Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 08:03

Partenariat Algérie - France - le bon départ ?

Jean Pierre Raffarin-copie-1

 

Une douzaine de projets de partenariat industriel sont en cours de négociation entre des partenaires économiques algériens et français, a indiqué hier à Alger l’envoyé spécial du président français, Jean-Pierre Raffarin. En effet, J.- P. Raffarin a affirmé, au terme de pourparlers avec son homologue Mohammed Benmeradi, ministre de l’Industrie et de l’Investissement : «Nous avions identifié une douzaine de projets qui sont en discussion et qui relèvent de la confidentialité des partenaires.» Aucune précision n’a été donnée sur les secteurs concernés. Toutefois, M. Raffarin s’est limité à préciser qu’«ils sont créateurs d’emplois et de valeur ajoutée». L’envoyé spécial de Sarkozy s’est contenté de relever qu’«il y a des partenariats forts, mais nous voulons participer plus fort encore par le développement de projets, qui créent des emplois et de la valeur ajoutée et qui peuvent être un espoir pour les jeunes et à tous ceux qui veulent participer à l’avenir du pays». Il faut dire que la visite de J.- P. Raffarin en Algérie a été l’évènement clé pour donner un nouveau souffle au partenariat économique algéro-français. Dès son arrivée hier à Alger, le sénateur UMP a indiqué : «Nous voulons préparer l’avenir avec des projets industriels à long terme et avec une volonté de gagnant-gagnant, où chacun trouvera son propre intérêt.» M. Raffarin, chargé par l’Elysée d’une mission de coopération économique entre l’Algérie et la France, estimait que sa visite se veut d’abord «pour renforcer la coopération économique en tenant compte de leurs orientations législatives». « Il y a de la bonne volonté de part et d’autre et une volonté pragmatique pour préparer l’avenir dans des secteurs comme les assurances, la pharmacie, le transport, les mines et l’énergie», a-t-il encore noté.

Renault produirait 75 000 véhicules en Algérie à partir de 2012

Le projet de montage de l’usine Renault en Algérie semble bien parti du fait que les négociations entre les deux parties ont levé les gros obstacles et les incertitudes. M. Raffarin a affirmé que «le dossier avance bien. Il y a eu des contacts importants, et Renault a redimensionné son projet et redéfini un certain nombre de caractéristiques». Selon le ministre algérien de l’Industrie, «le constructeur automobile français revient avec de nouvelles propositions et va s’impliquer davantage en Algérie avec des investissements directs».

Certes, «les détails de l’investissement ne sont pas encore arrêtés, mais le principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d’arriver à produire 75 000 véhicules particuliers par an pour trois ou quatre modèles», a précisé le ministre Benmeradi qui ajoute que «si les négociations aboutissent, l’usine sera implantée sur les sites de la SNVI».

Le ministre souligne que «Renault va livrer ses véhicules au marché algérien d’ici à 2012». Cela dit, le ministre n’a pas omis de préciser : «Nous sommes loin de parvenir à un accord, nous allons poursuivre les négociations sur ce dossier.» F. A.

Source Le Jeune indépendant F.A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:59

Ils seraient 2,1 millions expatriés nés au pays: L'Algérie dans le «Top 15» des pays fournisseurs d'immigrés

harraga.jpg

 

L'Algérie figure parmi les quinze premiers pays qui fournissent le plus de migrants dans le monde. Les migrants sont définis, dans les projections pour 2010 de l'Institut National français d'études démographiques, comme les personnes nées dans le pays et vivant à l'étranger.

Les enfants d'Algériens nés à l'étranger qui, en droit, sont aussi des Algériens, ne sont pas comptabilisés. Ce qui est logique vu que dans les pays où la nationalité est fondée sur le droit du sol, ces catégories sont des nationaux. Ils seraient ainsi 2,1 millions d'Algériens nés en Algérie qui font partie de cette catégorie de migrants, soit 6,7% de la population totale. Le total des immigrés dans le monde serait de 214 millions en 2010, selon les chiffres des Nations unies, ce qui représente 3,1% de la population mondiale. Les tendances dans ce domaine n'ont pas beaucoup varié au cours des dernières décennies : 2,9% en 1990 et 2,3% en 1965. L'Algérie vient juste derrière l'Egypte dans le classement des 15 pays de départs ayant fourni le plus de migrants. Ils sont 2,2 millions d'émigrés égyptiens expatriés qui viennent, il faut le souligner, d'un pays beaucoup plus peuplé. Du coup, la proportion d'Egyptiens qui s'expatrient par rapport à la population totale est sensiblement inférieure à celle des Algériens, soit 3,5%. Le Maroc fournit en nombre et en proportion plus de migrants que l'Algérie. Ils sont 2,6 millions de Marocains expatriés, soit 9% de la population. La proportion d'émigrés, selon les chiffres de 2000, était de 6,8% pour l'Algérie et de 9% pour le Maroc.

