Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 novembre 2014 2 18 /11 /novembre /2014 12:32

Les Français restent parmi les plus productifs au monde

Economie - Halte au «french bashing»

Infographie - Sur plusieurs autres critères, l'Hexagone se classe parmi les pays les plus attractifs du monde, notamment dans le domaine de la recherche. Tour d'horizon des atouts de la France.
Halte au «french bashing» dont la presse anglo-saxonne est si friande depuis quelques années, la France gagne en attractivité sur de nombreux critères, avance l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII). Le «tableau de bord de l'attractivité de la France» de l'AFII se base sur neuf «déterminants de l'attractivité» (taille et dynamisme du marché; éducation et capital humain; recherche et innovation; infrastructures, environnement administratif et réglementaire; environnement financier; coûts et fiscalité; qualité de vie et croissance verte), pour évaluer la position de la France par rapport aux 14 pays de l'OCDE, dont l'Allemagne, les États-Unis et le Japon.
L'étude met en avant les nombreux atouts de l'économie française et surtout une amélioration de la situation dans l'Hexagone depuis quelques années.
La France plus compétitive
En un an, la France est passée du 13e au 10e rang en matière de poids des cotisations sociales pour les entreprises. L'AFII souligne ainsi «l'intérêt des réformes en cours et plus particulièrement le Pacte pour la croissance, la compétitivité et l'emploi» qui a permis à la France d'être plus compétitive.
«Le coût horaire du travail pour l'ensemble de l'économie en France a stagné en 2013, alors que la zone euro progresse (+1,4 %), ainsi que l'Allemagne (+2,6 %), l'Autriche (+3%) ou encore les Pays-Bas (+2,8 %). Seul le Royaume-Uni recule (-3,2 %) et l'Irlande stagne», précise l'AFII, qui ajoute que «par rapport aux principaux concurrents européens, la maîtrise du coût horaire en France a été marquée dans l'industrie».
Une main d'œuvre productive
La France est quatrième en termes de productivité horaire du travail. Par ailleurs, le pays se place également à la quatrième place en termes de personnel de recherche et développement effectif pour 1000 actifs.
L'éducation des cadres supérieurs est en effet développée sur le territoire. «Dans l'enseignement supérieur, la dépense annuelle par étudiant est supérieure à la moyenne des pays de l'UE mais bien inférieure à celle des États-Unis ou de la suède», explique l'AFII.
Autre atout de la population française: le taux de fécondité est au deuxième rang derrière celui de l'Irlande.
La France en pointe sur la recherche
La France est au premier rang devant les États-Unis pour le financement et les incitations fiscales à la recherche et au développement en pourcentage de son produit intérieur brut. «La fiscalité française des dépenses de recherche et développement est la plus avantageuse au monde, grâce au Crédit d'impôt recherche (CIR)», constate l'AFII.
Par ailleurs, elle «arrive au 6e rang mondial pour les dépenses de recherche et développement avec 55 milliards de dollars, derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon, l'Allemagne et la Corée», note l'AFII. Plus de la moitié de ces activités de recherche et développement sont réalisées dans l'industrie automobile, l'industrie pharmaceutique, la fabrication d'équipements radio, télé et communication, et la construction aéronautique, précise l'étude.
Un réseau électrique et des infrastructures performantes
Concernant les infrastructures la France n'est pas en reste: le pays est numéro un pour le prix de l'électricité, suivie de la Suède. «Avec moins d'une interruption par consommateur par an, la France dispose d'un réseau électrique performant et fiable», commente l'AFII.
L'internet haut débit fixe est également bien développé en France avec le deuxième taux de pénétration du classement, derrière les Pays-Bas.
Toutefois ces améliorations de la situation française ne sont pas toujours perçues à l'étranger et contrastent avec l'image de l'Hexagone souvent présenté comme un pays où le taux d'imposition est élevé avec un droit du travail complexe.
Graphique ici 
http://www.lefigaro.fr/medias/2014/1...2.5x468.19.jpg

