Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 06:40

Sortie de Windows 7,

Les sept péchés capitaux de

Vista, du passé?

Informatique - Le Windows nouveau débarque officiellement jeudi. Toute la semaine, 20minutes.fr se penche sur le nouveau système d'exploitation de Microsoft...Tourner la page Vista. Après un peu moins de trois ans de présence sur le marché, et malgré des mises à jour corrigeant une partie des problèmes initiaux, il n'aura jamais réussi à se défaire de son étiquette de système mal optimisé et moqué un peu partout. Pire, fin septembre, le leader du marché restait... Windows XP, sorti il y a huit ans (68% contre 22% à Vista et 5% à Mac OS X). Certes, Microsoft reste ultra-dominateur, mais un second échec consécutif est interdit. Arnaud Lambert, responsable produit Windows 7 chez Microsoft France, jure à 20minutes.fr que les leçons de Vista ont été tirées. Le point.
La colère
Aux débuts de Vista, des jurons ont fusé et des souris ont volé. Deux raisons principales: des périphériques non reconnus, et des anciens programmes non compatibles.
Windows 7 rencontre globalement beaucoup moins de soucis. Sur un portable âgé de 2 ans et sur un PC de bureau de 2006, après 30 minutes d'une installation sans accroc, aucun point d'exclamation jaune ou rouge dans le gestionnaire des périphériques, des enceintes à la carte réseau. Côté programmes, aucun souci majeur rencontré –hormis le logiciel mail Foxmail notablement plus lent et quelques bug avec OpenOffice. En cas de vrai problème de compatibilité – surtout pour les petites entreprises – Windows 7 embarque un XP mode dans ses versions Ultimate et Professionnelle. A noter également qu'en un mois d'utilisation, pas un seul fameux «blue screen of death» (écran bleu qui arrivait en cas de gros plantage, surtout jusqu'à XP).
Verdict: Leçon (en partie) tirée. A confirmer cependant par des millions d'utilisateurs.
La paresse
Vista s'est fait épingler pour des temps de boot (démarrage) et de fermeture interminables –très variables selon les machines.
Si les avis penchaient vers une amélioration lors de la bêta de Win7, le refrain semble avoir changé pour un quasi statu-quo sur la version finale, selon des tests poussés de PcWorld. A l'usage, Win7 souffre du même problème que ses prédécesseurs: une dégradation notoire avec le temps. De 45 secondes (entre la mise sous tension et un bureau utilisable) à ses débuts sur notre machine de test à 1'15 en après un mois d'utilisation. Sur une même machine (équipée de boot camp), Mac OS X Snow Leopard performe globalement mieux, selon des tests de Cnet. PcWorld relève également des délais parfois parfois bien plus long que sous Vista pour lancer des programmes comme Photoshop.
Verdict: Tire toujours un peu au flanc.
La gourmandise
La sortie de Vista a donné lieu à une cacophonie avec des labels «Vista ready» (pour les machines capable de faire tourner une version basique, dépourvue des effets graphiques Aero) et «Vista premium ready» (pour la totale). Malgré ces précautions, beaucoup d'utilisateurs s'étaient retrouvés avec des machines un peu juste pour faire tourner un système mal optimisé.
Windows 7 s'entête avec une multitude de versions, mais cette fois-ci, Microsoft n'en a clairement mis en avant que deux pour le grand public (la familiale premium et l'ultimate). Il donne l'impression d'être globalement plus réactif et l'expérience avec 2 Go de RAM et un processeur 1,7 Ghz est plaisante.
Verdict: Du mieux.
L’orgueil
Vista avait eu droit à un lancement royal (feu d'artifice en France, spots en prime time avec Flavie Flament).
Pour Win7, Microsoft joue un angle différent avec des «house parties» organisées un peu partout dans le monde autour de la convivialité (les participants sélectionnés ont reçu des Windows gratuits et même des ballons pour une fête réussie).
Verdict: Les chevilles désenflent.
L’avariceVista Ultimate, en version boîte coutait à sa sortie un bras et une jambe: 570 euros.
Pour son nouveau bébé, Microsoft a fait un geste pour les early adopters, avec des prix cassés (de 49 à 109 euros) pour une réservation effectuée avant le 14 août dernier. Jusqu'en janvier, des promotions pour les étudiants pourraient proposer Windows 7 à 30 euros –Microsoft n'a pas encore confirmé l'information.
Verdict: Pas encore aussi abordable que la politique tarifaire d'Apple (et encore moins de Linux), mais des progrès.
La luxure
Certes, Vista introduisait pas mal d'effets de transparence et un flip des fenêtres en pseudo 3D (touche Windows enfoncée + tab). Mais l'interface utilisateur restait encore un cran en-deçà de Mac OS X ou de celle de Linux Ubuntu.
Windows 7 conserve globalement la même apparence que Vista, hormis la barre des tâches transformée en un deck proche de l'univers Mac. Elle intègre quelques fonctions aussi pratiques qu'esthétiques: en passant la souris sur une application ouverte, on en a un aperçu miniature – y compris des onglets Internet, ce qui gagne un temps fou pour retrouver ses petits. Plus anecdotique, secouer une fenêtre permet de chasser les autres.
Verdict: Un bon ensemble, et l'orgasme n'est parfois pas loin.
L'envie
Pour toutes les raisons énumérées ci-dessus, Vista provoquait la raillerie plutôt que la jalousie. Il n'avait pas ce «X factor», ce pouvoir de séduction capable de fédérer.
Windows 7 n'a pas forcément de quoi réussir à faire changer d'avis les pro-Macs. En revanche, il pourrait bien réconcilier les «Pici» avec Microsoft.
Verdict: Un sex appeal indéniable.
Conclusion: Windows 7 étant basé sur l'architecture de Vista, il n'est pas surprenant de le voir commettre une partie des mêmes péchés. Mais globalement, on se trouve très loin de l'enfer!Avez-vous torturé un peu les différentes versions de test de ce Windows 7? Allez-vous ranger XP au placard ou êtes-vous passés chez Apple de manière irrévocable? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous...
Source 20minutes.fr
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 23:27

