Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 13:33

Demande d’emploi

Chér messieur,:

Je veux postulé pour le poste de secraitaire que j ai vu dans le journal local. Je tape très rappidement avec un seul doit et je fais des calcules tres bien.

Je croie que je suis util pour rèpondre au telefone, meme que je nait pas boucou dexpèriance.

Mon salère est ouvert a discution pour que vous pouvez voire conbien vous pouvez me pailler et se que vous croiller que je m'erite.

J'aie la posibilliter de comancer imaidiatement. Merci boucou pour votre grende atention.

Cordialemant,

Janine Vanessa Dupuis

PS : Come mon curiculom et tres pti, j'anexe ma foto.

 

.

.

.

.

.

Humour - Délit d’anti faciès

Réponse du directeur:

Chère Janine Vanessa,

La place est pour vous. Nous avons le correcteur automatique pour Word.

Vous réunissez toutes les conditions.

Vous commencez dès demain 8h00 !!

Sans commentaire

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 18:18

Une Texane tombe en panne de voiture dans un territoire désertique du Texas.

 Humour - Au pays des Mohicans

Heureusement pour elle, un Indien à cheval passe par là et lui propose aimablement de la déposer dans le village le plus proche

La jeune femme accepte et le trajet se déroule sans encombre, si ce n'est que, toutes les 5 minutes, l'Indien pousse un cri étrange et strident.

Arrivés au village le plus proche, l'Indien dépose sa "passagère" à la station-service... non sans pousser un dernier cri perçant...

- "Qu'avez-vous fait à cet Indien pour qu'il soit si excité ??? demande le pompiste. 
- "Mais rien", répond la jeune femme. "J'étais tout simplement assise derrière lui, j'ai passé mes bras autour de sa taille et je me suis accrochée tant bien que mal au pommeau de la selle. Je ne comprends pas... il a fait ça pendant tout le trajet....

"Et le pompiste de répondre, un sourire en coin :

"Ma petite dame, vous ne savez donc pas que les Indiens montent sans selle..." !

Bonne journée

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 17:35

Dieu que c’est fatiguant…. !!!

Humour - Dieu que c’est haut …. !!!

Bill, Jim et Scott assistent à une convention et partagent une immense suite au penthouse de l’hôtel, au 75e étage.

Après une longue journée de rencontres, ils apprennent avec horreur que l’ascenseur est en panne. Ils doivent gravir les 75 étages à pied.

Bill dit aux deux autres…
– Brisons la monotonie de cette tâche déplaisante en nous concentrant sur quelque chose d’intéressant. Je vais raconter des blagues pendant les 25 premiers étages, Jim chantera pour les 25 suivantes et Scott pourra raconter des histoires tristes le reste du temps.

À l’étage 26, Bill arrête de raconter des blagues et Jim prend le relais en chantant.

Au 51ième étage, Jim cesse de chanter et Scott commence avec ses histoires tristes.
– Je commence avec une histoire terrible… Je viens de réaliser que j’ai laissé les clés de la chambre dans la voiture!

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 17:27

Simone la belle-mère

Humour - Ya pas de doute, ya erreur… !

Simone, la belle-mère, arrive à la maison et trouve son gendre furieux, en train de faire ses bagages.
– Mais qu’est-il arrivé, Manu ?
– Qu’est-il arrivé ? Je vais te le dire ! J’ai envoyé un télégramme à ma femme en disant que je rentrais de voyage aujourd’hui. Je suis arrivé chez moi et devines ce que j’ai trouvé ? Ma femme, oui ma Marie, avec un mec tout nu dans notre lit conjugal ! C’en est fini de notre mariage, je pars pour toujours !
– Du calme, dit la belle mère ! Il y a quelque chose de bizarre dans cette histoire, ton épouse ne te ferait jamais une chose pareille ! Attends une minute, je vais vérifier ce qui s’est passé.

