Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 13:11

Algérie, mon Amour

 

Eglise d Hussein-Dey

 Je suis né dans la banlieue d’Alger, à Hussein-Dey

Dans cette cité populaire où toute ma jeunesse j’ai résidé…

Mon horizon c’était le quartier Trottier, le « Champ Vert»

Nous y vivions pauvrement mais n’en n’ai jamais souffert

 

Ce beau pays je l’ai rarement visité…Oui Arzew, Oran

Il est vrai que les moyens manquaient à la maison

Mes copains vivaient tout comme moi….Au quartier

Les «Arabes» et moi n’y avons jamais été inquiétés

 

 Nous n’avons jamais bougé de cet espace de verdure

Nous n’avions pas peur, l’avenir nous paraissait si sur

Les fils de Pied noir partaient en Colonie de vacances

Enchantés ils revenaient …Un beau pays que la France

  

L’Algérie était magnifique pourtant je ne connaissais guère

Un peu Oran et Arzew deux villes qui m’étaient chères

A l’est mon horizon s’arrêtait à Rebeval au bord du Sébaou

L’oued coulait toute l’année ; c’était un fort joli bijou

 

Nous n’étions pas des colons mais que de petites gens

Certes chez certains il y a bien des avis fort divergents

L’immense majorité des Pied Noirs était des pacifistes

Le seul reproche à leur faire …Ils étaient progressistes

 

 De part et d’autre il y eut des attentats, toujours horribles

Ne pas attenter à la vie d’autrui, est-ce donc si impossible ?

A tous ces humbles qui n’ont jamais tué ou blessé personne

Et que l’on présente là bas comme de bien piètres personnes

 

 Ah qu’il est difficile d’écrire l’histoire de notre pays l’Algérie

Tant elle est écrite jusqu’à présent sur la base de tromperies

Des gens qui à tant en parler, finissent par croire ce qu’ils disent

Ils cherchent le «scoop» et leur point de vue, ils le radicalisent

 

 Nous vivions avec les «Maghrébins» en franche camaraderie

Camus notait une haine entre les deux communautés d’Algérie

Haine d’Amour, car chacun avait ses «Arabes» et il les adorait

L’histoire aurait été différente si certains ne s’étaient déchirés

 

 J’avais là bas mes amours, mes amis et toutes mes sensations

Nous ne possédions rien, mais j’ai perdu toutes mes passions

Adieu mes amis, mes copains, ma ville, mon club de football

Il ne nous reste plus qu’à pleurer voire en rire cela console… !

 

J’avais la Grande Bleue à proximité….Je n’y allais pas souvent

Bien que notre belle Méditerranée, j’en sois un amateur fervent

Mais de chez moi je pouvais l’apercevoir et cela me rassurait

La mer et les vagues avaient toujours eu le don de me régénérer

 

 Je suis arrivé en France à Toulouse pour poursuivre mes études

En septembre 1961; j’aimais l’aéronautique; Dieu que ce fut rude

Non pas les études mais ma vie avait changé et j’en devins malade

Je n’avais plus goût à rien et je disais adieu à nos chères rigolades

 

 Où était mon club local l’OHD, où était ma ville, ses murs blancs

Et ces hommes au regard rieur, ces femmes aux yeux pétillants

Toulouse, la dite »ville rose» me paraissait sombre et bien triste

Moi que l’on disait Rieur, comment étais-je devenu si pessimiste

 

 Jamais plus je ne serai chauvin du moindre club de football

Ce n’est pas faute d’avoir essayé avec le TFC notre club local

J’avais une autre passion « de vieux prématuré »…Les boules

Je jouais à la pétanque et j’étais passionné, j’en étais «maboul»

 

 Certes ici en France j’en ai acheté une magnifique paire

Celles même que je n’avais jamais pu me payer là bas hier

Mais le cœur n’était plus; j’ai du faire trois parties en 50 ans!

