Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 22:13

Il filme la scène avec son téléphone

photo-amours-coupables.jpg

 

Une personne pianote sur son téléphone portable

Une enseignante brésilienne âgée de 30 ans a pratiqué une fellation sur son élève de 13 ans. Ce dernier a filmé la scène avec son téléphone portable.

Cette enseignante qui donnait un cours particulier de langues n'a eu d'autre choix que de passer aux aveux, étant donné qu'une vidéo de sept minutes avait été diffusée sur le web par le jeune garçon. La trentenaire risque la prison ferme pour "viol sur personne vulnérable".

Le père de l'enfant défend l'enseignante

"Le garçon était consentant. Ma cliente est surprise par le retentissement médiatique de cette affaire. Elle ne pensait pas que le garçon allait publier les images sur Internet. Cela prouve qu'il n'est pas si candide !" a déclaré l'avocate de l'élève dans le journal Correio. L'enseignante était cependant consciente que le garçon filmait la scène puisque, dans la vidéo, on l'entend lui demander de ne "prêter le téléphone à personne".

Le père de l'enfant a demandé le classement du dossier et a expliqué que l'enseignante les avait beaucoup aidés après le décès de son épouse, quatre mois auparavant. 

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 22:09

Français et Italiens, les plus infidèles des Européens

franceitalieinfidelite.jpg

 

Une enquête réalisée par l’Ifop dans six pays européens et publiée ce jeudi révèle que les Français et les Italiens sont les champions de l’infidélité. En Europe, plus d’un homme sur deux (55%) et environ une femme sur trois (32% en France et 34% en Italie) auraient déjà été infidèles.

Les résultats de cette étude destinée à Gleeden, site de rencontres extraconjugales, viennent confirmer les idées reçues sur les hommes des pays latins, plus enclins à l’infidélité. A l’inverse, la proportion d’hommes infidèles est moins forte dans les « pays à dominante protestante », comme au Royaume-Uni (42%) ou en Allemagne (46%).

Et cette forte tendance à l’infidélité en France et en Italie se retrouve même chez les hommes politiques. L’affaire Julie Gayet qui a éclaboussé l’Élysée en ce début d’années en est la preuve. De même, l’ancien président italien Silvio Berlusconi est connu pour ses frasques extra-conjugales.

L’étude observe également que l’infidélité entre les sexes est mieux répartie dans les pays du Nord, notamment en Allemagne, où 43% des femmes déclarent avoir été infidèles, soit presque autant que les hommes.

On apprend également, bien que l’on s’en doutait, que les Italiens sont ceux qui usent le plus des jeux de séduction et des échanges de messages.

Le sondage a été réalisé en ligne du 7 au 13 janvier 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 4.800 personnes âgées de 18 ans et plus. Les pays concernés sont la France, l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Belgique.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:08

L’étranger à la maison

point interrogation

 

