Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 23:59

 

 

 

Certains ne le savent pas... 

 

A pied ou à vélo, vivez un dimanche printanier

 

 

 

 

 

Dimanche 7 mai, comme chaque premier dimanche du mois, la mairie de Toulouse propose une journée sans voiture dans le cœur historique de Toulouse, de 10h à 18h. Le périmètre concerné est délimité par le quai Lombard, le quai de la Daurade, la rue de Metz, la rue d’Alsace-Lorraine, la rue Bellegarde, Saint-Sernin, la rue Lautmann et la rue Valade.
Ce périmètre ne sera donc pas ouvert à la circulation des véhicules, à l’exception des résidents, des taxis, des secours et urgences médicales.
Le parking du Capitole ne sera pas accessible entre 10h et 18h.
Les résidents pourront sortir du périmètre concerné avec leur véhicule stationné dans un parking public, privé, ou dans la rue.

 

Les musées gratuits

 

Dimanche 7 mai est également un jour pour visiter les musées toulousains, dont l’accès est gratuit. Cette opération a pour but de faciliter la découverte du patrimoine et de l’architecture de la ville. Les musées concernés sont le musée des Augustins, le musée Paul Dupuy, le musée Georges Labit, le musée Saint-Raymond, l’espace d’art moderne et contemporain Les Abattoirs, l’ensemble conventuel des Jacobins. Les expositions temporaires sont payantes.

 

Une sortie vélo est organisée par la direction de l’environnement de la ville à l’occasion de cette journée sans voiture. Le thème de cette randonnée de 21 km (dont 19 km en site propre) est Avec l’eau... découverte au fil des canaux, rivières et fleuve. Le départ a lieu à 10h depuis la place du Capitole (rendez-vous devant le portail de l’entrée principal de l’hôtel de ville). L’itinéraire emprunté permettra de (re)découvrir de nombreux endroits de la ville rose, avant de revenir au point de départ deux heures plus tard.

 

Le comité départemental de randonnée pédestre de la Haute-Garonne s’associe à cette journée et propose une balade à pied de 2h dans Toulouse, sur le thème Du Capitole à la rive gauche par le Pont Neuf, .... et retour par le pont St Pierre. Les adeptes de la marche à pied sont attendus à 10h place du Capitole, devant le Bibent.

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 10:43

 

   

 

 L'Ariège veut accueillir le futur aéroport 

 

   

 

  

 

 «Nous sommes là pour vous dire que l'Ariège est candidate pour accueillir l'aéroport ». C'est à un véritable plaidoyer que se sont livrés, hier, accueillis à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Toulouse par son président Claude Terrazzoni, les représentants de l'Anatap. Autour de son président Henri Martre, l'Association pour le Nouvel Aéroport international Toulouse/Ariège Pyrénées qui, fondée il y a un an, compte un millier d'adhérents et défend un projet d'implantation du futur aéroport entre Saverdun et Mazères. 

Rappelant que, d'après les conclusions de l'enquête rendue publique le 8 février dernier, l'aéroport de Blagnac sera saturé à échéance de 2030, Henri Martre insistait sur la nécessité « vitale » d'une desserte aérienne : « C'est l'avenir de l'Ariège et de Toulouse. Sans aéroport, Toulouse est mort. Le TGV ne suffira pas, car le chiffre d'affaires de Toulouse se fait dans le monde entier ». 

Pour Jean-Louis Vigneau, vice-président de l'Anatap, cette candidature est à la fois une chance pour l'Ariège et une opportunité pour Toulouse : « De telles occasions ne se produisent pas souvent. Après le minerai et la houille blanche, la chance de l'Ariège, c'est son espace, lié à la proximité avec Toulouse : on ne trouvera pas une autre aire à faible densité de population aussi vaste et aussi plate. De plus, ce serait une expérience de solidarité pour la région et un équilibrage harmonieux de son développement, avec le TGV au nord et l'aéroport au sud. La métropole régionale regarderait davantage vers les Pyrénées et vers l'Andorre ». L'Andorre qui, présente à cette réunion en la personne de Pilar Escaler, directrice de la CCI, a tout de suite appuyé le projet. 

