Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 16:39

Toulouse en pleine expansion

Toulouse est la ville de France qui s'est le plus enrichie depuis 2003

L'agglomération toulousaine a vu son PIB par habitant augmenter de 31,6% entre 2003 et 2013. Bien plus donc que Paris et Lyon. Et depuis 2010, aucune ville de France n'a connu une plus forte croissance économique que Toulouse.

Le poids de Paris dans l'économie tricolore est énorme, si ce n'est démesuré. Une récente étude du Cologne Institute for Economic Research montrait ainsi qu'un tiers du PIB français reposait sur les épaules de sa capitale. Néanmoins, Paris n'est pas pour autant l'agglomération la plus dynamique de France. En effet, selon les récentes statistiques publiées début septembre par la Commission européenne dans son rapport "Urban Europe" (*), le PIB par habitant de la plus grande ville de France est passé de 40.726 euros en 2003 à 53.578 euros en 2013, soit une hausse de 31,56%.

Une hausse nettement supérieure à la moyenne, mais pas aussi forte que celle d'une autre capitale régionale. Le record est en effet détenu par Toulouse (+31,6%), le PIB par habitant passant de 28.733 euros par habitant à 37.833 euros. Mieux donc que Lyon, troisième avec une croissance de 30%.

Sur la période 2010-2013, Toulouse surclasse d'une façon encore plus spectaculaire toutes les autres agglomérations, avec un bond de 9,4% contre 3,8% pour Paris. Seul Poitiers (8%) s'approche un tout petit peu de Toulouse.

L'aéronautique mais pas que 

De fait, l'agglomération toulousaine jouit d'une attractivité forte. "Sur les vingt dernières années, Toulouse a eu la plus forte croissance démographique, devant Montpellier. 80% de cette croissance démographique est due à l'arrivée de personnes provenant d'autres régions. Et la moitié d'entre elles sont originaire de l'Île-de-France", explique Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole.

Ces nouveaux arrivants dans la ville rose ne sont évidemment pas (uniquement) attirés par le soleil et le climat de la capitale du Languedoc mais par des perspectives de carrières. "Ces nouveaux arrivants constituent des emplois très qualifiés, attirés par l'écosystème que nous avons créé", confirme Jean-Luc Moudenc. En effet, le bassin d'emploi de l'agglomération toulousaine est dominé par des industries de pointe, en croissance. Ce qui explique pourquoi le PIB par habitant, soit la richesse produite par chaque citoyen, ait tant augmenté.

Évidemment on pense au dynamisme d'Airbus, qui emploie 21.000 personnes à Blagnac. L'avionneur a multiplié les années de prises de commandes record avec un carnet de commandes qui représente plus de 10 ans de production. Et tout le réseau de sous-traitants du groupe est entraîné dans son sillon. Et outre Airbus d'autres grands groupes secteur (Safran, ATR, Thalès…) sont implantés à Toulouse.

L'Est et le Centre à la traîne

"Il est aussi un réalité plus discrète qui est le secteur spatial, très sensible à la conjoncture internationale, et qui, malgré un contexte de crise, a su se diversifier et multiplier les évolutions technologiques. Si bien qu'aujourd'hui il se porte bien", ajoute Jean-Luc Moudenc.

L'innovation appelant l'innovation, l'aéronautique et l'espace entraînent avec eux un ensemble d'entreprises spécialisées dans le numérique. Si bien que Toulouse a été l'une des premières villes à avoir obtenu fin 2014 le label French Tech décerné aux agglomérations ayant un fort tissu de start-ups.

Enfin, la ville est également un pôle important de recherche dont le vaisseau amiral reste l'École d'Économie de Toulouse, considérée comme l'une des meilleures d'Europe et incarnée par le Prix Nobel 2014 d'Économie Jean-Tirole ("un Toulousain resté fidèle à Toulouse", se réjouit Jean-Luc Moudenc).

En dehors de Toulouse le classement montre que le Sud et l’Ouest de la France sont bien plus dynamiques que l’Est et le Centre. Nice, Marseille et Montpellier sont autant de grandes villes qui ont vu leur PIB/habitant augmenter d’au moins 25% entre 2003 et 2013. À l’inverse, Besançon (+3,6%), Limoges (+7%), Mulhouse (+9,2%) et Orléans (+9,7%) sont les seules villes qui ne dépassent pas les 10%.  

