Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 06:47

Tipaza - 14 points inondables recensés
Ci-dessous inondations à Bon - Haroun

Quatorze points, présentant des risques majeurs en matière d’inondation, ont été recensés à travers la wilaya de Tipasa, a-t-on appris de la direction de la Protection civile. Pour parer à toute éventualité et prévenir les risques d’inondations comme celles qui ont affecté la wilaya en septembre dernier, la même direction a mis au point un plan Orsec (organisation des secours). Ce plan, qui a été présenté mercredi en présence des différents intervenants, sera «mis à l’épreuve», demain, dimanche, à travers une manœuvre de simulation et d’intervention sur un site inondé sur un plan d’eau et des berges du barrage de Boukourdane, dans la daïra de Sidi-Amar. Il s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par les responsables de la wilaya, qui ont fait un diagnostic précis de la situation dans les 28 communes que compte la wilaya et, en particulier, dans les zones inondables. Au nombre de 14, ces zones présentent des risques majeurs d’inondation en raison de la topographie de la région, dont la moitié de la superficie est constituée de montagnes. Pour faire face aux risques d’inondations, les différentes parties intervenant dans le plan Orsec ont mobilisé tous les moyens matériels et humains à même d’assurer une bonne gestion et un meilleur suivi de la situation en cas d’inondations. La direction de la Protection civile de la wilaya de Tipasa avait organisé, ces trois derniers mois, quatre stages de formation au profit de 300 agents sur le thème des interventions en cas d'inondations et ce, dans le cadre de la coopération algéro-française. Au cours de ces stages, les éléments de la Protection civile ont bénéficié d’une formation aussi bien théorique que pratique dispensée à la base nautique du complexe touristique La Corne d’Or, au plan d’eau du barrage de Boukourdane et sur la plage du Chenoua.

Source Info Soir R. N.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 07:52

Tipaza : Une manœuvre contre les risques d’inondation
Les dernières inondations de Bou Haroun

La direction de la Protection civile de la wilaya de Tipaza organisera, dimanche prochain, une simulation dans le cadre de la lutte contre les risques d’inondation au niveau du barrage de Boukourdane (Sidi Amar).
Cette manœuvre impliquera différents secteurs concernés par les interventions de sauvetage et de secourisme. La wilaya de Tipaza, convient-il de souligner, a recensé sur son territoire 14 risques majeurs, dont certains liés aux inondations. Aussi, cette simulation, qui mobilise d’énormes moyens, vise à maîtriser la gestion et le suivi sur le terrain de toutes les actions de secourisme et de sauvetage à entreprendre en cas d’inondation. Les deux précédentes simulations qui ont eu lieu ces dernières années avaient permis aux responsables chargés du plan Orsec de déceler certaines failles organisationnelles, qui ont été comblées par la suite.
Source E Watan M’hamed H.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 00:56

Algérie - Cherchell: Quinze blessés dans une collision

L'Aïd El-Adha a été marqué par des accidents sur l'axe Alger - Cherchell, et surtout sur le tronçon Sidi Ghiles - Cherchell et Sidi Amar - Cherchell. C'est ainsi que dans la nuit de jeudi à vendredi, vers deux heures du matin, au niveau du tronçon Sidi Ghiles - Cherchell, un micro-bus transportant des marins-pêcheurs de retour d'une sortie de pêche, au large de la côte de Gouraya, a été heurté par un véhicule de marque Renault Megane provenant de Cherchell. Le micro-bus sous la puissance du choc s'est renversé sur le bas-côté de la route en percutant un arbre. Selon des témoignages, cela s'est passé sur une voie à grande circulation, la nuit, et heureusement en l'absence d'autres véhicules qui empruntent régulièrement cette partie de la chaussée. Bilan : 15 personnes blessées, dont trois dans un état grave et qui ont été orientées vers les urgences de Sidi Ghiles et de Hadjout. Plus loin, à cinq kilomètres à l'est de Cherchell au niveau du lieu-dit Cochard, dans la commune de Sidi Amar, une 406 est entrée en collision avec une Peugeot 404. Quatre personnes ont été blessées.
Source le Quotidien d’Oran par Larbi Houari
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 06:16

