Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 16:29
Un incident à la centrale de Fessenheim fait des blessés
La-centrale-de-Fessenheim--en-mars-2011.jpg
Préambule du Pèlerin
Le risque qu’il y ait un incident majeur impactant de façon significative la santé des Français n’est pas du domaine du possible mais du ressort du probable
Les statistiques sont là pour le mettre en évidence
Alors cessons d’adopter une politique du pire sans regarder de façon lucide les risques majeurs auxquels nous pourrons faire face bientôt
"Il y a eu un dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit suite à l'injection dans un réservoir de péroxyde d'hydrogène qui a réagi avec de l'eau", selon la préfecture.
La centrale de Fessenheim, en mars 2011
Un incident a eu lieu, mercredi 5 septembre, à la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), a-t-on appris auprès des pompiers du département, qui ont fait état de blessés sans pouvoir préciser leur nombre et la gravité des blessures.
"Ce n'est pas un incendie", a estimé la préfecture, selon les premières informations dont elle disposait. "Il y a eu un dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit suite à l'injection dans un réservoir de péroxyde d'hydrogène qui a réagi avec de l'eau", a ajouté un porte-parole.
Source Challenges.fr AFP
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 15:27

La fuite en avant d'une 3e guerre mondiale

euro mal en point

 

Je ne souscris pas à tout ce qui est dit dans ce texte mais je dois reconnaitre que l’article m’interpelle sur bien des sujets…C’est la raison pour laquelle je vous le livre cette analyse du Professeur Chems Eddine Chitour que j’apprécie énormément…Intéressant et effrayant…

Début de citation

«Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées permanentes. Si le peuple américain permet aux banques privées de contrôler l'émission de leur monnaie, d'abord par l'inflation, puis par la déflation, les banques et les sociétés priveront le peuple de toute propriété jusqu'à ce que leurs enfants se réveillent sans-abri sur le continent que leurs pères avaient conquis.» Thomas Jefferson, président des Etats-Unis d'Amérique