C’en est fini, je n’ai plus envie de jouer, je n’ai plus d’allant

 

 Mon père est mort alors que j’étais bien jeune avant même

Le début de la guerre et «la Toussaint rouge» Quel dilemme

J’y suis retourné en 2004…..Pour me recueillir sur sa sépulture

J’ai retrouvé un autre pays mais des gens d’une grande ouverture

  

Ici on ne parle que de haine de burka de terrorisme d’islam…!

Là bas on pense à vivre dans la bonne humeur et dans le calme

Qu’ont-ils fait tous ces tueurs de tous bords, tous le regrettent

Sauf ceux qui n’ont vécu l’Algérie que dans les livres à la sauvette 

 

Oui il y a eu du mal de fait mais aussi de belles réalisations

Nous n’avons pas importé en Algérie que la dite colonisation

Pourquoi n’avons-nous pas eu notre Mandéla prénommé Nelson

Je n’aurais jamais quitté ce pays que nombreux affectionnent

 

 Je serais encore là bas à ma place sans outre passer mes droits

En moins de dix ans j’y suis tout de même retourné quinze fois

Loin des tumultes, de la haine de l’étranger notre bouc émissaire

La où la France aurait tout intérêt de coopérer, il y a tant à faire

 

 Certes de l’autre côté, certains «religieux» ne nous aiment guère

Certains, fort radicaux sont même plutôt des « Va-t-en guerre »

Comme nous avons les nôtres aussi, un peu fadas un peu bornés

Toutefois fort influents de part et d’autre de notre Méditerranée

 

Ils ne se rendent pas compte du mal qu’ils ne font qu’à eux-mêmes

Que leurs intérêts leur commandent de bannir ces dangereux  extrêmes

Afin de nous permettre, nous Méditerranéens, de bien vivre en paix

Dans un concert fort amical sinon une ambiance des plus décrispées

Le Pèlerin

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 19:56

Sans un brin de folie, l’Amour n’est que tristesse 

L’Amour et la folie ...

Un beau jour de printemps, la Folie décida d'inviter ses amis pour prendre un café chez elle. Tous les invités y allèrent. Après le café, la Folie proposa :
- On joue à cache-cache ?
- Cache-cache ? Qu'est-ce que c'est ? demanda la Curiosité.
- Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu'à cent et vous vous cachez. Quand j'ai fini de compter, je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter.
Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.

La Folie commença à compter : 1, 2, 3...
L’Empressement se cacha le premier, n'importe où.

La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d'arbre.

La Joie courut au milieu du jardin.

La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d'endroit approprié pour se cacher.

L'Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.
La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.

Le Désespoir était désespéré en voyant que la Folie en était déjà à 99...
- Cent ! cria la Folie. Je vais commencer à chercher...

La première à être trouvée fut la Curiosité, car elle n'avait pu s'empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert.

En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d'une clôture ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché.

Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité... Quand ils furent tous réunis, la Curiosité demanda:
- Où est l'Amour ?
Personne ne l'avait vu.

La Folie commença à le chercher.

Elle chercha au-dessus d'une montagne, dans les rivières au pied des rochers.

Mais elle ne trouvait pas l'Amour.

Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, prit un bout de bois et commença à chercher parmi les branches lorsqu'elle entendit soudain un cri.

C'était l'Amour, qui criait parce qu'une épine lui avait crevé un œil.

La Folie ne savait pas quoi faire, elle s'excusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla jusqu'à lui promettre de le suivre pour toujours.
L’Amour accepta les excuses.

Aujourd'hui encore, l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujours...

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 19:22

Le Jugement dernier

Humour – Devant Saint Pierre

C'est la fin du monde, et on se retrouve tous dans une file d'attente pour entrer au paradis.
Dieu apparaît et dit:
Je veux que tous les hommes se placent sur deux lignes. 
Une ligne pour tous les hommes qui étaient réellement à la tête de leur ménage, 
et l'autre ligne par ceux qui ont été dominés par leur épouse. 
Les femmes, elles, peuvent se présenter directement à Saint-Pierre.
Une fois les femmes parties, les hommes se placent sur deux lignes.
La ligne des hommes dominés par leur épouse s'étire sur plus de 500 kilomètres 
tandis que dans la ligne réservée à ceux qui avaient mené leur couple, on ne comptait qu'un seul homme.

