Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 03:37

Santé - Marseille - Premier décès signalé d'une femme ayant porté des prothèses mammaires PIP

protheses-mammaires-PIP.jpg

Marseille - Une femme de 53 ans, ancienne porteuse d'implants mammaires PIP, est décédée lundi à Marseille d'un lymphome sans que l'on puisse pour l'heure établir formellement un lien de cause à effet, malgré la conviction de la famille et de la principale association de victimes.

Edwige Ligoneche s'était fait poser en 2005 des prothèses fournies par la société varoise PIP, accusée depuis d'utiliser du silicone industriel. Un an après, l'implant se fissurait, la patiente recevant alors une deuxième prothèse de même marque, jusqu'à ce que son chirurgien la recontacte en 2010, au moment où les pouvoirs publics lançaient l'alerte sur ces produits.

Début 2011, Mme Ligoneche développe une inflammation. En avril, le lymphome est diagnostiqué.

Sa soeur, Katia Colombo, a annoncé jeudi son intention de déposer plainte "pour homicide involontaire". Pour elle, le lien entre lymphome et prothèse ne fait aucun doute: "L'inflammation au sein était très localisée, c'était l'endroit où la prothèse s'était fissurée", a-t-elle dit à l'AFP.

Un avis partagé par l'association des Porteuses de Prothèses PIP (PPP), qui a révélé mercredi le décès de cette femme.

Selon Me Philippe Courtois, leur avocat, cette conviction est fondée sur une "lettre du cancérologue (de la victime) qui dit clairement que le lymphome s'est développé au contact de la prothèse qu'elle portait".

Contactée par l'AFP, la direction de l'Institut Paoli Calmettes, où Mme Ligoneche est décédée, a précisé que celle-ci souffrait du "lymphome anaplasique à grandes cellules" (ALCL), avec "antécédents de complications sur des prothèses mammaires".

Selon la même source, son cancérologue a notamment évoqué une étude de la FDA (l'agence américaine des médicaments, NDLR), publiée début 2011, concluant à un "lien possible" entre les implants mammaires et cette forme rare de cancer.

Pour l'agence des produits de santé (Afssaps), il s'agit du "premier" et "unique" cas de lymphome signalé à ce jour avec ce type d'implant, sans qu'il soit possible pour l'instant d'établir un lien de cause à effet.

L'Afssaps, qui a révélé l'affaire PIP en mars 2010 avant d'interdire l'usage de ces implants défectueux, a fait des "tests très approfondis" sur ce gel de silicone frauduleux, "qui n'ont pas démontré d'effets génotoxiques".

"Mais il faut qu'on fasse une évaluation pour savoir s'il faut revenir sur cette conclusion ou pas, mais là, franchement c'est totalement prématuré", a insisté Jean-Claude Ghislain, directeur de l'évaluation des dispositifs médicaux de l'agence.

Me Courtois a précisé vouloir "demander au procureur que toutes les expertises réalisées par l'Afssaps soient refaites complètement", rappelant que l'association avait porté plainte contre l'établissement public en novembre 2010.

Le Dr Dominique-Michel Courtois, médecin-expert de l'association PPP, a demandé au ministre Xavier Bertrand "un fonds d'indemnisation d'urgence" pour financer le remplacement des prothèses des 30.000 Françaises concernées.

Dans le même temps, la secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra, a rappelé que "l'explantation" et "la réimplantation dans le cadre de la reconstruction mammaire suite au cancer du sein" de ces implants étaient "pris en charge par l'assurance maladie". Mais la réimplantation de nouvelles prothèses pour des patientes y ayant eu recours pour raisons esthétiques n'est, elle, pas remboursée.

Le premier volet de l'enquête préliminaire du pôle santé du parquet de Marseille, ouverte en mars 2010, est clos. Il porte sur la tromperie dont l'entreprise varoise PIP est accusée et sera jugé courant 2012, a précisé une source proche du dossier.

Au total, plus de 2.000 plaintes ont été enregistrées par le parquet de Marseille, selon cette source, dans une affaire aux ramifications internationales, 300.000 femmes dans le monde étant concernées.

Source 20minutes.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 04:31

Santé – Les bienfaits de la Grenade, symbole de santé par excellence

grenade

La grenade est originaire de Perse (Iran).

La résistance de son écorce en fait un fruit de longue conservation et peu susceptible d'être abîmé pendant le transport. Raison pour laquelle elle a été l´un des aliments de base des nomades, qui l´appréciaient particulièrement lors des déplacements dans le désert, car sa pulpe, gorgée d´eau, permettait d´étancher la soif lors des grandes traversées du désert. C´est de cette façon qu´elle voyagea dans tout le moyen-Orient, vers l´Inde et même la Chine.

Elle débarque en Europe par l´Espagne grâce aux Maures. D´ailleurs, ce fruit aux mille vertus donnera son nom à la ville de Grenade au Xème siècle.