Multimédias - Google maps du sexe : le coït géolocalisé!Depuis que Google autorise l’utilisation de Google Maps par quiconque souhaitant créer un service autour de ses cartes, des dérives de plus en plus surprenantes font leur apparition. Ainsi, le site "I Just Made Love" propose ni plus ni moins que d’indiquer le dernier endroit où vous avez fait l’amour, et de savoir ce qu’il se passe autour de vous.
Êtes-vous entouré de lapins ?
Voilà un concept pour le moins original proposé par I Just Made Love. Le principe est simple : savoir qui, autour de vous, vient juste de faire l’amour, que ce soit il y a une heure, 24 heures, une semaine ou un mois. Évidemment, le service vous invite ainsi à participer, et vous demande d’entrer un certain nombre détails comme le lieu, un commentaire, les différentes positions pratiquées, et si elles l’ont été en intérieur ou en extérieur. Fameux.

Source Tom’s Guide
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 23:55

Microsoft lance son anti-virus gratuit
Campus Microsoft - USA

 

Il est désormais possible de protéger son PC contre les virus avec une solution 100% Microsoft et 100% gratuite. Les éditeurs de solutions payantes font la fine bouche.
Après l'avoir testé dans quelques pays, Microsoft a lancé mardi un programme gratuit offrant une protection contre les virus et autres logiciels malveillants, téléchargeable sur son site.
"Avec Microsoft Security Essentials, les consommateurs peuvent avoir une protection de haute qualité facile à obtenir et à utiliser, et qui n'apportera pas de gêne", a déclaré Amy Barzdukas, responsable de la sécurité des ordinateurs personnels chez Microsoft.
"Les consommateurs nous disent qu'ils veulent la protection qu'offrent les logiciels en temps réel, mais nous savons que beaucoup d'entre eux ne veulent pas ou ne peuvent pas acheter" des programmes anti-virus, a ajouté Mme Barzdukas. Microsoft est d'autant mieux placé pour dresser ce constat qu'il a lui-même échoué à dépasser les 2% de part de marché avec sa propre solution payante baptisée OneCare. Microsfot Security Essentials en reprend d'ailleurs les principaux éléments.
Anti-virus ou anti-piratage?
Parmi les spécialistes de la sécurité informatique, la société Symantec a minimisé la concurrence offerte par le programme gratuit de Microsoft, estimant qu'il ne suffirait pas à contrer les attaques les plus sophistiquées. "Du point de vue de la sécurité, cet outil Microsoft fournit une défense réduite, à un point délicat de la bataille contre la cybercriminalité", a fait valoir Symantec, qui commercialise les anti-virus Norton.
McAffee, le n°2 mondial du secteur, affiche la même sérénité apparente. Dans une interview à L'Expansion.com, son PDG Dave DeWalt, expliquait l'insuffisance de la solution gratuite de Microsoft parce que "la majorité des attaques aujourd'hui sont du type "phishing" et non pas virales". Il soupçonnait en fait l'éditeur de Seattle de vouloir surtout "lutter contre le piratage de Windows" car "Security Essentials va vérifier que la version Windows installée sur le PC n'est pas piratée", ce qui serait "une première pour un logiciel de Microsoft".
Source : L'Expansion
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 06:25

Ariège – Pyrénées - Internet à haut débit : coup de pouce pour l'emploi

 

Économie. La mise en place du réseau haut débit ariégeois a été officiellement inauguré hier, mais ses effets se sentent déjà.
L'inauguration officielle. Dans le hall de l'Estive, des techniciens détaillent pour les curieux les mystères de la fibre optique. Un peu plus tard, ce sont les ondes du Wimax qui ont déchaîné les foudres des opposants. Photo DDM, Marianne Pradère.