Dieu s'adresse d'abord à ceux de la longue file.
Vous devriez avoir honte de vous; je vous ai créé pour être les dirigeants du foyer!
Vous m'avez désobéi et vous n'avez pas rempli votre mission! 
Parmi tous les hommes, un seul m'a obéi. 
Écoutons-le et retenons sa leçon.

Dieu se tourne vers le seul homme de l'autre ligne et lui demande.
Comment avez-vous fait pour être le seul homme dans cette file?
L'homme lui répondit: c'est ma femme qui m'a dit de me placer ici.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 19:42

En regardant un film pornographique 

Humour et Pornographie

Monsieur est très excité par les lamentations de la fille à l'écran.

Le soir, il demande à son épouse, pourquoi, lorsqu'ils font l'amour, elle ne se lamente jamais ?

Elle lui répond qu'il ne lui a jamais demandé de le faire.

La discussion en reste là.

Pendant la nuit, alors qu'ils font l'amour, sa femme lui demande si c'est le temps pour elle de se lamenter !

Il lui répond : OUI !

Alors, elle commence :

Tu ne sors jamais les ordures,
Tu ne fais jamais le ménage,
Tu ne fais jamais la vaisselle...

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:33

Quelle extraordinaire et belle comparaison entre le verbe "Avoir" et le verbe "« Être" 

Yves Duteil

Yves Duteil

Le tout en poème.

Il faut pour si bien réussir une telle présentation être un expert de la langue "française"...................................

"Chapeau"

              

Loin des vieux livres de grammaire,

Écoutez comment un beau soir,

Ma mère m'enseigna les mystères

Du verbe être et du verbe avoir.

 

Parmi mes meilleurs auxiliaires,

Il est deux verbes originaux.

Avoir et Être étaient deux frères

Que j'ai connus dès le berceau.

 

Bien qu'opposés de caractère,

On pouvait les croire jumeaux,

Tant leur histoire est singulière.

Mais ces deux frères étaient rivaux.

 

Ce qu'Avoir aurait voulu être

Être voulait toujours l'avoir.

À ne vouloir ni dieu ni maître,

Le verbe Être s'est fait avoir.

 

Son frère Avoir était en banque

Et faisait un grand numéro,

Alors qu'Être, toujours en manque.

Souffrait beaucoup dans son ego.

 

Pendant qu'Être apprenait à lire

Et faisait ses humanités,

De son côté sans rien lui dire

Avoir apprenait à compter.

 

Et il amassait des fortunes

En avoirs, en liquidités,

Pendant qu'Être, un peu dans la lune

S'était laissé déposséder.

 

Avoir était ostentatoire

Lorsqu'il se montrait généreux,

Être en revanche, et c'est notoire,

Est bien souvent présomptueux.

 

Avoir voyage en classe Affaires.

Il met tous ses titres à l'abri.

Alors qu'Être est plus débonnaire,

Il ne gardera rien pour lui.

 

Sa richesse est tout intérieure,

Ce sont les choses de l'esprit.

Le verbe Être est tout en pudeur,

Et sa noblesse est à ce prix.

 

Un jour à force de chimères

Pour parvenir à un accord,

Entre verbes ça peut se faire,

Ils conjuguèrent leurs efforts.

 

Et pour ne pas perdre la face

Au milieu des mots rassemblés,

Ils se sont répartis les tâches

Pour enfin se réconcilier.

 

Le verbe Avoir a besoin d'Être

Parce qu'être, c'est exister.

Le verbe Être a besoin d'avoirs

Pour enrichir ses bons côtés.