(*) L'étude de la Commission européenne a retenu les métropoles françaises qui, ville et banlieues comprises, comptent au moins 250.000 habitants.

Source BFM-TV

Emeline Gaube (infographie) et Julien Marion

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 14:02

Toulouse Football Club – TFC -Un instant inoubliable

Toulouse Football Club

Je vous invite à regarder ce reportage relatif au maintien du Toulouse Football club lors de la dernière journée de championnat de Ligue 1

Je voulais me rendre à Angers…Je ne l’ai pas fait et j’ai passé le match, les yeux rivés sur mon téléviseur

Le pari était totalement fou et pourtant ils l’ont fait

Le lien ci-dessous vous donnera un petit aperçu de l’ambiance qui regnait avant, pendant et après le match

http://www.lesviolets.com/actu/l-incroyable-reportage-de-j+1-sur-le-maintien,35890.html

Merci Pascal Dupraz

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 17:57

Un bouquet de roses et des jeux coquins offerts avec votre menu grâce à: 

ToulouseADomicile.fr

Toulouse -  Saint-Valentin

Pour les amoureux qui souhaitent partager un repas romantique et préserver leur intimité lors de la Saint-Valentin, nous vous conseillons Toulouseadomicile.fr, le site de livraison de repas à domicile, a mis les petits plats…

Pour la fête des amoureux, vous trouverez une sélection des meilleurs menus Saint-Valentin en livraison. ToulouseAdomicile.fr propose des menus romantiques pour deux, autour des saveurs venues du monde entier : japonaise, indienne, orientale et fruits de mer.

Les amoureux de la gastronomie française, passeront un moment inoubliable grâce à Marc Gineste. Le chef du Pic Saint-Loup leur a concocté un menu gastronomique : en entrée, une truite marinée aux agrumes et aux potimarrons; en plat, un suprême de pintade fermière pommes grenailles et jus de noisette et pour finir un macaron généreux au chocolat et orange confite. Le tout pour 37,50 euros par personne.

Cerise sur le gâteau, pour pimenter la soirée, ToulouseAdomicile.fr offre pour chaque le menu st-Valentin, un bouquet de roses en partenariat avec Carrément Fleurs et des jeux coquins pour adultes*grâce à Sexy Center.

N'hésitez plus et réservez dès maintenant votre repas pour passer un moment romantique en toute intimité chez vous grâce à www.toulouseadomicile.fr

* Valable du 6 au 14 février 2016 et pour les 50 premiers « menus Saint-Valentin » commandés sur le site

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 19:58

Actuellement, l'avion fabriqué par Airbus est destiné à la formation des pilotes. 

E-Fan électrique Airbus

E-Fan électrique Airbus

D'autres versions sont prévues...

Il s'agit d'une première mondiale pour l'E-Fan, bimoteur électrique, qui mesure 6,7 mètres de long. C'est une première mondiale : l'appareil E-Fan d'Airbus Group est le premier bimoteur électrique à avoir traversé la Manche en reliant Lydd, en Angleterre à Calais en France - ce qui représente une distance de 74 kilomètres - en l'espace de seulement 36 minutes, a annoncé l'avionneur ce vendredi. Auparavant, l'appareil avait déjà effectué plusieurs vols d'essai...

Réaliser le même exploit que Louis Blériot

Il y a environ 106 ans, Louis Blériot effectuait la même traversée, à bord du Blériot XI, "le premier avion à avoir été soumis à la production de masse et qui a lancé l'industrie de l'aviation française", rappelle Airbus. Et comme un signe, la société de l'aviateur était basée à Suresnes, près de Paris, là ou se trouve aujourd'hui l'équipe de l'E-Fan... "Le 10 Juillet 2015 peut rejoindre la liste des jours célèbres dans l'histoire de l'aviation et je suis sûr que Blériot en serait fier", a ainsi déclaré l'administrateur technique d'Airbus Group, Jean Botti.