La mise en place progressive du haut débit génère des effets bénéfiques en terme d'emplois: c'est le constat fait hier, en marge de l'inauguration officielle des travaux engagés en mai 2007, sous l'impulsion du conseil général de l'Ariège (lire également ci-dessous). Prudent, Eric Fourcaud, en charge des nouvelles technologies pour Ariège Expansion, prévient: «Le haut-débit, ce n'est pas la poule aux œufs d'or. En réalité, c'est comme une autoroute. A nous d'y mettre du contenu, de faire venir des entreprises. Mais, force est de constater que des entreprises peuvent choisir de s'installer en Ariège pour cela. Comme il a pu nous arriver de perdre des entreprises lorsque le département n'était pas équipé: on a gommé des handicaps». Sociétés aéronautiques, informatiques, spécialisées dans le design, l'enseignement à distance, le télé-travail: toutes sont friandes du haut-débit. Désormais, les ingénieurs qui s'échangeaient péniblement leurs travaux en gravant leurs fichiers du des CD les partagent en temps réel avec leurs partenaires amériains ou australiens. Cependant, pour l'instant, aucune donnée chiffrée permettant d'avoir une idée de l'ampleur de ce phénomène n'est encore disponible, en ce qui concerne l'industrie et les services, même si on constate, du côté de Delta Sud et de Cap Delta l'arrivée d'entreprises qui misent sur le haut-débit.
Par contre, l'Observatoire du e-commerce, fondé en 2006, a enregistré des résutats concrets, et très encourageants, relate encore Eric Fourcaud: «Dès l'arrivée du haut-débit, des entreprises ariégeoises se sont tournées vers le e-commerce, remarque-t-il. Aujourd'hui, ce secteur rassemble 35 entreprises, 150 emplois et génère 6M€ de chiffre d'affaires. Le haut débit représente clairement une source de développement économique et d'emploi : les entreprises recrutent alors dans des métiers spécifiques liés au Net».
Les chiffres clefs
L'investissement se monte à 26,4M€ (HT), répartis entre quatre partenaires: l'Europe, pour 8M€ (30,4%), la région Midi-Pyrénées, pour 6,76M€ (25,7%), le conseil général, pour 6,76M€ (25,7%) et Ariège Telecom (filiale de SFR, délégataire), pour 4,82M€ (18,2%). Les travaux supplémentaires pour la couverture totale du département sont estimés à environ 3M€ supplémentaires. Des discussions sont en cours sur cet avenant au contrat initial.
Les « Non au Wi » manifestent leur opposition
Les opposants au Wimax et au Wifi ont manifesté hier soir leur opposition à ces deux techniques, chahutant les orateurs qui se sont succédés à la tribune de l'inauguration officielle, dans la grande salle de l'Estive, hier soir. Déployant affichettes et banderolles, ils ont lancé des slogans et des protestations: expliquant que «la population n'a pas été consultée», que c'est l' «argent» qui a dicté tous ces choix et qu'on cache les effets, néfastes, pour la santé, des ondes .
Le président du conseil général, Augustin Bonrepaux, expliquant qu'il n'hésitait pas «à faire la sieste sous les lignes à THT», a invité les opposants à «partir en Lozère à mi-temps», parlant d' «habitants dont on ne sait pas s'ils travaillent et qui ne sont pas recensés». A une militante écologiste qui criait «No pasaran», l'élu rétorquait: «Trop tard! Nous sommes passés»!
Toutes les prises de parole ont été également chahutées, puis le débat s'est poursivi dans les allées de la grande salle, avant de se terminer dans les couloirs de l'Estive avec quelques coups de gueule virils. Un regret, quand même: les questions posées par ces opposants aurait mérité, sans doute, un débat d'une autre forme, sur un autre ton et, sans doute, dans un autre lieu. Sans oublier que le haut débit a été accueilli avec bonheur, en Ariège, par une majorité.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 23:31

