Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 23:26

La nièce du cardinal pose dénudée pour dévoiler "l'hypocrisie" de son oncle



La nièce du cardinal Antonio Maria Rouco Varela, chef de l'Eglise catholique espagnole, pose en tenue très légère dans un magazine espagnol pour, assure-t-elle, "mettre à nu l'hypocrisie de mon oncle".

L'hebdomadaire de charme et d'investigation Interviu consacre cette semaine sa Une à la "nièce rebelle du cardinal" archevêque de Madrid, Magdalena Rouco Hernandez, qui pose également seins nus sur plusieurs pages intérieures.

"A travers mon oncle, j'ai découvert l'hypocrisie de l'Eglise catholique qui prêche une chose et fait son contraire", déclare cette jeune femme brune de 27 ans, mariée et mère de deux jeunes enfants.

"Mon oncle ne se lasse pas de répéter que la famille est sacrée, qu'il faut la respecter et lutter pour elle, mais ensuite, il méprise et abandonne la sienne", assure la jeune femme.

Celle-ci déclare nourrir une vive rancoeur à l'égard de son oncle, depuis la mort de son propre père il y a sept ans.

"Il n'est pas venu à l'enterrement. Il n'a pas envoyé de fleurs ni adressé de condoléances. La seule chose qu'il a faite a été de mentir. Il m'a dit qu'il ne pouvait pas venir parce qu'il avait une audience avec le Saint-Père et il m'a invitée à recommander mon âme à Dieu", déclare Magdalena.

La jeune femme assure ensuite avoir appris par un proche que son oncle n'avait en réalité pas rendez-vous à ce moment-là avec le pape Jean Paul II.

Elle affirme que son indignation a redoublé après s'être fait récemment éconduire par le cardinal à qui elle demandait de l'aide parce que son époux avait été licencié de son entreprise.

"Je crois que c'est parce que nous sommes pauvres qu'il se cache de nous", assure la pulpeuse Magdalena.

Le cardinal Rouco Varela, 71 ans, tenant d'une ligne dure au sein de l'Eglise espagnole, s'est farouchement opposé aux réformes sociétales du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, mariage homosexuel en tête. Il a été élu début mars président de la Conférence épiscopale espagnole (CEE), fonction qu'il avait déjà exercée auparavant.

 

Source : La Dépêche du Midi

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 23:49

Einstein qualifiait la religion 'd'enfantine' dans une lettre mise aux enchères...


 

LONDRES — Dans une lettre écrite environ un an avant sa mort et qui sera vendue aux enchères cette semaine à Londres, Albert Einstein écrit que l'idée de Dieu est née de la faiblesse humaine et qualifie la Bible de "vraiment enfantine".

La lettre, écrite à la main en allemand, sera vendue par Bloomsbury Auctions jeudi. Elle devrait rapporter entre 12 000 $ US et 16 000 $ US.

Einstein, qui a aidé à comprendre les mystères de l'univers avec sa théorie de la relativité, a fréquemment exprimé des vues complexes et potentiellement contradictoires au sujet de la foi.

Il semblait ainsi croire que la spiritualité se retrouvait partout dans l'univers, tout en rejetant le concept des religions organisées.

La lettre en question, envoyée au philosophe Eric Gutkind en janvier 1945, permet de constater que la position d'Einstein ne s'est pas ramollie au fil des ans.

Il écrit ainsi que "pour moi, le mot 'Dieu' n'est rien de plus que l'expression et le produit de la faiblesse humaine (et) la Bible une collection de légendes honorables mais primitives qui n'en demeurent pas moins très enfantines".

"Pour moi, ajoute-t-il, la religion juive, comme toutes les autres religions, est l'incarnation des superstitions les plus enfantines."

Un porte-parole de Bloomsbury a indiqué que la maison est "certaine à 100 pour cent" de l'authenticité de la lettre.

Pour sa part, le professeur John Brooke, de l'Université d'Oxford, estime que la lettre confirme qu'"Einstein n'était pas un croyant ordinaire" - même s'il n'était pas non plus athée. Il ajoute qu'Einstein croyait "qu'une certaine intelligence s'exprimait dans la nature".

Einstein avait déjà déclaré que l'univers et ses mystères lui inspiraient "un sentiment cosmique religieux", mais aussi qu'il ne croyait pas "au dieu de la théologie qui récompense le bien et punit le mal".

Source : http://canadianpress.google.com/article/ALeqM5hOkFToepWavRFZVZpiwh5_Qen_Bg

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 23:40

Bernard Kouchner a été tenté de démissionner


Le ministre des Affaires étrangères s'est interrogé sur sa place dans l'équipe Fillon après le recours controversé aux tests ADN dans le cadre du regroupement familial.

Le ministre des Affaires étrangères a avoué qu'il avait pensé à quitter le gouvernement à l'automne en raison de désaccords sur la politique de l'immigration.

Bernard Kouchner avance en «homme libre». Il l'a répété à plusieurs reprises jeudi soir sur le plateau d'«A vous de juger», sur France 2. Jusqu'à démissionner en cas de désaccord ? Oui, tranche clairement le ministre des Affaires étrangères, qui admet avoir été tenté de claquer la porte du gouvernement Fillon l'an dernier en raison de désaccords sur la politique de l'immigration. Avant de «changer» lui-même à cet égard.

«J'y ai pensé à ce moment-là», assure-t-il en évoquant le recours controversé aux tests ADN dans le cadre du regroupement familial, au centre d'une vive polémique à l'automne dernier. Il a toutefois souligné que des aménagements avaient été apportés au projet et des garanties données pour que ces tests soient volontaires. «C'est vrai qu'au début j'étais très réticent» à l'égard de la politique prônée par le président Nicolas Sarkozy en faveur d'une «immigration choisie», a-t-il encore reconnu.

Toutefois «sur l'immigration, j'ai changé parce que l'Europe est en train de changer plus que nous» a-t-il ajouté en se référant notamment à l'évolution de pays comme l'Espagne ou l'Italie sur cette question. «Les mesures qu'a proposées (le ministre de l'Immigration) Brice Hortefeux passent pour quelque chose de très sage» au plan européen, a-t-il poursuivi, en rappelant que Paris allait plaider auprès des 27 pour l'élaboration d'un «pacte» sur l'immigration lors de la présidence française de l'Union européenne, au second semestre 2008.

Source 20minutes.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 23:00

Haro sur celui qui est dans le besoin..C’est l’ère bush….89, c’est fini…..

Les riches sont peut être mentalement pourris ; ils exploitent, ils nous volent en toute liberté…mais notre président a tant vanté les bienfaits du profit du chaun pour soi que se développent des campagnes indignes du pays des droits de l’homme…Entendez les tous ces nantis… !!!

