Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:20

Que sera Ouyahia ?

Ouyahia

 

La scène politique nationale connaîtra de grands changements dans un proche avenir. Un changement qui accentuera la concurrence engagée d'ores et déjà, sur plusieurs fronts en prévision des élections locales et législatives.

Du coup, les intérêts partisans priment sur toute autresconsidération, qu'il est à craindre que de nouveaux "coups de gueule" ne viennent bouleverser la monotonie maladive de la scène politique nationale.

En fait, la dernière sortie du ministre de la Santé Djamel Ould Abbès, lançant un défi au Premier ministre, les récentes déclarations de Abdelaziz Belkhadem revendiquant le poste de Premier ministre et les rumeurs sur l'imminent départ d'Ouyahia donnent un aperçu, on ne peut plus clair, sur la nature des enjeux, mais surtout  sur des scénarios à venir. Sur un autre plan, la majorité des partis politiques, toutes obédiences confondues, affûtent leurs armes et tentent de chauffer à blanc leurs troupes. Bien que la bataille pour les élections législative et locales ne soit qu'à son début, la mobilisation au niveau des quartiers généraux bat son plein. Inhabituellement, ce sont les chefs de file des partis qui s'impliquent activement dans la pré-campagne électorale, qui reste également, un prélude pour l'élection présidentielle de 2014.

Une implication qui prend différentes formes, allant des rencontres avec la base, à des déclarations pertinentes, annonçant l'approche de rendez-vous importants, voire décisifs. Mais surtout renseignant sur des changements substantiels, qui marqueront sérieusement le fonctionnement des rouages de l'Etat. En fait, il est notamment attendu le départ de l'actuel Premier ministre, Ahmed Ouyhia. Une démission qui répondrait à l'exigence de transparence et de neutralité dans l'organisation et la gestion des prochaines élections. Ouyahia devrait être remplacé par un technocrate sans appartenance partisane, ce qui constituera une garantie quant à la transparence des élections. Et pour cause, rien ne peut maculer la régularité des joutes électorales que de voir un candidat chapeauter, lui-même, l'administration chargée de l'opération. Les autorités publiques qui veulent offrir toutes les garanties et organiser une élection répondant à toutes les normes requises n'hésiteront pas, pour ce faire, à apporter des changements même à la tête du gouvernement. Seulement que pour le cas du Secrétaire général du RND, ce sera une occasion pour lui, de mieux s'investir en politique, mais surtout de mobiliser de plus près ses partisans. Ouyahia, faut-il le dire, s'est beaucoup plus consacré à ses tâches au sein du gouvernement, qu'aux affaires internes du parti. Pourtant, la nécessité d'un meilleur rapprochement de la base militante, du moins en prévision des prochaines élections, s'est bel et bien exprimée. Ahmed Ouyahia a effectué, il y a quelques jours, une visite dans une wilaya de l'intérieur du pays et a rencontré des militants de son parti. Mais la mobilisation de ses troupes pour les prochaines échéances électorales demande encore davantage de présence de la part du chef du parti. Ce que ce dernier ne devrait pas ignorer. Et pour cause, ses partenaires de l'Alliance présidentielle, à savoir Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération national (FLN) et le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), sont de plus en plus actifs et s'investissent corps et âme dans la bataille électorale. Voir le secrétaire général du RND faire de même n'est pas à écarter dans les prochains jours. Ce dernier, croit-on savoir, laissera sa place au ministre des Ressources en eau ou à son vice premier ministre, Nordine Yazid Zerhouni. Et, à cette phase, on ne peut que parler de campagne électorale anticipée. Du coté des autres formations, le discours politique est principalement concentré sur cette échéance. Et pour preuve, de plus en plus de leaders, jusque là invisibles ont fait leur apparition et le rêve d'accession à des postes de responsabilité que ce soit au niveau des APC, des APW ou à la chambre basse tente de milliers de militants. 

