Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 23:06
Humour – Essayez donc de perdre votre chat…. !!!
 
Un mari qui hait le chat de sa femme décide de l'emmener en voiture à 20km de là.
Il l'abandonne et retourne à la maison, à son arrivée le chat l'attend sur le pas de la porte.
Nerveux il reprend le chat et l'emmène à 40 km de à puis l'abandonne de nouveau, à son arrivée à la maison le chat l'attend sur le pas de la porte.
Furieux il reprend le chat et fait 10 km  par la droite, puis 25 par la gauche, 30 km vers le Nord, et 25 km vers le Sud.
Il abandonne le chat et repart.
Au bout d'un moment il appelle sa femme avec le portable :
-                      Chérie, juste une question, le chat est-il là?
-                     - Oui il vient d'arriver pourquoi ?
- Passe moi ce connard au téléphone, je suis perdu.

De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 23:40
Le nouveau dictionnaire

AMI, AMIE - parmi vos relations, un membre du sexe opposé qui souffre d'un certain défaut dont l'existence rend l'idée de coucher avec lui ou elle vraiment peu appétissante.

ATTRACTION - acte qui consiste à associer l'envie de copuler à une personne en particulier

CLIN D'OEIL - méthode utilisée par une femme libre pour faire comprendre à un homme qu'il l'intéresse. Cette pratique, enseignée aux femmes dès leur plus jeune âge, comporte des difficultés : beaucoup de femmes ont quelque peine à regarder un homme droit dans les yeux, non pas à cause d'une éventuelle timidité, mais parce que le regard de l'homme est plutôt braqué sur leur poitrine.

COEUR - siège de la passion chez les femmes. Ceci montre bien le respect des règles de l'adaptation dans l'évolution féminine, la femme n'ayant, on le sait, ni queue ni tête.

CONTRACEPTION- permet d'éviter la grossesse grâce à des tactiques diverses : pilules, diaphragme, préservatif... ! ou passer beaucoup de temps avec les enfants des autres.

COUP DE FOUDRE - ce qui arrive lorsque se rencontrent deux personnes très excitées, mais peu sélectives.

DON JUAN - nom propre devenu commun, et qualifiant un homme dont la bonté naturelle le pousse à participer au bonheur d'un maximum de représentantes de l'autre sexe dans le temps le plus réduit possible. Au féminin, ce mot se transforme en «SALOPE». On ignore pourquoi.

FACILE - qualificatif utilisé pour décrire une femme qui a la même moralité sexuelle qu'un homme.

FLEUR - végétal décoratif et odoriférant qu'on offre aux femmes, AVANT.

FLIRT - le machin dans la main, la main dans le machin, mais jamais le machin dans le machin.

FRIGIDE - terme utilisé par l'homme pour décrire la femme qui a moins d'appétit sexuel que lui.

HABITUDE - le plus grand ennemi de l'amour.

INDIFFÉRENCE - attitude d'une femme vis-à-vis d'un homme, qui est interprétée pa! r cet homme comme «jouer les allumeuses».

INTÉRESSANT! E - voca ble utilisé par un homme pour décrire une femme qui le laisse conduire la conversation à sa guise.

LOI DE LA RELATIVITÉ - loi selon laquelle l'attraction ressentie pour une personne donnée est directement proportionnelle à l'absence d'attraction que l'on ressent pour la personne avec laquelle on a effectivement rendez-vous ou avec laquelle on sort.

MANIES IRRITANTES - ce que deviennent, après quelques mois de vie commune, ces chers petits travers qui à l'origine ont attiré deux personnes l'une vers l'autre.

NYMPHOMANE - terme utilisé par l'homme pour décrire la femme qui a plus d'appétit sexuel que lui.

PORTE-JARRETELLES - accessoire féminin dont la disparition au profit du collant a pesé lourd dans la faillite de nombreux cinémas de quartier.

POSSESSIVE - terme utilisé par l'homme pour décrire la femme qui attend de la vie plus que des rapports sexuels suffisamment fréquents.

