Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:35

Algérie-France : MM. Harraoubia et Chevènement souhaitent l'ouverture d'une antenne du CNRS français à Alger

jp chevenement

 

 

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, et l'ancien ministre d'Etat français, et président de l'Association France-Algérie, M. Jean Pierre Chevènement, ont exprimé jeudi leur souhait de voir s'ouvrir à Alger une antenne du Conseil national de la recherche scientifique (CNRS) français. Les deux hommes ont également souhaité voir se multiplier les initiatives entre l'Algérie et la France en matière de coopération universitaire, précise un communiqué du ministère. La rencontre a porté sur les voies et mécanismes pour renforcer davantage la coopération bilatérale, notamment dans le secteur de la recherche scientifique où plus de 2.700 projets de recherches ont été lancés ces derniers temps par le ministère algérien de l'Enseignement supérieur, ajoute le même source. Pour M. Chevènement et la délégation qui l'accompagne, "ceci constitue une opportunité de rapprochement entre les universitaires algériens et français de même qu'il ouvrira une plus grande voie à une densification des échanges d'idées et d'expériences entre les deux pays", souligne le ministère.

Source Horizons

Le Pèlerin        

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:31

Les cours s’arrêteront à 14h30

ecole-algerie-copie-1.jpg

Le ministre de l’Education a affirmé que 2494 élèves ont décroché l’examen du BEM avec la mention «excellent» contre 1200 en 2010.

Du nouveau pour la rentrée scolaire. Les cours du premier palier seront revus à la baisse. Les élèves du primaire seront libérés à partir de 14h30. Ce n´est pas de l´intox. La décision est déjà prise. L´annonce a été faite par le ministre de l´Education nationale, Boubekeur Benbouzid en marge de la plénière consacrée aux questions orales tenue jeudi dernier à l´APN. «Nous avons décidé l´allégement des cours à partir de la prochaine rentrée», a déclaré le patron de l´éducation. Le ministre a précisé qu´il n´y aura pas de cours après 14h30. Bonne nouvelle pour les élèves. Les paresseux vont se réjouir. Or, cette décision n´arrange pas les parents. Pour ceux qui travaillent, c´est le début d´un calvaire. En l´absence de garderie comme ailleurs, ils seront obligés de quitter leur travail pour aller récupérer leurs enfants. L´allégement des cours concernera même les élèves de terminale. Les futurs bacheliers auront plus de temps pour se préparer à l´examen. Après une surcharge de programme, le département de l´éducation revoit sa politique. Ce dernier fait de l´école un véritable laboratoire d´analyse. Chaque année, des nouvelles méthodes sont annoncées. Le département de l´éducation expérimente ses réformes à chaque rentrée scolaire. Si ce n´est pas le programme, c´est la tenue.
L´affaire des tabliers roses et bleus a provoqué un grand tapage auprès des parents. Par ailleurs, M.Benbouzid a affirmé que le taux de réussite aux épreuves du brevet d´enseignement moyen (BEM) a atteint 70%. Près de 2500 élèves ont réussi cet examen avec la mention «excellent». M.Benbouzid a précisé que son secteur enregistrait pour la première fois, ce taux de réussite atteignant ainsi un chiffre record concernant les élèves ayant obtenu une moyenne de 10/20. «Ces résultats excellents n´ont pas été seulement enregistrés sur le plan quantité mais également sur celui de la qualité», s´est-il félicité.
Les lauréats ayant décroché leur BEM avec la mention «excellent» sont au nombre de 2494 élèves contre 1200 l´année dernière alors que ceux ayant obtenu la mention très bien sont estimés à 24.699 (12.000 en 2010), ceux ayant obtenu la mention «bien» sont au nombre de 51.546 lauréats et 98.749 ont décroché leur brevet avec mention «assez bien», a précisé le ministre. Près de 60% des lauréats ont réussi à l´examen avec mention, a encore ajouté M.Benbouzid rappelant que le secteur de l´éducation «a connu une amélioration des résultats des épreuves du BEM sur les plans qualitatif et quantitatif». Concernant les épreuves du baccalauréat dont les résultats seront connus le 10 juillet, M.Benbouzid a démenti les rumeurs faisant état d´une fuite de certains sujets. «Les épreuves se sont déroulées dans des conditions rigoureuses et aucun incident ou fuite de sujets n´a été enregistré au niveau des centres d´examen à travers toutes les wilayas.»
L´Office national des examens et concours (Onec) a déposé une plainte pour allégations infondées, a précisé le ministre ajoutant que la correction des copies débutera vendredi après l´établissement du barème.

