Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 05:36

Les nombreuses occasions de se soigner avec l’Ortie !

ortie.jpg

 

L’ortie est une petite plante que l’on peut cueillir un peu partout. 

Un gros avantage quand on connaît ses nombreux bienfaits santé. Douleurs articulaires, chute de cheveux, infections urinaires, fatigue, troubles de la prostate… Medisite vous explique comment vous soigner avec !

Rincez vos cheveux à l’ortie

Cheveux ternes, fatigués… Redonnez-leur un coup de jeune en les rinçant à l’ortie !
Mode d’emploi : Faire infuser 2 poignées de feuilles d’orties dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes. Filtrer l’eau et l’utiliser lors du dernier rinçage du shampoing.
A savoir : Cette même préparation peut être utilisée en massage du cuir chevelu pour favoriser la repousse ou limiter la chute des cheveux.

Des infusions pour prévenir l’ostéoporose

L’ortie est une plante fortement reminéralisante, notamment parce qu’elle contient de la silice et du bore (élément chimique présent naturellement dans l’environnement). Elle est ainsi conseillée en prévention de l’ostéoporose, une déminéralisation osseuse fréquente après 50 ans.
Mode d’emploi : Faire infuser 3 cuillères à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 50cl d’eau bouillante pendant 10 minutes. Boire environ 1 litre de tisane par jour.

Des cataplasmes pour soigner les rhumatismes

Une des premières vertus connues de l’ortie est de soulager les douleurs rhumatismales. Aujourd’hui encore, c’est une des plantes anti-inflammatoires phares des traitements naturels.
Mode d’emploi : Appliquer les feuilles d’orties fraîches sur les parties douloureuses pendant 30 secondes, tous les jours. La sensation n’est pas agréable mais c’est efficace pour réduire les douleurs.
A noter : Mettez des gants pour éviter de vous piquer les mains avec les orties fraîches. En cas de piqûres, appliquez immédiatement du suc de pissenlit, des feuilles de plantain (en frottant) ou du vinaigre blanc.

Du jus d’ortie contre la fatigue

Vous êtes fatigué en ce moment ? Prenez de l’ortie ! Riche en vitamine C et en fer, cette plante est conseillée en cas de fatigue physique et/ou intellectuelle qu’elle soit passagère ou durable. En retrouvant de l’énergie et en stimulant nos défenses immunitaires, l’ortie aide à repartir du bon pied !
Mode d’emploi : Infusion : Faire infuser 3 cuillères à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 50cl d’eau bouillante pendant 10 minutes. Boire 4 à 6 tasses par jour.
Ou
Gélules de poudre d’ortie dosées à 500 mg : 3 à 6 par jour.
Ou
Extrait sec d’ortie 250 mg : 2 ou 3 fois par jour
Ou
Teinture-mère : 30 à 50 gouttes dans un verre d’eau, 3 à 6 fois par jour.
A noter : Le jus d’ortie (souvent comparé au jus d’épinards pour sa teneur en fer) est particulièrement recommandé en cas d’anémie et de fatigue. Il suffit de mixer les feuilles fraîches, d’en filtrer le jus et d’en boire 15ml, 3 fois par semaine.

L’ortie est diurétique

Les feuilles d’orties sont diurétiques. Elles sont ainsi utiles et recommandées pour augmenter le volume des urines et drainer les voies urinaires en cas d’infection ou pour prévenir la formation de calculs urinaires.
Mode d’emploi : Mettre 1 à 2 poignées de feuilles fraîches dans un litre d’eau. Infuser 10 minutes et filtrer. Boire 3 à 4 tasses par jour (maximum 1 litre), pendant 3 semaines.

Pour éviter le rhume des foins !

Tous les ans, c’est la même chose ! Avec le retour des beaux jours, c’est le retour du rhume des foins. Pour prévenir ou calmer cette désagréable allergie saisonnière, essayez l’ortie !
Mode d’emploi : Faire infuser 3 cuillères à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 50cl d’eau bouillante pendant 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant environ 3 semaines.

Des racines d’orties contre les problèmes de prostate

L’ortie est une plante recommandée en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP ou adénome). D’après le Vidal des plantes qui soignent, ses racines qui contiennent des lectines, des tanins, des glycanes et des lignanes aux propriétés oestrogéniques (agissant comme les hormones féminines) pourraient être à l’origine des bienfaits sur la glande prostatique. L’OMS reconnaît comme "cliniquement établie" l’utilisation de la racine d’ortie "dans le traitement des problèmes d’émission d’urine liés à l’HBP légère à modérée, lorsque l’absence de cancer a été avérée".
Mode d’emploi
Infusion : 1 cuillère à soupe de racine pour 50cl d’eau bouillante. Infuser pendant 10 minutes et boire 4 tasses par jour, pendant 3 semaines.
Ou
Gélules de poudre dosées à 300mg, 3 à 6 par jour.
Ou
Extrait fluide : 30 à 60 gouttes dans un verre d’eau, 3 à 6 fois par jour.
Attention : Pour les hommes qui ont des difficultés à uriner, il ne faut pas utiliser la racine d’ortie sans avoir consulté au préalable un médecin.

Des graines d’orties pour stopper la diarrhée

Les graines et les feuilles d’ortie sont d’excellents remèdes contre la diarrhée. Les graines sont particulièrement appréciées pour leur teneur en protéines, en mucilages et en huile grasse (30%).
Mode d’emploi : Faire infuser 1 cuillère à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 1 litre d’eau bouillante pendant 10 minutes. Boire la préparation dans la journée.

En cas de peau grasse

Parce qu’elle est alcalinisante et drainante, l’ortie est une plante à privilégier quand on a la peau grasse… et ce qui va avec (imperfections, acné…).
Mode d’emploi : Faire bouillir des feuilles d’orties fraîches. Essorer et laisser refroidir. Broyer et appliquer sur la peau en cataplasme deux fois par semaine.
Et
Boire 1 tasse de tisane d’ortie, 3 fois par jour (infuser 1 cuillère à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 1 litre d’eau bouillante pendant 10 minutes).

Une cure d’orties au printemps et à l’automne !