 

Et de palabres interminables

En arguties alambiquées,

Nos deux frères inséparables

Ont pu être et avoir été.

 

Oublie ton passé,

Qu`il soit simple ou composé,

Participe à ton Présent pour que …

Ton Futur soit Plus-que-parfait.....

 

Yves Duteil

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Culture
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:00

Retraite-un-voisin-maladroit.

Que de façon galante, les choses doivent être dites

Un jeune retraité part en vacances. Pour ne pas s'encombrer, il confie à son voisin son chat et sa belle-mère et il part... Quelques jours plus tard, il appelle son voisin pour prendre des nouvelles. Il lui demande : "Comment va mon chat ?".
L'autre lui répond : "Ton chat est mort". Le jeune retraité reproche au voisin de ne pas avoir pris de gant pour lui annoncer la nouvelle. "Par exemple, la première fois que je t'appelle tu aurais pu me dire : ton chat est sur le toit, on n'arrive pas à le rattraper. Ensuite, la deuxième fois que je t'appelle , tu m'aurais dit que mon chat maigrit à vue d'œil, et, seulement la troisième fois, tu m'aurais annoncé sa mort..."
Il ajoute : "Bon passons. Et comment va ma belle mère ?" L'autre lui répond : "Ta belle-mère est sur le toit. On n'arrive pas à la rattraper."

Le Pèlerin
 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 18:50

Un cheikh saoudien explique que la Terre ne tourne pas autour du soleil

La Terre qui tourne

La Terre qui tourne

Un illuminé

Un illuminé

Le prédicateur saoudien Bandar al-Khaibari a expliqué à ses étudiants que, non, la Terre « ne bouge pas », elle est « stationnaire ». Oubliez tout ce qu’on vous a dit à l’école, la Terre ne tourne ni sur elle-même, ni autour du soleil. Ses propos ont été repérés lundi, dans une vidéo, sur le site de Al Arabiya. Des affirmations qui ont de quoi surprendre.

Et les arguments qu’il avance pour étayer sa théorie lui semblent parfaitement « logiques ». Donc, selon la nouvelle théorie de Bandar al-Khaibari, étant donné que la Terre tourne dans un sens, un avion en partance d’Arabie Saoudite vers la Chine n’aurait qu’à rester suspendu dans les airs pour que Pékin « vienne à lui ».

Cependant, si la Terre tourne dans l’autre sens, impossible pour l’avion de rejoindre sa destination, car « la Chine tourne aussi alors que l’avion tourne ». Compris ? Son argumentation laisse tout de même les scientifiques et les internautes incrédules. Il va lui falloir encore un peu de temps pour révolutionner l’astrophysique moderne avec ses nouvelles théories. Mais pas sûr qu’il bouleverse les fondements coperniciens avec cette thèse.

Source La Dépêche du Midi…..Mais un peu plus d’info dans les chroniques de rorschach

QI zéro : Un religieux saoudien explique que la Terre est fixe et ne tourne pas sur elle-même

Voilà ce qu’il arrive quand ils sont en confiance...

Un verre dans les mains, il a expliqué devant un auditoire d'étudiants que la Terre était "stationnaire" et ne bougeait pas.

Retour plusieurs siècles en arrière pour le cheikh Al-Bandar Khaibari. Ce religieux saoudien tente de démontrer à un étudiant, dans la vidéo ci-dessus, que la Terre est statique, "sinon les avions n'arriveraient pas à destination".

Devant un auditoire, l'homme a tenté de faire la démonstration que la Terre ne tournait pas sur elle-même. Les images ont été relayées sur le site d'Al-Arabiya. Un verre dans les mains, le cheikh a expliqué que la Terre était "stationnaire" et ne bougeait pas.

