Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 mai 2019 5 17 /05 /mai /2019 05:09

Zalla

Le « Bon Vivre » en Ariège - Pyrénées

Prosper coupe du bois dans les forêts d’Ariège

Où la jolie Zalla cherche des champignons.

Brusquement le brouillard l’attrape dans son piège

Et la belle apeurée perd le Septentrion.

 

Elle tourne, affolée et quitte le sentier

Elle se heurte aux arbres, s’accroche dans les ronces,

S’étale lourdement, en oublie son panier,

Ses appels au secours demeurent sans réponse.

 

Soudain elle se sent accrochée par le bras,

Paralysée d’effroi, bien près de défaillir,

Elle voit, tout contre elle, Prosper, l’homme des bois.

 

Éclatant en sanglot elle va se blottir

Sur le poitrail velu de son rude sauveur

Puis, très reconnaissante, lui offre ses faveurs…

 

- Pour ton coupeur de bois embaumant la résine

Zalla eût plus d’attraits que la fée Mélusine !

Pour le remercier de sa protection

Elle lui a donné bien des satisfactions !


 

Mais pour Zalla aussi, perdue et paniquée

La force rassurante d’un homme baraqué

Était un beau cadeau, un don de la nature

Au parfum de sous bois et au goût d’aventure.


 

La belle a découvert au fond de la forêt

Que le brouillard sournois a parfois des attraits.

- Plus tard, dans la cabane de rondins équarris

Prosper et sa Zalla se sont aimés, ont ri,


 

Puis ils ont eu besoin de quelques nourritures,

Alors le bûcheron prépara la Garbure.

Ce plat emblématique des rudes Pyrénées,

Des rochers ariégeois aux terroirs béarnais,


 

Fabrique des géants, bouscatiers, rugbymen,

Joyeux et forts en gueules, tous solides amants.

Pour faire la garbure, petit, d’abord tu dois

Avoir du vrai confit de canard ou bien d’oie.


 

Retires-en la graisse ou tu feras blondir

Deux oignons émincés sans les faire roussir.

Au fond d’une casserole met confit et oignons,

Puis deux litres d’eau froide, monte à ébullition,


 

Quand ça bout tu rajoutes un choux coupé en quatre

Dont tu retires les feuilles dures, jaunâtres.

Tu couvres et fais cuire pour une heure et demi.

Pendant ce temps tu coupes du pain complet rassis,


 

Tu râpes deux hectos de tome de Bethmale,

Sec, ancien, parfumé, aux saveurs animales.

Dans un tian à hauts bords, tu disposes le pain,

Puis les feuilles de choux hachées pas trop rupin,


 

Le confit désossé coupé en filets minces,

Le fromage râpé de nos belles provinces,

Et puis tu recommences jusques à demi pot,

Et enfin tu arroses avec le bouillon chaud,


 

Tu saupoudres au dessus le reste du fromage

Et tu fais gratiner, à four chaud, sans brûlage.

A nous, belles conquêtes ! Le vin vous embellit.


 

Continuons la fête, ouvrez-nous votre lit.

Chantons, rions, mangeons, et trinquons nuit et jour

A la beauté des femmes, au vin et à l’amour !

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
3 mai 2019 5 03 /05 /mai /2019 15:18

Le petit jardin du Bonheur

 

Chez moi, à Vèbre

Chez moi, à Vèbre

Le jardin, c’est de la philosophie rendue visible. 

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin,

 

Vous avez tout ce qu’il vous faut. 

Les jardins sont une des formes du rêve,

 

Comme les poèmes, la musique et l’algèbre. 

Un jardin, même tout petit, c’est la porte du paradis. 

Le jardin est une méditation à ciel ouvert,

 

Un secret révélé à qui le mérite. 

Dieu Tout-Puissant planta tout d’abord un jardin.

 

Et, vraiment, c’est le plus pur des plaisirs humains. 

Il est d’étranges soirs où les fleurs ont une âme. 

Tout jardin est, d’abord l’apprentissage du temps,

 

Du temps qu’il fait, la pluie, le vent, le soleil,

 

Et le temps qui passe, le cycle des saisons. 