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:17

Tipasa - Les urgences médicochirurgicales à

 

 l’avant-garde

grippe-porcine-5.jpg

 

Il s’agit d’infrastructures médicales dotées d’équipements de dernière génération à l’instar du scanner étagé à 4 barrettes permettant d’assurer, outre un confort aux malades, une meilleure analyse, et aussi d’offrir la possibilité à plusieurs radiologues de travailler simultanément et, partant, d’examiner plusieurs patients par jour dans des conditions optimales de sécurité, particulièrement contre les rayonnements.
Selon les déclarations d’un médecin de cette infrastructure, «l’existence au sein de ces urgences médicochirurgicales (UMC) d’un échographe ultrasophistiqué piloté par logiciel permet des explorations urologiques que ne permettent pas les échographes classiques». Selon une autre source, ces performances sont devenues possibles grâce à l’exploitation de bases de données comparatives permettant l’obtention de résultats instantanés. Quant au Dr Oukfil, initiateur de plusieurs projets d’infrastructures médicales, il affirme avec sérénité que «cet échographe permet des explorations en obstétrique, des explorations rénales et abdominales demandées très souvent par d’autres établissements hospitaliers et ce sont ces caractéristiques de haute technologie qui font que l’UMC de Tipasa soit devenue un lieu de convergence de plusieurs centaines de patients venant des communes et wilayas limitrophes de Blida, Alger, Aïn-Defla et Chlef. Ainsi plus de 700 patients dont une centaine de cas d’urgence ont transité depuis le début de 2011 par l’UMC de Tipasa». Le directeur de cette infrastructure hospitalière précisera pour sa part qu’outre «ces urgences médicochirurgicales (UMC), il est assuré la prise en charge des besoins sanitaires de proximité : diagnostics, traitements, réadaptation médicale et hospitalisation au niveau des établissement de santé et de proximité à travers les polycliniques et les salles de soins rurales situées dans les communes et daïras de Tipasa, Ahmer-El-Aïn, Hadjout et Sidi- Amar qui couvrent de larges territoires enclavés, des agglomérations rurales de Temloul, frontalière avec la wilaya de Aïn-Defla, à celle de Benomar, frontalière avec la wilaya de Blida».«Nous enregistrons un afflux de malades provenant des villes et wilayas de Chlef, Blida, Aïn-Defla et Alger. On évalue cette affluence hors wilaya à 25% de l’ensemble des patients que nous recevons. » Le Dr Oukfil soulignera pour sa part que «cette infrastructure sanitaire assure une couverture pour la quasi-totalité des zones enclavées, particulièrement celles nécessitant les consultations des espacements des naissances, les conseils sur les nécessités d’allaitement maternel, le choix des moyens de prévention et de contraception en plus des consultations générales et spécialisées». Il déplore toutefois les problèmes générés par l’insuffisance de gynécologues. Tout en constatant avec satisfaction la disponibilité de spécialistes assurant les consultations spécialisées, il dira que «l’UMC de Tipasa, structure d’avant-garde, est une fierté régionale qui assure des consultations permanentes de chirurgie générale, de chirurgie urologique, de maternité ainsi qu’une permanence et un important pôle de garde destiné aux urgences médicochirurgicales. Elle sera complétée dans un proche avenir par l’UMC de Cherchell».
Source Le Soir d’Algérie H. Larbi

Le Pèlerin

 

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Cherchell Tipasa
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:10

Une ambition à partager entre l’Algérie et la France

france algerie

 

Durant toute une journée, le champ des rapports franco-algériens – depuis la question du passé colonial, à la coopération bilatérale et à son renforcement dans les domaines de l’économie, des relations politiques bilatérales, de géostratégie, d’échanges universitaires, de formation scientifique et technique, du cinéma, de la littérature, de l’édition, des médias – a été balayé par des participants de renom – personnalités politiques, anciens diplomates, intellectuels, journalistes – au colloque, qui s’est tenu samedi à l’Assemblée nationale française, à l’initiative de l’Association d’amitié France-Algérie que préside l’ancien ministre d’Etat, Jean-Pierre Chevènement.
Il a été aussi question de méfiance et de confiance, de relations humaines, de partenariat à construire, voire à consolider, dans le respect et l’égalité, de regard croisés dans les médias … Le colloque ne pouvait faire l’impasse des révolutions arabes et de la victoire électorale des islamistes en Tunisie, au Maroc et en Egypte.

