Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 05:39

Dans le désert du Hoggar, sur les pas du Père de Foucauld

Le Père de Foucauld
L'abbé pierre à l'Assekrem
Votre Serviteur au Bordj à Tam

Ici, on calcule les distances en jours ou en semaines, pas en kilomètres.
Ces dromadaires, qui déambulent d'un air dédaigneux dans le pittoresque marché à bestiaux de Tamanrasset, ont mis trois semaines à venir du Niger ou du Mali. Accroupis, la tête recouverte d'un voile pour se protéger des rafales de poussière, propriétaires et acheteurs potentiels discutent à voix basse.
" Ils négocient. Cela peut prendre des jours et des jours. Nous, les Touaregs, ne sommes jamais pressés", dit l'un d'eux en souriant. L'atmosphère est à l'optimisme, le tourisme semble en effet repartir
Dans les campements touaregs comme sur les marchés de la ville, ce n’est pas l’enthousiasme mais la prudence. qui domine. L’on craint énormément l’événement qui fera fuir le touriste.. mais les affaires semblent reprendre . La béatification de Charles de Foucauld en 2005 , à Rome. A fait un bien énorme et a attiré les touristes ce dont se réjouissent les habitants de "Tam".
Il n'y a pas besoin d'être chrétien ni croyant pour s'intéresser au Père de Foucauld ainsi qu'à son sujet d'études préféré : les Touaregs. "On présente trop souvent Foucauld sous l'aspect uniquement religieux, en négligeant les autres facettes de sa personnalité. Beaucoup ignorent qu'il a été un formidable linguiste, le premier grand spécialiste de la langue et de la culture touarègues. Et aussi un écrivain de talent, auteur de plus de 6 000 lettres. Il a en outre été un excellent dessinateur", souligne Antoine Chatelard, membre de l'ordre des Petits Frères de Jésus, installé à Tamanrasset depuis 1954. D'après ce religieux, spécialiste du père de Foucauld, il faudra encore longtemps pour que s'efface l'étiquette d'"espion déguisé en moine" et de "suppôt du colonialisme" accolée à l'ancien officier de l'armée française, mais les choses évoluent tout doucement en Algérie.
Foucauld ? Le nom de cet aristocrate brillant, fêtard agnostique qui retrouve la foi en 1886, à l'âge de 28 ans, et mène dès lors une vie ascétique, ne dit rien aux jeunes Algériens. La génération du dessus, elle, n'ignore pas que le "marabout" français a passé à Tamanrasset les onze dernières années de sa vie. Et, pour beaucoup d'Algériens, la "frégate" (la maisonnette chapelle de Foucauld), le bordj et l'ermitage de l'Assekrem - les trois lieux où il a vécu entre 1905 et 1916 - font aujourd'hui partie du patrimoine national.
A l'entrée du bordj, on peut encore voir la trace de la balle qui a traversé la tête de Foucauld, le 1er décembre 1916, avant de se ficher dans le mur. Ce jour-là, des pillards touaregs envahissent le fortin où s'est installé le religieux quelques mois plus tôt. Foucauld est ligoté. Le benjamin de la bande est chargé de le surveiller tandis que ses compères fouillent la demeure. Entendant deux soldats français s'approcher, le jeune gardien est pris de panique et tire sur son prisonnier. Le "frère universel", comme Foucauld se surnomme, cède pour de bon à "l'appel du maître". Il avait 58 ans. Quelques 15 000 disciples, hommes et femmes, se réclament aujourd'hui de lui à travers le monde.
" J'aime bien Foucauld et je ne supporte pas qu'on dise du mal de lui ! Je n'ai qu'une crainte : que les deux Pères, Edouard (80 ans) et Alain (84 ans), qui ont pris sa relève à l'Assekrem, ne soient pas remplacés, le jour où ils partiront", déclare Mokhtar Zounga, en conduisant son 4 × 4 sur la piste rocailleuse qui monte à l'ermitage, dans un décor de western.
L’Assekrem ce piton rocheux situé à 2780 mètres d'altitude, balayé par le vent, le spectacle est inoubliable. Des aiguilles semblables à des orgues, d'énormes roches rectangulaires posées sur l'horizon comme des molaires, des pics somptueux, des cratères de volcan... On comprend que Foucauld ait choisi ce lieu sauvage et sublime pour y planter son ermitage, une simple bergerie.
Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:19

Humour – Ode à la Femme

La Femme est-elle vraiment l’avenir de l’homme ?