Immigrés et émigrés

«Immigrés» pour les pays d'accueil, les populations concernées sont des «émigrés» pour les pays de naissance ou de départ. L'auteur de l'étude constate que les informations sur les «émigrés» sont moins bonnes que pour les «immigrés» même s'il s'agit des mêmes personnes à l'échelle mondiale. Il l'explique par le fait que les pays soient moins soucieux de «dénombrer leurs émigrés que leurs immigrés». Il constate également que les arrivées de migrants sont mieux enregistrées que le départ et que l'on a tendance à estimer le nombre des émigrés à partir des statistiques sur les immigrés fournis par les pays d'accueil. Le premier pays à fournir des migrants est le Mexique avec 10,1 millions, suivi de l'Inde (9 millions), du Bangladesh (6,6 millions), de la Chine (5,8). Mais les pays industriels sont également présents dans ce «Top 15» de la migration avec le Royaume-Uni (4,2 millions), l'Allemagne (4 millions), l'Italie (3,3 millions). Le Royaume-Uni compte presque autant d'émigrés (4,2 millions) que d'immigrés (4,9 millions). Les chiffres concernant les trois pays européens seraient considérablement réduits si l'on prenait l'espace européen comme «cadre national». L'auteur de l'étude souligne d'ailleurs que si «l'Union européenne formait un seul pays, la part des immigrés diminuerait sensiblement, puisque les ressortissants d'un autre pays de l'Union n'en feraient plus partie. L'importance relative des deux types de migration, interne et internationale, est donc fortement liée au découpage du territoire en nations». Les Etats-Unis comptaient 2,3 millions d'expatriés en 2010, ce qui est peu comparativement aux 35 millions d'immigrés qui y vivent. Le Japon a peu d'immigrés (seulement 1,3 % de la population en 2000) et peu d'émigrés (0,7 %).

Source Le Quotidien d’Oran Salem Ferdi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:54

Tipasa / Développement - Priorité aux routes, à la scolarité et à l’énergie

Gouraya.jpg

Le nouveau wali de Tipasa, El Iyadhi, a choisi la daïra de Gouraya pour sa première sortie de travail et d’inspection.

Au cours de cette sortie, le wali a instruit les élus des 3 communes relevant de Gouraya sur le respect en priorité des attentes et revendications du citoyen en présence des citoyens et de la société civile de ces localités et douars. Les élus seront appelés à se présenter, leur a-t-il signifié, chaque fin d’année, devant leurs élus et la société civile après s’être réunis tous les 15 jours avec lui pour traiter d’un volet déterminé, le prochain devant être celui de l’énergie.

Peu avant, le wali a d’emblée annoncé ses priorités pour ce quinquennat dont, entre autres, les routes pour faciliter l’acheminement des produits pour les agriculteurs, la scolarité (enseignants, cantines, transport..), l’eau et l’assainissement et également l’énergie promettant de mettre un terme aux coupures répétées de l’électricité et de généraliser le gaz de ville. Lors de la séance de travail avec les élus de la daïra de Gouraya qui ont, pour leur part, exposé les préoccupations de leurs citoyens, le wali a évoqué le problème du logement à l’échelle de la wilaya toutes formules confondues. Concernant le douar rural et montagnard Frères-Abidate de 878 habitants à Messelmoune, El Iyadhi a appelé les responsables à faire un programme de développement rural avec l’implication des citoyens. Et pour le logement, il a instruit les chargés de projets à faciliter la tâche pour les demandeurs. Pour le logement rural par exemple, il les a incités à ne pas attendre que tous les bénéficiaires soient éligibles en même temps, mais les a appelés à ne plus retarder les citoyens. «Il faut être pragmatique car plus on avance, plus on règle les problèmes. Le problème n’est pas un problème d’argent ou de crédit. C’est un problème de consommation chez nous.» En outre, le premier responsable de la wilaya trouve que 2 000 DA le mètre carré de logement rural est un prix un peu trop élevé pour le citoyen. «Cela va décourager le retour des gens.» Le wali a, par la même occasion, demandé à «ventiler» le nombre de 40 000 dossiers de demandes de logement social à l’échelle de la wilaya, qu’il trouve exagéré et de faciliter l’accès au LSP pour les demandeurs. «Tout dossier de demande de logement a le droit de réponse par écrit pour être orienté vers la formule à laquelle il répond.». Volet travaux publics, le wali a annoncé que ce secteur doit passer en priorité au profit des citoyens dont l’ouverture d’accès et de routes. «Nous avons 500 km de routes à refaire en priorité.» En réponse aux préoccupations des citoyens sur le problème de la non-possession de documents dont des actes pour engager des procédures et des prêts bancaires, le directeur du cadastre de la wilaya a été clair. «On est en train d’étudier un plan pour contourner ce problème surtout pour les agriculteurs en attendant le cadastre. L’Etat a établi certains mécanismes et le cadastre n’a jamais été un problème pour les citoyens. La population a un problème de certificat de possession. Le citoyen doit se rapprocher du cadastre pour trouver des réponses», a-t-il estimé.