AVG vient d’annoncer la sortie, dans une semaine, de la version 9 de son antivirus gratuit.

Les améliorations

L’éditeur promet un scan 50 % plus rapide, un temps de démarrage et une utilisation de la mémoire améliorés de 10 % à 15 %.

AVG vient aussi de concevoir une nouvelle base de données (qu’il nomme TrustedDB) qui détermine si un logiciel peut accéder à Internet sans que l’utilisateur en donne la permission. La firme espère ainsi réduire les alertes de 50 %, permettant à l’utilisateur de se concentrer sur les applications qui posent réellement problème et pas celles qui sont connues et sans danger. AVG a aussi inclus un module de détection des comportements pour anticiper les attaques. Enfin, LinkScanner détermine si une page est coupable de phishing ou pas.

AVG 9 a quelques problèmes

Les premiers tests révèlent que cette nouvelle version n’est pas exempte de problèmes. L’antivirus était encore coupable de faux positifs et le mode Fast Scan était relativement lent, selon les tests de Cnet. De plus, TrustedDB doit encore être peaufinée alors Thunderbird n’était pas encore reconnu comme un programme de confiance.

Une réponse à MSE

La version payante d’AVG AntiVirus Internet Security est vendue 47,95 € avec une licence d’un an et 71,95 € pour deux ans. Elle intègre un anti-rootkit et une protection contre les attaques par messagerie instantanée ICQ et MSN ainsi qu’une protection contre les pages Web infectées, un antispam et un pare-feu.

La firme répond ainsi à la nouvelle solution de Microsoft, annoncée la semaine dernière et qui offre un antivirus gratuit (cf. « Microsoft Security Essentials : l'antivirus gratuit est disponible »), ce qui devrait pousser les éditeurs à sortir de nouveaux produits, pour le grand bonheur des utilisateurs.

Source Tom’s guide

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 07:18

Le Parti pirate se présente à une élection législative

Un candidat étiqueté Parti pirate brigue un mandat de député, le 20 septembre. Son programme : accès libre à la culture et à l'information, respect des libertés et des droits d'auteur.

S'il règne une certaine confusion bien de chez nous en ce qui concerne les partis pirates français, une de ces formations a décidé de se distinguer en passant le pas de la candidature à une élection politique.