Quelques années avant ma naissance, mon père connut un étranger récemment arrivé dans notre village.
- Depuis le début, mon père fut subjugué par ce personnage, si bien que nous en arrivâmes à l’inviter à demeurer chez nous.
- L’étranger accepta et depuis lors il fit partie de la famille.
- Moi je grandissais, je n’ai jamais demandé d’où il venait, tout me paraissait évident.
- Mes parents étaient enseignants : ma maman m’apprit ce qu'était le bien et ce qu'était le mal et mon père m’apprit l’obéissance.
- Mais l’étranger c’était un conteur, un enjôleur.
- Il nous maintenait pendant des heures, fascinés par ses histoires mystérieuses ou rigolotes.
- Il avait la réponse à tout ce qui concernait la politique, l’histoire ou les sciences.
- Il connaissait tout du passé, du présent , il aurait presque pu parler du futur !
- Il fit même assister ma famille à une partie de football pour la première fois.
- Il me faisait rire et il me faisait pleurer.
- L’étranger n’arrêtait jamais de parler, ça ne dérangeait pas ma Maman.
- Parfois elle se levait, sans prévenir, pendant que nous continuions à boire ses paroles, je pense qu’en réalité, elle était partie à la cuisine pour avoir un peu de tranquillité. (Maintenant je me demande si elle n’espérait pas avec impatience qu’il s’en aille.)
- Mon père avait ses convictions morales, mais l’étranger ne semblait pas en être concerné.
- Les blasphèmes, les mauvaises paroles, par exemple, personne chez nous, ni voisins, ni amis, s’y seraient permis.
- Ce n’était pas le cas de l’étranger qui se permettait tout, offusquant mon père et faisant rougir ma maman.
- Mon père nous avait totalement interdit l’alcool.
- Lui, l’étranger il nous incitait à en boire souvent.
- Il nous affirmait que les cigarettes étaient fraîches et inoffensives, et que pipes et cigares faisaient distingué.
- Il parlait librement (peut-être trop) du sexe.
- Ses commentaires étaient évidents, suggestifs, et souvent dévergondés.
- Maintenant je sais que mes relations ont été grandement influencées  par cet étranger pendant mon adolescence.
- Nous le critiquions, il ne faisait aucun cas de la valeur de mes parents, et malgré cela, il était toujours là !
- Cinquante ans sont passés depuis notre départ du foyer paternel.
- Et depuis lors beaucoup de choses ont changé: nous n’avons plus cette fascination.
- Il n’empêche que, si vous pouviez pénétrer chez mes parents, vous le retrouveriez quand même dans un coin, attendant que quelqu’un vienne écouter ses parlotes ou lui consacrer son temps libre....
- Voulez-vous connaître son nom?

Nous, nous l’appelons ....... Téléviseur !
Remarque :
Il faudrait que cette belle histoire soit lue partout.
Attention : maintenant il a une épouse qui s’appelle Ordinateur !
...et un fils qui s’appelle Portable !

Et un neveu pire que tous ! Lui c’est le SMART PHONE

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:41
Le pape prend ses distances avec les créationnistes et avec les darwinistes
statue de darwin
Dans Création et Evolution (Sankt Ulrich Verlag, 162 p., 17 euros), un ouvrage publié le 11 avril en Allemagne et en langue allemande, le pape Benoît XVI se prononce sur la controverse opposant "évolutionnistes" et "créationnistes". Il tient la position suivante : si les sciences ont permis des progrès remarquables, les théories de Charles Darwin (1809-1882) sur l'évolution des espèces ne sont pas capables de tout expliquer.
Ce livre est le fruit d'un colloque qui, en septembre 2006, avait réuni à Castelgandolfo, en Italie, théologiens, biologistes et philosophes, comme Peter Schuster, président de l'académie autrichienne des sciences, Robert Spaemann, philosophe allemand de sciences politiques, le jésuite Paul Erbrich, professeur de philosophie de la nature, et le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne qui l'a préfacé. Le pape rejette à la fois "un créationnisme qui exclut catégoriquement la science" et "une théorie de l'évolution qui dissimule ses propres faiblesses et ne veut pas voir les questions qui se posent au-delà des capacités méthodologiques de la science naturelle".
Beaucoup de réticences
"La science seule n'est pas en mesure d'expliquer les origines de la vie, ajoute-t-il. Elle est toujours limitée." La théorie de Darwin "n'est pas totalement démontrable en laboratoire, parce que des mutations sur des centaines de milliers d'années ne peuvent pas être reproduites en laboratoire", estime Benoît XVI.
Cette intervention du pape fait suite à la polémique née, en juillet 2005, de la publication dans le New York Times d'une tribune du cardinal Schönborn. Celui qui passe pour le meilleur interprète de la pensée de Benoît XVI avait nié que l'Eglise catholique se soit ralliée à la théorie évolutionniste quand, en 1996, le pape Jean Paul II avait affirmé : "La théorie est plus qu'une hypothèse."
En fait, après avoir longtemps combattu les thèses de Darwin, l'Eglise catholique considère aujourd'hui que la théorie de l'évolution n'est pas incompatible avec son enseignement. Mais elle éprouve encore beaucoup de réticences à son égard, comme le prouve cet ouvrage. Et elle s'inquiète surtout de l'influence du "darwinisme social" et des théories évolutionnistes en matière d'économie et d'éthique médicale.
Les principes de la sélection naturelle appliqués à l'homme sont, pour l'Eglise catholique, totalement inacceptables.
Source Le Monde
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:19

"Les vrais cas de possession sont rarissimes"

exorciste.jpg

 

Oui, il est bien le prêtre exorciste du diocèse de Toulouse. Mais «l’anonymat absolu» sera la condition sine qua non de l’entretien. «Sinon, je n’aurais plus qu’à déménager», justifie-t-il, le sourire las… Tant il est déjà demandé et tant les fantasmes entourant son ministère multiplient les sollicitations.