Quel animal ressemble le plus à une femme ?

La poule car elle a une petite tête un gros cul et elle bouffe tout le blé.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Pourquoi les femmes sont-elles dépensières ?

Imaginez une tirelire avec la fente en bas.

Un homme murmure à une femme :

Le champagne vous rend jolie...

Mais, je n'ai pas bu une seule coupe !

Oui, mais moi j'en suis à ma dixième !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Deux vieux amis se rencontrent après plusieurs années sans s'être vus.

Ils discutent à la terrasse d'un café et dans la conversation, l'un dit à l’autre :

Ta femme est toujours aussi jolie ?

Oh oui, ça lui prend juste un peu plus de temps.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Une vieille dame croise un jeune homme dans la rue, et lui demande :

Quel âge me donnez-vous ?

Les jambes 45, les bras 25, les seins 35, le visage 40, les hanches 30...

Oh ! Mais vous me flattez !

Attendez ! Je n'ai pas encore fait l’addition !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Connaissez-vous le point commun entre une femme et une piscine?

Elles coûtent cher à l'entretien pour le peu qu'on est dedans.

C'est un mec qui dit :

Je me suis marié deux fois, deux échecs !!

La première s'est barrée, la seconde est restée...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Dieu a fait l'homme si complet qu'il lui a fallu mettre les organes génitaux à l’extérieur.

Pour la femme, il y avait de la place de libre…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Prescription du docteur à son patient:

" Le soir, avant de vous coucher, laissez vos soucis au pied de votre lit."

"Mais je ne peux pas Docteur", répond le patient.

-"Et Pourquoi?"

"Ma femme n'acceptera jamais de dormir par terre!"

J’en connais qui vont aimer

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 14:40

Derrière tout grand homme, il y a une femme

Humour - Les Grands de ce monde et les Femmes

Un soir, le Président Obama et sa femme Michelle décident de casser la routine et de dîner dans un restaurant ordinaire, pas luxueux.

Une fois assis, le propriétaire du restaurant demande aux services secrets du Président, l’autorisation de parler à la Première Dame en privé. Ils acceptent et Michelle a eu une conversation avec lui.

À la suite de la conversation, le Président demande à Michelle pourquoi il voulait lui parler. Elle répond que, quand elle était adolescente, il était amoureux fou d’elle.

Le Président dit alors : « Donc, si tu l’avais épousé, tu serais aujourd’hui propriétaire de ce charmant restaurant? », ce à quoi elle répond : « Non, si je l’avais épousé, il serait Président. »

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 14:23

Dans le marc de café

Humour - Médecine et vision de Demain

Un homme victime d’une crise d’hémorroïdes carabinée un dimanche demande de l’aide à sa femme. Celle-ci se souvient que sa grand-mère utilisait des cataplasmes à base de marc de café.

Alors le monsieur suit les conseils de son épouse et s’applique sur le fondement des compresses imbibées de marc de café pendant toute la journée.

Le lundi matin, il décide malgré tout de consulter car la douleur est encore très importante. Le médecin le reçoit, le fait se déshabiller puis se pencher en avant. Le malade reste comme ça, en position pendant cinq bonnes minutes, puis il commence à s’inquiéter :
– Alors Docteur, qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que vous voyez ?

Et le docteur répond :
– Je vois… des changements dans votre carrière… un grand amour avec une belle jeune femme brune… de l’argent, beaucoup d’argent…

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 15:17

Sacré Marcel, toujours à jeun… !