Source L’Expression Nadia Benakli
Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:20

La France à prix cassés et des projets dans le tourisme : Paris réussis pour Air Méditerranée et Atlas Tours

air-mediterranee.jpg

Les deux partenaires français viennent de réaliser le rêve de milliers de voyageurs en reliant la capitale de l’Hexagone, Paris, et sa dauphine, Lyon, à la ville algérienne de Chlef.

En effet, les voyageurs en question, des émigrés pour la plupart, n’auront plus à transiter par les aéroports d’Alger ou d’Oran pour rallier l’ancienne Orléans-Ville. Désormais, c’est la fin de la galère pour eux. Air Méditerranée, le transporteur aérien, et Atlas Tours, chargé de la partie commerciale de l’opération, ont mis à la disposition de ces membres de la communauté algérienne en France, originaires de la région de l’Ouarsenis, deux vols réguliers par semaine, afin de leur permettre de se déplacer dans les meilleures conditions possibles. En maîtrisant le système de réservation en ligne, les deux partenaires proposent la France à des prix défiant toute concurrence (219 euros, soit 21.900 DA).
Ainsi, cette initiative contribuera de manière certaine à redynamiser l’aéroport international de Chlef, qui, pour le moins, ne fonctionne pas à plein régime. Effectivement, en dehors de la période estivale, on enregistre un trafic très faible de deux vols seulement par semaine en direction de Marseille. L’un assuré par Air Algérie et le second par Aigle Azur. Sachant, toutefois, que l’aéroport en question n’accueille pas les vols des lignes intérieures.
Ainsi, les deux vols inauguraux, Paris-Chlef et Lyon-Chlef, ont coïncidé avec le premier jour de l’été. En ce jour le plus long, la ponctualité était de mise. Il faut dire que la compagnie et le
tour-opérateur n’ont pas lésiné sur les moyens pour assurer parfaitement le lancement de leur programme. Tout s’est déroulé dans les normes et en fanfare. En plus des journalistes conviés à cet événement, l’EGSA  (Entreprise de gestion des aéroports algériens) a chargé deux de ses meilleurs techniciens pour s’enquérir du bon fonctionnement de cette initiative et noter par là même les améliorations à apporter. MM. Benslimane et Toualbia (respectivement directeur commercial et directeur des opérations) ont veillé à la mise en place de la partie logistique, permettant le meilleur accueil possible de nos ressortissants.
Parti de Lyon Saint-Exupéry, l’Airbus A 321 d’Air Méditerranée, avec à son bord 220 passagers, était le premier à atterrir sur le tarmac de l’aéroport Aboubakeur-Belkaïd. Une heure plus tard, c’était au tour des Franciliens, partis de Roissy CDG, de fouler le sol algérien. Pour cette première, qui constitue un événement pour la ville de Chlef, le wali en personne était à l’accueil. M. Djamaâ s’est longuement entretenu avec les passagers des deux vols, qui n’ont pas tari d’éloges à l’égard d’Air Méditerranée, l’unique compagnie leur permettant de rallier directement Chlef aux deux plus grandes villes françaises. La ponctualité et le service à bord impeccable, fourni par un personnel jeune et dynamique, ont été, ainsi, relevés par ces voyageurs.
Pour rappel, Air Méditerranée dessert certaines villes d’Algérie, à l’image d’Oran, Tlemcen et Béjaïa, depuis 2008. Après avoir fonctionné en mode «charter», la compagnie a instauré un programme de vols réguliers depuis le mois de juillet 2009. En plus des quatre rotations hebdomadaires Paris-Oran, le transporteur aérien compte en ligne régulière Paris-Jijel, Montpellier-Oran, Montpellier-Alger, Lyon-Jijel et Mulhouse-Jijel.
Un programme que le transporteur compte développer en se déployant sur le marché algérien avec des investissements dans le domaine du tourisme. «Notre objectif est de développer le trafic aérien entre les deux rives de la Méditerranée, en proposant des tarifs attractifs, une ponctualité effective et un service irréprochable. Nous ne cherchons en aucun cas à instaurer une concurrence déloyale avec les compagnies en place. Notre but et de travailler avec un esprit de complémentarité pour satisfaire la clientèle. L’aéroport d’Alger compte en moyenne un million de voyageurs en provenance de la France. Celui d’Oran comptabilise environ trois cent mille. Avec un meilleur rapport qualité-prix, et de nouvelles dessertes pour les autres aéroports du pays, nous parviendrons à augmenter ces chiffres», nous a déclaré M. Belkacem Belghaouar, directeur général de Atlas Tours et premier vice-président de Air Méditerranée, avant de nous faire part des projets touristiques des deux partenaires en Algérie. «Il n’y a pas que le transport aérien qui nous intéresse dans le marché algérien. Nous voulons aussi contribuer au développement du secteur touristique. Notre projet consiste à offrir un package abordable comportant le transport aérien, l’hébergement et des circuits bien déterminés. Pour cela, nous allons investir dans le domaine de l’hôtellerie avec un nouveau concept. Lors de nos différentes visites, nous avons constaté un manque criant en infrastructures hôtelières», a-t-il conclu.
Atlas Tours, créée en 2004, compte plus de 1.200 agences et travaille en étroite collaboration avec d’autres tour-opérateurs à travers le monde. Pour sa part, Air Méditerranée, créée en 1997, dispose d’une flotte de 10 appareils (1 Airbus A320, 8 Airbus A321 et un Boeing 737). La moyenne d’âge de ses appareils est inférieure à 10 ans. Les deux partenaires attendent les autorisations pour pouvoir assurer la desserte d’autres aéroports algériens.

