Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 10:47

Comment Maroc Aviation se prépare à fabriquer à Casablanca une part du fuselage de l'Airbus A321

Maroc-Aviation-Troncon-de-fuselage-Airbus-A321.jpg

L'usine EADS Maroc Aviation à Casablanca

 

L'équipementier aéronautique EADS Sogerma va fabriquer au Maroc pour Airbus certains tronçons du fuselage de l'A321. Ce contrat devrait s'accompagner en 2014, d'une quinzaine d'embauches dans l'usine de Casablanca. L'Usine Nouvelle détaille ce projet en exclusivité.

EADS Maroc Aviation va bientôt participer à la fabrication d'un tronçon du fuselage de l'A321 d'Airbus. En effet, la filiale marocaine à bas coûts du groupe va réaliser dans son usine de Casablanca, une partie des éléments de la structure dite "tronçon A14" de cet appareil. 

Cela fait suite à l'important contrat gagné auprès d'Airbus et annoncé le 5 juin.

"Deux des sous-ensembles seront construits au Maroc"

Ce tronçon "c'est un morceau de fuselage complet qui rallonge l'A321. Composé de plusieurs sous-ensembles, il se monte en plusieurs parties. Deux de ces sous-ensembles seront construits au Maroc. Probablement, la structure plancher et les panneaux supérieurs." précise en exclusivité à L'Usine Nouvelle Bruno Igounenc (photo), directeur général de EADS Maroc Aviation, filiale de la société Sogerma, elle-même filiale d'EADS.

En France, le site EADS Sogerma de Rochefort (Charente-Maritime) réalisera l'étude, l'industrialisation et la fabrication de ces tronçons. La production ne débutera pas avant le premier semestre 2014. 

"Ce type de contrat, qui s'étale sur une durée minimale d'une dizaine d'années, est rare et l'A321 est l'un des avions les plus vendus de la planète. Notre plan de charge est ainsi conforté pour plusieurs années », a affirmé dans le quotidien Les Echos du 13 juin, Jean-Michel Léonard, PDG de EADS Sogerma juste avant le Salon du Bourget.

"Une forte montée en technicité"

Au niveau des effectifs, une quarantaine d'emplois pourrait être créée dont une quinzaine à Casablanca chez EADS Maroc Aviation.  "Ce recrutement exprime surtout une forte montée en technicité de l'assemblage métallique. C'est la raison pour laquelle un plan de formation adéquat a été mis en place," explique Bruno Igounenc. Le site marocain compte aujourd'hui plus de 200 salariés.

Pour recruter et former ses techniciens avec un minimum de niveau Bac et pour certains techniciens Bac+2, EADS Maroc Aviation s'est appuyé sur l'IMA, l'Institut des métiers de l'aéronautique de Casablanca, situé à deux pas de son usine. Mais cette formation est naturellement complétée.  "Après cette formation de base sur les métiers de l'aéronautique et ceux relatifs à la qualité, une autre plus spécifique à l'assemblage métallique est dispensée en synergie avec le personnel d'EADS Sogerma sur place." explique le directeur général de l'usine marocaine.

Trois métiers

Les métiers de cette unité basée sur la zone industrielle aéropole de Nouaceur près de l'aéroport Mohammed V sont au nombre de trois. Un métier d'assemblage métallique, un métier de fabrication de pièces composites avec les spécialités cockpit et la maintenance d'équipements militaires.

Avec un investissement d'environ 10 millions de dirhams (900 000 euros) au niveau de l'usine, les répercussions sont bien réelles. "Des moyens de lissage de panneaux seront mis en œuvre pour la première fois. Ces moyens consisteront dans l'usage de machines qui sont des riveteuses semi-automatiques. Des locaux spécifiquement aménagés et tempérés abriteront deux lignes adaptées d'assemblage pour les deux WP (work package) ou sous-ensembles. Elles seront montées fin de cette année et début de la prochaine." explique notre interlocuteur. 

En France, EADS Sogerma conçoit et fabrique des tronçons de fuselage et des structures métalliques et composites pour les programmes d'avions civils et militaires, ainsi que des sièges de cockpit ou de première classe notamment. Il travaille pour la majorité des fabricants d'aéronefs, notamment Airbus, Boeing, Dassault, Eurocopter ou Bombardier et réalise les ailes des ATR.

Un client quasi unique

Au Maroc, "à l'export, notre usine de Casablanca travaille pour un client quasi unique EADS Sogerma sur des programmes Airbus et ATR. Au niveau local, sur la maintenance d'équipements militaires, nos clients sont les principales composantes des forces militaires du pays à savoir les Forces armées Royales (FAR), la Gendarmerie royale et la Marine royale," précise Bruno Igounenc.

Concernant les priorités actuelles, "Nous faisons face à la forte demande du marché aéronautique. L'enjeu est de répondre à nos clients en termes de délais de livraison. Les cadences de fabrication sont plutôt tendues. D'ailleurs la croissance du chiffre d'affaires au Maroc s'est élevée à près de 30% en 2012", révèle Bruno Igounenc.