Après l'implosion de l'empire soviétique, ce fut comme on le sait, «la fin de l'histoire» selon le mot de Fukuyama avec une pax americana qui paraissait durer mille ans. Le peuple américain se voulant lui aussi, «peuple élu» comme le martèle «la destinée manifeste», c'est à lui d'éclairer le monde au besoin par le napalm. (...)Dans une conjoncture caractérisée par la rareté des matières premières, 90% des terres rares sont en Chine qui ne les vend qu'avec parcimonie. La débâcle financière des Etats-Unis et de l'Europe a amené les Etats-Unis et l'Europe à ne plus s'embarrasser de «principes», ils prennent par la force aux pays faibles leurs ressources comme c'est le cas de Kadhafi crucifié par l'Occident qui ne s'arrête pas de déstabiliser sous des dehors de démocratie qui ne trompent plus personne.
Pourquoi le maillage mondial de la planète?
On sait que la marine américaine sillonne les mers et accoste de temps à autre pour montrer sa puissance comme au bon vieux temps de la guerre froide et tissant un réseau de plus en plus dense de bases américaines en dehors du territoire des Etats-Unis. En effet, la plupart des sources de renseignements sur cette question (notamment C. Johnson, le Comité de surveillance de l'Otan, l'International Network for the Abolition of Foreign Military Bases, etc.) révèlent que les Étatsuniens possèdent ou occupent entre 700 et 800 bases militaires dans le monde. Un document de 2002 permet de constater la présence de militaires étatsuniens dans 156 pays, de leur présence sur des bases étatsuniennes dans 63 pays, des bases récemment construites (depuis le 11 septembre 2001) dans sept pays et un total de 255.065 effectifs militaires. Selon Gelman, en se basant sur les données officielles du Pentagone de 2005, les USA possèderaient 737 bases à l'étranger. (1)
Pour le professeur Jules Dufour, l'emprise de la puissance militaire des États-Unis dans le monde est considérable et ne cesse d'augmenter. Les Étatsuniens considèrent la surface terrestre comme un terrain à conquérir, à occuper et à exploiter. La division du monde en unités de combat et de commandement illustre fort bien cette réalité. Dans ce contexte, il nous semble que l'humanité se trouve ainsi contrôlée, voire attachée à des chaînes dont les maillons constituent les bases militaires. Le processus de redéploiement des installations militaires est conduit sous la gouverne de la force, de la violence armée, de l'intervention à travers des accords de «coopération» dont les velléités de conquête sont sans cesse réaffirmées dans le design des pratiques du commerce et des échanges. Le développement économique est assuré par la militarisation ou le contrôle des gouvernements et des sociétés et des ressources immenses sont sacrifiées pour permettre ce contrôle dans la plupart des régions dotées de richesses stratégiques pour consolider les bases de l'Empire. (2)
On l'aura compris, cette mainmise sur les matières premières de plus en plus rares va susciter des tensions de plus en plus vives. Cependant, la situation n'est plus la même que celle qui prévalait après la chute de l'empire soviétique il y a vingt ans. Souvenons-nous à l' époque, George Bush père avait annoncé un nouvel ordre. L'empire n'avait personne en face. Hubert Védrine, ministre français des Affaires étrangères, a pu parler d'hyperpuissance.
C'est dans ce cadre que l'on apprend que les Chinois ne sont pas contents du sort du Pakistan bombardé et qui a perdu 26 soldats. De plus, il voit d'un très mauvais oeil la tentative d'encerclement par le déploiement jusqu'à 2 500 marines en Australie. Selon une dépêche de l'AFP, le président chinois Hu Jintao a appelé mardi 6 décembre à la marine de se préparer pour le combat militaire, au milieu de la montée des tensions régionales sur les différends maritimes et d'une campagne américaine de s'affirmer comme une puissance du Pacifique. S'adressant à la puissante Commission militaire centrale, Hu a déclaré: «Notre travail doit étroitement encercler le thème principal de la défense nationale et la construction militaire.» L'agence de nouvelles officielle Xinhua a cité le président que de dire la marine chinoise devrait «faire des préparatifs pour la guerre prolongée». Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a averti le mois dernier contre l'ingérence des «forces extérieures» dans les différends territoriaux régionaux, y compris ceux de la mer de Chine méridionale. Alors qu'Hillary Clinton est arrivée le 30 novembre au Myanmar pour une visite de deux jours, la Chine a d'ores et déjà pris les devants. Le vice-président chinois Xi Jinping a reçu lundi à Pékin le chef des forces armées birmanes, Min Aug Hlaing, et lui a rappelé combien la Chine souhaite oeuvrer à un «partenariat stratégique» avec le Myanmar, rapporte le South China Morning Post. Le quotidien de Hong Kong précise que «l'intention du Myanmar est de
montrer qu'il ne laissera pas ses relations avec la Chine se détériorer... et qu'il cherche toujours à équilibrer ses intérêts entre l'Orient et le camp occidental». L'armée chinoise a effectué de grandes manoeuvres militaires près du Pakistan en réponse à l'installation des troupes américaines dans la région. En réponse à la montée de l'hostilité occidentale envers l'Iran, le major général Zhang Zhaozhong a remarqué que «la Chine n'hésiterait pas à protéger l'Iran même si cela doit déclencher une troisième guerre mondiale», des commentaires qui ont suscité beaucoup de débats en Chine même. (...) L'ambassadeur de la Chine à l'ONU a prévenu le directeur de l'Aiea, Yukiya Amano, de ne pas fabriquer de preuve ´´sans fondement´´ afin de justifier une attaque sur l'Iran au nom d'arrêter son programme nucléaire controversé.(2) Du côté russe, la même inquiétude amène là aussi à une mobilisation notamment avec le déploiement du bouclier en Europe. Le général russe Nikolaï Makarov a déclaré la semaine dernière: «Je n'exclus pas des conflits armés locaux et régionaux en développement vers une guerre à grande échelle, y compris en utilisant des armes nucléaires.» Les tensions mondiales entre l'Orient et l'Occident ont explosé ces quinze derniers jours quand l'ambassadeur de Russie, Vladimir Titorenko et 2 de ses adjoints en provenance de Syrie, ont été brutalement agressés par les forces de sécurité du Qatar soutenu par la CIA et des agents du MI6 britannique. Ces derniers ont tenté d'accéder à une valise diplomatique contenant des informations des services de renseignement syriens à propos de l'invasion de la Syrie et l'Iran par les États-Unis. (...) Un journaliste américain, Greg Hunter, explique pourquoi «le monde est-il devenu hors de contrôle?». Il révèle que la totalité de l'économie occidentale s'effrite sous le poids de plus de 100.000 milliards de $ de dette qu'ils ne sont pas en mesure de rembourser: «Jamais dans l'histoire, le monde n'a été aussi proche d'un chaos financier total et la guerre nucléaire dans le même temps.» (3)
Enfin, un bulletin du ministère de la Défense publié par le Premier ministre Poutine déclare aujourd'hui que le président Medvedev ainsi que le président Hu ont «validé un accord de principe» sur le fait que la seule façon d'arrêter l'agression de l'Occident dirigée par les États-Unis se fera par «action militaire directe et immédiate» et que le dirigeant chinois a ordonné à ses forces navales de se «préparer à la guerre». (4)
Claude Jacqueline Herdhuin résume bien cette tentation permanente de l'empire en écrivant que la vraie guerre est d'ordre financier: «Les États-Unis veulent rester le chien de garde du monde, peu importe si ce chien, aujourd'hui galeux et aveugle, n'est plus à la hauteur. Parfois, la sagesse et l'intelligence veulent qu'on se replie, mais l'Administration étatsunienne, sous la houlette des industries de la finance et militaire, continue de prétendre dominer la planète. Il suffit cependant d'un peu de perspicacité et de bon sens pour constater que cette puissance moribonde ne fait plus trembler le monde.» (5)
Les réactions de la Chine et de la Russie
«Après avoir décapité et mis à genoux la Libye, dans le but de fragiliser la région et d'isoler l'Iran, force est de constater que l'Occident est en très mauvaise position. (...) Les pays membres de l'Otan sont pris à la gorge. Leur économie subit les conséquences d'une crise savamment orchestrée par le monde de la finance.... L'économie américaine va mal, l'Europe «tient encore le coup» sous la houlette d'Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, mais le chien de garde moribond ne s'avoue pas vaincu et menace de mordre: (...) L'intervention armée est certes utilisée, mais la véritable guerre se joue dans le monde de la finance. La menace de Standard & Poor's en est la preuve flagrante. Et les populations sont les otages et les principales victimes de cette guerre.(...) Après la Libye, l'Otan a un oeil sur la Syrie. Cela lui permettra d'isoler davantage l'Iran. Mais la République islamique d'Iran est une cible beaucoup plus difficile. En s'attaquant à cette dernière, l'Occident se mettra à dos les pays de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), créée en 2001 par les présidents de cinq pays eurasiatiques: la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, auxquels s'est joint l'Iran en 2005. L'OCS représente clairement une volonté de ces pays de s'unir face à l'Occident. Cela peut être interprété comme un nouveau bloc de l'Est. Et cela représente un avantage indéniable: le retour à un équilibre après la chute du bloc de l'Est qui a permis une «dictature» mondiale des États-Unis. (...) Une fois de plus, les pays dominants appliquent deux poids, deux mesures: Israël (soutenu par Washington) a le droit de menacer l'Iran avec son arme nucléaire, mais Téhéran n'a pas le droit à cette arme sous prétexte que cela serait une menace pour la sécurité d'Israël et du monde dit civilisé».(5) Pour Bani Sadr, ancien président iranien, l'Occident clame que le programme atomique iranien pose problème car il aurait une dimension militaire. Mais vous savez que WikiLeaks a publié des rapports secrets. Certains de ces rapports concernent ce Monsieur Yukika Amano, le Japonais qui dirige l'Aeia: selon ces rapports, ce sont les Américains qui l'ont soutenu pour devenir directeur de l'Aiea et il s'est engagé à agir dans le sens de la stratégie des Etats-Unis. (...) (...) Ce dont les responsables occidentaux ne veulent pas parler c'est que la question essentielle pour eux est de contrôler l'ensemble de la région. M.Bush avait ce projet d'amener la démocratie au Grand Moyen-Orient. Ce Grand Moyen-Orient vise en réalité à établir un contrôle par les Etats-Unis de l'Afrique du Nord jusqu'au Pakistan. (...) Ils sont intervenus en Libye, ils ont détruit un pays pour établir une démocratie, mais personne ne voit cette démocratie. Ce qu'on voit est une insécurité et une pauvreté plus grandes. Ils cherchent, en réalité, à détruire pour reconstruire, payant très cher ensuite les compagnies occidentales qui vont là-bas pour reconstruire.(...) Je ne crois pas que les Etats-Unis aient les moyens d'imposer leur hégémonie à la Chine, ou même aux pays plus petits de la région du Pacifique, ou encore, à l'Inde. Parce qu'à mon avis, les Etats-Unis ne sont plus une superpuissance, ils sont en train de devenir un pays comme un autre. Avec le Japon et les autres pays asiatiques, ils sont plus importants aujourd'hui que l'ensemble de l'Occident. (...) Ce qu'ils cherchent, par contre, c'est contrôler le pétrole et le gaz. Ils pensent qu'en contrôlant les deux centres que sont l'Asie centrale et le Golfe persique, ils pourront dialoguer d'égal à égal, voire établir une supériorité marginale sur l'Asie. Ce qu'ils veulent, c'est contrôler le pétrole et le gaz. Leur justification: après le départ des Etats-Unis d'Irak, l'Iran deviendrait la puissance hégémonique dans la région, en raison de la fameuse ceinture verte du chiisme [ndR] Changer le régime en Syrie, rétablir un régime sunnite signifie un Iran coupé du Liban».(6) Concluant son interview, Bani Sadr reprend les mêmes arguments que l'ambassadeur Kishore Mahboubani: «Il y a plusieurs grandes raisons à la crise de l'Occident paniqué face à la perspective d'une perte de son hégémonie au profit des nouveaux centres de puissance asiatiques ou euro-asiatiques, tels que la Chine, l'Inde, d'abord la baisse du niveau de vie des populations. (...) Autre problème essentiel: l'Occident a abandonné le contrôle de son économie aux marchés financiers. Selon des sources, aux Etats-Unis, l'argent est beaucoup plus investi sur les marchés financiers que dans l'économie réelle sur un rapport de 1 à 7».(6)
Pour Kishore Mahbubani, il décrit le déclin occidental aussi par la perte de ses propres valeurs. Pour lui, «le moment est venu de restructurer l'ordre mondial, l'Occident est dans l'incapacité à maintenir, à respecter et encore plus à renforcer les institutions qu'il a créées. Et l'amoralité avec laquelle il se comporte trop souvent sape davantage les structures et l'esprit de la gouvernance mondiale. C'est cette incapacité à exercer convenablement un leadership qui fait que l'Occident est aujourd'hui davantage le problème que la solution. «Les civilisations, disait Arnold Toynbee, ne sont pas assassinées, elles se suicident.» L'empire américain subit-il le même déclin que son prédécesseur britannique?. (...) Les Etats-Unis comprendront-ils cette leçon? Ou chercheront-ils à maintenir une domination globale par la seule puissance politique et militaire, engendrant ainsi toujours plus de désordre, de conflits et de barbarie?» A terme, on s'apercevra que les slogans creux des droits qui sont ceux exclusifs de l'homme blanc en Occident - encore qu'il faille noter que même dans ces sociétés la fracture est totale entre les nantis et les pauvres - vont s'effriter au fur et à mesure de la disparition de la puissance matérielle. «A Beastly Century», «un siècle bestial» est le terme, utilisé par Margaret Drabble, pour décrire le XXe siècle». (7)
Si la guerre éclate, le premier mouvement de l'Iran serait de fermer le détroit d'Ormuz. 40% de pétrole du monde y transite. Entre la guerre et les sanctions, les prix du pétrole monteront en flèche peut-être à 300 $ et pousseront dans l'abîme une économie occidentale au bord du gouffre. La guerre nucléaire ne sera plus une vue de l'esprit. Elle devient une option sérieuse. On prête à Einstein cette boutade: «Je ne sais pas ce qui se passera après la troisième guerre mondiale, mais je suis sûr que la quatrième guerre se fera avec des pierres, des arcs et des flèches.» Nous sommes avertis.
1. Pr Jules Dufour http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=5314
2. Joseph Watson et Yi Han: L'armée chinoise, programme de grosses manoeuvres militaires près du Pakistan. Mondialisation.ca, le 2 décembre 2011
3. http://gold-up.blogspot.com/2011/12/la-chine-rejoint-la-russie-la-solution.html
4. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gAez8SIMfjSbwOXzFSBLxNzlZrFg?docId=CNG.858b1c9b4e61e65eb7764010c93e843b.2a1
5. Claude Jacqueline Herdhuin: Les Etats-Unis: le chien de garde du monde
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=28101 8 12 2011
6. www.solidariteetprogres.org/Abolhassan-Bani-Sadr-Non-a-une-guerre-contre-l-Iran_08363
7. C.E. Chitour www.legrandsoir.info/Declin-de-sens-ou-declin-de-puissance-le-dilemme (...)

Fin de citation

Source L’Expression Pr Chems Eddine Chitour

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 07:31

La fréquence des témoignages et des observations s’intensifie - Ovnis, mythe ou réalité ?

ovni.jpg

Des observations d'ovnis ont déjà été faites dans le passé, mais les rapports d'observations sont devenus plus fréquents depuis les années 1950, notamment aux États-Unis.

Au mois d’octobre 2010, des New-Yorkais stupéfaits découvraient à leur réveil un ciel constellé d’Objets volants non identifiés (Ovnis). Tout le monde les a vus et personne ne pourrait dire le contraire.

Le maire a déclaré à l’adresse des citoyens qui voulaient expliquer l’inexplicable que ce jour-là, il n’y avait pas de lâcher de ballons.