Quelques instants plus tard, Simone est de retour avec un grand sourire…
– Alors, je te l’avais dit qu’il devait y avoir une explication simple… Marie n’a pas reçu ton télégramme !!!

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 12:51

La Mer est comme une Femme,
 

Souvenir d'instants difficiles dans le golfe du Lion

La mer est comme une femme, une maîtresse,
Elle ondule et vous terrasse comme une tigresse !
Elle vous envoûte, vous attire, vous aspire !
Elle devient votre vie, elle veut vous estourbir !


Elle est comme la femme toujours imprévisible
Et l’amour des hommes pour elle, est indicible.
Elle est dévoreuse d’hommes téméraires
Qui osèrent s’y aventurer pour lui plaire.


Combien de femmes de Marseille ou d’Alger
Perdirent leurs hommes à jamais immergés
Leurs tempêtes sont autant de folles colères
Qui pour des marins courageux furent meurtrières !


La mer est pour l’homme, une femme cruelle
Qui fait payer cher, ce qu’elle offre d’elle.
La mer est une maîtresse que nous offre la nature
Pour nous payer de notre amour de l’aventure.


Des aventuriers qui franchirent les mers,
Dans l’espoir de trouver une gloire aventurière!
Mais aimer est souvent pour nous humains,
Un sacrifice conquis pour offrir aux nôtres le pain.


Et comme le monde change, évolue sans cesse,
Aujourd’hui pour l’homme seul son poisson l’intéresse !
Car nos technologies modernes privent la mer
De ses attraits qui furent longtemps nos chimères.


Mais il reste quelques hommes, de courageux marins,
Amoureux de la mer, qui en sont les pèlerins.

Source Anonyme / Le Pèlerin

 

Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 17:19

Pas intéressée la Belle

Humour - Un exemple d’altruisme

Cher Henri,
Je ne dors plus, je ne vis plus depuis que j’ai rompu nos fiançailles.

Voudrais-tu bien me pardonner et oublier?

Ton absence ronge mon cœur.

Je n’étais qu’une petite sotte, personne ne pourra jamais prendre ta place.

Je t’aime plus que tout ! Mon ti-toutou.

Amoureusement,

Ton Isabelle.

P.S. Mes félicitations pour tes 6 bons numéros au tirage du Loto d’hier soir.

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:18

Buzz planétaire : la chanson « Ave Maria Salam Shalom » est partie de Toulouse et du Lot

Culture - Ave Maria Salam Shalom

Avec 1,4 millions de vues, la chanson « Ave Maria Salam Shalom » fait le buzz sur internet depuis le mois de juillet. Un phénomène qui est parti de Toulouse et du Lot.

Buzz planétaire

Le clip musical « Ave Maria Salam Shalom » est une chanson sur la tolérance et la paix entre les hommes.

Elle est interprétée par 3 artistes de confessions différentes : Yuliana, une chanteuse Russe, Rodjo (un rappeur israëlite) et VStech (un rappeur de confession musulmane). Rencontrés sur Internet, ils se sont associés pour véhiculer un message de paix. Chaque morceau a été enregistré et filmé chacun dans leur pays (Paris, Moscou et Tel Aviv). Une initiative plein d’espoir malgré une réalisation légèrement amateur. 

La vidéo totalise aujourd’hui plus de 1,4 millions de vues sur Facebook. Des centaines de milliers de clic sur YouTube sans compter les nombreuses reprises sur Internet.

Écrite au lendemain des tueries de Toulouse et Montauban par Merah

Au départ, la chanson a été écrite par le compositeur Mario Santangeli au moment des attentats de mars 2012, commis par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban. La chanson avait ainsi diffusée sur Europe 1 dans l’émission « Samedi Roumanoff ». Après les événements de Charlie Hebdo, le message « Ave Maria Salam Shalom » reste d’actualité. 