Le bonheur n’est pas une plante sauvage,

 

Qui vient spontanément, comme les mauvaises herbes des jardins

 

C’est un fruit délicieux, qu’on ne rend tel, qu’à force de culture. 

"Il y a plus de plaisir à faire un jardin qu’à contempler le paradis." 

"Il n’est pas pour moi d’occupation plus délicieuse

 

Que la culture de la terre …

 

Et pas de culture comparable à celle du jardin …

 

Mais, bien que je sois un vieil homme,

 

Je ne suis qu’un jeune jardinier." 

 

Une ville ne vaut pas plus qu’un jardin de roses. 

 

Pour faire un jardin,

Il faut un morceau de terre et l’éternité. 

 

Nous vivons trop dans les livres

Et pas assez dans la nature. 

 

Le personnage que nous sommes,

C’est un jardin, et notre volonté le cultive. 

 

Le bout du monde et le fond du jardin

Contiennent la même quantité de merveilles. 

La grammaire est, après le cheval,

Et à côté de l’art des jardins, l’un des sports les plus agréables. 

Pourquoi Dieu a-t-il fait l’homme jardinier ?

 

C’est parce qu’il savait qu’au jardin la moitié du travail se fait à genoux. 

 

Le jardin est la prolongation naturelle d’une conception de la vie. 

Une seule rose peut être mon jardin... un seul ami, mon univers.

 

Source inconnue

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 07:45

Quelques réflexions,

Connues, mais qu'il est bon de rappeler

Certaines idées peuvent être considérées comme farfelues, voire utopiques

S'il faut du réalisme, il faut également du rêve et de l'utopie

Mais d'autres sont déjà réalisées...

Tarascon sur Ariège

Tarascon sur Ariège

Général – Évolution de la Démographie ariégeoise

Ariège

Stabilisation, voire légère augmentation

Basse Ariège

On gagne des habitants

Haute Ariège

La Haute Ariège perd des habitants

Le peu de croissance démographique est uniquement due à l’installation de nouveaux habitants.

La population ariégeoise est plus âgée qu’ailleurs en France, mais l’écart se réduit car le vieillissement de la population y est moins rapide. Le poids des ouvriers et des personnes sans diplôme, historiquement élevé, diminue de façon continue depuis trente ans.

La baisse la plus sensible se situe dans le Couserans

Population vieillissante...il faudrait faire un état de la population de plus de 50 ans et se projeter dans 30 ans

Les remèdes

Les territoires doivent se rendre attractifs

Les services (santé, école, culture),

L'emploi du conjoint,

Le logement…

Il faut faire preuve d'innovation

Accroître l'attractivité

Agir sur l'emploi

Maintien de l'école à proximité

Les mesures adoptées et les facteurs attractifs

Achat d’habitations par la commune.

Offrir des services et promouvoir le commerce de proximité

Proposer des activités qui ne se font pas ailleurs

Un centre de randonnées

Aménager les chemins de façon conséquente

Développer des activités, afin de fixer les Jeunes au village

Le troisième et quatrième age

Nécessité de prévoir des hébergements appropriés

EHPAD, Centres type «Sénioriales», des gîtes confortables, de la restauration appropriée, des loisirs appropriés

Les atouts de la Haute Ariège

La Haute Ariège a un avenir avec l'évolution du climat

La Haute Ariège deviendra dans les années à venir une destination d'été et perdra de son attractivité d'hiver

Les stations ariégeoises (souvent de basse altitude) perdront de leur attractivité en hiver, mais elle en gagneront en été

La Haute Ariège deviendra une destination d'été

On y viendra pour sa qualité de vie

On viendra y chercher du confort, du «Bien-vivre» et pas forcement des séjours de courte durée

Là où la plage deviendra une destination d'hiver

Il faut favoriser la pluriactivité

Les services de proximité

La Poste

Développer les MSAP

Les services médicaux... ?...

Songer à développer la télémédecine

Pourquoi pas imaginer un bistrot ou un commerce polyvalent ?

Dégager des terrains constructibles ? Afin d’accueillir de nouveaux arrivants

Amélioration de l'habitat ancien

Accroître le tissus associatif

L'agriculture de montagne – Spécificité et Qualité

L'agriculture biologique

Le miel de montagne

La proximité de l'Espagne

Vèbre - Un petit village de montagne

Vèbre - Un petit village de montagne

Que faire pour Vèbre ?

