers et des œufs pour couvrir ces besoins, en particulier chez l’enfant et l’adolescent à qui le régime végétalien reste vivement déconseillé. Enfin plusieurs études récentes ont montré que les végétariens souffrent d’un déficit en EPA et en DHA, les deux formes actives des oméga 3 fournies par les animaux marins. Or ces acides gras essentiels peuvent être apportés de façon indirecte par certains végétaux (noix, huile de colza, graines de lin) riches en ALA, le précurseur végétal de l’EPA et du DHA. En revanche, la prise de compléments alimentaires à base d’oméga 3 n’a pas fait la preuve de son efficacité.

Source Sciences et Avenir

Le Pèlerin  

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 13:08

L'écrivain algérien Boualem Sansal imagine l’islamisme au pouvoir en 2084

Boualem Sansal, chez lui à Boumerdès, en Algérie

Boualem Sansal, chez lui à Boumerdès, en Algérie

Le nouveau roman de Boualem Sansal, "2084" sort jeudi dans les librairies françaises. L’écrivain algérien y dépeint un monde dans lequel une mondialisation excessive a conduit l'islamisme au pouvoir.

Inspiré de "1984", le chef d'œuvre de George Orwell, le nouveau roman de Boualem Sansal, "2084", sort le jeudi 20 août en librairie. Il y décrit un pays, l'Abistan, soumis à la cruelle loi d'un Dieu qu'on prie neuf fois par jour et où les principales activités sont d'interminables pèlerinages et le spectacle de châtiments publics.

Selon l'écrivain de 66 ans qui réside dans la petite ville côtière de Boumerdès, à une cinquantaine de kilomètres à l'est d'Alger, "les trois totalitarismes imaginés par Orwell [l'Océania, l'Eurasia et l'Estasia] se confondent aujourd'hui dans un seul système totalitaire qu'on peut appeler la mondialisation". "Nous sommes gouvernés par Wall Street", résume Boualem Sansal.

Mais "ce système totalitaire qui a écrasé toutes les cultures sur son chemin a rencontré quelque chose de totalement inattendu : la résurrection de l'islam", analyse l'écrivain qui se dit "non croyant".

Source France 24

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 15:05

AAA utilise des Airbus A 320 pour desservir les villes algériennes.

Au départ de Carcassonne

Au départ de Carcassonne

Dimanche, la compagnie française Atlas Atlantique Airlines assurera une liaison hebdomadaire avec la ville algérienne d'Oran. Cette ligne restera ouverte jusqu'à la fin mars

Dès dimanche, un nouveau pavillon flottera sur l'aéroport de Carcassonne. En effet la compagnie française Atlas Atlantique Airlines desservira la ville d'Oran (Algérie).

AAA assurera cette liaison hebdomadaire (1), tous les dimanches, et ce jusqu'au 20 mars.

Atlas Atlantique Airlines est spécialisée dans les destinations du Maghreb.

Depuis Paris-Vatry, la compagnie dessert Alger, chaque lundi et chaque samedi. Mais également la ville de Tlemcen.

AAA s'est aussi implanté sur deux autres aéroports régionaux, ceux de Saint-Etienne et de Toulon. De là, ces avions, des Airbus A 320 d'une capacité de 180 places s'envolent vers Oran ou Setif (Algérie). Depuis, la préfecture du Var, AAA ne dessert en revanche que la ville d'Oran.

Selon les informations communiquées par l'exploitant de la plateforme aéroportuaire de Carcassonne, la société Transdev (2), AAA pourrait proposer deux vols par semaine sur cette même destination, à compter de l'été 2016.

Le 20 juin dernier, une autre compagnie aérienne avait lancé une liaison vers l'Espagne et la ville d'Alicante. Opérée par la compagnie Air Nostrum, filiale d'Iberia, cette destination avait connu un beau succès d'estime. Elle pourrait être renouvelée l'état prochain.

En attendant, la compagnie irlandaise Ryanair se taille encore la part du lion sur l'aéroport de Salvaza et assure l'essentiel du trafic passager. Ryanair dessert en effet neuf villes. A noter que la liaison avec Porto ne sera de nouveau active qu'à compter du mois d'avril.

Les vols en direction d'Oran sont au prix d'appel de 160 € aller et retour.

(1)Les vols vers Oran auront lieu chaque dimanche jusqu'au 20 mars 2016. Départ de Carcassonne à 15 h 10 (arrivée à Oran à 16 h 40).

(2)La gestion de l'aéroport a été confiée à la société Transdev depuis le 1er mai 2011 pour une durée de 7 ans.