Mise en ligne à Castelnau-Montratier dans le Lot

Mario Santangeli a également co-produit cette nouvelle version. Son objectif était de la présenter à des producteurs. Mais « ils l’ont refusé » nous raconte son ami lotois Jérôme Garrigues. Ce dernier lui propose alors de la mettre en ligne sur Internet. Webmaster en free lance entre Castelnau-Monrtratier et Paris, Jérôme Garrigues poste le clip le 8 juillet sur Facebook et YouTube. Le succès est aussitôt au rendez-vous.

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Culture
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 16:31

Les As de l’informatique 

Le casse-tête de l’informatique.....Vite un cachet d'Aspirine...!

Apres avoir eu des problèmes avec son ordinateur, un pauvre utilisateur ignorant appelle au téléphone l’équipe de support technique du fabricant de cet ordinateur, espérant obtenir un peu d’aide.

Technicien : Support technique, bonjour ! Comment puis-je vous aider ?

Client : Il y a de la fumée qui sort de l’alimentation de mon ordinateur.

Technicien : Il va sans doute vous falloir une nouvelle alimentation !

Client : Non, non, certainement pas ! Je dois seulement changer les fichiers de configuration.

Technicien : Monsieur, s’il y a de la fumée qui sort de l’alimentation, c’est que l’alimentation est grillée. Il va vraiment falloir la remplacer !

Client : Pas question ! Quelqu’un m’a dit qu’il suffisait de changer la configuration du système au démarrage pour régler ce problème. Vous n’avez qu’à me dire quelle est la bonne commande à exécuter…

Apres dix minutes, malgré tous les efforts du technicien pour expliquer le problème et sa solution, le client s’entête à prétendre avoir raison et exige qu’on lui indique la commande qui va régler ça.
Le client ayant toujours raison, il ne reste plus au technicien qu’une seule façon d’agir…

Technicien : Cher monsieur, je suis désole: vous avez raison. Nous n’avons pas l’habitude de communiquer cette information à nos clients, mais il y a effectivement une commande DOS non documentée qui réglera votre problème.

Client : Je l’savais !

Technicien : Ajoutez simplement la
ligne « DEVICE=DOSNOSMOKE.SYS » à la fin de votre fichier CONFIG.SYS, redémarrez l’ordinateur et tout devrait
rentrer dans l’ordre.
Rappelez-moi si vous avez le moindre problème.

Mais, ce n’est pas fini…

Une dizaine de minutes plus tard, le client rappelle le technicien.

Client : Ca n’a pas marché. L’alimentation fait encore de la fumée…

Technicien : Ah. Dites-moi, quelle version de DOS utilisez-vous ?

Client : MS-DOS 6.22

Technicien : Voilà le problème ! Cette version de DOS n’inclut pas NOSMOKE. Il vous faudra appeler Microsoft et leur demander de vous envoyer une mise-à-jour. Tenez-moi au courant du résultat de votre appel.

Environ une heure plus tard, le même client rappelle.

Client : J’ai besoin d’une nouvelle alimentation…

Technicien : Pas de problème, je vous l’envoie aujourd’hui même, mais dites-moi: comment êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

Client : Eh bien, j’ai appelé Microsoft et j’ai répété à leur technicien ce que vous m’aviez dit. Apres une longue discussion, il m’a demandé la marque et le modèle de mon alimentation…

Technicien : Et qu’est-ce qu’il vous a dit ?

Client : Il a dit que mon alimentation n’était pas compatible avec NOSMOKE.

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 17:26

Il a 186 ans, le 5 juillet 1830, Alger capitulait devant les troupes françaises.

La colonisation de l’Algérie pouvait alors commencer.

5 juillet 1830 : la colonisation de l'Algérie est lancée

La prise d'Alger, juillet 1830 

Histoire revient sur ces décennies de campagne à laquelle allait participer… le magicien Robert-Houdin.