Et pour la préparation du projet A321, les priorités immédiates de l'usine se situent au niveau de la gestion d'une supply-chain ultra-serrée. "Les commandes sont livrées parfois directement sur les chaines ATR comme les coffres, et parfois via EADS Sogerma. Nous avons localement un contrat flotte important avec notre transporteur routier LDI, deux fois par semaine. Parfois nous avons recours à l'aérien pour les commandes exceptionnelles," conclut le directeur général de Maroc Aviation.

Source L’Usine nouvelle Nasser Djama

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:57

EADS : L'Airbus A350 pourrait effectuer son 1er vol au salon du Bourget

sortie de l A350

 

Airbus pourrait être la vedette du salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget le mois prochain s'il parvient à y faire voler pour la première fois son nouveau modèle, l'A350, une hypothèse qui gagne peu à peu en crédibilité.

Le calendrier du lancement de l'A380, l'avion le plus récent mis sur le marché par la filiale d'EADS, suggère qu'Airbus pourrait être prêt à faire voler l'A350 mi-juin, mais la météo et les essais au sol seront décisifs.

Selon des sources du secteur, il est improbable que le premier A350, sorti la semaine dernière de l'ateliers de peinture, atterrisse au Bourget.

Mais l'appareil pourrait effectuer un vol de 600 kilomètres entre Toulouse et le Bourget pour survoler le salon, ce qui lui permettrait de créer l'événement au nez à la barbe de son grand concurrent américain Boeing.

Airbus s'est contenté de réaffirmer son intention de faire voler l'A350 autour de la fin juin et s'est refusé à tout autre commentaire sur ses projets.

Mais la perspective d'un premier vol imminent s'est précisée avec la publication sur internet de photos d'un logo A350 peint sous la carlingue de l'avion. De tels marquages sont généralement utilisés pour permettre l'identification de l'avion lors des salons aéronautiques.

La semaine dernière, la presse a été tenue à l'écart de la célébration de la sortie de l'A350 de l'atelier de peinture mais une partie du marquage A350 est visible sur une vidéo officielle, a rapporté sur Twitter David Kaminski-Morrow, du site spécialisé Flightglobal.

Avant de voler, l'A350 doit encore réussir une série de tests au sol.

"Aucune machine aussi complexe ne peut être parfaite d'emblée", explique Claude Lelaie, ancien directeur des vols d'essai d'Airbus, aujourd'hui retraité, qui a piloté le "superjumbo" A380 pour son premier vol en avril 2005.

Le moment choisi pour le premier vol de l'A350 dépendra en partie du moment auquel les successeurs de Claude Lelaie accepteront de prendre le relais des équipes de développement.

Cette décision n'appartient qu'à cette élite de pilotes et d'ingénieurs en vol et ne peut pas leur être imposée, serait-ce par les plus hauts dirigeants d'EADS.

"C'est un autre monde. Les "Flight Test" ne pensent pas aux salons. Ils volent quand ils sont prêts", explique un dirigeant du secteur.

Le premier vol de l'A380 avait ainsi dû être retardé, les pilotes refusant d'en prendre la responsabilité tant qu'un problème de train d'atterrissage n'était pas réglé.

Sur la base des lancements passés, le fait que l'A350 soit sorti de l'atelier de peinture la semaine dernière est cohérent avec un passage de relais aux équipes de test en vol fin mai et un premier vol deux semaines plus tard. Mais ce calendrier est serré.

En 2005, il s'était écoulé 35 jours environ entre le début du processus de relais et le premier vol. Cette année, l'intervalle entre la sortie de l'atelier de peinture et le début du salon du Bourget n'est que de 28 jours.

Les tests de performance réalisés en altitude de croisière seront cruciaux pour l'avenir commercial de l'A350. C'est à cette hauteur que ces appareils passent le plus clair de leur existence, et leur consommation de carburants sera scrutée avec la plus grande attention, à plus forte raison de le contexte actuel.

Si les essais exclusivement dédiés à la consommation seront effectués plus tard, Airbus étudiera avec attention les premiers résultats afin de garantir à ses 35 premiers clients que les promesses en termes d'économies seront bien au rendez-vous. Pour l'heure, 617 commandes ont été placées pour l'A350.

Son principal concurrent, le Boeing 787 s'est envolé pour la première fois en 2009, mais les récents problèmes rencontrés par ses batteries ont contraint ces appareils à rester cloués au sol et l'avionneur américain devrait profiter du salon du Bourget pour rassurer le secteur à grand renfort de publicités. (Marc Angrand et Nicolas Delame pour le service français)

Source lesechos.fr Reuters Tim Hepher

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 21:15

Des centaines de salariés sont venues découvrir l'A350 XWB aux couleurs d'Airbus hier sur le tarmac toulousain.

sortie-de-l-A350.jpg 

Airbus a dévoilé hier la livrée du tout premier A350 destiné à effectuer le vol inaugural. Cet avion n°1 doit encore passer quelques tests avant de prendre les airs «d'ici l'été». Il ne doit toutefois pas être présent au prochain salon du Bourget.