L’hiver est une épreuve pour l’organisme ! Pour le détoxiquer et attaquer les beaux jours en pleine forme, rien de mieux que l’ortie ! "Elle favorise le travail de certains organes d’élimination comme les reins. Des études ont montré qu’elle augmente l’élimination de certaines substances toxiques telles l’urée et l’acide urique explique Alessandra Moro Buronzo, diplômée en naturopathie.
Mode d’emploi : Infusion : Faire infuser 3 cuillères à soupe de feuilles séchées d’ortie dans 50cl d’eau bouillante pendant 10 minutes. Boire 3 à 4 tasses par jour pendant environ 3 semaines, en commençant par exemple par 1 à jeun le matin.

Ortie : les contre-indications

Il est important de savoir que l’ortie ne peut pas être utilisée par tous le monde. Elle est ainsi contre-indiquée aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ou rénaux, avec ou sans formation d’oedèmes (gonflements), aux femmes enceintes ou allaitantes et est déconseillée chez les enfants de moins de 12 ans. Il est par ailleurs recommandé aux personnes prenant des compléments de fer d’espacer leur prise s’ils prennent aussi de l’ortie (ses tanins pouvant diminuer l’absorption).
Des effets indésirables ? La prise d’ortie entraîne rarement des effets indésirables. Parmi ceux qui ont déjà été constatés, citons : les nausées, diarrhées, ballonnements et allergie de la peau. La racine peut aussi provoquer des troubles de l’érection chez les hommes.

Où trouver l’ortie ?

On peut utiliser l’ortie sous différentes formes pour se soigner. Mais où la trouver ?
- Fraîche : l’ortie n’est pas vendue fraîche. Il faut arpenter montagne, forêt et mer pour la trouver et la cueillir dans la nature (plutôt avec des gants pour éviter les piqûres… et les démangeaisons !).
- Séchée : on la trouve dans les herboristeries, les magasins diététiques et biologiques.
- Gélule, teinture : dans les magasins biologiques, diététiques, pharmacies et parapharmacies.
- Extrait fluide : dans les magasins biologiques, diététiques, pharmacies.
- Racine : dans les herboristeries et les magasins biologiques.
- Graines : elles sont un peu plus difficiles à trouver. Il faut chercher dans les
herboristeries et les magasins biologiques.

Sources

- Les incroyables vertus de l’ortie, Alessandra Moro Buronzo, Editions Jouvence, 2011.
- Le guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010.
- Phytothérapie, la santé par les plantes, Sélection du Reader’s Digest, 2007
- Mes remèdes de grand-mère, First Editions, Alessandra Moro Buronzo, Dr Franck Gigon, Dr Thierry Hanh, 2011.

Source Medisite Aurélie Blaize, journaliste santé

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 23:12

Une bague qui empêche de ronfler

apnee sommeil

 

Avoir un conjoint qui ronfle peut vite devenir un vrai calvaire ! Rosie Millard, une ancienne journaliste de la BBC, a peut-être trouvé la solution. Fatiguée de ne plus dormir la nuit, cette mère de 47 ans a réussi à persuader son mari de tester une bague anti ronflement. Grâce à un petit trou placé sur un côté et une petite bosse de l'autre, cette bague exerce une forme d'acupression et appuie sur un endroit clé du doigt permettant de supprimer les ronflements. "30 minutes avant d'aller se coucher, la personne doit mettre la bague à son petit doigt, le trou placé sur le haut, la garder toute la nuit et surtout ne pas la porter le jour" explique Rosie Millard au Daily Mail. Vendue pour la somme de 36 euros en Angleterre, cette bague semble avoir prouvé son efficacité. Les ronflements du mari de Rosie se sont arrêtés ce qui lui a permis de développer un cycle de sommeil régulier et même de perdre de poids.

Source Medisite  Bénédicte Demmer

Rédactrice Santé

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 07:11

Ne plus faire l'amour...

sterilite et psychologie

 

Pour certains, estimés à 2% de la population, c'est un vrai choix. Pour d'autres, c’est une situation qui s'installe petit à petit, à un tournant de la vie. Est-ce forcément le signe de la fin d'une relation ? Faut-il se forcer ? En avons-nous vraiment besoin ? Medisite a interrogé Luc Martrenchar, psychologue clinicien, psychanalyste et sexologue.

Sans sexe... c'est-à-dire ?

Les Français déclarent en moyenne 2,4 rapports sexuels par semaine. "Un chiffre sans doute un peu surestimé" selon Luc Martrenchar. Cette statistique peut inquiéter ceux qui voient leurs relations sexuelles s'espacer, craignant alors de se situer en-dehors de la normalité. Or, "il n'y a pas de fréquence normale, chacun peut faire confiance à ce qu'il ressent : une plénitude, du désir ou de la frustration" rassure le psy. "La qualité des relations sexuelles est bien plus fondamentale que la quantité." Ainsi, pour beaucoup, il vaut mieux une relation sexuelle toutes les deux semaines pendant laquelle un plaisir sexuel profond est ressenti que des relations quotidiennes qui ne font pas vibrer.

Le malentendu homme/femme

Pour Luc Martrenchar, l'insatisfaction sexuelle arrive en tête de ce qui diminue le désir. Ainsi "76,8% des femmes se déclarent insatisfaites sexuellement ou en manque de sexe" note le spécialiste. "Or, pour qu’il y ait du désir, il faut qu’il y ait du plaisir." De fait, la sexualité féminine est très différente de la sexualité masculine : "Certaines femmes ont besoin de manifestations de tendresse, d’amour, et d’un temps de préliminaires conséquent pour être suffisamment excitées." A la ménopause, une autre source de décalage peut survenir : "Débarrassée de son rapport à la procréation, la sexualité pourra présenter un nouvel attrait pour la femme. Alors que la baisse de testostérone aurait tendance à diminuer la libido de l'homme."

Qu'est-ce qui remplace le sexe dans les couples sans sexualité ?

"Souvent, le sexe dans le couple est remplacé par la masturbation ou des relations extraconjugales. L’énergie sexuelle est aussi utilisée à d’autres fins que la sexualité, dans le travail ou la création artistique par exemple. C’est ce qu’en psychanalyse on appelle "sublimation". On peut aussi pratiquer intensivement un sport afin de libérer des endorphines qui nous donnent du plaisir ou bien encore avoir recours à des substitutifs, comme les produits sucrés, l’alcool ou le cannabis", explique Luc Martrenchar. "Dans tous les cas, il n’y a rien qui remplace totalement la sexualité. Il n’y a pas de sublimation totale, même chez ceux qui se revendiquent asexuels. L’asexualité, c’est la coupure entre la psyche et le corps. Cette coupure n’empêche pas qu’il y ait un manque. La sexualité reste un besoin, certes pas vital, mais un besoin quand même."