Une dizaine de tables rondes ont été consacrées à cet ensemble de thèmes, au vu de la densité et de la complexité de la relation franco-algérienne. Le ton de la journée d’échanges a été donné, en ouverture, par l’ancien ambassadeur François Scheer, déclarant : «Nous avons tant à faire ensemble.» C’est le fil conducteur d’un colloque résolument tourné vers l’avenir – alors que le passé était omniprésent dans toutes les communications, avec en filigrane la commémoration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie – comme l’ont voulu l’Association d’amitié France-Algérie et son président Jean-Pierre Chevènement. L’ancien ambassadeur François Scheer a fait le détour par l’histoire franco-allemande et la réconciliation entre les deux pays pour parler de l’avenir de la relation franco-algérienne. «Osons rêver. Pourquoi l’Union européenne et le Maghreb ne constitueraient-ils pas le noyau dur d’une Méditerranée à reconstruire autour de l’idée de paix. Les relations entre l’Algérie et la France seraient le moteur d’une telle ambition.»
Laurent Dupuch, président de BNP Algérie : «Une évolution positive»

Concernant le volet économique de la relation franco-algérienne, le président de BNP Paribas Algérie, Laurent Dupuch, a relevé que «depuis janvier 2011 des mesures d’assouplissement des règles économiques ont été mises en place avec la volonté de favoriser l’investissement productif et le développement de l’emploi». Et d’estimer que «c’est une évolution positive».

Pour sa part le président du groupe Cevital , Issad Rebrab a donné deux exemples de projets de son groupe pour montrer qu’«on peut tout réussir en Algérie». Le premier concernant le projet de polypropylène qui entrera en réalisation en janvier prochain. Projet à partir duquel des milliers de produits peuvent être fabriqués, des dizaines, voire des centaines d’unités industrielles peuvent être créées, selon le président de Cevital.

Le second exemple a trait au projet Cap 2015, qui a fasciné Jean-Pierre Chevènement, soit un hub portuaire et un pôle de compétitivité avec une zone industrielle intégrée de 5000 hectares pour un montant d’investissement de 30 milliards de dollars, dont une partie en fonds propres. «Le hub portuaire national et international à Cap Djinet et relié à Hassi R’mel génèrera plus d’un million d’emplois directs ou indirects.» Et Issad Rebrab d’ajouter que pour les investisseurs étrangers, l’Algérie est «un des meilleurs pays au sud de la Méditerranée» en précisant toutefois qu’«il y a un problème de méfiance et la méfiance crée le malaise et le malaise provoque la fuite».
Source El Watan

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:10

Alerte à la pêche illicite

thonier algerien

La pêche illicite est «destructrice» et représente une «réelle menace» pour les réserves halieutiques en Algérie, a estimé dimanche le président du Comité national des marins pêcheurs, Hocine Bellout. Le non-respect de la période de repos biologique des poissons «conduira inéluctablement à chasser les poissons des côtes algériennes», a ajouté le même responsable, précisant, dans un entretien à l’APS, que l’utilisation de la dynamite par certains pêcheurs contribue à raréfier la population marine.

«L’entêtement» de certains marins pêcheurs du port de Stora à ne pas vouloir respecter les zones de pêche, notamment la première qui se situe entre 0 et 3 000 miles marins où l’on trouve des bancs constitués de sardines ne dépassant pas 4 cm et où il est expressément et formellement interdit de pêcher, est la «plus importante menace pesant sur ce type de poisson», a ajouté M. Bellout.

Ces pratiques «irréfléchies», œuvre de certains marins pêcheurs ayant pris l’habitude de «traquer» la petite sardine, ont «influé négativement sur les réserves marines et risquent même de conduire à la disparition pure et simple de cette espèce de notre littoral», a-t-il averti.