Petit pavillon en banlieue toulousaine… Dans le salon près de la bibliothèque, l’abbé Pierre se tient en photo sur le mur, à droite d’une Vierge à l’Enfant. Laquelle contemple une longue table, couverte de dossiers, de documents et de livres érudits. Pas de traités de démonologie mais plutôt le philosophe Paul Ricoeur parlant du Mal et du Pardon… «Vous savez, le mal est une réalité, nous le voyons tous les jours à la télé. Mais il ne faut pas invoquer le Malin à tort et à travers. Jésus l’a dit : «le mal est ce qui sort du cœur de l’homme», commence alors ce père qui préfère rendre à César ce qu’on prête trop facilement à Satan.

Discret septuagénaire, lui fuit comme la peste le folklore spectaculaire et les souverains poncifs, supposés attachés à sa fonction depuis un certain film… «l’Exorciste et ses dérivés, qui continuent à faire beaucoup de dégâts puisqu’après chaque diffusion, nous sommes assaillis de demandes», résume-t-il, attristé par le «manque d’esprit critique» du temps présent.

Dans une autre vie ? Il a été juriste avant d’être ordonné, voilà quarante ans. Et depuis six ans, il est donc celui que l’archevêque de Toulouse a désigné pour assumer le ministère d’exorciste du diocèse ; prêtre qui a de la bouteille, en général, pour «une pastorale du discernement», rappelle le Service national de pastorale liturgique et sacramentelle qui publie le vade-mecum officiel sur la question.

Bon an mal an, il reçoit ainsi environ 250 personnes, en moyenne, «des hommes, des femmes de tout âge toute condition, dont la demande, le plus souvent, concerne des sorts jetés, ce qui, au passage, ne relève pas de l’exorcisme… Mais, de fait, à partir du moment où ils sont persuadés d’être la victime d’un sort parce qu’ils voient les difficultés, les accidents de la vie s’accumuler, ils vont mal et sont dans une réelle souffrance», constate-t-il. «Je les accueille alors pour les aider à alléger cette souffrance, car mon ministère est un ministère d’écoute, de charité et je ne les laisse jamais repartir sans que nous ayons dit la prière de délivrance», ajoute-t-il soulignant que la pratique du prêtre exorciste est désormais «très encadrée».

Car aujourd’hui, c’est un véritable service qu’anime le prêtre, afin de prendre en charge celles et ceux qui se croient envoûtés ou possédés. «Je travaille avec une religieuse, un psychologue et un médecin et je rends compte à l’évêque», précise-t-il.

Permanence téléphonique permettant de jauger les demandes puis rendez-vous, «en présence du médecin lorsque je le juge nécessaire, sinon je refuse», et ce, afin d’élucider les difficultés et clarifier les symptômes et leur origine…

Parmi les signes d’obsession du démon que la tradition a ainsi retenus et que Le Rituel de l’Exorcisme et Prières de Supplications liste sous sa belle couverture rouge ? Il y a, par exemple, «le fait de parler ou comprendre une langue inconnue, dévoiler des faits lointains ou cachés, faire preuve de forces qui dépassent selon l’âge et la condition des forces naturelles…»

Avec le praticien, ils ont ainsi reçu un homme qui éructait un étrange sabir pouvant laisser penser qu’il était possédé… «Mais il avait surtout besoin d’une écoute et au bout d’une demi-heure, on lui a fait remarquer qu’il s’était remis à parler normalement. Qu’il fallait donc peut-être chercher une autre piste…»

Déjouer” l’enfer du décor” pour orienter alors le patient vers un médecin, un psychologue, un psychiatre sans le brusquer ni le braquer, le mot “psychiatrie” l’effrayant souvent plus que ses propres démons… Une part non négligeable de l’art de l’exorciste, confie en substance ce prêtre qui prend donc le temps de «leur expliquer que le psychiatre est d’abord un médecin et que ça ne veut pas dire qu’ils sont fous»