C'était hier un grand moment d'émotion pour les salariés d'Airbus qui travaillent depuis des années sur le programme A350. Le premier exemplaire du nouveau long-courrier d'Airbus a été dévoilé entièrement peint aux couleurs de l'avionneur européen. Une première pour l'A350 qui a donc effectué ses premiers tours de roue sur le tarmac toulousain. Poussé hors du hangar de peinture par un engin de piste, cet exemplaire qui porte le numéro de série MSN001 n'a toutefois pas allumé ses moteurs.

Il a été accueilli par plusieurs centaines de salariés impliqués dans la construction de l'A350. Destiné à être le premier A350 à prendre les airs, l'appareil était entré il y a tout juste une semaine en salle de peinture. Il a donc fallu moins de sept jours pour le peindre entièrement aux couleurs officielles d'Airbus et ainsi présenter au monde entier la «livrée» de l'avionneur. D'ordinaire le «roll out», ce moment où l'avion sort du hangar, est l'occasion d'organiser une grande cérémonie en présence de nombreux invités : clients, fournisseurs, élus, institutionnels… Cette fois-ci, la direction du programme a préféré gagner du temps et a réduit l'événement à destination des Airbusiens. En son temps, le roll out de l'A380 avait été un vrai show à l'américaine avec un parterre de personnalités invitées à Toulouse.

Faire voler l'A350

Un tel spectacle aurait immobilisé l'avion pendant 48 heures alors que les ingénieurs n'ont qu'une idée en tête : faire voler le plus vite possible l'A350. Désormais presque prêt pour son vol inaugural, l'A350 a encore quelques tests au sol à passer. C'est l'autre A350, celui dédié aux essais statiques qui doit réaliser des tests supplémentaires. Ensuite, l'avion n° 1 sera remis début juin au service des essais en vol. L'avion sera alors équipé de capteurs et ordinateurs afin d'enregistrer les paramètres techniques lors de la campagne d'essais en vol. Le MSN001 devrait donc être opérationnel pour le vol inaugural au milieu du mois de juin soit lors du Salon aéronautique du Bourget (17-21 juin) près de Paris. L'A350 ne devrait toutefois pas s'y rendre. Le calendrier reste tendu puisque la première livraison commerciale est toujours attendue pour la mi 2014 à Toulouse. Gil Bousquet

Grosse commande indienne au Bourget

Le salon aéronautique du Bourget s'annonce déjà copieux en terme de commandes. La compagnie indienne Jet Airways s'apprêterait à dévoiler une commande de 200 appareils partagée entre Boeing et Airbus qui engrangerait donc près d'une centaine d'appareils. Par ailleurs, Jet Airways pourrait aussi acheter en plus 50 A320 Neo pour sa filiale low cost JetKonnect.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 11:28

Kuwait Airways s'apprête à commander 25 Airbus

Chaine-de-montage-A350.jpg

 

La compagnie aérienne Kuwait Airways serait sur le point de commander 25 Airbus pour un montant estimé à 3 milliards de dollars. Les appareils devraient être livrés à partir de 2019.

Cette commande devrait permettre à la compagnie de retirer de sa flotte onze appareils vieillissants: cinq A300, trois A310 et trois A320

Citant des sources proches de la direction de la compagnie étatique, le quotidien privé Al-Watan a précisé que le Conseil d'administration de la Kuwait Airways Co. (KAC) avait décidé la semaine dernière d'opter pour Airbus qui a présenté une offre de 280 millions de dollars de moins que celle de son concurrent américain Boeing.

La KAC a refusé de commenter cette information mais son PDG, Sami al-Nassef, avait déclaré en janvier à l'AFP, après l'adoption par le Parlement d'une loi ouvrant la voie à la privatisation de la compagnie, qu'il comptait acquérir 21 avions neufs dans deux ans.

En attendant les livraisons des nouveaux appareils, KAC compte prendre en location 13 Airbus, dont les deux premiers, des A320 neo dès juillet, a indiqué Al-Watan, un quotidien privé généralement bien informé.

Seulement "10 à 12 appareils" actuellement disponibles

Cela devrait permettre à la compagnie de retirer de sa flotte onze appareils vieillissants: cinq A300, trois A310 et trois A320. La compagnie gardera en revanche quatre A340 et deux Boeing 777 qu'elle possède.

Les nouvelles acquisitions et la location d'avions font partie du programme de la compagnie de moderniser sa flotte et de renouer avec les bénéfices avant de proposer 40% de son capital à un investisseur stratégique local ou étranger.

Sami Nassef, nommé PDG en novembre, avait indiqué en janvier devant le Parlement que seuls 10 à 12 des appareils de la compagnie étaient en exploitation et que le reste était en "maintenance prolongée". Kuwait Airways a une flotte de 15 Airbus et de deux Boeing vieux de 20 ans.

Des pertes estimées à plus de 1,5 milliards de dollars

La loi de privatisation de la compagnie prévoit d'éponger les pertes actuelles de la compagnie estimés à plus de 1,5 milliard de dollars.

Kuwait Airways a eu des résultats négatifs pendant les 21 dernières années, à une seule exception. Ses pertes cumulées avaient atteint 2,7 milliards de dollars et ont été épongés par le trésor public.