Humour – La voiture sans chauffeur est déjà née

Marcel, fait du stop sur le bord de la route par une nuit très sombre, alors qu'il y a une terrible tempête. Hélas il n'y a pas de voitures qui passent. 
Trois heures plus tard, la tempête et l'orage sont toujours aussi forts qu'il est impossible de voir plus loin que 3 mètres devant soi. 
Tout à coup il voit une voiture qui s'approche lentement et qui s'arrête. Marcel sans se poser de questions monte dans la voiture, ferme la porte, et lorsqu'il se retourne il se rend compte qu'il n'y a personne à la place du conducteur. 
La voiture démarre doucement, il ne voit rien devant mais sait qu'il y a un virage très sévère qui approche. Effrayé, il commence à prier. Il n'a pas fini d'être étonné lorsque juste avant d'arriver sur le virage, la porte du conducteur s'entrouvre et une main entre pour faire tourner le volant dans le virage. 
Cette fois il y croit au bon Dieu ! Paralysé par sa peur il s'accroche de toutes ses forces à son siège. Il reste immobile et voit que la même chose arrive à chaque fois qu'il y a un virage sur la route. 
La tempête augmente en force, alors, à l'approche de son village, il descend de la voiture et part en courant, entre dans un bar, demande deux tequilas doubles et en tremblant commence à raconter à tous ce qui lui est arrivé. 
Une demi-heure plus tard arrivent deux gars complètement trempés, l'air exténué et l'un dit à l'autre : 
- Regarde là-bas,

C'est le con qui est monté dans la voiture pendant qu'on la poussait !

Le Pèlerin
 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 17:12

Ma Mère d’Algérie

A la mémoire de ma Mère

Elle a le cœur dans sa cuisine

Toujours les mains dans la farine

Le regard baigne de tendresse

Pour ses souvenirs de jeunesse.

Elle est la base de sa famille

Comme toutes les mères d’Algérie

Elle a dans le cœur et la voix

Des comportements d’autrefois.

Elle soigne les rhumes à l’anisette

Dans les oreilles et sur la tête.

Elle suit l’exemple de sa mère

Qui le tenait de sa grand-mère.

 

Chez elle, l’odeur de la lavande

Vous saute au cœur comme une offrande.

Le linge respire la propreté

Esprit de sel, planche à laver.

Sa cuisine sent bon les épices

Sa table est un petit délice

Elle fait chanter la nostalgie

En cuisant des plats d’Algérie.

Elle aime ses fils à l’infini

Pour elle, ils sont restés petits.

Elle distribue avec largesse

Tout son Amour et sa Tendresse.

 

Derrière les carreaux de l’hiver,

Elle songe aux souvenirs d’hier

Qui ont marqué son existence

De l’autre côté de la France.

Loin de la terre où elle naquit

Loin des voisins et des Amis,

Elle vit, solitaire, ses journées,

Emmitouflée dans son passé.

Dans sa cité de solitude,

Elle veut garder ses habitudes,

Mais ses voisines ne viendront plus

Chercher de l’ail, de la laitue.

 

Sa porte, ouverte sur l’amitié

Reste inutile sur le palier

Ici ne vient jamais personne

L’affection parle au téléphone.

L’exode a dispersé sa Vie

Et disloqué toute sa famille.

Sa maison est comme un hôtel

Depuis qu’elle n’a plus son « chez elle ».

Mais elle conserve au long des jours

L’esprit Pied-noir et, pour toujours,

Son cœur respire en ALGERIE

Près de la tombe de son mari.

En hommage à toutes

Les MAMANS pieds-noirs

Qui ont vu le jour sur le sol

De notre pays perdu.

CE PETIT PARADIS DEMEURERA TOUJOURS EN NOS CŒURS.

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:47

Bonjour,

Quelques mots sur l’histoire d’Algérie d’histoire et un petit témoignage, un petit chef d’œuvre digne de Camus

Quelques mots sur l’histoire d’Algérie d’histoire et un petit témoignage, un petit chef   d’œuvre digne de Camus

Je ne doute pas qu’il se soit passé de bien tristes choses en Algérie pendant et après la colonisation.

Je ne doute pas non plus qu’en regardant l’histoire au travers de toutes les atrocités qui ont été commises, bien des drames ont été vécus de part et d’autre de l’ensemble des communautés et que la plaie reste encore grandement ouverte.

Ce dont je ne doute pas non plus c’est que l’immense majorité des exactions ont été commises par une minorité de personnes; là où les autres ne demandaient qu’à vivre en paix.

Certes la colonisation a apporté son lot d’injustices mais elle a permis biens des progrès.

L’agriculture où la Mitidja a remplacé l’immensité des marais infestés,

Les infrastructures ….Routes, ports et aérodromes

Le développement des secteurs de la santé a mis fin aux ravages de la maladie à commencer par ceux de la mortalité infantile.

La scolarité a permis à bien des habitants de ce pays magnifique de s’épanouir

Et enfin une ouverture sur le monde et la civilisation que seuls les adeptes de l’obscurantisme peuvent contester.

