Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 19:38

Alger, ma Ville….

La Grande Poste

La Grande Poste

Après ce dur exil, c’est à peine si j’ose
Te dire, Alger ma Ville, nous sommes en osmose…
Pardon, pardon ma « Blanche » de t’avoir investie,
Architecte un peu fou de rêves et d’inepties !


Les vaisseaux de mon corps, à l’ancre de ma jetée,
Sont les navires de ton port face à l’Amirauté.
Mes veines et mes veinules sont tes rues, tes ruelles,
Je les sens battre, sourdre, vivantes, perpétuelles :

 

Arago, Berthelot, Chartres, Pasteur, Batandier…
Des centaines à coup sûr désormais répudiées !
Mes artères sont Isly, Baudin, Lyon, Carnot,
D’autres et d’autres encore… Le sang de mes canaux

 

Irriguent les quartiers: La Marine, Champ de manœuvre,
Ben Aknoun et Kouba, Basséta « Le chef d’œuvre » !
Le cœur de Bab-el-oued étonné, m’interroge…
Le temps a-t-il cessé à l’heure des « trois horloges » ?

 

Tes jardins sont présents en tatouages internes,
Je m’y promène souvent, nostalgique, l’âme en berne…
Pourtant le Frais Vallon, Nelson, Laferrière
Resplendissent toujours, écrasés de lumière.

 

Le sable de tes plages granule sous ma peau
Et je l’entends crisser quand je suis en repos…
La Pérouse, Matifou, Zéralda, Pointe Pescade !
Le bain étant prétexte à la moindre escapade

 

Pour un peuple joyeux, coloré, animé,
Doré par ce soleil qu’il a tant et tant aimé…
Mes côtes sont les tiennes, est-ce une métempsychose ?
La mer est mon humeur, j’y perçois toutes choses…

 

Sereine, alanguie, caressant tes rivages,
Emu au souvenir de ces douces images…
Violente et déchaînée, ivre, blasphématoire,
Battant mes flancs pour flageller l’Histoire !

 

J’ai gardé tes senteurs, de la menthe à l’anis,
Elles s’exhalent par mes pores que nulle effluve dénie…
Et puis, il y a les sons dont mes oreilles bourdonnent,
Les rires, les pataquès, les surnoms que l’on donne !

 

« Se taper la kémia ac’ les escargots »,
« Descendre en bas le port », « Va de là, falampo » !
Folklore d’un peuple ! Original lexique
Enfoui dans ma mémoire comme une pieuse relique !

 

Des clichés infinis de la vie d’autrefois
Tapissent mes arcades, mon subconscient fait foi !
« L’Harrach et son marché », « Fort de l’Eau, ses brochettes »,
« La Casbah, ses bordels », « rue Michelet, la cafète », !

 

« La Pêcherie, ses poissons », « Rovigo, ses tournants »,
«Bab-el-oued, ses nuits chaudes»,«La loubbia cher Fernand» !
« Mingasson », « Télemly », « Le stade et la piscine »,
« Le Duc d’Aumale et Bugeaud », « El-biar, les Glycines »,

 

« Saint-Eugène, le cimetière », « Belcourt », « L’Arsenal »,
«Baïnem, la forêt », « Mustapha, l’hôpital »,
«Les chalutiers», «Les barques»,«les yoles du Sport nautique»,
« L’Esplanade » et bien sûr, notre « Dame d’Afrique »…..

Elevé par tes soins dans une foi idolâtre,
Je suis comme toi, bâti sur un amphithéâtre…
Tu cernes par mes bras, la plus belle des baies,
Vision du « Grand Départ », sur ma rétine gravée…

 

Excuse-moi, lecteur, mon âme s’est engagée
Dans les rues de mon cœur pour me parler d’ALGER…

MA VILLE !

Source Anonyme

Le Pèlerin

Repost 0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 22:24

Bonjour mes Chers Lecteurs

Le blog www.algériepyrenees.com a aujourd’hui 11 ans

www.algériepyrenees.com.....Onze ans déjà….22 février 2006 /2017
www.algériepyrenees.com.....Onze ans déjà….22 février 2006 /2017

6 millions de visiteurs

Plus de 11 millions de pages lues

Ai-je fait des heureux ?