Source  Challenges.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 05:29

La compagnie aérienne britannique choisit de s'équiper de 18 A350-1000, concurrent du B-777 de Boeing dont il possède déjà une cinquantaine d'exemplaires.

british-airways.jpg

 

IAG (British Airways, Iberia) a annoncé lundi avoir signé avec Airbus un protocole d'accord concernant une commande ferme de 18 avions Airbus A350-1000, assortie d'une option pour 18 avions supplémentaires. Au prix catalogue, cette commande est évaluée à près de 12 milliards de dollars. Cette commande avait fait l'objet de fuites début avril. La version retenue est la plus longue de la famille des A-350, le futur long-courrier moyen-porteur de l'avionneur européen. Le premier vol de cette version est prévu pour 2017. Cet avion qui sera exploité par British Airways pourra transporter 350 personnes.

Si l'A350 concurrence le Dreamliner de Boeing (ou B787), cette version longue vise davantage le Boeing 777 qui peut transporter un peu plus de 400 passagers. Début avril, les rumeurs spéculaient sur l'inclusion d'A350-900 dans la commande d'IAG. British Airways exploite une flotte de 50 B-777, la plus importante du monde pour ce modèle.

Ainsi, British Airways a choisi de rester fidèle au Dreamliner. Début avril, la compagnie aérienne britannique avait même confirmé la commande de 18 exemplaires du B787, malgré l'interdiction de vol qui lui est imposée depuis mi-janvier suite à une série d'incidents critiques (surchauffe des batteries donnant lieu à des débuts d'incendie). L'aviation civile américaine a finalement réattribué sa licence de vol au B787 le week end dernier après avoir validé le nouveau dispositif de sécurité des batteries.

Source La Tribune 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 14:31

Fiha lmouta ?!

Bon-ou-mauvais-oeil.jpg

 

 

