Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 15:40

Humour à la pelle

Une série de blagues pour la journée

Premier bal
Myriam se prépare pour la cérémonie de remise des diplômes. Sa maman l'observe pendant les préparatifs. Sa robe est absolument magnifique et sa coiffure éblouissante. Sa maman rougit de plaisir et de satisfaction. 
Alors qu'elle pose ses boucles d'oreilles, Myriam en échappe une. Elle se penche pour la ramasser. 
Ô stupeur sa maman s'aperçoit que sa fille n'as mis de culotte! 
- Voyons Myriam, tu va mettre une culotte, quand même. 
- Voyons maman quand on va à un concert on ne se met pas des bouchons dans les oreilles!!!! 

---------------------------------------------------

Un ex va au mariage de son ancienne femme.. 
Durant la soirée, l'ex va voir le nouveau marié et lui demande d'un air arrogant : 
- Comment tu trouves ça, de rentrer dans du stock usagé
Le nouveau marié le regarde droit dans les yeux et, inébranlable (!!!), Il lui répond : 
- C'est stupéfiant ! Passé les 6 premiers centimètres, c'est flambant neuf ! 
---------------------------------------------------

Un homme se cogne contre une femme dans un hall d'hôtel. 
Durant la collision son coude butte contre la poitrine de celle-ci. 
Ils sont tout deux surpris. 
L'homme se tourne vers elle et dit : 
- "Madame, si votre coeur est aussi doux que votre poitrine, je sais que vous me pardonnerez." 
Ce à quoi elle répond : 
- "Si votre queue est aussi dure que votre coude, je suis dans la chambre 221". 
---------------------------------------------------

Un homme d'affaire monte à bord d'un train et se retrouve assis à côté d'une superbe femme.

Il remarque qu'elle est en train de lire un livre sur les statistiques sexuelles. 
Il l'interroge sur ce sujet, et elle répond : 
- "C'est un livre très intéressant. Ainsi les Indiens sont ceux dont le pénis est le plus long, et les bretons sont ceux qui savent le mieux s'en servir. Au fait je m'appelle Florence. Et vous ? 
- "Geronimo LE GENNEC ! Enchanté de vous rencontrer." 
---------------------------------------------------

Un soir, alors qu'un couple se couche, le mari commence à caresser le bras de sa femme.

Elle se retourne et lui dit : 
- "Je suis désolée chéri, j'ai un rendez-vous chez le gynécologue demain et je veux rester fraîche". 
Le mari déçu se retourne. Quelques minutes plus tard, il se tourne de nouveau vers sa femme. 
- "Est-ce que tu as aussi un rendez-vous chez le dentiste demain ?" 
---------------------------------------------------

Un prêtre et une nonne sont dans une tempête de neige.

Après un moment, ils trouvent une petite cabane. Exténués, ils se préparent à dormir. Il y a une pile de couvertures et un duvet sur le sol, mais seulement un lit. Gentleman, le prêtre dit : 
- "Ma soeur, vous dormirez dans le lit, et je dormirai sur le sol, dans le duvet". 
Alors qu'il venait juste de fermer son duvet et commençait à s'endormir, la nonne dit : 
- "Mon père, j'ai froid ". 
Il ouvre la fermeture de son duvet, se lève, prend une couverture et la pose sur elle. 
De nouveau, il s'installe dans le duvet, le ferme et se laisse sombrer dans le sommeil, quand la nonne dit encore : 
- "Mon père, j'ai toujours très froid". 
Il se lève à nouveau, met une autre couverture sur elle et retourne se coucher. Juste au moment où il ferme les yeux, elle dit : 
- "Mon père, j'ai si froid ". 
Cette fois, il reste couché et dit : 
- "Ma soeur, j'ai une idée : nous sommes ici au milieu de nulle part, et personne ne saura jamais ce qui s'est passé. Faisons comme si nous étions mariés". 
Enfin exaucée, la nonne répond : 
- "Oui, c'est d'accord ". 
Et le prêtre crie : 
- "Alors tu lèves ton cul et tu prends toi même ta putain de couverture, conasse
---------------------------------------------------