J’ai certainement commis des erreurs…..

Était-ce impardonnable ?

J’ai repris un texte de l’inoubliable Charlot pour traduire a pensée

J’ai pardonné des erreurs presque impardonnables,

J’ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables

Et oublié des personnes inoubliables.
J’ai agi par impulsion, j’ai été déçu par des gens

Que j’en croyais incapables, mais j’ai déçu des gens aussi.
J’ai tenu quelqu’un dans mes bras pour le protéger.
Je me suis fait des amis éternels.
J’ai ri quand il ne le fallait pas.
J’ai aimé et je l’ai été en retour,

Mais j’ai aussi été repoussé.
J’ai été aimé et je n’ai pas su aimer.
J’ai crié et sauté de tant de joies,

j’ai vécu d’amour et fait des promesses éternelles,
mais je me suis brisé le cœur, tant de fois!
J’ai pleuré en écoutant de la musique

Ou en regardant des photos.
J’ai téléphoné juste pour entendre une voix,

Je suis déjà tombé amoureux d’un sourire.
J’ai déjà cru mourir par tant de nostalgie.
J’ai eu peur de perdre quelqu’un de très spécial

Mais j’ai survécu! Et je vis encore!
Et la vie, je ne m’en lasse pas …………
Et toi non plus tu ne devrais pas t’en lasser. Vis!!!
Le meilleur, c’est de se battre avec persuasion,

Embrasser la vie et vivre avec passion,

Perdre avec classe et vaincre en osant…..
Parce que le monde appartient à celui qui ose!

Charlie Chaplin

Chaleureusement votre,

Le Pèlerin

 

Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 16:16

Toulouse et la Violette éternelle...

L’Amour est un bouquet de violettes

Sortant de sa cachette
La timide violette
Petite fée des bois
Dans sa robe de soie
Fait frissonner au vent
Son petit cœur safran.

Elle se tient perchée
Son éperon dressé
Sur sa tige gracile
Aux formes volubiles,
Ses feuilles dentelées
En cœur lancéolé.

La rosée du matin
Illumine son teint,
Un parfum délicat
Imprègne son aura
Qui laisse diffuser
Sa fragrance fruitée.

Elle est fleur des amants
Depuis la nuit des temps,
Elle est l’âme divine
Des amours clandestines
Posée entre deux pages
Par la belle trop sage.

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Cercle des Poètes
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 15:55

Telle que revue par Jean de La Fontaine

La fameuse tirade de Cyrano revue à la baise.

Ah ! Non ! C’est un peu fort Madame !
Vous pouviez dire...Oh ! Dieu ! Et sans que je réclame,
En changeant les couplets, par exemple voici :
Agressif : vous Monsieur, avec un tel zizi,
Vous pourriez satisfaire une vieille pétasse,
Amical : Mais il peut se coincer dans l’impasse,
Il vous faudrait plutôt un large boulevard !
Descriptif : c’est un pieu, c’est un pal, c’est un dard
Que dis-je, c’est un dard ?, Mais c’est un pédoncule.
Curieux : à quoi sert cette longue férule
A tisonner le feu, comme porte-manteau ?
Gracieux : êtes-vous amateur de bateau
Pour avoir un tel mat prêt à mettre la voile
Et servir de pendoir pour assécher la voile.
Truculent : ça Monsieur lorsque vous urinez
Trop courte est votre main, comment vous le tenez
Sans que votre voisin crève de jalousie.
Prévenant : gardez-vous, dans votre frénésie
Que déséquilibré vous tombiez sur le sol,
Tendre : sait-il chanter comme un gai rossignol,
Le soir quand le soleil à l’horizon se couche ?
Pédant : ce gros zizi ne tient pas dans la bouche,
Si ce n’est celle d’une Allemande sans dent,
Ou celle d’une Anglaise à l’âge de cent ans.
Cavalier : êtes-vous à l’aise sur la selle,
Il doit se rafraîchir le gland dans la gamelle.
Emphatique : Quoi mon cher, ce doit être encombrant,
Et comment éviter qu’il reste convenant ?
Dramatique : je crains pour lui une blessure,
Admiratif : c’est vrai qu’il a beaucoup d’allure,
Lyrique : Kukulcan* serait en pâmoison,
Naïf : est-il ainsi à la belle saison ?
Respectueux ; chapeau Monsieur, je vous salue,
Cet objet de valeur me donne la berlue
Campagnard : ben mon vieux t’as un sacré mandrin,
Tu pourrais remplacer l’étalon de Martin.
Militaire : au repos il est encor d’attaque,
Pratique ; pourrait-il vous servir de matraque,
Ou bien de casse-noix et de queue de billard ?
Enfin parodiant Corneille le gros lard,
- Ce zizi qui d’un coup transperce l’ouverture,
N’a choisi pour séjour que cette grotte obscure-
Voilà ce que Madame il fallait déclamer,
Je serais aussitôt venu vous acclamer,
Mais vous n’avez d’esprit que sous votre nuisette,
Et savez exprimer vos talents sous la couette.
Je peux m’en contenter vous avez ce qu’il faut,
L’absence de jugeote est un moindre défaut.