Source Le Jour d’Algérie M.O.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:07

Des observateurs étrangers surveilleront les élections législatives de 2012

urne transparente

 

L’Algérie fera appel aux observateurs internationaux lors des prochaines élections législatives. C’est l’une des importantes décisions prises ce dimanche lors du Conseil des ministres qui s'est réuni ce dimanche à Alger sous la présidence du président Bouteflika. Dans le communiqué publié par l’APS, il est indiqué que « dans ce cadre, le chef de  l’État a chargé le gouvernement d’engager sans délai les démarches requises auprès de la Ligue des États arabes, de l’Union africaine, de l’Organisation de la Conférence islamique, de l’Union européenne et des Nations unies pour inviter toutes ces organisations à dépêcher de marinière significative leurs observateurs aux prochaines législatives ». Reprenant une déclaration du président publiée dans le communiqué, il est indiqué que «  le corps électoral sera convoqué dès la fin de la session d’automne du Parlement pour la tenue, au cours du printemps prochain, des élections législatives, puis, comme je l’ai déjà annoncé en avril dernier, je soumettrai au Parlement le projet de révision de la Constitution dans le respect des dispositions énoncées par cette Loi fondamentale ».
Une des autres décisions prises lors de ce conseil concerne les retraités. Le conseil a décidé de « l’augmentation 30% des pensions  de retraite dont le montant est égal à 15.000 DA ». Elle variera  « par paliers de 28% à 24% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant est supérieur à 30.000 DA et inférieur à 40.000 DA et une augmentation à 15% pour celles dont le montant est égal ou supérieur à 40.000 DA ». Ces mesures toucheront « près de 2.400.000 retraités salariés et non-salariés » et seront appliquées à partir du 1er janvier 2012. Le montant de ses mesures « financées par le budget de l’État » équivaudra à un « impact annuel de plus de 63 milliards DA ». Le conseil s’est aussi penché sur d’autres secteurs, que ce soit l’investissement ou les nouvelles technologies.

Source Liberté

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:04

L’Algérie et le Niger pour un combat unifié

niger-rebelles-touareg

A l’ouverture de la 4e  session du comité bilatéral frontalier algéro-nigérien hier à Alger, le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia a indiqué que ce mécanisme  de coopération  exceptionnel  a donné des «résultats appréciables» dans différents domaines de la coopération bilatérale,  notamment par un renforcement  de la   concertation bilatérale frontalière. Dans ce contexte, le ministre a cité la sécurisation de la zone frontalière par le renforcement de la coordination en matière de lutte contre le terrorisme et contre la criminalité transnationale organisée, la coopération entre les services de sécurité frontaliers, la circulation des personnes et des biens  et la coopération entre les walis et les gouverneurs frontaliers. Pour le ministre, ce comité est l’occasion pour ce mécanisme de procéder à une évaluation exhaustive de l’état d’avancement des décisions arrêtées et de tracer de nouveaux jalons dans les perspectives de la coopération bilatérale entre les deux pays.  Par ailleurs, Ould Kablia a relevé avec «satisfaction» la qualité de la coopération bilatérale et multilatérale entre les pays du champ (Algérie-Niger-Mali-Mauritanie) pour lutter dans la région du Sahel contre le terrorisme, le trafic de drogue, la criminalité organisée et la prolifération des armes, qui, dit-il, a connu un développement dangereux  suite à la crise en Libye. Le ministre de l’Intérieur  a rappelé que les pays du champ ont pu engager une initiative «courageuse» et «heureuse» par la mise en place d’un mécanisme de concertation et de coordination de l’action opérationnelle de lutte contre l’insécurité, en l’occurrence le Comité d’état-major opérationnel conjoint (CEMOC) et la Cellule de fusion et de liaison (UFL) pour le renseignement. Il a souligné que ce mécanisme vient illustrer «le sens de la responsabilité historique» des autorités des pays du champ pour garantir la stabilité et la sécurité, relevant qu’il consacre par ailleurs «la totale liberté d’initiative» de ces pays «dans toute action de partenariat ouverte vers d’autres pays, que ce soit en matière de lutte contre le terrorisme ou en matière de renforcement du développement économique et social dans la région».