PRÉTENTIEUSE - qualificatif utilisé pour décr! ire une femme qui souhaite rester vierge jusqu'au mariage.

SALOPE - qualifie une femme qui a des rapports intimes avec tout le monde, sauf l'homme qui utilise ce vocable. Voir aussi «DON JUAN».

SLIP - accessoire féminin qui devient superflu au-de là de la deuxième rencontre.

SOBRIÉTÉ - condition dans laquelle il est pratiquement impossible de tomber amoureux.

SORTIR ENSEMBLE - forme verbale qui décrit le fait que deux personnes, généralement du sexe opposé, passent en fait le plus clair de leur temps à rentrer de concert.

SPERMATOZOÏDE - germe masculin d'une Maladie Sexuellement Transmissible très courante appelée grossesse.
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 23:38

En attendant Jésus

Un monastère attend la visite du pape. Pour préparer la venue de sa sainteté, un archevêque visite le monastère pour vérifier la culture du personnel. Dans un premier temps, il croise un simple moine et lui pose la question :
- Dis-moi, mon fils, où est né Jésus ?
- A Nazareth.
- Très bien mon fils.

Dans un second temps, il croise un simple jeune curé et lui pose la question :
- Dis-moi, mon fils, où est mort Jésus ?
- Au mont Golgotha, mon père.
- Très bien.

L'archevêque croise alors le jardinier en train de tondre le gazon :
- Dis-moi, mon fils où est né Jésus ?
- Je sais pas répond l'homme en se grattant le nez.
- Et dis-moi, sais-tu où est mort Jésus ?
- Pas plus...
L'archevêque sursaute et explique à ce jardinier les connaissances minimales à retenir lors de la venue du pape.
Pour ne pas les oublier, le jardinier inscrit les réponses à savoir sur sa tondeuse.

Le grand jour arrive, e! t le pape jase avec plein de monde. Il contrôle le moine, des religieuses et différents employcés. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Et voilà qu'il s'approche du jardinier qui est appuyé sur sa tondeuse.
- Dis-moi, mon fils, où est né Jésus ?
Le jardinier se penche discrètement vers sa tondeuse et dis fièrement :
- A Nazareth, mon père.
- Très bien ! Et sais tu où est mort Jésus ?
Le jardinier se penche encore sur sa tondeuse...
- Au mont Golgotha et je sais même comment s'appelait les deux larrons qui étaient crucifiés en même temps que lui.
- Ah oui !!!
- Oui, oui, répond l'homme en se penchant, ils s'appelaient BLACK et DECKER...
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 21:45

 Humour - Il ronfle

 

Deux Belges se rencontrent sur la rue.

- Voyons, mon vieux, tu es tout cerné. Tu as l'air malade. Qu'est-ce qui se passe.
- Je ne dors plus. Je n'arrive plus à dormir car je ronfle. Et quand je ronfle, je me réveille.
-Pauvre vieux. As-tu consulté un médecin?
-Non, je vais commencer par coucher dans la chambre d'à côté

 

De la part d’une Correspondante

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 23:36

L'avocat et la petite vieille

L'avocat de la couronne d'une petite ville appelle son premier témoin à la barre. Il s'agit d'une vieille dame. Il s'approche d'elle et lui demande :

- Madame Tremblay, savez-vous qui je suis ?

- Bien sûr que je vous connais Monsieur Baril. Je vous connais depuis que vous êtes haut comme trois pommes. J'ai même changé vos couches quand vous étiez petit. Et franchement, vous m'avez beaucoup déçu. Vous êtes devenu un menteur, vous trompez votre femme, vous manipulez les gens et vous parlez dans leur dos. Vous pensez que vous êtes une étoile montante mais vous ne serez jamais rien de mieux qu'un petit avocat de seconde classe. Oui, Monsieur Baril, on peut dire que je sais très bien qui vous êtes.

L'avocat est saisi. Ne sachant pas quoi faire, il pointe l'avocat de la défense et demande au témoin :

- Madame Tremblay, savez-vous qui est l'avocat de la défense ?