Faut-il se forcer à renouer le lien sexuel ?

"D’évidence non : les rapports sexuels doivent rester le résultat d’un désir partagé" affirme Luc Martrenchar. "Pour certains, le lien sera définitivement cassé, pour d'autres, l'affection est toujours là. Retrouver une sexualité vivante, créatrice et heureuse passe par une prise en compte de la façon dont l’autre vit sa sexualité et une volonté de nourrir la relation amoureuse dans son ensemble. Parfois, la consultation d’un sexologue est indiquée car le sexe, comme le dit Phlippe Brenot, grand psychiatre et sexologue français, ça s'apprend : se satisfaire et satisfaire l'autre ne va pas de soi. Il est parfois préférable alors de consulter en couple car un trouble sexuel est toujours un trouble sexuel du couple."

Pourquoi arrête-t-on de faire l'amour ?

Luc Martrenchar liste d'autres causes de désaffection pour le sexe.
- Les soucis quotidiens qui petit à petit minent le désir,
- Le stress et l'angoisse de la performance (renforcée par la pornographie, qui montre une sexualité très éloignée de la sexualité réelle)
- Les difficultés de la vie, comme le chômage, qui viennent atteindre l'estime de soi,
- La naissance des enfants qui fait passer du statut d'amant ou amante à celui de père ou mère
- Les tensions dans le couple, lorsqu’elles restent non-dites
- L’âge, qui peut altérer l’image de soi ou de l'autre
- L'homosexualité inconsciente
- Les interdits intériorisés lors d'une enfance répressive par rapport à la sexualité.

Source Medisite  Hélène Mendigot

Journaliste santé 

Validé par Luc Martrenchar, psychologue clinicien, psychanalyste et sexologue

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 12:50

Refuser de présenter des excuses, bon pour la santé !

socrate lecon de vie

 Contrairement à une idée largement répandue, s'excuser ne permet pas toujours de se sentir soulagé et mieux dans sa peau. D'après une étude publiée dans l'European Journal of Social Psychology, les personnes qui refusent de présenter des excuses augmentent en fait leur estime, intégrité et leurs sentiments de puissance et de contrôle. Les chercheurs ont demandé à 228 adultes âgés de 18 à 77 ans de repenser à des transgressions de leur passé (griller une priorité au volant, ne pas laisser traverser un piéton, voler...). Ils pouvaient ensuite, s'ils le souhaitaient, envoyer un mail à leur "victime" pour présenter des excuses. Les chercheurs ont alors constaté que ceux qui l’avaient refusé étaient mieux dans leur peau.

Source Medisite

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 07:55

Il n'existe pas un seul mais plusieurs types de vertiges.

vertiges.jpg

 

Ils peuvent être symptôme de maladies : AVC, tumeur, problèmes oculaires, maladie de Ménière ou hypoglycémie... Que cache la sensation de "tête qui tourne"? Les réponses du Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL, chirurgien de la face et du cou, membre de la SFORL.

Vertiges : il peut s'agir d'un AVC ou d'une tumeur

"Il existe deux causes de vertiges centraux, c'est-à-dire dont l'origine se situe dans le cerveau lui-même : l’accident vasculaire cérébral et la tumeur. Toutefois, dans ces cas, la plupart du temps, on assiste plus à des pertes d'équilibre qu'à de vrais vertiges", souligne le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.
Ceci ne concerne pas la fracture du rocher, une fracture de la base du crâne qui touche l'os temporal, qu'on appelle le rocher.
Attention : un vertige d’apparition brutale avec maux de tête violents doit faire craindre une hémorragie cérébrale.

Vertiges : attention à la maladie de Ménière

"La maladie de Menière est caractérisée par une augmentation de pression du liquide dans l'oreille interne", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"On ne sait pas exactement pourquoi cette augmentation survient, mais elle provoque une perturbation du message transmis au cerveau puisque les parois des canaux se trouvent distendues par la pression. Cette hyperpression provoque également une baisse de l'audition, une sensation d'oreille bouchée comme en avion. La maladie se manifeste par crises qui peuvent durer quelques heures et revenir pendant des jours ou des mois," précise le médecin.

Solution : "Le traitement consiste à prescrire un anti-vertigineux, des diurétiques qui accélèrent la baisse de pression des liquides et un régime pauvre en sel," rapporte le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : herpes et zona parfois liés

"Les informations apportées par les modifications de pression dans les canaux de l'oreille interne sont transmises au cerveau par le nerf vestibulaire", souligne le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"Il peut arriver qu'à la suite d'une agression, le plus souvent virale, celui-ci soit détruit ou endommagé d'un seul côté, ce qui perturbe le cerveau, qui ne reçoit plus que les informations de mouvement du coté sain. On parle alors de névrite vestibulaire. La personne, pendant quelques jours au moins, est extrêmement handicapée : les vertiges sont très importants qu'elle soit couchée ou debout, empêchant tout déplacement et provoquant des nausées qui l'empêchent de se nourrir, ce qui peut obliger à une hospitalisation," explique le médecin

Solution : "A part les antivertigineux, ou des anti-viraux spécifiques s'il s'agit d'un zona ou d'un herpès, il n'existe pas de traitement. Le nerf peut parfois se régénérer; lorsque ça n'est pas le cas, le cerveau finit de toutes façons par compenser," précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertige paroxystique : une question de cristaux

Le vertige paroxystique positionnel est un vertige bref (moins d’une minute), mais intense. Il se manifeste lors des changements de position (lorsque l'on lève la tête par exemple) et lorsque l'on se couche d'un côté.

"Dans le vertige paroxystique, sans que l'on sache pourquoi, des petits cristaux se détachent dans l'un des canaux semi-circulaires situés dans l'oreille interne, et, à chaque mouvement, se déplacent comme les flocons dans une boule à neige, provoquant une stimulation excessive des cellules qui transmettent au cerveau le mouvement des liquides", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Solution : le traitement consiste à allonger le patient et à le faire basculer brutalement d'un côté à l'autre afin de "repositionner" ces cristaux.