Le pont de Vèbre à la Pountare

Le pont de Vèbre à la Pountare

Rendre le village plus attractif

Faire connaître Vèbre

Accroître le tissus associatif

L’association «Vèbre Chemins Faisant», les médias

Pourquoi pas imaginer un bistrot ou un commerce polyvalent ?

Le logement

Acquisition d’habitations par la commune et les configurer avec une vision, à 20 ans et penser à l'emploi du conjoint.....Sans oublier le troisième et quatrième age

Nécessité de prévoir des hébergements appropriés, et des centres type « Sénioriales », des gîtes confortables, de la restauration et des loisirs appropriés

L'école

Favoriser un regroupement des écoles afin d'obtenir une classe à Vèbre (Comme cela se fait à Mérens et à l'Hospitalet)

L'emploi

Offrir des services et promouvoir le commerce de proximité

Proposer des activités qui ne se font pas ailleurs

Pourquoi pas, un centre de randonnées

Aménagement du village

Aménager les chemins de façon conséquente

Développer des activités, afin de fixer les Jeunes au village

Les services

Favoriser le service de proximité (Combien même je ne suis pas un exemple)

L'agriculture de montagne

Certains jardins sont en friches, d'autres inexploités...

Pourquoi ne pas promouvoir la multi-exploitation....Avec un objectif de qualité, dans un cadre biologique.....Il était un temps où l'on produisait du miel....Pourquoi ne pas le promouvoir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 11:13

Le réchauffement climatique et ses conséquences en zone de montagne

Montagnes de Haute Ariège

Montagnes de Haute Ariège

Général

Le changement climatique actuel est clairement visible dans nos montagnes. Ces impacts sont nombreux et marqués dans les territoires de montagne, où les conditions climatiques changent avec l’altitude.

Des changements rapides du climat sont enregistrés à l’échelle de la planète depuis le début de l’ère industrielle. Cette évolution se caractérise par une augmentation des températures,

Les précipitations diminuent, les températures s'accroissent sans cesse et les événements extrêmes se multiplient, tant en fréquence qu'en intensité.

L'isotherme 0° c monte de plus en plus en altitude

Les sols s'assèchent de plus en plus, les glaciers se raréfient et sont en voie de disparition dans les Pyrénées

Au niveau national, les glaciers ont perdu 40% de leur surface depuis 1850 avec une perte supplémentaire de 10 à 20% depuis 1980. Les territoires de montagne subissent un changement majeur de leurs paysages.

Les prévisions

Depuis le début du 21ème siècle, les records de température s’accumulent démontrant un réchauffement global à l’échelle de la planète :

Tous les ans, le record est battu, et ce depuis le début des mesures.

À l’échelle de la France, l’accroissement des températures annuelles de 2°C au cours du 20ème siècle est 2 fois plus important que dans l’hémisphère nord. Et le réchauffement s'accentue. A ce rythme là, c'est comme si l'on élevait son altitude de 100m tous les 10 ans. Un challenge pour la biodiversité... !

En montagne les zones couvertes de glace ou de neige sont remplacées par des zones de roches sombres accumulant la chaleur. On a perdu un mois d'enneigement depuis les années 1970.

Du coté des précipitations, la tendance est contrastée ; il pleut moins en hiver, dans le sud de la France et plus dans le Nord.

La raréfaction de la neige façonne différemment l’environnement et diminue les réserves d'eau avec des incidences considérables sur la faune et la flore pyrénéenne.

On assiste à une migration des espèces vers des cieux plus cléments. Ainsi on observe une avancée des événements saisonniers au cours des 50 dernières années de 2 à 5 jours par décennie pour les plantes et animaux terrestres. L’arrivée des oiseaux migrateurs est avancée au printemps d'environ 15 jours en 30 ans.....La végétation est également plus précoce; la saison de végétation est plus longue et la productivité est meilleure, mais certaines espèces sensibles au gel, n'y résistent pas.

L’écosystème est complètement chamboulé.

Le cycle des isards en est totalement perturbé, conduisant à une mortalité plus importante des jeunes isards.