L’histoire ne dit pas comment s’est terminée la confrontation entre crédules et sceptiques dans les cafés du Bronx et de Manhattan, mais l’incident a vite été oublié. Les habitants de la plus grande cité du monde ayant d’autres chats à fouetter.

Mais au-delà de cette apparition d’ovnis que rien n’explique et qui n’a rien d’un phénomène marginal, il ne se passe pas une semaine en effet sans que des apparitions semblables soient signalées à travers les cinq continents.

En France, les gendarmes ont recueilli des milliers de témoignages, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale sur ces étranges objets. Certains étaient franchement farfelus, d’autres à la limite de la bonne blague. Même chose en Grande-Bretagne où l’événement a littéralement passionné dans les pubs, à l’heure des buveurs de bière. Mais là encore, les autorités ont fait preuve de beaucoup de discernement. C’est ainsi, par exemple, qu’ils ont découvert que la photo d’une soucoupe volante prise par un astronome amateur n’était, en fait, qu’un vulgaire montage de deux tasses de café l’une inversée sur l’autre… ainsi que le célèbre canular monté par des paysans en mal de notoriété. Ces derniers avaient défriché, à la tombée de la nuit, une partie de leur parcelle en forme de cercle en prenant soin de brûler au chalumeau ses bordures pour faire croire à la chaleur dégagée par l’arrivée d’un ovni sur leur propriété. En revanche, de multiples témoignages, plus sérieux et plus crédibles venant de commandants de bord sont catégoriques. «Nous avons été suivis et doublés pendant notre traversée par de curieux engins mobiles à une vitesse vertigineuse et qui dégageaient une lumière très vive…»

Ces affirmations incroyables ont été confirmées plus tard par des aiguilleurs du ciel qui ont noté la présence de taches inhabituelles sur leur radar près de ces avions et qui ont brusquement quitté leur écran.

Les scientifiques s’en mêlent

L’apparition épisodique et parfois répétée d’ovnis dans le ciel n’a pas manqué d’attirer l’attention des scientifiques du monde entier et, dans certains pays, même celle des états-majors de l’armée.

Les chercheurs américains ont eu l’idée de créer une agence internationale capable de recueillir, de classer et de répertorier tous ces phénomènes. Et dans la foulée de leurs investigations, tous les cas litigieux qui tenaient de plusieurs versions à la fois, ont été classés. Pour le même ovni par exemple, tel riverain jugera l’avoir vu clignoter avec une lumière rouge, un autre prétendra que la lumière était, au contraire, verte et un autre enfin affirmera que l’engin était immobile et dépourvu de tous feux. Des techniciens rompus à ce genre de «témoignages-visions» se fixeront pour tâche de vérifier point par point toutes les assertions qui seraient corroborées par des versions identiques. Leur tâche est de suivre, pas à pas si l’on peut dire, en temps réel, la progression de ces objets, leur disparition... Mais ils n’obtiendront rien de plus. Le casse-tête est tel que c’est l’impasse et que ce sera toujours l’impasse. Tant qu’aucun ovni n’a été «chassé» et «capturé» et sa structure mise à plat, le mystère demeurera entier. Il ne reste plus aux amoureux des étoiles et des constellations ainsi qu’aux poètes qu’à rêver. Mais ce qui est aujourd’hui une fiction sera sans doute une réalité demain. Des civilisations interstellaires existeraient-elles ? Pourquoi pas. Si rien ne prouve leur existence à la fin fond du cosmos, rien non plus ne le réfute. Comme rien n’interdit de penser que d’autres formes de vie et d’intelligence pourraient évoluer quelque part dans l’univers. Des millions d’années sont nécessaires à l’homme pour arriver à explorer une partie seulement de la création.

Considérer que ces objets volants, mobiles et lumineux et de surplus insaisissables sont des soucoupes qui viendraient d’une autre planète, le pas est, peut-être, vite franchi. Certains y croient pourtant. Et si c’était le cas ? Et si une rencontre du troisième type était possible ? En attendant, ces ovnis soulèvent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. C’est sans doute ce qui fait tout leur charme et qui enflamme les imaginations.

Exagération et fantaisie

Le mystère qui entoure les ovnis, enflamme les imaginations si bien que de nombreux témoignages sont faux.

Selon certaines statistiques que nous tenons pour fiables et que nous n’avons aucune raison de mettre en doute, 8o% au moins des témoignages sur les apparitions d'ovnis à travers le monde ne tiennent pas la route. Ils sont ou erronés ou exagérés ou carrément fantaisistes.

Ce sont les 20% qui restent qui posent problème car on ne leur trouve aucune explication logique ni scientifique solidement argumentée.

Alors d’où proviennent ces objets ? Par qui ont-ils été envoyés, pourquoi et surtout par quels moyens sont-ils arrivés et dans quel but ?

L’équation a beau être examinée sous différents angles, analysée sous différents paramètres, rien de rationnel ou de ce qui s’en approche ne permet aujourd’hui d’échafauder la moindre hypothèse.

Et puisque ni le réchauffement de l’air ou la déformation liée à la lumière ne sont à l’origine de ces apparitions mystérieuses et encore moins la présence d’un quelconque effet d’optique, force est de reconnaître que ces «engins» viennent fatalement d’ailleurs.

Et pour être plus conséquent, de quelque part… Des chercheurs très sérieux et à la réputation bien assise se sont livré pourtant une bataille de chiffonniers autour du syllogisme suivant : «Faut-il considérer ces apparitions comme une réalité virtuelle projetée par un monde réel et donc qui existe ou, au contraire, comme une réalité concrète projetée par un monde virtuel, et qui n’existe pas ?» Nous sommes en plein délire philosophico-scientifique.

En d’autres termes, faut-il considérer ces objets visibles comme une manifestation de la réalité ou comme la réalité d’une manifestation invisible ?

Qu’importent les arguments des uns et les spéculations des autres. Une chose paraît arranger tout le monde et tous les laboratoires de recherches : la science est en présence de phénomènes qui la dépassent, sur lesquels elle n’a aucune prise.

Elle ne peut ni les identifier ni les prévoir et reste donc totalement impuissante.

New York nous a donné l’occasion de rouvrir ce vieux dossier des ovnis qui passionne des millions de personnes dans le monde, et à cette occasion nous rappellerons que dans cette même ville, des apparitions tout aussi étranges ont eu lieu, il y a quatre ans sur la façade d’une célèbre église : la vision de l’image du Christ !

Des milliers de citoyens incrédules ont fait la queue pour la voir. Le FBI a même ouvert une enquête pour s’assurer qu’il n’y avait pas de canular à la source. En vain.

Qui a projeté cette image sur les murs, comment a-t-il pu le faire et surtout par quel miracle a-t-il réussi un pareil défi technologique impossible à réaliser en l’état actuel de la science.

Des chercheurs à l’écoute

Des organismes gouvernementaux très sérieux ont créé des cellules et des veilles d’écoute pour enregistrer d’éventuelles ondes radio qui proviendraient d’une autre galaxie...

Les scientifiques ont généralement horreur des réalités non prouvées. Au point que nombre d’entre eux ont quitté ce monde sans jamais croire en Dieu, ni à ses nombreux signes. Les trois religions monothéistes attestent pourtant de la présence d’un Créateur.

Depuis quelques années, un certain nombre de chercheurs, notamment des astronomes échafaudent des hypothèses de plus en plus hardies, de plus en plus téméraires.

Les spéculations ont l’avantage de libérer non seulement l’imagination mais surtout l’intuition. Un savant russe, un communiste qu’on ne peut accuser de fanatique religieux, a eu ce mot qui en dit long sur la dimension infinie de l’univers : «Ce serait faire preuve d’orgueil et de prétention que de croire que nous sommes seuls dans l’univers. C’est une aberration que de le penser.»

D’autres chercheurs qui ont fait l’effort de se débarrasser du conformisme et de l’orthodoxie scientifique, n’ont pas hésité à mettre les pieds dans le plat en posant tout simplement et tout bêtement la question qui brûle toutes les lèvres : «Et si ces ovnis dont la vitesse et la capacité de mouvement n’ont rien de commun sur terre et dont on ne connaît ni la structure ni la provenance étaient après tout des engins venus de l’espace ?» Cette hypothèse pour osée qu’elle soit et si elle n’a pas encore soulevé l’enthousiasme des physiciens, est pourtant en train de gagner du terrain aujourd’hui.

Du reste des laboratoires et des organismes gouvernementaux très sérieux ont créé des cellules d’écoute, des veilles d’écoute pour enregistrer d’éventuelles ondes radio qui proviendraient d’une autre galaxie.

Des ondes radio ont, en effet, été reçues mais la communauté scientifique a été incapable d’en situer la source, d’en identifier l’origine et surtout d’en interpréter le contenu, si tant est qu’il y a un contenu.

Bien sûr, ce ne sont pas quelques ondes radio et quelques centaines d’ovnis venus de l’espace ou d’on ne sait où qui confirmeront l’existence de civilisations extraterrestres. Seulement, rien ne justifie leur présence ou la fréquence de leur apparition.