Source Horizons Rédha Maouche.

Le Pèlerin        

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:15

Portes ouvertes de la Gendarmerie à Tipasa  Pour davantage de proximité avec le citoyen

gendarmerie-tipasa-copie-1.jpg

Depuis jeudi dernier et pendant trois jours, le groupement de la Gendarmerie nationale de Tipasa organise des journées portes ouvertes à la salle omnisports du chef-lieu de wilaya. Le coup d’envoi de cette manifestation a été donné, dans la matinée, par le wali en présence des autorités de la wilaya.

«Pour faire connaître davantage, aux citoyens de la wilaya, les missions ainsi que les domaines d’intervention du corps de la Gendarmerie, le commandement de la Gendarmerie nationale a pris l’initiative d’organiser des portes ouvertes de trois jours à Tipasa. Cet évènement, qui est une forme de communication efficace, s’appuie essentiellement sur une approche de proximité, dont l’objectif vise un rapprochement entre le citoyen et le corps de la Gendarmerie», explique le capitaine Boubekeur, le chargé de communication au niveau du groupement de la wilaya. Ainsi, depuis le coup d’envoi officiel de la manifestation, la salle omnisports ainsi que l’espace extérieur qui la jouxte, n’ont pas désempli de visiteurs. Il faut dire que les organisateurs ont su comment attirer la foule en débutant la journée avec des démonstrations qui ont été fort bien appréciées par les présents. En effet, la première exhibition a eu pour stars des chiens de la brigade cynophile qui, dès le début de leur prestation, ont arraché au public de forts applaudissements. Ils ont fait montre de toutes leurs capacités à localier en un temps très réduit l’endroit où on a dissimulé la drogue. A l’intérieur de la salle, l’ambiance était aussi bon enfant. Et pour cause, les prouesses spectaculaires, exécutées par les éléments de la Section de sûreté et d’intervention (SSI) de la gendarmerie nationale, lors d’une exhibition, n’ont pas manqué d’épater les visiteurs, particulièrement les plus jeunes.
«Lorsque je serais grand et j’aurais mon bac, je ferais une carrière dans la Gendarmerie pour devenir comme eux (SSI)», confie avec enthousiasme un écolier de Tipasa, venu ici avec son père. Toujours concernant les enfants, les organisateurs ont aménagé un stand spécialement pour eux. Dans cet atelier, les chérubins participeront à un concours, dont les lauréats auront droit à des cadeaux. Des casquettes et des tee-shirts estampillés des insignes de la Gendarmerie. «Les concurrents répondront à une série de questions relatives notamment au code de la route et à l’histoire. A vrai dire, les participants sont nombreux au concours et cela les réjouit fort bien. Car en plus du volet jeu, ce concours comporte aussi un aspect pédagogique et aide les plus jeunes à acquérir de nouvelles connaissances dans les domaines cités (code de la route et l’histoire)», commente un autre capitaine du groupement. Toujours dans l’enceinte de la salle, huit autres stands de la Gendarmerie reçoivent des invités.
«Nous sommes ici pour répondre à toutes les questions que poseront les visiteurs et ce, dans différents sujets relatifs à nos services et missions», tient à rappeler le capitaine Boubekeur. Parmi les ateliers ouverts au grand public, on peut citer celui de la police judiciaire, la formation, la brigade cynophile, la cellule de préservation des biens culturels, la prévention routière et enfin celui du maintien de l’ordre public.