C’est une impressionnante armada qui s’élance de la rade de Toulon ce 25 mai 1830 : sept vapeurs flambant neufs entraînent dans leur sillage pas moins de 103 navires de guerre et 572 bâtiments de commerce transportant dans leurs cales des bœufs, des chevaux, du bois, ou encore de l’eau potable. Mission : conquérir Alger. Mais ce n’est pas gagné. En 1541, Charles Quint s’y est cassé les dents. En 1775, les 30 000 Irlandais de Charles III y ont été mis en déroute. En apprenant le départ de la flotte française, Wellington, le vainqueur de Waterloo, s’est écrié : «Les Français sont fous ! Un revers terrible les attend sur les côtes d’Algérie.» De fait, le dey Hussein, régent d’Alger alors sous domination ottomane, les attend de pied ferme.

Le 13 juin, huit brigades d’infanterie et d’artillerie prennent pied sur la plage de Sidi-Ferruch, à 28 kilomètres à l’ouest d’Alger. Tandis qu’on installe un campement grand comme une ville – avec baraquements, hangars préfabriqués, fours à pain, forges et même des guinguettes et un théâtre –, les premières escarmouches éclatent. Des cavaliers surgissent, frappent et disparaissent aussitôt. Des tueurs rampent entre les broussailles pour exécuter les sentinelles jusque dans les bivouacs. On retrouve les victimes décapitées, et il se dit que le dey paye une jolie somme pour chaque tête française.

Aucun plan militaire n’est prévu hormis la prise d’Alger

Le 28 juin, l’armée française arrive sur les hauteurs d’Alger. Sûr de sa victoire, l’agha Ibrahim, le gendre du dey qui commande la manœuvre, a déjà revêtu son habit de parade et fait dresser les tentes des officiers. La sienne, somptueuse, est parfumée d’essence de rose et de jasmin. Le combat s’engage dans ce décor des «Mille et Une Nuits», puis bascule rapidement dans des scènes d’horreur. Les cavaliers arabes sont décimés par l’artillerie française. L’affrontement entre les fantassins est monstrueux. Les « dépeceuses », des femmes qui suivent les troupes arabes, mettent en pièce les cadavres des ennemis en leur arrachant les organes.

Après six jours de combats acharnés, l’artillerie française éventre les murailles d’Alger. Le 5 juillet 1830, le dey est obligé de se rendre. Dans les souterrains de son palais, les envahisseurs découvrent un trésor d’une valeur de plus de 50 millions de francs. Voilà déjà l’expédition remboursée ! Mais à l’entrée de la Casbah, une autre surprise, bien moins agréable, les attend : des pyramides de têtes de soldats français. Autre déconvenue : l’indifférence de la population algéroise, pour laquelle être sous domination turque ou française, c’est «kif-kif».

Et maintenant, quelle suite donner à la prise d’Alger ? Aucun plan de conquête n’a été arrêté. Pour occuper la troupe, on se lance dans quelques raids. Les indigènes répondent en harcelant les Français dès qu’ils s’éloignent de leurs bases. Zouaves et spahis (anciens fidèles du dey d’Alger ralliés à la France), se font tirer comme des lapins lors de la corvée d’eau. Des cavaliers fondent sur les campements et massacrent les légionnaires à coups de sabre. En représailles, le général Savary de Rovigo, ancien ministre de la Police sous Napoléon, fait raser des villages entiers. Les habitants, adultes ou enfants, sont égorgés, les vergers sont détruits.