Un savant américain a trouvé sans doute un début de solution : «Nous avons toujours pensé que nous étions la dernière création de l’univers et que nous fermons la boucle. Et si au contraire nous étions la première et que la voie était ouverte à d’autres spécimens, à d’autres formes et peut-être à d’autres intelligences ?»

Un sujet très recherché par les cinéastes

Si la présence d’ovnis dans le ciel a contraint des chercheurs à passer des nuits blanches en laboratoire, elle a fait, en revanche, la fortune de nombreux écrivains qui ont exploité le filon. Le cinéma et la télévision s’empareront vite du sujet.

Aujourd’hui, les grands films à succès ont pour décor des planètes étranges de l’espace avec toutes sortes de créatures bizarres.

Source Infosoir Imaad Zoheir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 23:22
Mystère - "Ne pas ouvrir avant 2012" Le paquet a révélé son contenu
Mysterieux-paquet.jpg
Un mystérieux paquet scellé il y a 100 ans et précieusement conservé depuis dans le musée de la petite ville norvégienne d'Otta a finalement révélé son contenu.
Un mystérieux paquet scellé il y a 100 ans et précieusement conservé depuis, va finalement révéler son contenu. Verdens Gang
«26 août 1912, ne pas ouvrir avant 2012, signé Johan Nygaard» sont les mentions figurant sur ce paquet de 9 cm d’épaisseur et lourd de 3kg. Le paquet jauni par le temps est conservé précieusement au musée de la petite ville norvégienne d’Otta à 300km au nord d’Oslo.
Mystère.
Survivant à deux guerres mondiales, égaré pendant les travaux de la mairie, puis retrouvé, le paquet aura traversé le XXe siècle, sans jamais avoir été ouvert, la mention figurant sur son emballage ayant été ainsi respectée. A quelques heures de son ouverture le contenu du paquet reste un mystère.
Un homme élégant, des fermiers et des Écossais
Le peu d’informations connues à propos du paquet provient d’une lettre rédigée par un journaliste de l’époque, témoin de la remise du colis par l’auteur au maire de la municipalité. Le reporter y décrit Johan Nygaard comme un homme élégant, ayant une certaine prestance et qui aurait de manière très solennelle délivré son paquet en mains propres au maire en déclarant : «Le contenu de ce paquet sera bénéfique aux générations futures et les ravira».
Paysans contre soldats.
Selon le conservateur actuel du musée d’Otta, la date de remise du paquet ne serait peut-être pas étrangère à la nature de son contenu. En 1612, une bataille opposa des paysans de la région à des soldats écossais qui rejoignaient la Suède. Contre toute attente, les fermiers sortirent vainqueurs de cet affrontement faisant de cette date une journée historique dans la région. 300 ans plus tard, le 26 août 1912, après une journée de commémoration à laquelle il avait activement pris part, Johan Nygaard remis son mystérieux colis.
De l’or, des bijoux, un trésor, des documents secrets, le journal de Johan Nygaard, le contenu du paquet fait fantasmer et est sur toutes les lèvres dans le petit village norvégien. La réponse ce soir, lors d’une cérémonie d’ouverture à 19h au musée, et en direct sur internet.
Ouverture du colis
A 18h30, dans une salle des fêtes pleine à craquer, et après un court spectacle de danse et musiques folkloriques, le fameux colis a été ouvert. Subtilement empaqueté, le contenu s'est alors révélé à l'audience présente et aux nombreux internautes connectés à l'évènement :
- une lettre,
- deux étoffes ressemblant à un drapeau et une bannière,
- de nombreuses coupures de presse d'époque,
- plusieurs carnets de note.
A première vue, pas de fabuleux trésors, ni de mystérieux secrets.Les conservateurs du musée avaient cependant l'air ravi devant la montagne de lecture qui les attend dans les carnets, les lettres et les diverses notes.
Les jours qui viennent nous révèleront la vraie valeur du contenu des écrits trouvés dans le colis.
Source Sciences et Avenir Damien Hypolite
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 16:09