Source Le Jour d’Algérie Karima K.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:00

Ainsi en a décidé le Conseil des ministres aujourd’hui

retraites-algeriens.jpg

 

Le Conseil des ministres a décidé aujourd’hui le relèvement à 15.000 DA de toutes les pensions et allocations de retraite, inférieures à ce montant. Cette décision entrera en application à partir du 1er janvier 2012, au bénéfice des retraités salariés et non salariés.

Le Conseil des ministres a aussi décidé, au cours de sa réunion d’aujourd’hui, l’augmentation de 30% des pensions de retraite dont le montant est égal à 15.000 DA.

Il a été également décidé une augmentation variant par paliers de 28% à 24% pour les pensions et allocations de retraite dont le montant est supérieur à 30.000 DA et inférieur à 40.000 DA et une augmentation à 15% pour celles dont le montant est égal ou supérieur à 40.000 DA.

 Selon la Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR), affiliée à l’UGTA, qui réclame depuis des années une augmentation de 40%, plus de 500 000 retraités perçoivent moins de 10 000 DA par mois. Des pensions dérisoires qui ne couvrent même pas les besoins les plus élémentaires de ces retraités.   

La décision du Conseil des ministres de relever le seuil minimum des pensions de retraite est de nature à mettre du baume au cœur des 2.400.000 retraités salariés et non-salariés qui bénéficieront de ces mesures dès le début de l’année prochaine. 

Ces augmentations seront financées par le budget de l’Etat avec un impact annuel de plus de 63 milliards DA.

Source Algérie Plus

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:00

Le FFS investit le terrain

ait ahmed

 

Le Front des forces socialistes (FFS) confirme sa démarche de redéploiement sur la scène politique nationale, après le sang neuf injecté par son président, Hocine Ait Ahmed, qui a rappelé plusieurs cadors à la tête du Secrétariat national, à la faveur d'un remaniement effectué récemment. Un changement qui se veut synonyme de redéploiement du plus vieux parti de l'opposition, après plusieurs années d'éclipse de la scène, somme toute le boycott à chaque occasion électorale renouvelé. Conscient de l'impératif de s'inscrire dans une nouvelle démarche au diapason des développements qui s'opèrent aux niveaux national, régional et mondial, le FFS adopte désormais une stratégie repensée, diamétralement différente à l'ère de Karim Tabbou. Le désormais nouveau Premier secrétaire national, le revenant Ali Laskri, a entamé depuis hier, une série de rencontres de proximité à travers le pays, dans la perspective de mobiliser ses militants de base en prévision des prochaines échéances du parti. Un redéploiement qui sent le parfum d'une pré-campagne électorale, d'autant que le plus vieux parti de l'opposition nourrirait des ambitions de prendre part aux prochaines élections législatives de 2012. Comme première escale de son périple, Ali Laskri s'est rendu hier au siège de la Fédération d'Alger, où il a rencontré les militants de base et leur a expliqué les contours de la nouvelle stratégie du parti. " Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des sorties prévues par le secrétariat national afin d'expliquer notre programme et mettre la base sur le même point d'information avec les instances dirigeantes du parti ", a-t-il indiqué, en guise d'amorce d'une vaste campagne de sensibilisation à travers toutes les wilayas du pays. Le Premier secrétaire national a annoncé lors de cette rencontre de proximité la tenue, fin janvier 2012, de la Convention nationale du FFS, qui"est appelée à établir un état des lieux du pays et du parti et d'évaluer la stratégie électorale du parti (ses participations et ses boycott) afin d'aider à la prise d'une décision consensuelle lors des prochaines échéances électorales".  En effet, le parti de Hocine Ait Ahmed va aborder une année 2012 particulièrement riche en événements organiques et politiques. Dans ce sens, Ali Laskri a annoncé la tenue d'une conférence nationale économique et sociale au début de l'année 2012, l'organisation de l'université du printemps fin mars qui regroupera les jeunes et les étudiants du parti, l'organisation de la rencontre des femmes durant la première quinzaine de mars, la tenue d'un Forum sur les libertés syndicales le 1er mai 2012 ainsi que d'autres projets que la direction actuelle s'est engagé à  réaliser. Un programme qui nécessite "l'implication de tous les militants à tous les niveaux du parti ", a-t-il indiqué, dans la perspective de mobiliser les troupes et impliquer davantage la base militante. D'ailleurs, le nouveau premier secrétaire national n'a pas manqué de rappeler aux militants de la Fédération d'Alger, la nécessité de "dépasser les querelles individuelles" et transcender les différends, afin de redonner au FFS ses lettres de noblesse et lui permettre d’effectuer son grand retour sur la scène nationale.