CINTEGABELLE POURRAIT ÊTRE TOUCHÉ 

Vice-président de l'Anatap et président de la CCI de l'Ariège, Paul-Louis Maurat résumait les « atouts » de la démarche ariégeoise : « L'aéroport serait à 50 km de Toulouse, l'A 66 passe à 500 m, la N 20, élargie à quatre voies, serait également proche. Quant au train, en doublant et modernisant la ligne Saverdun-Toulouse, une desserte rapide serait possible. En ce qui concerne les nuisances, l'étude des impacts de bruit montre que, seule, Cintegabelle pourrait être touchée, mais que sera le bruit dans vingt ans ? Les moteurs vont évoluer et c'est aussi une question d'orientation des pistes. Enfin, de tous les sites envisagés, c'est celui-ci qui présente le coût de réalisation le plus bas. C'est une prise de décision historique. Nous devons penser aux générations futures ». 

Si le conseil général de l'Ariège n'a pas encore pris de position officielle, Jean Larroque, président d'Ariège Expansion (agence de développement économique du conseil général de l'Ariège) participe à ce projet et était présent à cette réunion. Réunion à laquelle est venu se joindre le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, qui s 'est dit prêt « à étudier avec attention la candidature ariégeoise ». 

Réserves foncières 

Tous les acteurs présents à cette réunion ont insisté sur l'urgence de faire dès aujourd'hui des réserves foncières. Le choix du site ariégeois permettrait d'atteindre le double de ce qu'exige le cahier des charges (soit 1 200 ha), avec 50 habitations seulement à déplacer. L'impact serait minime sur la faune et la flore, la zone étant essentiellement céréalière. Cet emplacement, en outre, présente peu de facteurs de complexité : pas d'ouvrage d'art, peu de réseaux électriques, de lignes téléphoniques… 

 

Source La Dépêche du Midi  

 

Information relayée par  

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 23:14

 

  

  Aurons nous un jour le TGV à Toulouse ?

  

 

 Oui, il faut poursuivre le projet de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse… Le conseil d'administration de Réseau Ferré de France l'a décidé hier soir sur la base de l'étude réalisée par ses soins et du débat public mené en 2005. Le TGV Paris Toulouse via Bordeaux en trois heures a donc franchi une nouvelle étape. Importante ? Incontestablement. Décisive ? L'avenir le dira.

Car ce train est loin d'être sur les rails. 

Sur le papier, un calendrier pour espérer existe depuis hier : 

-2008: fin des études préliminaires pour aboutir à un plan de financement, au choix du tracé dans un fuseau large d'un kilomètre, des emplacements des gares et à un avant-projet sommaire. 

-2008-2011 : acquisition des terrains, études des ouvrages, déclaration d'utilité publique, appels d'offres.-2011-2016 : travaux. Tout cela reste virtuel. 

Deux lignes parallèles  

 

Politiquement, rien n'est acquis. Les élus aquitains, hors Lot-et-Garonne, maintiennent la priorité pour une ligne Bordeaux Dax Hendaye (Le débat public s'ouvrira cet été). En posant, hier à Bordeaux, la première pierre du pont ferroviaire, le ministre des Transports, Dominique Perben, a déclaré : « Les lignes à grande vitesse Bordeaux Toulouse et Bordeaux Espagne peuvent avancer en parallèle sur un calendrier rapproché ». Ces propos inquiètent les élus midi-pyrénéens : « Le ministre semble indiquer que les deux projets pourraient débuter après la ligne Tours Bordeaux (2016). S'il devait en être ainsi, le gouvernement reviendrait sur ses engagements, pris à Toulouse pour Paris Toulouse en 2016 » observe Martin Malvy, président de région. 