Fabriquées par Hollywood

Pour démontrer sa thèse, l'homme va jusqu'à prendre l'exemple d'un avion partant d'Arabie saoudite pour rejoindre la Chine. "Si l'avion restait immobile dans le ciel et que la Terre tournait dans un sens, la Chine finirait par arriver en-dessous de lui. Si la Terre tournait dans l'autre sens, l'avion ne pourrait jamais atteindre la Chine, car la Chine tournerait elle aussi", a-t-il développé.

Toujours selon Al-Arabiya, le cheikh a également nié les missions lunaires de la Nasa. Pour lui, elles ont été fabriquées par Hollywood.

Cette "démonstration" scientifique a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Un hashtag #cleric_rejects_rotation_of_Earth a même été créé. Certains internautes ont décidé d'utiliser ce mot-clé, dorénavant, pour promouvoir la science.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 22:48

Le dilemme

Humour coquin

Un étudiant demande à son professeur :
"Quelle est la bonne explication du " dilemme" ?
Le professeur répond:
"Il n'y a rien de mieux qu'un bon exemple :
imaginez, mon jeune ami, que vous êtes couché au milieu d'un grand lit
avec une superbe jeune femme d'un côté et un homme gay de l'autre...
"A qui allez-vous tourner le dos"....????

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 22:25

Borloo : "Je veux être l'avocat de l'Afrique"

Le destin de l’Afrique et celui de l’Europe sont liés

Exclusif - Jean-Louis Borloo rompt le silence et présente sa fondation pour l’Afrique. À 63 ans, l’ancien ministre entame une nouvelle vie.

L'ex-président de l'UDI, vendredi, dans ses anciens bureaux de la rue Brunel, dans le 17e arrondissement de Paris.

Il n'avait pas parlé depuis huit mois. Contraint au silence par une sévère pneumonie. Pendant sa convalescence, Jean-Louis Borloo a pris la décision de démissionner de tous ses mandats. À 63 ans, celui qui est toujours l'un des hommes politiques préférés des Français, commence une nouvelle vie de philanthrope. Visiblement en pleine forme, il a reçu le JDD vendredi dans ses bureaux parisiens historiques. Il y a vingt-cinq ans, alors avocat d'affaires, il les quittait pour s'installer à la mairie de Valenciennes. Aujourd’hui, l'ancien ministre de Chirac et de Sarkozy s'apprête à inaugurer, à la même adresse, le bureau français de sa fondation pour l'accès à l'énergie en Afrique. Son nouveau combat.

Comment allez-vous?
Ça va mieux, merci. C'est du passé. 

Votre club de football de Valenciennes va mieux, lui aussi. Il est sauvé?
Valenciennes, c'est ma ville, mes racines, ma fidélité et je ne pouvais me résoudre à la quasi-disparition du club après le dépôt de bilan. J'ai pris provisoirement la présidence, trouvé des actionnaires, un entraîneur, et un nouveau président, Eddy Zdziech, industriel valenciennois. Ma mission est terminée. Place au sport. 

Vous êtes donc prêt à lancer votre fondation pour l'Afrique…
L'Afrique est notre plus grande chance et notre plus grand danger. À 12 km de l'Europe, par le détroit de Gibraltar, ce continent frère, dix fois plus grand que l'Europe et bientôt trois fois plus peuplé, est à la croisée des chemins. Doté d'une riche diversité culturelle, les plus belles forêts, les plus beaux fleuves, de l'espace, des sous-sols riches, un grand potentiel agricole, l'Afrique est en panne faute d'électricité : 70 % des Africains n'ont ni lumière, ni électricité, ni énergie. Or l'énergie, c'est la vie, l'accès à l'eau, à la santé, à l'éducation, à l'emploi, à la croissance. L'absence d'énergie, c'est le risque de chaos, de déstabilisation et de pauvreté. Le choix est simple. Ou l'Afrique sera le continent des drames du XXIe siècle pour elle comme pour nous ou elle sera celui d'un grand développement et un relais de croissance pour la France et pour l'Europe. Le destin de l'Europe et de l'Afrique sont liés.