La prise d'Alger, par Theodore Gudin

Attaque d'Alger

Attaque d'Alger

Dix années de lutte acharnée contre l’émir Abd el-Kader

En 1833, le pays entier est déjà prêt à s’embraser, il ne lui manque qu’un chef. C’est le moment que choisit un jeune homme de 25 ans pour sortir de l’ombre. Abd el- Kader est le fils d’un marabout (chef religieux) vénéré de la région de Mascara, dans le Nord-Ouest. Fédérant les tribus, qui le désignent émir, il isole Oran en attaquant les caravanes de ravitaillement. Les Français répliquent en massacrant ses soutiens, en pillant les récoltes, en enlevant femmes et enfants. Après plus d’un an de combats, le général Desmichels accepte de négocier avec Abd el-Kader. Un traité, conclu le 26 février 1834, permet à ce dernier de garder autorité sur tout l’Ouest algérien et même d’obtenir la livraison de 400 fusils afin de pacifier la région. Tâche dont il s’acquitte avec un grand zèle : les tribus sont soumises par le fer ou séduites par les discours de l’émir. Les routes de la région sont devenues si sûres, dit-on à l’époque, qu’un enfant pourrait les parcourir avec une couronne d’or sur la tête.

Mais, en juin 1835, Paris découvre que le traité est trop généreux avec Abd el-Kader (Desmichels avait gardé certaines clauses secrètes). La guerre reprend de plus belle. Le général Trézel, à la tête de 2 500 hommes, marche sur Mascara, mais en chemin, au défilé de La Macta, il est sévèrement battu. Le général Bugeaud est envoyé à la rescousse pour conclure une nouvelle paix avec le jeune chef. Par le traité de Tafna, qu’il signe le 30 mai 1837, Abd el-Kader reconnaît la souveraineté de la France qui s’octroie Oran, Mostaganem et Mazagran, mais il récupère les deux tiers de l’Ouest algérien. Il établit sa capitale à Taqdemt. La tribu des Ben Zetoun, qui se trouve sur son territoire, reste fidèle aux Français : Abd el-Kader, qui porte désormais le titre de sultan, fait égorger tous les membres du clan. Bientôt, les deux tiers de l’Algérie lui obéissent. Il n’attend plus que l’occasion de reprendre la «guerre sainte».

C’est le duc d’Orléans, fils du roi Louis-Philippe, qui va la lui fournir. Le 28 octobre 1839, une colonne de 5 000 hommes quitte Constantine pour rejoindre Alger. L’expédition a été organisée dans le plus grand secret. Par bravade, le duc d’Orléans a en effet décidé de traverser le territoire d’Abd el-Kader en passant par les «Portes de fer», un étroit défilé dans les montagnes Bibans où une poignée de combattants suffirait à décimer l’armée française. Orléans et ses hommes s’engagent dans ce coupe-gorge aux cris de «Vive le roi!». Ils en ressortent indemnes : le sultan n’a pas attaqué. Le 2 novembre, arrivé à Alger, le duc donne un grand banquet sur l’esplanade de Bab el- Oued pour célébrer son exploit. Abd el- Kader, dénonçant l’intrusion sur son territoire, peut alors rallumer les hostilités. Bugeaud, désormais gouverneur général de l’Algérie, avec les pleins pouvoirs et une armée de 100 000 hommes, repart au combat. Il mène une guerre dévastatrice, ne laissant derrière lui que de la terre brûlée. Les villes tombent les unes après les autres. Mais Abd el-Kader reste insaisissable : il se déplace sans cesse avec sa «smala», composée de ses soldats, ses artisans, ses serviteurs et leurs familles, au total près de 30 000 personnes. Le 16 mai 1843, le duc d’Aumale, profitant de l’absence de l’émir, fond sur la smala et s’en empare. Diminué, coupé des siens, Abd el-Kader se réfugie au Maroc avec un dernier carré de fidèles.

Les «enfumades» françaises seront sans pitié

Mais un nouvel ennemi se dresse sur la route des Français, un certain Bou Maza, marabout intégriste animé par une haine farouche des chrétiens. Les Français ont d’autant plus de mal à le capturer que, partout dans le pays, des usurpateurs se font passer pour lui. Le 30 janvier 1845, un cortège d’hommes et de femmes s’approche en chantant d’un camp français, à Sidi Bel Abbes. Les gardes amusés leur ouvrent les portes. Aussitôt, des armes jaillissent des burnous. Bilan : 6 morts et 36 blessés chez les Français ; 58 «kamikazes» abattus. Les prisonniers interrogés ne comprennent pas qu’on ait pu les capturer : Bou Maza leur a certifié qu’une fois dans le camp, sa magie les rendrait invisibles.