Algérie - Douaouda (Tipaza) - Un ambitieux programme de logements

Un ambitieux projet de logements est programmé au sud de Douaouda-ville, à l’extrême est de la wilaya de Tipaza. Ainsi, 1278 logements collectifs, confiés à six entreprises privées du secteur du bâtiment sont en cours de réalisation.
Aussi, un terrain vient d’être choisi pour ériger 150 autres logements inscrits dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP). En plus de ce programme, la construction d’un lot de 600 logements est projetée dans le même site. L’absence de coordination entre les différents secteurs et administrations concernés par la gestion de ce programme de logements, dès son lancement, aura, toutefois, constitué une entrave ayant entraîné naturellement un retard dans son exécution. Les patrons des entreprises de réalisation privées se sont néanmoins engagés, lors d’une énième visite d’inspection du chef de l’exécutif de la wilaya sur les chantiers, à livrer 810 logements avant le mois d’avril 2010. Quant aux 468 logements restants, ils ne seront distribués qu’à la fin de l’année 2010. Ceci étant, des retards risquent d’être enregistrés encore, si aucune mesure concrète n’est prise pour accélérer les travaux de voirie, d’assainissement, d’alimentation en eau potable (AEP) et d’éclairage. Officiellement, ces travaux ont été lancés le 25 octobre dernier. Le délai accordé aux entreprises chargées des travaux de l’AEP et de l’assainissement ne doit, en aucune manière, aller au-delà du 31 décembre 2009, selon les responsables locaux. Compte tenu de l’importance de ce programme de logements, un ensemble d’équipements publics sera implanté au milieu de ce secteur urbanisé, dont 3 établissements scolaires (2 écoles et 1 CEM), une maison de jeunes, un centre commercial, un stade, une placette, une brigade de Gendarmerie nationale, une polyclinique, une mosquée et une unité de la Protection civile.
Source El Watan M’Hamed
Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 03:20

Autoroute Est-Ouest Oran – Alger - La jonction dans un mois

Avant la fin de l’année en cours et des délais impartis, la jonction directe Alger - Oran sera réalisée. C’est ce qu’a annoncé, hier, le ministre des Travaux publics en inaugurant la troisième et ultime tranche du tronçon autoroutier traversant la wilaya de Relizane.
Dans un point de presse tenu, hier, en marge de la mise en service de la troisième et ultime tranche du tronçon autoroutier Est-Ouest traversant la wilaya de Relizane, le ministre a indiqué que la jonction directe Oran-Alger se fera dans quelques jours, soit avant la fin de l’année en cours et les délais impartis. Tout en soulignant la qualité des travaux, M. Ghoul a indiqué que ces travaux se poursuivront à partir du tronçon de Relizane en direction des wilayas de Mascara, Sidi Bel Abbes et Tlemcen, pour l’ouverture de l’autoroute au niveau de la région ouest du pays avant les délais de livraison fixés. Il a affirmé que «des résultats positifs ont été réalisés» sur le tronçon autoroutier s’étendant d’Alger vers les frontières algéro-marocaines, sur une distance de 525 kilomètres qui compte plus de 1 000 ouvrages d’art et ce, «en dépit de multiples difficultés».
En outre, M.Ghoul a procédé à l’ouverture de la troisième et dernière tranche du tronçon de l’autoroute Est-Ouest traversant le territoire de la wilaya de Relizane. Selon le ministre, cette tranche, reliant la commune de Belassel à celle de Yellel, à l’ouest de la wilaya, jusqu’à la commune de Ghomri dans la wilaya de Mascara, sur une longueur de 23,34 km soit sur une distance globale de 35,54 km, a été inaugurée avant les délais impartis à sa livraison, à savoir en 2010. Ce tronçon comporte un échangeur au niveau de Yellel, lequel mène vers la RN 23 reliant trois wilayas que sont Relizane, Mascara et Mostaganem. Il permettra de désengorger la circulation sur les villes de Relizane, Matmar et Yellel et d'assurer la sécurité routière. A ce propos, Amar Ghoul a souligné que ces tranches ont été réalisées selon les normes internationales et avant les délais impartis. Par ailleurs, M. Ghoul, a souligné que le projet de l’autoroute Est-Ouest aura un impact positif quant à la promotion de l’emploi et la relance de la vie socio-économique, tout en hissant l’Algérie au rang des pays développés. Aussi, il permettra, selon le ministre, de réhabiliter et de perfectionner la main d’œuvre locale et les compétences nationales en vue de constituer un réservoir de cadres composés d’ingénieurs et de gérants qualifiés. Accompagné de l’ambassadeur de la République populaire de Chine en Algérie, le ministre des Travaux publics a mis en exergue les efforts consentis par différentes parties intervenant dans la réalisation de ce projet du siècle auquel le président de la République accorde un grand intérêt. L’ambassadeur de Chine en Algérie a mis l’accent sur les efforts fournis par les techniciens des deux pays pour la réalisation de cet important projet qui s’ajoute aux multiples réalisations de l’Algérie depuis l’indépendance, tout en rappelant la qualité des relations de coopération entre les deux pays, «qui se renforcent continuellement».
Source Horizons R. N. / APS
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 03:12