Alors la plupart des espèces gagnent de l'altitude et gagnent du terrain contre les espèces adaptées à des conditions froides.

La surface disponible se réduit.

Toutefois la végétation se verdit....tant qu'un minimum d'eau sera présent.

La biodiversité arrivera-t-elle à s’adapter ? C’est tout le défi que les espèces animales et végétales devront résoudre dans un espace très contraint par l'homme.

Le climat futur

Les modèles climatiques, jusqu’en 2100 prévoient une augmentation moyenne de l’ordre de 3,3°C d’ici 2100 par rapport à la période 1960-1990 et une baisse de 20% des précipitations en été, et une hausse de 10% des précipitations en hiver.

Un été sur deux en 2100 dans les Pyrénées devrait être au moins aussi chaud que l’été 2003. Des précipitations intenses devraient se produire en automne avec une intensité jusqu’à + 30% à la fin du siècle.

L'isotherme 0°c est montée de 700 m au mois de juillet dans les Pyrénées

La montagne sera une destination d'été, là où la mer va devenir une destination d'hiver 

A cela on doit ajouter une fragilité des sols de montagne, avec des sols plus friables et une plus forte instabilité des terrains rocheux.  

Le ski survivra-t-il au réchauffement climatique ?

Dans quelques dizaines d'années, lorsque les skieurs d'aujourd'hui raconteront à leurs enfants ou petits-enfants leurs vacances à la neige, ceux-ci les regarderont probablement avec des yeux émerveillés... mais sans espoir d'en faire autant. La réduction de la couverture neigeuse des stations de sports d'hiver d'ici la fin du siècle risque en effet d'atteindre des proportions suffisantes pour modifier totalement les paysages de montagne et leur activité économique saisonnière. Les chercheurs ( suisses notamment) ont établi de trois scenarii pour la période «jusqu'en 2100» - Un scénario interventionniste visant à supprimer 50% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, et qui correspond à l'objectif de la COP21 de rester au-dessous de 2°C d'augmentation des températures par rapport à l'ère pré-industrielle, et deux scénarios avec poursuite des émissions, associées ou non à une croissance économique mondiale rapide.

Plus de ski au-dessous de 2500 m ?

Quoi qu'il arrive, quels que soient nos efforts, il y aura moins de neige dans les montagnes et la saison des sports d'hiver sera plus courte. "La saison neigeuse à 1.000 mètres dure aujourd'hui environ trois mois, de décembre à fin mars. A la fin du siècle, on ne prévoit pratiquement pas de neige à cette altitude".

Une réduction similaire pourrait être observée à 1.500 m, où la couverture neigeuse serait réduite à seulement trois mois, c'est à dire de mi-décembre à mi-février. On doit noter que ces chiffres sont basés sur un hiver moyen dans la période considérée, et "laissent de côté le fait que les hivers futurs à cette altitude seront souvent caractérisés par une couverture neigeuse éphémère, ce qui de nos jours n'est caractéristique que des altitudes au-dessous de 1000 mètres".

Les stations situées autour de 1500 mètres perdront environ 100 jours de neige, particulièrement à la saison de la fonte des neiges. A Davos (1.560 m) par exemple, il n'y aura que 10 jours de neige de plus qu'il n'y en a aujourd'hui à Coire (593 m). Et Adelboden (1.350 m) aura moins de jours de neige que Berne (542 m) n'en a aujourd'hui.

Même à haute altitude, le changement se fera sentir. A 3.000 mètres, il n'y aurait en 2085 que 165 jours avec une couche neigeuse de plus de 30 cm contre 320 cm aujourd'hui, et la profondeur du manteau neigeux pourrait se réduire jusqu'à 40%. Globalement, si l'on dépasse les 2°C de réchauffement, on ne pourrait skier qu'au-dessus de 2.500 mètres d'ici à la fin du siècle".

"Sauver nos stations"

La durée et la masse de la couverture neigeuse vont rétrécir de façon significative, quelque soit le scénario. Cependant, l'amplitude de ce déclin peut être fortement réduite avec un scénario interventionniste" qui permettrait de "sauver nos stations".

La fin de la neige pour tous ?

Les stations de sports d'hiver, premières concernées, ont déjà commencé à miser sur une certaine diversification. De plus, les sports d'hiver ne se pratiquent plus comme avant.