Les représailles à cet attentat vont être terribles. Bugeaud ravage tout sur son passage. Le 16 juin 1845, dans les montagnes du Dahra, des centaines de personnes – guerriers, mais aussi femmes et enfants – se réfugient dans des cavernes pour échapper aux soldats. Impossible de les déloger. Un an plus tôt, le 11 juin 1844, le même cas de figure s’était déjà produit dans les grottes du massif côtier de Sheba. Bugeaud avait trouvé la solution : «Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, fumez-les à outrance !», avait-il ordonné. Plus de 500 personnes avaient péri asphyxiées. Au Dahra, le colonel Pélissier emploie la même méthode d’«enfumade». Il fait entasser broussailles et bois mort devant l’entrée des grottes et fait allumer le feu. «La peau d’un de nos tambours avait plus de prix à mes yeux que la peau de tous ces misérables», se justifiera-t-il. Quelques semaines plus tard, le 12 août, à Nekmaria, Saint-Arnaud – «général ayant les états de service d’un chacal», selon Victor Hugo – emmure vivantes des centaines de personnes, hommes, femmes, enfants. «Je fais hermétiquement boucher toutes les issues et je fais un vaste cimetière. La terre couvrira à jamais les cadavres de ces fanatiques», écritil à son frère. En France, l’annonce de ces actes soulève une vague d’indignation. On parle de «meurtres prémédités», la presse dénonce une «oeuvre de cannibale», des actes «infâmes qui souillent le drapeau de la France».

C’est le moment que choisit Abd el-Kader pour réapparaître. Franchissant la frontière, il occupe, en septembre 1845, la montagne au sud de Tlemcen. A nouveau, tout le pays s’embrase. Quatorze colonnes françaises traquent l’émir, les villages suspectés de l’avoir hébergé sont rasés. Et le 23 décembre 1847, le rebelle doit finalement se rendre. A Sidi-Brahim, 500 cavaliers sabres au clair lui rendent hommage. Exilé en France, avec sa mère, ses trois femmes, ses deux fils et 90 proches, il finira décoré de la grand-croix de la Légion d’honneur et pensionné. En 1979, la Cour des Comptes a révélé que ses descendants touchaient encore sa rente (1,3 million de francs annuels), supprimée depuis.

Des militaires au fait des coutumes locales sont envoyés

Abd el-Kader est vaincu mais, après dix-sept ans de conflit, le bilan humain est très lourd. Et pour les Français, l’ennemi est partout : dysenterie, fièvres, typhus, gastroentérites, ou encore malaria. Si, en 1840, 227 soldats français meurent au combat, il en succombe 9 567 dans les hôpitaux !

Une autre politique de conquête se met en place. Dès 1833, le capitaine Lamoricière a mis sur pied dans la province d’Alger un premier «Bureau arabe», composé de militaires connaissant la langue, la religion et les coutumes du pays. Ces officiers allaient de village en village établir des liens avec les «indigènes », écouter leurs doléances et gagner leur confiance afin d’éviter qu’ils ne se laissent manipuler par les marabouts. Résultat : alors qu’à Oran, la violence militaire a exacerbé le sentiment antifrançais et renforcé la rébellion, dans la province d’Alger, grâce au travail du Bureau arabe, la situation s’apaise. S’inspirant de cette expérience concluante, un arrêté ministériel de 1844 étend l’organisation des Bureaux arabes à tout le territoire. Un bureau central à Alger et 45 bureaux satellites à travers le pays sont dirigés par 200 officiers, tous «arabisants ». Les militaires hors cadre font le travail de police et de justice. Ils tiennent les registres d’état civil et prélèvent les impôts. Ils ont également à leur disposition des fonds secrets pour payer des espions chargés de surveiller les populations, les marabouts ou encore les écoles coraniques…