10 destinations depuis Salvaza.

En 2016, l'aéroport Sud de France Carcassonne proposera 10 destinations : Alicante, Porto, Glasgow-Prestwick, Cork, Manchester, Londres Stansted, Bruxelles Charleroi, Dublin, East Midlands et Oran

Ryanair depuis 1998

La fréquentation de l'aéroport Sud de France Carcassonne était de 413 724 passagers en 2014.

En 2013, En 2013, la plateforme de Carcassonne était classée au 22e rang des aéroports français en terme de fréquentation. C'est le deuxième du Languedoc-Roussillon derrière Montpellier.

La compagnie Ryanair a assuré son premier vol depuis Carcassonne en 1998 en direction de Londres. Depuis, elle a étoffé son offre vers l'Irlande et la Belgique

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 15:00

L’Etrangère

 

   L-etrangere.jpg

Il existe près des écluses
Un bas quartier de bohémiens
Dont la belle jeunesse s’use
À démêler le tien du mien
En bande on s’y rend en voiture,
Ordinairement au mois d’août,
Ils disent la bonne aventure
Pour des piments et du vin doux

 

On passe la nuit claire à boire
On danse en frappant dans ses mains,
On n’a pas le temps de le croire
Il fait grand jour et c’est demain.
On revient d’une seule traite
Gais, sans un sou, vaguement gris,
Avec des fleurs plein les charrettes
Son destin dans la paume écrit.

 

J’ai pris la main d’une éphémère
Qui m’a suivi dans ma maison
Elle avait des yeux d’outremer
Elle en montrait la déraison.
Elle avait la marche légère
Et de longues jambes de faon,
J’aimais déjà les étrangères
Quand j’étais un petit enfant !

 

Celle-ci parla vite vite
De l’odeur des magnolias,
Sa robe tomba tout de suite
Quand ma hâte la délia.
En ce temps-là, j’étais crédule
Un mot m’était promission,
Et je prenais les campanules
Pour des fleurs de la passion

 

À chaque fois tout recommence
Toute musique me saisit,
Et la plus banale romance
M’est éternelle poésie
Nous avions joué de notre âme
Un long jour, une courte nuit,
Puis au matin : “Bonsoir madame”
L’amour s’achève avec la pluie.

 

Louis Aragon, Le Roman inachevé

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 19:35

L'étonnant regret des plus de 50 ans

Société - Ah si j’avais su…. !

A l'approche de la retraite, un sondage révèle les plus grands regrets des plus de 50 ans. Pour une grand partie d'entre eux, cela concerne le choix de leur conjoint.

"Etre marié à la mauvaise personne." Voilà, avec étonnement, l'un des grands regrets des plus de 50 ans interrogés par le site Silversurfers. Le sondage ne dit pas pourquoi une telle réponse a été apportée, ni si ces personnes sont toujours mariées au conjoint qu'elles ne souhaitaient pas. Mais quand même !

"Ne pas avoir assez voyagé et économisé"

Le premier regret rapporté étant "ne pas avoir assez voyagé" (23% des sondés contre 18% pour le mauvais choix du conjoint) et le deuxième "ne pas avoir économisé plus d'argent pour la retraite" (19%). Des réponses plus ordinaires qui sont pessimistes au niveau matériel mais positives en ce qui concerne le bien-être. Selon le sondage, un quart des sondés se sent bien dans sa peau et plus en forme que leurs parents lorsqu'ils avaient le même âge.

Source : From marrying the wrong person to not saving any money for retirement : dilmeas of the overs 50's revaled in landmark, Surfersufers.com, 23 novembre 2014

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 19:29

Montagnes Pyrénées, mes Amours   lac-bleu-pyrenees-1980m.jpg

 

Montagnes Pyrénées

Vous êtes mes amours
Cabanes fortunées
Vous me plairez toujours
Rien n'est si beau que ma patrie
Rien ne plaît tant à mon amie
Ô montagnards, ô montagnards
Chantez en choeur, chantez en choeur
De mon pays, de mon pays
La paix et le bonheur
Ah !

(Refrain)
Halte là ! Halte là ! Halte là !
Les montagnards, les montagnards
Halte là ! Halte là ! Halte là !
Les montagnards, les montagnards
Les montagnards sont là !