Vertiges : chute de tension ou hypoglycémie sont parfois en cause

Certains vertiges se manifestent très couramment dans le cas de chutes de tension ou d'hypoglycémie.

"Le vertige se définit par la sensation d'être en mouvement alors que l'on est immobile", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"Ils peuvent entraîner des troubles de l'équilibre mais on peut très bien souffrir d’importants troubles de l’équilibre sans vertige. De même certains patients qualifient de vertige des sensations de malaise, d'éblouissement, de vide, de sentiment d'être à la limite de la perte de connaissance."
Attention : "Toutes ces manifestations sont ce que l'on appelle dans le jargon médical des faux vertiges. Ils n'ont pas de liens directs avec l'oreille", précise le Dr Jean-Marc Juvanon.

Vertiges : fréquents après un traumatisme violent

Le rocher est la partie de la boîte crânienne dans laquelle s'insère l'oreille interne. "Sous l'effet d'un choc violent, le rocher peut se fracturer et entraîner une rupture brutale de l'oreille interne", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"On peut observer dans certains cas un saignement par l'oreille dû à une rupture du tympan, mais c'est surtout la survenue brutale de vertige et d'une grosse surdité qui alerte," poursuit le médecin.

Solution : "Le traitement des vertiges repose sur des antivertigineux mais là encore, le cerveau compensera le déséquilibre entre les informations données par les deux oreilles," conclut le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : ce peut-être un nystagmus

"Lorsqu’une personne souffre de vertige, l'examen des yeux est très important", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"En effet, lorsque le vertige trouve son origine dans l'oreille, il est associé à des mouvements involontaires des yeux appelés nystagmus que l'on peut également retrouver dans les AVC. L'œil se déplace brutalement d'un côté et de l'autre. Parfois, ces mouvements ne se détectent pas facilement car ils peuvent cesser lorsque le patient fixe son regard. Les ORL disposent d'un appareil qui permet de plonger les patients dans le noir afin leur regard ne puisse rien accrocher de précis et d'observer les mouvements oculaires grâce à une caméra infrarouge".

Vertiges : l'arthrose serait hors de cause

"On a longtemps associé certains vertiges à l'arthrose cervicale", note le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

"De fait, il existe dans la nuque, des petits muscles dont l’étirement est perçu et transmis au cerveau. Ainsi lorsque l'on tourne la tête, le cerveau le sait. On pensait donc qu'une perturbation au niveau musculaire pouvait provoquer des vertiges, puisque les patients souffrant d’arthrose ont des douleurs en tournant la tête. Toutefois, le lien n'a jamais été clairement établi de façon scientifique entre l'arthrose et les vertiges", décrit le médecin

Vertiges : pourquoi ça tourne?

Pour que nous soyons en équilibre, le cerveau doit connaître en permanence notre position dans l'espace. Pour cela, il dispose d'informations apportées notamment par la vue et par l'oreille interne.

"Dans l'oreille interne se situent trois petits canaux semi-circulaires, perpendiculaires les uns par rapport aux autres, donc situés dans les trois plans de l'espace, et remplis d'un liquide. La paroi de ces canaux est tapissée de cellules qui captent la pression du liquide et, via le nerf vestibulaire, transmettent l'information au cerveau qui, en fonction, déduit notre position et les mouvements de la tête", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : lors de vertiges, la captation, la transmission ou le traitement de l'information est altérée

Vertige périphérique et central : quelle différence ?

Les médecins classent les vertiges en fonction de la localisation de leur origine (cerveau ou oreille).

"Si le vertige vient d'un problème de l'oreille moyenne ou interne, on parle de vertige périphérique; s'il vient d'un problème de commande au niveau du cerveau, on parle de vertige central", explique le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : ces termes ne donnent pas en eux-mêmes d'indication de gravité. Ainsi, par exemple, certains migraineux peuvent se plaindre de vertiges qui seront alors considérés comme centraux, alors qu'ils sont parfaitement bénins.

Vertiges : quels examens réaliser ?

Outre l'observation d'un éventuel nystagmus, le médecin ORL, procède à d'autres examens en cas de vertiges.

"Lorsque la personne arrive au cabinet et que la crise est passée, nous essayons de reproduire le vertige en changeant la température dans les oreilles. Par irrigation d’eau chaude / eau froide car la différence de température peut entraîner des vertiges. Nous pouvons aussi placer le patient sur un fauteuil rotatif. Les techniques d'imagerie médicales, scanner et IRM, sont également précieuses", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : "Le vertige positionnel paroxystique typique est, lui, si courant qu'il ne nécessite pas d'autre examen que l'examen clinique", précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Vertiges : quels examens réaliser ?

Outre l'observation d'un éventuel nystagmus, le médecin ORL, procède à d'autres examens en cas de vertiges.

"Lorsque la personne arrive au cabinet et que la crise est passée, nous essayons de reproduire le vertige en changeant la température dans les oreilles. Par irrigation d’eau chaude / eau froide car la différence de température peut entraîner des vertiges. Nous pouvons aussi placer le patient sur un fauteuil rotatif. Les techniques d'imagerie médicales, scanner et IRM, sont également précieuses", constate le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

Attention : "Le vertige positionnel paroxystique typique est, lui, si courant qu'il ne nécessite pas d'autre examen que l'examen clinique", précise le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL

Source Medisite Hélène Mendigot

Journaliste santé - Validé par Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL, chirurgien de la face et du cou, membre de la SFORL.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 06:12

Cancer : les traitements et l'évolution (2/2)

cancer-courage-recherche-esperance.jpg

 

Comment sensibiliser la population contre le cancer?

Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “La France est un pays qui n’a pas de culture de santé publique. Il faudrait prendre exemple sur les pays nordiques et anglo-saxons qui ont mis en place des institutions de santé publique. Régulièrement des opération de sensibilisation et d'éducation à la santé y sont menées dès la plus jeune enfance.

En France, depuis l’arrivée des médicaments et d’un bon système de santé, on considère que lorsqu' on est malade, on doit être être pris en charge par les médecins et on en oublie la prévention. Prévenir, en particulier chez les jeunes, n’est pas une chose évidente.