- Et bien oui, on peut dire que je connais Monsieur Leblanc. ! Je l'ai gardé quand il était petit et j'ai changé ses couches à lui aussi. Lui aussi m'a beaucoup déçu. C'est un gros paresseux qui fait tout pour ne pas travailler. Il boit comme un trou et il est incapable de bâtir une relation solide avec une femme. En plus, son bureau d'avocat est l'un des plus mauvais de la région et il survit en fraudant les impôts. Oui, on peut dire que je le connais très bien.

Sur ces remarques surprenantes, les gens se mettent à parler dans la cour et le juge doit ramener le silence. Il demande aux deux avocats de s'approcher et leur dit tout bas :

- Si l'un de vous demande à Madame Tremblay si elle me connaît, je lui colle immédiatement un outrage au tribunal et il se retrouve en prison dans les 5 minutes.
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 23:01

Quelques extraits du Cid

Le Cid, Acte 1 , Scène 4 - le Monologue de Don Diègue

Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?
Mon bras qu'avec respect tout l'Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
Ô cruel souvenir de ma gloire passée !
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d'où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher Le Comte,
Et mourir sans vengeance, ou vivre dans la honte ?
Comte, sois de mon prince à présent gouverneur ;
Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur ;
Et ton jaloux orgueil par cet affront insigne
Malgré le choix du roi, m'en a su rendre indigne.
Et toi, de mes exploits glorieux instrument,
Mais d'un corps tout de glace inutile ornement,
Fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette offense,
M'as servi de parade, et non pas de défense,
Va, quitte désormais le derniers des humains,
Passe, pour me venger, en de meilleurs mains.
Une petite version Pied Noir dans un contexte différent
Dodiez marchand de brochettes place du gouvernement, reçoit un coup de soufflet, sur la tête, asséné par gongormatz.
 
Il prend sa savate pour taper sur gongormatz, mais son vieux bras faiblit.
 
Qué rabbia qué malheur pourquoi c'est qu'on vient vieux
mieux qu'on m'aurait levé d'un coup la vue des yeux
travailler quarante ans négocient des brochettes
que toujours l'amateur chez moi y s'les achète
pour voir un falampo qui me tape en dessur
ac mon soufflet tout neuf qu'il est mort ça c'est sur
ce bras qu'il à fait le salut militaire
ce bras qu'il à levé des sacs de pons de terre
ce bras qu'il à gagné tant de barroufas
ce bras ce bras d'honneur voila qu'il fait tchouffa
et toi q'y en a rien fait calamar de savate
 
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 23:02
Qui a osé
 
Attention ne pas confondre La clinique ou se fait opérer votre épouse
et le garagiste ! Le téléphone peut être très dangereux
 
Les joies du téléphone
Le téléphone a évolué, et le plaisir de se retrouver ainsi par la voix,
est devenu une banalité.
Mais on ne peut plus s' en passer.
Parfois des dérapages sur les circuits peuvent entraîner
des conséquences peu banales
_____________________________________________

Voici la mésaventure de Mr DUBOIS qui demande des nouvelles
de sa femme venant d' être opérée dans une clinique au Québec
- Allo c' est la clinique ?
- oui Monsieur
- le docteur Dupont ?
- lui-même...
- ici Monsieur Dubois, comment cela c' est passé l' opération de ma femme? ...
________________________________________________
 