Du fait de ses nombreux arilles (ainsi se nomment ses pépins gorgés de jus), elle est symbole d´amour, de fertilité et de prospérité dans la Grèce et la Rome antique, en Mésopotamie et même en Asie. La grenade apparaît dans les trois grandes religions monothéistes : pour les chrétiens, elle est le symbole des perfections divines (il se pourrait même qu´Ève mangea une grenade, fruit de la connaissance, et non une pomme…) ; pour les musulmans, elle permet de lutter contre la haine et l´envie ; pour les hébreux loin de leur patrie, elle représente la Terre Divine.

Aujourd´hui, la grenade est cultivée dans la plupart des pays du sud de l´Europe, en Asie, en Afrique et même en Amérique du Nord et Amérique du Sud. Outre le fait qu´elle soit devenu un fruit à la mode, la grenade suscite un intérêt de plus en plus grand pour les chercheurs.

Voici les dernières découvertes de chercheurs concernant ce fruit :

D´après une étude récente, la grenade est un des fruits possédant le plus d´antioxydants, parmi lesquels les flavonoïdes, les tannins et l'acide ellagique. Sa teneur en antioxydants est supérieure à celle du thé vert et du vin rouge. Rappelons que les antioxydants permettent de freiner le vieillissement, de lutter contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers.
Consommez un quart de tasse par jour.

La consommation régulière de jus de grenade s´est avérée bénéfique dans la prévention de diverses maladies cardiovasculaires : réduction de lésions d'athérosclérose, amélioration de la circulation sanguine chez des patients atteints d´une maladie coronarienne, une diminution des taux sanguins de cholestérol total et de cholestérol-LDL, diminution de l´hypertension.
Consommez un quart à une tasse par jour.

La grenade permet également de lutter efficacement contre certains cancers tels le cancer de la prostate, le cancer du côlon et le cancer du sein. De nouvelles études ont démontré que chez des patients atteints de cancer de la prostate, les cellules cancéreuses diminuaient et que la résistance des lipides à l´oxydation augmentait. Tout cela grâce à l´absorption d´une tasse quotidienne de jus de grenade.
Consommez une tasse par jour.

De récentes études (réalisées chez l´animal) ont démontré que le jus de grenade a un effet sur les troubles neurologiques car il permet de protéger le cerveau du fœtus de lésions causées par un manque d´oxygène à la naissance. Il aurait un effet bénéfique notamment sur la maladie d´Alzheimer.
Consommez deux tasses par jour.

En médecine traditionnelle, la grenade est utilisée depuis des siècles pour lutter contre les troubles d´érection, les diarrhées, les coliques, la fièvre. Elle est utilisée comme vermifuge. Il existe même une boisson, le " sambu " élaborée à base de jus de grenade, permettant de lutter contre le surpoids, mais pouvant aussi être utilisée en cure de nettoyage interne.

Comme vous pouvez le constater, la grenade est un fruit aux mille vertus. Alors n´hésitez pas à en consommer le plus régulièrement possible.

Sirop de grenadine Maison

Coupez quatre grenades en deux et évidez-les dans un saladier à l´aide d´une petite cuillère. Passez les arilles au mixer. Puis passez le jus au chinois afin d´en retirer les graines. N´hésitez pas à presser avec vos mains afin d´obtenir le maximum de jus. Versez le jus dans une petite casserole. Ajoutez 400g de sucre et un bâton de cannelle. Faites cuire à feu doux jusqu`a la formation d´une écume sur le dessus quand le jus bouillonne. Retirez la casserole du feu et ôtez le bâton de cannelle. Filtrez le jus très finement. Transvasez le jus de préférence dans une bouteille en verre. Laissez refroidir. Votre Sirop de grenadine est prêt !

Source Magazine IDPH

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 03:56

Épicez, épicez, c’est bon pour votre santé !

epices-et-sante.jpg

 

 

Les épices, genre curcuma, curry, ne font pas vraiment partie de la cuisine classique, traditionnelle. Mais voyages et mondialisation sont passés par là qui nous ont fait redécouvrir les épices. Pour le plus grand bien de notre santé.