Source Le Figaro Home Economie Conjoncture  Mathilde Golla,

Service infographie du Figaro Publié le 18/11/2014

Le Pèlerin
 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Economie
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 17:56

Algérie - L’incroyable campagne de haine lancée contre les athées algériens 

Laicite

Laicite

Après avoir fait tout un dossier sur le port du voile par les Algériennes, le journal arabophone Echourouk réputé pour ses tendances islamistes a franchi une autre étape : il a publié, ce vendredi, une «enquête» sensationnaliste sur le « phénomène » de l’athéisme dans la société algérienne.
Ce média aux idées islamistes avérées créé ainsi un clivage dans la société. A coup de papiers de propagandes, il oppose les bons (les pratiquants) aux mauvais (les athées, mais aussi les non-pratiquants). Pis encore, les articles inclus dans ce pseudo dossier sentent la manipulation. Au moment où les responsables politiques algériens défendent la tolérance religieuse, Echorouk offre aux Algériens un concentré de haine dirigée à l’encontre de nombreux algériens dont les convictions religieuses diffèrent des propagandistes de ce média. Echorouk s’en prend ainsi violemment à “ces gens qui ne croient pas en Dieu”. Il accuse même ces “athées” de meurtres élucidés et jugés par les tribunaux.
Dans ce dossier d’Echorouk, les athées algériens sont traités de “sorciers” caricaturés et présentés comme des monstres dangereux ! Des passages entiers de ce dossier s’apparentent à un véritable appel à la haine. L’athée, il faut le juger, l’emprisonner, le pourchasser ou l’excommunier. Cela fait plusieurs semaines que ces discours de haine sont disséminés dans plusieurs médias. Ce même canard a fait écho, il y a un mois, de la volonté d’un courant salafiste de mener une campagne de « purification » de la société à travers la fermeture de bars, avant de revenir, quelques numéros plus loin, sur d’autres sujets de société comme la polygamie qui a été défendue et soutenue publiquement par la présidente d’un parti islamiste.
C’est également ce courant idéologique qui a pris fait et cause, depuis quelques jours, contre l’œuvre de fiction que représente le film l’”Oranais” du réalisateur Lyès Salem. A ce rythme, les salafistes et autres fanatiques, dont les idées sont véhiculées sans aucune gêne par ces journaux qui n’ont guère la vertu comme première qualité, vont obliger les femmes à s’habiller comme ils le veulent. Ils vont finir par faire intrusion dans les chambres à coucher des Algériens pour savoir si leurs comportements sont conformes aux préceptes de la religion. Et quoi après ? Un retour aux années 1990 ?
Ces dérapages dangereux doivent non seulement cesser, mais leur persistance peut créer des conflits dans la société. Des conflits qui peuvent mener le pays vers l’inconnu.
Source Algérie focus Essaïd Wakli

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 09:40

Le couple de grincheux

Humour - Ils s’aiment d’un Amour tendre
Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 09:32

Le "Bordel de la Poésie" débarque en France

France – Vers une réouverture des Bordels …7 euros la passe… !

Paris - Dans l'ambiance feutrée d'alcôves, des femmes en tenue affriolantes susurrent de jolis mots aux oreilles de clients en extase. On est à Pigalle mais ici c'est la poésie qui se monnaye: le "bordel de la poésie" a débarqué en France.

Le principe : vous choisissez votre interprète - elle, le plus souvent - ou il récite en toute intimité pendant une dizaine de minutes des vers de sa composition sur le thème de votre choix ou selon son inspiration. Pas de classiques, ni de poésie érotique. 

L'idée du "bordel de la poésie" est née à New York en 2008 sous l'égide d'une Californienne, qui "s'ennuyait à mourir" dans les rencontres de poésie traditionnelles. 