Étapes futures

L'E-Fan, biplace qui mesure 6,7 mètres de long est alimenté par des batteries lithium-ion. Il pèse environ 600 kg et vole à une altitude moyenne de 1.000 mètres. Il peut atteindre les 200 km/h pour une vitesse de croisière de 160 km/h. Airbus Group dit être déjà en train de plancher sur la deuxième version de l'appareil, "un biplace qui sera destiné à la formation des pilotes". Viendra ensuite un avion de quatre places pour les licences de pilote et destiné au marché de l'aviation civile." D'ici 20 à 25 ans, Airbus Group a pour objectif de construire l'avion régional de 90 places qui aura une autonomie de 3 heures, avait déclaré l'an dernier, Jean Botti...

Source Boursier.com Marianne Davril 

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 09:12

Les places du Capitole à Toulouse et Nationale à Montauban parmi les 5 plus belles de France

La place du Capitole à Toulouse

Le magazine Détours en France a classé la place du Capitole à Toulouse, troisième plus belle place de France. Elle devance d’une courte tête la place Nationale de Montauban (quatrième). Les deux premières places du podium sont occupées par la place Stanislas de Nancy et la Grand’Place de Lille.

L’emblématique place toulousaine doit son classement à ses façades de briques roses, mais également aux « 29 peintures signées Raymond Moretti » qui ornent les voûtes des arcades, explique le magazine.

Quatrième de ce palmarès des plus belles places de France, la place Nationale, anciennement place Royale, de Montauban, avec ses arcades appelées « couvert des drapiers, des sabots ou du blé », rappelle le magazine, qui y voit « un endroit idéal pour boire un café avant de partir découvrir la cité ».

Les places toulousaine et montalbanaise sont suivies, dans ce classement, par la place de la Bourse de Bordeaux et la place de la Concorde à Paris.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 06:40

Histoire de Toulouse - Voici comment vivait Tolosa, la romaine...

Si Toulouse m'était conté

Pierre Pisani, archéologue en chef de Toulouse Métropole a donné, mercredi dernier à l'hôtel d'Assézat (*), une conférence passionnante sur le thème «Découvrir Tolosa romaine». Il revient pour nous sur la création, en bord de Garonne, de cette ville nouvelle non loin du site déjà occupé par les Celtes, bien avant.

Quand et par qui fut créée Tolosa la romaine ?

Au tournant de notre ère, par l'empereur Auguste, qui est venu sur place, avec son gendre Agrippa, réorganiser les provinces gauloises, entre -15 et +15 de notre ère. C'est lui qui a défini Aquitaine, Narbonnaise, Lyonnaise et Gaule belge. Il a aussi décidé de créer des cités telles que Tolosa.

C'était à l'époque, en quelque sorte, une ville nouvelle ?

Oui, elle a la trame et la taille d'une belle ville antique. On peut penser qu'elle comptait 20 000 habitants (ce qui la plaçait parmi les grandes villes de l'époque). Le quadrillage, le plan orthogonal, est typique, qui évoque la fondation de New York, plus près de nous, avec ses rues qui se croisent à angle droit.

Le pont aqueduc et le rempart datent de la même époque ?

L'aqueduc de 8 km de long (dont la moitié était enterrée) amenait l'eau de Lardenne et du Mirail jusqu'au cœur de la rive droite en enjambant la Garonne, non loin de l'actuel Pont-Neuf, par un pont (6 à 8 m au-dessus du fleuve). Il devait aussi supporter piétons et chars. Il est construit aussi au début de notre ère. Le rempart, long de 3 km, avec ses 54 tours et ses 9 m de haut (2m40 de large), est édifié par l'empereur suivant Auguste, Tibère, entre +20 et +30 de notre ère. C'était sans doute une muraille de prestige, ostentatoire, car on se situe en pleine pax romana et les viles antiques sont alors ouvertes.

Comment expliquer que Toulouse ait si peu de vestiges visibles, à la différence de Nîmes ou Arles ?