Un couple a été marié pendant 50 ans. Un matin au petit déjeuner, la femme déclare
- " Rappelle-toi comme 50 ans en arrière, nous étions probablement assis à cette même table ensemble." 
- "Je
sais," dit le vieil homme 
- "Nous étions probablement assis, complètement nus." 
- " Eh, bien, " dit la vielle femme " revivons un peu du passé." 
Alors les 2 se déshabillent entièrement et se rassoient. 
- "Tu sais chéri," dis la petite vieille toute excitée "mes tétons sont toujours aussi chauds aujourd'hui qu'ils l'étaient il y a 50 ans !" 
- "Ça ne m'étonne pas, " répondit le grand-père "Il y en a un dans le grille-pain et l'autre qui trempe dans ton café..." 
La maîtresse demande à chacun de ses élèves : 
- "Que voulez-vous faire plus tard ?"
- Moi, quand je serai grand, je veux être un grand joueur au PSG et si ça ne marche pas je serai petit joueur à l'OM. 
- Moi, quand je serai grand, je veux être chirurgien et puis si ça ne marche pas je serai brancardier. 
- Moi, quand je serai grande, je veux être actrice et puis si ça ne marche pas je serai caissière au cinéma. 
- Moi, quand je serai grand, je veux être un grand athlète et puis si ça ne marche pas je serai prof de gym. 
- Moi, quand je serai grand, je veux des femmes et du Champagne, dit Toto. 
- Ah bon, s'exclame la maîtresse en riant. Et si ça ne marche pas ? 
- Branlette et Champomy !

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 22:49

Les derniers instants

Humour noir- Horrible disiez-vous ?

Maurice revient de chez le médecin qui lui a appris qu'il ne lui reste que 24 heures à vivre.
Découragé par cette nouvelle, il demande à sa femme la permission de lui faire l'amour.
Évidemment, elle accepte.
Huit heures plus tard, Maurice regarde sa montre et réalise qu'il ne reste que 16 heures.
Il se tourne vers sa femme et lui dit :
- Chérie, il ne reste que 16 heures, pouvons-nous le refaire encore ?
Et plus tard, au moment d'aller au lit, Maurice
remarque que le délai n'est plus que de 8 heures.
Il touche l'épaule de sa femme et demande :
- Chérie, une dernière fois avant mon départ ?
- Absolument mon chéri dit-elle.
Puis ils refont l'amour pour la troisième fois.
L'épouse s'endort après ce troisième épisode.
Maurice par contre ne peut dormir...
Il se tourne et se retourne jusqu'à ce qu'il ne
lui reste que quatre heures.
Il tapote l'épaule de sa femme et lui dit :
- Chérie, il ne reste que 4 heures, penses-tu qu'on pour..
Cette fois, son épouse s'assoit, le regarde et lui dit:
- Maurice, tu exagères, moi j'me lève demain
matin, pas toi !
Horrible ...................

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 17:49

Suspendue sine die par Qatar Airways, la livraison du premier Airbus A350 qui était prévue samedi à Toulouse pourrait avoir lieu dans les prochains jours.

Un A350 aux couleurs de Qatar Airways

Un A350 aux couleurs de Qatar Airways

Annoncée samedi, la réception du biréacteur long-courrier de dernière génération avait été reportée mercredi pour une raison obscure par la compagnie de Doha. Toutefois, Akbar al Baker, le directeur général de Qatar Airways, a annoncé l’imminence de la livraison et le maintien au 15 janvier du premier vol commercial entre Doha et Francfort. Il a en outre souligné qu’il fallait 30 jours pour peaufiner la formation des équipages de ce nouvel appareil, laissant entendre que la livraison interviendrait au plus tard dans quelques jours et à l’approche de la fête de l’indépendance du Qatar, le 18 décembre.

L’avionneur européen avait promis à la compagnie qatarie de livrer le premier exemplaire de l’A350 « avant la fin de l’année », avec environ un an de retard sur le calendrier initial. « Cette livraison est importante car elle valide un calendrier extrêmement ambitieux et témoigne du sérieux de l'avionneur dans ses capacités à honorer ses engagements », a déclaré Stéphane Albernhe, expert aéronautique au cabinet de conseil Archery strategy consulting.