Pédagogie qu’appliquent également lorsqu’ils l’estiment nécessaire ses collègues de Tarbes et Lourdes, les pères Lucat et Villeneuve. «Les gens qui se disent envoûtés ? C’est souvent une espèce d’alibi humain qui permet de rejeter sa propre responsabilité dans le mal et moi je les mets en garde contre le fait de penser Satan aussi puissant que Dieu et contre les marabouts qui fleurissent en prétendant les libérer en une séance. Ils sont d’abord une souffrance sur laquelle je les invite à mettre des mots», confie ce dernier, voyant lui aussi «progresser la superstition qui dispense du retour sur soi-même et n’épargne personne. Car il n’y a pas que les chrétiens qui me sollicitent, les non croyants aussi… Lorsque je les invite à prier, certains ne connaissent même pas le Notre Père… Et puis il m’arrive aussi de répondre à des musulmans», poursuit-il.

âgé de 89 ans, le père Lucat, lui, a repris son activité il y a 15 jours depuis la chambre de sa maison de retraite, «pour rendre service» et «j’ai déjà une quarantaine de demandes», pointe-t-il. «La première chose que je fais, c’est de leur apprendre à prier, le sens de la prière lorsqu’on dit «ne nous laisse pas tomber dans la tentation, délivre-nous du mal», ce mal qu’on laisse pénétrer en soi, qu’il faut éradiquer et qui se résume parfois à la mauvaise influence d’un proche, d’un collègue, d’un parent qui vous veut du mal», explique-t-il. Quant à Satan, l’esprit du mal justifiant un exorcisme ? «Les vrais cas de possession sont rarissimes» s’accordent-ils tous.

Cette maison «hantée» où le frigo s’arrête et repart ? «Mieux vaut appeler l’électricien… C’est comme les cas de lévitation dont on me parle en me disant «vous avez vu ! ?». Oui mais justement… je n’ai pas vu…», hoche de la tête notre prêtre toulousain. «En six ans je n’ai été confronté à aucun cas de possession au sens où nous l’entendons mais j’ai fait quelques exorcismes, car ça pouvait aider à débloquer une situation, entamer un cheminement», précise-t-il.

«Oui, rarissime à notre niveau», confirme le père Marc Prigent, ancien exorciste du diocèse de Pamiers, aujourd’hui en Bretagne. «Personnellement, en un peu plus de dix ans, je n’ai été confronté à des manifestations hors du commun que deux fois. La plus spectaculaire était une dame d’une quarantaine d’années au physique fragile qui venait volontairement. Elle a eu beaucoup de mal à entrer dans la chapelle et lorsqu’on a commencé à prier, elle s’est mise à transpirer avant de perdre le contrôle en une sorte de transe, soulevant comme des fétus de paille des bancs très lourds. La violence qu’elle exprimait était animale, avec changement de voix, d’attitude. Je lui ai demandé de se faire accompagner par un psychologue ou un psychiatre, mais elle a refusé car pour elle, elle n’était pas «folle». Comme elle ne voulait pas de cet accompagnement, je lui ai dit que dans ces conditions, je ne pouvais pas continuer non plus à l’accompagner spirituellement… Cela a été très difficile pour moi car je voyais bien qu’elle souffrait énormément…», confie-t-il. «L’ignorance, mère de tous les maux», disait le moine Rabelais. «Mais en l’état, tout n’est pas explicable par la science…» conclut le père Prigent.

«Les vrais cas de possession sont rarissimes »

Source La Dépêche du Midi Pierre Challier

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 00:03

Du calme, le voyage est si court...

trou-du-cul

 

Une jeune fille avait pris place dans un véhicule public :
Une vieille dame grincheuse vint s’asseoir à côté d’elle, en la bousculant, portant divers sacs.
Le voisin, pris de colère, demanda à la jeune fille pourquoi elle n’avait pas protesté et fait valoir son droit: elle répondit avec un sourire: «Ce n’est pas la peine de se disputer pour si peu, le voyage ensemble est si court!» Je descends à la prochaine station...