Épices, une affaire de sous
De tout temps, les hommes ont recherché les épices qui, pour la plupart, provenaient d’Inde ou d’Indonésie. Elles furent toujours l’objet d’un commerce fructueux. Plusieurs siècles avant notre ère, des convois de centaines de bêtes de bât rapportaient déjà ces précieuses denrées.
C’est en Inde, à la recherche d’épices, que Christophe Colomb avait le projet de se rendre et c’est parce qu’il s’est trompé de route qu’il a découvert l’Amérique, au Mexique.
Les épices étaient utilisées aussi bien en médecine et en cosmétologie que dans la cuisine, pour relever le goût, mais aussi conserver les aliments. Mais étant donné leur prix élevé, elles servaient également de monnaie d’échange : on payait aussi en épices, d’où l’expression payer en espèces.
Épices et cuisine
Pendant des siècles, les épices ont régné dans la cuisine avec plus ou moins d’intensité. A partir du xviie siècle, les cuisiniers se tournent plus volontiers vers les aromates (persil, cerfeuil, estragon, etc.). Au XIXe siècle, la consommation des épices diminue beaucoup : d’autres méthodes de conservation sont arrivées et la cuisine d’alors s’épure sérieusement. Au xxe siècle, Auguste Escoffier, en codifiant la cuisine française dans son "Guide culinaire" (1904), ne fera qu’amplifier ce nettoyage, conforté ensuite par la Nouvelle cuisine, qui se doit d’être légère et préserver les saveurs du produit. Les épices sont employées seulement dans des plats dits exotiques.
Mais la mondialisation, le mélange des populations et de leurs goûts, nous apportent maintenant une cuisine où les épices sont redevenues à la mode
Épices médicaments
Les épices ont toujours été utilisées, avant tout, pour leurs fonctions thérapeutiques. Leur usage culinaire en était la conséquence.
Elles étaient utilisées seules ou en mélange préparés par les médecins ou plus tard, au Moyen Âge, par les apothicaires, ces épiciers précurseurs des pharmaciens.
Ainsi, pendant des siècles, la peste fut combattue par des mélanges d’épices. Le poivre, le curcuma étaient utilisés pour leurs vertus "stomachiques" (digestives), la muscade pour ses pouvoirs antalgiques, toniques, antiseptique, antiparasitaire, le clou de girofle pour sa fonction anesthésique et antiseptique, etc.
Puis dans la médecine occidentale, les épices ont peu à peu été détrônées par les médicaments chimiques. Leurs utilisations thérapeutiques sont tombées dans le domaine de la phytothérapie ou ont été reléguées dans les "trucs de grand-mère". Mais les principes actifs de certaines épices, comme le clou de girofle par exemple, ont été intégrés dans des médicaments.
Les épices demeurent très présentes dans la médecine chinoise et dans l’yurveda, médecine de l’Asie du Sud. Tandis que maintenant, en Occident, on s’intéresse sérieusement et scientifiquement aux pouvoirs de certaines d’entre elles.
Épices antioxydantes
Certaines épices sont riches en antioxydants qui inhibent ou ralentissent le processus d’oxydation néfaste pour les artères. Des chercheurs l’ont récemment démontré en faisant absorber un repas bien épicé (poulet au curry, pain au romarin, biscuits à la cannelle) à des volontaires trop gros mais en bonne santé.
Les dosages sanguins effectués régulièrement après ce repas ont montré que l’activité oxydante dans le sang avait augmenté et que le taux de triglycérides (graisses) avait diminué. Ils en ont déduit que ces épices étaient bénéfiques pour prévenir les maladies cardiaques.
Cannelle et glycémie
Une des épices étudiées est la cannelle. Plusieurs études semblent bien démontrer ses heureux effets sur la glycémie : elle s’élève beaucoup moins quand on consomme un plat qui en est riche.
D’autres études sont, cependant, nécessaires, notamment chez l’homme, pour vérifier cette propriété de la cannelle.
L’huile essentielle de cannelle a aussi un pouvoir bactéricide, inhibant la croissance de la listeria et d’autres microbes du même genre.
Mettez un bâton de cannelle dans vos marinades, saupoudrez-en un peu dans une sauce de salade, dans du fromage blanc, dans un yaourt ; préparez des crèmes anglaises à la cannelle, turbinez-les pour en faire des glaces ou servez-les avec des fruits, une tarte au chocolat ; concoctez de la semoule ou du riz cuits dans du lait avec de la cannelle. Les recettes utilisant cette épice ne manquent pas !
Curcuma et cancer
On a constaté qu’en Inde où le curcuma et le curry (mélange d’épices dont le curcuma) sont très présents dans l’alimentation, les cancers étaient moins fréquents qu’en Occident. Il était logique de penser qu’il y avait un lien entre ces épices et la prévention de cette sale maladie.
Les études se sont multipliées qui démontrent que le curcuma, surtout quand il est combiné avec la pipérine (la molécule piquante du poivre) a un super pouvoir pour empêcher les cellules cancéreuses de se former et de proliférer. Y compris celles du cancer du sein.
Le curcuma existe en poudre et il condimente aussi bien des plats salés que sucrés : légumes sautés, riz pilaf, sauces, clafoutis et salade de fruits. Si vous manquez d’imagination, vous trouverez là des recettes au curcuma http://recherche.e-sante.fr/recettes?k=curcuma.
Ainsi, la boucle est en train de se boucler. Ce que l’on savait tout à fait empiriquement il y a des siècles sur le pouvoir des épices se vérifie peu à peu par les études scientifiques menées au xxie siècle. Ce qui ne peut que nous encourager à épicer notre cuisine !

Source Midi Libre

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 07:53

Santé - Concentration, mémoire, réflexion, sérénité : l’alimentation est essentielle pour assurer la réussite intellectuelle.

fruits-legumes-fibres.jpg

 

Ce qu’il faut mettre au menu pour garder son cerveau en pleine forme.

Nos neurones sont trop sollicités

Nous jonglons souvent entre 36 tâches… et souvent dans l’urgence ! Résultat : nos neurones sont trop sollicités et, si l’on n’y prend pas garde, ce surmenage les épuise. S’en suit une chute de tonus psychologique, avec un retentissement général : trous de mémoire, problèmes de concentration, perte la motivation, "déprime"... Il est temps de réagir, en commençant par revoir son alimentation.