Maxime Rouquet, étudiant en informatique de vingt-trois ans à l'université d'Orsay, se porte en effet candidat au nom du Parti pirate à l'élection législative partielle de la dixième circonscription des Yvelines, en région parisienne. Il vise le poste laissé vacant après la démission de Christine Boutin, qui n'a pas souhaité retrouver son poste de député à la suite de son départ du gouvernement.

Le scrutin aura lieu le 20 septembre 2009 et ce sera la première fois que des « pirates » se présenteront officiellement en France à une élection. Ils suivent le Parti pirate suédois qui avait réussi, en juin dernier, à gagner un siège au Parlement européen.

Sans surprise, ce candidat du Parti pirate français défend un libre accès à la culture ainsi qu'à l'information sur Internet et milite pour un respect de la vie privée (voir le site de campagne). Les lois Hadopi et Loppsi sont bien évidemment dans le collimateur de son parti. « Nous sommes franchement opposés aux principes de ces lois, insiste Laurent Le Besnerais, suppléant du candidat. Et nous souhaitons un rééquilibrage du droit d'auteur. »

Le parti n'est pas opposé au principe du droit d'auteur ni même à celui des brevets, mais juge les mécanismes en vigueur abusifs.

La formation s'autofinance

Reste la mise en pratique de cette candidature. La formation n'a pas encore lancé de campagne d'adhésion en bonne et due forme (ce sera pour après le scrutin) et elle s'autofinance. Le parti a débloqué assez de fonds pour faire imprimer les bulletins de vote.

Pour le reste, la bonne parole sera en grande partie portée sur le Web, avec blogs, sites, communautés et tracts numériques à télécharger. « Ces élections sont les toutes premières où se présentera un parti pirate français, continue Laurent Le Besnerais. C'est une manière de nous présenter sur la scène politique et cela aura valeur de test. »

Bien que fondateur d'un autre parti pirate en juin dernier, Rémy Cérésiani se félicite de cette candidature et compte la soutenir activement. « Cela montre que nous [les partis pirates, NDLR] sommes dynamiques. » Sa formation compte une vingtaine d'adhérents et n'exclut pas, elle aussi, une candidature politique, mais plutôt aux prochaines législatives.

Source bonweb.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 23:36

Multimédias - Les 7 pêchés capitaux de Windows 7La 500e plus grande multinationale étant Microsoft, c’est donc les 499 autres que la FSF a contactés. Pour elle, comme souvent, Windows représente le plus mauvais choix de système d’exploitation possible. Logique lorsque l’on défend les logiciels libres de s’attaquer au plus grand éditeur d’applications propriétaires au monde. Éducation, DRM, sécurité, monopole, standards, verrouillage et vie privée, voilà les sept points sur lesquels la FSF appuie son argumentation.

Selon la fondation, Windows 7 serait « néfaste à l’éducation des enfants » puisqu’utilisé dans les écoles sans solution alternative. Microsoft serait une entreprise friande de DRM (Digital Right Management) mais aussi monopolistique de par son installation par défaut sur tous les PC du commerce. Enfin, la vie privée serait bien sûr menacée, notamment à cause de l’utilisation du système Windows Genuine Advantage, scanneur de disque dur selon la FSF.

Le site Windows 7 Sins

Source Tom’s Guide

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 05:30

Multimédias - Free : nouvelle attaque contre les abonnés

Une nouvelle attaque phising contre les Freenautes aurait eu lieu selon les dires de nos confrères de zataz. Cette opération malveillante a pour but de voler des informations confidentielles

Un mail qui ne vient pas de Free

La technique est toujours la même. Les abonnés reçoivent un email qui les enjoint à cliquer sur un lien suite à ce texte : « Cher(e) client(e), Merci de lire attentivement ce courrier. Il contient des informations essentielles, destinées à faciliter l'utilisation de votre compte Freebox et le recours à ses différents services. Free.fr a l'honneur de vous annoncer qu'elle a enfin mis à votre disposition un système de sécurité totale. Pour en savoir plus et souscrire à ce programme, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous. »

Attention à l'URL

Bien entendu, le programme n’existe pas et l’utilisateur se retrouve sur sa page de connexion à son compte Free. Celle-ci présente une singulière différence avec l’originale puisqu’il s’agit de l’ancien habillage de l’interface de gestion. Aussi, pour ne pas se faire prendre, il faut vérifier l’URL du site sur lequel est faite la demande de connexion (ici, il s’agit de keukenimportnederland.nl, piraté auparavant) puis le décor qui entoure le tout.