Source Le Quotidien d’Oran Amirouche Lebbal
Le Pèlerin        

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Cherchell Tipasa
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:11

Réforme à reculons au sud de la Méditerranée

contestation dans le monde arabe

Pendant que la Tunisie condamnait son ancien président Zine El-Abidine Ben Ali à une lourde peine de prison, l'Egypte se demandait si elle pourra jamais juger son Raïs Hosni Moubarak. Dans une atmosphère moins frénétique, le Maroc s'apprête à voter une timide réforme politique proposée par un Roi qui tente de garder la main, alors que la Libye, immense désert institutionnel, se prépare à faire ses premiers pas dans la modernité en payant le prix fort, celui du sang.
Tout ceci se passe sur la rive sud de la Méditerranée, une zone qui n'a pas su aller au changement quand il était temps, et qui se trouve aujourd'hui en pleine effervescence. Dès lors, sous la pression et dans l'urgence, tout le monde fait semblant de vouloir réformer, mais personne ne semble savoir où mènera cette transition, tant ses acteurs semblent dispersés, éparpillés, soumis à des intérêts contradictoires impossibles à concilier.
Dans l'immédiat, la Tunisie semble d'abord soucieuse de donner des gages à la rue. En sacrifiant un président déchu, humilié, et en lui faisant porter, seul, la responsabilité d'une dérive qui a duré un quart de siècle. C'est de bonne guerre, si cela permet de calmer momentanément la rue, et de signifier qu'il y a quelque chose d'irréversible.
En Egypte, on sacrifie les dignitaires de l'ancien régime par paquets. Parents de Hosni Moubarak et anciens dignitaires sont condamnés à tour de bras, mais le Raïs est jusque-là épargné. Le nouveau pouvoir égyptien semble hésiter à s'acharner contre un homme âgé et gravement malade.
Mais ces actions, peut-être souhaitées par la rue, peut-être aussi nécessaires pour apaiser la colère d'une opinion impossible à satisfaire autrement, ces actions, donc, ne peuvent servir de projet politique. A peine pourront-elles servir à faire patienter des peuples emportés par un formidable élan d'enthousiasme et nourris d'un immense espoir. Ceci peut durer un temps, mais la réalité reprendra rapidement le dessus. Avec cette vérité : les pouvoirs en place, naturellement conservateurs, tentent de gérer le temps pour éviter une dynamique qu'ils ne pourraient contrôler. Les puissances étrangères, dont l'influence reste décisive, plaident publiquement pour le changement,mais travaillent en sous-mainà préserver leurs intérêts, qui sont objectivement contre le changement.
Quant au peuple, il est d'abord prisonnier de son propre désarroi : comment prendre le pouvoir sans détruire une économie aussi fragile ? Comment s'imposer sans hypothéquer gravement la période de transition, très délicate à gérer ?
Au Maroc, le Roi s'estime plus chanceux. Il n'a pas eu à faire face à une révolution qui pourrait l'emporter, et il cherche précisément à l'éviter, en prenant les devants. Il propose une réforme sans impact significatif sur le fonctionnement institutionnel du royaume, ni sur la société. Mais son initiative reçoit, curieusement, un écho très favorable en Europe.
A l'inverse, quoi qu'il fasse, Maammar Kadhafi sera condamné par les pays occidentaux, qui ne semblent pas disposés à admettre davantage sa présence au pouvoir. Mais il est vrai que le dirigeant libyen réunit tout ce qu'il est possible de détester : autoritarisme, arrogance, mauvaise gestion, violation de la loi et des Droits de l'Homme, etc. indéfendable, même pour ses amis, il joue ses dernières cartes, en sachant que s'il perd, il perd tout : fortune, pouvoir, et probablement la vie.
Aucun de ces pays du sud de la Méditerranée n'a pris l'initiative d'engager le changement avant d'y être acculé. Les réformes n'ont été évoquées que lorsque la tempête les imposées, ou lorsque la menace est devenue si pressante qu'il fallait offrir quelque chose à la rue pour ne pas être emporté. Ce qui suscite forcément une forte méfiance de la part de l'opinion : aucun dirigeant dans tous ces pays n'est sincère. Ils ne font de concessions que sous la pression. Mais si le rapport de forces leur est de nouveau favorable, ils reviendront sur les concessions qu'ils auront faites.
Dans chacun de ces pays, le raisonnement aurait pourtant dû être inversé. Au lieu de la question : que faire pour ne pas être emporté ? Les dirigeants de tous ces pays auraient dû se poser d'autres questions : de quelles réformes le pays a besoin pour entrer et s'installer dans la modernité ? Quels changements politiques, économiques et institutionnels sont nécessaires pour garantir au pays les meilleures chances dans le monde de demain ? quels moyens, quelles institutions, quels acteurs doivent être mobilisés pour mener la réforme dans les meilleures conditions ?
L'Algérie s'est posée ces questions il y a plus de vingt ans. Cela a donné des réformes particulièrement ambitieuses, avortées au milieu du gué. Depuis, le pays tourne en rond, en parlant de réformes sans jamais avancer. A défaut de réussir son changement, l'Algérie peut servir de contre-modèle. Elle peut montrer aux autres pays d'Afrique du Nord ce qu'il ne faut pas faire. Et leur montrer, surtout, où aboutit le refus d'évoluer.
Source Le Quotidien d’Oran Abed Charef