"J'avais envie de donner un peu de sang neuf à cet art qui est passé de mode. Baudelaire et Oscar Wilde étaient des célébrités à leur époque, il n'y a pas de raison que les poètes ne soient pas des stars aujourd'hui !", s'exclame Stephanie Berger (30 ans), surnommée "Madame". 

Aujourd'hui, les bordels de la poésie se déclinent dans plusieurs villes sous forme de soirées mensuelles dans les clubs et restaurants de Chicago, Londres, Barcelone, Bruxelles. Et après Paris, bientôt Vienne et Dublin. 

Ce vendredi soir, ambiance rétro d'un cabaret de l'avant-guerre au restaurant Pigalle, dans le quartier éponyme des plaisirs nocturnes. Vêtue d'un fourreau de satin doré, brodé de dentelle noire, Madame fait défiler ses "prostituées": The Lady, Chronos, Ginger Bitch, ou encore le comte de Bellemort, maître de la rhapsodie macabre. 

Ces poètes amateurs participent régulièrement aux slams de la poésie, organisés à travers la France. 

Une bouteille de whisky à la main et l'air faussement éméché, le ténébreux Tennessee Pink, dans la vraie vie Nicholas Adamski, cofondateur du Bordel de la poésie, vend des jetons à sept euros. C'est le prix qu'il en coûtera au client pour un moment intime avec un poète. 

Dans la salle bondée du premier étage, "Alberto" harangue la foule : "Oui, vous êtes bien dans un bordel...Mais c'est le seul bordel où les prostituées sont des poètes!". 

- Magie - 

Pourquoi mêler le sexe à la poésie' C'est naturel, explique Madame : poésie et prostitution sont les "deux plus vieux métiers du monde", tous deux portent en eux l'idée "de marginalité, de fantasme, d'intimité, de désir, de violence et de plaisir". 

Stephanie Berger est fascinée par les maisons closes du 19è siècle, où venaient s'inspirer des artistes comme Toulouse-Lautrec ou Rimbaud. 

Mais aujourd'hui, c'est difficile de vivre de la poésie, "alors il faut bien se prostituer pour en vendre", ironise-t-elle.  

La reine du burlesque Louise DeVille, une artiste américaine installée à Paris depuis neuf ans, encanaille l'atmosphère avec savoir-faire. La danseuse, admiratrice de Joséphine Baker, se tortille et termine avec un flamboyant numéro de cracheuse de feu. 

Sur un coin de table, une diseuse de bonne aventure très légèrement vêtue scrute les lignes de la main d'un client amusé.  

Sous les lumières tamisées des alcôves de l'arrière-salle, la magie opère. Les clients se bousculent même. Comme par hasard les femmes choisissent des poètes et les hommes, des poétesses. 

Ginger Bitch, de son vrai nom Ferdinand Legendre, adore le concept. "C'est bien la première fois que je gagne de l'argent en déclamant mes vers!", se réjouit ce poète de 27 ans, documentaliste, issu d'une famille passionnée de littérature, qui rêve d'être publié.  

Certains clients ressortent amusés, d'autres enivrés, comme envoutés par le délicieux mélange des genres.  

"Je suis tombé amoureux de vos vers" confie un client à Mme Bothery. "Je crois que je suis resté beaucoup trop longtemps avec Mrs Peacock et du coup j'ai négligé les autres", regrette Dries Schouteden, un pilote d'avion. "Je reviendrai, je suis vraiment emballée", ajoute une jeune étudiante, Nolwen, venue avec ses copines. 

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 00:51

Le plus beau tatouage de l’année

Humour – Pour ou contre les tatouages

C'est du beau travail...mais l'embêtant... c'est qu'on n'ose plus déranger les petits....

J'espère qu'ils quitteront bientôt le nid !!!!!!!!!!!!!