Les gens font autant de ski sur un moment de la journée beaucoup plus court. Les skieurs, surfeurs et autres snowboardeurs s'adonnent à d'autres distractions en altitude. Mais "sans le ski, c'est compliqué"...Il y a de nombreux emplois non délocalisables. Il faudra envisager un autre modèle économique."

Les stations de moyenne montagne offrent pourtant des activités qui ne sont plus liées à l'enneigement : "Ici on fait du vélo, du parapente, de la montgolfière... mais ce genre d'activités, les gens peuvent aussi les trouver ailleurs. L'hiver, l'élément déclencheur du séjour ici, c'est la neige"et les clients potentiels sont plus informés, plus réactifs : "Avant, les gens réservaient et ils venaient. Aujourd'hui, ils ont les réseaux sociaux, les webcams..." S'ils ne voient pas de neige, ils ne viennent pas.

Bien sûr, il y a toujours la neige artificielle, mais il faut de l'eau et des basses températures. Et cela a aussi un coût et des conséquences ….

Si l'on n'arrivait pas à se maintenir sous les « 2°C », on ne pourrait alors skier qu'en haute altitude, dans un nombre beaucoup plus réduit de stations. Les sports d'hiver pourraient alors cesser d'être une activité de masse pour devenir une distraction pour privilégiés, et l'économie de nombreuses régions montagneuses en pâtirait. Une autre raison pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre.

Mais l'objectif de la COP21 semble de plus en plus difficile à atteindre. Les amoureux des sports d'hiver ont donc intérêt à en profiter, tant qu'ils le peuvent encore...

Les mesures à prendre pour nos stations pyrénéennes

Une diversification est nécessaire ; on doit s'orienter vers le tourisme vert et trouver des alternatives à la pratique du ski

Le réchauffement climatique doit être une opportunité pour changer de modèle ; les hébergements doivent être différents afin de «vivre » avec la montagne.  

Accessoirement, on doit favoriser des transport différents ne favorisant pas la voiture et développer des ressources naturelles alternatives.

Les stations doivent proposer des activités alternatives à celle de la pratique du ski (VTT, Randonnées, Ski de randonnée, Activités de plein air, Thermalisme) 

D'autre part l'ouverture des stations de ski se fait de plus en plus tard et la durée de la saison de ski se réduit considérablement, ce qui se traduit par une réduction des recettes. Les stations de ski sont obligées d'avoir recours à l'enneigement artificiel avec d'importantes répercussions économiques...(investissement et entretien).

Ainsi durant l'hiver 2015, certaines stations ont perdu 25% de leur chiffre d'affaires.. !

De plus, la neige artificielle n'est pas la panacée, car en plus des coûts induits, il faut de toute façon de l'eau et des températures basses... !

N'oublions pas non plus l'accroissement des événements extremest capable de causer d'importants dégâts aux infrastructures liées (complexes hôteliers et appartements ruraux, refuges, installations de télécommunication, routes de montagne et sentiers touristiques) et même parfois chez les résidents".

Un atout pour les Pyrénées, elles sont davantage prisées en dehors de la saison hivernale ; elles peuvent bénéficier d'un regain d'attrait en dehors de la période hivernale (particulièrement en automne), ce qui pourrait accroître le nombre de destinations touristiques dans nos Pyrénées.

Par rapport aux régions touristiques de soleil et plage, car les touristes choisiraient de plus en plus les zones montagneuses pour leurs vacances au lieu des zones littorales, où les températures moyennes et maximales plus élevées pourraient réduire le nombre d'amateurs de ces régions.

Élus locaux, remontées mécaniques, office de tourisme, socio-professionnels, agriculteurs, habitants, etc...toutes ces parties prenantes, devraient remettre à plat le sujet afin de mieux intégrer les changements.

C'est une dynamique globale de développement durable des espaces de montagne, qui est à mettre en œuvre pour sauver les stations de ski et particulièrement celles de moyenne et basse altitude. Il faut repenser le projet de territoire de manière globale en pensant territoire de montagne et non pas uniquement station de ski.