Un succès commercial

Le programme A350 XWB (extra wide body) avait été lancé en 2007 après une première version retoquée en 2005 par les compagnies qui n’y voyaient qu’une pâle amélioration de l’A330. Le biréacteur commercial d’Airbus doit concurrencer les Boeing 777 et 787 Dreamliner, jusqu’à présents majoritaires face à l’A330, entré en service il y a 20 ans. L’avionneur a investi 10 à 12 milliards d’euros dans ce programme stratégique. Equipé de moteurs Trent XWB de Rolls-Royce et capable de transporter en moyenne 315 passagers sur une distance de 14 500 km, l’A350-900 est le premier appareil mis en service par Airbus depuis le super Jumbo A380 en octobre 2007.

Fabriqué en majorité de matériaux composites, l’A350 promet des économies de carburant de 25% par rapport au 777 et de 6% par rapport au 787, un élément crucial pour des compagnies en quête de réduction de coûts. Avec 778 commandes à fin novembre, le programme est déjà un succès commercial. Selon Fabrice Brégier, le PDG d’Airbus, le potentiel de vente est de 2500 avions. Qatar Airways en a commandé 80 exemplaires, ce qui fait de la compagnie le principal client.

Pour les spécialistes de l’aéronautique, l’A350 est « une réussite technico-industrielle ». « Le programme apparaît comme un des plus aboutis à ce stade. Il a réellement capitalisé sur les erreurs de l'A380 », souligne Christophe Ménard, analyste chez Kepler Cheuvreux. Pour autant, Didier Evrard, directeur du programme A350, pointait l’énorme défi de la montée en cadence de production. « L'ensemble de la filière aéronautique mondiale est déjà sous forte tension. Boeing comme Airbus sont dans une logique de montée en cadence, sur les B737, B787, A320. Passer d'une production de deux à 10 avions par mois en quatre ans va augmenter encore la pression sur les fournisseurs.

Source La Dépêche du Midi Stéphane Albernhe

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 10:19

Mon Père disait….

La houpette

La houpette

J'ai emmené mon père au centre commercial l'autre jour pour lui acheter des nouvelles chaussures (il a 91ans).
Nous avons décidé de manger un bout à la cafétéria.
J'ai remarqué qu'il regardait sans cesse un adolescent à côté de lui.
A la place des cheveux, il avait une crête rouge, un véritable punk quoi !
Mon père continuait de le regarder...Chaque fois que l'adolescent se retournait, il voyait mon père qui le fixait.
Quand l'adolescent en a eu assez, avec sarcasme, il lui a demandé
Qu'est-ce qui se passe le vieux, t'as jamais rien fait de fou dans ta vie ?"
Connaissant mon père, je me suis dépêché d'avaler pour ne pas m'étouffer sur sa réponse, je savais bien qu'il en aurait une bonne.
Très décontracté et sans cligner de l’œil, il a dit :
Si, si, ......
" Je me suis saoulé un jour et je me suis fait une poule,......... alors je me demandais si par hasard tu serais pas mon fils...!

Le Pèlerin

Mon Père disait

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 18:23

Airbus : le premier vol commercial d’A350 maintenu au 15 janvier

Un A350 aux couleurs de Qatar Airways

Un A350 aux couleurs de Qatar Airways

Alors que Qatar Airways a annoncé mercredi la suspension sine die de la livraison du premier Airbus A350 prévue samedi à Toulouse, le président de la compagnie aérienne a fait savoir ce jeudi que le premier vol commercial du bi-réacteur aurait bien lieu le 15 janvier.

« Nous allons prendre livraison de notre appareil de manière imminente », a déclaré Akbar Al-Baker à des journalistes à Doha, ajoutant que « l'appareil est déjà prévu pour assurer son premier vol commercial le 15 janvier et ce sera vers Francfort », en Allemagne.