 

France: une pub sur les pauvres, "dégueulasses" et pollueurs, cause l'émoi

"Les pauvres sont dégueulasses, ils polluent": ce message publicitaire diffusé en France par un loueur de voitures a suscité l'émoi d'associations, qui ont demandé la suspension immédiate de la campagne.

Avec ce texte provocateur, le loueur Ucar voulait faire campagne pour le rajeunissement du parc automobile et le rétablissement d'une "prime à la casse", au nom de la lutte contre la pollution.

Emmaüs et le Secours catholique ont demandé l'arrêt de cette campagne.

"Nous savons bien qu'il faut une dose de provocation pour qu'une publicité soit remarquée, convenait jeudi le délégué général d'Emmaüs Patrick Dugois, mais comme par hasard on s'en prend là aux pauvres".

"Le publicitaire aurait tout aussi bien pu titrer +les riches sont dégueulasses, ils polluent avec leurs 4x4+ mais non, il accuse les pauvres!", s'exclamait-il.

De son côté, le PDG de la société Ucar, Jean-Claude Puerto-Salavert, admet une dose de provocation dans le choix du message. Pour lui, "la pollution automobile n'est pas un problème de conscience écologique mais de pouvoir d'achat".

Le message sur les pauvres "dégueulasses" était une campagne "ponctuelle" avec deux parutions prévues, dans les quotidiens Le Monde (daté de jeudi) et le Parisien (vendredi), indique-t-on chez le publicitaire Euro RSCG sans préciser si cette dernière est maintenue.

Le Monde indique qu'il s'agit "explicitement d'un message publicitaire, avec sa charge de provocation" et que son lectorat "sait parfaitement lire les publicités et les décrypter".

Source partielle MSN Actualités

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 23:31

Sarkozy: pourquoi l'enfant gâté des médias pique sa colère
Gare à la riposte....des détecteurs, des indicateurs et de la délation en perspective...

Paris Match les copains d'un jour



Le président de la République, on le sait, s'est fâché tout rouge contre ces ingrats de journalistes, devant des élus de sa majorité. "Un aveu de faiblesse politique", selon le président du Forum permanent des sociétés de journalistes, Jean-Michel Dumay.

L'Express a publié il y a quelques mois une interview très fleuve et très complaisante de Carla Sarkozy. Le JDD avait censuré l'an dernier une information sur l'absention de la précédente Mme Sarkozy à la présidentielle.

Aujourd'hui, ces deux journaux n'ont plus l'heur de plaire à l'Elysée. C'est aussi le cas de Marianne, du Parisien et de l'AFP. Leur tort? Si l'on en croit des députés UMP qui affirment reprendre des propos du Président, L'Express, Le Parisien et l'AFP n'ont pas assez relayé la condamnation de Ségolène Royal dans un procès intenté par une ex-collaboratrice.

Une référence aux Guignols, c'est pas drôle

Le JDD est accusé de n'avoir pas repris dans sa version papier un sondage moins défavorable que les autres publié sur son site web. Marianne, qui se réfère cette semaine à un monument de la "culture jeune" -le fameux "Putain, deux ans!" de Chirac dans les Guignols de l'info-, n'est pas jugée très drôle.

Quant à cette effrontée d'Agence France Presse, elle a aggravé son cas en refusant de diffuser un communiqué de l'UMP, selon le principal conseiller de Nicolas Sarkozy pour le domaine des médias, le député Frédéric Lefèbvre. N'en jetez plus! Les médias se rebiffent.

Le chef de l'Etat était habitué à plus de docilité -dernièrement, il a par exemple refusé d'être interviewé par la directrice de l'information de France 2, Arlette Chabot. Il fait donc donner la troupe. Pourquoi maintenant? Et pourquoi n'inclut-il pas Paris Match?

L'outrecuidance de Paris Match

Le fleuron -avec le JDD- de son "frère" Arnaud Lagardère publie cette semaine un superbe reportage photo "exclusif" titré avec poésie: "Un samedi ensoleillé à l'Elysée". Ça commençait plutôt bien, mais dès l'introduction, c'est le drame:

"Aujourd'hui, le moral des Français est en berne. Et la cote de popularité du Président est encore en baisse dans notre sondage."

Match donne ainsi, sans le vouloir, ce qui est sans doute l'explication de la colère élyséenne: un simple contrefeu médiatique sur le thème "je ne fais rien de mal, mais les médias sont injustes", alors que l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à enrayer sa dégringolade sondagière. Quelle outrecuidance!

Les rédactions de la plupart de ces médias sont adhérentes du Forum permanent des sociétés de journalistes. Son président, le journaliste du Monde Jean-Michel Dumay, reste très prudent sur les déclarations relayées par les députés: "Il est difficile de se prononcer précisément dans la mesure où l'on ne fait état que de propos rapportés."

"Pressions politiques"

Mais pour lui, ces remarques peu amènes peuvent "s'apparenter à des pressions politiques" dès lors qu'elles deviennent publiques et sont répétées. D'ailleurs, la majorité parlementaire a tendance à prendre les journalistes pour de simples portes-voix, dont la seule fonction serait de "relayer la communication du pouvoir":

Le président du Forum n'est pas étonné de voir celui de la République s'en prendre aux journalistes. "Il n'est pas le seul", rappelle-t-il, en évoquant François Bayrou. Pour lui, "cela témoigne d'un aveu de faiblesse politique":

L'an dernier, le Forum des sociétés de journalistes avait envoyé une lettre alarmiste au nouveau président de la République. Toujours pas de réponse aujourd'hui. Et selon Jean-Michel Dumay, depuis, "la situation se détériore":

Source : Rue89.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 23:22

Selon Ziegler, 500 entreprises affament le monde

Des métaux jusqu’aux produits agricoles, le marché mondial des matières premières est en baisse, ces derniers jours, alors que le pétrole enregistre toujours des hausses vertigineuses.