 

Le Pèlerin        

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:06

Algérie - Chevènement découvre la Kabylie

jp chevenement

Le président de l'association Fran-ce Algérie (AFA) Jean-Pierre Chevènement a assuré, jeudi dernier, le président de l'assemblée populaire de wilaya de Tizi Ouzou Mahfoud Belabas que l'antenne locale du centre culturel sera bientôt rouverte en lui confiant que l'entreprise chargée des travaux de réhabilitation des anciens locaux fermés depuis 1994 pour des considérations sécuritaires sera désignée ces jours-ci. Cette assurance a été donnée au cours de l'entretien que le sénateur de Belfort a eu avec le P/APW comme il a été reçu par le wali à la cité administrative. Les discussions ont tourné sur plusieurs questions relatives à la région, notamment les potentialités qu'elle recèle dans divers domaines. Jean-Pierre Chevènement a visité la maison de la culture Mouloud Mammeri, les locaux du CCF, la chapelle puis s'est recueilli au cimetière chrétien de la ville de Tizi Ouzou. Le président de l'association France Algérie, qui se rend en Kabylie pour la première fois, n'a pas caché ses fortes impressions par rapport aux paysages et aux potentialités humaines et naturelles de la région, exprimant même ses regrets pour ne pas avoir visité la Kabylie plus tôt.

Source Le Quotidien d’Oran N.A.H.
Le Pèlerin        

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:01

Al-Jazeera met 90 millions d'euros dans le foot français

Al Jazeera

La ministre française de Sports n'y était pas favorable mais n'y peut rien. Al-Jazeera entre dans le foot français. L'ordre n'a pas été bouleversé sur les droits de diffusion des matchs de la ligue 1 de football français.

La chaîne qatarie vient cependant d'y creuser son petit trou et s'apprête à lancer une chaîne francophone.