Algérie - Tipasa : De l’eau pour cinq douars.
Des logements dans la daïra de Sidi Amar
Le lac de Sidi Amar

Le projet de réalisation de deux réservoirs d’eau d’une contenance de 350 M3 ainsi que d’une station de reprise d’une capacité de 604 M3/jour dans la daïra de Sidi Amar sera réceptionné à la fin du mois de janvier 2010.
C’est ce qu’a indiqué un communiqué de la cellule de communication de la wilaya de Tipasa. Ce renforcement d’A.E.P qui ciblera particulièrement les zones rurales de la Daïra en question profitera, selon le même document à quelque 1330 habitants qui vivent dans cinq douars épars dépendant de la commune de Sidi Amar, à savoir Tighza, Meklata, Bouache, Sidi Moussa et Chtitah. Pour concrétiser ce projet les pouvoirs publics ont débloqué une enveloppe budgétaire de 4 milliards de centimes.
531 logements en construction dans la daïra de Sidi Amar
531 logements tous types confondus sont actuellement en phase de réalisation dans la daïra de Sidi Amar. Lors de sa dernière visite dans les différents sites abritant les chantiers des différents programmes de logements (sociaux, LSP et ruraux) le wali de Tipasa, a, selon le chargé de communication de la wilaya insisté sur le respect des délais de livraison.
Source Horizons A. Lebbal
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 07:20

Tipasa – La fièvre du mercredi soirIls étaient tous à l’heure du rendez-vous à quelques heures de la rencontre barrage Egypte-Algérie de mercredi. Même fébrilité, même effervescence qu’à travers les villes et communes ainsi qu’aux villages les plus éloignés des chefs-lieux de communes où les citoyens étaient visibles. Pour un peu, on se croirait à l’indépendance de l’Algérie. Le décor était planté depuis plusieurs jours avant cette dernière rencontre. A quelques heures de la rencontre, nous avons sillonné les villes, villages et douars de toute la wilaya de Tipasa, pratiquement tout le monde était préparé pour gagner ce match. Visages grimés en vert-blanc-rouge pour certains, ils offrent tout un plateau d’objets en rapport avec l’équipe nationale. Foulards, fanions, brassards et autres…Véritable opération marketing de la part des jeunes de la wilaya pour les Verts. Dans un quartier cherchellois aux allures de souk, la solidarité est plus que jamais de mise. En témoignent les plusieurs vitrines de la ville de Cherchell, où des portraits de l’équipe nationale sont déployés à la place de la marchandise, reléguée pour la circonstance à la boutique ou à l’arrière-boutique. Avec ce slogan comme leitmotiv, on ira en 2010 en Afrique du Sud.
Autre décor dans la commune de Sidi-Rached, mais la passion est la même partout dans les villes de la wilaya. Dans les milieux des footballeurs du MSC, certains se font l’écho de cette anecdote selon laquelle les officiels égyptiens ne souhaitent pas une victoire des Verts pour ne pas voir les Algériens sortir manifester leur joie. Pure galéjade sans doute. Car, si victoire il y a mercredi, rendez-vous sur les placettes et rues des villes.
En effet, notre équipe qui représentait l’Algérie en cette rencontre de qualification pour la coupe du monde a libéré totalement les Algériens et aucun n’a manqué ce rendez-vous de fête nationale.
Toute la population da la wilaya est sortie dans les rues pour dire «One, Two, Three Viva l’Algérie» et «yahya Bouteflika».
Source Le Jeune Indépendant Mohamed Lalaoui
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 07:05