La question s’impose : à quoi est du cette chute des prix ? Les analystes,   estiment que «la tendance des cours de la majorité des matières premières échangées sur les marchés mondiaux tels le blé, le maïs et le soja a été baissière sous l’effet de la remonté du dollar et dans un contexte où le pétrole était en hausse continue». Et d’ajouter que «les cours du pétrole continuaient à aligner les records en raison de tensions géopolitiques et sociales dans différentes zones de production».
Certains observateurs convergent à dire que c’est un repli des cours des matières premières très prononcé ou une simple pause, qui devrait bientôt reprendre.
Les prix du blé, du maïs et des graines de soja se sont, en effet,  repliés la semaine dernière sur le marché à terme de Chicago. A titre d’exemple, selon l’information rapportée par APS, le contrat de maïs a clôturé vendredi 20 avril, à 5,7725 dollars, contre 5,9950 dollars vendredi dernier, soit une baisse hebdomadaire de 3,71%. Le contrat de soja, selon la même source, a fini à 13,37 dollars, contre 13,6150 en fin de semaine dernière, en retrait de 1,79%. Le contrat de blé a terminé à 8,1550 dollars le boisseau, contre 8,85 le  20 avril en clôture. Il a perdu, selon la même source, 7,85% sur la semaine. De leur côté, les métaux précieux ont mis un terme à leur reprise des deux semaines précédentes, les cours marquant un net recul dans le sillage du regain de vitalité du dollar. Par ailleurs, l’information publié sur le London Bullion Market, et rapportée par l’APS, fait état d’une légère baisse du prix de l’or, en annonçant que «l’once d’or valait 891,50 dollars vendredi à la clôture, contre 908,75 vendredi dernier». En ce qui concerne l’once d’argent, il valait 16,68 dollars vendredi à la clôture, contre 18,18 vendredi dernier. Et si on se remettait à l’information diffusée sur le New York Mercantile Exchange, le prix du pétrole continue à enregistrer une flambée vertigineuse, puisque le baril de Light Sweet Crude, livraison en juin, a frôlé mardi dernier le seuil symbolique de 120 dollars, atteignant le record absolu de 119,90 dollars. Il a clôturé vendredi dernier à 118,52 dollars le baril contre à 116,69 une semaine plus tôt. Selon la même source, à Londres, le Brent de la mer du Nord, connu pour être plus lourd et plus soufré que le brut coté à New York et par conséquent généralement un peu moins cher, a continué à enchaîner les records tout au long de la semaine, avec un dernier pic vendredi à 117,56 dollars le baril avant de clôturer à 116,34 contre 113,92 une semaine plus tôt.
Dans son nouvel essai, l’Empire de la honte, le sociologue et intellectuel subversif genevois et rapporter spécial sur le droit à l’alimentation de la commission de l’ONU pour les droits de l’homme, M. Jean Ziegler accuse «les sociétés transcontinentales privées d’entretenir la famine, de détruire la nature et de subvertir la démocratie». L’Empire de la honte, selon lui, «c’est l’empire des entreprises transcontinentales privées, dirigées par les cosmocrates. Les 500 plus puissantes d’entre elles ont contrôlé l’an passé 52% du produit mondial brut, c’est-à-dire de toutes les richesses produites sur la planète».  Ziegler n’hésite pas à qualifier les dirigeants de ces multinationales de «meurtriers du monde, qui tuent de faim et d’épidémie 100 000 personnes par jour».
Pour conclure, la crise mondiale étant due plus à la spéculation «œuvre» d’une poignée de grands fortunés de ce monde, ceci prouve l’incapacité des gouvernements de faire face aux appétits féroces de quelques centaines de multinationales qui affament des millions.

Source La Nouvelle République

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 23:22

9 conseils pour ne pas gâcher la première nuit

 

1. Ne vous focalisez pas sur votre performance sexuelle

Une nouvelle relation amoureuse se profile ? Que vous n’ayez plus fait l’amour depuis 3 mois ou 3 ans, vous avez peut-être le trac... Voici neuf conseils pour une première nuit réussie1. Ne vous focalisez pas sur votre performance sexuelle

Après 50 ans, on le sait, hommes et femmes ont des réponses sexuelles plus lentes ; d’un autre côté, et cela compense, un partenaire nouveau aiguise le désir. Ainsi, la première fois, on peut s’attendre aussi bien à une nuit fougueuse qu’à un moment plus cérébral… Même à la maturité, cette première reste une épreuve intimidante… heureusement ! Mesdames, aussi bien que messieurs, montrez-vous rassurants et compréhensifs, y compris avec vous-même. Ne paniquez pas si ça ne marche pas immédiatement. Donnez-vous le temps de vous connaître avant de battre en retraite.http://www.seniorplanet.fr/anim/images/0px.gif

2. Faites taire vos complexes !

Mesdames, vos cuisses ne sont plus tout à fait bien galbées ? Messieurs, votre calvitie gagne du terrain ? Un seul conseil : ne faites pas remarquer vos défauts, même pour vous en dédouaner, à votre partenaire. Car si vous vous focalisez sur ces détails, il ou elle n’a sans doute pas une perception aussi détaillée de vous... Pourquoi pointer vos petites défaillances ? Contentez-vous d’avoir un beau peignoir à portée de main quand vous sortez du lit. De même, gardez le mystère sur vos petits soucis de santé. Certes, ils font partie de la vie, mais évitez de tout partager, surtout au début.http://www.seniorplanet.fr/anim/images/0px.gif

3 !http://www.seniorplanet.fr/anim/images/0px.gif . Prenez le temps de l'écouter...

Riche d’une longue expérience, on aurait quelque chose à dire sur à peu près tous les sujets, des opinions, des anecdotes, voire des conseils. Il faut à tout prix vous en garder ! La plupart du temps, lorsqu’un inconnu nous fait la confiance de se livrer à nous, il a surtout envie d’être écouté, pas d’être conseillé. L’écoute est une qualité rare, recherchée par les hommes autant que par les femmes. Il est étonnant de remarquer comme l’on peut trouver "intelligentes" des personnes qui n’ont rien fait d’autre que nous écouter !

4. Ne cherchez pas à avoir l'air jeune !

 

Etre jeune, n’oubliez pas que c’est dans l’attitude : avoir des projets, le désir d’apprendre, des étonnements, une forme de naïveté… Ainsi, en dehors de soigner votre apparence, méfiez-vous de tout ce qui est censé faire jeune et en réalité vieillit terriblement : les vêtements "jeunes", les coiffures "jeunes", le parler "jeune". En particulier, ne suivez pas les conseils des adolescents sur votre "look" : nos enfants ou petits-enfants font parfois preuve d’une cruauté inconsciente dans leur désir de ne pas vouloir nous voir avec l’âge que nous avons.

5. Faites preuve d'humour !

 

Une gaffe au restaurant, une pirouette manquée au lit… cultivez votre humour et ne le perdez pas, quoi qu’il arrive ! L’humour est l’une des qualités les plus plébiscitées par les hommes et les femmes chez un partenaire. Vous avez vécu jusque-là de manière autonome l’un et l’autre, votre privilège est de pouvoir prendre le meilleur du couple. Tout ce qui brille et pétille est pour vous !
Ainsi, ne prenez rien au tragique et essayez de rompre avec vos petites habitudes. En un mot, faites de la place à cet autre. Considérez-le comme un cadeau et non comme un intrus.http://www.seniorplanet.fr/anim/images/0px.gif

6. Ne soyez pas directif, ni possessif

 

Le privilège de l’âge, c’est d’avoir du temps. Même si vous êtes habitué à diriger, ne vous montrez pas trop directif (ou directive…). On arrive à l’âge mûr avec un passé, des histoires amoureuses, des enfants, des parents aussi qui, en vieillissant, comptent à nouveau, d’une autre manière. Pour faire de la place à un nouvel amour, il faut du temps et franchir quelques étapes personnelles. Sonnerie du portable, affaire mystérieuse, empêchements de dernière minute… N’essayez pas d’en savoir plus que ce que l’on veut bien vous dire. De votre côté aussi, faites respecter vos mystères.