Développement durable et écocitoyenneté
Un pari sur l’avenir

plage et eaux usees

Eaux souillées 

«Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire, pour l’honneur, mais sans illusion.»..Théodore Monod, explorateur et humaniste.
Destiné à répondre «aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins», selon la définition de la Commission des Nations unies présidée en 1987 par Gro Harlem Brundtland, le développement durable prône une prise en compte de l’environnement dans les politiques de développement. Il englobe aussi les dimensions économique et sociale, comme cela a été rappelé lors du Sommet de Johannesburg en 2002, mais aussi culturelle. De fait, la prévention des catastrophes naturelles, la lutte contre le VIH/sida, la gestion de l’eau ou encore la réduction de la pauvreté relèvent de ce concept.
«À la différence de l’éducation à l’environnement, qui vise la préservation des ressources naturelles, le développement durable est centré sur l’homme», précise Claude Villeneuve, directeur de la chaire en éco conseil à l’université du Québec à Chicoutimi (Canada). Et c’est bien l’homme, invité à changer ses comportements, qui est au cœur de la Décennie des Nations unies pour l’éducation en vue du développement durable (2005-2014).
Les jeans poussent-ils dans les arbres? La question est saugrenue. C’est le but. Il s’agit de frapper l’imagination des élèves et de les inciter à réfléchir sur leurs vêtements: en quoi ils sont faits, d’où ils viennent, comment ils finissent leur vie...À partir de là, les enfants sont incités à imaginer des histoires en s’inspirant du cycle de fabrication de leurs chaussures de sport ou de leur blouson. Une telle démarche fait presque figure d’exception tant le développement durable peine à se faire une place dans les programmes scolaires. Pourtant, depuis son apparition en 1987, l’idée a fait son chemin. La vogue du commerce équitable, des aliments biologiques ou les placements éthiques en témoigne. Plus significative encore: la remise du prix Nobel 2004 à la militante écologiste kenyane Wangari Maathai «pour sa contribution au développement durable». (1)
Un défi de taille
La destruction des écosystèmes et l’épuisement des ressources menacent le bien-être de l’homme à moyen terme. Un exemple: la quantité d’eau disponible par habitant est passée de 12.900 m3 en 1970 à moins de 7000 m3 aujourd’hui et elle devrait descendre à 5100 m3 en 2025. Autre indicateur inquiétant: dix-sept des plus grandes zones mondiales de pêche ont atteint ou dépassé leurs limites naturelles (Source: FAO).
Mais savoir que la planète est menacée ne suffit pas à infléchir les attitudes au quotidien. Encore faut-il en prendre acte. La plupart des recherches conduites sur les habitudes des consommateurs montrent que la relation entre la prise de conscience et l’action est faible. Les études réalisées dans les pays industrialisés montrent en effet que 5% seulement des consommateurs ont adopté un mode de vie compatible avec le développement durable.
Dans ce contexte, l’éducation a un rôle-clé à jouer. Mais ayant à voir aussi bien avec nos modes de production, de transport, d’alimentation ou de construction, le développement durable ne peut être enseigné comme une autre matière, au même titre que la biologie ou l’algèbre.
Il s’agit donc moins de faire sien un concept abstrait que de cultiver une forme de citoyenneté appliquée à nos gestes quotidiens. Chacun peut en faire l’expérience, en préférant par exemple les produits de saison. Des raisins d’Argentine ou des melons de Sao Paulo importés par avion et achetés en Algérie en mars, consomment en effet 24 fois plus d’énergie que le même fruit acheté en juin et cultivé localement. «Le développement durable commence à sa porte. Il suffit de prendre conscience que chacun de ses actes compte», insiste Claude Villeneuve. Reste ensuite aux autres acteurs de la société à prendre le relais. Changer les attitudes est important et l’éducation peut y aider, précise Clayton White, mais nous devons aussi créer les institutions sociales, économiques et politiques qui permettent d’inscrire le développement durable dans les faits.
A sa façon élégante Nicolas Hulot ne s’arrête pas d’attirer l’attention des décideurs et des citoyens sur l’imminence du danger climatique. Le long métrage Le Syndrome du Titanic de Nicolas Hulot est annoncé comme un «cri d’alarme et un cri d’espoir». Il appelle à un changement radical et immédiat de notre consommation. D’un côté, 6,5 milliards d’êtres humains. De l’autre, ou plutôt sous leurs pieds, une planète, amochée, mais encore solide. Comment consommer sans entamer de façon rédhibitoire les ressources physiques de la Terre? Nous envoyons chaque jour 75 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, c’est-à-dire 3 millions de tonnes de CO2 à l’heure, ou encore 50.000 tonnes de CO2 à la minute! Ensuite, parce que cette ultraconsommation est mal répartie. Si tous les habitants de notre planète, demain, consommaient comme un Américain, une seule planète ne suffirait pas. Il en faudrait 4. Cette impasse décrite par le Club de Rome au début des années 1970 est désormais largement admise(2).
Le bien-être n’est pas proportionnel à notre consommation matérielle. Il faut redéfinir ce que nous appelons le confort. La débauche de choix dans les supermarchés est-elle le signe de notre liberté ou le témoin de notre accoutumance? Le bien-être consiste à trier dans les possibles et à se priver de certains choix. Et derrière cela, il doit y avoir des décisions politiques. Je cite souvent, écrit Nicolas Hulot, cette pensée d’Einstein: «Notre époque se caractérise par la profusion des moyens et la confusion des intentions.» Nous ne manquons pas de moyens mais il nous faut préciser nos intentions, exercer notre choix. Or, choisir c’est renoncer: nous ne pourrons pas être sur tous les fronts. Pouvons-nous, par exemple, continuer de mettre chaque année dans les budgets militaires des sommes 30 fois supérieures à ce qui permettrait de sortir l’humanité de la misère?
A titre de comparaison, brûler 1 litre d’essence, dégage 2,3 kilos de CO2. Le cycle de vie d’une voiture correspond à 50 tonnes de CO2. Une recherche sur Google au moins 0,02 gramme - voire 7 grammes selon un scientifique. Quant aux chiffres mondiaux, les activités des 6 milliards et quelque d’êtres humains ont dégagé environ 27 milliards de tonnes de CO2 en 2007, soit 4,5 tonnes par personne et par an. Un paquet de chips de 35 grammes=75 grammes de CO2.
L’homme produit, consomme, et jette ses déchets sans arrêt et sans pitié pour son environnement ou pour le monde qui lui fournit ses ressources. Comment peut-on donner une image, comment peut-on représenter la consommation d’un seul être humain ou d’un groupe? Pour donner un visage à notre consommation les écologistes ont développé une sorte de comptabilité des ressources: l’empreinte écologique. - La moyenne mondiale de l’empreinte écologique est de 2,5 ha par personne. - Un Européen a besoin de 5 ha pour maintenir son niveau de vie. Si tout le monde consommait autant qu’un Européen, il faudrait l’équivalent de deux planètes supplémentaires. - Un Américain du Nord a besoin du double d’un Européen pour maintenir son niveau de vie. Si tout le monde consommait comme un Américain, il faudrait cinq planètes supplémentaires.
Ressources vitales
L’humanité peut être durable si elle veut s’en donner les moyens, ce qui passe notamment par le partage et l’autolimitation. Un seul exemple pour illustrer: il faut 15.000 m² de terres agricoles pour nourrir un Occidental moyen et entre 1000 et 2500 m² pour nourrir un végétarien. Aurons-nous assez de ressources pour nous nourrir? Au-delà des angoisses et des peurs, la véritable grande question posée par le peuplement sera celle des ressources: les pays, les sols, la Terre pourront-ils nourrir - et supporter - une population de 9 ou 10 milliards d’habitants?
Pour en revenir à la situation de débâcle écologique actuelle, le malheur viendra des modes de vie dépensiers occidentaux, des politiques industrielles, des égoïsmes nationaux, de comportements que nous pourrions changer. Selon le rapport 2008 de l’Agence internationale de l’énergie (World Energy Outlook 2008), nous passerons de 700 millions de voitures à 1400 millions qui rouleront encore au pétrole en 2030, émettant plus de 10 milliards de tonnes de C02 qui vont stationner dans l’atmosphère et mettront 120 ans pour disparaitre. Le changement climatique est en marche, cette course vers l’abîme a déjà ses victimes dans les pays démunis Le respect des niches écologiques et de l’espace vital propres aux autres grandes espèces n’a pas été prévu dans les calculs de l’empreinte écologique qui est éminemment anthropocentriste. Nous n’aurons bientôt plus que 800, 400, 200, 50... mètres carrés pour vivre, sur un sol biologiquement mort, dans un décor nu, pollué, galvanisé. Dieu a dit à Adam et à Eve: «Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-là; ayez autorité sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, sur tout ce qui est vivant et qui remue sur la terre.» (Genèse 1,28). C’est à partir de ce précepte que nous avons défini L’empreinte écologique. Peut-être qu’il faille mieux appliquer ce hadith: «Irhamou man Fi al ardh yarhamkoum man fi sama.» Prenez soin de tout ce qui vit sur Terre, il sera pris soin de vous au ciel.
C’est, écrit le professeur Michael Klare, une ère de guerres pour les ressources, qui nous attend. John Reid, le secrétaire à la Défense britannique, a averti que le changement climatique global et l’épuisement des ressources naturelles se conjuguent pour accroître la probabilité de conflits violents portant sur la terre, l’eau et sur l’énergie. Selon lui, le changement climatique «rendra encore plus rares des ressources, l’eau propre, la terre agricole viable, qui sont déjà rares» et cela va «accroître plutôt que décroître la probabilité de conflits violents». Dans un rapport de 2003 il écrivait: «La violence et les turbulences découlant des tensions créées par des changements abrupts du climat impliquent une menace pour la sécurité nationale, différente de ce que nous avons l’habitude de voir aujourd’hui. (...)
Des confrontations militaires peuvent être déclenchées par un besoin désespéré de ressources naturelles comme l’énergie, la nourriture et l’eau plutôt que par des conflits autour de l’idéologie, de la religion ou de l’honneur national.
» Et même si ces désastres sociaux vont se produire principalement dans le monde en développement, les pays plus riches seront entraînés dans la spirale de tels troubles, soit en participant à des opérations de «maintien de la paix et d’aide humanitaire», soit en ayant à repousser des immigrants non désirés ou encore en ayant à combattre outre-mer pour l’accès à des approvisionnements en nourriture, pétrole et minéraux.
«Dans ce monde d’Etats guerriers» prédisait en 2003 un Rapport du Pentagone, «la prolifération des armes nucléaires est inévitable». Au fur et à mesure que le pétrole et le gaz naturel vont s’épuiser, de plus en plus de pays se rabattront sur l’énergie nucléaire pour satisfaire leurs besoins d’énergie, et cela «va accélérer la prolifération des armes nucléaires avec le développement par les pays de capacités d’enrichissement et de retraitement de l’uranium dans le but de garantir leur sécurité nationale. La supériorité militaire peut apporter l’illusion d’un avantage dans les luttes pour les ressources vitales à venir, mais ne peut pas nous protéger des ravages du changement climatique mondial...En fin de compte, notre seul espoir d’un futur sûr et garanti réside dans une réduction substantielle de nos émissions de gaz à effet de serre et dans une collaboration avec le reste du monde pour ralentir le rythme du changement climatique mondial».
Ilya Prigogine résume ainsi l’ampleur du bouleversement introduit dans la sphère des savoirs: «Sur quelle branche s’engagera le XXIe siècle? Quel futur pour le futur? (...)» «Avec la notion de la probabilité, les idées de l’incertain et des futurs multiples font leur entrée même dans les sciences du microscopique. (...) Nous allons d’un monde de certitudes à un monde de probabilités. Nous devons trouver la voie étroite entre un déterminisme aliénant et un univers qui serait régi par le hasard et, dès lors, inaccessible à notre raison.»(3)
Pour en revenir à l’écologie, l’écocitoyenneté fait référence à l’écologie: la citoyenneté s’exerce aussi vis-à-vis de l’environnement et de la nature. Le citoyen a des devoirs envers la planète sur laquelle il vit, et l’environnement dans lequel il évolue. Ces devoirs sont indispensables, car ils sont le garant du maintien des ressources vitales de la Terre. Il s’agit donc pour chaque citoyen de se comporter quotidiennement en acteur de la préservation de l’environnement, en accomplissant des écogestes dans la vie de tous les jours.
L’écocitoyen trie ses déchets, économise l’énergie, protège la nature, consomme de façon responsable. Il s’informe sur les bonnes pratiques à accomplir, sensibilise son entourage aux écogestes et essaie de faire évoluer les mentalités et de faire changer les comportements. La démarche écocitoyenne ne concerne pas seulement les particuliers: toutes les organisations, entreprises, collectivités, institutions doivent mettre en oeuvre des actions écocitoyennes. Elles s’inscrivent ainsi dans une démarche globale de développement durable.
(*) Ecole nationale polytechnique
1.Wangari Maathai-Conjuguer la planète au futur: les jeans poussent-ils dans les arbres? Unesco le 23 mai 2005
2.Nicolas Hulot: Interview http:
//www.terra-economica.info/a4459.html Walter, Yannick Labrousse Nicolas Hulot: «Nos écogestes ne sont pas à la hauteur des enjeux»/Temps machine. Le 30/03/2009
3.Ilya Prigogine dans Jérôme Bindé: L’avenir du temps. Jalons pour une éthique du futur. Le Monde Diplomatique. Mars 2002.
Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 07:44

Vers une relecture de l'histoire de France contemporain

francois hollande 

«Français et Algériens partagent une même responsabilité, celle de se dire la vérité. Ils le doivent à leurs aînés mais aussi à leur jeunesse. [...] La France considère qu'il y a place désormais pour un regard lucide et responsable de son passé colonial si douloureux et en même temps un élan confiant vers l'avenir.» Lettre de François Hollande à Abdelaziz Bouteflika