Préférez les glucides complexes

Le cerveau a une activité énergétique très soutenue. A lui seul, il utilise un tiers des calories que nous consommons dans une journée ! Le glucose est son carburant principal. Ce glucose doit rester stable dans le sang, afin d’éviter les hypoglycémies, redoutables pour l’efficacité intellectuelle (chute du taux de sucre avec fatigue et sensation de faim). Pour cela, préférez les sucres complexes (pain complet, céréales complètes ou semi complètes, légumes secs, pâtes, riz…), aux sucres rapides (biscuits, bonbons, carrés de sucre…).

Associez fibres et protéines

Les repas doivent être l’occasion d’associer des fibres et des protéines aux sucres complexes.
Le petit déjeuner est essentiel pour mettre en route ses neurones : flocons d’avoine ou tartines de pain complet avec des œufs et du jambon, un fruit frais ou pressé, un yaourt.
Le dîner permet au cerveau de récupérer : une part de glucides complexes est obligatoire. Elle peut être apportée par des céréales (pâtes, riz, semoule, quinoa, sarrasin…) ou des légumes secs (lentilles, pois cassés, petits pois, pois chiches…), avec un peu de protéines (jambon, œuf, poisson, viande blanche). En entrée : des crudités, une salade ou une soupe. Et en dessert, un fruit. Ce dîner léger est aussi idéal pour mieux dormir.

Misez sur le magnésium

Le nutriment essentiel pour faire face au stress, à l’anxiété et au surmenage est sans conteste le magnésium. Le hic c’est qu’à la longue, nos réserves s’épuisent et une alimentation déséquilibrée n’arrive pas à reconstituer les stocks. Résultat : on peut avoir des carences entraînant fatigue, hyperexcitation, et déprime. Où trouve-t-on le magnésium ? Dans les céréales complètes, les légumes secs, les légumes verts, les oléagineux (noix, amandes), les poissons gras (saumon, sardine), les crustacés, les coquillages, certaines eaux minérales, et le chocolat noir (pas plus de deux carrés par jour). Peut-on prendre des compléments ? Oui mais demandez conseil à votre médecin ou pharmacien qui sauront vous indiquer le bon dosage.

N’ouliez pas les vitamines B et les omégas 3 !

Les vitamines du groupe B, en particulier les vitamines B1, B6, B9 et B12, jouent chacune un rôle important dans la synthèse des neurotransmetteurs et la transmission de l’influx nerveux. Or, les déficits en vitamines B sont de plus en plus répandus. Où trouver les vitamines B ? Dans les crudités, les fruits, les céréales complètes, le foie et les œufs. Huilez aussi vos neurones grâce aux acides gras essentiels, en particulier les oméga-3. Ils entretiennent la fluidité des membranes qui entourent les cellules (meilleure assimilation des nutriments et élimination des déchets). Au niveau cérébral, la fluidité membranaire favorise les échanges entre les neurones. Où trouver les omégas 3 ? Dans les huiles de colza et de lin, et les poissons gras (saumon, sardine, hareng, maquereaux).

Pensez à vous détendre !

Pour retrouver des neurones capables de bien fonctionner, mettons-les en veilleuse de temps en temps ! Apprenons à faire le vide mental en pratiquant un peu de méditation. Si on n’y arrive pas tout(e) seul(e), il faut s’inscrire à un cours de yoga, à des séances de relaxation ou de sophrologie. On peut aussi se vider la tête en faisant des longueurs de natation ou des tours de footing en forêt ou dans un square ou encore en marchant. On peut encore s’épanouir dans une activité manuelle ou artistique. Moralité : pour être au top, prenons enfin du bon temps plutôt que de nous presser sans cesse le citron !

Source Medisite

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 23:41

Le sexe c’est bon pour la santé !

couple

 

Faire l’amour, c’est d’abord une source de plaisir. Mais c’est aussi un facteur de vitalité. Une activité sexuelle régulière limite le stress, les déprimes, les troubles du sommeil, protège de certains cancers, de l’incontinence et des problèmes cardio-vasculaires !

Une arme antistress

Le sexe, c’est l’arme antistress ! Au moment de l’orgasme, le cerveau libère des substances très particulières, les endorphines (sorte de morphine naturelle fabriquée par l’organisme). Ces hormones, joliment baptisées "hormones du plaisir" parce qu’elles entraînent un profond sentiment de bien-être (à l’origine, elles servaient certainement à motiver la reproduction de notre espèce)… ces hormones donc, génèrent aussi un relâchement physique et musculaire (d’où la tendance à s’endormir après l’acte sexuel). Résultat : le sexe, c’est l’antidote à l’anxiété, le remède contre la déprime ou les troubles du sommeil !

Plus d’éjaculations, moins de cancers...