Mercredi, une porte-parole de Qatar Airways à Paris avait annoncé que la livraison du premier exemplaire commercial de l’A350-900 à sa compagnie avait été « suspendue jusqu’à nouvel ordre », sans préciser les motifs de ce report. La cérémonie de livraison est « repoussée sine die », avait-elle déclaré sans être en mesure de faire plus de commentaire. « Oui, nous avons un petit problème que nous essayons de résoudre avec Airbus », a indiqué ce jeudi Akbar Al-Baker. Il « devrait être bientôt résolu », a-t-il ajouté, sans donner plus de détail sur le « petit problème » en question. Il a par ailleurs souligné que « l’A350 sera l’épine dorsale de la flotte de Qatar Airways ».

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin
 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 00:16

Une diététicienne donne une conférence devant un auditoire bondé.

Sourire - La Diététique au Quotidien

– Tous les aliments que nous mettons dans notre estomac peuvent presque tous nous tuer dans quelques années. La viande rouge, les boissons gazeuses qui usent les parois de l’estomac, les légumes et personne ne réalise les méfaits à long terme de consommer l’eau qui est pleine de germe.
Mais il y a une chose qui est encore plus terrible et dangereuse que nous tous avons ou mangerons un jour. Il y a-t-il quelqu’un dans la salle qui pourrait me dire quel est l’aliment qui peut causer le plus de malheur et de souffrance après en avoir consommé ?

Un homme de 75 ans, assis dans la première rangée se lève et dit alors :
– Le gâteau de noce !?!

Le Pèlerin

 son sac à main, dans la cohue de ce premier jour de Soldes... Rentrée à la maison, elle est désespérée. C'est à ce moment qu'on sonne à la porte. Un jeune homme apparaît, son sac à main sous le bras !
- Je rêve ! Il y a donc encore des gens honnêtes en ce monde ! Merci, Merci beaucoup !
Devant lui, elle l'ouvre. Tout y est ! Cependant, en ouvrant son porte-feuille... son billet de 50 Euros a disparu, mais il s'y trouve : 2 billets de 10, 1 de 20 et 2 de cinq euros... N'y comprenant rien du tout, elle demande au jeune homme :
- Comment cela ce fait-il donc ?
Au jeune de rétorquer :
- L'autre fois, j'avais ramené un sac à main à une personne qui m'a remercié sans me récompenser. Elle n'avait pas de monnaie...

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 18:52

Les ivrognes au Bordel

Humour – Les Affres de l’Amour dans les vignes du Seigneur

La soirée s'achève dans un bar et les trois ivrognes vont chercher un endroit pour continuer la fête quand ils arrivaient devant un bordel. 
La patronne leur dit qu'il n'y a que deux filles disponibles. Elle les affecte aux deux gars les plus éveillés et qu'elle fait coucher le troisième ivrogne mort avec une poupée gonflable. 
Le lendemain matin, les trois hommes parlent de leur soirée. Le troisième s'exclame : 
- Je n'arrive pas à comprendre ce qui s'est passé hier soir, je lui ai mordu une fesse et elle a foutu le camp par la fenêtre en sifflant!

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 10:27

L’économie «droguée» à l’import

L’Algérie face à l’inquiétante baisse du prix du pétrole

Le pouvoir politique ne le dit pas et surtout ne le montre pas : la santé du chef de l’Etat en inquiète plus d’un. La chute du prix du baril à moins de 70 dollars est un autre motif d’inquiétude dans un contexte de montée des tensions extérieures et des protestations sociales, ainsi que d’impasse politique. 
Les finances du pays vont bientôt être dans le rouge. Le prix du baril de pétrole a lourdement chuté, passant de 105,87 dollars en 2013 à 68, 89 dollars, soit une baisse de près de 40 dollars, son niveau le plus bas depuis quatre ans. Et il risque de chuter encore. L’Arabie Saoudite, qui s’oppose à toute baisse de la production pétrolière pour faire remonter les prix, peut supporter une baisse du prix du baril jusqu'à moins de 70 dollars, même si cela se traduisait par une diminution importante de ses recettes. Pour l’heure, cette baisse des prix a fait au moins une heureuse, la patronne du FMI, Christine Lagarde, qui l’a qualifiée de «bonne nouvelle pour l’économie mondiale». 
Deux raisons sont avancées pour expliquer le refus saoudien d’accepter une baisse de la production pétrolière malgré l’insistance du Venezuela et de l’Iran.