Voici une réponse qui devrait être une devise écrite en lettres d’or dans nos comportements de tous les jours, et partout: «Ce n’est pas la peine de se disputer pour si peu, le voyage ensemble est si court!». Si chacun pouvait se rendre compte que notre passage ici-bas est de si courte durée, l’assombrir par de futiles disputes serait une perte de temps et d’énergie.
Quelqu’un nous a-t-il blessé le cœur ?
Du calme, le voyage est si court!
Quelqu’un nous a-t-il trahi, brimé, ou humilié?
Du calme, le voyage est si court!
Quel que soit ce que l’on nous fera comme peines, rappelons-nous que le voyage ensemble est si court...
Revêtons-nous donc de douceur. La douceur est une vertu qui n’a jamais été synonyme de manque de caractère ni de lâcheté, mais bien plus synonyme de grandeur. Notre voyage ensemble ici-bas
est bien court et il est sans retour...
Personne ne connait la durée de son voyage!
Personne ne sait s’il devra descendre à la prochaine station!

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 00:03

Universels

calins.jpg

 

Ils ne nécessitent aucun versement mensuel et ne contiennent aucune pièce mobile.
N'occasionnent aucuns frais et ne requièrent aucune pile.
Ils sont non taxables et à l'abri de l'inflation.
Ils s'avèrent même excellents pour la relaxation.
Ils ne craignent pas les voleurs et ne polluent pas.
Sont offerts en une seule grandeur et ne se volatilisent pas.
Ils ne consomment à peu près pas d'énergie, mais redonnent beaucoup de vie.
Ils soulagent le stress et la douleur.
Ils alimentent votre bonheur.
Ils combattent la dépression et créent la joie.
Ils rehaussent même l'estime de soi! Ils améliorent la circulation de votre sang et ne causent aucun effet secondaire déplaisant.
Ils constituent, à mon avis, un remède digne de Merlin :
Ce sont, je vous les recommande.
Les câlins!

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 09:17

Les Français et le grand amour

A la question "Avez-vous le sentiment d'avoir déjà connu ce qu'on appelle un grand amour ?", 81% des Français ont répondu par l'affirmative. Sur ce point hommes et femmes sont sur un pied d'égalité. Chacun ayant répondu "oui", respectivement à 83% et 82%, selon l'étude "Les Français et l'amour" réalisée par TNS Sofres pour Femmes.
La vie affective des Français semble être beau fixe. 67% d'entre eux assurent être en ce moment amoureux. C'est le cas pour 71% des hommes et 64% des femmes. 34% estiment même qu'ils sont éperdument amoureux.
A quoi les Français sont-ils prêts à renoncer par amour ? A pas grand chose en fait. Seuls 39% d'entre eux sont prêts à quitter leur pays, 37% à renoncer à leur carrière professionnelle, 22% à se brouiller avec leur famille ou leurs amis, 21% à quitter leur conjoint, 6% à se convertir à une autre religion et 3% à quitter leurs enfants.
Autre concession que les Français ne sont pas prêts à assumer. 59% pensent que l'on ne peut pas vivre un grand amour sans une sexualité épanouie.
Cette étude a été menée les 11 et 12 mai 2009 sur un échantillon national de 1.000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de TNS Sofres.
Source Une Amoureuse de Toujours
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 08:31

Rire au lit


 