L'Algérien possède un goût très prononcé pour les malheurs. Si vous mettez à portée de ses deux oreilles deux nouvelles, l'une gaie, légère, colorée, lumineuse, aérée et saine, et l'autre, triste, lourde, ténébreuse et louche, il n'hésitera pas une seconde. Unanimes, ses deux oreilles vous réclameront la deuxième, frissonnant d'impatience et de désir, largement ouvertes, avides. 
Si vous trouvez que ces propos sont mensongers ou exagérées, sortez dans la rue, annoncez au premier Algérien que vous rencontrez que quelque part une fête se déroule, qu'ailleurs une catastrophe est arrivée, et observez le. Aussi sûr que la terre n'est pas plate, vous le verrez se diriger en haletant, d'un pas pressé ou carrément en courant, travaillé par la crainte d'arriver en retard, vers le lieu du désastre. 
Soyez compréhensifs et indulgents, et évitez les jugements hâtifs, s'il vous plait ! Ce phénomène bizarre et troublant est plus fort que lui, il ne s'agit pas d'un acte réfléchi, c'est une pulsion, c'est une attirance tyrannique. Pour imager, une bête puissante est tapie au fond de ses intestins, qui toujours l'aiguillonne vers le malheur. 
Mais d'où lui vient donc ce penchant pour les drames ? Est-ce génétique ? C'est une hypothèse qui n'est pas dépourvue de bon sens, et maintenant que nos Universités sont remplies de Professeurs, soyez persuadés que sortira bientôt, des Laboratoires dans lesquels ces derniers se pressurent la cervelle des premières lueurs de l'aurore jusque tard dans les ténèbres de la nuit, la réponse à cette terrible question. 
Ainsi donc, si vous désirez qu'un Algérien prête attention à ce que vous dites, n'allez surtout pas lui parler d'un soleil chatouillant de ses doigts lumineux la chair bleue d'une mer qui glousse de plaisir sur le sable doré d'une plage. Evitez. Eloignez votre langue de ce genre de poèmes. Il en a horreur. La plupart du temps, quand il se rappelle de leur existence, un Algérien associe le soleil aux insolations et la mer aux noyades. Ne fouillez pas son vocabulaire, c'est inutile, vous ne trouverez pas un mot qui évoque un coucher de soleil. Même quand il chante, il est sinistre. 
C'est donc une très mauvaise idée de l'aborder avec un lexique rose. La bonne, la voici : Noircissez vos paroles autant que vous le pouvez. Ne craignez pas d'en rajouter. Remplissez votre histoire de grossièretés, de bâtons, de couteaux et d'épées ; de bidons d'essence, de pesticides, de raticides, d'acides ; de crânes pelés et fracassées, de yeux pendant hors de leurs orbites, de poitrines poignardées, d'intestins à l'air libre, de gorges coupées ; d'une Mazda bâchée transportant un estropié suivie d'une foule de femmes échevelées se griffant les joues et les cuisses et glapissant à merveille; bref, parlez comme si vous aviez passé une partie de la nuit dans une de nos Urgences Médico-Chirurgicales. 
Alors, vous l'envoûterez, vous le charmerez, il vous adorera, et pour un instant, mais pour un instant seulement, il oubliera cette femme qu'il répète inlassablement chérir plus que tout au monde, sa mère. Désormais, il cherchera votre langue avec un incommensurable appétit, il la louera dans tous les lieux où le conduiront les pieds fatigués de son destin. Sur son tapis de prières, cinq fois par jour, il lèvera ses mains vers le Seigneur, brulant de ferveur, Le suppliant d'allonger votre vie, de faire en sorte que votre langue soit toujours trempée dans un pot de peinture noire. 
Vous continuez à douter de ma bonne foi, de ne pas vous laisser imprégner par ma vérité : Votre méfiance me peine. D'autant plus que, lorsqu'il s'agit d'un de ces nombreux Politicards qui gigotent sur la Scène Politique Nationale, vous vous ouvrez profondément au blabla creux qu'ils déclament gravement. Vous vous défiez de mes paroles, mais vous êtes subjugué par ce spectacle de marionnettes. 
Mais ce que je dis sur l'Algérien est la pure vérité, et je n'en démordrai pas. Il est fasciné par les calamités comme Narcisse par sa propre image. Car, sinon, comment expliquez-vous que lorsqu'on lui parle d'un accident de voiture, la première question qui fuse spontanément et inévitablement de sa bouche est invariablement celle-ci : « Fiha lmouta ?! » Comment expliquez-vous que lorsqu'il n'y a pas de cadavres dans cet accident, une épaisse déception chiffonne alors son visage, ses yeux s'éteignent, son dos s'arrondit, il vieillit, une fatigue accablante s'empare de ses os ? En vérité, je vous le déclare : Pour un Algérien, un accident sans cadavres est comme un plat de couscous avarement saucé. Il lui restera dans la gorge comme une poignée de sable, et il en tiendra rancune jusqu'à la fin de sa vie à celui qui l'a ainsi frustré 
Parmi les sources où l'Algérien se ravitaille en malheurs, je citerai les hôpitaux. Un Algérien revient de ces lieux le cerveau chargé d'effroyables images, et, pendant des jours, il sera la coqueluche de ses voisins et collègues, qui se colleront à sa peau afin de pomper quelques gorgées du nectar terrifiant qu'il a butiné là-bas. 
Bien sûr, nos hôpitaux n'ont rien à envier aux films d'épouvante, mais l'Algérien possède un don : ses yeux voient plus noir que noir. Ajoutez à cela, deux tendances : la première est qu'il devient vigilant et curieux à un point inimaginable quand il assiste à une scène malheureuse. Il note le moindre détail, en excluant avec dégoût ceux qui pourraient apporter quelques couleurs à son récit. La deuxième est qu'il emploie la généralisation d'une manière qui lui est tout-à-fait personnelle. Expliquons-nous : L'Algérien n'attend pas qu'un fait se répète souvent pour le généraliser. Oh ! que nenni, une seule fois lui suffit. En d'autres mots, il ne lui faut pas plus d'un corbeau pour décider que tous les corbeaux de l'univers sont noirs. 
L'Algérien s'approvisionne également en souffrances dans les innombrables maisons qui abritent un ou plusieurs malades. En effet, il serait étrange aujourd'hui de trouver en Algérie un foyer qui n'hébergerait pas en son sein un souffrant. 
Mais ce sont des lieux qui sont surtout fréquentés par les Algériens de sexe féminin. Là, chacune gave les autres des malheurs qu'elle couve, généreuse et formidablement éloquente, avec un langage qui fouette la mort qui fainéante à l'intérieur du corps du malade qu'elles sont venues visiter, lui ordonnant de se dépêcher d'achever son boulot. 
Mais par-dessus tout, l'Algérien adore les joies qui finissent mal, les bonheurs brusquement écrabouillés par le bulldozer froid et aveugle du destin. Voici quelques exemples. 
Des noces brusquement interrompues par un coup de feu tiré par mégarde sur le marié par un de ses proches ou amis un instant avant qu'il atteigne la chambre où l'attend une jeune fille remplie de bonheur à l'idée de devenir bientôt une mère. Un enfant estropié par son circonciseur. Un mariage d'amour qui finit dans la vapeur toxique de la haine. Une jolie voiture toute neuve qui dirige son conducteur sur un camion semi-remorque ou un précipice. 
Un quidam terrassé par une crise cardiaque alors qu'il se prépare à déménager dans la jolie maison qu'il a passé de longues années à bâtir. Des frères qu'un héritage arme de couteaux et jette les uns sur les autres. Une belle femme qui se brûle le visage. 
Un richard gangréné par une maladie incurable. Un enfant écrasé par une voiture conduite par son propre père. Un troupeau de moutons ravagé par le mauvais-œil. Un chanteur qui a reçu le sabot d'un âne sur la gorge. Un dernier exemple : Un batailleur qu'une paralysie enchaine pour la vie à un fauteuil roulant. 
Avec cette liste sous les yeux, vous ne pouvez plus continuer de me traiter de fabulateur. Elle est plus rigoureuse qu'une démonstration mathématique. Je devine que vous hochez la tête en signe d'approbation. C'est bien. Je vous l'ai dit : je ne suis pas un politicard. Je ne suis pas engraisser pour blablater et occuper la foule pendant que d'autres tètent goulûment les mamelles abondantes de la Vache.
Voilà, j'ai terminé. Mais avant de nous séparer, en attendant que nos Professeurs nous éclairent, je voudrais proposer une réponse à la question que nous nous sommes posée tout à l'heure et que je rappelle ici : D'où vient ce goût que l'Algérien a pour les drames ? 
En toute modestie, et sans un brin de prétention, je pense que ce penchant pour les malheurs est une sagesse qui s'ignore. 
Ne ricanez pas, s'il vous plait ! Continuons. Sachant qu'un jour il se décomposera dans un trou, inconsciemment, l'Algérien a développé une espèce de système immunitaire que je résumerais en ces termes : En noircissant la vie, il illumine la tombe. Ce qui métamorphose nécessairement la mort en une paix lumineuse. Ainsi, l'Algérien ne meurt pas, il se repose. Dans ce cas, il ne serait plus un tournesol qui aurait perdu la boussole, mais un tournesol qui braque sagement ses pétales sur le sol. 
Dans lequel il se reposera. Voilà brièvement et humblement ma réponse. Je vous demande pardon si mes propos sont obscurs, je ne possède pas le talent et l'outillage scientifique qui m'aurait permis de remplir des pages et des pages pour éclairer ma pensée. 
Maintenant, il me faut vous quitter. Mais avant, je vous informe qu'un malheur est arrivé. C'est ma mère vient de m'annoncer la nouvelle au téléphone. Une bouteille de gaz a explosé chez Kouider Ould Aissa. Que Dieu vous protège, la tête de sa femme a été projetée dans la maison de Mansour le plombier ! Ce n'est pas fini, mes frères ! Ce malheureux Mansour était en train de faire ses ablutions dans la cour quand il a reçu la tête sur le dos. Le choc lui a été fatal. On l'a découvert allongé sur le dos, raide, ses yeux écarquillés sur ceux de cette pauvre femme. Au revoir. 