7. Pas d'ondes négatives : il faut positiver !

 

Qu’est-ce qui fait de nous "une vieille dame" ou "un petit vieux" ? Pas les cheveux gris, ni les rides, mais l’amertume ! Considérez bien qu’une rencontre est quelque chose de précieux, qui fait de vous un être chanceux. Remisez toutes vos rancoeurs, soyez po-si-tif, c’est communicatif. Un bon truc : ne critiquez pas les jeunes, surtout les jeunes filles pour les femmes et les jeunes gens pour les hommes. Vous passeriez pour un vieux grognon aigri et jaloux. Au contraire, il faut les trouver tous formidables, d’ailleurs, ils le sont !

8. Faites de votre lit un nid d'amour !

 

Votre lit est votre territoire intime, mais assurez-vous qu’il soit accueillant. Vous n’y avez peut-être jamais dormi à deux ? Il ne doit ni craquer ni grincer : rien n’est plus déconcentrant que ces bruits qui peuvent faire redouter une chute imminente ! Par ailleurs, assurez-vous qu’il n’est pas trop bas. Vos jambes devraient faire un angle droit quand vous vous asseyez au bord. Plus près du sol, vous seriez inélégant en vous extirpant, nu, de la couette... Choisissez par ailleurs des draps au contact agréable et aux couleurs fraîches. Ne lésinez pas sur les oreillers, qui peuvent se transformer en accessoires précieux.http://www.seniorplanet.fr/anim/images/0px.gif

9. Soignez le décor

 

Soyez attentifs à quelques détails, qui le (ou la) mettront en confiance :
- Eclairage : Prévoyez un éclairage qui plonge la pièce dans une ambiance douce et feutrée, éventuellement ajoutez une ou deux bougies, mais sans transformer votre chambre en temple dès le premier soir !
- Musique : Ayez à portée de main une chaîne, éventuellement programmée sur une radio qui passe des tubes anciens. Autant utiles pour se dévoiler au travers de souvenirs… que pour couvrir les bruits gênants pendant l’amour.
- Petit plus : gardez sur votre table de nuit de l’eau et des fruits, type mandarine, ou des bonbons à la menthe pour vous rafraîchir !

Source Seniorplanet

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 23:19

Les guérisons miraculeuses 


Depuis des siècles, les témoignages de guérisons miraculeuses abondent : certains retrouvent la vue ou leurs capacités locomotrices et d'autres guérissent spontanément de cancers diagnostiqués. Ces guérisons dites miraculeuses sont-elle réellement l'expression de la bonté divine ?

   Selon le récit biblique, l'archange Raphaël aurait rendu la vue à Tobie grâce au fiel d'un poisson

Des miracles sous contrôle médical…

Les guérisons miraculeuses qui ont fait la popularité de certains saints sont consignées dans les textes sacrés, elles ont donc une certaine ancienneté. Par exemple dans le livre de Tobie, un récit biblique, l'archange Raphaël guérit Tobie de sa cécité, il lui redonne la vue. Que ce soit au Moyen-âge ou même de nos jours, des guérisons extraordinaires sont encore rapportées. Info ou intox destinées à encourager la foi de fidèles de moins en moins nombreux ?

Le plus célèbre lieu de guérisons miraculeuses est bien sûr Lourdes. En 1854, la Vierge Marie serait apparue à Bernadette Soubirou, une petite bergère du village, et une source d'eau aux vertus curatives aurait jailli à l'endroit de l'apparition. Depuis ce sont des milliers de croyants qui s'y rendent chaque année et parmi eux, des centaines de malades qui espèrent guérir en se baignant dans son eau.

En un siècle le nombre de guérisons est passé de 3500 à 29

Le village, ne voulant pas être considéré comme un lieu de charlatanisme, accueille à partir 1883 un bureau médical des constatations. Ce bureau, ouvert aux médecins, est chargé de déterminer si une guérison est réellement miraculeuse ou naturelle. Avec les progrès de la médecine, le nombre grandissant des contestataires et la rigueur croissante de l'Eglise, cette institution s'est perfectionnée. En 1954, elle opte pour un ton plus international et devient le Comité Médical International de Lourdes (CMIL). L'objectif est le même : examiner de près les guérisons spontanées et déterminer si elles relèvent du surnaturel. Si oui, elles sont ensuite directement rapportées au Vatican qui lui seul peut les déclarer miraculeuses.

Des miracles de moins en moins nombreux

Le contrôle médical est bien réel et a priori sérieux. Pourtant, certaines guérisons restent inexpliquées, même si leur nombre diminue. Entre 1883 et 1947, 3500 guérisons ont été constatées et 38 déclarées miraculeuses. Depuis 1947, seules 29 guérisons dont 19 ont été déclarées miraculeuses. Aujourd'hui, pour qu'une guérison soit déclarée miraculeuse, il faut que le patient n'ait suivi aucun traitement, ce qui est bien sûr très rare.

Cas pratiques

Certains cas surprennent encore : défient-ils réellement les lois naturelles, sont-ils vraiment le résultat d'une intervention divine ? On pourrait être tenté d'avancer que les miracles n'existent pas et que les faits non prouvés par la science mettent davantage en lumière les limites de la science que l'action d'une entité supérieure. Une théorie qui a, par le passé, montré qu'elle n'était pas sans fondement.

Ainsi, des cas rares de guérison spontanée de cancers, considérés comme miraculeux jusqu'en 1921, ont depuis été compris et démontrés par la science comme des faits naturels. Cette aventure débute avec l'observation de cas de guérison de neuroblastomes, des tumeurs malignes para-rénales d'origine embryonnaire. Ces tumeurs sont dues à la persistance d'un gène anormal qui accélère la division cellulaire, laquelle devient irrégulière. Généralement, tout rentre dans l'ordre au cours de la vie fœtale.

Des observations ont permis de montrer que cette petite anomalie génétique a de grandes conséquences, parmi lesquelles l'apparition de cancers. Il a également été prouvé que ces pathologies peuvent disparaître naturellement quelques mois après la naissance. Aujourd'hui nous savons que la régression totale d'un cancer est possible naturellement, même si la science n'est pas toujours en mesure d'en expliquer toutes les causes.

Les stigmates

Les stigmates sont les traces des plaies du Christ consécutives à sa crucifixion, mais aussi aux diverses souffrances vécues : flagellation et coups de lance. Ces marques sont donc présentes au niveau des poignets, des chevilles, des flancs et du dos. L'apparition de stigmates sans mutilation est considérée comme un miracle.