Jouissant d’un grand prestige, dotés d’une bonne solde, ils mènent une vie de pacha qui exaspère les colons. Certains se comportent même comme de petits tyrans locaux. Maupassant, dans ses souvenirs de voyage, les traite de voleurs, et Alexandre Dumas, dans ses chroniques, de meurtriers. En 1856, le capitaine Doineau, chef du Bureau arabe de Tlemcen, est condamné par la cour d’assises d’Oran pour avoir commandité le meurtre de Ben Abdallah, agha (seigneur) des Beni Snous. Redoutés des indigènes, les Bureaux sont détestés par les colons civils. Quand «L’Aigle» accoste à Alger, le 17 septembre 1860, laissant débarquer Napoléon III et l’impératrice Eugénie, les colons sont pleins d’espoir : ils espèrent que l’empereur saura les écouter, les affranchir de l’autorité militaire, et leur distribuer les terres arabes. 

Lorsque Napoléon III était arrivé au pouvoir fin 1848, il ne savait que faire de l’Algérie, qu’il considérait comme «un boulet». Un homme l’a fait changer d’avis : Ismayl Urbain, mulâtre guyanais qui a souffert du racisme dans sa jeunesse. Converti à l’islam, marié à une Algérienne, il a été nommé interprète militaire à Alger en 1837 au service de plusieurs généraux, dont Bugeaud. Il a tiré de cette expérience deux ouvrages, publiés sous pseudonyme, expliquant que le seul paysan légitime en Algérie était l’Algérien et que le colon n’était qu’un usurpateur. Les colons qui accueillent Napoléon III, en septembre 1860, et qui partagent avec lui le spectacle d’une fantasia de 10 000 cavaliers suivi d’un banquet composé de galantine de gazelle, de viande d’autruche et d’émincés de lézard, ignorent que l’empereur est tout acquis aux idées d’Urbain. Ils sont cueillis à froid dès la fin du repas. Le souverain annonce en effet son intention d’améliorer la condition des indigènes. Il parle même d’« élever les Arabes à la dignité d’hommes libres, (de) répandre sur eux les bienfaits de l’instruction, tout en respectant leur religion… »

Napoléon III en Algérie

Napoléon III en Algérie

Depuis quelques années déjà, les autorités françaises tentaient de gagner la sympathie et le respect des tribus autrement que par le fer. Les ingénieurs creusaient des puits artésiens, faisant jaillir l’eau et accourir les femmes du village en joie. On colportait les exploits du capitaine Gérard, qui avait tué une trentaine de lions dans la région de Guelma entre 1844 et 1858. Les Arabes le vénéraient pour son adresse et son courage. Le colonel de Neveu, chef du Bureau d’Alger, après avoir publié un rapport sur l’influence des marabouts auprès des populations indigènes, a alors une idée originale : il invite Jean-Eugène Robert-Houdin, le plus célèbre prestidigitateur de l’époque, à réaliser ses tours devant les principaux chefs de tribus afin de montrer aux Algériens que les Français possèdent dans leur rang un sorcier plus puissant que leurs marabouts. Robert-Houdin, arrivé à Alger le 2 septembre 1856 avec son épouse, fait jaillir des boulets de canon de son chapeau, offre des présents sortis par enchantement d’une corne d’abondance. Un guerrier, choisi dans l’assistance pour sa force, se trouve sur un geste du magicien aussi faible qu’un enfant, incapable de soulever un petit coffre posé sur le sol. Un autre guerrier est chargé de tirer au pistolet sur lui, mais ses balles sont mystérieusement déviées. Lorsque le magicien rentre en France, en novembre, après avoir fait la tournée des Bureaux arabes, le général Desvaux écrit : « Les deux hommes qui ont fait le plus pour la pacification de l’Algérie, sont Jules Gérard, le fameux tueur de lions et, par-dessus tout, Robert-Houdin. »