L’étude de la démographie en Algérie montre bien qu’à partir du début de la colonisation la population, dite « française musulmane » à l’époque, n’a cessé de croitre alors qu’elle ne cessait de décroitre auparavant….C’est ce qui a conduit  la France de l’époque à faire de l’Algérie trois départements français, là où le Maroc et la Tunisie n’étaient que des protectorats français….

J’en passe et non des moindres…

La guerre d’Algérie dans sa période la plus cruciale de 1954 à nos jours, a été l’objet de tellement d’exactions les plus horribles que la majeure partie des protagonistes auront énormément de gêne à raconter ce qui s’est réellement passé.

J’en ai rencontré de nombreux ….Ils furent quasi unanimes à me dire que si c’était à refaire ils ne le referaient pas….

Je ne m’étalerai pas sur la période de la décennie rouge car là ce fut …..Abominable….

Où sont donc passés les glorieux combattants de l’époque ….Il faut croire qu’entre temps, ils avaient peut être gagné en sagesse…..

L’histoire a finalement été racontée par une série d’individus qui profitant de cette gene collective en ont profité pour raconter n’importe quoi à commencer par ceux que ce qu’ils connaissaient de l’histoire que ce qu’ils avaient lus ou entendus au travers de témoignages peu fiables ou à l’incompétence et l’ignorance de la réalité de l’époque.

La narration de l’histoire a souvent présenté la colonisation comme source de bien des malheurs là où il a été si facile d’oublier tous les bienfaits qu’elle a apportés

Cela a généré des sentiments d’injustice teintés d’amertume.

C’est à ce titre que je rapporte l’écrit ci-dessous, afin d’informer nos descendants et de la rassurer, qu’ils ne sont pas fille et fils de salauds et qu’ils partagent avec fierté nos sentiments !!! .

Il faut dire que les tensions étaient tellement poussées à leur paroxysme à l’époque que tous ceux qui pouvaient faire preuve de sagesse et de raison ont été balayés par la radicalisation des points de vue.

Le consensus a été banni et seuls les adeptes de la déraison n’ont pu s’exprimer librement

Un texte réaliste relatif aux rapports historiques des Français d'Algérie avec leur Patrie... digne de notre cher Albert Camus

Début de citation

A quelques encablures de mes 75 ans, à un âge où les souvenirs se déclinent plus aisément que les projets et après avoir épuisé mes capacités de silence, je ressens le besoin d'éclairer un malentendu.