Fort de ses réserves de change, Riyad, nous explique-t-on, serait engagé dans une guerre des prix contre le pétrole de schiste américain dont les coûts d’exploitation et de production sont très coûteux et nécessitent donc de lourds investissements.
En maintenant donc sa production au niveau actuel dans un contexte de surabondance de l’offre, l’Opep, sous la pression des Saoudiens et de leurs alliés du Golfe, escompte freiner l’essor de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste aux Etats-Unis. 
Cet argument d’une guerre des prix déclarée par l’Arabie Saoudite contre son allié et protecteur américain ne tient pas la route : Riyad ne fait rien sans l’aval de Washington. Par conséquent, et c’est la deuxième raison, ce ne sont pas les Etats-Unis qui sont visés par l’Arabie Saoudite, mais la Russie, dont le financement de l’économie est assuré essentiellement par les exportations pétrolières et surtout gazières : il ne faut pas oublier que le prix du gaz est indexé sur celui du pétrole. L’objectif des Saoudiens, de connivence avec leurs maîtres américains, vise à affaiblir la Russie, à la faire plier, et partant, à punir le Venezuela et l’Iran, deux pays qui ne sont pas en odeur de sainteté à la Maison- Blanche. Le fait que la Russie ne cache pas son opposition à un ordre mondial dirigé sans partage par les Etats-Unis et leurs alliés comme elle l’a montré d’abord sur la question du radar antimissile US qui devait être installé à ses frontières, dans la crise ukrainienne ou encore sur le conflit syrien où elle oppose son droit de veto au Conseil de sécurité, à toute résolution préconisant une intervention armée en Syrie comme ce fut le cas pour la Libye, ne plaît pas forcément aux Occidentaux. Qui plus est, les Etats-Unis, en crise, regardent avec inquiétude l’initiative des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) de créer une Banque de développement pour faire pièce au FMI et à la Banque mondiale, et d’utiliser leurs monnaies nationales à la place du dollar dans leurs transactions commerciales. 
Ajoutée aux sanctions européennes et américaines — le rouble s’est effondré et Moscou a dû annuler son projet de gazoduc évitant l’Ukraine —, la baisse du prix du baril et du gaz qui va suivre met à mal l’économie russe. Reste que cette politique impérialiste, il n’y a pas d’autre mot pour la qualifier, visant à humilier une grande nation comme la Russie, et ce, quoi qu’on pense de la politique autoritaire de Vladimir Poutine, est dangereuse pour la paix mondiale. 
L’Algérie piégée par une guerre des prix dont l’enjeu la dépasse
Dans cette affaire, l’Algérie est victime d’une guerre économico-stratégique, dont l’enjeu la dépasse, conduite par le «frère» saoudien au profit des intérêts stratégiques américains. Elle est de fait piégée. Les conséquences de cette guerre des prix risquent d’être catastrophiques à terme.
La situation sera financièrement et socialement intenable parce que depuis 1999, à coups de milliards de dollars d’importations, le pouvoir a créé un niveau de vie artificiel, sans contrepartie productive, sans rapport avec le niveau de l’économie réel. En 15 ans, les 700 milliards de dollars générés par le pétrole et le gaz n’ont pas été utilisés pour préparer l’après-pétrole. 