On doit mettre en place un grand programme d’éducation sur l’intérêt de la prévention en général et du dépistage des cancers en particulier. Le dépistage au niveau national est indispensable. On a un bel exemple actuellement avec la vaccination contre le papillomavirus responsable de cancers du col de l’utérus, dont l’incidence a quand même diminuée suite à cette campagne.

C'est pourquoi La ligue contre le cancer travaille actuellement aux financement de mesures sociales qui permettraient une meilleure sensibilisation dès la petite enfance. Car les enfants sont les meilleurs relais de la santé publique !”

Les cancers sont plus mortels chez les hommes

Le cancer touche un homme sur deux et une femme sur trois. Chez l’homme,
le cancer est la première cause de mortalité. Chez la femme, il est en seconde position après les maladies cardiovasculaires.

Le cancer le plus fréquent chez la femme est le cancer du sein, avec près de 50 000 nouveaux cas par an. Suivi par le cancer colorectal et celui du poumon.

En France, le cancer du poumon est le plus fréquent chez l’homme, suivi par le cancer colorectal et celui de la prostate.
En 10 ans, le nombre de cas de cancers a été multiplié par 4 chez les femmes notamment à cause de leur tabagisme et de leur consommation d’alcool croissante. Cependant les hommes restent les principales victimes de cancers.

Les cas de cancer sont souvent plus graves chez les hommes car découverts à un stade plus avancés. En effet, les hommes sont moins sensibilisés au dépistage que les femmes. Ils sont aussi plus nombreux à fumer et ont, en moyenne, une consommation d’alcool supérieure à celle des femmes. Deux facteurs de risques reconnus dans l’apparition de cancers.

Cancer : n’ayez pas peur de consulter !

Les cancérologues le répètent souvent : il est important de se faire dépister régulièrement. Certes, il ne faut pas être hypocondriaque mais se cacher la tête dans le sable peut avoir de graves conséquences.

C'est classique, on ignore les signes et on trouve des justifications rassurantes. Un peu de sang dans les selles, de la fatigue, une toux persistante... On pense hémorroïdes, manque de sommeil et petite bronchite avant d’envisager qu’il pourrait s’agir des signes d’un cancer du côlon ou du poumon.

Bien entendu ce n’est pas non plus la peine de paniquer ! Il s’agit juste d’avoir le réflexe de consulter un médecin lorsque vous observez quelque-chose de suspect et de persistant. Il sera le mieux placer pour vous rassurer ou préconiser des examens complémentaires. Car il ne faut pas oublier que plus un cancer est diagnostiqué tôt, meilleur sera le pronostic

Peut-on prévoir l’évolution d’un cancer ?

Prévoir l’évolution d’un cancer n’est pas facile. Cela dépend de beaucoup de facteurs qui diffèrent chez chaque malade et selon les pathologies.

Certaines caractéristiques comme la taille de la tumeur ou la présence de ganglions peuvent donner des indications sur le pronostic d’évolution d’un cancer. Plus la tumeur est grosse, plus le cancer est évolué. Le risque de métastastes augmente à ce moment-là et en cas de cancer généralisé le pronostic est plutôt mauvais.

De plus selon le type de maladie et l'organe atteint, les cellules cancereuses peuvent être beaucoup plus agressives, certaines vont métastaser plus facilement...

Si des statistiques peuvent donner de mauvais pronostics pour certains types de cancers, il faut garder en tête qu’il s’agit uniquement de statistiques et qu’en pratique, chaque cas et chaque patient sont différents.

Cancer : quel sera le dépistage du futur ?

Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Avec tous les progrès dans les domaines de l’imagerie et de la biologie, on devrait pouvoir, dans un avenir proche, diagnostiquer plus facilement et plus tôt les cancer. Et en particulier ceux qui posent des difficultés de diagnostic précoce comme le poumon et le pancréas.

Actuellement le dépistage par radiographie ne permet la détection du cancer du poumon qu'à un stade avancé. De nouvelles techniques de dépistage sont à l'étude. Mais avant leur généralisation,
il conviendra de vérifier les critères de sensibilité des techniques et les spécificités de chaque maladie. Dans le cas contraire, on risque de faire un surdiagnostic, d’encombrer les hôpitaux ou de créer une cancérophobie.”

A noter :
- Un test sanguin, la "circulating tumor cell (CTC) technology", devrait être opérationnel courant 2012 pour détecter les cancers métastatiques.
- Un système de détection par imagerie médicale, plus précis que la mammographie, le "Senobright", est actuellement à l'essai dans certains hôpitaux de France

Cancer : quels sont les nouveaux traitements ?

Professeur Gilbert Lenoir, Président de la ligue contre le cancer : " Les médicaments que les scientifiques développent actuellement, ciblent les gènes qui sont altérés par les cancers. Les cellules cancéreuses se caractérisent en effet par un ensemble de mutations. Les scientifiques se basent sur ces mutations pour réaliser un profil génétique de ces cellules, profil pouvant être très diffèrent pour deux tumeurs du même organe.

Le but est de mettre au point un cocktail de médicaments adapté à la carte génétique que l’on a établie, en fonction de chaque cancer et de chaque patient. Le traitement prend en compte non seulement la localisation de la tumeur et ses caractéristiques pathologiques, mais aussi ses caractéristiques moléculaires.

A l’heure actuelle, 60 % des cancers réagissent positivement à cette nouvelle technique. Mais dans le cas de certains cancers plus agressifs, comme le mélanome ou le poumon, on observe encore des rechutes. Il nous reste à venir à bout de cette résistance aux médicaments.”

Source Medisite Elodie Barakat, journaliste santé

Validé par Pr Gilbert Lenoir, Président de la Ligue

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 06:11

Cancer : les traitements et l'évolution (1/2)

cancer

 

Quels sont les cancers qui tuent le plus ?

Le cancer est la première cause de mortalité en France.

Pourtant, il se soigne de mieux en mieux ! Quels sont les cancers les plus agressifs ? Quels sont ceux qui tuent le plus ? Le point avec le Professeur Gilbert Lenoir, Président de la ligue contre le cancer.