Source Le Quotidien d’Oran Boudaoud Mohamed

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:27

EADS va racheter une partie de son capital à l'Etat, qui va empocher 478 millions d'euros

A321neo

Le dernier de la famille l'A320 neo

 

Cela fait  50 ans que l’on sait qu’en Lorraine le charbon et l’acier c’est terminé…..

Certes la minette de lorraine a rendu bien des services à la France….Et les employés ont doit à la reconnaissance du pays, sans toutefois compromettre son économie….Mais il faut se rendre à l’évidence…Les coûts sont trop élevés….et il revient moins cher d’importer des minerais provenant du bout du monde que de laisser vivre des industries vieillissantes fonctionnant à coups de subvention

Quant au charbon il en est de même…Une exploitation à 800 / 1000 mètres de profondeur…Là où dans certains pays l’extraction se fait à ciel ouvert….Les dégâts de surface….j’en passe  et des meilleures

Acheter Français c’est bien beau mais pas à n’importe quel prix….Il faut savoir garder raison.

Il appartient  avec une incitation de l’état à se lancer dans l’étude et la production de produits nouveaux à forte valeur ajoutées

C’est ce que nous avons fait avec Airbus au niveau européen

Il y a 50 ans (bloc de l’est exclus), l’industrie européenne représentait 5% de la production mondiale d’avions civils….Aujourd’hui si nous ne chipotons pas, nous en représentons 50%

Et là où les finances de l’état s’essoufflent à subventionner les productions déficitaires votre serviteur est fier d’avoir participé à l’aventure Airbus où des grands noms et de grands techniciens, français en particulier ont mis en évidence les qualités de l’ingéniosité française

Tout ce qui a fait la grandeur et l’admiration des avions Airbus, on le doit, en particulier,  au génie des Français et ce à tous les échelons de la hiérarchie

La France a toujours ce un rôle moteur sur ces produits…..Les Allemands nous ont apporté une certaines rigueur….Quant aux Britanniques ils ont un passé aéronautique énorme mais leur regard est trop porté de l’autre côté de l’Atlantique pour nous aider efficacement…..

Airbus a été un précurseur de l’Europe industrielle et ce bien avant que les textes régissent les statuts européens

A une époque où l’on ne parle de crise….Nous,  les Anciens d’Airbus somme fiers de pouvoir renvoyer l’ascenseur à l’état français afin d’assouplir la dette qui grève bien des fonctionnements de notre société….Les avances remboursables et remboursées auront été fort utiles

Nous trouvons aujourd’hui un Allemand Thomas Enders à la tête d’Airbus qui devient de plus en plus autonome…. Tom à un le temps  de s’imprégner de la culture toulousaine et il est à la tête d’un groupe au fonctionnement apaisé….Qu’il en soit ainsi longtemps

Voir l’article de La « Dépêche du midi » ci-dessous

L’Etat de récupérer 478 millions d'euros

Le consortium aéronautique européen EADS a annoncé ce lundi être en discussion avec l'Etat français pour lui racheter hors marché 1,56% de son propre capital.

Cette transaction se ferait sur la base d'un prix de 37,35 euros par action, ce qui permettra à l'Etat de récupérer 478 millions d'euros. Selon un communiqué de la maison-mère d'Airbus, cette opération entre dans le programme d'achat de ses propres actions annoncé en début de mois par le groupe. EADS vient déjà d'acheter 1,61% de son propre capital, soit environ 500 millions d'euros, à l'occasion du désengagement de son actionnaire historique Lagardère, qui a cédé la totalité de sa participation.