Pour préserver sa prééminence, Canal Plus a déboursé jeudi 420 millions d'euros en s'offrant les plus belles affiches. Al-Jazeera, pour 90 millions d'euros, s'est offert une entrée significative. Et pour ladite somme, elle prend autant de matchs que Canal Plus. De la quantité qui permet d'alimenter un bouquet qui s'étoffe à la mesure des ambitions mondiales de la chaîne qatarie, Al-Jazeera prend un lot de deux matchs de Ligue 1, le vendredi soir et le dimanche à 14 heures, et deux magazines.    Canal Plus s'est porté acquéreur de 4 lots. Il reste encore trois lots à vendre. Le président de la Ligue de football professionnel française, Frédéric Thiriez, a déclaré que les « prix de réserve ont été atteints sur ces cinq lots. L'attribution des lots aboutit à une répartition assez simple : Canal+ aura deux matches, le samedi à 17 heures et le dimanche soir, Al-Jazeera aura deux matches, le vendredi soir et dimanche 14 heures ». Et en filigrane de cette entrée dans le champ français, un «petit séisme», selon un journal hexagonal, la chaîne qatarie se prépare à la création d'une chaîne francophone. Nasser el-Khelaifi, directeur d'Al-Jazeera Sport, qui vient aussi de prendre la présidence du conseil de surveillance du Paris-Saint-Germain, souligne que « c'est une excellente opportunité ». « Nous sommes très heureux d'avoir remporté le lot n°5 des droits de diffusion de la Ligue 1. Nous prolongeons notre partenariat avec la Ligue. Nous avions déjà obtenu les droits de retransmission internationaux. Aujourd'hui, c'est la suite de l'histoire. Pour nous, c'est un projet fantastique et très motivant qui suppose le lancement de notre chaîne en France. Nous allons commencer avec ces produits d'une excellente qualité que sont ceux de la Ligue. Nous sommes tous très impatients de mettre ces projets en œuvre. Cette chaîne française consacrée à 100% au sport aura un rayonnement francophone au Moyen-Orient ». Cette chaîne en langue française « à destination des francophones» reste encore à définir.
La «préférence nationale» ne s'applique pas
Pour l'heure, les Qataris ont débauché Charles Biétry, directeur éditorial de l'Equipe TV, pour diriger la chaîne. Alors que la ministre française des Sports, Chantal Jouanno, tout en admettant ne pouvoir « interdire », a affiché ses réserves à l'égard de l'entrée d'Al-Jazeera, le président de la LNF, Frédéric Thiriez, a salué son entrée en tant que nouvel acteur. « Al-Jazeera est un partenaire respectable et respecté dans le monde entier », lequel s'engage sur un partenariat de long terme. Il a d'ailleurs contré la ministre des Sports, le ministre du Budget François Baroin, en soulignant que la « préférence nationale ne s'applique pas à un appel d'offres régi par la loi. Les bavardages sur le sujet m'ont surpris
Nous ne faisons aucune discrimination entre les candidats et nous sommes fiers de nouer un partenariat avec un groupe mondial respectable et respecté ». De son côté, Charles Biétry a nié que l'arrivée d'Al-Jazeera soit une déclaration de guerre à Canal Plus. « Nous allons juste faire autre chose pour satisfaire d'autres gens », a-t-il dit en critiquant Chantal Jouanno qui lui « semble déjà en campagne électorale et qui parle beaucoup Ce n'est pas une affaire de marché mais avant tout d'amour. Nasser et tout le monde au Qatar sont des gens avant tout amoureux du sport et nous allons faire une chaîne d'amour, une chaîne humaine et pas une chaîne de marché. Que ça soit très clair ».
Une conquête du marché sans souci de rentabilité rapide
C'est pourtant bien une affaire de marché que la chaîne entreprend de conquérir à l'échelle mondiale en y mettant le prix et ne se souciant pas de sa rentabilité sur le court terme. C'est ce qui fait d'ailleurs d'Al-Jazeera un redoutable concurrent. Elle peut investir sans compter en comptant sur le fonds souverain du Qatar. Mais cela ne signifie pas que le but de rentabilité est absent. La manière dont la chaîne a négocié, chèrement, le monopole des droits de diffusion de la Coupe du Monde dans la région Mena, lui a permis, par la suite, d'imposer ses prix à l'ensemble du monde arabe. Actuellement, le bouquet Al-Jazeera comporte plus de 20 chaînes sportives et touche entre 30 et 40 millions de téléspectateurs.

Source Le Quotidien d’Oran Salem Ferdi
Le Pèlerin        

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Multimédias
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 06:55

Zohra Drif-Bitat à Paris du 27 juin au 2 juillet

Zohra-Drif-Bita.jpg

 

 

 