Tipasa : La majorité des projets inscrits dans le plan quinquennal réceptionnés


Dans le budget primitif 2010 de la wilaya de Tipasa adopté récemment par l’APW, les rentrées prévisionnelles projetées pour cet exercice atteindront un montant les 1.380.362.862,83 DA, soit moins de 6.759.403,47 DA de celui enregistré en 2009 qui a totalisé plus d’un milliard 447 millions de dinars.
La baisse calculée dans les projections du budget primitif de la wilaya est en partie présidée par la diminution des rentrées inhérentes à la TAP (taxe sur l’activité professionnelle).
A ce propos, on note dans le rapport soumis à l’APW que ces dernières ont reculé de 23,43% comparativement à celles engrangées durant le précédent exercice. Cela étant, la diminution des recettes de la TAP de presque d’un quart est, selon l’analyse mentionnée dans le rapport, le résultat de la réception de la majorité des projets, notamment ceux de grande envergure, engagés dans la wilaya dans le cadre du programme quinquennal 2004-2009. A titre d’exemple, il y a lieu de citer l’aménagement et l’extension des ports de Tipasa et Cherchell ainsi que les programmes de logements lancés pratiquement dans les 28 commues que compte la wilaya. Sur ce dernier registre, il faut savoir que la wilaya a bénéficié, dans le précédent plan quinquennal, d’un quota de 8310 unités, dont 6302 sont déjà réceptionnées. A ces projets s’ajoutent d’autres réalisations dont une partie est en phase finale de son achèvement, à l’instar des deux stations de dessalement d’eau de mer à Fouka et à Oued Essebt.
«La wilaya a respecté l’échéancier de l’ensemble des programmes inscrits à son actif dans le cadre du plan quinquennal 2004-2006. La baisse des rentrées, notamment celles provenant des taxes fiscales, prévues dans le budget primitif de l’exercice 2010 en est l’indicateur », soutient M. Ben Ameur, directeur de la réglementation et de l’administration générale de la wilaya. Toutefois, la tendance haussière des recouvrements fiscaux sera au rendez-vous dès le lancement des futurs projets inscrits dans le plan quinquennal 2009-2014. «Les projets d’envergure dont a bénéficié Tipasa dans le plan 2004-2005, à l’instar de la centrale électrique de Hadjret Ennos, les stations jumelles de dessalement d’eau de mer, l’aménagement et l’extension des ports de la wilaya pour ne citer que ceux-ci sont des acquis majeurs sur les plans économique et social. Car, leur mise en service garantira une richesse pérenne pour la population. Ces outils productifs permettront en conséquence un décollage des plus réussis pour Tipasa », prévoit le Drag. En outre, les deux pôles universitaires dont les travaux sont en cours à Koléa et au chef-lieu de wilaya, ouvriront, soutient-il, de nouvelles perspectives. En effet, les futures universités attireront des étudiants et des enseignants des autres wilayas, ce qui conférera par ricochet à Tipasa une dimension nationale en termes de brassage.
Pour revenir au budget primitif 2010 de la wilaya évalué nettement à plus de 1,335 milliard de dinars, le chapitre consacré au fonctionnement est doté de 1.241.971.807,83 DA contre 113.840.320,69 DA pour l’équipement et l’investissement.
Source Horizons Amirouche Lebbal
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 00:00

Tipasa - Mise en service du CET de Sidi Rached
Le tombeau de la chrétienne à Montébello / Sidi Rached