Une étude américaine menée en 1981 sur 6 226 prêtres avait conclu à un effet protecteur de l’abstinence contre le trop célèbre cancer de la prostate (40 000 nouveaux cas par an en France)… Heureusement, des travaux plus récents sont venus contredire ces résultats ! Les scientifiques penchent désormais en faveur d’une activé sexuelle régulière... Selon une enquête parue en 2004 dans le JAMA (The Journal of the American Medical Association) portant sur 30 000 hommes blancs, éjaculer fréquemment protégerait contre ce type de tumeur ! L’enquête a révélé que les individus ayant au moins 21 éjaculations par mois (la masturbation compte aussi !), ont 33 % de risques en moins de développer la maladie.

L’amour... c’est bon pour le coeur

Faire l’amour, c’est bon pour le cœur ! Des chercheurs ont montré qu’une activité sexuelle régulière ferait baisser la tension et diminuerait les risques cardiaques. Durant l’étreinte, l’excitation accélère le pouls et la circulation sanguine. Elle déclenche également un déferlement d’hormones (endorphines, adrénaline…) qui serait bénéfique pour le système cardio-vasculaire. Enfin, l’acte sexuel nécessite un effort physique qui non seulement concourt à la tonicité du muscle cardiaque, mais lui permet de brûler des calories… Seule restriction : en cas de maladies cardio-vasculaires graves, les rapports sexuels peuvent être contre-indiqués. Parlez-en à votre médecin.

Le sexe conserve !

Faire l’amour diminuerait les risques de cancer de la prostate, de problèmes cardio-vasculaires et limiterait le stress. Mais pour certains chercheurs, les échanges de micro-organismes entre partenaires augmenteraient aussi leur résistance immunitaire. Par ailleurs, une étude britannique publiée en 1997 a démontré, chez des hommes de 45 à 59 ans, que ceux ayant au moins deux relations sexuelles par semaine avaient un taux de mortalité deux fois plus bas que ceux qui ne faisaient l’amour qu’une fois par mois...

Le sexe fait maigrir !

30 minutes de coït feraient perdre jusqu’à 300 calories ! Pourquoi ? Un, parce que le sexe (comme toute activité physique) entraîne la combustion des sucres et des graisses stockées dans le tissu adipeux. Deux, parce que l’excitation suscitée par l’acte sexuel stimule les récepteurs à la noradrénaline, ce qui amplifie la mobilisation des graisses.
A noter : selon les recherches du professeur Ingrid Fleischer de l’université de Hambourg, les femmes qui avalent le sperme réussiraient à maigrir deux fois plus vite... Ce serait grâce à la substance alcaline (dont le pH est supérieur à 7) qu’il contient et qui agit comme un agent anti graisse.

Le sexe est un antidouleur

Parce qu’il commande la libération des endomorphines (les hormones du "plaisir"), l’acte sexuel est un excellent antidouleur ! Et pour cause, leur libération "est multipliée par 20 quand l’orgasme survient", précise le sexologue Gérard Leleu dans Le traité des orgasmes ! En clair : la jouissance sexuelle peut aider à soulager l’arthrose, les rhumatismes, ou encore les maux de tête (dommage pour l’excuse de la migraine !).

Le sexe évite la sécheresse vaginale

Faire l’amour favorise la lubrification du vagin. Pourquoi ? Parce qu’à chaque relation sexuelle, les tissus vulvaires et vaginaux (qui libèrent les sécrétions) sont un peu plus stimulés. Et ce n’est pas tout ! L’exposition de ces tissus au sperme a aussi un rôle préventif car le liquide séminal masculin est riche en prostaglandines (des substances grasses), en protéines et vitamines. Résultat : il nourrit et apaise les muqueuses féminines.

Le sexe prévient l’incontinence urinaire

L’acte sexuel est l’occasion de (re)muscler son périnée, donc de prévenir la survenue des fuites urinaires chez la femme ! Pourquoi ? Parce que lors du rapport sexuel (et surtout pendant l’orgasme), il y a contraction involontaire des muscles du plancher pelvien, ceux qui soutiennent notamment la vessie et l’utérus.

Par ailleurs : un périnée musclé offre plus de sensations, donc plus de plaisir !

Le sexe renforce les défenses immunitaires

Faire l’amour nous rendrait plus amoureux de l’autre et plus résistant. Pourquoi ? Parce que lors du rapport sexuel, on sécrète de l’ocytocine... La sécrétion de cette hormone du désir "est accrue au moment de l’orgasme, et persiste à un bon taux tant que le couple échange caresses, massages…", explique le Dr Gérard Leleu, sexologue, dans Le traité des orgasmes. Or, selon les recherches de la neurobiologiste Lucy Vincent, l’ocytocine aurait aussi un effet dopant sur le système immunitaire !