Pour 2014, les dépenses projetées se situent autour de 112 milliards de dollars et les recettes escomptées, selon une hypothèse optimiste, autour de 60 milliards de dollars. Pour atteindre l’équilibre budgétaire – pour que les recettes soient égales aux dépenses —, il faudrait que le prix du baril soit égal ou supérieur à 120 dollars ! 
Dans l’immédiat, il faudra parer au plus pressé : puiser dans les réserves de change (pour l’heure elles se situeraient autour de 190 milliards de dollars) pour financer ce déficit. Comme une remontée du prix du baril n’est pas pour demain, au rythme des dépenses actuelles (si elles sont maintenues), les réserves de change risquent de s’épuiser dans moins de trois ans. 
Malgré la gravité de cette situation, le gouvernement fait montre d’un incroyable optimisme, alors que la poursuite de la baisse du baril appelle des mesures d’urgence. Mardi, le ministre des Finances, Mohamed Djellab, a affirmé que «l’économie algérienne ne ressentira pas, à court et moyen terme, les répercussions de cette baisse des prix du pétrole» ! Et que «l’Algérie est préparée à résister au choc pétrolier». On veut bien le croire. Le Venezuela, qui dispose, selon le Figaro économie, des plus importantes réserves de pétrole prouvées au monde (autour de 300 milliards de barils et 1/5e des réserves mondiales), est en train de revoir son budget 2014-2015 à la baisse. Pas l’Algérie. 
Le tout-pétrole et une absence de vision qui se paie cher
En attendant, au lieu de prendre des mesures afin de rompre avec cette économie «droguée à l’import» (dixit Alexandre Kateb à Maghreb Emergent), revoir à la baisse certains projets de prestige (non utiles économiquement) comme la grande mosquée (deux milliards de dollars sinon plus) alors que la Casbah s’écroule devant nos yeux, les autorités préfèrent botter en touche, et faire croire aux Algériens qu’il n’y a pas le feu à la maison. 
Mieux, des experts proches du pouvoir en rajoutent et parient sur une reprise (incertaine) de la croissance mondiale qui permettrait une remontée des prix du baril quand ils ne reprennent pas à leur compte la fable d’une nouvelle croissance basée sur l’exploitation, pourtant très coûteuse et dommageable pour l’environnement, du gaz de schiste. 
Alexandre Kateb, cité plus haut, a constaté que les dirigeants algériens manquaient de vision. Pas seulement malheureusement. Le tout-pétrole, marque de fabrique du régime depuis 1999, a en partie servi à faire plaisir aux Etats-Unis dans la perspective d’un mandat présidentiel à répétition pour Abdelaziz Bouteflika. Dans le Washington Times du 22 novembre 2002, le chef de l’Etat ne déclarait-il pas que «l’Algérie ambitionne de devenir le premier producteur africain et ainsi assurer aux Etats-Unis la sécurité énergétique supplémentaire dont ils ont besoin» ? Aujourd’hui, l’Algérie en paie le prix. 
Pour conclure, ne nous voilons pas la face. La maladie du chef de l’Etat, son incapacité à diriger le pays — depuis le 26 août, si je ne m’abuse, le gouvernement ne s’est pas réuni — ne sont pas pour rassurer : en raison de son état de santé, les institutions sont paralysées ou fonctionnent au ralenti. Le pays est de fait dans une impasse politique porteuse de risques. Ce qui de fait empêche l’Algérie, confrontée à un risque financier majeur avec en toile de fond une montée en puissance du mécontentement social, de réagir avec célérité à la gravité de la situation à venir. 
Source Le Soir d’Algérie Hassane Zerrouky