Source Tom’s Guide

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 06:00

Google Android bientôt dans votre salon
Google commence à rendre public le code source de son portage d'Android, le système Le système d'Android de Google pourrait se retrouver intégré à des téléviseurs nouvelle génération/Montage/DR

HIGH-TECH - Le système d'exploitation mobile de Google fait son chemin vers les téléviseurs...

Google à la conquête du canapé? Pas directement. Mais le fabricant de puces électronique MIPS d'exploitation de Google initialement conçu pour les smartphones comme le G1. De quoi ouvrir la porte à l'arrivée d'Android dans des magnétoscopes numériques et des téléviseurs nouvelle génération.

Maison digitale

Basé sur un noyau linux, Android a démarré comme système pour téléphones mobiles uniquement. Mais rapidement, des bidouilleurs ont réussi à le porter sur un netbook (un mini ordinateur portable). Le système est en effet open-source, et chacun est libre d'accéder au code et de le modifier selon ses besoinsLes téléviseurs «intelligents» étaient l'une des tendances du CES 2009 de Las Vegas. Yahoo a notamment signé un accord avec Intel pour intégrer à la télé ses widgets, des petits modules graphiques type météo, cours de bourse ou fil d'actualité. Mais avec Android, MIPS –et d'autres– ne visent pas seulement la télévision. Boîtes multimédia, cadres photo numérique, VoIP... Ils pourraient faire d'Android le cœur ouvert d'une maison digitale communicante.

Avec Android, Google a grandement élargi son horizon. Sans parler de l'annonce de Chrome OS, un système d'exploitation light qui veut faire d'Internet son centre nerveux. Plus que jamais, Microsoft et Apple ont un sérieux concurrent. Google

Dans une interview au «New York Times», Art Swift, de MIPS, ne tarit pas d'éloges sur Android: «C'est vraiment une belle pièce d'architecture système, facilement personnalisable et polyvalente. En 25 ans dans ce secteur, je n'ai jamais vu une technologie décoller aussi rapidement», se félicite-t-il.

Un enthousiasme pas forcément dénué d'arrière-pensées: Ars Technica rappelle que MIPS est en perte de vitesse face à son concurrent

Google dans votre samon, pourquoi pas ou trop envahissant?

Philippe Berry, à Los Angeles

Source 20minutes. fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 15:09

Multimédias - Skype au bord de la disparition

Le logiciel de voix sur IP le plus utilisé au monde (480 millions d’utilisateurs revendiqués) pourrait bien disparaître prochainement. La faute à une bataille économique et juridique entre eBay qui possède Skype depuis octobre 2005 (et un modique achat de 2,6 milliards de dollars), et Niklas Zennstrom, le co-fondateur de Skype.

Au revoir Skype ?

Ce dernier, au moment de la transaction, s’était bien gardé de céder la technologie « Joltid », sur laquelle repose le protocole P2P du logiciel. Par conséquent, depuis quatre ans, et malgré 2,6 milliards de dollars dépensés, eBay paye des droits d’utilisation pour distribuer Skype. En pleine crise financière et décidé à réussir sa restructuration, le site d’enchères en ligne a refusé de payer sa quittance annuelle. L’affaire a même été portée devant la justice britannique et pourrait constituer le « procès Internet » de 2010.

RDV en juin 2010

Car si le verdict venait à être défavorable à eBay, ce dernier ne fait pas secret de l’avenir qu’il réserverait à Skype. Une fermeture pure et simple d’un service payé au prix fort et qu’il n’a pas réussi à monétiser en quatre ans. Skype pourrait donc disparaître au profit d’un logiciel développé par eBay mais bien moins évolué. Début de réponse en juin 2010 avec l’ouverture du procès.

Source Tom’s Guide

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0