*Kukulcan est la déesse de l’amour chez les Mayas.

Source Anonyme

Le Pèlerin

Repost 0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 23:25

L’Algérie, mon Pays natal

Le Marchand de Beignets Avenue Laure à Hussein-Dey

Le Marchand de Beignets Avenue Laure à Hussein-Dey

Je suis né dans la banlieue d’Alger, à Hussein-Dey

Dans cette cité populaire toute ma vie j’ai résidé….

Mon horizon c’était le quartier Trottier, le « Champ Vert»-

Nous y vivions pauvrement mais n’en n’ai jamais souffert

 

Ce beau pays je l’ai rarement visité…Oui Arzew, Oran

Il est vrai que les moyens manquaient à la maison

Mes copains vivaient tout comme moi….Au quartier

Les «Arabes» et moi n’y avons jamais été inquiétés

 

Nous n’avons jamais bougé de cet espace de verdure

Nous n’avions pas peur, l’avenir nous paraissait si sur

Les fils de Pied noir partaient en Colonie de vacances

Enchantés ils revenaient …un beau pays que la France

 

L’Algérie était magnifique pourtant je ne connaissais guère

Un peu Oran et Arzew deux villes qui m’étaient chères

A l’est mon horizon s’arrêtait à Rebeval au bord du Sébaou

L’oued coulait toute l’année ; c’était un fort joli bijou

 

Nous n’étions pas des colons mais que de petites gens

Certes chez certains il y a bien des avis divergents

L’immense majorité des Pied Noirs était des pacifistes

Le seul reproche à leur faire …Ils étaient progressistes-

 

De part et d’autre il y eut des attentats, toujours horribles

Ne pas attenter à la vie d’autrui, est-il donc si impossible ?

A tous ces humbles qui n’ont jamais tué ou blessé personne

Et que l’on présente là bas comme de bien piètres personnes

 

Ah qu’il est difficile d’écrire l’histoire de notre pays l’Algérie

Tant elle est écrite jusqu’à présent sur la base de tromperies

Des gens qui à tant en parler, finissent par croire ce qu’ils disent

Ils cherchent le «scoop» et leur point de vue, ils le radicalisent

 

Nous vivions avec les «Maghrébins» en franche camaraderie

Camus notait une haine entre les deux communautés d’Algérie

Haine d’Amour, car chacun avait ses «Arabes» et il les adorait

L’histoire aurait été différente si certains ne s’étaient déchirés

 

J’avais là bas mes amours mes amis et toutes mes sensations

Nous ne possédions rien, mais j’ai perdu toutes mes passions

Adieu mes amis, mes copains, ma ville, mon club de football

Il ne nous reste plus qu’à pleurer voire en rire cela console… !