Il faut réinventer nos stations de montagne et concilier tourisme, habitants locaux et respect de la nature. Il s’agit de soutenir et de redonner un rôle aux populations locales et maintenir une identité et un partage avec ceux qui voudront la découvrir.

Les stations devront être des réels lieux de vie et non pas des stations dortoirs pour sports d’hiver.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 13:08

RN 20 en Ariège : signature mercredi du protocole à Matignon pour la déviation de Tarascon

RN 20 en Ariège : Déviation de Tarascon….Une solution en ….2023

Le 12 décembre dernier, le Premier ministre inaugurait la déviation de la RN 20, à Ax-les-Thermes.

L’État va financer 60 % de la déviation de Tarascon-sur-Ariège par la RN 20 ainsi qu’une série de travaux de sécurisation et d’optimisation sur le reste de l’itinéraire, a annoncé, hier, Henri Nayrou lors de la séance plénière du conseil départemental. Ainsi en a décidé le Premier ministre Bernard Cazeneuve qui va concrétiser cet engagement de l’État par la signature mercredi à l’hôtel Matignon du protocole sur le financement de ces chantiers qui va s’élever à 136,9 millions d’euros. Les collectivités, la Région et le Département, apporteront chacun 20 % du financement.

Lors de l’inauguration de la déviation d’Ax, Bernard Cazeneuve avait annoncé que l’État financerait au moins 50 % du contournement de Tarascon. Les négociations sur le montage financier de l’opération se poursuivent depuis le mois de janvier. On avait évoqué 50 %, puis 55 % pour l’État.

Ce sera finalement 60 % aux termes d’un travail de fond mené par les élus ariégeois au plus haut niveau. Rappelons que le seul contournement de Tarascon va mobiliser 120 millions d’euros de crédits. Les études techniques s’annoncent compliquées. Si tout va bien, le début des travaux pourrait intervenir en 2023. 16,9 millions d’euros vont permettre de payer la sécurisation la traversée d’Ussat-Ornolac, la mise au gabarit de la RN 20 entre Bouan et Sinsat, l’aménagement du pont des Bordes et l’amélioration de la traversée de Tarascon en attendant la déviation.

Source La Dépêche du Midi Arnaud Paul

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 16:06

Lors d’un « Atelier Cuisine » organisé par l’Association « Vèbre Chemin Faisant »

J’ai eu l’occasion de goûter ce gâteau au Marrons ….Je me suis régalé…..

J’ai relevé la recette ….Et le meilleur moyen de ne pas la perdre est pour moi d’en faire un Blog

Si vous êtes intéressés, je vous en fais profiter

Gâteau aux Marrons

Un délicieux Gateau aux Marrons

Ingrédients pour 6 personnes

4 œufs

180 g de sucre vergeoise

200 g de beurre

1 verre de lait de 17 cl

1 boite de purée de marrons

Préparation

Dans une casserole, faire fondre à feu doux :

Le sucre,

Le beurre

La purée de marrons.

Hors feu, ajouter les jaunes d’œufs délayés dans le lait.

Monter les blancs en neige et les incorporer au mélange précédent.

Verser le tout dans un moule caramélisé et faire cuir au Bain Marie, 1 h 30 à 160°c

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 22:09

Soupe aveyronnaise au fromage

La soupe aveyronnaise dégustée lors d'un atelier cuisine à Vèbre ....C'était excellent ...!

Ingrédients

800 g de pain de campagne rassis

3 gros oignons

5 feuilles de chou fourrager (de préférence)

400g de fromage de Laguiole râpé (A défaut de Cantal) ou un mélange d’emmental et de Laguiole

1 l de bouillon

10 cl de vin blanc sec

Deux cuillères à soupe de graisse de canard

Sel et poivre

Préparation

Dans une grande sauteuse, faire chauffer la graisse de canard et y faire blondir les oignons émincés

Faire blanchir les feuilles de chou 15 mn

Ajouter le chou aux oignons et verser le bouillon ainsi que le vin

Laisser mijoter pendant 30 mn

Dans un grand plat à gratin, alterner les tranches de pain, le fromage râpé et une bonne louche de bouillon (avec chou et oignons) ; terminer par une couche de fromage.

Enfourner dans un four chauffé à 180°c pendant 45 mn.