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 00:01

Histoire de footballeurs

Humour – Mémoire d’outre tombe

Deux vieux amis Marcel et Jojo, 90 ans tous les deux, ont été amis toute leur vie. Jojo est à l'article de la mort et Marcel lui rend visite tous les jours.
Un jour, Marcel lui dit : « Jojo, toi et moi avons aimé le foot toute notre
vie. Nous avons joué ensemble chaque Dimanche pendant de
nombreuses années.
Je voudrais que tu me rendes un service quand  tu seras au Ciel. Débrouille-toi pour me faire savoir si on joue au foot  là-haut.
De son lit de mort, Jojo s'adresse à son ami :
- Marcel, tu as été mon meilleur ami pendant toutes ces années. Je te rendrai ce service si je le peux.
Quelques instants plus tard, Jojo quitte ce monde.
Quelques jours plus tard, à minuit, Marcel est réveillé dans son sommeil  par une lumière blanche aveuglante. Une voix
lui dit :
- Marcel Marcel!
- Qui est-ce ?
demande Marcel affolé, assis sur son lit.
- C'est moi
Jojo.
- C'est impossible, Jojo vient de mourir !
- Je te dis que c'est moi Jojo !
- Jojo ! Mais où
es-tu ?
- Au ciel.
J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'annoncer.
- Vas-y, commence
par la bonne, demande Marcel.
- Eh bien, la bonne, c'est qu'on joue bien au foot au Ciel. Mieux,
tous nos vieux potes qui sont morts avant nous sont ici aussi ! Encore mieux, on a tous retrouvé notre jeunesse ! La meilleure de toutes, c'est que c'est toujours le printemps, pas de pluie, pas de neige! Il n'y a pas d'arbitres (on a dû les envoyer ailleurs !) Et cerise sur le gâteau, on  peut jouer autant qu'on veut, on n'est jamais fatigués !!!
- C'est fantastique ! répond Marcel. C'est encore mieux que ce
que  j'avais espéré ! Mais la mauvaise nouvelle, c'est quoi ?
- T'es sur la feuille de match samedi !!

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:36

Algérie- France - Le président algérien Bouteflika hospitalisé à Grenoble

13 novembre 2014 - Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, a été admis hier dans une clinique de Grenoble.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, a été admis hier dans une clinique de Grenoble. "Il a été pris en charge à la clinique mutualiste", un établissement privé de la ville, a expliqué une source policière à l'agence Reuters, confirmant une information du Dauphiné Libéré.
Abdelaziz Bouteflika, qui détient le record de longévité à la tête de la République algérienne, est en fonction depuis le 27 avril 1999. Il a été réélu le 17 avril dernier avec plus de 81% des suffrages.
Le président avait été opéré en novembre 2005 au Val-de-Grâce, à Paris, pour un ulcère à l'estomac selon un bulletin de santé officiel. De nouvelles hospitalisations, à Paris, avaient suivi en 2006, 2011 et 2013, année où il a été victime d'"une petite attaque cérébrale".

Source Le Figaro.fr

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 16:31

L'exploit historique de la mission Rosetta

Philae photographié par Rosetta

Philae photographié par Rosetta

Mission accomplie : pour la première fois dans l'histoire de l'Humanité, l'Europe a posé en douceur hier un petit robot, Philae, à la surface d'une comète, couronnement d'une aventure spatiale entamée il y a vingt ans.

Une mission historique s'est accomplie hier aux confins de l'espace. À 500 millions de kilomètres de la Terre, les scientifiques et techniciens de l'Agence spatiale européenne (ESA) et leurs alliés sont, en effet, parvenus à poser un petit robot sur une comète. Lancée en 2004 la sonde Rosetta, qui a parcouru 6,5 milliards de kilomètres, est arrivée hier matin à proximité de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, dite «Tchouri». Peu après 10 heures, la sonde a largué le petit robot Philae – chacun a d'ailleurs pris une photo de l'autre ! – entamant alors de longues heures d'attente angoissantes. Car il aura fallu plus de 7 heures pour le robot, progressant à la vitesse de 3,5 km/h, pour arriver sur le site «Agilkia», identifié sur la comète comme présentant le meilleur compromis technique et scientifique.