 Ces guérisons dites miraculeuses sont-elle réellement l'expression de la bonté divine ?

 

Les stigmates supposés de l'Italien Antonio Ruffini

Quelques 300 personnes présentant des stigmates


A ce jour, on dénombre environ 300 personnes qui auraient porté des stigmates. Pour eux et les croyants, il s'agit d'une "théopathie" : celui qui les porte est touché par la grâce divine, il connaît et rappelle à sa manière les souffrances du Christ. Le plus célèbre et le plus ancien personnage stigmatisé est François d'Assise. Ces faits remontant à l'année 1224, il est difficile aujourd'hui de les vérifier. Mais d'autres cas de stigmatisations supposées sont intervenus plus tardivement. On peut citer Marthe Robin (XXe siècle). L'exemple le plus célèbre est peut-être celui du Padre Pio.

 Padre Pio 




Béatifié par le Pape Jean-Paul II, le Padre Pio est un prêtre italien du début du XXe siècle. Alors qu'il prêche dans le Sud de l'Italie, il constate l'apparition de stigmates sur ses chevilles et ses poignets. Connu pour d'autres miracles encore plus étonnants, comme le don d'ubiquité, il devient célèbre à travers le monde. Mais si son extraordinaire souffrance, qui le fera saigner pendant plus de 50 ans, fut authentifiée par le Vatican au terme d'une enquête, elle n'est pas reconnue comme un miracle par les scientifiques. De nombreux doutes furent émis sur le sérieux des stigmates du Padre Pio : ses plaies seraient en fait les traces d'une automutilation à l'acide nitrique. Il s'agit d'un composé chimique très corrosif qui occasionne de graves brûlures lorsqu'il est en contact avec la peau. Il laisse autour des plaies une coloration jaune, résultat d'une simple réaction chimique avec la kératine.

 Les statues en pleurs

 Des statues, des tableaux ou encore des icônes du Christ ou de la Vierge qui pleurent des vraies larmes ou encore du sang à Pâques, à Noël, ou à la St Joseph : qu'en pensent les scientifiques ?

 

 

Une statue de la Vierge Marie pleurant des larmes de sang -Un phénomène remarqué dans le monde entier



Des statues versant des larmes ont été recensées partout dans le monde. Les plus célèbres sont la Vierge de Civitavecchia en Italie, la statue du Christ de Boothwyn en Pennsylvanie aux Etats-Unis qui pleure du sang (sang considéré comme étant celui du Christ), Notre Dame de Guadalupe à Las Vegas qui depuis 1999 pleurerait de vraies larmes. Elles font l'objet d'un véritable commerce, des pèlerinages payants sont organisés pour contempler le miracle.

 L'humour thaïlandais

En 2002, le jour de la Saint Joseph, une certaine Cathy Powell prie devant une statue de la Sainte Vierge réalisée en fibre de verre et achetée en Thaïlande 7 ans plus tôt. Soudain, elle remarque que la statue verse des larmes. Interpelée, Cathy Powell croit à un miracle. La statue fait alors l'objet de toute l'attention des scientifiques.

La statue a été analysée aux rayons X. Des rapports ont indiqué sa composition : de la fibre de verre, sans trou ni rayure permettant à un liquide de suinter. Les larmes ont aussi été soumises à une analyse, et il s'agit d'une huile parfumée à la rose. Le miracle semble alors se confirmer.

Mais les rapports des experts ont ensuite été complétés par les travaux d'un chimiste de l'Université Murdoch. Contrairement aux autres, il a, à l'aide de l'imagerie médicale, localisé une petite cavité implantée dans la tête de la statue. Cette cache secrète contenait une fiole remplie d'un liquide, de l'huile parfumée. Les vendeurs thaïlandais avaient-ils anticipé que l'on croirait à un miracle ? Mystère...

Le pain ensanglanté

Du sang apparaît sur les hosties en pleine messe, est-ce la manifestation du Christ en personne ? Ces phénomènes sont appelés les miracles eucharistiques.

 

Les bactéries Serratia marcescens

 

Le miracle de Bolsena

En 1263, le prêtre de Bolsena dit sa messe comme à l'habitude. Au moment de l'eucharistie, quand les fidèles sont appelés à l'autel pour recevoir l'hostie, qu'ils considèrent comme le corps du Christ, le prêtre aperçoit un liquide rouge sur le pain sacré. Il pense à une manifestation physique du Christ. Averti, le pape Urbain IV qualifie le phénomène de miraculeux et instaure, dès 1264, un jour férié en son honneur, la Fête Dieu. Le phénomène n'est pas nouveau : déjà, en 322 avant Jésus Christ, Alexandre Le Grand et son armée constatent l'apparition de ce qui ressemble à du sang sur du pain. Qu'en dit la science ?

Le mystère de la polenta

En 1819, le sang coule à nouveau, mais cette fois-ci sur de la polenta entreposée dans un garde-manger. Une analyse est faite et les scientifiques découvrent qu'il ne s'agit pas de sang mais d'une bactérie : la Serratia marcescens, une bactérie à gram négatif appartenant à la famille des entériobactériacées. Sa particularité : elle est rouge comme le sang, grâce à un pigment spécial appelé la prodigiosine. Le miracle de Bolsena serait donc le résultat d'une incubation naturelle d'environ 3 jours des bactéries Serratia marcescens sur les hosties.

le Suaire de Turin

Le suaire de Turin est, pour les fervents chrétiens, la preuve physique de l'existence du Christ. Censé être le linceul ayant transporté le corps de Jésus au sépulcre après sa crucifixion, il donne à voir le corps entier d'un homme et porte même des supposées traces de sang.

Le suaire des croyants

Il s'agit d'un drap de lin de 4,3 mètres sur 1,08 mètres. Ce bout de tissu précieux n'a été présenté publiquement que six fois entre 1931 et 2000. Depuis 1694, il est conservé dans la chapelle royale de la cathédrale Saint Jean-Baptiste de Turin, en Italie. Les premiers clichés du suaire ont été pris en 1898 et ont ouvert la voie à toutes les interprétations imaginables.

 On peut y voir l'image du corps d'un homme entier, faces ventrale et dorsale, ce qui confirme que le tissu recouvrait l'homme à la manière d'un linceul. Des traces interprétées comme du sang sont aussi visibles. Pour les croyants, il ne fait aucun doute : ce sont les marques ensanglantées des stigmates du Christ en personne.

Le linge est rapidement devenu un objet adoré des croyants. Prouver son ancienneté et sa fonction est, pour les croyants, un enjeu à part entière. Un discipline nouvelle, entièrement consacrée au Suaire, a même été créée : la sindonologie (de sindon qui signifie linceul en grec). Pendant des siècles l'authenticité du linceul n'a jamais été remise en cause. Mais aujourd'hui, la science moderne a son mot à dire.