Au même moment par suite d' une erreur de manipulation du standard,
Monsieur Dubois se trouve en communication avec un garagiste
qui était lui-même en communication avec l 'un de ses clients.
- Allo, Monsieur vous m' écouter ?
- oui
- Comment va t 'elle?
- Parfaitement nous la ramènerons à domicile, demain matin.
- Oh cela à bien réussi alors..
- Oui mais quelle corvée...
Nous lui avons démonté tout l' intérieur, il y avait des organes
qui étaient en mauvais état et qui aurait pu vous occasionner
de graves embêtements.
On les a remplacés et maintenant elle est comme neuve.
Dès demain vous pourrez vous en servir.
- M 'en servir ?
- Sans craintes, je crois que vous serez content.
Nous lui avons diminués le trou d 'admission qui était trop large,
vous y allez trop fort, sans doute.
- Mais Monsieur...
- Oui, il n' y a aucun doute.
L' usure des parois nous le prouve, vous devriez la graisser davantage.
- Ça c' est trop fort...
- Et puis je vais vous dire votre piston est usé, il ne vaut plus rien.
Nous lui avons introduit un piston plus gros que le votre et nous
avons été émerveillé du résultat.
Nous lui avons également changé le trou de sortie qui était trop étroit.
- Le trou de sortie ?
- Oui, par où s' échappe les gaz, il était absolument bouché.
Nous lui avons passé un fil de fer et maintenant c 'est un plaisir de l' entendre péter.
- Mais enfin Monsieur...
- Faudra la ménager
-Allo .
- En tout cas elle va très bien pour le moment,
je l'ai essayé moi-même hier soir, elle a très bien rendu,
ce matin nous sommes montés à 5 dessus.
- Allo ! Vous m'écoutez ?
Allo Monsieur ???
_____________________________________________

... Monsieur Dubois avait perdu connaissance
et il a fallu ensuite le transporter dans un asile de fous ..
.
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 23:39
Histoires vraies dans le domaine de la délinquance  
 
L'intelligence " y est souvent pour rien!
 
1).Seattle - Un homme tentant de siphonner de l'essence d'un mobile home a eu plus qu'il n'en demandait. La police, arrivant sur les lieux du crime a trouve un homme malade, roule en boule a cote du mobile home, avec un mélange d’excréments et d'urine créant une flaque a cote de lui. Le porte-parole de la police a déclare que l'homme a admis qu'il voulait siphonner le véhicule mais qu'il a introduit le tuyau dans le réservoir des toilettes par erreur. Le propriétaire du véhicule a refuse de porter plainte, déclarant qu'il n'avait jamais autant ri!
 
2) Quand 2 employés d'une station service du Michigan ont refuse de donner la caisse a un voleur visiblement saoul, le voleur les a menace d'appeler la police. Comme ils refusaient toujours, le voleur a appelé la police et fut arrêté.
 
3) Un homme portant un bas sur la tête tenta de voler la caisse d'un supermarché. Quand la police arriva, il attrapa rapidement un panier et fit semblant de faire ses courses... oubliant les bas qu'il portait...
 
4) Louisiane: Un homme entra dans un magasin, posa un billet de $20 sur le comptoir et demanda de la monnaie. Quand l’employé ouvrit la caisse, L'homme brandit un revolver et demanda a l’employé de lui donner tout le cash, ce qu'il fit. Le voleur pris l'argent et s'enfuit rapidement, laissant le billet de $20 sur le comptoir. La somme dérobée était de $15.
 
5) 1997, Canada. Une canadienne appela la police en se plaignant qu'elle s’était faite avoir lors d'une vente de drogue. Elle déclara qu'un homme lui a vendu de la cocaïne mais quand elle fut chez elle, elle trouva que ca ressemblait a de la farine. La police envoya un agents de narcotiques pour vérifier la substance. Bien sur, il s'agissait bel et bien de cocaïne, la femme fut rapidement arrêtée pour possession de drogue.
La RCMP (Royal Canadian Mounted Police) encourage toute personne pensant s’être faite avoir lors d'un deal de drogue a se faire connaître...
 
6) 1996, Texas. Amy Brasher, 45 ans, fut arrêté a San Antonio après qu'un garagiste rapporta a la police que 18 paquets de marijuana étaient caches dans le compartiment moteur de la voiture qu'elle a amené pour une vidange. D’après la police, Brasher a déclaré qu'elle n'avait pas réalisé que le garagiste doit ouvrir le capot pour changer l'huile...
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin 
Partager cet article
Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 23:37

La putain de Las Vegas

Albert et Nicole s'envolent pour Las Vegas. Un voyage d'une semaine. Ils descendent dans un de ces spectaculaires hôtels-casinos. Pendant qu'ils attendent pour aller voir un spectacle, une jeune fille, un véritable pétard, s'approche d'Albert et commence à lui parler. Il la repousse d'un geste sec.