À 17 h 03, conformément à toutes les prévisions esquissées dans les laboratoires il y a des années, le signal confirmant l'arrivée du robot sur la comète a été reçu avec une explosion de joie par les scientifiques, à Darmstadt en Allemagne dans la salle de contrôle, comme à Toulouse au CNES ou à la Cité de l'Espace où quelque 5 000 personnes étaient réunies. Mais aussi partout dans le monde sur internet. Rarement un événement scientifique n'aura suscité autant de messages sur Twitter et les réseaux sociaux pour saluer une véritable aventure.

C'est que chacun avait bien conscience du moment historique qu'il vivait. Certes un instant peut-être moins émouvant que le premier pas de l'homme sur la Lune, mais cet exploit est assurément un nouveau grand pas pour l'humanité. «C'est un grand pas pour la civilisation humaine», a ainsi commenté Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA. «Nous sommes les premiers à l'avoir fait et c'est cela qui restera pour toujours», a-t-il ajouté, soulagé après les dernières 24 heures vécues sous haute tension dans les différents centres de contrôle de l'ESA.

Une tension qui s'est ravivée en fin de journée lorsque l'on a appris que le robot n'était pas parfaitement ancré sur le sol… Sans préjuger de la suite, les scientifiques ont hâte de travailler avec Philae. Le robot – qui devrait fonctionner jusqu'en mars – a, en effet, la mission de trouver sur le noyau de la comète des molécules organiques qui ont pu jouer un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre, les comètes étant les objets les plus primitifs du système solaire. La mission Rosetta, d'un coût de 1,3 milliard d'euros, est déjà une victoire technique et scientifique européenne exemplaire. Un exploit qui est tout à la fois l'aboutissement d'une vingtaine d'années de recherches et l'ouverture d'une nouvelle page dans l'histoire de l'Univers et de la conquête spatiale qui, quoi qu'on en dise, continue à nous faire rêver.

5 000 personnes en liesse à Toulouse

D'abord il y a eu l'attente. Sept longues heures. Et puis les cris de joie, les larmes, les embrassades. Plus de 5 000 personnes ont suivi hier l'atterrissage du module Philae sur la comète «Tchouri» en direct de la Cité de l'espace de Toulouse. Dans la salle d'exposition «Explorations extrêmes», transformée en salle de presse et de retransmission, le public a mijoté toute la journée avec bonheur.

L'ambiance ? Du chaud avec les démonstrations de l'éternel Michel Chevalet — «Hé ! Regarde, c'est lui ! J'ai grandi avec ses comment ça marche à la télé». Du glacial et du parfumé dans l'atelier de fabrication de comète de Xavier Penot, chargé de la médiation scientifique à la Cité de l'espace. Et puis, l'explosion, à 17 h 03, lorsque la confirmation du «Touchdown» du robot est arrivée.

En larmes, la Toulousaine Claire Vallat, en charge des observations scientifiques à bord de Rosetta pour l'agence spatiale européenne (ESA) à Madrid, reste scotchée devant l'écran géant. «C'est merveilleux ! Il y a tellement de personnes qui ont bossé et qui bossent encore pour cette mission… Tellement de tension, c'est inimaginable… Ça fait huit ans que je travaille, je connais les équipes toulousaines du Sonc, ça m'aurait fait de la peine si Philae n'avait pas atterri», souffle la scientifique en s'essuyant les yeux. «C'est historique et on fait partie de cette histoire. Ça fait longtemps qu'on y travaille, tout est passé très vite et tout va bien puisqu'on communique avec le module», ajoute Sébastien Bosse, ancien étudiant toulousain aujourd'hui planétologue au centre technique ESTEC de l'ESA aux Pays-Bas.