La ville a perdu de son pouvoir et de son importance après le siège repoussé des Arabes au VIIIe siècle et la défaite des Wisigoths face aux Francs. Une période d'abandon s'est ouverte jusqu'au Moyen-Âge. Il y a eu réemploi de la ville romaine, récupération des matériaux (brique, pierre), intégration du rempart aux nouveaux édifices, construction de nouvelles maisons sur les ruines romaines devenues caves.

Toulouse, c'est un peu la technique de la lasagne ou de la tranche napolitaine ?

Oui, c'est ça (rire). Mais il y a parfois un décalage des rues nouvelles. Même si la rue Saint-Rome épouse le tracé du cardo maximus (l'axe nord sud de la ville). Pour le decumanus (l'axe ouest est croisant le maximus), on retrouve des bouts de rues romaines, aujourd'hui : rue Saint-Jean, entre Dalbade et Carmes.

On n'est pas près de trouver un vestige romain à montrer ?

Avant de faire des fouilles préventives systématiques comme aujourd'hui, on disait : on ne va rien trouver. Maintenant, on pourrait avoir de belles surprises.

Dans le cadre des Mercredis de l'archéologie du labo Traces.

Saint-Sernin

Le site de Saint-Sernin se trouvait hors la ville romaine, au-delà de la porte Nord, où a été édifié le Capitole à partir du XIIe siècle. C'était une nécropole. Un diagnostic archéologique, état des lieux préalable aux fouilles, va être effectué dans un peu plus d'un mois par les services de P. Pisani. Après, la valorisation éventuelle des vestiges mis au jour lors des fouilles dépend de la volonté politique et de la Drac.

Le chiffre : 18

Mètres - Largeur des rues. Les rues romaines avaient généralement 18 m de large, de façade à façade, et celles de Tolosa dont on a trouvé la trace dans les fouilles ne dérogent pas à la règle.

Source La Dépêche du Midi Philippe Emer

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 06:21

Je vis à Vèbre en Ariège mais Toulouse offre bien des attraits 

Pourquoi il fait bon vivre à Toulouse
Pourquoi il fait bon vivre à Toulouse

Les Toulousains disposent d'un territoire vaste et peu dense en population.

La dernière enquête de l'INSEE confirme l'attractivité et la qualité de vie toulousaines à l'échelle européenne. Transports et emploi apparaissent néanmoins en retrait.

Démographie. Logement. Attractivité. Loisirs. Sécurité. Dans ces secteurs, Toulouse Métropole se place avantageusement dans la comparaison avec les villes de même importance en Europe, comme Séville, Francfort, Lodz (Pologne), et 42 autres (lire encadré). En revanche, les transports et l'emploi sont en retrait.

C'est ce qui ressort de l'étude européenne «Audit urbain» mené par l'institut Eurostat, qui a pour principal intérêt de sortir du seul point de vue franco-français, et d'élargir la comparaison au niveau européen.

Toulouse Métropole est plus jeune. Un habitant sur deux a moins de 34 ans, alors que cet âge médian se situe à quarante ans dans les autres villes européennes de même population.

Toulouse est peu peuplée au regard de son étendue : 1 530 habitants au kilomètre carré, contre 3 200 habitants au kilomètre carré en moyenne, ailleurs en Europe. Toulouse est très étendue, avec 460 km2, contre 285 km2 en moyenne pour les 45 autres villes de même population mesurées par Eurostat.

Les Toulousains parcourent des distances importantes pour aller travailler : 19 km en moyenne parcourus en 29 minutes, contre 16 km en 27 minutes dans les autres villes européennes. 63 % des trajets s'effectuent en voiture et 20 % en transports en commun, contre 53 % et 27 % dans le reste de l'Europe. «Le réseau des transports en commun rattrape progressivement un retard toujours important», souligne le directeur régional de l'INSEE, Jean-Philippe Grouthier.

En matière de sécurité, Toulouse est bien lotie : 0,2 mort violente ou meurtre pour 10 000 habitants, soit moins qu'en Allemagne, à Francfort et Hanovre, qui en comptent 0,5. «Les villes françaises sont d'ailleurs les moins violentes des villes européennes», souligne le directeur de l'INSEE. A Bordeaux, il n'y a «que» 0,03 meurtre pour 10 000 habitants.