La LGV Bordeaux Toulouse conservera-t-elle une année d'avance sur Bordeaux Hendaye ? Duel ou duo ? Avec cette position, le ministre n'éteint pas la bisbille Aquitaine/Midi-Pyrénées. En validant le fuseau Toulouse-Agen et en demandant d'étudier la suite du tracé en même temps que Bordeaux Hendaye, il accrédite en revanche la préférence pour 54 kilomètres de tracé commun aux deux lignes entre Bordeaux et le Lot-et-Garonne via le sud de la Gironde. Ce serait un moyen de se réconcilier, de diminuer la facture. Sauf que l'opposition à la LGV à cet endroit est très forte. 

Plus ennuyeux encore que les bisbilles politiques sera la quête des financements. « Ce sera difficile, mais nous pouvons recourir à un partenariat public-privé » explique Dominique Perben.

 

L'État, que l'on sait désargenté, doit financer d'autres LGV à commencer par Tours Bordeaux. Pour la réalisation de cette ligne, indispensable aux desseins des Midi-Pyrénéens comme des Basques, dirait Monsieur de La Palice, les collectivités locales sont appelées à participer à hauteur de 25 % du coût. Soit 1,7 milliard au bas mot. Sur cette base, les élus de Midi-Pyrénées et Lot-et-Garonne devraient donc trouver 750 M€ pour Bordeaux Toulouse et Aquitains et Espagnols autant pour Bordeaux Hendaye. « La ligne Sud Europe Atlantique est un projet global » conclut Dominique Perben. Une façon de ramener tout le monde autour de la même table pour parler gros sous. Car là est bien l'essentiel. Et l'introuvable ? 

   Affaire à suivre 

 

 

        Information « La Dépêche » 

        Relayée par  

 

Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 23:30

Toulouse - La Vie des Quartiers - Ancely et le Club Arobe Arènes

Je vis à Toulouse Ancely...prés de Blagnac, pour ceux qui ne connaissent pas. Je suis membre d'un petit club informatique doté de peu de moyens. Le peu que je sais en Informatique,  je l'ai appris au sein de ce club.

Le club anime un site, dont vous trouverez un lien ci-dessous.

http://www.arn31.net/

Vous y trouverez aussi bien des infomations culturelles mais aussi des nouvelles relatives à l'Informatique et à la vie quotidienne.

Bien Amicalement

Le Pèlerin 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 00:20

 

 

Les Thermes du centre  

 

Les thermes du centre, d'une superficie plus réduite que celle des deux autres thermes, jouxtent ceux du nord. Ils contrastent aussi sur un autre point, par la quantité abondante du matériel céramique retrouvé. Plusieurs hypothèses sont proposées pour faire comprendre l'exiguïté de ces thermes : il pourrait s'agir de bains réservés aux femmes et des indices vont dans ce sens ( découvertes d'éléments de parure féminine), mais on pourrait penser aussi à des thermes privés et dans ce cas resterait la question d'une domus implantée à proximité.  

 

Il semble par ailleurs, qu'une partie importante du matériel récupéré proviendrait d'une construction antérieure aux thermes détruite par un incendie qui se serait passé à l'époque flavienne 

 

 

 

 

 

 

Légende

 

 

 

 

 

 

 

1 Caldarium

 

 

 

 

 

 

 

 Foyer

 

 

 

 

 

 

 

3 Frigidarium

 

 

 

 

 

 

 

4 Tepidarium

 

 

 

 

 

 

 

5 Laconicum

 

 

 

 

 

 

 

6 Apoditerium

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers les autres sites de l'agglomération d'Ancely-Purpan

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

L'amphithéâtre de Purpan

 

 

 

 

 

 

Les fours à potiers

 

 

 

 

 

 

Les thermes du nord

 

 

 

 

 

 

Les thermes du sud

 

 

 

 

 

 

Le temple de Saint-Michel-du-Touch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0