Le Pèlerin

Le Sud - Nino Ferrer

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 18:49

Visite fructueuse du Premier ministre algérien à Paris 

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal accueilli par François Hollande

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal accueilli par François Hollande

La visite du Premier ministre algérien à Paris intervient trois semaines après l'inauguration d'une usine Renault à Oran. Mais contrairement aux idées reçues, la France a bien plus besoin de l'Algérie que l'inverse.

Dans le jargon diplomatique, cela s'appelle une lune de miel. Jamais l'affichage politique des bonnes relations entre la France et l'Algérie n'a été aussi soutenu. Trois semaines après l'inauguration en grande pompe d'uneusine de montage Renault à Oran, en présence du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, c'est au tour du

et Manuel Valls jeudi, il s'entretient vendredi avec le président du Medef, Pierre Gattaz.

Déjà en mai et en juin dernier, quelques semaines à peine après la réélection d'Abdelaziz Bouteflika, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian s'étaient rendus en Algérie et avaient loué la bonne tenue de la coopération entre les deux pays. François Hollande avait, lui-même, montré le chemin à suivre, en se rendant en Algérie en 2012 pour sa première visite d'Etat en tant que président. Après des années de relations extrêmement tendues, Alger et Paris reconnaissent désormais qu'ils ont besoin l'un de l'autre. Ou plutôt, que la France a de plus en plus besoin de l'Algérie. Et ce, pour plusieurs raisons.

1. L'Algérie, incontournable dans la lutte antiterroriste

C'est la menace djihadiste dans le Sahel qui est a l'origine d'un changement de donne dans les relations franco-algériennes : la vigueur de la coopération militaire est, depuis plus d'un an, inédite. D'habitude si prompt à se ranger derrière son sacro-saint principe de non-ingérence, l'Algérie ne se croise plus les bras devant la menace terroriste au Sahel.

Préoccupé par les événements à sa frontière libyenne (l'Algérie a en tout 6.000 kilomètres sur 6 frontières désertiques), par la reprise des hostilités dans le Nord-Mali, par plusieurs attaques terroristes sur son sol (attentats de In-Amenas, enlèvements de diplomates algérien par le Mujao), le pouvoir algérien s'est montré plus attentif aux demandes répétées de la France de la voir utiliser son poids stratégique dans la région.

Puissance militaire largement reconnue et louée, forte d'une armée de 300.000 soldats, qui connait le terrorisme pour l'avoir douloureusement vécu sur son sol dans les années 1990, l'Algérie est devenu un maillon incontournable dans le processus d'éradication des groupes djihadistes de la région, objectif militaire de l'opération française Barkhane.

Alger s'est décidé à renforcer ses moyens militaires dans le grand sud. "L'Algérie a décidé de mieux contrôler sa frontière afin que les terroristes ne s'approvisionnent plus en carburant depuis le territoire algérien", explique Naoufel Brahimi El Mili, professeur à Sciences-po Paris. Ravitaillement, échange d'information :

La France a besoin de l'Algérie pour s'en servir comme relais logistique militaire."

Pourquoi la France a besoin de l'Algérie

2. Un rôle de médiateur avec les Touaregs maliens

Il y a un autre domaine dans lequel la France attend beaucoup de l'Algérie, malgré un jeu trouble qui parfois déstabilise les diplomates français : les négociations de paix entre les populations touarègues du nord du Mali et Bamako. L'Algérie est le médiateur classique, traditionnel entre les Touaregs et le pouvoir malien. C'est à Tamanrasset et à Alger qu'on a essayé de régler les précédents conflits, en 1991 et en 2006.

A la suite de l'insurrection touareg de 2012, l'Algérie a tenté jusqu'à la dernière minute de favoriser le rapprochement entre les différents touaregs maliens, laïcs et islamistes, mais la dénonciation de l'accord signé à Alger par le groupe Ansar-Dine (un des groupes djihadistes présent dans le nord du Mali) en 2013 l'a mise à l'écart. Au moment du déclenchement de l'offensive du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) et de leur alliance avec les groupes islamistes, l'Algérie a été évincée des négociations et a laissé la place, malgré elle, au Burkina Faso et plus largement à la Cédéao. Dorénavant, Alger a repris contacts, sans succès pour le moment. Mais la France mise sur sa capacité de médiation.

3. Un marché économique porteur

Dans une Europe en crise, la France a besoin de marchés porteurs, et l'Algérie en fait partie. Détrôné par la Chine, Paris aimerait retrouver sa place de premier fournisseur d'un pays qui a un potentiel économique énorme. Entre 2010 et 2013, 230 milliards de dollars ont été dépensés pour construire des logements, des routes, des voies ferrées, des hôpitaux... Bouygues, Accor, Lafarge, Renault, Sanofi, Alstom, toutes les grandes entreprises françaises veulent désormais en être, après s'est frottées pendant des années à la rudesse d'une économie algérienne largement administrée par un Etat refroidissant plus d'une ambition.