 

J’avais la Grande Bleue à proximité….Je n’y allais pas souvent

Bien que notre belle Méditerranéen j’en sois un amateur fervent

Mais de chez moi je pouvais l’apercevoir et cela me rassurait

 

Je suis arrivé en France à Toulouse pour poursuivre mes études

En septembre 1961; j’aimais l’aéronautique ; Dieu que ce fut rude

Non par les études mais ma vie avait changé; j’en devins malade

Je n’avais plus goût à rien et je disais adieu à nos chères rigolades

 

Où était mon club local l’OHD, où était ma ville, ses murs blancs

Et ces hommes au regard rieur, ces femmes aux yeux pétillants

Toulouse, la dite »ville rose » me paraissait noire et bien triste

Moi que l’on disait Rieur, comment étais-je devenu si pessimiste

 

Jamais plus je ne serai chauvin du moindre club de football

Ce n’est pas faute d’avoir essayé avec le TFC notre club local

J’avais une autre passion « de vieux prématuré »…Les boules

Je jouais à la pétanque et j’étais passionné, j’en étais «maboul»

 

Certes ici en France j’en ai acheté une magnifique paire

Celles même que je n’avais jamais pu me payer là bas hier

Mais le cœur n’y est plus; j’ai du faire trois parties en 50 ans!

C’en est fini, je n’ai plus envie de jouer, je n’ai plus d’allant

 

Mon père est mort alors que j’étais bien jeune avant même

Le début de la guerre et «la Toussaint rouge» Quel dilemme

J’y suis retourné en 2004…..Pour me recueillir sur sa sépulture

J’ai retrouvé autre pays mais des gens d’une grande ouverture

 

Ici on ne parle que de haine de burka de terrorisme d’islam… !

Là bas on pense à vivre dans la bonne humeur et dans le calme

Qu’ont-ils fait tous ces tueurs de tous bords, ils regrettent tous

Sauf les crétins qui n’ont vécu l’Algérie que dans les livres d’histoire

 

Où l’on raconte tout et n’importe quoi

Oui il y a eu du mal de fait mais aussi de belles réalisations

Pourquoi n’avons-nous pas eu notre « Nelson Mandéla »

Je serais encore là bas à ma place sans outre passer mes droits

 

Je suis tout de même retourné dix-huit fois depuis

Loin des tumultes, de la haine de l’étranger qui ronge notre société

La où la France aurait tout intérêt à accroître notre amitié avec ce pays

Certes de l’autre côté …certains « religieux » ne nous aiment guère

 

Les plus radicaux sont même un danger pour le pays

Comme nous avons les nôtres aussi « fada » que les autres

Ces gens sont généralement influents aussi bien d’un côté que de l’autre

Ils ne se rendent pas compte qu’ils font de chaque côté du mal à leur propre pays

C’est ainsi….La peur de l’autre gagne du terrain, l’étranger est devenu le bouc émissaire de tous nos maux

Le Pèlerin

 

 

Repost 0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 21:53

La Coquinerie n'a pas d'âge

Oh….Vieillesse ennemie … !

Notre ami est un maniaque de la santé et de l’exercice. Il lève des poids tous les jours, court 10 kilomètres et joue au tennis. Il mange bio, prend des vitamines, se couche tôt, ne bois et ne fume pas. Une belle bête…

Un bon matin, alors qu’il s’admire dans le miroir, il a un choc en constatant que son pénis est la seule partie de son corps qui n’est pas bronzée.

– O O Je dois régler ça!

Il fonce à la plage, trouve un endroit reculé, se déshabille complètement, se basse le pénis avec de l’huile, se couche et se recouvre entièrement de salbe, à l’exception de son flamboyant pénis.

Deux vieilles dames passent par là. Le regard de la première tombe sur notre homme. Enfin, notre pénis.

– Il n’y a vraiment pas de justice en ce bas monde !
– Que veux-tu dire ?
– Écoute cela
Quand j’avais 10 ans, j’en avais peur
Quand j’avais 20 ans, j’en étais curieuse.
Quand j’avais 30 ans, j’en profitais.
Quand j’avais 40 ans, j’en demandais.
Quand j’avais 50 ans, je payais pour en avoir.
Quand j’avais 60 ans, je priais pour en avoir.
Quand j’avais 70 ans, j’avais oublié que ça existait.
Et maintenant que j’ai 80 ans, tu parles, elles poussent à l’état sauvage…

Bonne Journée

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 15:10

Le Petit chien du Plombier

Le petit chien du plombier

Une dame paniquée a une grosse fuite d'eau chez elle
Cherche dans les pages jaunes un plombier qu'elle trouve elle l'appelle

Bonjour Monsieur j'ai un dégât des eaux important un gros souci

Ok chère Madame j'arrive dans 15 minutes avec mon commis
Le pro sonne la dame ouvre la porte présente son assistant Rex un chien