Laisse là tes montagnes
Disait un étranger
Suis-moi dans mes campagnes
Viens, ne sois plus berger
Jamais, jamais, quelle folie !
Je suis heureux dans cette vie
J'ai ma ceinture, j'ai ma ceinture
Et mon béret, et mon béret
Mes chants joyeux, mes chants joyeux
Ma mie et mon chalet

(au Refrain)

Sur la cime argentée
De ces pics orageux
La nature domptée
Favorise nos jeux
Vers les glaciers d'un plomb rapide
J'atteins souvent l'ours intrépide
Et sur les monts, et sur les monts
Plus d'une fois, plus d'une fois
J'ai devancé, j'ai devancé
La course du chamois

(au Refrain)

Déjà dans la vallée
Tout est silencieux
La montagne voilée
Se dérobe à nos yeux.
On n'entend plus dans la nuit sombre
Que le torrent mugir dans l'ombre
Ô montagnards, ô montagnards
Chantez plus bas, chantez plus bas
Thérèse dort, Thérèse dort
Ne la réveillons pas !

(Au Refrain)

Paroles et Musique: Alfred Roland   1896 autres interprètes: Les Troubadours toulousains (1899), Weber (1905), André Dassary (1963)

Le Pèlerin

Montagne Pyrénées Les Gais Rimontais Bandas

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 22:39

La Vie 

L’hymne à la Vie… de Charles Chaplin…!

J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables, 
j'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables 
et oublié des personnes inoubliables.

J'ai agi par impulsion, j'ai été déçu par des gens 
que j'en croyais incapables, 
mais j'ai déçu des gens aussi. 

Je me suis fait des amis éternels. 
J'ai ri quand il ne le fallait pas
J'ai aimé et je l'ai été en retour,
mais j'ai aussi été repoussé. 
J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer
J'ai crié et sauté de tant de joies, 
j'ai vécu d'amour et fait des

promesses éternelles, 
mais je me suis brisé le cœur,

tant de fois.

J'ai pleuré en écoutant de la 
musique ou en regardant des photos.
J'ai téléphoné juste pour entendre 
une voix, je suis déjà tombé 
amoureux d'un sourire.

J'ai déjà cru mourir par tant de 
nostalgie et j'ai eu peur de perdre
quelqu'un de très spécial 
(que j'ai fini par perdre)... 
Mais j'ai survécu !

Et je vis encore !
Et la vie, je ne m’en lasse pas ...
Et toi non plus tu ne devrais 
pas t’en lasser. Vis !!!

Ce qui est vraiment bon, 
c'est de se battre avec persuasion, 
embrasser la vie et vivre avec passion,
perdre avec classe et vaincre en osant,
parce que le monde appartient à celui qui ose !

LA VIE EST BEAUCOUP TROP BELLE, 
pour être insignifiante ! »

Charles Chaplin

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 07:46

Où le mettre.... Appétissant ....Non...?

Ou l'étude du verbe "mettre" dans le vocabulaire Pied-noir

Le verbe "mettre" a connu dans la lexicologie pied-noire, une évolution sémantique particulière et son emploi a rapidement pris dans la langue de là-bas, une importance considérable.
Abondamment utilisé dans le truculent langage de chaque jour, ce verbe avait une signification suffisamment explicite pour que l'on ne soit pas tenté d'avoir le mauvais goût de vouloir éclairer le lecteur innocent sur une certaine valeur érotico-péjorative.

Chacun, en Piednoirie, connaissait cette valeur. Et c'est tellement vrai qu'il n'arrivait que très rarement - et encore fallait-il être vraiment distrait - que l'on demandât, au milieu d'un groupe, lorsqu'un objet quelconque devenait embarrassant : "Où je le mets ? ..." Il ne manquait jamais quelque malin pour vous répondre- le plus gentiment du monde, d'ailleurs - avec la sollicitude de celui qui apporte une solution à votre problème : "Tu te le mets là où je pense..!". Il n'y avait dans cette réponse, ni méchanceté, ni agressivité vis-à-vis de l'autre. C'était tout simplement un réflexe conditionné, à l'état pur, provoqué par l'audition du fameux verbe "mettre".
Lorsque celui qui avait posé la question était un personnage à manipuler avec précaution, un supérieur hiérarchique, par exemple - d'ailleurs, il ne disait pas : "Où je le mets ?...", mais : "Où dois-je donc le mettre ?..." - personne ne répondait ; il s'instaurait un silence épais, métaphysique, où chacun, prenant un air dégagé dans l'attente qu'un audacieux se décide, évitait de croiser le regard du voisin, car il aurait pu y lire très clairement la réponse à la question posée.