 Le suaire de Turin daterait d'entre 1260 et 1390

 Que disent les expertises scientifiques ?

Si les analyses scientifiques sont nombreuses, les autorisations d'étude ont toujours été données au compte-goutte par le Vatican, en raison de la fragilité du tissu. De toutes, il faut en retenir deux principales :
- l'analyse élémentaire des tissus et pigments composants le "dessin" ;
- la datation au carbone 14 du linge.

Toutes deux sont issues de l'initiative du Dr Walter McCrone, du McCrone Research Institute, un laboratoire d'analyses spécialisé dans la détection des faux en art.

La méthode utilisée pour déterminer la nature des pigments est le microscope à lumière polarisée. Grâce à cette technique, McCrone a mis en évidence que les pigments sont des oxydes de fer. Il n'y aurait donc pas de trace de sang sur le tissu mais des pigments naturels de couleurs foncées, semblables à ceux utilisés par les hommes préhistoriques pour peindre les grottes. N'allez pas imaginer que le linceul de Turin est une œuvre paléolithique pour autant !

La datation au Carbone 14 a été confiée à trois laboratoires différents afin de pouvoir comparer leurs résultats : Arizona, Oxford et Zurich. Selon eux, le suaire daterait d'entre 1260 et 1390, soit douze siècles après la mort de Jésus.

Le linceul n'en demeure pas moins un objet mystérieux : pourquoi et comment, en plein Moyen-âge, l'empreinte d'un corps y aurait été apposée ? Aujourd'hui, on suppose qu'un artiste a vraisemblablement appliqué la pièce de lin préalablement mouillée sur un corps. Ensuite, il l'a frottée avec des pigments d'oxydes de fer, pour obtenir l'empreinte négative du corps. Un autre mystère en somme, à moins qu'une prochaine datation au Carbone 14 ne vienne finalement replacer le suaire au début de notre ère...

Du sang qui ne coagule pas

Saint Janvier n'est pas le saint le plus connu. Actuel saint patron de la ville italienne de Naples, il est malgré tout très important pour les chrétiens. L'Eglise ne parle pas à son sujet de miracle mais d'événement prodigieux.

 Saint Janvier est le saint patron de Naples. Photo

Un saint qui perd la tête

Saint Janvier est mort en 305. Victime du païen Dragonzio, par foi, il refuse d'embrasser des idoles païennes et est condamné à se faire décapité. Le martyr meurt à trente ans et sa dépouille est enterrée non loin du grand amphithéâtre de Pouzzoles en Italie. Quelques chrétiens choqués par l'histoire voient en lui un futur saint et remplissent deux ampoules de son sang. La légende a été entretenue au fil des siècles et les ampoules conservées intactes pendant 17 siècles. Trois fois par an, les 19 septembre (fête du saint), le premier samedi de mai et le 16 décembre (jour anniversaire de l'irruption du Vésuve de 1631), le "sang" se liquéfie. Un véritable prodige qui confirme à Saint Janvier son rôle de saint patron de Naples.

 Du sang un peu spécial

Un sang qui se conserve plus de 17 siècles, c'est possible. Mais le contenu des deux ampoules a été analysé par Margarita Hack. Ses conclusions : il ne s'agit pas de sang.

Le liquide est en réalité un mélange de chlorure de fer, de carbonate de calcium et de chlorure de sodium. Un mélange assez simple à réaliser et aux vertus étonnantes. Quand on ne touche pas au mélange il est solide, en revanche, si on l'agite ou le réchauffe, il se liquéfie.

Les foules de milliers de fidèles qui viennent toucher les deux ampoules saintes sont certainement responsables d'une légère augmentation de la température ambiante ce qui provoque la fusion de la préparation. Lourdes

Lourdes

Impossible de parler des miracles sans évoquer Lourdes. Le petit village situé dans les Hautes-Pyrénées est mondialement connu pour être le lieu de tous les miracles. Et c'est vrai, quand on en fait la liste, on est en droit de se demander si le village ne bénéficie pas d'un état de grâce particulier et permanent.

Pas un mais une série de miracles

Tout commence en 1858 avec Bernadette de Soubirous, plus connue sous le nom de Sainte Bernadette. Entre le 11 février et le 16 juillet, la Vierge Marie lui apparaît dans une petite grotte. La jeune fille n'a que quatorze ans. L'apparition lui demande de creuser le sol de la grotte. A peine le travail entamé que des litres d'eau jaillissent : la fameuse eau bénite de Lourdes. Dès les premiers jours, des guérisons miraculeuses sont constatées.




La basilique de Lourdes.       


La science et les miracles de Lourdes

 

Bernadette voit la Vierge Marie 18 fois en 6 mois. Ces visions se situent deux ans après que le Pape Pie IX a promulgué le dogme de l'Immaculée Conception. Ce dogme affirme que la mère de Jésus était vierge avant et après sa naissance. Cette coïncidence de dates a amené de nombreuses personnes à relativiser la brusque apparition de la Vierge dans une région lointaine des Pyrénées. Il faut cependant noter que Bernadette elle-même n'était certainement pas au courant de la promulgation de ce dogme. Il n'en reste pas moins que la Vierge Marie était, plus que jamais à cette époque, un élément essentiel du culte catholique populaire.

On a souvent dit que le premier des miracles de Lourdes était le jaillissement de la source dans une grotte aride. Cependant il est très probable que le sol de la grotte est moins sec que les habitants du village le pensaient. Le Gave, la rivière locale, passait autrefois à ses pieds. Pendant les phases d'inondations, l'eau rentrait dans la grotte. Aujourd'hui, il est difficile de le vérifier, le site a été remanié et construit pour accueillir les pélerins.

Pour ce qui est des guérisons, la science ne peut pas tout expliquer. Certains cas, notamment au XXe siècle, laissent les médecins perplexes. En revanche, en ce qui concerne les nombreuses guérisons qui ont suivi les apparitions, on ne peut que constater qu'elles ont été déclarées comme telles par le docteur Dozous. Ce médecin athée, venu à Lourdes pour démontrer la fausseté des miracles, s'est converti durant son enquête.

Reste un mystère : le corps de Sainte Bernadette, exposé dans la cathédrale de Nevers, est intact. Du moins il semble l'être. Depuis l'Antiquité, on sait embaumer les corps pour qu'ils paraissent en excellent état de conservation. D'ailleurs, les mains et le visage de la Sainte, soient toutes les parties découvertes, ont été faites en cire.

 Source l’Internaute

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 23:03

Pornographie  Réalité

De Star Académy à Paméla Académy


Quand la télé réalité mêne à tout….après tout les tenants du libéralisme et de la conduite de la société par le monde people sont au pouvoir…Il nous faut adopter les nouvelles règles ou passer pour un ringard..