Le prix retenu pour le rachat de la participation de l'Etat est le même que celui obtenu par Lagardère à l'issue d'une procédure de constitution d'un livre d'ordres. C'est l'Etat qui a proposé ce prix, a précisé EADS. "L'issue des négociations, les détails concernant le contrat relatif à la mise en oeuvre du programme de rachat ainsi que toute utilisation ultérieure du programme de rachat fera l'objet d'un communiqué en temps utile", a ajouté le consortium.

Fin mars, l'Etat avait déjà cédé 3,12% du capital de l'équipementier aéronautique Safran, récupérant de la sorte 448,5 millions d'euros.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 23:31

Comment Airbus veut faire tomber le bastion américain de Boeing

Vue-du-futur-site-d-Airbus-aux-Etats-Unis-EADS.jpg

 

L'avionneur européen a posé ce lundi la première pierre de son usine américaine. Avec ses avions "made in America", Airbus compte lever les dernières réticences des compagnies américaines.

Vue d'artiste du futur site d'Airbus aux Etats-Unis (EADS)

Airbus en rêvait, son PDG Fabrice Brégier et le patron d’EADS TOM Enders l’ont fait : l’avionneur européen a officiellement lancé ce lundi le chantier de son premier site d’assemblage aux Etats-Unis, sur les terres du rival historique Boeing. Fabrice Brégier, entouré d’un aréopage d’élus locaux et de partenaires industriels, ont posé la première pierre de la future ligne d’assemblage final de moyen-courriers A320 à Mobile (Alabama).

Le site, sur lequel Airbus investit environ 600 millions de dollars, commencera à assembler les premiers appareils (A319, A320, A321) en 2015, pour une première livraison prévue en 2016, avant de monter en puissance jusqu’à la cadence de quatre avions par mois en 2018 (40 à 50 appareils livrés par an).

Un argument clé : le "made in America"

Pourquoi ce coup de semonce? Le message est clair : Airbus veut s’imposer sur un marché américain qui devrait rester durablement le premier marché aérien mondial, avec 4.600 commandes d’appareils prévues ces vingt prochaines années. "Cette usine va nous donner un coup d’accélérateur pour augmenter notre part de marché aux Etats-Unis, assurait Fabrice Brégier lors de l’annonce de l’investissement, en juillet 2012. Nous achetons déjà 12 milliards de dollars chaque année aux fournisseurs américains, nous nous devons d’être plus visibles." 

Bref, Airbus compte sur l’argument du "Made in America" pour se tailler la part du lion sur un marché qui devra bientôt remplacer ses flottes d’appareils hors d’âge (DC-9, MD-88, MD-90…), qui consomment 30 à 40% de plus que les appareils remotorisés type A320 NEO ou 737 MAX.

Dans les flottes de compagnies américaines, Boeing est ultra-dominant

De fait, Airbus ne pouvait se contenter de sa part de marché actuelle. Selon les calculs de Challengessur la base des chiffres du World Airlines 2012 de Flight International, l’avionneur européen plafonne à 24,4% de part de marché sur la flotte installée des 11 plus grosses compagnies américaines. Sur les quatre plus grosses (Delta, United, American, US Airways), le chiffre tombe à 23,5%.

>> Cliquez ici pour découvrir les compagnies américaines les plus fidèles à Boeing

Pire, l’Amérique du Nord ne représentait que 10% du carnet de commandes d’Airbus au 31 décembre 2012, soit moins que l’Europe (14%), deux fois moins que les loueurs (20%) et trois fois moins que l’Asie-Pacifique (35%).

Comment Airbus s’attaque-t-il aux Etats-Unis? Commercialement, le groupe suit la même stratégie qu’au Japon, autre pays qu’il peine à conquérir. Les compagnies historiques nipponnes (JAL ou ANA) lui étant encore (mais pour combien de temps ?) fermées, Airbus pénètre le marché par les petites compagnies, comme Skymark, qui lui a acheté six A380. Même technique aux Etats-Unis, où l’avionneur européen tisse sa toile en commençant par les challengers : US Airways (71,2% de part de marché), JetBlue (70,1%), ou Spirit Airlines, Frontier, Virgin America, toutes trois dotées de flottes 100% Airbus. La stratégie est en train de faire ses preuves: le géant American, compagnie historiquement 100% Boeing, a confirmé en février dernier la commande de 130 A321 NEO, 130 A320 NEO étant toujours en option.

Pour concurrencer le B757, Airbus mise sur l'A321 Neo

L’autre argument d’Airbus dans sa conquête américaine réside dans sa gamme de produits. Dans sa nouvelle gamme de monocouloirs remotorisés, l’avionneur pousse notamment son A321 NEO, "le remplaçant idéal pour le B757", assure régulièrement le directeur commercial John Leahy. Le 757, fabriqué par Boeing jusqu’à 2005, était le plus gros monocouloir de la gamme du constructeur. Avec une portée maximale de 6.500 km (3500 miles nautiques), Airbus assure que l’A321 NEO peut faire plus de 90% des missions du 757. En janvier dernier, l’avionneur européen a même augmenté la capacité de l’A321 NEO de 220 à 236 sièges avec une nouvelle configuration baptisée "spaceflex", ce qui dépasse la capacité du 757-200 et approche celle du 757-300.