Madame Zohra Drif-Bitat, vice-présidente du Conseil de la nation et présidente du groupe d’amitié Algérie-France du Conseil de la nation effectuera une visite en France du 27 juin au 2 juillet, à l’invitation de Claude Domeizel, président du groupe d’amitié France-Algérie, nous apprend l’ambassade d’Algérie en France.
Avant d’entamer leur programme, Zohra Drif et les membres de la délégation qui l’accompagnent auront une séance de travail «préparatoire » lundi, avec l’ambassadeur d’Algérie Missoum Sbih, suivie par une rencontre avec les correspondants de la presse algérienne en France. Dans le programme arrêté et outre les dîners et déjeuners offerts par une ou l’autre des parties et des visites de sites (palais Bourbon et musée d’Orsay, château de Versailles), il est notamment à relever pour les trois premiers jours de la visite l’entretien mardi 28 avec M. Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l’Intérieur et de l’Immigration. Il est à espérer qu’au cours de cette rencontre, la partie algérienne évoquera les dernières décisions pour le moins très restrictives relatives à l’émigration globalement et en particulier celles concernant les Algériens. Dans la même journée, la délégation algérienne assistera au palais Bourbon à une séance publique de questions au gouvernement. La rencontre au cours du petit-déjeuner du lendemain (mercredi 29) avec Jean- Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat, et l’entretien le lendemain (30 juin) avec Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement. Lors de cette journée du jeudi, se déroulera en matinée une réunion de travail des groupes d’amitié respectifs. Gérard Larcher, président du Sénat, recevra en «audience» la délégation au dernier jour de son séjour à Paris, soit le jeudi 30, celle-ci devant rejoindre Marseille en fin de journée. Sur deux jours (le 1er et 2 juillet) dans la cité phocéenne, le programme est bien dense. Zohra Drif-Bitat et la délégation l’accompagnant seront reçues par Mme Yvette Mathieu, préfète des Alpes de Haute-Provence ; par le président du Conseil régional, Michel Vauzelle, et par Jean-Noël Guérini, président du Conseil général. Une réunion de travail programmée pour le lendemain sera consacrée «au regroupement des communes ». Enfin, le séjour prendra fin avec une rencontre avec la communauté nationale établie à Marseille.
Composition de la délégation du groupe d’amitié Algérie-France du Conseil de la nation :
Mme Zohra-Drif Bitat, vice-présidente du Conseil de la nation et présidente du groupe d’amitié Algérie-France.
M. Abdallah Bentoumi, vice-président du Conseil de la nation (RND).
Mme Fawzia Benbadis, vice-présidente de la Commission des affaires juridiques, administratives et des droits de l’homme (tiers présidentiel).
M. Mohamed Zakaria, vice-président de la Commission de l’équipement et du développement local (tiers présidentiel).
M. Karim Abbaoui, membre de la Commission de la culture, de l’information, de la jeunesse et du tourisme (FLN).
M. Chaïb Bensaïdane, membre de la Commission des affaires juridiques, administratives et des droits de l’homme (MSP).
M. Akli Benyounès, membre de la Commission des affaires étrangères, de la coopération internationale et de la communauté algérienne à l’étranger (tiers présidentiel).
Mohamed Akli Semmoudi, membre de la Commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la solidarité nationale.
Mlle Anissa Tahraoui, chef d’études au Conseil de la nation.

Source Le Soir d’Algérie Khadidja Baba-Ahmed
Le Pèlerin  

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 06:49

Il souffrait de démence depuis plusieurs années.

Peter-Falk.jpg

L'acteur américain Peter Falk, qui interprétait l'inspecteur "Columbo" dans la célèbre série télévisée, est décédé à l'âge de 83 ans, a annoncé vendredi 24 juin un membre de la famille sur la radio californienne KNX.
L'acteur immortalisé par son imperméable élimé et sa célèbre phrase "Juste une dernière chose...", souffrait de démence depuis plusieurs années et avait été placé sous la curatelle de sa femme Shera Falk, avec qui il était marié depuis 34 ans.
Peter Falk a incarné le lieutenant Columbo dans quelque 70 téléfilms diffusés entre 1968 et 2003. Mais il avait déjà une longue carrière derrière lui avant d'enfiler le fameux imperméable. Il fut notamment sélectionné deux fois aux Oscars dans la catégorie du second rôle, en 1961 et 1962.
Né en septembre 1927 à New York, Peter Falk, était devenu borgne à l'âge de trois ans des suites d'un cancer, a avait commencé à travailler à la télévision en 1957.
Il fut aussi l'un des acteurs fétiches de John Cassavetes, avec qui il a tourné six films.
Source Le Nouvel Observateur - AFP
Le Pèlerin

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 06:43

Economie - Prix du pétrole - L’Occident déclare la guerre à l’OPEP

pompagepetrole.jpg

L’Agence internationale de l’énergie a décidé de mettre 2 millions de barils par jour, pendant un mois, pour compenser la défection de la production libyenne et faire chuter les prix.