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:50

Algérie - Manuel Valls, député de l’Essonne et maire d’Evry : «La diversité est une chance pour la France»

Manuel Valls 2

 

 

«La gestion d’une grande ville de la région parisienne (Evry) : un exemple d’organisation multiculturelle». C’est sur ce thème que le député de l’Essonne maire de la commune d’Evry,  Manuel Valls, a donné, mardi, une conférence, Alger.  Pour cet élu, issu de l’émigration d’un père espagnol et d’une mère suisse, la diversité raciale et culturelle est une bénédiction. Son expérience en tant que maire à la tête d’Evry, une ville de 53.000 habitants lui permet de se targuer d’avoir concilié toutes les religions. «A partir d’un village comptant 5000 habitants en 1960, affirmera-t-il, la ville d’Evry est devenu un modèle d’intégration marquée d’une urbanisation et d’une architecture nouvelle». La mission de M. Valls, candidat à la primaire socialiste pour les élections présidentielles en France de 2012,   est de mener un dialogue avec l’immigration étant donné que sa ville s’est construite en majorité avec l’immigration grâce à laquelle elle a puisé  sa richesse multiraciale et multiculturelle. Mais il se défend de faire ressembler sa ville à celle de Clichy sous bois où deux jeunes beurs ont trouvé la mort en 2005. Le défi que veut relever celui qui veut présider à la destinée des Français  est comment faire vivre les uns et les autres en harmonie tout en respectant l’autre.  Il prend l’exemple d’Evry où la mosquée côtoie la synagogue, la pagode l’église dans une rue portant le nom du poète et président sénégalais défunt Léopold Sedar Senghor, chantre de la diversité raciale. Pour M. Valls, rien n’est pire que la méconnaissance de l’autre. Mais, le premier souci de cet élu est de vivre ensemble tout en respectant les valeurs de la République qui sont l’égalité, la tolérance, et la démocratie.

En prenant son exemple comme modèle d’intégration, M. Valls indique que la réussite n’est pas seulement dans le sport comme Zinedine Zidane, mais elle réside dans les études, la qualification dans les postes d’emploi, le courage et l’envie d’entreprendre. L’autre défi de cet élu socialiste est la lutte contre les discriminations et donc le racisme car les jeunes issus de l’émigration dira - t-il, ont une soif de connaissance et d’apprentissage. Mais le conférencier reconnaît que sans démocratie «locale» aucune politique aussi minime soit-elle ne réussira. Pour lui, il faut toujours rechercher les moyens de communications idoines pour intégrer toutes les populations. A une question sur les relations particulières entre l’Algérie et la France, M. Valls a estimé qu’elles sont plus fortes et plus «graves» que la force du lien passionnel. Il a précisé qu’elles sont également assez uniques, estimant qu’elles ont besoin d’être redéfinies à travers des gestes forts.  Il s’agit, a-t-il dit, de relations «essentielles» pour «l’équilibre» dans la Méditerranée et dans la sphère Nord-Sud.

Source Horizons Rabéa F.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:40

120 milliards de dinars pour la modernisation et l’assainissement

eaux usees

 

 

Le ministre des Travaux Publics Amar Ghoul, a déclaré, hier, lors d’une réunion d’évaluation des différentes entreprises de son secteur, que le gouvernement vient de donner son aval à son programme de modernisation et d’assainissement de l’ensemble des entreprises de réalisation, bureaux d’études, laboratoires...