Mais, alors que les tensions entre Français et Algériens semblent s’apaiser, un nouvel ennemi, commun celui-là, attaque. Faisant suite à une année de sécheresse, des nuées de criquets pèlerins déferlent en avril 1866. Des cimes de l’Atlas aux régions côtières, tout le pays est infesté. Les cultures, les jardins, les ports, tout est dévasté. Un malheur n’arrivant jamais seul, un violent séisme détruit plusieurs villages, le 2 janvier 1867. Puis c’est une épidémie de choléra qui éclate au mois de juin, immédiatement suivie par une contagion de typhus. En l’espace de deux ans, de 1866 à 1868, l’Algérie perd, à cause des maladies et de la famine, 17 % de ses 3 millions d’habitants. C’est comme si aujourd’hui la France perdait 11 millions de personnes… A la catastrophe démographique s’ajoute une crise politique. Militaires et colons règlent leur compte, se rendant mutuellement responsables de l’ampleur du désastre. Partout, profitant de la discorde, un vent de révolte souffle. On signale des réunions secrètes à Constantine, des lettres appelant à la rébellion sont interceptées à Alger et, partout, de «nouveaux prophètes» agitent les populations. Le 15 septembre 1870, le général Durrieu, nouveau gouverneur général de l’Algérie, tire la sonnette d’alarme : «Un mouvement insurrectionnel (…) me paraît imminent», rapporte-t-il. Il réclame des renforts, mais en France, on a d’autres chats à fouetter : après la défaite de Sedan deux semaines plus tôt, l’empereur est prisonnier des Prussiens. Confirmant les craintes de Durrieu, des troupes spahis se révoltent en janvier 1871. Attisées par Cheikh El Mokrani, plus de 250 tribus, c’est-à-dire le tiers de la population algérienne, se soulèvent. La répression est terrible. 86 000 soldats français balaient les insurgés. Les meneurs sont tués ou exilés en Nouvelle-Calédonie. 

La politique militaire de Napoléon III a fait long feu

Après quarante ans de guerre, de massacres, de catastrophes naturelles et d’épidémies, le pays est exsangue… Le sanguinaire général Bugeaud a quitté l’Algérie dès 1848, rapportant en «souvenir» le germe du choléra qui devait le terrasser un an plus tard. Les Bureaux arabes, eux, sont dans l’impasse. Leur politique agricole, économique et social est un échec. Ils ont tenté de sédentariser les nomades, de construire des habitations en dur à la place des tentes, d’imposer des méthodes modernes de culture, en vain… Les populations ont subi ces changements sans les comprendre. Certains Bureaux se sont transformés en petits potentats. Honnis par les colons et mis à mal par le massacre de 27 caravaniers musulmans à l’oued-Mahouine, en mai 1869, ils ne se remettront pas de la chute de l’Empire. La politique arabe de Napoléon III a fait long feu. Le temps des militaires est terminé, celui des civils et de l’Algérie coloniale commence.

Article tiré du GEO Histoire n°2, "1830-1962 • L'Algérie : de la conquête française à l'indépendance"

Source GEO Histoire Cyril Guinet

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 13:17

Les Hot-dogs de chez Mac-Donald's

Humour - Que choisir

Deux nones visitent les USA. Un moment, elles veulent se restaurer et voient un stand de hot-dog :
- Regarde, ils vendent des hot-dog, ça veut dire chien chaud.
- T'as déjà mangé du chien ?
-Allez, on en commande.
Elles passent leur commande et la plus âgée des deux regarde dedans pour savoir ce qu'il y a, et, elle se met à rougir puis demande à l'autre:
- T'as eu quel morceau, toi ?

Le Pèlerin

Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article