Les «Grands Toulousains» bénéficient de plus de piscines (0,4 pour 10000 habitants) que dans le reste de l'Europe (0,2).

En termes d'emploi, la Métropole cultive un paradoxe : 51 % de sa population travaille ou recherche un emploi, ce qui est un chiffre élevé par rapport à la moyenne européenne (49 %). Mais le taux de chômage (12,5 %) est parmi les plus élevés d'Europe. Seules les villes espagnoles comme Malaga (30 %) ou Séville (22 %) affichent un taux de chômage plus élevé.

Source La Dépêche du Midi Cyril Doumergue

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 05:43

Le Premier ministre indien Narendra Modi à Toulouse

Airbus et CNES au menu toulousain du Premier ministre indien

Le Premier ministre indien Narendra Modi (d) écoute les explications du président du Centre national d'études spatiales (CNES) Jean-Yves Le Gall, au siège de l'établissement, à Toulouse, le 11 avril 2015

Visite de la chaîne des Airbus A380, puis du Centre national d’études spatiales (CNES), en quelques heures à Toulouse le Premier ministre indien Narendra Modi a confirmé samedi son intérêt pour la haute technologie française et européenne.

Au lendemain de l’annonce à Paris d’une commande de 36 avions de chasse Rafale, un contrat de plus de 5 milliards d’euros, M. Modri n’a fait aucune déclaration à la presse pendant les trois heures passées à Toulouse, mais il s’est ostensiblement laissé photographier devant un hélicoptère de transport militaire d’Airbus Group.

En compagnie du ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius du président d’Airbus group (ex-EADS) Tom Enders et du patron de sa filiale d’avions civils Airbus Fabrice Brégier, M. Modri a longuement posé devant l’hélicoptère H225M, un modèle pouvant à la fois transporter des troupes spéciales ou assurer des missions de sauvetage.

Laurent Fabius a relevé devant quelques journalistes que ce pays «offre des perspectives très importantes: il va à terme avoir 1,7 milliard d’habitants, un sixième de la population mondiale, et a des besoins en avions et hélicoptères, civils comme militaires». «Le fait que le Premier ministre soit là et que les relations soient excellentes c’est très positif», a ajouté le ministre de affaires étrangères.

«Il faut que la France soit très, très présente, comme elle l’est, la diplomatie économique cela marche: la commande du Rafale est ainsi un signe», a ajouté M. Fabius.

A défaut de contrats à signer lors de la visite de M. Modi, les dirigeants d’Airbus Group ont déployé devant leur hôte leur volonté de coopération, organisant une rencontre avec une quinzaine de fournisseurs indiens ainsi qu’avec plusieurs dizaines de salariés indiens du groupe européen travaillant à Toulouse.

Le groupe d’aéronautique et de défense a aussi réaffirmé dans un communiqué son «engagement à 'produire en Inde'» en écho à la volonté des dirigeants du subcontinent.

«Je me réjouis de me rendre en France pour renforcer l’implication française dans notre programme +Make in India+, en particulier dans le secteur de la défense», écrivait ainsi Narendra Modi sur son compte Facebook au début de sa visite officielle en France.

Airbus group a rappelé qu’il disposait déjà de «deux centres d’ingénierie, d’un centre de recherche et technologie en Inde, employant au total 400 personnes hautement qualifiées».

Dans ce communiqué il ajoute que «ses achats en Inde représentent 400 millions de dollars par an, faisant vivre 5.000 salariés de 40 entreprises». Le patron d’Airbus Fabrice Brégier a notamment expliqué devant quelques journalistes que «tous les A320 ont des portes fabriquées en partie en Inde».

Le développement de ces achats va se poursuivre, car selon M. Brégier «il y a de plus en plus de groupes indiens de grande expertise prêts à devenir nos partenaires».

Le groupe a souligné en outre que dans le secteur des avions de transport militaire et des hélicoptères, il est «désireux d’installer des chaînes d’assemblage et de mettre en place un réseau de fournisseurs dans le pays».