Hier, c'est toute la grande famille scientifique, universitaire et spatiale toulousaine qui a communié avec un petit robot, à 510 millions de kilomètres de distance. Devant la maquette taille réelle de Philae, suspendue pendant sept heures au-dessus du décor cométaire, les directs et interview s'enchaînent. L'astronaute Philippe Perrin porte une cravate fusée, les membres du Cnes, l'agence spatiale française, font des jaloux avec leur t-shirt collector et les enfants dont le papa ou la maman a participé à la mission viennent toucher une comète : «Mais c'est super froid ! ». Les Toulousains d'autres missions déjà emblématiques sont là, solidaires et fiers. «On est bon », résume en riant Sylvestre Maurice, inventeur de ChemCam, la caméra laser du robot martien Curiosity. «Il y a des moments où il faut se sentir fier d'être humain. Le génie de l'Homme c'est de se lancer dans un exploit pareil », poursuit l'astrophysicien. «Je pense à mes voisins de bureau. Une cloison sépare les centres de contrôle de Curiosity et Philae. Je suis heureux », témoigne William Ravin, doctorant à l'IRAP (Institut de recherche en astrophysique et planétologie, université Toulouse 3 Paul Sabatier). «J'avoue que dans les années 1990, dans la phase de conception, je ne me projetais pas aussi loin. Les boulons qui libèrent les jambes et les harpons de l'atterrisseur, on ne peut pas les tester comme on le fait avec les instruments pendant la phase de croisière… C'est comme une allumette, ça ne marche qu'une fois ! Ça valait le coup d'être essayé. Nous sommes les premiers à nous poser sur une comète », glisse Pierre Bousquet, responsable des projets d'exploration planétaire au CNES à Toulouse.

Badge clignotant Philae épinglé sur leur t-shirt bleu, Jérémy, Fabien, Baptiste et Clément, étudiants à l'Isae (Sup Aero) ne boudent pas leur plaisir. «Vivre ce moment historique, c'est le rêve pour nous parce que nous nous orientons vers ces métiers-là. Peut-être que dans quinze ans ce sera à notre tour d'écrire l'histoire spatiale ».

Entre deux SMS avec ses équipes, Marc Pircher, directeur du centre spatial de Toulouse, décolle presque. «C'est la mission la plus emblématique de l'histoire spatiale. Pour moi, ça vaut l'Homme sur la Lune ».

À Toulouse hier soir, ils sont nombreux à ne pas être tout à fait redescendus, des images plein la tête, même si la plus attendue – la vue panoramique prise au sol par les caméras de Philae- n'est pas arrivée. Il ne reste plus qu'à remettre ça. Mais pas dans dix ans.

Source La Dépêche du Midi Philippe Rioux Emmanuelle Rey

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 00:44

Répliques célèbres

L’Histoire par les histoires

Lors d'un échange entre les deux rivaux politiques du 18ème siècle, John Montagu, Comte de Sandwich, et le réformiste John Wilkes. Montagu dit à Wilkes  « Monsieur, je ne sais pas si vous mourrez sur l'échafaud ou de la syphilis. »

 Réplique de Wilkes :

« Cela dépend, monsieur si j'embrasse vos principes ou votre maîtresse. »

****************************************** 
 Lady Astor apostropha un jour Winston Churchill : 
 « Monsieur Churchill, vous êtes ivre ! » 
 Réplique de Churchill : 
 « Et vous, Madame, vous êtes laide... Mais moi, demain, je serai sobre ! »

 ****************************************** 
Cindy Crawford à Amanda Lear lors d'un cocktail : 
 « Merci de m'avoir envoyé votre livre, je l'ai adoré. Mais dites-moi, qui vous l'a écrit ? » 
 Réplique d'Amanda : 
 « Je suis ravie que vous ayez apprécié mon livre. Mais dites-moi, qui vous l'a lu ? 
 ****************************************** 
Le Prince de Conti était fort laid. Aussi sa femme le trompait sans vergogne. Un jour, en partant, il lui dit : 
« Madame, je vous recommande de ne pas me tromper pendant mon absence. » 
Réplique de sa femme : 
« Monsieur, vous pouvez partir tranquille : je n’ai envie de vous tromper que lorsque je vous vois. »