 

undefined

ccrochez-vous, les pornocrates préparent la prochaine vague. À Los Angeles, une maison de production lance Pouvez-vous devenir une vedette porno?

Rien de moins! L'animatrice sera Mary Carey, une vedette prono de Californie. La maison Silhouette Productions prévoit tourner sept heures de téléréalité qui sera vendu sur la télévision à péage.

Un groupe de 28 femmes vont se lancer dans la course. Bien entendu, les portions les plus hard ne seront pas diffusées à la télévision, même à péage, mais vendus sur un CD. Le grand prix? 100 000$

Les téléspectateurs devront choisir huit filles qui participeront à la grande finale de 90 minutes.

Source Planète Québec adapté par

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 00:00

D’où vient la Laïcité à la française

 

index.jpg

Dix mois après son élection, Nicolas Sarkozy a fait l'éloge des religions qui seraient, selon lui, le socle de toute civilisation. Prolongement naturel de la sentence "France fille aînée de l'Eglise" ou remise en cause de la loi de 1905 de séparation de l'Eglise et de l'Etat ? L'Internaute fait le point sur la "laïcité à la française".

La France "fille aînée de l'Eglise"

 la fin des guerres de religion, la France devient un pays majoritairement catholique. Comment s'organise le rapport entre l'Etat, l'Eglise et la société ?

L’Etat catholique

Dans la société d'Ancien Régime, la religion est le fondement du système social. La monarchie française étant dite de "droit divin", le roi tient son pouvoir de Dieu, ce qui lui confère un rôle de pasteur vis-à-vis de ses sujets. A ce titre, le roi de France peut, depuis le Concordat de Bologne signé en 1516, choisir lui-même les prélats supérieurs. La religion catholique étant celle de l'Etat et de la Couronne, tous les rois doivent jurer, le jour de leur sacre, de défendre l'Eglise catholique et s'engagent aussi à lutter contre les hérésies.

La date du 18 octobre 1685 marque une rupture : 87 ans après la fin des guerres de religion, le roi Louis XIV signe, avec le chancelier Michel de Tellier, l'édit de Fontainebleau révoquant l'édit de Nantes en vigueur depuis 1598. Afin de redonner au royaume une unité religieuse, le traité interdit le protestantisme en France, provoquant l'exil de plusieurs milliers de protestants et surtout de violents troubles de Camisards dans les Cévennes. Légalement, les Français non catholiques n'existent plus, et sont alors considérés comme des "asociaux". Il faut attendre 1787 pour qu'un nouvel édit de tolérance rende leurs droits aux protestants.

 Les Français sont-ils "soumis" à la religion ?

Le catholicisme a profondément imprégné la société d'Ancien Régime. Depuis plusieurs années, les historiens contestent l'opinion selon laquelle le XVIIIe siècle, celui des Lumières, aurait été celui d'une déchristianisation conséquente du pays. Or, jusqu'à la Révolution, et même tout au long du XIXe, l'Eglise accompagne l'existence des Français de leur naissance (baptême) jusqu'à leur mort (extrême onction). Le prêtre est ainsi l'un des rouages essentiels de la vie sociale : il distribue non seulement les sacrements, mais fait aussi office de conseil dans les affaires privées. Sur le terrain, au niveau des paroisses, l'Eglise est très présente. Elle tient les registres de baptême (l'Etat Civil), instruit les enfants et fournit l'assistance publique aux malades dans les hôpitaux. Pour la société française d'avant 1789, les fêtes religieuses, notamment celles des saint-patrons locaux, représentent aussi un moment fort de la vie communale et collective.

Vers la séparation

La religion "canalisée" par la Révolution

L'un des principaux idéaux des révolutionnaires consiste à déchristianiser la France. Dès août 1789, l'article 10 de la Déclaration des Droits de l'Homme reconnaît à ce titre la liberté des cultes à toutes les religions. Quelques mois plus tard, l'Assemblée Constituante décide, sur proposition de Talleyrand, de nationaliser les biens du clergé : une première pierre avant l'adoption, en juillet 1790, de la Constitution Civile du clergé. Le Vatican refuse et une période de lutte intense s'ouvre alors entre la Convention et le Saint-Siège. Autre pomme de discorde : la volonté des révolutionnaires de réformer l'organisation très hiérarchisée de l'Eglise et de l'organiser selon une structure plus démocratique (élection des évêques et des curés notamment). 45 % du personnel ecclésiastique, les prêtres "réfractaires" (par opposition aux prêtres "assermentés"), va refuser cette nouvelle donne et subir des violences pendant presque 10 ans. Cette nationalisation de l'Eglise de France va ensuite de pair avec une déchristianisation plus morale de l'Etat et de la société. A ce titre, la dissociation du mariage religieux et du mariage civil est l'une des réformes les plus symboliques de l'évolution des rapports entre les deux sphères du pouvoir politique et spirituel.

mariage-civil.jpg
Mariage civil sousla révolution
 

Le clergé, un service public ?           

L'arrivée au pouvoir de Napoléon stoppe la laïcisation brutale de l'Etat. En 1801, le Concordat signé avec le pape Pie VII retire au catholicisme le titre de religion d'Etat : elle est désormais celle de la "majorité des Français ". Toutefois, le volet le plus important de l'accord reste le nouveau statut donné aux ecclésiastiques, qui deviennent des fonctionnaires, payés par l'Etat. Napoléon s'accorde de plus le droit de nommer les évêques. Avec le Concordat les cultes sont organisés en service public : la confusion des pouvoirs dure tout au long du XIXe siècle.

 

La IIIe République : l'école devient laïque

En 1869, la rupture du Concordat, ou la Séparation de l'Eglise et de l'Etat, figure pour la première fois dans un programme politique, celui de Léon Gambetta. La IIIe République fondée en 1871 va ainsi voir un fort courant modernisateur se développer et les premières lois laïques voir le jour. Revenant sur la loi Falloux de 1850, les lois Jules Ferry de 1882 excluent les religieux de l'enseignement, avant de rendre l'enseignement obligatoire et… totalement laïque. En pratique, l'instruction religieuse est supprimée de tous les programmes scolaires, son apprentissage devant se faire hors des locaux de l'école et en dehors des heures de classe. Elle est également remplacée par des cours de morale civique et républicain

1905 : une explosion de laïcité ?

Une séparation nécessaire

La loi de séparation des Eglises et de l'Etat est le fruit de 25 ans "d'incubation laïque". La politique du Bloc des Gauches, qui forme un gouvernement en 1901, satisfait au fort courant anticlérical qui souffle depuis la fin des années 1880. La loi du 1er juillet 1901 sur les associations stipule par exemple que la création de nouvelles congrégations est autorisée par une loi mais peut être dissoute par un décret. En 1902, l'arrivée d'Emile Combes en tant que président du Conseil, élu pour mener une "politique énergique de laïcité", aboutit à la fermeture d'établissements scolaires dont l'enseignement est donné par des congrégations non déclarées. Le ton se durcit alors entre l'Etat et certains évêques français qui protestent contre cette mesure. Dans le même temps, la France rompt ses relations diplomatiques avec le Vatican. Cause de la rupture : la visite d'Emile Loubet, président de la République, au roi Victor-Emmanuel II d'Italie, que le Saint-Siège ne reconnaît pas. Les crispations deviennent prégnantes, la séparation inéluctable.