- Voyons Albert, pourquoi agir ainsi, elle est sympathique cette petite.

- C'est une prostituée.

- Hein. Je ne te crois pas. C'est ton imagination. Elles ne veulent pas des types comme toi, mais des jeunes. Tu fantasme. Ça te monte à la tête.

- Je te dis.

Le spectacle terminé, Albert aperçoit la fille à nouveau.

- Nicole, tu veux que je te prouve que c'est une prostituée.
- Oui, parce que je ne te crois pas.

- OK, on monte à la chambre, elle m'a glissé une carte avec son numéro de teléphone cellulaire... Dans l'ascenceur, Albert annonce son plan.

- Je l'invite à la chambre et tu te caches dan! s la garde-robe. Laisse la porte ouverte, un tout petit peu, pour que tu puisses voir et entendre.

- Tu ne va pas...

- Non. Non. Fais ce que je te dis.

Nicole se glisse dans la garde-robe. Il téléphone à la fille et l'invite à la chambre. On cogne à la porte. C'est la fille.


- Alors mon trésor, tu as changé d'idée. Tu ne le regretteras pas. Ta femme n'est pas là? Tu sais, si tu veux partager, c'est 50$ de plus.

- Non, elle est partie faire des achats. Bon, c'est combien?

- 125$ pour le service de base plus 50$ pour chaque extra.

- Minute! C'est bien cher! Je ne voulais pas payer plus de 25$

- Désolé mon pit, mais c'est comme ça. Et puis je ne n'aime pas me déplacer pour rien. Dans le fond, t'es juste un tata.
Elle claque la porte.

- Tu vois, Nicole, je te l'avais dit. C'est une prostituée.

- Ben oui, je n'en reviens pas. Elle est si belle et si jeune.

Le lendemain, al! ors qu'Albert et Nicole sont assis à une table de jeu, la fill! e s'appr oche et donne une petite tape sur l'épaule d'Albert.

- Salut le tata! Tu vois qu'on n'a pas grand chose pour 25$
 
De la part d’une Correspondante

Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 23:06

Ah! les appareils modernes...

 
 
 
Un vendeur décide de réserver dans un hôtel moderne ...
 
Réalisant qu'il avait besoin d'une coupe de cheveux avant sa rencontre du
lendemain matin, il téléphone à la réception et demande si il y a un barbier
sur place...
 
Désolé répondit le garçon nous n'avons pas de barbier dans l'hôtel, mais au
bout du corridor de votre étage il y a une machine automatique qui devrait
vous donner le service désiré.
 
Sceptique mais intrigué, le vendeur trouve la machine, met $15.00, et se met
la tête dans l'ouverture. A ce moment la machine commence à faire du bruit
et à tourner. Après 15 secondes le vendeur sort sa tête et regarde
attentivement son apparence dans le miroir à côté de la machine et réalise
qu'il a une très belle coupe de cheveux, la meill eur de toute sa vie...
 
Quelques pieds plus loin une autre machine automatique porte une affiche
disant : Manucures, $20,00...
 
Il se dit pourquoi pas ? Met l'argent met ses mains et la machine commence à
faire des sons et a bouger. 15 secondes plus tard il retire ses mains et
elles sont parfaites, un très beau manucure.
 
Il y a une troisième machine un peu plus loin avec une affiche disant
 
Cette machine donne un service dont les hommes loin de leurs épouses ont
besoins  $0.50*
 
Le vendeur regarde des deux côtés et met $0.50 dans la  machine, baisse le
fermoir de son pantalon, et insert son pénis dans le trou de la machine.
Quand la machine commence à faire du bruit et bouger, il jette un cri de
mort et perd presque connaissance, au bout de 15 secondes  la machine
s'arrête. Les mains tremblantes il réussi à retirer son pénis qui a
maintenant un beau bouton cousu au bout...
 
De la part d’une Correspondante
 
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0