Même si le but de la visite était moins commercial qu’industriel, M. Brégier s’est dit «sûr qu’il y aura un jour une compagnie indienne qui volera avec un A380 sous ses couleurs». Près de 800 Airbus ont été commandés en Inde depuis 10 ans, 200 y volent déjà et grâce aux commandes récentes (un accord pour 250 A320 Néo de la compagnie Indigo) Airbus occupe 70% du marché » s’est-il réjoui.

Au siège toulousain du CNES, M. Modi a ensuite notamment rencontré le président Jean-Yves Le Gall ainsi que de futurs ingénieurs indiens étudiant en Midi-Pyrénées.

Il a brièvement rencontré les élus et représentants de l’économie régionale à la préfecture avant de quitter Toulouse. Le premier Ministre indien doit poursuivre sa visite officielle en France jusqu’à dimanche matin puis s’envoler vers l’Allemagne.

Source AFP

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 15:48

Toulouse - Le secteur de l'aéronautique attire de nombreux cadres dans le bassin d'emploi toulousain

Pourquoi Toulouse attire les cadres

Quatre cadres sur cinq en Midi-Pyrénées sont employés dans le Grand Toulouse. Cette force d'attraction, qui n'est pas dûe qu'à l'aéronautique, agit sur le plan national et international.

Capitale régionale incontestable, la ville de Toulouse prouve une nouvelle fois l'étendue de son rôle majeur en Midi-Pyrénées, via une étude de l'APEC. L'étude en question analyse les emplois de cadres dans la région Midi-Pyrénées, le constat qui en ressort est simple, Toulouse possède un quasi-monopole régional en matière d'attraction des cadres du privé. Si 130 000 cadres sont employés en Midi-Pyrénées, 100 000 se trouvent à Toulouse, soit 76 %.

Au niveau national, Toulouse se classe au quatrième rang des zones d'emploi métropolitaines pour le nombre de cadres.

À ces statistiques numériques, s'ajoute un niveau d'études supérieur à la moyenne nationale en ce qui concerne les travailleurs du bassin d'emploi toulousain. Cette attraction toulousaine peut représenter un handicap pour les régions limitrophes, qui ne peuvent rivaliser avec la Ville rose.

Ali Ould Yeron, responsable départemental de l'UGICT 31, explique cette force de gravité toulousaine comme «résultant d'un processus de centralisation du travail commencé au lendemain de la guerre avec beaucoup d'industries et qui a continué sur le long terme».

La recherche en développement scientifique constitue la première spécificité toulousaine en termes d'emploi des cadres ; l'aéronautique, l'aérospatial et le domaine de la santé sont les principaux secteurs concernés.

Airbus, Thales, Safran, ATR, l'Oncopole et les industriels pharmaceutiques sont parmi les acteurs principaux de l'emploi régional. Les grands groupes d'ingénieries représentent la seconde spécificité de la zone d'emploi de la métropole. Le cadre de vie de la région toulousaine est également un argument non négligeable.

Ali Ould Yeron souligne aussi «l'aspect national de Toulouse, qui n'attire pas seulement à l'échelle régionale mais plutôt à un niveau national», voire international tant la renommée de certaines entreprises basées à Toulouse est forte.

Le chiffre : 76

76 % des cadres de Midi-Pyrénées sont employés dans le Grand Toulouse.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 16:51

Poème du Jour: Claude Nougaro

Les Poètes chantent Toulouse

Visite de Toulouse, ville rose et ensoleillée,

par un texte qui respire l'amour de sa ville...

 

Toulouse

Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin
Parfois au fond de moi se raniment
L'eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

Je reprends l'avenue vers l'école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne

O mon païs, ô Toulouse

Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillone jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu'on se traite
Il y a de l'orage dans l'air et pourtant

L'église St-Sernin illumine le soir
D'une fleur de corail que le soleil arrose
Une fleur de corail que le soleil arrose
C'est peut-être pour ça malgré ton rouge et noir
C'est peut-être pour ça qu'on te dit Ville Rose

Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est-ce l'Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?

Voici le Capitole, j'y arrête mes pas
Les tenors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
J'entends encore l'écho de la voix de papa
C'était en ce temps-là mon seul chanteur de blues

Aujourd'hui, tes buildings grimpent haut
A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l'un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

Claude Nougaro

Le Pèlerin

Repost 0