Un événement a secoué la classe politique française; il s'agit de la commémoration de la Rafle du Vél d'Hiv. Pour rappel, la rafle a été préparée de longue date. Depuis la Conférence de Wannsee, en janvier 1942, Eichmann organise les convois de déportation dans toute l'Europe. Il sollicite les représentants nazis dans les territoires occupés pour exécuter des rafles et organiser des convois vers Auschwitz. En France, c'est le chef du service juif du SD en France occupée de fin 1940 à juillet 1942, qui est chargé d'organiser la rafle. Il est sous les ordres du général Oberg, chef des SS et de la police allemande en France. Pour cela, il négocie avec la police française qui accepte de collaborer et d'organiser seule la rafle! Les policiers Jean Leguay et René Bousquet négocient avec Dannecker. Ils mettront la police française à la disposition des Allemands pour faire la rafle.
En Algérie, le sort des juifs ne fut pas meilleur. La première chose qu'a faite le pouvoir colonial en Algérie c'est de rapporter le décret Crémieux, Hannah Arendt soutient, dans Les Origines du totalitarisme (1951), que le préalable à l'extermination des juifs est la dépossession de leur statut de citoyen, les réduisant ainsi à la «vie nue» d'un être humain dénué de tout droit. La société était en grande partie antisémite et en Algérie, il n'était pas rare de voir des défilés de la Croix-de-Feu du colonel de La Rocque. En février 1941, l'amiral Darlan prend la tête du gouvernement. En juin 1941, il nomme le général Weygand, gouverneur général de l'Algérie. La «Légion» est le support politique du régime pétainiste, dont la devise «travail, famille, patrie» remplace le triptyque républicain «Liberté, égalité, fraternité» Les hobereaux de la colonisation clament leur attachement au maréchal Pétain. Et, aux quatre coins du pays résonne l'hymne «Maréchal nous voilà».
Pourquoi un crime aussi abominable?
Cette folie meurtrière visant les juifs ne fut pas une singularité. Comme l'écrit si bien Sophie Bessis, «Le nazisme ne fut pas une rupture mais une continuité». C'est tout le XIXe siècle qui fit le lit du nazisme avec les mythes récurrents des races supérieures défendues par les Renan, Arthur de Gobineau, voire des prix Nobel de médecine comme Richet. Il en sera de même en Angleterre avec Joseph Chamberlain et Rudyard Kipling et en Allemagne avec Hegel pour qui l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire...
En fait, la rafle du Vél d'Hiv n'est pas que le fruit de la soumission aux Allemands mais aussi l'aboutissement de siècles d'antisémitisme décomplexé, bien ancré dans le fond rocheux d'une partie de la société française. Cet antisémitisme de deux millénaires d'âge, qui plonge ses racines dans l'histoire du Christianisme et des juifs déicides. Cependant, il y eut parmi les fonctionnaires des gens qui ont dit non à l'ordre hitlérien. Cette affaire soulève bien en réalité le devoir d'obéissance du fonctionnaire en cas de force majeure, des fonctionnaires qui se sont émancipés de ce devoir. Ils ont contribué à sauver - à l'instar de Jean Moulin- l'honneur des corps de l'État.
Pour rappel, les deux séries de mesures antijuives, celles d'octobre 1940 et de juin 1941, n'avaient pas plus soulevé de protestations de la part des autorités religieuses qui restaient le plus fidèle soutien du régime. (...) Néanmoins, à partir de la mi-1942, on assiste à un revirement de l'opinion publique. Le port de l'étoile jaune avait suscité la réprobation de beaucoup de Français. Une partie des 225.000 juifs, qui ont réussi à échapper à la déportation, a bénéficié du silence, de la complicité ou de l'aide active d'un très grand nombre de Français qui sont restés, pour la plupart anonymes.
Il en est de même d'un fait ignoré qui est l'apport des Algériens - Français du second collège à l'époque - à la Résistance française à une époque où beaucoup de Français, le plus souvent par peur devant un pouvoir répressif sanguinaire, abandonnèrent leurs concitoyens de confession juive. Que dire, en effet, de ces émigrés qui, malgré leurs conditions sociales désastreuses, eurent le courage de risquer leur vie pour sauver des Français juifs abandonnés par tous du fait de la répression allemande? Le tract suivant résume mieux que cent discours l'empathie de ces «Justes». Nous lisons «Hier à l'aube, les juifs de Paris ont été arrêtés. Les vieux, les femmes et les enfants. En exil comme nous, travailleurs comme nous. Ils sont nos frères. Leurs enfants sont comme nos propres enfants - «ammarach nagh». Celui qui rencontre un de ces enfants doit lui donner un abri et la protection des enfants aussi longtemps que le malheur - ou le chagrin - durera. Ce tract fut rédigé en tamazigh -sans doute pour ne pas être compris par la police- circulait parmi les émigrés algériens kabyles lors de la rafle des juifs le 16 juillet 1942 à Paris. Ainsi, les émigrés algériens - sous prolétariat français - pendant la colonisation, avaient décidé d'aider les juifs à s'enfuir et les ont cachés. Dans le même ordre, on se souvient que la Mosquée de Paris servit de lieu de résistance. Les Algériens du FTP (Francs-tireurs partisans) avaient pour mission de secourir et de protéger les parachutistes britanniques et de leur trouver un abri. Les FTP ont par la suite, porté assistance à des familles juives, des familles qu'ils connaissaient, ou à la demande d'amis, en les hébergeant dans la mosquée, en attente que des papiers leur soient fournis pour se rendre en zone libre ou franchir la Méditerranée pour rejoindre le Maghreb. (1)
L'appréciation de la rafle du Vél d'Hiv depuis la Libération
Depuis la Libération, cet événement a été apprécié différemment. Pour l'Histoire, De Gaulle l'a totalement ignoré, De Gaulle avait considéré que la légitimité française, la continuité républicaine s'incarnaient à travers lui et son action à la tête de la Résistance. Vichy n'était pas la République, et c'est pour cette raison, scène célèbre, qu'il avait refusé, le 27 août 1944, de suivre le conseil de Georges Bidault qui lui avait demandé de proclamer la République au balcon de l'Hôtel de ville de Paris. Il n'y avait pas à rétablir ce qui n'avait jamais cessé d'exister.
Mitterrand ne pouvait pas renier ses années de jeunesse, qu' il a cachées. En 1969, dans son livre «Ma part de vérité», il déclarait: ´´S'il est vrai que j' eusse été d' extrême droite dans ma jeunesse, je jugerais plus honorable d' être où je suis aujourd'hui que d' avoir accompli le chemin inverse, où l' on se bouscule, semble-t-il.´´ (pp.21-27) On sait maintenant que si Mitterrand a fait partie des VN, les Volontaires Nationaux, soit les Croix-de-Feu du colonel de La Rocque. Mitterrand prononça deux conférences encensant les Croix-de-Feu en janvier 1935. En février 1935, il a pris part à une manifestation étudiante «contre l' invasion des Métèques». Le 5 mars 1936, il fait partie de ceux qui ont manifesté 'contre le juif Jèze'. Gaston Jèze était un professeur qui fut pris à partie par ses étudiants d' extrême droite pour avoir soutenu l'Ethiopie envahie par Mussolini. (...) Il écrira dans l' Echo de Paris, très marqué à droite, proche du PSF, le parti de La Rocque. «Et puis après, pendant la guerre, on connaît mieux, la Francisque, la proximité de la Cagoule, la résistance tardive mais réelle.» On pourrait continuer, par exemple on fait de Mitterrand le champion de l' abolition de la peine de mort, alors que lorsqu'il était ministre de l'Intérieur pendant la Guerre d'Algérie, on n' a jamais autant coupé de têtes, pour finalement aboutir à la peine de mort en 1981.
Pour Mitterrand, la République française était irresponsable. Lors du Conseil des ministres du 8 février 1993, où fut lu le décret instituant la ´´Journée nationale commémorative des crimes et persécutions racistes et antisémites commises par l'autorité de fait dite gouvernement de l'État français´´, François Mitterrand rappela alors comment était née la synthèse politique et juridique gaullo-mitterrandienne sur la question de l'incarnation française durant l'occupation.
En 1995, le président Jacques Chirac avait admis officiellement l'implication française dans ces crimes commis sous le régime de Vichy. ´´La France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux.´´ Cette reconnaissance solennelle, par un président de la République, du rôle de la France, avait été une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. ´´L'honneur fut sauvé par les Justes, et au-delà par tous ceux qui surent s'élever contre la barbarie (...) L'honneur de la France était incarné par le général de Gaulle qui s'était dressé le 18 juin 1940 pour continuer le combat. L'honneur de la France était défendu par la Résistance, cette armée des ombres qui ne se résigna pas à la honte et à la défaite.´´
Nicolas Sarkozy, en juillet 2007, s'était contenté de dire: ´´Il n'y a rien à ajouter, rien à retrancher à son très beau discours.´´ ´´François Hollande a reconnu à son tour que l'arrestation de milliers de juifs lors de la rafle du Vél d'Hiv, en juillet 1942, était un ´´crime commis en France, par la France´´.» (2)
Il y eut, on l'aura compris, une levée de boucliers à gauche comme à droite. Selon Jean-Pierre Chevènement, François Hollande fait ´´comme si Pétain était la France´´. Il regrette que François Hollande ´´a malheureusement omis de dire que les crimes commis par les policiers et les gendarmes français, lors de la rafle du Vél d'Hiv, l'ont été sur l'ordre de l'Etat français de Vichy collaborant avec l'Allemagne nazie.´´ Selon lui, tenir un tel discours, ´´c'est occulter les accords passés avec la gestapo par René Bousquet, alors secrétaire général de la police, agissant pour le gouvernement de Vichy. C'est faire comme si Pétain était la France et comme si le véritable coup d'Etat opéré le 10 juillet 1940 par un gouvernement de capitulation, n'avait pas existé.´´ (3)
François Hollande veut assumer une histoire de France sereine
A deux reprises, écrit Thomas Wieder, déjà, il a pu s'en rendre compte. La première fois, ce fut le 15 mai, jour de son investiture. Pour son
premier discours prononcé hors de l'Elysée,
M.Hollande avait choisi de rendre hommage à Jules Ferry (1832-1893). Ce choix fut critiqué. A gauche et à droite, des voix s'élevèrent pour rappeler que le père de l'école gratuite, laïque et obligatoire avait aussi été un farouche défenseur de la colonisation, convaincu que ´´les races supérieures (...) ont le devoir de civiliser les races inférieures´´. Dans son discours, il évoqua les´´égarements politiques´´ de Ferry: ´´Sa défense de la colonisation fut une faute morale et politique´´, dit-il. La polémique, de cette façon, se trouva étouffée dans l'oeuf». (4)
«Ces jours-ci, poursuit l'auteur, M.Hollande peut de nouveau constater que l'histoire demeure, comme on le dit souvent, une ´´passion française´´. Deux semaines avant son intervention, Serge Klarsfeld, président de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France, demandait ainsi dans Le Monde si l'héritier politique de François Mitterrand ´´confirmer [ait] la vision de Chirac´´, à savoir la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la Shoah? Dimanche 22 juillet, M.Hollande l'a rassuré. Mais en disant que ´´le crime fut commis en France, par la France (...) D'ici à 2017, trois dossiers attendent en effet le chef de l'Etat. Le premier, par ordre croissant d'intensité, concerne la Grande Guerre, dont on célébrera le centenaire en 2014. (...) Autre dossier sensible: le génocide des Arméniens, dont le centenaire tombera en 2015 et dont M. Hollande s'est engagé à en pénaliser la négation. (...) A l'heure où la France essaie de se rapprocher de laTurquie, (...) Dernier dossier, enfin: la guerre d'Algérie. C'est à la fois le plus urgent et le plus explosif. Le plus urgent parce que 2012 est l'année du Cinquantenaire de l'Indépendance, et que la France, jusque-là, n'a rien commémoré officiellement».
François Hollande et sa nouvelle approche des relations algéro-françaises
Justement qu'en est-il des relations algéro-françaises sous l'angle mémoriel, il semble que François Hollande engage une rupture. Thierry de Cabarrus en décrit les signes: «De l'anniversaire de l'indépendance de l'Algérie aux commémorations de la rafle du Vél d'Hiv, François Hollande a pris à bras-le-corps son rôle de chef d'État en prônant l'apaisement, la réconciliation et l'humilité. (...) Qu'on n'aille pas lui chercher des poux dans la tête! François Hollande est un président normal en ce sens qu'il affronte le passé de la France avec lucidité, courage et ce qu'il convient de sentiment de repentance pour solder enfin une Histoire douloureuse. François Hollande prend la peine d'expliquer aux Tuileries qu'il glorifie le grand ministre de l'Éducation, mais qu'il condamne sa ´´faute morale et politique´´. (..) Le dernier acte spectaculaire, c'est le fameux discours du dimanche 22 juillet devant la plaque commémorative de la rafle du Vél d'Hiv à Paris».
«Un autre signe poursuit l'auteur, passé inaperçu, démontre la volonté qu'a François Hollande de solder les dettes de la France avec son passé. Ainsi, de la relation franco-algérienne. Le 5 juillet dernier, alors que l'Algérie célèbre les cinquante ans de son indépendance, le chef de l'État adresse une lettre à son homologue, le Président Bouteflika. Une façon claire et sans détour de répondre à l'invitation de ce dernier qui souhaitait, le 8 mai dernier, ´´une lecture objective de l'Histoire´´ (...) Le chef de l'État a eu trois occasions de refonder sur de nouvelles bases les liens entre la France et l'Algérie. Le 17 octobre 2011, c'est le candidat qui commémore les massacres des manifestants algériens en 1961, en allant déposer une gerbe sur le pont de Clichy. Ce fils d'un militant farouche de l'Algérie française déclare alors: ´´Je voulais être là, fidèle à la promesse que j'avais faite. Je suis venu témoigner de ma solidarité aux enfants, petits-enfants de ces familles endeuillées par ce drame.´´ Le 19 mars 2012, pour le cinquantième anniversaire de la signature des Accords d'Évian, François Hollande publie une tribune dans les quotidiens El Watan et Le Monde: ´´La France et l'Algérie, écrit-il, ont un travail en commun à mener sur le passé pour en finir avec la guerre des mémoires.´´ Enfin, le 11 avril 2012, le candidat salue la mémoire du président Ben Bella décédé quelques jours plus tôt, et il ajoute: ´´Je forme le voeu que les peuples algérien et français puissent s'engager dans une nouvelle ère de coopération.´´» (5)
Il n'y a pas de raison de douter, François Hollande veut changer les choses, il semble opter pour la vérité, soyons, en tant qu'Algériens, au rendez-vous pour aller enfin, de l'avant.
1.Chems Eddine Chitour http://www.legrandsoir.info/ce-que-fut-la-colonisation-l-oeuvre-positive-de-l-algerie-envers-la-france.html
2.Bruno Roger-Petit Vichy et Vél d'Hiv: Hollande a-t-il raison de rompre agoravox 24-07-2012
3. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vel-d-hiv-chevenement-en-desaccord-120456
4.Thomas Wieder, Hollande face aux pièges de l'histoire. Le Monde 25.07.2012
5.Thierry de Cabarrus François Hollande président des réconciliations Nouvel Obs.23-07-2012