Le cancer responsable de 400 décès par jour

Le cancer est la première cause de mortalité en France soit 147 000 cas chaque année, dont près de 88 200 chez l’homme et 59 600 chez la femme. En moyenne 400 décès par cancer sont comptabilisés chaque jour ! Et 71% des décès par cancer se déclarent après 65 ans.

Mais la France reste à la pointe dans la détection et le traitement des cancers. Un Français sur deux survit 5 ans après le diagnostic de sa maladie.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le cancer est la première cause de mortalité parce que nous vivons plus longtemps. Nous avons moins de décès accidentels ou liées à des maladies cardio-vasculaires et donc la population a plus de temps pour développer un voire plusieurs cancers.
A cela s’ajoutent le tabagisme, la consommation d’alcool, les conditions de vies des personnes défavorisées, l’alimentation... Autant de facteurs qui augmentent le nombre de cancers et leur gravité.”

Cancer du poumon : le plus mortel en France

Le cancer du poumon est le plus mortel en France. Il est au premier rang chez les hommes avec 21 100 décès et au troisième chez les femmes avec 7 700 décès en 2010. Il est également le plus répandu avec plus de 1,2 million de nouveaux cas chaque année dans le monde.
Le nombre de décès par cancer du poumon chez les hommes tend à diminuer d’année en année mais il est en constante augmentation chez les femmes car elles fument de plus en plus.

Le tabac est, en effet, le principal facteur responsable avec plus de 85% des cancers du poumon qui lui sont imputables.

A l’heure actuelle, les technologies d’imagerie existantes ne permettent de détecter ce cancer qu’à un stade déjà avancé. C’est pourquoi il est très important de réaliser une surveillance particulière lorsque l’on est fumeur ou que l’on travaille dans un environnement à risque.

Le problème est que, pris en charge trop tard, le cancer du poumon n’est pas opérable. Ce cancer répond plutôt bien à la chimiothérapie mais le pronostic reste assez mauvais. On observe de nombreuses rechutes au bout d’un an à peine.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le problème numéro 1 pour le cancer du poumon est d’éviter les conduites à risque et donc le tabagisme.
Ce qui est intolérable c’est qu’on laisse encore faire le lobby du tabac. Pour garder leur part de marché en France les industriels du tabac ont besoin d'avoir 250 000 nouveaux fumeurs chaque année, et ils ciblent principalement les jeunes de 12 à 25 ans.

Notre pays a de bonnes mesures, comme la loi Evin ou les décrets Bertrand mais malgré cette loi, malgré le Plan cancer, le prix du tabac n’a pas été autant augmenté que prévu. Par des tactiques extrêmement complexes et sophistiquées, ces industriels font tout pour passer à travers la loi Evin. C’est un lobby très puissant, très présent dans les grandes instances et même au gouvernement.”

A noter : depuis le 21 avril une nouvelle campagne est en cours pour lutter contre le tabagisme. Des images particulièrement choquantes (dents noircies, poumons nécrosés...) sont désormais apposées sur les paquets de cigarettes

Cancer du sein : le plus mortel chez la femme

Le cancer du sein est le cancer le plus mortel chez les femmes. Très répandu, on recense en France près de 50 000 nouveaux cas chaque année. Il touche une femme sur 10 au cours de sa vie et est responsable de plus de 11 000 décès en 2010.

Mais pris en charge à temps, le cancer du sein à un très bon pronostic. Cela souligne l’importance du dépistage dès l’âge de 40 ans. La mortalité par cancer du sein diminue ainsi chaque année de 1,3% grâce au dépistage.

L'un des causes du cancer du sein est génétique. En effet 5 à 8 % sont d'origine "familiale". Lorsqu'il y a un antécédent de cancers du sein chez une mère, une soeur ou une tante, un dépistage plus précoce est préconisé.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Il est dur d’influer sur l’incidence du cancer du sein. Un des facteurs de risques est l'âge de la première grossesse. On ne peut pas conseiller à une femme de faire un enfant plus tôt ! Par contre, la prévention peut être utile sur les autres facteurs de risques comme les mauvaises habitudes alimentaires, le tabagisme...

Dans les cas de cancer du sein, c’est le cancer métastatique qui est le plus “gros tueur”. Le problème est qu’à l’heure actuelle on ne sait pas encore différencier les 80 % de cas de cancer du sein qui ne rechutent pas, des 20% de cas qui rechutent. La recherche travaille actuellement sur cette question. A terme, nous pourrons avoir un traitement adapté pour chaque cas de figure, évitant le sur traitement d’un coté et le sous traitement de l’autre. C'est la médecine personnalisée.

Cancer colorectal : 2e cancer le plus mortel en France

Le cancer colorectal n’est pas un cancer au mauvais pronostic mais c’est un cancer très répandu avec près de 38 000 nouveaux cas chaque année. Le cancer colorectal est le deuxième plus mortel chez les hommes (9 200 décès en 2010) et les femmes (8 200 décès en 2010).

L'incidence du cancer colorectal ne diminue pas mais sa mortalité est en baisse, principalement grâce au dépistage généralisé et aux progrès de la médecine. Le dépistage du cancer cororectal se fait par le biais d'un hémocult (dépistage de sang dans les selles) complété si besoin par une coloscopie. Généralement il est indiqué dès l’âge de 50 ans puis tous les deux ans. Si le patient a des antécédents familiaux, le médecin peut préconiser un dépistage précoce.

Lorsqu’il est pris en charge à temps, à un stade local, le cancer colorectal permet une survie relative de 87%.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Le cancer colorectal est un cancer que l’on sait assez bien soigner grâce à plusieurs thérapies existantes (chirurgie, radiothérapie, curiethérapie, chimiothérapie). On arrive à bien le maîtriser et à obtenir un bon pronostic. Mais pour cela il faut qu’il soit pris en charge assez tôt. Il rechute souvent lorsqu’il est opéré tardivement.”

Cancer de la prostate : 3e cancer le plus mortel chez l'homme

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez les hommes et le troisième plus mortel. On estime à 8 800 le nombre de décès par cancer de la prostate en 2010. Il représente 33% des cas de cancer chez l’homme.

Le cancer de la prostate est celui dont le nombre de cas a le plus augmenté. Mais sa mortalité diminue d’année en année, notamment grâce au dépistage.