En 40 années de vie professionnelle, j'ai travaillé avec vous, milité avec vous, partagé quelques succès et quelques épreuves, communié aux mêmes valeurs, au même humanisme. j' ai bu à la coupe de ce bonheur de vivre en France, de s' étonner de ses richesses, de se pénétrer des mêmes émotions, au point que j' avais fini par oublier que j' étais né espagnol, sur l’autre rive, de parents et  grands-parents à l' accent impossible d' une ville de la Méditerranée.
Par la suite, devenu français par le sol (sic) je pensais l’être  comme vous et j'avais cru achever ce travail de deuil commun à tous les exilés du monde. Et puis, les maisons d'édition ont fait pleuvoir témoignages et réflexions sur la guerre d'Algérie. Les chaines de télévision et les radios ont commenté des ouvrages et refait l'Histoire de 134 ans de présence française en Algérie.
Avec une étonnante convergence de vues, la plupart ont révélé, sur cette période, une vision singulièrement sinistre. j'ai revu l'histoire de ma patrie, l'Algérie Française, travestie ou défigurée en quelques propositions caricaturales : 
La présence de la France en Algérie fut de tout temps illégitime» 
Les Français d'Algérie ont exploité les Arabes et ont volé leurs terres» 
«Les soldats français ont torturé des patriotes qui libéraient leur pays»
“ Des Français ont eu raison d'aider les fellaghas à combattre l'armée française et peuvent s'enorgueillir aujourd'hui d'avoir contribué à la libération de l'Algérie»."
Alors, j'ai su que personne ne pouvait comprendre un pays et un peuple s'il n'avait d' abord appris à l'aimer... et vous n'avez jamais aimé "notre Algérie" !
Alors, j'ai compris pourquoi vous changiez de conversation quand j'affirmais mon origine "pied noir" ; j'ai compris que l'exode arménien ou l'exode juif vous avait touchés mais que notre exil vous avait laissés indifférents. J’ai compris pourquoi les maquisards qui se battaient pour libérer la France envahie étaient des héros, mais pourquoi des officiers qui refusaient d'abandonner ce morceau de France et les Arabes entrainés à nos côtés, étaient traités de putschistes, de nationalistes de nazies.
J'ai compris pourquoi des mots comme "colon" avaient été vidés de leur noblesse et pourquoi, dans votre esprit et dans votre langage, la colonisation avait laissé place au colonialisme. Même des Français de France comme vous, tués au combat, n'ont pas eu droit, dans la mémoire collective, à la même évocation que les Poilus ou les Résistants, parce qu'ils furent engagés dans une "sale guerre" ! Sans doute, même si leur sacrifice fut aussi noble et digne de mémoire, est-il plus facile de célébrer des héros vainqueurs que des soldats morts pour rien. 
Dans un manichéisme grotesque, tout ce qui avait contribué à défendre la France était héroïque ; tout ce qui avait contribué à conserver et à défendre notre pays pour continuer à y vivre, était criminel... 
«Vérité en deçà de la Méditerranée ; erreur au-delà !"
Vous si prolixes pour dénoncer les tortures et les exactions de l'armée française au cours des dernières années, vous êtes devenus amnésiques sur les massacres et les tortures infligés par les fellaghas à nos compatriotes européens et musulmans. Vous ne trouvez rien à dire sur l’œuvre française en Algérie pendant 130 ans. Pas un livre, pas une émission de télévision ou de radio, rien ! Les fictions même s'affligent des mêmes clichés de Français arrogants et de Musulmans opprimés.
Ce qui est singulier dans le débat sur l'Algérie et sur la guerre qui a marqué la fin de la période française, c'est que ceux qui en parlent, en parlent en étrangers comme d'une terre étrangère. 
Disséquer le cadavre de l'Algérie leur est un exercice clinique que journalistes, commentateurs et professeurs d'université réalisent avec la froide indifférence de l'étranger.
Personne ne pense qu'un million de femmes et d hommes n'ont connu et aimé que cette terre où ils sont nés. Personne n'ose rappeler qu'ils ont été arrachés à leur véritable patrie et déportés en exil sur une terre souvent inconnue et souvent hostile ... Quand certains intellectuels français se prévalent d'avoir aidé le FLN, personne ne les accuse d'avoir armé les bras des égorgeurs de Français .... 
Cette terre vous brule la mémoire et le cœur ... ou plutôt la mauvaise conscience.
Je n'ai pas choisi de naitre sur une terre que mes maitres français m'ont appris à aimer comme un morceau de la France. Mais, même si " mon Algérie" n'est plus, il est trop tard, aujourd'hui, pour que cette terre me devienne étrangère et ne soit plus la terre de mes parents, ma patrie.
J’attends de vous amis français, que vous respectiez mon Histoire même si vous refusez qu'elle soit aussi votre Histoire. 
Je n'attends de vous aucune complaisance mais le respect d'une Histoire dans la lumière de son époque et de ses valeurs, dans la vérité de ses réalisations matérielles, intellectuelles et humaines, dans la subtilité de ses relations sociales, dans la richesse et la diversité de son œuvre et de ses cultures J'attends que vous respectiez la mémoire de tous ceux que j'ai laissés là-bas et dont la vie fut faite de travail, d'abnégation et parfois même d'héroïsme. 
J'attends que vous traitiez avec une égale dignité et une égale exigence d'objectivité et de rigueur, un égal souci de vérité et de justice, l'Histoire de la France d'en deçà et d’au delà de la Méditerranée.
Alors, il me sera peut-être permis de mourir en  France en m'y sentant aussi chez moi...