M. Ghoul a évoqué les mesures de facilitation prises par le gouvernement notamment l’amendement du code de marchés publics pour «favoriser davantage l’outil national».

Le ministère a vu dernièrement le rattachement sous sa tutelle des différentes entreprises de réalisation ce qui introduit plus de clarté dans les prérogatives et fait éviter «une dilution des responsabilités», selon lui. Ainsi, ajoute-t-il, «la balle est dans le camp des gestionnaires, l’Etat a mis des facilités énormes».

Outre l’amendement des 75 articles du code des marchés publics, introduisant 24 nouveaux, ce qui favorise amplement les entreprises locales dans l’octroi des marchés, une enveloppe financière conséquente de 120 milliards DA a été octroyée aux 51 entreprises de réalisation dont 9 laboratoires, bureaux d’études pour assainir leurs dettes fiscales et parafiscales (50 milliards) et moderniser leurs équipements et outil de réalisation (68 milliards). La formation a eu la part restante (2 milliards).

«Nous voulons mettre nos entreprises aux standards internationaux», dira M. Ghoul qui ne cache pas le fait que c’est «un montant volumineux». L’essentiel est qu’elles puissent réaliser sans entraves les actions inscrites dans le programme quinquennal 2010-2014.

En outre, il a été créé une école de formation aux petits métiers qui font cruellement défaut aujourd’hui comme les agents d’entretien des espaces verts, l’éclairage routier, la signalisation, les agents en charge du péage sur les autoroutes. Les cadres, pour leur part, auront leur propre école de perfectionnement en management.

Les entreprises soumises à partir de janvier 2011 à des contrats de performance

Mais d’ores et déjà, les différents intervenants seront soumis à partir de janvier 2011 à des contrats de performance avec «des objectifs précis» ainsi que des  délais stricts ; ils devront mentionner, par là même, les rattrapages à faire. Une inspection générale est instituée auprès du ministère des Travaux publics et sera chargée des études et réalisations. Le ministre a été dur envers les responsables défaillants disant carrément que «la non-concrétisation des objectifs en question sera sanctionnée par libération du cadre incriminé».

Ces contrats feront l’objet d’évaluation «tous les trois mois» pour les directeurs d’entreprise et tous les quatre mois pour les DTP. C’est la première fois que l’on parle de contrat de performance dans le secteur de l’administration en impliquant les DPT, les directions de wilaya des travaux publics sur lesquelles repose la  concrétisation des programmes. M. Ghoul a été clair : «les partisans du moindre effort n’auront plus de place parmi nous». Il a été intransigeant envers ses collaborateurs sur les questions de «rigueur, d’efficacité et de transparence» appelant  ces derniers à un travail de suivi et de contrôle rigoureux sur le terrain.

Source Horizons K. Daghefli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:37

Renault négocie avec le gouvernement pour produire 75.000 véhicules en Algérie

renault algerie

 

Renault cherche à installer une usine de montage en Algérie. C'est du moins ce qu'affirme mercredi à Alger le ministre de l'Industrie  et de la promotion de l'Investissement, Mohamed Benmeradi, selon lequel Renault  "va s'impliquer davantage (en Algérie) avec des investissements directs".

"Les détails de l'investissement ne sont pas encore arrêtés, mais le  principe retenu lors des discussions entre les deux parties est d'arriver à  produire 75.000 véhicules particuliers par an pour trois ou quatre modèles'',  a-t-il déclaré le ministre.

 Ce dernier a précisé au passage que les discussions portent sur " la création dans une première étape d'une  usine de montage, qui sera suivie dans une seconde étape par la fabrication  de véhicules avec un taux d'intégration de l'industrie nationale de 40% étalée  sur quatre ans".

''Si les négociations aboutissent, l'usine sera implantée sur les sites  de la SNVI'', a révélé encore Benmeradi, qui a indiqué que Renault s'est proposé  de ''livrer ses véhicules au marché algérien d'ici à 2012''. Mais, "nous sommes loin de parvenir à un accord, nous allons poursuivre  aujourd'hui les négociations sur ce dossier", a-t-il néanmoins nuancé dans une déclaration reprise mercredi par l'APS.