En effet, une fois pris en charge, s’il est détecté assez tôt, il a un bon pronostic. Cependant, ce cancer fait l’objet de débats au sein des instances spécialisées, notamment autour de l’utilité, ou non, d’un dépistage généralisé.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer “ Le dépistage de la prostate conduit à un surdiagnostic du cancer de la prostate. Est-il acceptable en France que la moitié des malades soit opérée d'un cancer de la prostate qui n'aurait pas évolué ? De plus, les effets sur les patients sont dramatiques tant psychologiquement que physiquement avec de nombreux cas d'impuissance par exemple suite à une ablation de la prostate.

Si à partir de 70 ans on fait un test sanguin du PSA (Antigène Prostatique Spécifique) , il y a de grandes chances de détecter systématiquement de petits cancers et on va opérer de la prostate des hommes pour lesquels un simple suivi clinique suffirait pour la plupart !”

Cancer du pancréas : mortel dans 95 % des cas

Le cancer du pancréas est mortel dans 95 % des cas. La survie relative à 5 ans, pour un cancer au stade local, est de 24% et de seulement de 2 % s'il est au stade métastasique.
Le cancer du pancréas touche un peu plus souvent les hommes que les femmes et survient généralement après 65 ans. La consommation excessive d’alcool fait partie des facteurs de risques reconnus. Le tabagisme et l'obésité augmentent aussi la possibilité de développer un cancer du pancréas. On compte chaque année plus de 7 200 nouveaux cas et environ 7 800 décès en France, selon l'Institut National de Veille sanitaire.

Le cancer du pancréas est une maladie pour laquelle il n’existe pas de dépistage, ce qui le rend d’autant plus grave. Les signes cliniques (amaigrissement, fatigue...) apparaissent tardivement et le cancer est souvent détecté trop tard pour être opéré. A l’heure actuelle, le cancer du pancréas répond mal aux traitements et son pronostic est mauvais dans la grande majorité des cas.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “ Le cancer du pancréas se guérit très mal, mais les progrès sont notables. Comme pour le cancer du poumon, bien que la recherche commence à porter ses fruits, il n’y a pas encore de chimiothérapie totalement efficace. Sans signes avant-coureurs, sans outils de dépistage, le cancer du pancréas est souvent diagnostiqué trop tard.

Le cancer du pancréas est, avec le mélanome, un des cancers sur lesquels on travaille le plus afin d'élaborer de nouveaux traitements.”

Cancer de la peau : le mélanome particulièrement agressif

Le mélanome cutané, forme de cancer de la peau, représente environ 7 000 cas par an en France. Il est responsable d'environ 800 décès chez les hommes et 690 chez les femmes.
Le cancer de la peau se présente sous deux formes : le mélanome et le carcinome. On comptabilise 80 000 cas et tend à augmenter ses dernières années. Le carcinome représente 90 % des cancers de la peau et ne donnent que rarement des métatastases. Le mélanome par contre est plus connu car c'est le plus agressif. Il se développe à partir des grains de beauté.
On note pourtant une baisse du nombre de cas de mélanome chez la femme. Ce phénomène s’expliquerait par une meilleure sensibilisation des femmes, qui prennent plus de mesures de prévention (écran total, pas d'exposition aux heures les plus ensoleillées..) et consultent plus souvent leur dermatologue.

Le mélanome métastatique, donc non opérable, tue dans 95% des cas. La survie relative d’un mélanome détecté assez tôt, à un stade I ou II est bonne : plus de 85 % à 5 ans. Passé ce stade, le pronostic chute inexorablement : dès le stade III, la survie relative à 5 ans est de 15%.

L’avis du Professeur Gilbert Lenoir, Président de la Ligue contre le cancer : “Toutes les découvertes, et en particulier les recherches que la Ligue finance, ont récemment permis d’avoir des espoirs fantastiques, notamment sur le mélanome.

On a enfin des medicaments qui permettent d’éradiquer de façon temporaire une maladie généralisée, ce qui laisse entendre que si l’on parvient à combiner plusieurs traitements, on pourra probablement guérir une part importante de cancers qui sont considérés actuellement comme de très mauvais pronostic.
Le mélanome, plus particulièrement, est un cancer qui augmente de façon constante dans nos populations à cause de l’exposition au soleil, en particulier dans l’enfance. D’où l’importance de la prévention. Il faut consulter régulièrement son dermatologue.

Détecté à temps, il suffit d’une légère chirurgie pour venir à bout d'un mélanome. Mais une fois qu'il a atteint le derme, même après traitement, tout rechute équivaut quasiment à un arrêt de mort.”

A suivre

Source Medisite Elodie Barakat, journaliste santé

Validé par Pr Gilbert Lenoir, Président de la Ligue

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 09:04

Quatre laxatifs naturels sans danger

constipation

Les pruneaux

En jus (le matin à jeun), ou trempés dans un verre d’eau (la veille), ou tels quels au goûter.
Il s’agit d’un laxatif naturel performant. On commence par un verre le matin, ou 5 pruneaux trempés avant d’augmenter la dose si nécessaire.

Le kiwi

1 à 2 kiwis le matin avant le petit-déjeuner. Un effet étonnant, pour ce laxatif naturel peu connu et souvent bien accepté, même par les enfants.

Les eaux riches en magnésium et en sulfates

Pour un effet laxatif, on conseille de boire un à deux verres avant les repas, 1 à 2 fois par jour.

L’huile d’olive

Remplir 1 cuillère à soupe, avec de l’huile d’olive, et du de jus de citron.

A avaler le matin à jeun. Elle est aussi considérée comme un laxatif naturel.

Un remède de grand-mère qui a fait ses preuves.

Source Le Soir d’Algérie.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 16:03

 Et s'il suffisait de maigrir ?

peniscope

 

Les brûlures d'estomac, qui concernent nombre d'entre nous, seraient fortement liées à notre poids, donnant l'avantage aux plus minces.