Une centaine d'investissements français d'un montant global de plus de 2 milliards d'euros ont été réalisés en Algérie durant les dix dernières années, selon le Directeur général  de l'Agence nationale de développement de l'investissement (ANDI), Abdelkrim  Mansouri.  

Par ailleurs, la France pousse l'Algérie à développer le gaz de schiste en lui marchandant son savoir-faire dans le travail de prospection, "faisant ainsi baisser par la même occasion le prix du pétrole et du gaz, plus rentable pour la France", souligne Naoufel Brahimi El Mili avant d'ajouter, railleur : "En échange, la France prend médicalement en charge les dirigeants algériens prêts à payer cher pour se faire soigner dans les cliniques françaises."

Cependant, dans cette relation, l'Algérie est également en demande en raison de l'urgence de diversifier son économie, encore beaucoup trop dépendante des ses matières premières. 

Bien sûr, la relation franco-algérienne n'est pas qu'à sens-unique, mais pour Naoufel Brahimi El Mili, "'l'Algérie n'aura besoin de la France que lorsqu'elle commencera à devenir moins riche. Avec ses ressources pétrolières, l'Algérie s'est vautrée dans un discours de vanité. Mais cela risque d'être de moins en moins vrai en raison du tarissement de ses matières premières". 

Source Le Nouvel Observateur Sarah Diffalah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 17:43

Monsieur est au Hammam…Madame fait du Shopping

Humour - Shopping

L'histoire se passe dans un hammam... Quelques hommes en tenue légère discutent, quand tout a coup, un portable se met a sonner..
- Allô, chéri, tu es au hammam ?
- Oui, ma chérie
- Chéri, tu ne vas pas me croire, je suis devant un magasin de fourrures, aie, aie, aie, le magasiiiin..., chéri, ils ont un vison... maaaaagnifique, de toute beauté, a un priiiiiix... incroyable...
- Combien le vison, ma chérie
- Donné, mon amour, donné... 15 000 euros... tu te rends compte ?
- Mais tu en as déjà des manteaux ma chérie !
- S'il te plaît, chéri, il est vraiment..supeeeeeerbe !
- OK, OK... vas-y, achète le, ton vison !
- Oh, merci mon amour, dis, je ne veux pas t'embêter, mais tu sais, en passant devant le concessionnaire Mercedes tout à l'heure, j'ai vu le dernier coupé... il est booooooo ! magnifiiiique... en plus, j'ai parlé au vendeur, celui en exposition est tout neeeeuf, intérieur cuiiir,peinture dorée...je ne veux pas abuser de ta gentillesse, mais qu'en penses tuuuu ?
- Chérie, tu exagères, on a déjà des voitures !
- Tu m'avais promis un jour qu'on aurait un coupéééé !
- Combien, la voiture, ma chérie ?
- Tu ne vas pas me croire, mon chéri, ils nous la laissent à 120 000 euros, avec toutes les options !!!
- Bon, OK, OK, on a de l'argent, vas-y.. prend la ta voiture !
- Mon amour, je t'aime, c'est merveilleux la vie avec toi. Dis, j'abuse, mais tu te souviens de notre petit voyage sur la cote d'azuuuur? Tu te rappelles la maison des Cohen avec la piscine, le tennis, tu sais qu'elle est en vente ? je l'ai vue en passant devant l'agence ! Et si on l'achetait pour avoir un pied-a-terre dans le suuuud ?
- J'y avais pensé déjà, oui.. tu me dis qu'elle est en vente ?
- C'est vrai, chéri, tu y as pensé ? Je peux vraiment aller à l'agence ? Tu sais, elle n'est vraiment pas très chère, et quelle claaaasse
- Combien elle vaut ?
- Ils l'ont affichée a 4 millions 200 mille, mon amour !
- Bon, tu y vas, de toute façon, j'ai de l'argent, autant le dépenser... mais pas plus de 4 millions
- Mon amour, c'est le plus beau jour de ma vie ! Tu es merveilleux, je t'aime, vivement ce soir !
- A ce soir , ma chérie
Le gars raccroche, lève la main et crie :

IL EST A QUI CE PORTABLE ?

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0