Le premier Centre d’enfouissement technique (CET) de la wilaya de Tipasa a été mis en service hier, dimanche, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée sur le lieu du site, dans la commune de Sidi Rached. Ce centre, appelé à prendre en charge la gestion et le traitement des déchets ménagers solides des communes de Tipasa, Sidi Rached, Ahmer El-Aïn et Bourkika, sera suivi de six autres centres similaires à Damous, Hadjout, Béni Milleuk, Gouraya, Cherchell, Attatba et Sidi Amar. Réalisé avec l’appui des Allemands, ce CET dont la conception répond aux normes internationales, s’inscrit dans le cadre de la politique de bonne gouvernance et de développement durable grâce, entre autres, à l’utilisation des énergies renouvelables, notamment le recours à l’énergie solaire et la biomasse pour son fonctionnement. Le CET est composé de deux casiers d’enfouissements des déchets solides équipés de géomembranes destinées à protéger le sol des infiltrations de gaz et autres ruissellements de lexiviat qui sera acheminé à l’aide de canaux en plastique vers la station de lagunage installée à l’intérieur du site. Le CET abrite également un grand hangar de tri installé à l’entrée du centre muni d’un pont-bascule pour le pesage des déchets ainsi qu’une déchetterie pour leur traitement par des actions de tri avant l’opération d’enfouissement dans les deux casiers et la vente de plastique, de papier et d’acier pour leur recyclage. Les travaux des deux casiers, d’une capacité de stockage de 700 000 m3, ont nécessité une enveloppe de 170 millions de dinars alors que l’ensemble du projet a mobilisé une Autorisation de programme (AP) de 505 000 000 de dinars. D’une durée de vie de 11 ans, ce CET reçoit 80 tonnes de déchets ménagers par jour, précisera le responsable de l’environnement, en ajoutant que sa gestion sera confiée à un Etablissement public à caractère industriel et commercial (Epic).
Source Info Soir R.L. A.P.S.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 08:37

Tipasa : formation professionnelle : Les compétitions locales des olympiades des métiers en décembre

La direction de l’enseignement et de la formation professionnels de la wilaya de Tipasa vient de fixer les dates de déroulement des compétitions locales de la quatrième édition nationale des olympiades des métiers qui sera organisée en 2010.
En effet, au cours d’un point de presse tenu récemment au CFPA du chef-lieu de wilaya, le directeur du secteur a révélé que ce tournoi local des métiers se tiendra du 13 au 17 décembre prochain. Toutefois, le lieu de son organisation n’est pas encore, selon le conférencier, choisi. «Cela dit, nous privilégions pour le moment la ville de Koléa pour des considérations de commodités et d’espace»,  prévoit-il.
La nouveauté pour cette année est qu’il y aura une compétition qui portera sur 33 métiers et spécialités, alors qu’à titre d’exemple, durant la dernière édition, on en  comptait 24.
«Nous aurons ici à Tipasa 300 concurrents issus de nos 12 structures qui prendront part à la compétition, leurs travaux seront supervisés par une commission de jury comptant 100 membres dont des professionnels indépendants», précise le directeur de la formation professionnelle. Et d’ajouter : «la wilaya de Tipasa a arraché la première place sur le plan nationale lors des troisièmes olympiades de 2008. Alors, on essayera également en 2010 de maintenir notre suprématie».
Sur un plan plus large, ce dernier a indiqué qu’à partir de 2010 les olympiades des métiers revêtiront un caractère officiel, et ce, suite à leur institutionnalisation à la faveur de l’application de la loi d’orientation de la formation et de l’enseignement professionnels. Ainsi, l’organisation des olympiades dans le secteur de la formation professionnelle répond à des objectifs que le conférencier cerne en trois axes majeurs. «Le premier a trait et vise à la traduire sur le terrain les orientations politiques de l’Etat à travers la mise en œuvre du programme de réforme. Le second objectif escompté de cette compétition est de répondre au manque de main-d’œuvre par la valorisation des savoirs et savoir-faire, ainsi que la vulgarisation des métiers demandés par le marché du travail, et enfin la motivation des jeunes, de leurs professeurs en vue d’atteindre des niveaux d’excellence qui créeront une concurrence bénéfique à l’économie», explique-t-il. Par ailleurs, le secteur de la formation professionnelle a enregistré au cours de la rentrée d’octobre, selon le directeur, un record sans précédent dans la wilaya en termes de nombre d’inscrits qui a dépassé 5000 stagiaires, alors qu’en moyenne on en compte  3500.
«Cette performance obéit bien sûr à certains paramètres et avantages qui sont un corollaire direct des efforts déployés par les pouvoirs publics afin de promouvoir la formation professionnelle.
Entre autres, on peut citer de nouveaux centres qui ont ouvert leurs portes cette année, la construction de nouvelles structures d’hébergement, l’introduction de nouvelles spécialités et aussi la prise de conscience chez les candidats et leurs parents concernant les opportunités qu’offre notre secteur, notamment pour l’intégration du monde de travail», souligne ce responsable.
Source Horizons Amirouche Lebbal.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0