Un pari réussi. Les prix ont dégringolé de manière assez spectaculaire. A Londres le Brent de la mer du Nord a cédé près de 7 dollars tandis qu´à New York le «Light Sweet Crude» se repliait de plus de 4 dollars. La vengeance est un plat qui se mange froid.
Les pays consommateurs de pétrole ont pris leur revanche. Ils avaient manifesté leur déception après que l´Opep ait décidé de maintenir ses quotas inchangés lors de la réunion qui s´est tenue le 8 juin 2011 à Vienne en Autriche.
«Les ruptures d´approvisionnement actuelles (celles de la Libye, Ndlr) ainsi que la fragilité de l´économie mondiale, appellent à une augmentation rapide de l´offre compétitive qui permettra aux raffineurs de répondre à l´augmentation de la demande saisonnière», avait recommandé l´Agence internationale de l´énergie.
Les Etats-Unis, dans une «mise en garde» à peine déguisée, ont affiché de leur côté leur déception dès que les résultats de la réunion de l´Opep ont été connus. Ils ont jugé la production actuelle de l´organisation insuffisante. «Nous pensons que nous nous trouvons dans une situation où l´offre n´est pas suffisante pour répondre à la demande» a indiqué, lors de son point de presse quotidien, Jay Carney, le porte-parole de la Maison-Blanche.
L´offensive savamment planifiée a été lancée quinze jours plus tard. Les 28 pays membres de l´Agence internationale de l´énergie (AIE) se sont mis d´accord jeudi pour mettre 60 millions de barils sur le marché qui seront puisés dans leurs réserves stratégiques.
Le département américain de l´Energie a indiqué que les Etats-Unis fourniront 30 millions de barils qui seront prélevés de leurs réserves personnelles.
L´effet a certainement dépassé leurs espérances puisque les cours de l´or noir ont brutalement chuté jeudi. Après être descendus à 105,72 dollars, son plus bas niveau depuis le 6 mai, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août perdait 6,76 dollars pour clôturer à 107,45 dollars. A New York, le baril de Light Sweet Crude (WTI) pour la même échéance, après une courte incursion sous la barre des 90 dollars, pour la première fois depuis la fin du mois de février, cédait de son côté 4,46 dollars pour terminer la séance à 90,95 dollars. L´AIE venait de faire mouche. Elle avait annoncé qu´elle allait mettre sur le marché 60 millions de barils, en l´espace de trente jours, qui seront puisés dans les réserves stratégiques de ses Etats membres.
L´Agence, qui représente l´intérêt des pays industrialisés, espère faire coup double: pallier la production libyenne qui fait défaut à cause de la crise qui sévit dans ce pays et faire chuter des prix jugés trop élevés qui risquent de compromettre la reprise de l´économie mondiale. «Pour la troisième fois de son histoire, l´AIE et ses membres ont décidé de débloquer des stocks... Je m´attends à ce que cette action contribue à approvisionner correctement les marchés et à assurer un atterrissage en douceur de l´économie mondiale», a indiqué le directeur général de l´Agence internationale de l´énergie, Nobuo Tanaka.
Deux millions de barils par jour seront donc mis sur le marché pendant une période d´un mois. Une offre qui dépasse de loin l´interruption de celle du pétrole libyen estimée à quelque 1,5 million de barils. Une véritable guerre qui est déclarée à la majorité des pays membres de l´Opep qui estiment que le marché est bien approvisionné.
«Il n´y a pas besoin d´augmenter la production des pays de l´Opep lors de la 159e réunion de l´Organisation... Le marché est équilibré... La tendance à la baisse des prix du pétrole signifie que les producteurs doivent être très prudents et très vigilants avant toute hausse de la production», avait souligné, le 6 juin dernier, le représentant de la République islamique iranienne, Mohammad Ali Khatibi dont le pays assure la présidence de l´Opep.
«La délicate mission d´assurer l´équilibre entre l´offre et la demande sur le marché devra in fine revenir aux pays producteurs», ont estimé les analystes de Westhouse Securities. Qu´en sera-t-il de l´Arabie Saoudite qui s´était engagée à mettre plus de pétrole sur le marché? «A moyen terme, la décision de l´AIE pourrait être à double tranchant, et entraîner une remise en question par l´Arabie Saoudite de sa promesse d´accroître rapidement sa production», ont prévenu les analystes de Commerzbank.
Une réaction de Ryadh est attendue au moins... pour la forme

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Economie
commenter cet article