Sources

- Why Humans Have Sex, Cindy Meston et David Buss, Archives of Sexual Behavior, 2007

- Le traité des orgasmes, Dr Gérard Leleu, Editions Leduc, 2007

- Medisite Sophie Raynaud, journaliste santé et Aurélie Blaize

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 05:21

Le raisin est particulièrement recommandé pour ses vertus anti-oxydantes.

raisin.jpg

Riche en polyphénol, il préserve notre système cardio-vasculaire contre différentes maladies en réduisant l’apparition du mauvais cholestérol.
Le raisin rouge serait environ 2 fois plus antioxydant que le raisin vert. En effet, les raisins rouges contiennent une quantité plus élevée d’anthocyanines, des composés phénoliques antioxydants qui leur donnent leur coloration. Outre le contenu en anthocyanines, aucune autre différence majeure n’a été observée entre les raisins rouges et les raisins verts.
Les bienfaits du raisin
Santé cardio-vasculaire :
Plusieurs études effectuées chez l’humain ont démontré un effet positif de la consommation de jus de raisin rouge sur la prévention des maladies cardiovasculaires. Parmi les effets observés, notons l’amélioration de la fonction endothéliale (élasticité ou capacité de la paroi des vaisseaux sanguins à se dilater et à se contracter) et l’augmentation de la capacité antioxydante du sang. Dans différentes études, la consommation de jus de raisin amenait aussi une diminution de l’oxydation du cholestérol, LDL, (mauvais» cholestérol) et de la formation de caillots sanguins, deux facteurs pouvant contribuer à améliorer la santé cardiovasculaire. La consommation de jus de raisin rouge pourrait également diminuer le mauvais cholestérol et augmenter le «bon» (HDL). Finalement, la consommation de jus de raisin a également été associée à une diminution de la tension artérielle, ce qui a un effet cardio-protecteur. Bien que certains chercheurs aient constaté que la consommation de jus de raisin pouvait amener une légère augmentation des triglycérides sanguins (effet non souhaitable), d’autres études n’ont observé aucun effet. La quantité de sucre contenu dans ce jus pourrait être un des facteurs ayant un impact sur les triglycérides sanguins, d’où la recommandation de consommer le jus de raisin sans exagération.
Cancer :
La consommation de jus de raisin aurait un effet protecteur contre le cancer. Une étude menée chez le rat a montré une réduction de la multiplication des cellules cancéreuses de la glande mammaire et une diminution du poids des tumeurs en fonction de la dose de jus de raisin administrée. De plus, trois études in vitro ont démontré un effet protecteur du jus de raisin rouge contre le cancer du côlon et les cancers des globules blancs (leucémie et lymphome, par exemple). D’autre études devront être effectuées pour déterminer dans quelle mesure ces effets pourraient se manifester chez l’humain. D’autre part, des patients traités par chimiothérapie ont constaté que la consommation de jus de raisin réduisait la fréquence des nausées et des vomissements. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour valider cet effet.
Fonctions cognitives :
Plusieurs études chez l’animal ont montré un effet bénéfique de la consommation de jus de raisin sur la mémoire et les capacités motrices, ce qui suggère une amélioration des fonctions cognives. Chez l’humain, les recherches n’en sont qu’à leur début. Une étude récente a montré que l’ajout de 500 ml (2 tasses) de jus de raisin à l’alimentation des gens en perte de mémoire (sans démence) améliorait leurs fonctions cognitives. De tels résultats s’avèrent intéressants dans un contexte de prévention de la maladie d’Alzheimer.
Beauté et minceur avec le raisin
Les personnes qui surveillent leur ligne apprécient également le raisin parce qu’il est très peu calorique. Préférez le raisin frais au sec parce que ce denier est très sucré, donc contient plus de calories. En tout cas, le raisin frais se consomme à volonté, quel que soit le type de régime amincissant suivi par la personne. Du fait de sa haute teneur en fibres, le raisin stimule la sensation de satiété et participe activement à la digestion. De nombreux nutritionnistes proposent aussi des cures de raisin pour détoxifier l’organisme. Il convient toutefois de faire attention, car la surconsommation de raisin peut provoquer des diarrhées chez les personnes dont les intestins sont sensibles.
Depuis quelques années le raisin est également devenu l’ingrédient de prédilection de nombreux spécialistes de la beauté de la peau. En fait, le fameux polyphénol ralentit le vieillissement cutané. Les marques de cosmétiques misent alors particulièrement sur les pépins. Ces derniers contiennent un concentré de polyphénol aux vertus adoucissantes, exfoliantes, hydratantes et protectrices (contre les UV).

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 06:32

Santé -  Le Thym - Un antiseptique qui combat les virus

Thym.jpg

Utilisé en infusion, fumigation, gargarisme, compresse, le thym possède une longue et flatteuse renommée thérapeutique prônée par les Sumériens il y a plus de 5 000 ans. Des phytothérapeutes affirment que l’odeur concentrée de thymol contenue dans le thym peut détruire les virus et les bactéries qui circulent dans l’atmosphère ainsi que les maladies infectieuses qui affectent l’organisme.
Ils le recommandent lors des épidémies au même titre que l’ail pour remplacer la pénicilline.