En effet, plus le poids augmente, plus le risque de souffrir de brûlures d'estomac s'accroît et plus les symptômes sont fréquents.
Brûlures d'estomac et reflux gastro-œsophagien
Les brûlures d'estomac ou remontées acides de l'estomac vers l'œsophage, également dénommées reflux gastro-œsophagien (RGO), touchent une grande partie de la population et peuvent provoquer une gêne quotidienne très importante. On estime également que les symptômes du RGO se manifestent au moins une fois par semaine chez 20 à 30% des adultes. Attention, car de telles régurgitations peuvent entraîner une inflammation de l'œsophage. Le plus souvent, les reflux acides sont dus à une hernie hiatale, une partie de l'estomac passant dans le thorax à travers le diaphragme. Les cas les plus graves relèvent de la chirurgie, sinon il existe des traitements médicamenteux et des consignes d'hygiène de vie : éviter les repas copieux, le café et les boissons effervescentes, arrêter le tabac et surélever sa tête de lit, respecter un délai de 3 heures entre le dîner et le moment du coucher, etc.
La fréquence des brûlures d'estomac augmente avec le poids
La réduction pondérale fait également partie des consignes susceptibles d'atténuer les brûlures d'estomac. Une nouvelle étude confirme le lien entre la survenue des symptômes du RGO et le poids, suggérant que toute perte de poids est bénéfique pour atténuer les remontées acides.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 07:14

Santé - 15 aliments qui boostent le désir

aliments-natuels-a-propriete-aphrodisiaques.jpg

 

L’été, la libido est au top ! Alors voici ce qu’il faut manger pour la maintenir au beaux fixe toute l’année.

1/ Amandes
Ces fruits secs sont plein de graisses essentielles qui régulent les prostaglandines, nécessaires à la production d’hormones sexuelles. Elles contiennent aussi de la vitamine E qui améliore la qualité du sperme grâce à son pouvoir antioxydant.

2/ Concombre
Mauvaise blague à part, il participe à une meilleure vie sexuelle… Une étude américaine a établi qu’une des senteurs qui boostait le plus la libido des femmes était – que vous le croyez ou pas – le concombre ! Faites-lui manger râpé dans du yaourt avec des feuilles de menthe…

3/ Pop-corn
Ce standard de la salle obscure est l’aliment qui contient le plus d’arginine végétale, le composant principal du sperme. De nombreuses études ont montré l’importance de l’arginine dans le nombre de spermatozoïdes, leur mobilité et leur qualité. Évitez de les prendre sucrés ou beurrés… ça n’apporte rien de plus !

4/ Ail
Il est plus connu pour être un tue l’amour qu’un excitant… et pourtant. L’ail est un aphrodisiaque puissant. Le tueur d’haleine contient un ingrédient de poids appelé allicine qui accroît la circulation sanguine et la libido. En revanche, n’oubliez pas d’apporter vos chewing-gums à la menthe ou elle vous laissera le temps d’en sentir les effets.

5/ Poulet
Maintenant un haut taux de testostérone est important pour tous les aspects de la vie sexuelle, de la production du sperme aux fonctions érectiles en passant par le désir. La production de cette hormone dépend beaucoup du zinc et de la vitamine B6, deux aliments qu’on trouve en abondance dans le poulet.

6/ Miel
Dans la Perse antique, les couples avaient coutume de boire de l’hydromel – vin à base de miel – pendant un mois après leur mariage (le mois du miel, aussi appelé lune de miel). Ce nectar des abeilles est riche en vitamines du groupe B intervenant dans la production de la testostérone. Son fructose améliore la résistance et l’énergie.

7/ Pastèque
Des scientifiques texans ont démontré que manger de la pastèque avait les mêmes effets que le Viagra. Eh oui ! Comme elle contient de la citrulline et de l’arginine – acides aminés -, elle active la production d’oxyde nitrique qui détend les vaisseaux sanguins. La même action que le Viagra, mais sans ordonnance.

8/ Crevettes
Ces copines de poissons contiennent leur lot de zinc qui booste la libido et la production de sperme. Également au rendez-vous, le calcium et le magnésium, importants pour la contraction des muscles, et le sélénium qui aide à réguler le désir, le nombre de spermatozoïdes et la fertilité. Les crevettes contiennent aussi de la phénylalanine, un acide aminé qui joue sur l’humeur et l’appétit sexuel.

9/ Thon
Le thon est riche en vitamine B3 dont l’effet dilatateur peut booster votre vie sexuelle. Vous pouvez faire l’expérience d’orgasmes plus intenses, d’une amélioration du toucher et d’une érection améliorée. Faites en sorte qu’il soit au menu le jour J.

10/ Banane
Les bananes contiennent un alcaloïde appelé bufoténine qui joue sur l’humeur, la confiance en soi et le désir. La partie qui en contient le plus est celle juste sous la peau, donc essayez de les faire au four… ou au barbecue avec du chocolat noir (aux vertus mentionnées ci après) et enveloppées de papier-alu. Grattez bien la peau… Mmmmmm…

11/ Glace à la vanille
La vanille est utilisée partout, de la nourriture au désodorisant pour toilettes. Et ce n’est pas un hasard… Selon une étude américaine, la vanille boosterait la circulation sanguine dans le pénis. Acheter un pot d’Häagen-Dazs lui fera doublement plaisir…

12/ Gingembre
Selon une étude britannique, des rats mâles ayant mangé du gingembre ont les testicules plus lourds que les autres. Les chercheurs estiment que le gingembre a un effet similaire sur l’être humain.

13/ Chocolat noir
Selon une étude allemande, le chocolat noir réduit l’hypertension, ce qui aiderait les hommes souffrant d’impuissance. Les flavonoïdes du cacao participent à produire de l’oxyde nitrique, composé chimique qui aide à la dilatation des muscles vasculaires péniens. Cela améliore la circulation sanguine et donc l’érection.

14/ Tomate
Appelée aussi « pomme d’amour », la tomate a une réputation sexy, principalement basée sur sa couleur et sa texture. Son haut taux en bêta-carotène – que le corps convertit en vitamine A – rend cet aliment essentiel à la bonne santé sexuelle. La vitamine A joue aussi un rôle dans la production de testostérone.

15/ Céleri
Les Romains dédiaient le céleri à Pluton, le dieu du sexe. Ils utilisaient ses vertus aphrodisiaques dans de nombreux plats. Il est bourré d’androstérone et d’androsténol, des phéromones supposées attirer les femmes. De plus, mordre dans une branche de céleri nettoie les dents, ce qui peut aider une fois que les phéromones ont commencé à agir.

Source Men’sHealth

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0