«L'Afrique est en panne, faute d'électricité, 70% des habitants ,'ont ni lumière, ni énergie»

Que fera votre fondation?
Mener ce combat "électricité pour tous en Afrique" en portant ce drapeau en France et en Europe. Soutenir les gouvernements africains, les citoyens, les ONG, les agences d'aide au développement, tous très engagés. Mobiliser les réseaux financiers privés et publics, l'ingénierie, la formation professionnelle et l'information sur les nouvelles technologies. Des financements avaient pourtant été décidés à Copenhague en 2009, 10 milliards par an mais rien n'est effectif et le lien avec les projets ne se fait pas. Les dirigeants africains ne comprennent pas. Il faut passer à l'acte. 

Comment envisagez-vous votre rôle?
Je serai sur le terrain. Je veux être un facilitateur, un avocat de l'Afrique dans cette nouvelle ère. Je veux alerter les décideurs français et européens. Aider les dirigeants, mobiliser les parlements français et européen. La fondation et son agence seront opérationnelles à la fin de l'année. Je veux persuader les Européens qu'une stratégie Europe-Afrique est vitale, que c'est parfaitement faisable, très vite. 

Comment convaincre l'opinion publique française en temps de crise?
Il ne s'agit pas de demander aux Français de faire des efforts mais bien de mobiliser tous les décideurs publics et privés français et européens. L'énergie pour tous en Afrique, c'est aussi une opportunité pour la France, pour sa croissance et ses emplois. Le potentiel de croissance est là, sous nos yeux. Des travaux gigantesques sont à mener pour 30 milliards d'euros par an, travaux qui seront en partie réalisés par des entreprises françaises et européennes. J'ai sollicité et ai besoin de tous les soutiens de l'État, ainsi que des grandes entreprises et des financeurs. 

Quels sont vos objectifs?
Si l'on arrivait à 90 ou 100% d'accès à l'énergie, on aurait plus de 20% de croissance par an en Afrique avec les retombées en France! On peut passer d'un continent de tensions à un continent de croissance. Pour nous, l'enjeu humain est évident, casser le cercle vicieux de la pauvreté mais il y a aussi des intérêts économique et géopolitique. En République centrafricaine, là où nous avons des armées engagées sur le terrain, il y a 3% d'accès à l'énergie. Le pays est dans le noir à 97%. Ce n'est pas tenable. Certes, il y a des problèmes de cadre juridique, de transferts de technologie, de maintenance et de formation, de financement qui est forcément mixte, public et privé. Mais aujourd'hui, nous avons les technologies peu chères notamment pour l'énergie locale et décentralisée. Il y a une volonté des dirigeants africains. Avec seulement 30% d'énergie ils connaissent une croissance à 5%. C'est tout le paradoxe. Il ne manque que l'engagement européen et le tiers de confiance, celui qui va faire le travail d'assemblage.

Comment faire pour que les Français vous suivent dans votre engagement en Afrique alors qu'on y enlève et même on y tue un de nos compatriotes?
Justement, l'obscurité appelle l'obscurantisme. L'électricité partout et pour tous est le facteur déterminant pour la croissance et la stabilité en Afrique. Si l'on continue comme cela, que va-t-on faire? Dresser des murailles entre l'Afrique et nous, pour empêcher l'arrivée des réfugiés climatiques et des enfants de la grande pauvreté? Il faut à l'Europe une stratégie africaine.

Vous avez été avocat d'affaires, puis homme politique. C'est la troisième vie de Jean-Louis Borloo qui commence?
J'avais déjà commencé à construire les bases de ce projet quand j'étais ministre de l'Énergie et de l'Environnement. J'avais rencontré les chefs d'État africains pour les convaincre de participer au sommet climatique de Copenhague, fin 2009. Des fonds avaient été décidés, mais cinq ans plus tard, rien n'a avancé. Le sommet de Paris sur le climat en décembre 2015 sera une réussite si effectivement le plan opérationnel d'énergie en Afrique est concrètement finalisé et financé. 