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 23:31

France - Spectaculaire rebond du moral des ménages français alors que...

francois hollande

 

SONDAGE L’enquête BVA-Avanquest relève un regain d’optimisme inédit chez les Français, même en période postélectorale. L’indicateur est dans le vert pour la première fois depuis 2007.

François Hollande marcherait-il sur l’eau? C’est la question après l’incroyable retournement du moral économique des Français, dans la foulée des premières semaines d’exercice du nouveau président de la République. En termes de redressement d’une vague à l’autre, jamais le baromètre de confiance n’avait progressé aussi rapidement en un seul mois : de -32 à +9, c’est plus de 40 points d’indice qui ont été gravis! Unique exploit. Un indice rassurant pour le nouveau pouvoir avant les élections.

Alors que la vague précédente de l’enquête BVA-Challenges-Avanquest – réalisée trois jours après le deuxième tour de l’élection – ne marquait aucune amélioration du moral des Français, ce dernier décolle de manière très spectaculaire trois semaines après son entrée en fonction. Et retrouve un solde positif, pour la première fois depuis… l’élection de Nicolas Sarkozy. L’arrivée du précédent président, en mai 2007, avait même été créditée d’un +17, mais c’était avant la crise, avant que le climat économique, toujours très lourd, ne plombe notre enquête.

Source challenges Vincent Beaufils

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 05:15

Réponse à «non, l’homme ne descend pas du singe !»

statue de darwin

Darwin ...De  la théorie de l'évolution des espèces

 

Monsieur, étant moi-même médecin, j’ai lu avec intérêt votre article intitulé : «Non, l’homme ne descend pas du singe !» Au bout de quelques lignes, je me suis étonné de la teneur pseudo-scientifique de celui-ci.