Jeune officier instructeur au 2ème Zouaves, au Quartier Magenta d'Eckmühl-Oran, alors que je venais de démonter un fusil mitrailleur, modèle 24-29, et que je procédais à son remontage au milieu d'un cercle attentif de jeunes recrues, tenant à la main un long boudin métallique, je déclarais sans faire attention : "Ceci est un ressort récupérateur ; où dois-je le mettre ?..."
Un silence embarrassé suivit la question. Les jeunes Bretons, Lorrains et gars du Nord qui m'entouraient, supputaient les différentes possibilités d'emplacement de la pièce en question. Mais comme la réponse tardait à venir, je levai les yeux et... je vis alors, sur le visage épanoui d'Armand V..., le boulanger de Bab-el-Oued, le seul Pied-Noir de ma section, un sourire béat qui en disait long...

Je compris aussitôt qu'il "savait" ou je devais "me" mettre le ressort récupérateur.
Autour de nous, dans leur candeur infinie, les "petits Français" n'avaient rien vu, rien entendu, rien compris...

Parti donc du registre érotique le plus trivial, le verbe "mettre" a conquis en quelque sorte des lettres de noblesse en prouvant son utilité en des domaines aussi relevés que peuvent l'être la Sociologie, la Politique, la Morale ou l'Histoire, domaines nécessitant la détermination d'une hiérarchie de valeurs.

En Sociologie, par exemple... les spécialistes de toutes écoles, examinant les structures d'une société, procèdent à des classements variés de peuples, de races, d'ethnies, de religions, de communautés, de conditions sociales, de groupes, de sous-groupes, et j'en passe...

Le Pied-Noir ne s'est jamais éparpillé en de telles considérations. Il a toujours classé les gens, en deux grandes catégories : "Ceux à qui on la met" et "Ceux à qui on la met pas".

Les sociologues ne trouveront sans doute pas dans ces raccourcis, l'explication rationnelle de la lutte des classes, des conflits de génération, des différences entre partis de droite et partis de gauche, ou de l'évolution des mouvements d'opinion, à l'intérieur d'un pays. Mais le colossal effort de simplification, apportée par la pensée pied-noire de la première moitié du XXème siècle, dans une discipline aussi complexe, ne saurait échapper à personne. En politique, le verbe "mettre" a toujours présidé aux multiples débats, empoignades et face à face, quand ce n'était pas corps à corps, qu'engendrait la moindre campagne électorale. Le programme d'un parti, la personnalité des hommes qui pouvaient l'animer, la plate-forme des revendications qu'il fallait soutenir, ont toujours été là-bas des éléments de second plan. Fallait-il, en effet, pour se déterminer dans un choix politique, savoir si l'on allait changer dans la stabilité ou se stabiliser dans le changement, s'aventurer dans la stagnation ou stagner dans l'aventure, continuer dans le progrès ou progresser dans la continuité ?... Les critères du Pied-Noir étaient plus simples et se ramenaient à ces constatations de bon sens
1 ° "Tous ceux qui sont dans la politique, ils te la mettent." 
2° "Il faut choisir çuila qui te la met le moins."
3° "Encore content, s'il laisse pas que les autres, ils te la mettent aussi."
A partir de là s'est manifestée, au sein de la société pied-noire, l'élaboration de toute une hiérarchie de valeurs professionnelles, religieuses, sociales, énoncées en quelques principes clairs, ne souffrant la moindre contestation et que seuls, "les événements d'Algérie" sont venus bouleverser, après plus d'un siècle de tranquillité qui, sans atteindre la "pax romana", n'en était pas moins l'expression sereine de la bonne conscience d'un peuple "L'ouvrier qui travaille pas, pas besoin de syndicat pour ça, il la met au patron, tous les jours ; mais le patron c'est toujours le plus fort parce qu'il lui met à l'ouvrier à la fin du mois." "
"De toutes les façons - concluait-on avec une philosophie à l'opposé de toutes ces manifestations qui fleurissent de nos jours, aussi bruyantes que stériles - d'accord ou pas d'accord, le gouvernement, il la met à tout le monde." 
Selon certains chercheurs, cette philosophie prendrait ses sources dans l'Antiquité greco-latine. Ainsi, Roland Bacri, dont le sérieux des travaux n'est pas à mettre en doute, attribue à l'historien Suétone, dans son dictionnaire pataouète de langue pied-noir, le Roro, la phrase suivante : "A César, personne y lui met !".