La dame fortement surprise les emmènent sur les lieux de sa salle de bain

Le réparateur sur place dit a son clébard

Apporte-moi mon mètre

Le chien farfouille dans la caisse a outils le trouve et le rapporte a son maître
Le plombier demande à son second

Rex s'il te plaît j'aurais besoin d'une scie

La femme ébahie dit

C'est incroyable ce que votre bête peut faire, un génie

Le gars répond

Ce n'est rien, il apprend il peut même faire l' amour aux femmes

La dame

Ca je ne le crois pas

Le gars

Laissez moi vous le prouver chère Madame

Allez dans votre chambre déshabillez vous installez vous vous verrez

Elle se couche

La femme s’exécute en se disant ce n'est pas possible, il rentre dans la piaule de la peu farouche

Le plombier dit a son chien

Rex vas y une fois deux fois le chien ne bouge pas

Est-il contre ?

Le maître se fout a poil et dit

Rex regarde bien c'est la dernière fois que je te montre

Le Pèlerin

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 20:53

Le jour après…

Humour – N’est-ce pas un cas d’espèce ?

Un gars se réveille chez lui avec une énorme gueule de bois et pas totalement dessaoulé. En ouvrant les yeux, la première chose qu’il voit c’est un tube d’aspirine et un verre d’eau sur la table de nuit.

Il s’assied sur le bord du lit et voit ses vêtements devant lui, bien propres et bien pliés.
Son regard fait ensuite le tour de la chambre et constate que tout est dans un ordre parfait, impeccablement propre.

Le gars prend une aspirine et remarque alors un post-it sur la table :
« Chéri, le petit déjeuner t’attend à la cuisine. Je t’aime. »

Rempli de perplexité, il va a la cuisine et voit qu’effectivement, son petit déjeuner est préparé et le journal du matin posé à côté de son bol. Son fils aussi est a table, en train de prendre son petit déjeuner.

– Dis-moi fiston, qu’est-ce qui est arrivé hier?

– Oh, tu es rentré à 3 heures du matin. Tu as renversé quelques meubles, vomi dans le couloir d’entrée et filé un bel œil au beurre noir à maman pensant que tu te faisais attaquer par des renards…

– Mais alors, explique-moi pourquoi mes vêtements et la maison sont si propres, bien rangés et que mon petit déjeuner est prêt sur la table?

– Eh bien, quand maman t’a traîné jusqu’à la chambre à coucher et qu’elle a essayé de défaire ton pantalon, tu lui as dit : «Laisse-moi tranquille, salope! Je suis marié.»

Le Pèlerin

 

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Rions ensemble
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 21:28

10 choses qui mettent de bonne humeur

Santé - Cultivez la Bonne humeur et le Bonheur

Savoir apprécier chaque instant de la vie en compagnie des personnes qui nous aiment ou en faisant une activité qui nous passionne sont autant de façons de rester de bonne humeur. Un petit rien peut parfois gâcher la journée ou mettre le moral à zéro. S'il vous arrive d'avoir une de ces journées où l'on ne se sent pas bien sans savoir pourquoi, voici 10 choses qui vous mettront de bonne humeur.

Levez-vous tôt le matin

Certaines personnes pensent que se réveiller tôt le matin met de mauvaise humeur, et pourtant c'est le contraire qui arrive si vous ne le considérez pas comme une contrainte. Si vous vous levez tôt, vous aurez le temps d'effectuer plusieurs tâches utiles au bon déroulement de votre journée. Vous aurez aussi le temps de préparer un petit-déjeuner qui vous donnera de la force et de l'énergie pour la matinée. Et surtout, pas de stress, vous pouvez vaquer sereinement à vos occupations !

Mettez de l'ordre autour de vous

Créer un cadre de vie zen favorise la détente et la bonne humeur. Faites du rangement, décorez et organisez, vous verrez que ce confort vous apportera plus de sérénité.

Portez un vêtement dans lequel vous vous sentez à l'aise

Une petite astuce, surtout pour les femmes et les jeunes filles, vous pouvez préparer votre tenue la veille pour éviter de stresser le lendemain. Ce conseil est valable pour tout le monde. Porter une tenue que vous aimez vous donnera plus d'assurance et vous mettra de bonne humeur toute la journée.