 

Des débats passionnés

C'est à Aristide Briand qu'est confié le soin d'aménager la loi. La difficulté est de trouver un compromis qui exclut du débat la gauche hyper-laïque et la droite ultra-conservatrice. Le projet de loi associe en fait, des deux côtés de l'échiquier politique, les partisans d'une laïcité modérée qui puisse garantir la liberté de conscience et qui ne soit pas considérée comme une agression contre la religion (Jaurès, Briand). De plus, la séparation de l'Eglise catholique et de l'Etat a pour le gouvernement une conséquence stratégique : mis définitivement en dehors des affaires de l'Eglise, il ne peut plus interférer, par exemple, dans le processus de nomination des clercs.


aristide-briand.jpg

 Aristide Briand

Une loi de compromis qui met le feu aux poudres

La loi du 9 décembre 1905 contient ainsi des dispositions très libérales : respect de la liberté de conscience, libre exercice de l'organisation interne des religions, mise à disposition gratuite des différents lieux de culte… En contrepartie, l'Eglise n'est plus financée par l'Etat, ce qui signifie que la religion devient un service d'ordre privé. Dans ce nouvel ordre des choses, l'Etat souhaite réaliser un inventaire des biens de l'Eglise, qui s'ouvre en 1906. Sur le terrain, certains catholiques le ressentent comme une profanation et organisent plusieurs manifestations de défiance à côté des églises. L'hostilité se transforme en crise quand, le 27 février et le 6 mars, des gendarmes chargés de défendre les fonctionnaires chargés d'ouvrir les tabernacles et des manifestants trouvent la mort, entraînant la chute du cabinet Rouvier.

L'exception alsacienne

L'Alsace, toujours sous Concordat

Lorsque la loi sur la Séparation des Eglises et de l'Etat est promulguée par le président de la République le 9 décembre 1905, l'Alsace et la Moselle appartiennent encore à l'Allemagne (depuis 1871). Quand elles deviennent françaises en 1918, elles conservent le statut concordataire, bien que le gouvernement Herriot tente de l'abolir en 1924. Les réactions sont si virulentes dans la région et les peurs d'attiser l'autonomisme si fortes que le successeur d'Herriot, Paul Painlevé, enterre le projet de réforme. Le régime concordataire sera supprimé une fois, en 1940, quand l'Alsace se trouve rattachée au Reich. Il sera rétabli en septembre 1944, alors même que la Constitution proclame de nouveau la laïcité de la République. Tout au long du XXe siècle, les volontés d'appliquer la loi de 1905 en Alsace et en Moselle se seront heurtées à l'attachement de la population locale au Concordat.

                Des prêtres payés par l'Etat

De ce fait, en 2008, la région Alsace-Moselle n'a toujours pas appliqué le principe de laïcité : les communes sont ainsi contraintes de subventionner la construction et l'entretien des lieux de culte. Près de 1500 agents de culte, qu'ils soient catholiques, protestants, ou israélites sont aujourd'hui rémunérés par l'Etat (à hauteur de 36 millions d'euros en 2003), même s'ils ne disposent pas du statut de fonctionnaire. A l'école primaire publique, ces agents sont autorisés à donner des cours de religion à l'école primaire publique, en théorie une à deux heures par semaine. Cette instruction n'est plus obligatoire depuis 2001, mais les parents doivent cependant préciser la religion de leurs enfants à leur entrée à l'école.

Quel pouvoir pour la religion en 2008 ?

L'Etat peut-il décider à la place de l'Eglise ?

Bien que la Séparation entre les Eglises et l'Etat soit vieille de plus d'un siècle, les ponts ne sont pas tout à fait coupés. L'Etat garde par exemple un rôle décisionnaire dans la constitution de l'épiscopat français. En 2008, le Saint-Siège nomme lui-même les évêques, mais doit en informer au préalable le gouvernement. Un avantage exclusif, puique la France est aujourd'hui le seul pays au monde à bénéficier de ce "droit d'objection". Par ailleurs, du fait du statut concordataire de l'Alsace, le président de la République peut encore nommer les évêques de Strasbourg et de Metz. Il ne signe cependant le décret de nomination qu'après accord du Vatican.

Quel dialogue entre les autorités religieuses et l'Etat ?

Dans le but de rendre plus transparents les rapports entre l'Eglise catholique et l'Etat français, une instance de consultation a été créée le 12 février 2002. Diverses commissions composées d'assistants ministériels et de personnalités ecclésiastiques ont été créées. La plupart des échanges concernent plus particulièrement l'Education Nationale et la Justice, mais des questions d'ordre moral sont aussi abordées. Depuis 2002, le clergé français a donc officiellement "voix au chapitre". Ainsi, si une partie de la loi sur la bioéthique autorisant la recherche sur embryon et les cellules embryonnaires a été durement critiqué par l'épiscopat français, un rapport ministériel d'août 2004 hostile à la non-dépénalisation de l'euthanasie a par contre été vivement approuvé par l'Eglise. A l'été 2004, Jean-Pierre Ricard, président de la Conférence des évêques de France, déclarait ainsi que l'Eglise "ne pouvait que dire son accord" avec la proposition de loi formulée.

Nicolas Sarkozy, président " très chrétien" ?

Enfin, même si le centenaire de la loi de Séparation entre les Eglises et l'Etat a été fêté en 2005, cela n'a pas empêché le président de la République d'avoir été ordonné chanoine honoraire de Saint-Jean de Latran en décembre 2007. Cette tradition, qui remonte au roi Henri IV, permet au chef de l'Etat de prétendre à une stalle (un siège en bois qui se trouve dans le chœur d'une église) dans la basilique. Cette distinction n'est pourtant pas l'apanage de Nicolas Sarkozy, car avant lui, seuls deux autres présidents, Georges Pompidou et François Mitterrand ne s'étaient pas rendus à Rome pour recevoir le titre. Ce "cumul des fonctions" est aujourd'hui partagé par d'autres personnalités moins éminentes de l'Etat. Christine Boutin, ministre de la Ville, occupe depuis 1995 à titre personnel le poste de consulteur du Conseil pontifical pour la famille au Vatican, un organisme chargé d'orienter les familles catholiques dans le domaine de l'éducation, qu'il s'agisse de l'avortement, de l'éducation sexuelle ou de la préparation au mariage.

Source l’Internaute

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0