Enfin, ce verbe "mettre" appartient à l'Histoire. Il fut "mis" (sans redondance inutile) à l'honneur dans l'un des faits d'armes du corps franc des Français libres juifs de la division Leclerc. Ces soldats, qui avaient quitté clandestinement l'Algérie et avaient débarqué parmi les premiers en Normandie, toujours volontaires pour les coups durs, servaient d'éclaireurs à la fameuse division blindée. Le fait m'a été rapporté par mon ami Roger Gabbay - que l'Eternel lui donne une place de choix au paradis.
Un soir, leur commando de cinq hommes, sous les ordres d'un sergent bônois, arriva aux abords d'un petit village d'Alsace. Leur mission : savoir si l'ennemi l'avait évacué ou si, au contraire, il en avait fait un point d'appui. Tandis qu'ils progressaient, un volet s'entrouvrit avec précaution presque au-dessus d'eux et, alors qu'ils s'apprêtaient déjà à tirer, une vieille femme apparut qui leur fit signe de se glisser dans sa maison. Là, elle leur dit que les Allemands s'étaient retranchés dans la partie haute du bourg. Comme ils avaient reçu l'ordre de rester sur place en observation, ils acceptèrent l'offre de la vieille Alsacienne de s'installer dans le grenier de sa maison d'où l'on découvrait tout mouvement dans le village.

" Ah ! mes enfants ! Que je suis heureuse de voir des petits Français ! Tenez ! ... Tenez ! ..." disait leur hôtesse, et ouvrant un placard, elle en sortit toutes les provisions qu'elle avait jalousement cachée aux Allemands...

Après un plantureux repas qui changeait bien nos héros de leurs rations militaires, la vieille dame voulut encore les installer pour la nuit. Elle leur distribua toutes les couvertures disponibles et, pour qu'ils puissent s'éclairer, elle ouvrit une boite de bougies qu'elle avait précieusement conservée pendant toute la durée de la guerre. Après avoir tendu à chacun des cinq sa bougie, il lui en restait une dans la main.
" Il m'en reste une, dit-elle, où voulez-vous que je la mette ?..." 
Alors, le sergent bônois, ne laissant à personne l'initiative de la réponse, s'écria précipitamment :
" Entontion vous autres ! Cette femme, elle a été formidable, avec nous !... Si y'en a un qui lui dit où il faut qu'elle la mette, je lui donne sa mère !. 

Et voilà comment le verbe mettre s'est introduit - pour ne pas écrire s'est mis - dans l'un des innombrables faits d'armes de ces courageux, dans l'épopée de ces hommes, venus des colonies pour défendre le pays et libérer la mère patrie... Le lendemain, le village était pris... Aux Allemands, on leur avait mis !...

Professeur PAQUITO - Université de la Calère

Echo de l'Oranie 281 - juillet août 2002

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 21:54

COP21, Laurent Fabius - La présidence française est spectaculaire 

Laurent Fabius superstar de la COP21

Le ministre des Affaires étrangères, qui préside de façon très volontariste la conférence sur le climat, a conquis les ONG et les négociateurs qui saluent sa maîtrise des dossiers. Même si d'aucuns le jugent trop dirigiste.

"Monsieur Fabius est incroyable". Présent jeudi dernier au Bourget, l’ancien vice-président américain Al Gore, héros de la lutte contre le réchauffement climatique, avait l’éloge facile à l’égard du président de la COP21, Laurent Fabius.  "Toutes les délégations disent que la présidence française est spectaculaire et qu'aucun des sommets précédents n'a été aussi bien organisé" a-t-il poursuivi, dithyrambique. Et Al Gore est loin d’être le seul à vanter les mérites de celui qui s’est vu propulser par François Hollande à la tête du Sommet de Paris. Négociateurs, ONG, ministres, tous en conviennent : le président Fabius est à la hauteur de son mandat. "Il est très bon dans le déroulement des négociations, il n’y a pas eu de crise contrairement aux autres COP, notamment celle de Copenhague" juge Alix Mazounie, en charge des politiques internationales au Réseau action climat (RAC). "Laurent Fabius possède une bonne cote de popularité chez les négociateurs et les délégués, il est crédible et met la pression lorsque c’est nécessaire" ajoute un délégué marocain.

Le patron du Quai d’Orsay n’a en effet pas hésité à hausser le ton la semaine dernière alors que les négociations piétinaient sur plusieurs points. "Des formules de compromis doivent être dégagées le plus rapidement possible, les chefs d'Etat et de gouvernement nous ont donné lundi un mandat sans ambiguïté. (…). Il faut accélérer" a-t-il pressé les négociateurs mercredi. Et vendredi, quelques heures avant qu’un projet d’accord lui soit remis, il a récidivé. "Le compte n’y est pas" a averti le président de la COP. "Cela a été globalement efficace puisque ces deux sorties ont débouché sur des avancées", indique Romain Benicchio, responsable des politiques climat au sein de l’ONG Oxfam. 