Fin de citation

Sachez que tout humaniste que je sois-je partage largement ce point de vue

Cordialement votre,

Le Pèlerin

Enrico Macias

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 15:41

L’humour au quotidien

Humour - Trois délicieuses blagues en passant

Erratum
Un journal à grand tirage publie cet important erratum en page 2. 
"Une erreur malencontreuse s'est glissée dans notre édition d'hier. Les textes sous les photos concernant les champignons vénéneux et les champignons comestibles ont été inversés. Les survivants auront rectifié d'eux-mêmes." 

oooOooo

Farce et Attrapes

Lu sur une affiche dans la vitrine d'une boutique de la rue Sainte-Catherine spécialisée dans les farces et attrapes: 
En affaires depuis dix ans, nous sommes le fournisseur officiel du Parti libéral. 

oooOooo

Les Infidèles

Un soldat rentre d'Afghanistan après un séjour de six mois. Fête, cocktail, amis, souper... et une soirée torride. L'enfer. Éperdus, ils s'endorment de bonheur. 
Au petit matin, la femme se met à rêver. Dans son sommeil, elle crie: 
- Chéri. On frappe. C'et mon mari! 
Notre soldat bondi comme au combat, rassemble ses vêtements épars et se cache dans la garde-robe. 

Délicieuses non… !

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 18:15

Quelle horreur….selon certains… !....Mieux vaut en rire… !

Humour – Viagra pilule du Bonheur ou…. ?

Une femme d'un certain âge se présente chez le sexologue dans le but de ranimer sa vie sexuelle.     
- Mettez du viagra dans le café de votre mari, explique le praticien.   
Il ne s'en rendra même pas compte ! Puis venez me revoir...
Une semaine plus tard elle revient. 
- Alors, est-ce que cela a fonctionné ? 
- Docteur !!! Ce fut terriblement dramatique... 
- Comment cela ? Que s'est-il passé ? 
J'ai fait exactement comme vous m'avez dit : J'en ai mis dans son café. 
Et cela a eu un effet quasi instantané. 
Il a bondi de sa chaise, du revers de la main, il a balayé tout ce qu'il y avait sur la table, il m'a attirée vers lui en arrachant mes vêtements, et il m'a fait l'amour comme jamais ! 
- Pourquoi dites-vous ça d'une façon horrifiée ? C'était génial ! 
- Certes, en effet j'ai eu le plus gros orgasme depuis 20 ans ! 
 Ben alors ? C'est formidable non ? 
- C'était horrible, si vous aviez vu la tête des gens dans le restaurant !!

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 11:19

Sœur Mathématiques et Sœur Logique

L'Humour, la Logique et les Mathématiques

Sœur Marie, mieux connue comme Sœur Mathématiques (SM), et Sœur Laure, mieux connue comme Sœur Logique (SL), rentrent le soir après une journée de vente de gâteaux.

SL : « Tu as remarqué qu’un type nous suit depuis 10 minutes ? »
SM : « Oui, je me demande ce qu’il veut … »
SL : « C’est logique, il veut nous violer … »
SM : « Quel horreur, et en plus dans 3’47, il va nous rattraper, que faire ? »
SL : « Logique, il faut marcher plus vite … »

Et elles accélèrent un peu pour semer cet affreux jojo.

SM : « Ça ne sert à rien … »
SL : « Normal, c’est logique lui aussi il a accéléré … »
SM : « Que faire, dans 1’13, il va nous rattraper ? »
SL : « Bon, logiquement si on se sépare il aura un problème … »

Et elles se séparent. Sœur Mathématiques à droite, Sœur Logique à gauche… L’obsédé décide de suivre SL à gauche et SM rentre au couvent et attend avec impatience l’arrivée de sa « collègue ».
Quand finalement Sœur Logique rentre aussi, elle est assaillie par les questions.

SM : « Dieu soir loué … que s’est-il passé ? »
SL : « Eh bien, logiquement le type a du faire un choix et il m’a suivi… »
SM : « Et puis… ? »
SL : « Je ne pouvais rien faire d’autre que de courir le plus vite possible… »
SM : « Et Lui … »
SL : « Logiquement il s’est aussi mis à courir … »
SM : « Mais encore … »
SL : « C’est logique qu’un homme court plus vite qu’une nonne… et il m’a rattrapée ! »
SM : « Dieu du ciel, et ensuite … »
SL : « J’ai fait la chose la plus logique : j’ai soulevé ma jupe  »
SM : « Oh, ma Sœur… et lui ? »
SL : « Sa réaction fut logique, il a baissé son pantalon »
SM : « Horreur ! Et ensuite… »
SL : « Bien, c’est logique ! Une Sœur avec la jupe en haut réussit à courir plus vite qu’un gars avec les pantalons aux chevilles… »

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0