On peut mélanger la soupe à- mi-cuisson ou au sortir du four (tout dépend si on aime le gratiné ou pas !)

La tradition veut que l’on apporte cette soupe sur la table uniquement lorsque la cuillère tient debout. Elle se mange à la fourchette !

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 19:02

Actualités, listes des candidats

eglise-de-Vebre.jpg

 

Les enjeux du scrutin à Vèbre

Ville du département de l'Ariège (Midi-Pyrénées), Vèbre comprend 134 personnes. En l'espace de 3 ans, Vèbre a connu une baisse de son nombre d'habitants, évoluant de 141 à 134 habitants (source Insee). Ayant pour maire Jean Rouzoul, Vèbre se classe à la 30 965ème position des villes et communes de l'Hexagone. En 2008, le niveau de l'abstention représentait 9,62%, soit moins que le niveau enregistré dans le pays. La gestion économique constituera sûrement un point incontournable des municipales. La ville est moins riche que la moyenne des villes avec un revenu fiscal de référence de 18 871 euros contre 22 246 euros. De plus, le chômage est élevé par rapport à la moyenne du pays, à 12,7% des actifs contre 9,1% (données Insee, année 2010). Lorsque l'on analyse la population de la ville de Vèbre, on note que les plus jeunes des habitants (-30 ans) représentent 23,9% des habitants de Vèbre, ce qui est moins que le niveau enregistré dans le pays. Une donnée à ne pas négliger dans les estimations de la conduite des personnes qui vont se rendre aux urnes.

Michel ALAZET

Françoise CATHALA

Bertrand CHAUDON

Anne-Marie CHAUDON

Anne CLOUET-BURILLE

Christine DUBOIS

Roger LEAL

Benjamin LUIZ

Julien SICRET

Serge MARTUCHOU

Séverine MUNOZ

Anne-Marie OLIVEIRA

René PISKORSKI

Francine PONCY

Martine RAUZY

Jean ROUZOUL

Serge WILBOT

Henri THOA

Situation géographique de Vèbre

 

Vèbre

Moyenne des villes

Superficie

5,2 km²

17,3 km²

Altitude min.

552 mètre(s)

193 mètres

Altitude max.

1 485 mètre(s)

393 mètres

Latitude

42.775556

-

Longitude

1.721944

 

Nombre d'habitants à Vèbre

 

Vèbre

Moyenne des villes

Population (2011)

130 hab.

1 811 hab.

Population : rang national (2011)

n°31 222

-

Densité de population (2011)

25 hab/km²

156 hab/km²

Taux de chômage (2010)

12,7 %

9,1 %

Source L’Internaute

http://www.linternaute.com/elections-municipales/resultats/vebre

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:56

Un site pilote en Ariège

resseau-de-lecture.jpg

 

Les médiathèques évoluent, elles sont au carrefour de technologies nouvelles et d'usages plus classiques. L'un n'empêchant pas l'autre, elles proposent aux utilisateurs des services de plus en plus variés.

Grâce au dialogue qu'elles entretiennent avec ces derniers, elles cherchent sans cesse, à développer l'offre la plus pertinente. Dans cette logique, une expérimentation lancée en décembre 2012, se développe au sein des trois biblio­thèques des Vallées d'Ax (Ax, Luzenac, Les Cabannes), autour de supports et de services numériques. Piloté par le Conseil Général (Bibliothèque Départementale de Prêt), ce projet s'articule autour de plusieurs propositions pour les utilisateurs :

Le prêt de liseuses (au même titre que les livres version papier).

La consultation de tablettes numériques, présentées avec des applications sélectionnées par les équipes de bibliothécaires.

La consultation gratuite de films en VOD depuis chez soi.

La consultation gratuite de presse et de bandes dessinées en ligne dans les bibliothèques.