"L’expérience de toute (sa) vie"

Mais la présidence Fabius, c’est aussi une méthode. Elle consiste à lancer des consultations informelles tout azimuts puis à les faire remonter à un échelon supérieur, lui-même destiné à en référer à la présidence de la COP. C’est ce qui s’est passé durant la première semaine avec des spin-off (sous-groupes informels) chargés d’alimenter des "groupes de contact". Pour cette deuxième semaine de négociations, la présidence française a choisi de poursuivre dans cette voie avec notamment la création du "Comité de Paris", composé de quatorze ministres et chargé de mener des consultations informelles sur l’ensemble des points qu’ils restent à négocier. Mais cette méthode ne plaît pas à tout le monde. La semaine dernière, le G77 qui rassemble 134 pays en développement, s’est élevé contre cette multiplication des lieux de discussion, réclamant plus de temps pour la négociation. Et lundi soir, certains Etats comme la Malaisie et le Venezuela ont encore critiqué ce volontarisme français, jugé trop brutal.

Au-delà de la méthode, il est intéressant d’observer l’engagement personnel mis par le chef de la diplomatie française. Vendredi, devant tous les négociateurs, Laurent Fabius a ainsi promis d’utiliser "l’expérience de toute (sa) vie" pour parvenir à un accord le 11 décembre. Samedi, en pleine assemblée plénière, le président de la COP a même cédé un court instant à l’émotion, brandissant comme un trophée l’ébauche d’accord que venait de lui remettre les négociateurs. "La réussite de cette COP est l’un des combats majeurs de sa vie politique et elle n’est pas mince, remarque l’un de ses vieux compagnons de route, l’ancien député européen, Henri Weber. Il mesure l’importance historique de cette conférence et la responsabilité qui est la sienne".

Ce volontarisme serait-il de l’opportunisme, avec en creux l’idée de marquer les livres d’histoire ? "Depuis très longtemps il a une fibre écologique, répond Henri Weber. Lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale en 1990, il avait organisé un sommet sur le réchauffement climatique. Depuis une vingtaine d’années il est aussi l’un des rares au PS à parler d’écosocialisme". Du côté des ONG, on préfère relever le travail fourni par la présidence française ces derniers mois. "Nous l’avons rencontré plusieurs fois avant la COP et c’est évident qu’il maîtrise bien ses dossiers, indique Romain Benicchio. Nous avons eu des discussions d’un bon niveau technique, ce qui n’a pas toujours été le cas avec d’autres ministres avant lui…" Cette omniprésence de l’ancien Premier ministre de François Mitterrand a également eu pour conséquence de cantonner à un rôle de second rang, celle avec qui il entretient des relations houleuses depuis plusieurs années : Ségolène Royal.

Son dernier grand combat politique ?

Malgré ces bons sondages, le président Fabius fait quand même l’objet de quelques critiques. "Il a d’emblée privilégié le côté universel de l’accord par rapport à l’aspect ambitieux, juge Alix Mazounie. Le risque est d’avoir, certes un accord signé par 195 pays, mais un accord au rabais, loin d’être révolutionnaire". "Certaines réunions de négociations en première semaine n’ont pas été assez inclusives, la société civile a été un peu écartée", note pour sa part Romain Benicchio. Des délégués du G77 se sont également émus du dirigisme de l’ancien Premier ministre. "On a eu parfois l’impression durant la première semaine qu’il voulait surtout tenir son calendrier" confie une déléguée des Philippines.

Le résultat de cette COP21 est d’autant plus important pour Laurent Fabius, que la conférence climat pourrait être l’un de ses derniers grands combats politiques. Depuis plusieurs semaines l’ancien Premier ministre est en effet donné partant du Quai d’Orsay. Son nom circule pour prendre la présidence du Conseil Constitutionnel. "Il ne sait vraiment pas ce qu’il va faire, affirme Henri Weber. Là, il est à fond dans la COP21, il veut que ça marche. C’est quelqu’un de méthodique qui ne se laisse pas submerger par autre chose". On verra déjà mercredi si la méthode Fabius a porté ses fruits. Et le conduit ensuite vers de nouveaux horizons.

Source Challenge.fr Antoine Izambard

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0