Pour Ahlam Fennou, sexothérapeute, faire l'amour est un moment de partage au cours duquel nous devrions pouvoir vivre pleinement nos émotions. Pourtant, nous oublions souvent d'y...
Pour Ahlam Fennou, sexothérapeute, faire l'amour est un moment de partage au cours duquel nous devrions pouvoir vivre pleinement nos émotions. Pourtant, nous oublions souvent d'y inviter le rire.
Pourquoi rire au lit ? Parce que le rire implique un dépouillement de l'ego, une totale mise à nu où l'on dit à l'autre : "Voilà ce que je suis, c'est là que je suis, c'est là où tu peux me trouver."
Rire, c'est accepter de lâcher le contrôle, cette soi-disant maîtrise qui nous empêche d'aller trouver l'autre dans ce qu'il a de vrai et de plus intime. Les apparences, la peur, la recherche du pouvoir n'ont plus de place. Le rire nous offre la joie d'être nous-mêmes, libre et sans masque, entier dans l'étreinte, ouvert à la surprise.
La sexualité prend alors une nouvelle ampleur : celle de l'altérité et de la reconnaissance. Car on ne rit bien qu'avec nos semblables, ceux qui ont les mêmes codes que nous. Dans cet échange sans drame ni pression, on peut alors vivre les choses d'une manière simple, d'une façon qui nous ressemble.
Autre bénéfice, le rire est une merveilleuse clé pour échapper à la nostalgie du passé et à l'attente du futur. Il nous ramène à notre corps et à l'instant présent, nous permettant de vivre les moments intimes dans leur plénitude. Deux êtres qui s'aiment en ayant comme références l'excitation et la liberté du présent sont au seuil de tous les possibles.
La détente qu'offre le rire à notre corps et à notre esprit est proche de l'orgasme. L'extase amoureuse est un feu d'artifice joyeux. C'est au moment de l'extase, comme à celui du fou rire, que meurt l'illusion de l'ego. Un corps qui rit est un corps qui jouit. Les mêmes hormones du bien-être sont libérées au moment de l'orgasme et pendant un fou rire : les endorphines.
Rire au lit serait donc l'un des chemins les plus directs vers la liberté, et donc vers la jouissance. Oui, mais comment s'y prendre ? Les mots sont à exclure. Pour rire au lit, il est plus prudent de rester concentré sur le corps. Jouer comme des enfants. Une bataille d'oreillers ? Un cache-cache sous la couette ? Libre à vous de trouver votre voie.
Seule précaution, adopter le bon dosage pour ne pas transformer son histoire d'amour ou de sexe en camaraderie. Trop de rire tue le rire, et surtout le désir. Saupoudrons donc d'un brin de mystère, d'une bonne dose d'envie et d'un éclat de rire nos unions à l'être aimé.
Rire me semble essentiel pour continuer à croire en la vie, en sa capacité à s'unir à l'autre. C'est l'une des plus belles invitations au désir. Et si l'orgasme est la petite mort, le rire nous permet de continuer à être vivants. »
Source Medisite

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 00:06

Société - Colère et Amour…

  amour-et-colere.jpg    

Alors qu'un homme nettoyait sa nouvelle voiture,

son fils de 4 ans ramassa un caillou et fit des graffitis sur le côté de sa voiture.  

Dans un accès de colère, sans même regarder ce que représentaient les graffitis,  

l'homme prit la main de son fils et la frappa plusieurs fois,sans se rendre compte qu'il frappait avec une clé à molette.  

A l'hôpital, le garçon perdit tous ses doigts, à cause des multiples fractures dont ils étaient victimes.

Quand le garçon vit son père tout triste, (à cause de sa blessure), il demanda : "Papa, quand est-ce-que mes doigts vont repousser ?"

L'homme fût très secoué par la question et resta sans voix.

Il repartît vers sa voiture et la cogna plusieurs fois.  

Dépité par ses propres actions, il s'assît devant la voiture.

 Alors il vît ce que son fils avait gribouillé sur sa voiture et lut :

"JE T'AIME PAPA !"

 Le jour suivant, l'homme se suicida.

La colère et l'amour n'ont pas de limites.

Choisis toujours le dernier pour avoir une belle et mignonne vie.

Les choses sont créées pour être utilisées et les personnes pour être aimées.

Mais le problème dans le monde d'aujourd'hui est que les personnes sont utilisées et les choses sont aimées.

Durant cette année gardons toujours ceci à l’esprit :

 «Les choses sont créées pour être utilisées, mais les personnes sont créées pour être aimées. » 

Fais attention à tes pensées, elles deviennent souvent des paroles

Fais attention à tes paroles, elles deviennent souvent des actions

Fais attention à tes actions, elles deviennent des habitudes!

Fais attention à tes habitudes, elles deviennent souvent ton caractère!  

Fais attention à ton caractère, il détermine souvent ton destin!

Aujourd'hui est un jour unique!

Je suis heureux d'avoir reçu ce message puisque maintenant....je peux le partager avec des personnes que j’aime.

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0