Airbus compte évidemment aussi sur son A380, déjà présent aux Etats-Unis via les compagnies étrangères, mais dont il attend toujours la première commande sur le sol américain : John Leahy estime inévitable le choix de cet avion vu la congestion des aéroports nord-américains. La version à portée étendue de l’A330 est aussi un nouvel argument, de même que les trois versions de l’A350. Au-delà de l’A321 NEO, Airbus compte enfin toute la gamme NEO, qui tient la dragée haute au 737 MAX avec 48% de part de marché sur les commandes, soit deux fois la part de marché traditionnelle du constructeur européen.

Dans cette quête effrénée de croissance aux Etats-Unis, l’usine de Mobile se veut un nouvel argument de vente aux compagnies américaines. Les prochaines campagnes commerciales permettront de vérifier l’efficacité de l’argument "made in America".

Source Challenges.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 16:11
Japan Airlines sur le point de miser sur Airbus
A350-900-2.jpg
La compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL), qui n'exploite quasiment que des appareils Boeing, étudie sérieusement l'acquisition de quelque 20 gros porteurs Airbus A350-100.
La compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL), qui n'exploite pour ainsi dire que des appareils Boeing, étudie sérieusement l'acquisition de quelque 20 gros porteurs AirbusA350, a affirmé dimanche 24 mars un journal économique nippon.
JAL pourrait passer commande dans un premiers temps d'ici à la fin juin de vingt A350 pour un prix catalogue de l'ordre de 400 milliards de yens (3,25 milliards d'euros), notamment pour prendre le relais de Boeing 777, a expliqué le quotidien Nikkei.
Japan Airlines a tout misé sur Boeing
A l'instar de sa rivale All Nippon Airways (ANA), JAL, rescapée d'une faillite, a presque tout misé sur Boeing depuis l'origine, bien que la compagnie Japan Air System (JAS) avec laquelle elle a fusionné ait auparavant possédé quelques Airbus A300 dans sa flotte.
Même si le Nikkei n'évoque pas le problème des Boeing 787 cloués au sol pour justifier l'intérêt de JAL pour les A350, il souligne que la compagnie souhaite "réduire les risques" en diversifiant son approvisionnement, comme le font la plupart des autres grandes compagnies mondiales.
JAL a dû annuler plusieurs centaines de vols à cause des 787
JAL, tributaire de Boeing, a dû annuler plusieurs centaines de vols et revoir ses projets à cause des graves incidents de batteries lithium-ion qui ont conduit les autorités à interdire au Boeing 787 de voler depuis la mi-janvier. JAL possède à l'heure actuelle 7 Boeing 787 (sur un total de 45 commandés et 20 options).
Face à un Boeing installé au Japon depuis plus d'un demi-siècle et bénéficiant des liens historiques entre l'archipel et les Etats-Unis, Airbus n'a jamais réussi à faire une percée importante dans un quasi monopole de facto.
Airbus n'a que 10% de part de marché au Japon
Si JAL lançait effectivement une commande de plusieurs dizaines d'A350, ce serait un important succès pour Airbus qui n'a que moins de 10% de parts de marché au Japon. Grâce cependant à des commandes venant de plus petites compagnies, notamment ces derniers temps, Airbus a tout de même réussi à livrer depuis l'origine 100 appareils à des transporteurs japonais.
L'avionneur s'est toutefois heurté à des difficulté en tentant de vendre des très gros porteurs A380 à JAL et ANA, importantes compagnies qui ont jusqu'à présent ignoré les avantages prêtés à cet avion. En revanche, Airbus est parvenu à en placer 6 auprès de la compagnie concurrente et ambitieuse Skymark Airlines.
Source  Challenges.fr  AFP
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 15:59
EADS Airbus -  Commande ferme en provenance d'Hawaii.
  A321neo
Ci-dessus, un avion simlaire
Airbus a annoncé une commande ferme portant sur 16 A321neo émanant d'Hawaiian Airlines, à la suite d'un protocole d'accord signé en janvier dernier.
Ces appareils, qui constituent la première commande de monocouloirs Airbus du transporteur, pourront accueillir environ 190 passagers dans un aménagement bi-classe. Hawaiian n'a pas encore annoncé son choix de motorisation.
'Avec l'A321neo au sein de notre flotte, près de mille nouveaux emplois devraient être créés au sein de notre compagnie', a déclaré Mark Dunkerley, président et CEO d'Hawaiian Airlines.
Equipée de nouveaux réacteurs et de 'Sharklets', grands dispositifs d'extrémité de voilure, la famille A320neo permettra de réaliser des économies de carburant de 15%. En outre, elle permettra d'obtenir une réduction à deux chiffres des émissions de NOx ainsi qu'une réduction du niveau sonore des moteurs.
L'A320neo entrera en service à partir de fin 2015, et sera suivi de l'A319neo et l'A321neo en 2016. Avec plus de 9150 appareils A320 commandés à ce jour et plus de 5450 livrés, ces appareils confortent leur place de famille de monocouloirs best-sellers dans le monde.
Source CercleFinance.com
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0