En effet, la science étant l’étude du monde matériel et de son fonctionnement ne peut inclure des assertions ou des sujets métaphysiques. Une analyse scientifique digne de ce nom ne devrait se baser que, uniquement, sur des faits, rien que des faits dépouillés de toute appréciation subjective. Le fait de réfuter un concept scientifique, une hypothèse ou théorie en se basant sur des textes religieux ou des dogmes religieux sclérosés ne peut être pris pour argent comptant en matière de science ! Le discours scientifique est basé sur une critique constructive reposant sur un socle solide bâti par l’analyse des faits. Cette analyse en question doit aussi inclure, si nécessité il y a, des disciplines aussi diverses que les mathématiques, la physique, la chimie, etc. sans pour autant sortir hors contexte. Ainsi, on ne peut infirmer la théorie de l’évolution en se basant sur des modèles mathématiques par exemple. Depuis Darwin, les différents schémas évolutionnistes se sont succédé affirmant ou infirmant tel ou tel concept, qui, souvent, reposent sur l’analyse paléontologique des fossiles. Cependant, avec l’avènement de la génétique et de la biologie moléculaire, beaucoup d’études évolutionnistes on vu leurs hypothèses initiales se confirmer par l’expérience, notamment celles ayant trait à la microévolution, qui, d’ailleurs, ne relèvent plus de l’hypothèse mais de la constatation. Chez certains virus, par exemple, la barrière d’espèce a été franchie et cela a été constaté de visu par différentes expériences. Enormément d’études de ce genre ont été menées et tendent toutes à affirmer que l’évolution est un fait constaté chez beaucoup d’être vivants. Actuellement, le problème qui se pose, en revanche, est comment celle-ci procède ? La sélection naturelle est-elle une loi universelle ou devrions-nous relativiser son action ? Des questions que se posent Yves Copens et d’autres évolutionnistes à la suite de différentes découvertes récentes qui tendent à montrer qu’il existe des espèces qui ont évolué en un temps rapide à la suite de bouleversements environnementaux brutaux et importants, ce qui ne cadre pas avec le schéma classique évolutionniste de la sélection naturelle lente dans le temps. Ces études se focalisent également sur le caractère épigénétique de certaines transformations. En effet, des gènes découverts récemment sont incriminés dans la reconnaissance de ces changements environnementaux et adaptent l’organisme de telle ou telle espèce de génération en génération. Il est ainsi indéniable que l’évolution soit un fait constaté, mais le problème réside dans la manière dont celle-ci opère chez les différentes espèces existantes sur terre ; et c’est là que résident les questionnements, les recherches et analyses des scientifiques. Monsieur, vous parlez de preuves sans les citer en évoquant des expériences physiques-métaphysiques ? Sachez que la probité doit transparaître des schémas d’études du scientifique, cher Monsieur. Aussi, et ça ne vous échappera pas sûrement, à moins de ne pas avoir un esprit scientifique, que la métaphysique ne fait pas partie du champ d’étude de la science moderne. Pour étoffer un tant soit peu vos propos, vous évoquez Stephan Hawking et Edward Witten, qui sont, respectivement, un illustre physicien et un brillant mathématicien. Je ne vois pas ce que viennent faire ces deux grands scientifiques en matière de science de l’évolution ? Cependant, la seule chose que peuvent apporter ces deux disciplines — les mathématiques et la physique — est le problème du rôle du hasard dans l’évolution des espèces, qui commence actuellement à être de plus en plus contesté par les évolutionnistes honnêtes. En attendant, vos preuves, qui, j’espère, ne découlent pas des thèses boiteuses, subjectives et ascientifiques des créationnistes, je vous cite une phrase d’Albert Einstein qui en dit long sur le hasard : «Le hasard n’est que le fruit de notre ignorance.»

Source Le Soir d’Algérie Dr Sadoun Amirouche,

Médecin, praticien en neurochirurgie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 07:01

«I will always love you...»

whitney-houston-2-.jpg 

Après Michael Jackson, une autre voix nous quitte, à l'âge de 48 ans, la veille des 54es Grammy Awards, les «Oscars» de la musique aux Etats-Unis.

La chanteuse et actrice américaine, Whitney Houston, l'une des artistes pop ayant vendu le plus de disques, est morte samedi à 48 ans dans un hôtel de Beverly Hills. Selon le site people TMZ, premier à avoir donné l'alerte, la chanteuse serait morte noyée dans la baignoire de sa chambre. Selon des sources policières citées par le site, aucune drogue n'aurait été retrouvée sur place, mais les policiers auraient trouvé plusieurs boîtes de médicaments vides. Une autopsie devrait être pratiquée pour déterminer les causes exactes du décès de la diva de la pop.
Une personne de son entourage a appelé les secours à 15h43 et lorsque ces derniers sont arrivés quelques minutes plus tard dans la chambre du quatrième étage, des membres du personnel de sécurité de l'hôtel étaient déjà en train de tenter de la ranimer. Son décès a été prononcé peu après. Selon CNN, ce serait son compagnon, le chanteur de R&B Ray-J, qui a prévenu les secours.
«La voix»
Surnommée «La Voix», Whitney Houston a dominé la scène musicale américaine de pop et de soul dans les années 1980 et 1990, et vendu 170 millions d'albums. Parmi ses plus grands hits figurent «How Will I Know», «Saving all My Love for You» et «I Will Always Love You», chanson phare de l'année 1992 et du film «Bodyguard» où elle partageait l'affiche avec Kevin Costner. Cousine de Dionne Warwick et fille d'une choriste Cissy Houston, elle est née le 9 août 1963 à Newark (New Jersey) et s'était lancée dans la musique après un peu de mannequinat et des participations à des sitcoms.
Depuis le début des années 2000, des problèmes de toxicomanie ont valu à Whitney Houston de faire souvent la Une de la presse populaire, tandis que son créneau musical a été occupé par des chanteuses plus jeunes comme Mariah Carey puis Beyoncé ou Rihanna.
En 2009, après des années d'absence artistique au cours de laquelle elle a fait parler d'elle autant pour ses démêlés avec la drogue que pour sa carrière, Whitney Houston a publié un nouvel album «I look to you», salué par la critique. «Je peux résister à la douleur, mais ma vie ne se résume pas à cela», chante-t-elle dans la chanson «Nothin but love», présente sur son dernier album.
Vieux démons
En 2010, elle avait dû annuler une partie de sa tournée européenne et être hospitalisée à Paris pour une infection respiratoire et était toujours confrontée à ses démons qui lui ont valu une nouvelle cure de désintoxication au printemps dernier. Sa dernière apparition publique remonte à jeudi, où elle a été aperçue devant une discothèque d'Hollywood débraillée et désorientée, selon la chaîne ABC. Elle y avait également eu une altercation avec une célébrité de télé-réalité, selon le Hollywood Reporter.
Sa mort intervient à la veille des 54es Grammy Awards, les «Oscars» de la musique aux Etats-Unis, qui doivent se tenir dimanche soir (hier Ndlr) à Los Angeles et qu'elle avait remportés à six reprises. Les organisateurs de la cérémonie des Grammys ont fait savoir sur CNN que la cérémonie serait maintenue mais elle devrait être radicalement modifiée afin de lui rendre hommage.

Source L’Expression

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:11

«François Hollande a une relation affective avec votre pays»

francois hollande

Les visas et les dossiers économiques ont été au centre de l'intervention de l'ambassadeur devant la presse.

Monsieur Xavier Driencourt, ambassadeur de France à Alger, s'est exprimé hier à Alger sur les relations liant l'Algérie et la France, dans une conférence de presse organisée dans l'espace Mille et une News à Alger.
Le représentant de l'Etat français s'est attelé à expliquer, devant un panel de journalistes, sa vision et la nature des relations entre Alger et Paris. D'emblée, l'orateur est revenu sur son audition par une commission parlementaire de son pays.
Pour rappel, l'ambassadeur de France a été questionné par des députés sur la situation politique de l'Algérie, au lendemain de la chute du système politique tunisien et la fuite de l'ex-président Benali. «Je me suis inscrit en faux contre ceux qui pensaient que le système algérien allait connaître le même sort que le pouvoir tunisien de Benali», a-t-il avoué.
Par ailleurs, le diplomate s'est amplement attardé sur la période 2007-2012. Il fera de cette période un arrêt sur image et la passera à la loupe. D'après lui, les années 2007-2008 étaient une période très difficile. Elle est liée à l'affaire des moines de Tibhirine, la sortie du film Hors-la-loi, la loi sur la repentance. Il souligne l'amélioration, plus tard, du climat des relations avec le lancement de certains grands chantiers avec l'Algérie et notamment avec la désignation de l'ex-Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, pour donner un souffle nouveau et débloquer les dossiers économiques pendants. Excepté le dossier de Renault et de Lafarge, 10 dossiers ont été réglés, précise-t-il. La question de la circulation des personnes n'a pas été évacuée du débat. Selon l'ambassadeur de France, le traitement des dossiers de visa est une procédure uniquement administrative. Chiffres à l'appui, 128.000 demandes de visa ont été formulées dont 100.000 ont reçu un avis favorable, a précisé M.Xavier Driencourt, déduisant que «le taux de réponses négatives a reculé de 28% par rapport à l'année antérieure». Interrogé sur la convocation par les services de l'ambassade de France des détenteurs de visa après leur voyage à l'étranger, le conférencier a expliqué qu'il s'agit d'une catégorie de voyageurs (il ne dit pas laquelle) représentant uniquement 4,25% de voyageurs. A une question relative à la politique que conduirait, envers l'Algérie, la gauche française dans le cas où François Hollande serait élu président de l'Etat le printemps prochain, il affirmera: «Je ne sais pas encore ce que pourrait être la politique de Hollande envers l'Algérie, mais je sais qu'il a une relation affective avec votre pays. L'ancien premier secrétaire du Parti socialiste a effectué son stage pratique à Alger en 1978», a déclaré Xavier Driencourt à l'Expression.

Source L’Expression Mahmoud Chaal

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0