Source El Watan / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:34

Elles ont besoin d’être redéfinies à travers des gestes forts»

Manuel Valls 2

 

Les relations algéro-françaises, le problème de l’émigration, la gestion d’une ville face à une diversité culturelle et dans un respect mutuel sont, entre autres, les sujets abordés par Manuel Valls, maire d’Evry et député de l’Essonne, lors d’une conférence de presse, animée avant-hier au Centre culturel français (CCF), portant sur «La gestion d’une grande ville de la région parisienne – Evry, un exemple d’organisation multiculturelle».

Evoquant le passé colonial de l’Algérie et le présent, le député maire a qualifié les relations algéro-françaises d’«assez uniques», tout en insistant sur leur caractère particulier, estimant qu’elles ont besoin d’être redéfinies à travers des gestes forts comme cela s’est passé avec l’Allemagne. Il s’agit, explique le parlementaire, de relations «essentielles» pour «l’équilibre» dans la Méditerranée et dans la sphère Nord-Sud. «C’est une relation passionnelle faite de drame et de confrontation. Certes, nous ne pouvons construire l’avenir des relations algéro-françaises en faisant l’impasse sur la mémoire, qui reste un enjeu de taille. L’histoire est là, il faut la regarder en face», note le conférencier, qui pense que les débats autour du vote de lois peuvent déraper et peuvent être instrumentalisés, d’où la nécessité de laisser les historiens faire leur travail, loin de la pression des politiciens. Pour M. Valls, la France doit avoir avec l’Algérie un partenariat stratégique eu égard aux enjeux liés à l’émigration, à l’économie et à l’espace méditerranéen.

La France est un pays d’accueil. Beaucoup d’enfants d’émigrés vivant en France ne sont pas demandeurs d’aides, ils ont réussi dans leurs entreprises et sont devenus exigeants envers la France et le seront davantage envers l’Algérie. Plaidant donc pour une «nouvelle idée de la nation ouverte sur le monde», M. Valls a estimé que «l’exemple de la réussite dans le sport ou les médias, comme c’est le cas de Zinédine Zidane, est l’arbre qui cache la forêt». La réussite, de son avis, doit se mesurer dans d’autres domaines comme l’entreprise, l’administration et la politique. Revenant sur la gestion de la ville, le parlementaire a soutenu que le défi à relever, dans la gestion d’une ville d’aujourd’hui comme celle d’Evry, est «de faire vivre les citoyens dans leur diversité culturelle, religieuse et d’origine, ensemble et dans le respect mutuel». Il a révélé qu’il a toujours cherché «en permanence» dans sa gestion de la ville d’Evry à mettre en avant ce qui rassemble les différentes composantes communautaires de sa ville plus que leurs différences.

Cependant M. Valls, qui préside aussi une mission parlementaire d’information sur le droit à la nationalité en France et animateur du courant «A gauche, besoin d’optimisme», a reconnu que tous les modèles d’intégration et d’assimilation présentent des faiblesses et des incohérences ; il a mis en avant la nécessité de repenser certaines politiques d’émigration et de lutter contre la discrimination et la ségrégation dans l’octroi des chances d’emploi dans le monde du travail. C’est dans ce contexte qu’il a regretté le fait qu’à cinq kilomètres d’Evry existe la plus grande prison d’Europe, où sont entassés des enfants d’ouvriers et d’émigrés illustrant «l’échec d’un modèle de construction».

Source El Watan Nabila Amir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:28

Le colloque international consacré aux violences à l’égard des femmes n’aura pas lieu aujourd’hui à l’hôtel Essafir, Alger.

femmme algerienne rurale

 

La direction de la réglementation et de l’administration générale (DRAG), auprès de la wilaya d’Alger, n’a pas jugé opportun de répondre à la demande d’autorisation déposée par les organisateurs il y a… un mois. Faute de ce document, la direction de l’hôtel a refusé hier la tenue de la conférence, en dépit du fait que de nombreux invités algériens et étrangers étaient déjà arrivés et installés. Du côté de la wilaya, il nous a été impossible d’obtenir des explications.

Tous nos efforts pour prendre attache avec le wali, son chef de cabinet ou le DRAG se sont avérés vains. A en croire leurs secrétaires, ils étaient tous en réunion, et ce, durant tout l’après-midi. Du côté des organisateurs du colloque, c’était la panique. Une réunion houleuse s’est tenue dans la précipitation pour décider de la suite à donner à la manifestation.