«Se mettre au service de se projet, c'est servir la France»

La maladie vous a fait réfléchir?
Quand je me reposais, c'est devenu comme une évidence. C'était ce que je devais faire. J'ai l'expérience des chantiers difficiles, comme celui de la rénovation urbaine, c'était il y a dix ans, personne n'y croyait! Une décennie plus tard, plus personne ne conteste le bien-fondé de cette politique qui a transformé l'urbanisme de ces quartiers et permis de tourner le dos aux émeutes de l'époque. On a investi 44 milliards, ce qui constitue le plus grand chantier civil de l'histoire du pays. Là, en Afrique, pour seulement huit fois plus, on peut contribuer à apporter la lumière sur tout le continent et pour chaque famille africaine. 

Vous ne vous considérez donc plus comme un homme politique?
La question est de savoir à quel endroit, avec vos défauts et vos qualités, vous apportez la plus grosse valeur ajoutée. J'ai quitté la politique opérationnelle, je fais de la politique autrement. Se mettre au service de ce projet, c'est servir la France. 

Vous avez créé l'UDI, l'Union des démocrates indépendants, vous ne vous intéressez pas du tout au choix de votre successeur?
Je suis très attaché à cette famille riche de talents et ses valeurs humanistes et modernes sont plus que jamais indispensables à notre pays. J'ai juste envie de dire à mes amis, lorsqu'ils auront choisi mon successeur : il faut qu'ils forment une superéquipe tous ensemble. 

Vos amis vous convoquent en permanence…
C'est normal, nos liens sont forts. 

On évoque même votre retour pour 2017…
Comprenez-moi bien, la fondation nécessite tout mon temps et la mobilisation de tous les acteurs n'est pas compatible avec un engagement partisan. Je pense avoir tenu mes engagements à Valenciennes et dans les différents gouvernements mais aujourd'hui mon engagement public, c'est l'Afrique. 

On dit même que vous rencontrez Nicolas Sarkozy…
Je n'en ai pas encore eu l'occasion mais j'espère pouvoir lui parler bientôt car l'énergie en Afrique nécessite l'unité nationale. 

Dans la tête de vos anciens collègues, on a l'impression que c'est impossible de quitter la politique…
Mobiliser toutes les forces vives autour de ce projet est une autre façon de faire de la politique. La grande majorité comprend ma démarche.

Source Le Journal du Dimanche Bruno Jeudy Et Soazig Quéméner

Le Pèlerin 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 18:31

Un gynécologue radié pour avoir trop stimulé le point G de ses patientes

Etats-Unis Ce docteur américain a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec une patiente...

Etats-Unis Ce docteur américain a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec une patiente...

Un gynécologue radié pour avoir trop stimulé le point G de ses patientes

Un gynécologue et sa patiente

Son existence fait débat, mais le point G a coûté sa licence à un gynécologue américain. Le docteur Kurt Froehlich a été radié par l'ordre des médecins de l'Ohio pour des relations «inappropriées» avec au moins deux patientes.

Selon des documents publiés par The Smoking Gun, lors d'une consultation, une première patiente, qu'il connaissait et avec qui il travaillait, lui a demandé de lui montrer où se situait son point G. Le docteur s'est exécuté. Lors d'un second rendez-vous, à l'hôpital, il a recommencé mais, cette fois, a stimulé la patiente «jusqu'à l'orgasme». Il a ensuite avoué avoir eu des relations sexuelles avec cette femme, qui, comme lui, était mariée. Froehlich a également joué avec le point G d'une autre patiente, mais il affirme ne pas avoir eu de relation sexuelle avec cette dernière.

Une secrétaire médicale l'a encore accusé d'avoir «glissé la main» sous sa chemise et de lui avoir touché la poitrine. Visiblement, il n'avait pas que le doigt de baladeur.

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article