Source Les Débats M. Ait Chabane

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 06:57

Les inspecteurs de l'enseignement primaire observent un sit-in

algerie enseignement

 

Les décisions du ministère de l'Éducation nationale ne cessent d'alimenter la contestation. Des dizaines d'inspecteurs de l'enseignement primaire se sont rassemblés, dans la matinée d'hier, devant l'annexe de leur ministère de tutelle, pour protester contre la première mouture du 11 décembre du projet de statut particulier des fonctionnaires de l'Éducation. En cause, la catégorie 13, à laquelle les contestataires refusent catégoriquement d'être classés et donc rémunérés. Ils dénoncent une inégalité de traitement avec les inspecteurs du moyen et du secondaire.

Dans un communiqué distribué au cours du rassemblement, ils rappellent que le statut particulier des fonctionnaires de l'Education nationale de 2008 avait unifié l'échelle de rémunération des inspecteurs. Ils revendiquent donc d'être classés à la catégorie 17 et d'être rémunérés en conséquence, arguant qu'ils remplissent les mêmes fonctions que les inspecteurs de l'enseignement moyen ou secondaire et qu'ils ont les mêmes qualifications.

La présence policière a cette fois ci été renforcée, les agents formant un cordon de sécurité autour des enseignants contractuels, également présents sur les lieux. " Si vous voulez rentrer au ministère, dites leur de se disperser ", lance un officier à un inspecteur. Il y a quelques jours, le ministre avait déclaré que les personnes non titulaires d'un diplôme dans l'enseignement ne seraient pas intégrées. " Eh bien, on va rester ici jusqu'à l'intégration ! ", affirme Hakim, un jeune enseignant rencontré sur les lieux.

Source Les Débats

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 06:39

C'est tellement vrai !!!!!.

revolte-a-l-hopital.jpg

 

Bonjour ! C'est la réception ?
J'aimerais parler avec quelqu'un à propos d'un patient qui se trouve chez vous.
J'aurais souhaité connaître son état de santé, savoir s'il va mieux ou si son problème s'est aggravé.

Quel est le nom du patient ?

Il s'appelle Jean Dupont et il est à la chambre 302.
Un instant je vous prie, je vous passe l'infirmière.
Après une longue attente :
Bonjour, ici Françoise l'infirmière de service.
Que puis-je pour vous ?
J'aimerais connaître l'état du patient Jean Dupont de la chambre 302.
- Un instant je vais essayer de trouver le médecin de garde.
Après une plus longue attente :
- Ici Le Dr. Jean, le médecin de garde ; je vous écoute.
- Bonjour Docteur, je voudrais savoir quel est l'état de Monsieur Jean Dupont, qui se trouve chez vous depuis 3 semaines à la chambre 302.
Un instant, je vais consulter le dossier du patient.
Après encore une autre attente :
- Huuuummm, Le voici :
 Il a bien mangé aujourd'hui, sa pression artérielle
 Et son pouls sont stables,
Il réagit bien aux médicaments prescrits et normalement on va lui enlever le monitoring cardiaque demain.

Si tout continue comme ça encore 48 heures, son médecin signera sa sortie d'ici le week-end.

- Aaahhh ! Ce sont des nouvelles merveilleuses !
Je suis fou de joie. Merci.
- Par votre façon de parler je suppose que vous devez être quelqu'un de très proche,
certainement de la famille ?

- Non, Monsieur ! Je suis Jean Dupont moi-même
Et je vous appelle du 302 !
Tout le monde entre et sort ici de ma chambre
Et personne ne me dit rien...
Je voulais juste savoir comment je me porte ! Merci bien !
Transmis par un médecin du CHU, qui l'estime "assez réaliste"...

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article