 ****************************************** 
Churchill fit un jour la remarque suivante à son George Bernard Shaw (alors très maigre contrairement à ce premier de forte corpulence) : 
« À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre. » 
 Réplique de Shaw : 
« À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause. 

 ****************************************** 
Lors d'une visite du palais de Blenheim (maison ancestrale de la famille Churchill , Lady Astor, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston Churchill, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet. 
Au sommet de leur désaccord, Lady Astor s'écria : 
« Winston, Si j’étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! » 
Réplique du tac au tac de Churchill : 
« Eh bien moi, Nancy, si j’étais votre mari, je le boirais ! »

****************************************** 
Sacha Guitry et Yvonne Printemps, son épouse du moment, se promènent dans un cimetière. 
« Lorsque vous serez là, on pourra écrire sur la pierre : Enfin froide, » déclare galamment le spirituel Sacha. 
« Et quand vous y serez, sur la vôtre on pourra écrire : Enfin raide.

 ****************************************** 
Je ne sais plus quel animateur de télé pose cette question fondamentale à Michel Blanc : 
« Être chauve, est-ce un handicap ? » 
« Je suis chauve, mais j'ai une queue de cheval ! »
 ****************************************** 
Au Conservatoire national d'art dramatique, Louis Jouvet, professeur, à François Périer, jeune élève : 
 - Si Molière voit comment tu interprètes ton Don Juan, il doit se retourner dans sa tombe. 
Et Périer de répliquer du même ton : 
- Comme vous l'avez joué avant moi, ça le remettra en place.

 ****************************************** 
Anna Tyskiewicz, future comtesse Potocka, cachait avec soin un strabisme divergent. 
Mais Talleyrand, le plus célèbre pied-bot de l'Histoire, connaissait cette infirmité. 
Un jour, elle s'avisa de lui demander : 
 - Comment allez-vous, Prince ? 
 - Comme vous voyez, madame, répondit Talleyrand.

 ****************************************** 
 -« Le maréchal va beaucoup vous manquer…» dit-on à l’épouse du Maréchal de Boufflers après qu’il fut décédé. 
 -« Peut-être. Mais au moins, je saurai où il passe ses nuits » réplique-t-elle.

 ****************************************** 
Monsieur de Rivarol, combien d’années me donnez-vous ? » demandait une vieille coquette à l’homme célèbre. 
 Réponse : 
 -«Pourquoi vous en donnerais-je Madame ? N’en avez-vous donc pas assez ?"

  ****************************************** 
 A la fin d'un dîner organisé par Winston Churchill, le maître d’hôtel du héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L’un d’entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare : 
 "C’est pour la route. » 
 « Merci d’être venu d’aussi loin, lui lance Churchill. »

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 00:35

Graine de Champion

Humour et amour familial

Dans la famille Dupont, on est mécanicien de père en fils.

Aujourd’hui, le tout jeune fils de 12 ans vient de faire son premier tour en voiture tout seul…Et il revient sans la voiture.

– Qu’est-ce qui se passe Enzo ? demande son père.

– Je crois que la voiture à de l’eau dans le carburateur, papa.

– Mais quel fils j’ai ! dit t-il en prenant la petite tête ronde de son fils entre ses mains. Il a à peine douze ans, il sait déjà conduire une voiture, et si elle tombe en panne, il sait dire ce qui s’est passé. Ah, ma petite graine de champion, tu seras un grand mécano comme ton papa toi aussi.
ET où as-tu laissé la voiture?

– Dans le lac papa !

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article