Le sourire et la joie de quelqu'un que vous aimez

Rien n'est plus agréable que de rendre et voir les gens que vous aimez heureux. Que ce soit le sourire de vos enfants quand vous venez les chercher à l'école ou de votre chéri que vous réveillez par un câlin le matin, ces moments vous apporteront du bonheur. Rien qu'en y pensant et en y repensant, vous garderez toujours la joie de vivre et cela vous mettra du baume au cœur.

Les petits gestes gentils de vos proches

Si vous êtes à l'écoute et savez apprécier chacun des petits gestes que vos proches vous offrent, vous serez surpris et plus heureux. Lorsque votre compagne vous dit que c'est vous qui avez raison, quand votre copain éteint son portable pour discuter avec vous, quand votre mari ou votre femme vous fait un compliment prenez le temps d'apprécier ces moments et vous serez de bonne humeur.

Entendre ou lire vos blagues préférées

Mourir de rire en repensant à une ancienne blague peut vous permettre de retrouver le sourire. Le rire est le moyen le plus efficace pour rester de bonne humeur. Inviter vos proches à un moment détente pour se raconter des blagues et des souvenirs d'enfance ou écouter ou relire les blagues qui vous font rire sont autant de manières de retrouver le moral.

Écoutez les chansons qui vous font du bien

Avoir une petite playlist à écouter pendant les mauvais jours est une excellente façon de combattre la morosité. Écoutez de la musique, bougez et laissez-vous entraîner par les paroles et la musique pour retrouver votre joie de vivre.

Offrez-vous une petite gourmandise

Rien de tel que de croquer dans une barre de chocolat ou de s'offrir un petit plaisir sucré pour faire le plein d'énergie et retrouver la bonne humeur. Si vous n'êtes pas fan de sucrerie, l'essentiel est demanger ce qui vous plaît, mais sans excès.

Regardez votre film préféré

La bonne humeur sera toujours au rendez-vous si vous avez le temps de revoir votre film préféré. Plonger dans un univers qui vous fait du bien, loin de vos tracas quotidiens, vous permet de vous ressourcer un instant.

Passez un moment avec votre animal de compagnie

Si vous avez un animal de compagnie, accordez-vous un moment pour lui faire des caresses ou pour jouer avec lui. Ce moment apaisant vous mettra de bonne humeur.

Source Le Mag - Béatrice Jumel

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Santé
commenter cet article
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 11:28

Voici ce qu’écrivait, il y a quelques années, un jeune homme appelé à effectuer ses obligations militaires…

Humour - Alors que le Service militaire était encore obligatoire

Monsieur le Ministre des Armées,

Permettez-moi de prendre la respectueuse liberté de vous exposer ce qui suit et de solliciter de votre bienveillance l’appui nécessaire pour obtenir une dispense du service militaire.

Je suis sursitaire, âgé de 24 ans, et je suis marié à une veuve de 44 ans, laquelle a une fille qui en a 25.

Mon père a épousé cette fille. A cette heure, mon père est donc devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma fille. De ce fait, ma belle-fille est devenue ma belle -mère, puisqu’elle est la femme de mon père.

Ma femme et moi avons eu, en janvier dernier, un fils. Cet enfant est donc devenu le frère de la femme de mon père, donc le beau-frère de mon père.

En conséquence, mon oncle, puisqu’il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc mon oncle.

La femme de mon père a eu à Noël un garçon qui est à la fois mon frère puisqu’il est le fils de mon père, et mon petit-fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme.

Je suis ainsi le frère de mon petit-fils, et comme le mari de la mère d’une personne est le père de celle -ci, il s’avère que je suis le père de ma femme, et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père.

De ce fait, Monsieur le Ministre, ayez l’obligeance de bien vouloir me renvoyer dans mes foyers, car la loi interdit que le père, le fils et le petit-fils soient mobilisés en même temps.

Dans l’espoir que ma demande retiendra votre compréhension, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Un homme œuvrant pour la Paix… Et la famille !

Le Pèlerin

Repost 0
Published by Le Pèlerin
commenter cet article