De nombreuses études ont été faites sur le thym, et toutes démontrent ses propriétés toniques et antiseptiques. Le thym est également un stimulant général, il est apaisant, calme les angoisses et éloigne les idées noires. Il tonifie le système nerveux et est donc utile dans les états de fatigue. Il stimule les fonctions digestives et intestinales. Ses propriétés pectorales ne sont plus à démontrer, il calme les toux épuisantes et dégage les bronches. En infusion, cataplasme, massage, gélule ou sous forme d’huile essentielle, le thym trouve sa place dans les pharmacies naturelles de toutes les familles.
Inflammation des voies respiratoires
Infusion : Infuser de 1 g à 2 g de plante séchée dans 150 ml d’eau bouillante durant 10 minutes. Boire plusieurs tasses par jour, au besoin.
Plaque dentaire, stomatite, halitose, laryngite et amygdalite
Rince-bouche ou gargarisme : Infuser 5 g de plante séchée dans 100 ml d’eau bouillante, durant 10 minutes. Se rincer la bouche ou se gargariser avec la préparation filtrée et refroidie, de 2 à 3 fois par jour. On peut aussi diluer quelques gouttes d’extrait liquide dans de l’eau.
Plaies et irritations cutanées mineures
Compresses : Utiliser la même infusion que celle décrite ci-dessus pour le rince-bouche ou le gargarisme et appliquer au besoin sur les parties atteintes. • Truc d’expert : Pour dégager les voies respiratoires, rien de tel que le thym, selon un pharmacologue de l’Université de Montréal. Plonger 2 c. à table de thym dans un bol d’eau bouillante. Pencher la tête au-dessus du bol. Se couvrir d’une serviette. Respirer tout doucement au début, les vapeurs étant importantes. Quelques minutes suffisent. Le thym, comme l’eucalyptus, contient des terpènes qui ont un effet expectorant.
Usages reconnus et traditionnels

Les chercheurs n’ont pas effectué d’essais permettant de déterminer l’efficacité du thym seul. Cependant, une longue pratique clinique ininterrompue de même que les opinions convergentes de nombreux experts respectés ont fait en sorte que certains des usages médicinaux traditionnels du thym sont aujourd’hui reconnus. Ainsi, la Commission E allemande reconnaît l’efficacité du thym pour le traitement des symptômes de la bronchite, de la coqueluche et de l’inflammation des voies respiratoires. En plus de ces usages, on lui reconnaît une utilité pour le traitement de l’inflammation des muqueuses de la bouche et des gencives (stomatite) et de la mauvaise haleine chronique (halitose). Quant à l’Organisation mondiale de la santé, elle souligne qu’en plus de ces usages, les pharmacopées européennes font mention du thym pour traiter la dyspepsie et d'autres troubles gastrointestinaux, la laryngite et l’amygdalite (en gargarisme), ainsi que les blessures cutanées mineures.
Divers

Selon les résultats d’une étude à double insu avec placebo, un mélange d’huiles essentielles de romarin (iklil), de lavande (khezzama), de thym et de noix de cèdre pourrait être utile pour les personnes souffrant de pelade. La «recette» employée au cours de cette étude est la suivante : 3 gouttes de romarin, 2 gouttes de thym, 3 gouttes de lavande, 2 gouttes de noix de cèdre et 3 ml d’huile de jojoba, le tout ajouté à 20 ml d’huile de pépins de raisin. A utiliser sous la supervision d’un aromathérapeute dûment formé.

Source Le Soir d’Algérie 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 05:38

L’huile d’argan…Pour être belle… !

huile-d-argan.jpg

L’huile d’argan, de couleur miel, est aussi utilisée pour ses importantes propriétés cosmétiques.
Ses secrets de beauté, bien que simples ont fait preuve de leur efficacité depuis des siècles, elle est gorgé d'acides gras essentiels Oméga-3 Oméga-6 et de tocophérols (vitamine E), antioxydants recommandés pour prévenir le dessèchement prématuré de la peau. Elle s’emploie en soins quotidiens sur le visage pour lutter contre ce dessèchement et le vieillissement. Elle s’enduit sur le corps, 45 minutes avant le bain, pour assouplir la peau et la satiner. Aussi elle s’applique sur les cheveux secs et abîmés, 30 minutes avant le shampoing, pour les rendre brillants et les fortifier et pour lutter contre la chute des cheveux. En outre, elle est particulièrement conseillée pour les massages. L’huile d’argan aurait des vertus contre l'eczéma, la déshydratation cutanée, les gerçures et les brûlures… Elle est aussi extrêmement précieuse pour prévenir les vergetures chez les femmes enceintes. Certes, l'huile d’Argan est une richesse rare et unique de la nature, une huile précieuse venue du Maroc pour l’alimentation et pour être belle.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 07:40

Santé sexuelle -Les aliments anti-troubles érectiles

fruits-legumes-fibres.jpg

 

Des aliments antitroubles érectiles ? Ça existe ! Vous ne le saviez pas, mais une correction alimentaire judicieuse peut vous aider grandement à soulager un problème d’érection, de diminution de désir, de rapports douloureux, d’impuissance...