Un communiqué a été rendu public. Ainsi, le collectif des douze associations, ayant préparé la conférence avec la collaboration de l’Association algérienne du planning familial (AAPF), a «pris acte de la non autorisation qui leur a été signifiée oralement et tardivement», et a tenu à «réaffirmer» sa «volonté de se battre contre les violences que subissent avec toutes les Algériennes». Pour le collectif, la non-autorisation de la tenue de ce colloque est une «violence contre l’expression et les luttes des femmes contre les violences qui leur sont faites». De ce fait, il considère que cette mesure «disproportionnée et intolérable traduit bien la situation sur le terrain des droits des femmes en Algérie» et conclut qu’«au moment où les femmes du monde entier commémorent cette journée, les Algériennes sont sommées de compter silencieusement leurs victimes». Ainsi, l’annulation de la conférence a suscité colère et frustration des nombreux invités arrivés hier.

La décision de ne pas répondre à la demande d’autorisation augurait, selon eux, un refus que la wilaya n’a pas eu le courage d’assumer. Plus grave, elle donne une très mauvaise image de l’Algérie : celle d’un pays qui refuse toute expression en dehors des institutions gouvernementales. Pour preuve, aujourd’hui, le ministre de la Solidarité se rendra avec des journalistes au Centre national pour femmes victimes de violences de Bou Ismaïl, pour s’enquérir des conditions de prise en charge. Une activité qui entre dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

Force est de constater que le débat contradictoire, même quand il s’agit de défendre le droit à la dignité, reste banni en Algérie. Cette même Algérie s’est engagée devant la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les violences contre les femmes, lors de sa visite au début de ce mois-ci à Alger, à associer la société civile à sa stratégie de lutte contre les violences.

Source El Watan Salima Tlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:25

Les pouvoirs publics veulent en finir avec les déboires des citoyens liés aux défaillances des commerçants pendant les journées de l’Aïd.

Alger Absenteisme Aid El Adha

 

L’activité commerciale durant les journées de fête sera désormais régulée et organisée par un décret exécutif devant être prochainement soumis par le ministère du Commerce, a indiqué mercredi 24 novembre à Constantine le premier responsable de ce département, M. Mustapha Benbada.

Ce texte déterminera avec exactitude toutes les activités commerciales devant être exercées durant les jours de fête, notamment l’Aïd, afin de permettre aux citoyens de rompre définitivement avec les désagréments liés aux "défaillances" observées de certains commerçants durant ces journées, a souligné le ministre.

Au cours d’une visite de travail et d’inspection à Constantine, M. Benbada  a, par ailleurs, infirmé toute intention de son département de sanctionner les commerçants qui ont fait fi aux usages commerciaux durant les jours de l’Aïd "faute de texte de loi autorisant cette procédure".

Selon le ministre, les commerçants n’ayant pas répondu aux multiples appels lancés par les organisations et des associations professionnelles, le feront prochainement "sous la rigueur de la loi".  

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:19

Algérie - 13 milliards de dollars d'excédent commercial durant les dix premiers mois 2010

algerie-import-export.jpg

 

La balance commerciale de l'Algérie a réalisé durant  les dix premiers mois 2010 un excédent de 12,99 milliards de dollars, contre  seulement 1,58 milliard de dollars durant la même période en 2009, a annoncé mercredi le Centre national de l'informatique et des statistiques  des Douanes (Cnis). 

Les exportations ont atteint 45,81 milliards de dollars, contre 34,99  milliards au cours de la même période de l'année écoulée, en hausse de 30,92%,  selon les chiffres provisoires du CNIS. 

Quant aux importations, elles se sont établies à 32,82 milliards de dollars  contre 33,41 milliards de dollars au cours de la même période en 2009, accusant  une légère baisse de 1,78%, précise encore le Cnis. 

L'amélioration du commerce extérieur durant cette période de l'année  s'explique notamment par l'augmentation de plus de 30% des recettes des exportations  d'hydrocarbures grâce à la hausse des prix du brut et par une légère baisse  des importations notamment des demi-produits avec -5,68% et les biens de consommation  non alimentaires avec (-4,47%). 

Sur le montant global des exportations, les hydrocarbures ont représenté  96,94% en s'établissant à 44,41 milliards de dollars lors des dix premiers mois  2010, contre 34,15 milliards durant la même période de 2009 (+30,03%). 

Pour les importations, il est constaté un léger recul des demi-produits  à 8,27 milliards de dollars (-5,67%), les biens de consommation non alimentaires  à 4,86 milliards usd (-4,47%) et les biens alimentaires à 4,89 milliards USD.   

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0