Les liseuses ont rapidement trouvé leur public. Elles sont pro posées avec des bouquets thématiques : romans français, étrangers, policiers, d'amour, du terroir... Elles apportent de nouvelles fonctionnalités : capacité de stockage d'un grand nombre de titres, légèreté, agrandissement des caractères, consultation d'un dictionnaire... Les lecteurs des vallées d'Ax ont ainsi l'opportunité de tester ces nouveaux supports et de comparer leurs usages avec leurs habitudes de lecture plus classiques. Pour certain, c'est l'occasion de décider d'un investissement, pour d'autres, au contraire, l'expérience leur permet d'affirmer que rien ne vaut un livre papier ! Le service de vidéo à la demande (à raison de 4 films gra­tuits par mois pour les abonnés) proposé par « Médiathèque Numérique » est co-édité par ARTE VOD et Univers Ciné. Il a séduit de nombreux utilisateurs. L'inscription se fait en ligne, via le site du réseau de lecture (http://bibliotheques.vallees-dax.fr/valleesdax.fr) puis elle

est validée par les bibliothécaires si l'abonnement au réseau est à jour. Il suffit ensuite de se laisser guider pour visionner les films... Le choix est varié, film récents, documentaires, magazines sont proposés tout au long de l'année.

Enfin, les tablettes numériques sont utilisables sur place. Elles sont enrichies de contenus, avec notamment deux applications offertes gratuitement : Le Kiosk, service de presse en ligne, qui permet de lire plus de 400 titres différents et Iznéo, application de bandes dessinées (environ 2000 titres). Afin de guider les utilisateurs dans leur navigation, l'équipe, appuyée par la Bibliothèque Départementale, a proposé cet automne trois ateliers ludiques ouverts à tous.

Source L’écho des vallées

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 15:16

 La fête au village …..Des moments fort intenses…

 

   Vebre-.JPG

Après les orages qui se sont abattus sur la haute Ariège, les intempéries nous ont laissé un peu de répit

La méfiance était de mise et c’est donc sur la place de l’église que la Municipalité et les nombreux bénévoles ont dressé un chapiteau sur la place de l’église….

2 Vebre 21 07 13

3 Vebre 21 07 134 Vebre 21 07 13 (5) 4 Vebre 21 07 13 (2)

7 Vebre 21 07 13 (3)

Bien leur en a pris puisque après une bonne partie de la journée se passa sans que Dame nature se mette à pleurer en grosses gouttes

Les défenseurs du chapiteau eurent finalement raison puisqu’en fin d’après midi, la pluie s’est mise à tomber….Comme d’habitude ….

Le chapiteau a démontré toute son efficacité pour le  grand plaisir de tous les convives.

Après la messe traditionnelle et un apéritif des plus copieux, ce ne fut pas moins de 83 repas qui furent servis pour le plus grand plaisir des Petits et des Grands

Cet apéritif servi en plein air et ce repas festif servi  sous chapiteau, permirent à tous, petits et grands, de se retrouver, d’échanger les derniers petits potins du village, partager les peines et les joies de chacun d’entre nous…

5 Vebre 21 07 13 (3)  Vebre 21 07 13 (10)

Pour l’heure la joie semblait au rendez vous.

Les photos de cet évènement festif incluses dans l’album de plus de 100 photos joint, traduisent le plaisir qu’eurent les participants à rejoindre le chapiteau pour savourer de délicieux instants de bonheur.

Pour visionner ces photos, cliquez ici.

Un grand MERCI aux organisateurs et à ceux qui ont permis ceci.

Un grand MERCI au restaurant El Paso qui avait la charge, comme l’an dernier, de l’élaboration des repas qui furent fortement appréciés.

Je pense que tous apprécièrent le foie gras, le confit de canard et tout ce qui tourna autour de ce repas qui s’inscrivit parfaitement dans la tradition ariégeoise …..C’était un repas d’automne ….Il ne déparait en rien avec le temps médiocre qui commençait à pointer dehors

Un grand MERCI à l’Animateur musical qui nous démontra combien l’on pouvait faire très festif, SEUL. Il sut emballer le chapiteau …Les photos sont là pour le prouver

Les Vèbrois, les habitants d’un village si propice au « Bien Être et au Bien Vivre » sut répondre présent à cette invitation qui eut un résultat si réussi.

6 Vebre 21 07 13 (3)

La fête se poursuivit fort tard …..Et ce n’est que vers 19h00 que votre serviteur quitta les lieux

Toutefois certains irréductibles après quelques parties de pétanque des plus arrosées….étaient encore sur les lieux à Minuit passé

Cette journée restera dans la mémoire de tous

Votre Correspondant, un Vèbrois d’adoption

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0