Le jus de grenade

Consommé de manière régulière, le jus de grenade permettrait de lutter contre les troubles érectiles. C’est en tout cas la conclusion d’une étude très sérieuse publiée par des chercheurs de l’Université de Californie- Los Angeles (UCLA) le 14 juin 2007. D’après leurs travaux, plus de la moitié des 42 participants ont signalé une nette amélioration de leur fonction érectile après quelques semaines de prises... Pourquoi ? Peut-être à cause des effets protecteurs du fruit contre le stress antioxydant. D’autres chercheurs ont prouvé que le jus de grenade protège le monoxyde d’azote (NO)... un composé chimique indispensable à l’érection !

Le pamplemousse : un Viagra naturel ?

A condition d’en manger très fréquemment et en quantité importante, le pamplemousse (pomélo) pourrait bien être un excellent booster érectile ! Le «fruit contient de la naringénine, une substance qui, comme le Viagra, inhibe PDE5, un enzyme en partie responsable du retour à la flaccidité du pénis», explique des spécialistes... En outre, selon une étude scientifique, consommer du pamplemousse permettrait d’abaisser de 20 % le taux sanguin de mauvais cholestérol (LDL) et de 17 % celui des triglycérides (d’autres graisses néfastes)... Attention : il est déconseillé d’absorber le fruit avec un médicament, en particulier du Viagra. Le pamplemousse peut entraîner un surdosage. 
Poissons gras et huile de colza !

Thon, saumon, sardine, maquereau... ou huile de colza sont indiqués contre les problèmes d’érection plusieurs fois par semaine ! Les oméga-3 qu’ils contiennent ont un effet cardio et vasculo-protecteur. Ils réduiraient même l’épaisseur de la plaque d’athérome. Or, «chez les individus sujets aux infections coronariennes, les cellules des parois artérielles se recouvrent progressivement d’un dépôt de mauvais cholestérol (LDL)... faisant écran au monoxyde d’azote (NO), un composé chimique vasodilateur indispensable à toute érection de qualité, expliquent les mêmes spécialistes. A noter : les oméga-3 ne supportent pas les cuissons à haute température.
Cacao : ce n’est pas une légende !

Le cacao, en petite quantité, aurait des effets bénéfiques sur la santé cardio-vasculaire et sexuelle. Selon une étude publiée en 2007, ses polyphénols (antioxydants) font baisser la pression sanguine et possèdent eux aussi un effet cardio et vasculo-protecteur, utile à une bonne fonction érectile. Voilà qui peut laisser à penser que cet aliment, déjà célèbre du temps des Aztèques, peut favoriser la restauration de la fonction sexuelle. «Mais attention, mieux vaut éviter le chocolat gras qui encrasse les artères... Il faut lui préférer du cacao maigre, et l’utiliser en dessert !»

Source Le Soir d’Algérie - Sofiane Aït-Iflis

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 02:51

60% des malades souffrant des complications du pied diabétique sont amputés

diabete dosage sucre

 

Pour les spécialistes, le pied diabétique constitue un véritable problème de santé publique en Algérie. Ils affirment que sur les deux millions de diabétiques, 25% souffrent de complications du pied.
«25% des diabétiques en Algérie présentent des complications du pied diabétique et 60% de ces cas sont éligibles à l’amputation», a indiqué le Pr Mahmoud Ould Slimane, chef du service chirurgie à l’hôpital de Koléa, hier à Alger, en marge du 4e séminaire national des laboratoires LAD Pharma sur le thème «la prise en charge de l’ulcère du pied diabétique et son traitement ». Pour le professeur, le pied diabétique constitue une complication majeure du diabète. «Souvent, le pied diabétique est décelé à un stade tardif. Faute d’absence de services d’endocrinologie et de diabétologie dans beaucoup d’hôpitaux, les patients sont pris en charge par le service de médecine interne. Ils traînent des mois et des mois dans ce service où l’expérience chirurgicale pour manager les ulcérations du pied diabétique fait défaut, avant d’arriver au service de chirurgie au stade de l’amputation», déploret-il. Aujourd’hui, poursuit-il, «les spécialistes affirment que le délai fatidique de l’amputation peut être retardé par le procédé de revascularisation. Or, le nombre important de pieds diabétiques et l’insuffisance des services de chirurgie vasculaire rendent cette mission impossible à effectuer en Algérie». Le Pr Mahmoud Ould Slimane plaide ainsi pour la création d’unités du pied diabétique chargées d’élaborer un consensus diagnostic et thérapeutique. «Leur rôle sera de cicatriser les plaies du pied diabétique et de retarder le délai de l’amputation», explique-t-il. Côté chiffres, le Pr Bouayed, chef du service de chirurgie vasculaire de l’EHS d’Oran, a affirmé qu’un million d’amputations sont enregistrées chaque année dans le monde chez le malade diabétique. «La prise en charge de ces malades est extrêmement complexe et difficile, d’où la nécessité d’une prévention primaire et secondaire pour éviter le handicap majeur», préconise-t-il, avant d’ajouter : «L’évolution de la plaie est souvent la cause de décès chez le diabétique mais son traitement réduit l’amputation du pied de 60 à 85%.»

Source Le Soir d’Algérie Rym Nasri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0